Archives par mot-clé : séries télévisées

Appel : détectives internationaux

Watching the Transnational Detectives: Showcasing Identity and Internationalism on British Television

8-9 Novembre 2018, Londres 
Réponses attendues pour le 1er juin 2018

A recent article in the Evening Standard posed the question ‘Is it a coincidence that just as governments are seeking to close their borders, television is opening them?’ (March 15 2017). Indeed, in post-Brexit Britain, television viewers have access to an ever increasing number of foreign language programmes. And ‘with the boom in streaming services, a single TV drama can cross borders like never before. Yet still, telling local stories appears to be the secret to international appeal’ (ibid). But what is the relationship between the local, national, and transnational that is presented on screen? And how do these dramas influence viewers’ perceptions of the countries, nationalities and languages which are depicted on screen?This conference will address these questions by focusing on popular global crime dramas that are available with English sub-titles to Continuer la lecture de Appel : détectives internationaux

Congrès “La question du genre dans le cinéma et les séries”

21e Congrès de la SERCIA (Société d’Études et de Recherches sur le Cinéma Anglophone)

Masculin / Féminin. La question du genre  dans le cinéma et les séries anglophones

Organisé par Julie Assouly (Université d’Artois, “Textes et cultures”) et Marianne Kac-Vergne (Université Picardie-Jules Verne, “Corpus”)

Université d’Artois, Arras,  du 3 au 5 septembre 2015.

Voir le programme en pdf à partir de la page

http://textesetcultures.univ-artois.fr/Colloques-br-et-Journees-d-etudes

 

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées » – Épisode n°6 : Lost in philosophy

Lost-small
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de Philosophie
EA PhiCo Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne – EXeCO Expérience et Connaissance
ANR Pouvoir Des Arts
Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »
Épisode n°6 : Lost in philosophy
4-5 juillet 2014, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 75005 Paris
Avec le soutien du Conseil scientifique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Entrée libre

Le cycle de colloques « Philosopher avec les séries télévisées » se propose d’analyser chaque fois une série télévisée déterminée, sur un mode à la fois monographique et interdisciplinaire. Pour 2014, nous souhaitonsnous pencher sur la série de J. J. Abrams, Damon Lindelof et Carlton Cuse intitulée Lost (2004-2010). Encontinuité avec les précédents épisodes Philoséries, ce colloque doit s’entendre comme d’abord philosophique, tout en étant largement ouvert aux autres champs de recherche du moment qu’ils contribuent à répondre à la question qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle Philoséries : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, à mieux exister en lui ?

 

Vendredi 4 juillet (salle D620, 1 rue Victor Cousin, esc. L, RDC)

10h00 Accueil

10h10 Introduction (Sylvie ALLOUCHE et Sandra LAUGIER)

10h20 Lost in context (présidence : Delphine LEMONNIER)

Conférence plénière : Sarah HATCHUEL (Université du Havre) et Randy LAIST (Goodwin College)  “Lost : une « romance » shakespearienne ?”

Anne BESSON (Université d’Artois) “Alias et Lost : Abrams ou le mélange des genres”

Ophir LEVY (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) “La Dharma Initiative (ou boucle étouffante du même)”

12h40 Pause

14h10 Lost, l’expérience et l’éthique (présidence : Sylvie ALLOUCHE)

Louis-Paul WILLIS (Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue) “Penser l’altérité avec  Lost : Foucault, Lacan et la médiation du regard”

Vanessa NUROCK (Université Paris 8) “Lost et l’expérience psychologique”

Sandra LAUGIER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF) “Lost comme expérimentation éthique”

16h10 Pause

16h20 Doute et réalité dans Lost (présidence : Vanessa NUROCK)

Guillaume DULONG (Université Bordeaux 3) “4 8 15 16 23 42 – Reboot l’opposition croire/savoir – À propos de Lost saison 2 (2005-2006)”

Delphine LEMONNIER (Université Rennes 2) “Mise en question du récit, mise en question du réel : la déréalisation dansLost, une analyse de « Dave » (saison 2, épisode 18)”

Bertrand NOUAILLES (Université Clermont-Ferrand 2) “Hurley : le destin d’une figure stoïcienne”

Samedi 5 juillet (salle Lalande, 17 rue de la Sorbonne, esc. C, 1er étage)

10h00 Accueil 

10h10 Lost, métaphysique et métafiction (présidence : Sarah HATCHUEL)

Claire CORNILLON (Université Paris 13) “Lost, fiction kaléidoscopique”

Florent FAVARD (Université Bordeaux 3) “You can let go, now : quête de sens et clôture narrative ambiguë dans Lost

Thibaut de SAINT MAURICE (Lycée Gustave Eiffel, Rueil-Malmaison) “Lost : un laboratoire de métaphysique appliquée”

12h10 Pause

13h40 Le temps de Lost (présidence : Thibaut de SAINT-MAURICE)

Vladimir LIFSCHUTZ (Université Lyon 2) “La fin de Lost : jonction du temps et discours intemporel”

Frédéric BISSON (Multitudes) et Pascal COUTÉ (Université de Caen) “Temps actuel et temps virtuel dans Lost

15h Pause

15h10 Spectateurs de Lost (présidence : Sandra LAUGIER)

Hugo CLÉMOT (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) “La fin de Lost, le paradoxe des séries et l’expérience esthétique”

Conférence plénière : Pacôme THIELLEMENT “L’Automne du Monde : Lost et la formation du spectateur-prêtre des derniers temps”

16h50 Conclusion 

Comité scientifique : Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF), Sylvie Allouche (Université de Technologie de Troyes), Sarah Hatchuel (Université du Havre), Delphine Lemonnier (Université Rennes 2)

Site principal : http://philofictions.org

Autres sites et pages web : http://philoseriestv.wordpress.comhttps://plus.google.com/116142832909151168565,https://www.facebook.com/philoseries

 

Pour rester informé de la recherche sur les séries :

Liste de diffusion et de discussion : http://fr.groups.yahoo.com/group/philoseries

Calendrier https://www.google.com/calendar/embed?src=recherche.series%40gmail.com

Contact : allouche.sylvie@gmail.com

 

Colloque : Guerres en séries, Amiens, 11-13 juin

Guerres en séries

Amiens, UPJV, Logis du Roy

11-13 juin 2014

 

Mercredi 11 Juin : Guerre et Histoire

 

10h15 : Accueil par Philippe Nivet

10h30 : Introduction par Marjolaine Boutet

 

Mercredi matin (10h45-12h) : Guerre et stéréotypes

Président de séance : Philippe Nivet (UPJV)

10h45 : Julie Gallego (UPPA-CRPHL), Guerre des Gaules et guerres civiles dans la série Rome (HBO, 2005-2007)

11h15 : Olivia Carpi (UPJV-CHSSC), L’art du stéréotype. La mise en scène des guerres de Religion françaises du XVIe siècle dans Le Chevalier de Pardaillan de Josée Dayan (Antenne 2, 1988)

11h45 : Justine Breton (UPJV – TRAME), Faire rire avec la guerre : l’exemple de la série télévisée Kaamelott (M6, 2005-2009)

12h15 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Mercredi après-midi 1 (14h15-16h15) : Violences physiques et sociales des guerres médiévales et industrielles

Présidente de séance : Manon Pignot (UPJV-CHSSC)

14h15 : Maureen Attali (Paris 4), Violences extrêmes et mutilations dans Game of Thrones (HBO, 2011-) : la mise en scène d’un contexte religieux

14h45 : Jean Du Verger (ENSMM de Besançon), Parade’s End (BBC-HBO, 2012), ou le miroir fragmenté d’un monde en décomposition

15h15 : Donna Andréolle (U. du Havre – GRIC), The trauma of war and of (no) return: Figures of the veteran in Boardwalk Empire (HBO, 2010-)

15h45 : discussion

 

16h15-16h45 : pause

 

Mercredi après-midi 2 (17h-18h30) : Fantasmer la Seconde Guerre mondiale

16h45 : Guillaume Piketty (U. d’Oxford – Centre d’Histoire de Sciences Po), La Seconde Guerre mondiale dans Band of Brothers (HBO, 2001) et The Pacific (HBO, 2010)

17h15 : Zoé Grumberg et Clément Collard (Sciences Po), Le « maquis d’Antoine » dans Un Village français (France 3, 2009-) : théâtre de la résistance ?

17h45 : discussion

 

18h30 – 20h : Rencontre avec Frédéric Krivine, créateur et scénariste d’Un Village français, et Richard Sammel qui interprète Heinrich Müller dans la série.

20h30 : Dîner

Jeudi 12 juin : Les conflits récents

 

Jeudi matin 1 (9h-10h30) : Séries et guerre froide

Présidente : Barbara Villez (Paris 8)

9h30 : Claire Cornillon (Paris 13 – CERC de Paris 3), La représentation des guerres et de l’histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle dans Code Quantum (NBC, 1989-1993)

10h : Julie Richard et Georges Caron (lycée Alfred-Kastler, Cergy-Pontoise), Représenter la guerre froide : un conflit insaisissable ?

10h30 : discussion

 

Pause (11h-11h30)

 

Jeudi matin 2 (11h30-13h) : Guerres et mémoire

11h30 : Maggy Hary (Paris 7), Terrorisme ou guerre de libération ?
 Lecture critique du conflit israélo-palestinien dans The Promise de Peter Kosminsky (Channel 4, 2011)

12h : Florent Favard (U. de Bordeaux 3), War without end : le devoir de mémoire dans Babylon 5 (PTEN puis TNT, 1994-1998)

12h30 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Jeudi après-midi 1 (14h-16h) : La guerre contre la Terreur à l’écran

Présidente : Ariane Hudelet (Paris 7)

14h : Vanessa Loubet-Poëtte (UPPA – CRPHL), Conflit et stratégie(s) de l’évitement : La représentation du 11 septembre et de ses conséquences dans deux séries d’Aaron Sorkin, The West Wing (NBC, 1999-2006) et The Newsroom (HBO, 2012-)

14h30 : Pauline Blistène et Olivier Chopin (EHESS – CESPRA), De 24h chrono (Fox, 2001-2010) à Homeland (Showtime, 2011-) : la menace, l’ennemi et la Guerre à la Terreur

15h : Alexis Pichard (U. du Havre – GRIC), « Mens insana in corpore insano » : Figurations du mal de guerre américain dans Homeland (Showtime, 2011-) 

15h30 : discussion

 

Pause 16h-16h30

 

Jeudi après-midi 1 (16h30-18h30) : Focus sur Generation Kill de David Simon

16h30 : Sébastien Lefait (U. de Corse), « Tu n’as rien vu en Irak. » Logistique de l’aperception dans Generation Kill (HBO, 2008).

17h : Monica Michlin (Paris 4), Between Sensory Overload and Disillusionment? Representations of the Invasion of Iraq in Generation Kill (HBO, 2008)

17h30 : Thibaut de Saint-Maurice (lycée Gustave Eiffel, Rueil-Malmaison), Generation Kill (HBO, 2008) : le spectacle d’une guerre injuste

18h : discussion

 

 

20h : Dîner

 

Vendredi 13 juin : La guerre, autrement

 

Vendredi matin 1 (9h30-11h) : La guerre dans les séries espagnoles

Présidente : Sylvaine Bataille (U. de Rouen – ERIAC)

9h30 : Jean-Marc Lafon (U. de Montpellier 3 – CRISES), Hommage artistique ou tentative pionnière de révision historique ? La guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814) au prisme de la série Los Desastres de la guerra (1983)

10h : Jennifer Houdiard (U. de Nantes), Entre traumatisme originel et choc fondateur : la Guerre Civile espagnole dans la série catalane Temps de silenci (TV3, 2001-2002)

10h30 : discussion

 

Pause 11h-11h30

 

Vendredi matin 2 (11h30-13h) : Les traces de la guerre

11h30 : William Gleeson (U. du Maine), “Dark Lines on the Landscape”: Televised Uses of Post-Civil War Railroads

12h : Sarah Hatchuel (U. du Havre – GRIC), « Guilt is not an issue for a pilot in a time of war, we’re not trained to think that way » : Les maux de la guerre à travers les mots d’Alex dans la série In Treatment (HBO, 2008-2010)

12h30 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Vendredi après-midi (14h30-16h30) : Rire de la guerre

Présidente Donna Andréolle (U. du Havre – GRIC)

14h30 : Dennis Tredy (Paris 3), “War… What Is It Good For?’ Laughs and Ratings“: The Development of the Wartime Sitcom in the 1960’s and 1970’s

15h : Shannon Wells-Lassagne (U. de Bretagne-Sud), War games in Community (NBC, 2009-)

15h30 : discussion

 

16h : Conclusion et perspectives par Monica Michlin (U. de Paris 4)

 

Visite des hortillonnages pour ceux qui veulent prolonger leur séjour

Lost in Philosophy, 26 avril

lost

 

Séminaire Philoséries “Lost in Philosophy” (printemps 2014)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de Philosophie
EA PhiCo Philosophies contemporaines – EXeCO Expérience et Connaissance

Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s collègues,

Le samedi 26 avril 2014 (EXCEPTIONNELLEMENT DE 10H À 12H) aura lieu la 3e séance du séminaire “Lost in Philosophy”, en présence de Randy Laist (Goodwin College, East Hartford, CT). Vous trouverez ci-dessous  la présentation et le programme complet du séminaire.

Le programme de la séance du 26 avril avec Randy Laist est le suivant:
Ultimate Lost and Philosophy: Think Together, Die Alone (2010) de Sharon Kaye et William Irwin (dir.)
Looking for Lost: Critical Essays on the Enigmatic Series (2011) de Randy Laist (dir.)

Au plaisir de vous y rencontrer,

Les organisatrices : Sylvie Allouche, Sandra Laugier et Sarah Hatchuel.

—————–
Séminaire Philoséries “Lost in Philosophy” (printemps 2014)

Présentation

En complément du colloque annuel “Philosopher avec les séries télévisées” aura lieu à partir du 1er mars 2014 un séminaire Philoséries mensuel, centré sur les travaux d’analyse qui se multiplient sur les séries, en anglais et en français. Le séminaire propose un espace de discussion d’ouvrages ou d’articles sur les séries télévisées présentant un intérêt philosophique, à raison d’un à deux livres par séance ou plusieurs articles. Les textes choisis sont annoncés suffisamment à l’avance de façon à ce que les participants aient le temps de lire les textes et de préparer des points de discussion. Les auteurs seront régulièrement invités afin de discuter directement avec eux de leurs travaux.

Une partie des séances portera sur des textes traitant de la série choisie pour le colloque Philoséries, mais nous discuterons aussi d’ouvrages généralistes ainsi que de monographies s’intéressant à des séries déjà abordées en colloque. Certaines séances seront centrées sur l’analyse d’épisodes clés ou de larges extraits de la série en cours. Pour les séances du printemps 2014, nous nous concentrerons essentiellement sur des ouvrages qui analysent la série Lost qui est l’objet du colloque Philoséries  2014 :  “Lost in Philosophy”.

Programme

Sauf indication contraire ci-dessous, le séminaire a lieu le samedi de 14h30 à 16h30, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage, salle Lalande

Samedi 1er mars
Présentation et objectifs du séminaire : Sylvie Allouche et Sandra Laugier
Atelier “Travailler sur Lost avec Lostpedia
Lost Online Studies (vol. 1.1, 1.2, 1.3, 2.1) (2006-2008) http://www.loststudies.com/

Samedi 29 mars avec Pacôme Thiellement (EXCEPTIONNELLEMENT salle 306/F608 entrée rue Gay-Lussac)
Lost and Philosophy: The Island Has Its Reasons (2007) de Sharon Kaye (dir.)
Les mêmes yeux que Lost (2011) de Pacôme Thiellement

Samedi 26 avril avec Randy Laist (EXCEPTIONNELLEMENT 10h-12h)
Ultimate Lost and Philosophy: Think Together, Die Alone (2010) de Sharon Kaye et William Irwin (dir.)
Looking for Lost: Critical Essays on the Enigmatic Series (2011) de Randy Laist (dir.)

Samedi 17 mai avec Thibaut de Saint Maurice
Philosophie en séries, vol. 1 (2009) et vol. 2 (2010) de Thibaut de Saint Maurice
Thibaut de Saint Maurice, “Enseigner la philosophie avec Lost

Samedi 7 juin  avec Sarah Hatchuel
Reading Lost: Perspectives on a Hit Television Show (2009) de Roberta Pearson (dir.)
Lost : Fiction vitale (2013) de Sarah Hatchuel

Vendredi 4 et samedi 5 juillet
Colloque Philoséries n°6 : Lost

Organisation: Sandra Laugier (U. Paris 1, PhiCo), Sylvie Allouche (UT de Troyes, PhiCo), Sarah Hatchuel (U. du Havre)

Sites web
http://philofictions.org & http://philoseriestv.wordpress.com
Liste de diffusionhttp://fr.groups.yahoo.com/group/philoseries
Contactallouche.sylvie@gmail.com

CFP – Les séries télévisées turques (diziler) – Call for papers – Turkish tv series (diziler)

ENGLISH BELOW

Appel à communication – Les séries télévisées turques (diziler) : production, représentations, réception en Méditerranée

Le développement et le succès des séries télévisées turques constitue un phénomène en Méditerranée depuis la fin des années 1990. Les genres se sont diversifiés, le secteur « fiction » des chaînes turques s’est enrichi de dizaines de nouveaux titres, le budget alloué aux séries a considérablement augmenté, et leurs caractéristiques techniques ainsi que les performances des acteurs ont gagné en qualité. D’abord essentiellement représentées par des formats de type « soap » tournés en studio, les séries turques ont commencé à être tournées dans la rue ou dans d’immenses décors en plein air fabriqués sur mesure. D’abord circonscrit à une audience nationale, le phénomène a maintenant conquis un public au niveau régional : les séries turques s’exportent désormais au Moyen-Orient, au Maghreb, dans les Balkans et en Asie centrale toujours demandeurs d’alternatives aux productions états-uniennes ou européennes devenues trop chères, ou aux telenovelas parfois éloignées de certaines références culturelles locales.

Ce colloque part d’un double constat : le manque de coordination des recherches sur les séries turques, engageant souvent des chercheurs isolés, et la pauvreté de la réflexion sur le sujet au sein de « TV studies ». C’est ce manque que ce colloque cherche à combler en se donnant pour but d’étudier le phénomène dans sa diversité. Il sera donc abordé selon trois axes : les conditions socio-économiques de production des séries télévisées turques, les représentations et les valeurs de la société turque qui semblent se dessiner à travers ces séries et, enfin, la réception de ces séries en Turquie et à l’étranger. Nous essaierons de croiser ces approches pour envisager ces séries comme production d’une culture populaire, à la fois œuvres de fiction et produits commerciaux, miroirs parfois déformants d’une société et vecteurs de transformation de cette même société, sans ignorer  les contraintes croisées des exigences du marché et de la censure.

Axe 1 : Une production de séries sous contraintes multiples : l’audience, le marché, le politique.

Axe 2 : L’imaginaire des séries turques : représentation, symboles et tabous.

Axe 3 : Questions de réception : les séries turques dans la société et dans leur environnement régional

Calendrier

>> Date limite pour l’envoi des propositions : 15 février 2014

Les propositions (environ 450 mots), en français ou en anglais, accompagnées d’une brève bio-bibliographie de l’auteur, doivent être déposées dans la rubrique “Déposer” de ce site web.

>> Réponse aux auteurs : fin mars 2014

Les textes des communications acceptées devront être rendus pour le début du colloque. Les communicants doivent prévoir au moins 3 à 4 minutes de projection vidéo. Ils devront s’occuper de la traduction, soit en fabriquant des sous-titres, soit par oral.

Lieu : Paris (à préciser)

Langues du colloque | Français et anglais

Pour plus d’information : tvseries-turkey@sciencesconf.org

Retrouvez l’intégralité de l’appel à communication sur le site du colloque : http://tvseries-turkey.sciencesconf.org/

———-

Call for papers – Turkish tv series (diziler): production, representations and reception in the Mediterranean

The development and success of Turkish television series have been a phenomenon in the region of the Mediterranean since the end of the 1990s. New genres have appeared. Entertainment divisions of  the Turkish channels have increased their budgets and purchased numerous new series. The quality of technical characteristics as well as acting performances have improved considerably. At the beginning, mostly soap operas, shot indoors, the Turkish series then began to go to location and construct elaborate outside decors. Limited originally to national audiences, the phenomen has now conquered a wider public in the region of the Mediterranean : Turkish series today are exported to the Middle East, North Africa, the Balkans and Central Asia, all eager to receive alternatives to American or European productions, having become too expensive, or to the telenovelas, often too foreign to local cultural references.

Two major observations have promoted this conference. First, research on Turkish series is too often the work of isolated scholars who would benefit from international exchange and coordination. In addition, television studies have neglected Turkish series and more attention must now be paid to these productions. In order to meet these needs, scholars are invited to study this multifaceted phenomenon, concentrating on three main angles: the socio-economic conditions of the production of Turkish television series, the representations and values of Turkish society conveyed through them and, finally, the reception of the series by both Turkish and foreign audiences. Hopefully, the conference will make it possible to confront different approaches in order to further the knowledge of these series as productions of popular culture, as works of fiction as well as commercial objects, as mirrors of society, even if sometimes deforming that society, as suggestions for changes, taking also into consideration market constraints and requirements and finally the issue of censorship.

Topic 1. The production of series subject to numerous constraints : audiences, markets, policies

Topic 2. The ‘imaginary’ inspired by Turkish series, representations, symbols and taboos:

Topic 3. Reception of the series in Turkish society and in their different regional environments:

Calendar

>> Deadline for proposals: 15 February 2014

Proposals (approximately 450 words) in French or English, with a brief bio-bibliography.

>> Responses will be sent to authors at the end of March 2014.

The chosen presentations must be submitted at the beginning of the conférence. Presenters are required to allot 3-4 minutes for the projection of video extracts, which must be translated either as subtitles or orally.

Venue: Paris (to be announced)

Languages: French and English

Contact and information: tvseries-turkey@sciencesconf.org

To find the call for papers, visit the conference website : http://tvseries-turkey.sciencesconf.

Appel à communication : les oeuvres plurielles de Martin Winckler

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Centre de Recherche en Poétique et en Histoire Littéraire

Journée d’études du vendredi 21 mars 2014

Les œuvres plurielles de Martin Winckler

Appel à communication

Sur son site personnel, Martin Winckler se présente comme « médecin généraliste » et comme auteur d’un « certain nombre de livres ». Ses domaines d’activité en tant qu’écrivain sont

le roman (littérature générale et littérature policière), la nouvelle (policière et fantastique), l’autobiographie, les essais sur le soin et les métiers du soignant, la défense et l’illustration des cultures populaires (séries télévisées et bande dessinée, en particulier), la radio (chroniques, contes, théâtre radiophonique), les textes scientifiques (articles et ouvrages médicaux destinés aux professionnels ou au grand public, en particulier sur la contraception) ; la traduction (tous genres) ; les pamphlets et livres engagés (sur les droits des patients, en particulier).

Cet attrait pour une écriture protéiforme est aussi celle du petit Jérôme, cet « enfant qui n’aimait pas les livres » mais qui finit par s’y intéresser passionnément et devenir écrivain :

Plus tard, quand il sera grand, Jérôme écrira des histoires pour les enfants et des histoires pour les grands. Des histoires illustrées et des textes savants. Des romans d’aventure et des romans de mystère. Des récits de voyage et des poèmes. Des poèmes et des textes sur les voitures de course. Il les apportera à l’imprimerie de son père. Et tous les matins, un camion les emportera à la librairie de sa mère.

Et tous les jours, des gens entreront dans la librairie et achèteront des livres. Et certains achèteront les livres de Jérôme. Parce qu’ils y trouveront un secret. […]

« Les livres sont nos amis. »

La journée d’études se tourne ainsi vers les œuvres plurielles de Martin Winckler, saisies dans leur diversité et dans leurs échos.

Les communications s’intéresseront ainsi à ses différentes fictions : à ses récits autobiographiques, à ses romans et encore à ses contes et à ses nouvelles. Les propriétés génériques de ces textes, telles que leur écriture les met en œuvre, pourront ainsi être analysées ou comparées. L’appropriation des codes éditoriaux de la série du Poulpe dans le roman Touche pas à mes deux seins (Baleine, n°221) sera aussi un objet d’étude à retenir. De même, la spécificité et la variété des supports de publication de ces récits, du roman à la revue, en passant par les recueils, albums jeunesse et anthologies thématiques, pourront être examinées. Les échos intertextuels qui résonnent dans son œuvre narrative, entre ses propres textes, ou entre ses textes et d’autres écritures sont une autre occasion de souligner le jeu riche de l’hétérogène dans son dire : Martin Winckler dit lui-même devoir son nom de plume à l’œuvre de Georges Perec. De ce point de vue, un regard comparatiste pourra considérer l’adaptation cinématographique de La Maladie de Sachs (P.O.L., 1998 ; 1999 pour le film de Michel Deville). Cette prise en compte de la question de l’intermédialité de son œuvre invite encore à examiner les chroniques radiophoniques et les créations audio-visuelles auxquelles l’auteur a pris part. Il paraîtra opportun également de réfléchir sur les continuités et les ruptures de ses œuvres romanesques. Celles-ci pourront être envisagées d’un point de vue chronologique, depuis le début de ses publications jusqu’à aujourd’hui, avec En souvenir d’André (P.O.L., 2012). Les approches linguistique et stylistique de son écriture sont à prévoir. Il sera encore pertinent de s’arrêter, par exemple, sur la place de la femme, ou encore sur celle de la douleur et de la mort, dans ses différentes fictions : les études thématiques seront une autre piste de recherche.

Parce qu’elle y est justement un thème récurrent, la médecine sera un sujet à privilégier. Les communications pourront la considérer aussi bien dans des œuvres de fictions qu’à partir des essais sur le soin, des ouvrages pratiques, voire de l’activité de rédacteur de revue médicale qu’a remplie l’auteur, ou enfin des observations qu’il propose sur les séries télé : on pourra ainsi étudier, par exemple, la figure de Watson, le « biographe et médecin » de Sherlock, auquel Martin Winckler s’intéresse non seulement en tant que lecteur de Conan Doyle mais aussi en tant que téléspectateur de la série récente de la BBC et en tant qu’écrivain, en lui consacrant deux nouvelles à la fin des années 90 et en 2005. Cet attrait de l’auteur pour la figure du « médecin enquêteur » se retrouve dans son dernier essai, consacré à « Dr House » – L’esprit du shaman (Boréal, 2013), une série dont le personnage central tient à la fois de Sherlock et de Watson. Les approches transdisciplinaires seront appréciées, et la médecine pourra aussi être analysée comme un fil conducteur de l’ensemble des œuvres de Martin Winckler, lui qui affirmait dans son ouvrage de 2000 En soignant, en écrivant que « médecine et écriture vont de pair ». Elle est ainsi la source d’inspiration créatrice dans l’anthologie de nouvelles qu’il dirige en 2005, Noirs Scalpels, dans laquelle « il donne à (s)es camarades écrivains trois contraintes : un médecin, un instrument médical, un crime. » (Le Cahier de transmissions, « La Dernière Aventure »).

De manière plus générale, les séries télé, « miroirs de la vie », un autre domaine de réflexion de Martin Winckler, seront un centre d’intérêt de cette journée d’études pour des communications qui s’y intéresseront à partir des analyses de l’auteur. On se reportera aux ouvrages critiques sur les séries télé, écrits ou coordonnés par Winckler, pour en connaître la liste et l’analyse. Il sera particulièrement pertinent de souligner comment les publications de ce dernier ont été un élément précurseur pour toute analyse de l’art populaire qu’est la télévision, contribuant à sa reconnaissance :

à mes yeux les séries ont la même importance et la même qualité que les romans, les ouvrages de sciences humaines, le cinéma, le théâtre, les expositions et les conférences. Regarder une série n’est pas une activité exclusivement récréative, c’est une manière d’appréhender le monde.

Tel le lecteur de roman pour Pennac, le sériephile est alors crédité par Martin Winckler de certains « droits inaliénables », sur lesquels il pourra être intéressant de revenir.

Cette qualité d’innovation se retrouve aujourd’hui encore dans le site personnel de Martin Winckler, le « Winckler’s Webzine », ainsi que dans son blog pour « écrivantes, écrivants, lectrices et lecteurs », le « Chevalier des touches », qui pourraient faire l’objet d’une intervention lors de cette journée. Ce blog exemplifie une caractéristique commune aux œuvres et aux analyses plurielles de l’auteur : les séries télé, les chroniques radiophoniques, l’apprentissage de l’écriture – la maladie même – déclinent, dans leur forme, le rapport chronique entre l’hétérogène du fragment et le continu.

Les intervenants sont invités à soumettre un résumé de leur communication d’environ 2500 signes (espaces comprises), ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique d’environ 1000 signes (espaces comprises) avant le 1er février à l’adresse suivante : journee.etudes.martin.winckler@univ-pau.fr. Les réponses seront données au plus tard le 15 février.

Remarque technique : les fichiers seront en .doc, .docx ou .odt et ainsi nommés : NOM-winckler.doc (le nom de famille ne devra pas comporter d’accent, de tréma ou de cédille).

La journée d’études aura lieu le vendredi 21 mars 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec la remise du Prix Heptaméron de la Nouvelle présidé par Martin Winckler. La publication des communications est envisagée.

N.B. : Le repas du vendredi midi des intervenants sera pris en charge, mais pas les frais de transport ni d’hébergement.

Les organisatrices :

Retrouvez cet appel et des informations complémentaires sur <http://crphl.univ-pau.fr/live/303-JE_2014_Winckler>

Appel à articles : Ecrans n°3, analyser les séries télévisées

ECRANS N°3 ANALYSER LES SERIES TELEVISEES

Les séries télévisées sont des produits culturels industriels narratifs, qui offrent à l’analyste deux difficultés majeures.

La première concerne leur temporalité. Produites durant plusieurs années sous des conditions variables et souvent par des individus différents, évoluant sous l’action de réceptions plus que jamais actives, elles n’apparaissent ni uniformes ni stables.

La seconde peut être formulée sous la forme d’un paradoxe : une série est un objet narratif, mais qui n’est pas du tout un récit. Une série en tant qu’objet textuel s’apparente plutôt à une machine à fabriquer des récits à l’intérieur d’un univers fictionnel (relativement) stable.

La temporalité sérielle nous oblige à rendre compte des inflexions à l’intérieur de cet objet long. Peut-on la comparer à celles d’autres « objets longs » comme l’œuvre d’un cinéaste ? À quoi oblige et que permet ce temps long ? Une série est-elle un objet à la dérive, inventé au fur et à mesure des épisodes ? Ou doit l’examiner à partir d’un potentiel narratif dont il serait possible de rendre compte ? Et comment rendre compte de l’intervention de la réception-interprétation par des publics, déjà mentionnée par Dominique Pasquier à propos de Hélène et les garçons ou par Henry Jenkins à propos de Star trek ?

Nous savons analyser des objets narratifs clos, comme les films ou les romans. Comment analyser des objets narratifs ouverts comme des séries télévisées ? La solution consiste trop souvent à revenir à des analyses de contenu qui négligent toute mise en scène (et toute mise en temps, voir le paragraphe précédent) aussi bien que l’expansion narrative, saison après saison, des séries télévisées. Les catégories classiques de genre ou d’auteur sont-elles d’une quelconque utilité ? L’analyse du film a mis au point des méthodes fructueuses : dans quelle mesure sont-elles exportables vers les séries télévisées ? Pour rendre compte de la narrativité spécifique des séries, faut-il rechercher de nouvelles méthodes ?

Écrans propose à la sagacité des chercheurs ces questions et sans doute quelques autres. Les propositions privilégiées manifesteront une démarche méthodologique explicite, soit de façon théorique, soit accompagnant l’analyse d’une série particulière.

Les propositions sont à envoyer à jpierre.esquenazi@wanadoo.fr avant le 30 juin (désolé de ce temps court). On connaîtra les propositions acceptées avant le 10 juillet.

Les articles sont à rendre pour la fin du mois d’octobre.

Colloque : les musiques de séries TV, 30-31 mai, Nantes

Colloque international francophone : Les musiques de séries télévisées

jeudi 30 et vendredi 31 Mai 2013, Université de Nantes !

Une manifestation de deux jours consacrée à la musique de séries télévisées réunira à Nantes les 30 et 31 mai 2013 des universitaires et des professionnels. Si la valeur artistique des séries est désormais reconnue, personne ne s’est encore penché sur leurs musiques, qui participent pourtant pleinement à l’originalité et à l’intensité de ces œuvres audiovisuelles. Il nous semble important de commencer à explorer ce passionnant champ de recherche, alors que les travaux sur la musique au cinéma, eux, se multiplient. A travers des communications de chercheurs, certains de renom international (Philipp Tagg, Jean-Pierre Esquenazi), et des tables rondes confrontant au minimum un compositeur et un producteur de séries télévisées, nous chercherons à comprendre les enjeux esthétiques spécifiquement musicaux posés par les séries. les enjeux esthétiques des musiques soulevées dans des séries télévisées.

International Colloquium about televisions series’ music

30 and 31 may 2013 at the University of Nantes.

A two-day event devoted to the music of television series will gathering academics and professionals in Nantes on 30 and 31 May 2013 . If the artistic value of the series is now recognized, nobody has yet considered their music. However it participate fully in the originality and intensity of audiovisual works. It seems important to start exploring this exciting field of research, while work on music in cinema are multiplying. Through communications researchers, some internationally recognized (Philip Tagg, Jean-Pierre Esquenazi), but also with round tables where will confront at least a composer and producer of television series, we will try to understand the aesthetic issues raised from music in television series.

Programme : http://colloquemusiquedeseries.wordpress.com