Archives par mot-clé : series

Parution : Belphégor “Sérialités”

Le nouveau numéro de la revue internationale plurilingue Belphégor,  consacrée à l’étude des littératures populaires et de la culture médiatique, est en ligne. Son dossier est consacré aux sérialités.

Si l’on allume la radio, si l’on regarde des programmes télévisuels ou si l’on ouvre les pages « culture » de la presse quotidienne ou hebdomadaire, on ne peut faire que le constat d’une culture devenue avant tout culture de masse, dans laquelle la plupart des pratiques distinctives s’inscrivent elles-mêmes dans un dialogue avec les productions de la culture industrielle. Tout un ensemble d’objets – les séries télévisées, la littérature de genre, les blockbusters, les bandes dessinées, les produits dérivés, les jeux vidéo ont en quelques décennies glissé de pratiques délégitimées stigmatisées par les prescripteurs, au sujet principal des discours critiques, au cœur de nos imaginaires. Or, tous ont en commun de pouvoir être décrits comme des productions sérielles. Par productions sérielles, nous entendons toute œuvre dont les modalités de Continuer la lecture de Parution : Belphégor “Sérialités”

Parution : “Séries et culture de jeunesse”

Ce nouveau numéro des Cahiers Robinson (Université d’Artois, Arras, 2016/1) est consacré à la forme de la « série », si prégnante dans la culture d’enfance et de jeunesse.  Cet objet est ici approché à travers la notion de « construction », qui permet de prendre en compte différents axes de problématisation : « construction » d’abord dans son sens structurel (une série, comment c’est construit, comment ça fonctionne ?, quels modèles et quels formats cela fait-il jouer ?), pour une réflexion sur la narrativité spécifique au récit sériel ; non plus du côté de la production, mais de la réception, « construction » ensuite compris dans un sens existentiel ou identitaire (comment ces formes sont-elles « formatrices » ?), engageant le rapport au temps, à l’évolution longue du personnage, mais aussi à « l’autorité » ou à l’auctorialité, dans le grand rééquilibrage actuel des places relatives de l’émetteur et du récepteur s’appropriant la fiction aimée. Cette plasticité des formes sérielles sera explorée à travers onze articles qui en analysent les formes, hier et aujourd’hui, sur des exemples de séries littéraires comme de séries télévisées ou plus largement médiatiques : de la Comtesse de Ségur à Glee ou Violetta en passant par Arsène Lupin, Michel et les Six compagnons

Sommaire

Anne Besson

Panorama des questionnements critiques

Matthieu Letourneux

Architextualité et séries culturelles

Evelyne Thoizet Continuer la lecture de Parution : “Séries et culture de jeunesse”

Colloque : Guerres en séries, Amiens, 11-13 juin

Guerres en séries

Amiens, UPJV, Logis du Roy

11-13 juin 2014

 

Mercredi 11 Juin : Guerre et Histoire

 

10h15 : Accueil par Philippe Nivet

10h30 : Introduction par Marjolaine Boutet

 

Mercredi matin (10h45-12h) : Guerre et stéréotypes

Président de séance : Philippe Nivet (UPJV)

10h45 : Julie Gallego (UPPA-CRPHL), Guerre des Gaules et guerres civiles dans la série Rome (HBO, 2005-2007)

11h15 : Olivia Carpi (UPJV-CHSSC), L’art du stéréotype. La mise en scène des guerres de Religion françaises du XVIe siècle dans Le Chevalier de Pardaillan de Josée Dayan (Antenne 2, 1988)

11h45 : Justine Breton (UPJV – TRAME), Faire rire avec la guerre : l’exemple de la série télévisée Kaamelott (M6, 2005-2009)

12h15 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Mercredi après-midi 1 (14h15-16h15) : Violences physiques et sociales des guerres médiévales et industrielles

Présidente de séance : Manon Pignot (UPJV-CHSSC)

14h15 : Maureen Attali (Paris 4), Violences extrêmes et mutilations dans Game of Thrones (HBO, 2011-) : la mise en scène d’un contexte religieux

14h45 : Jean Du Verger (ENSMM de Besançon), Parade’s End (BBC-HBO, 2012), ou le miroir fragmenté d’un monde en décomposition

15h15 : Donna Andréolle (U. du Havre – GRIC), The trauma of war and of (no) return: Figures of the veteran in Boardwalk Empire (HBO, 2010-)

15h45 : discussion

 

16h15-16h45 : pause

 

Mercredi après-midi 2 (17h-18h30) : Fantasmer la Seconde Guerre mondiale

16h45 : Guillaume Piketty (U. d’Oxford – Centre d’Histoire de Sciences Po), La Seconde Guerre mondiale dans Band of Brothers (HBO, 2001) et The Pacific (HBO, 2010)

17h15 : Zoé Grumberg et Clément Collard (Sciences Po), Le « maquis d’Antoine » dans Un Village français (France 3, 2009-) : théâtre de la résistance ?

17h45 : discussion

 

18h30 – 20h : Rencontre avec Frédéric Krivine, créateur et scénariste d’Un Village français, et Richard Sammel qui interprète Heinrich Müller dans la série.

20h30 : Dîner

Jeudi 12 juin : Les conflits récents

 

Jeudi matin 1 (9h-10h30) : Séries et guerre froide

Présidente : Barbara Villez (Paris 8)

9h30 : Claire Cornillon (Paris 13 – CERC de Paris 3), La représentation des guerres et de l’histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle dans Code Quantum (NBC, 1989-1993)

10h : Julie Richard et Georges Caron (lycée Alfred-Kastler, Cergy-Pontoise), Représenter la guerre froide : un conflit insaisissable ?

10h30 : discussion

 

Pause (11h-11h30)

 

Jeudi matin 2 (11h30-13h) : Guerres et mémoire

11h30 : Maggy Hary (Paris 7), Terrorisme ou guerre de libération ?
 Lecture critique du conflit israélo-palestinien dans The Promise de Peter Kosminsky (Channel 4, 2011)

12h : Florent Favard (U. de Bordeaux 3), War without end : le devoir de mémoire dans Babylon 5 (PTEN puis TNT, 1994-1998)

12h30 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Jeudi après-midi 1 (14h-16h) : La guerre contre la Terreur à l’écran

Présidente : Ariane Hudelet (Paris 7)

14h : Vanessa Loubet-Poëtte (UPPA – CRPHL), Conflit et stratégie(s) de l’évitement : La représentation du 11 septembre et de ses conséquences dans deux séries d’Aaron Sorkin, The West Wing (NBC, 1999-2006) et The Newsroom (HBO, 2012-)

14h30 : Pauline Blistène et Olivier Chopin (EHESS – CESPRA), De 24h chrono (Fox, 2001-2010) à Homeland (Showtime, 2011-) : la menace, l’ennemi et la Guerre à la Terreur

15h : Alexis Pichard (U. du Havre – GRIC), « Mens insana in corpore insano » : Figurations du mal de guerre américain dans Homeland (Showtime, 2011-) 

15h30 : discussion

 

Pause 16h-16h30

 

Jeudi après-midi 1 (16h30-18h30) : Focus sur Generation Kill de David Simon

16h30 : Sébastien Lefait (U. de Corse), « Tu n’as rien vu en Irak. » Logistique de l’aperception dans Generation Kill (HBO, 2008).

17h : Monica Michlin (Paris 4), Between Sensory Overload and Disillusionment? Representations of the Invasion of Iraq in Generation Kill (HBO, 2008)

17h30 : Thibaut de Saint-Maurice (lycée Gustave Eiffel, Rueil-Malmaison), Generation Kill (HBO, 2008) : le spectacle d’une guerre injuste

18h : discussion

 

 

20h : Dîner

 

Vendredi 13 juin : La guerre, autrement

 

Vendredi matin 1 (9h30-11h) : La guerre dans les séries espagnoles

Présidente : Sylvaine Bataille (U. de Rouen – ERIAC)

9h30 : Jean-Marc Lafon (U. de Montpellier 3 – CRISES), Hommage artistique ou tentative pionnière de révision historique ? La guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814) au prisme de la série Los Desastres de la guerra (1983)

10h : Jennifer Houdiard (U. de Nantes), Entre traumatisme originel et choc fondateur : la Guerre Civile espagnole dans la série catalane Temps de silenci (TV3, 2001-2002)

10h30 : discussion

 

Pause 11h-11h30

 

Vendredi matin 2 (11h30-13h) : Les traces de la guerre

11h30 : William Gleeson (U. du Maine), “Dark Lines on the Landscape”: Televised Uses of Post-Civil War Railroads

12h : Sarah Hatchuel (U. du Havre – GRIC), « Guilt is not an issue for a pilot in a time of war, we’re not trained to think that way » : Les maux de la guerre à travers les mots d’Alex dans la série In Treatment (HBO, 2008-2010)

12h30 : discussion

 

Déjeuner-buffet sur place

 

Vendredi après-midi (14h30-16h30) : Rire de la guerre

Présidente Donna Andréolle (U. du Havre – GRIC)

14h30 : Dennis Tredy (Paris 3), “War… What Is It Good For?’ Laughs and Ratings“: The Development of the Wartime Sitcom in the 1960’s and 1970’s

15h : Shannon Wells-Lassagne (U. de Bretagne-Sud), War games in Community (NBC, 2009-)

15h30 : discussion

 

16h : Conclusion et perspectives par Monica Michlin (U. de Paris 4)

 

Visite des hortillonnages pour ceux qui veulent prolonger leur séjour

Publication : TV/Series n°5, Religions en séries

series-tv

Cher-e-s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 5 de la revue TV/Series (http://tvseries.univ-lehavre.fr), numéro intitulé “Religions en séries” dirigé par Anne Crémieux et Donna Spalding-Andréolle.

Accès direct au numéro: https://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-5-Issue-5-mai-2014.html

Vous trouverez le sommaire ci-dessous. Très bonne lecture!

Bien cordialement,

Sarah Hatchuel, pour le comité de rédaction de TV/Series

 

SOMMAIRE

 

Préface (Anne Crémieux et Donna Spalding Andréolle)

Shannon Wells-Lassagne. « Religious Aesthetics in Game of Thrones »

Maureen Attali. « Fondamentalisme religieux et féminité démoniaque : réflexions autour du personnage de Lilith dansTrue Blood »

Sarah Hatchuel. « Lire l’avenir, changer le passé : Rêves et foi en la fiction dans la série Lost »

Emmanuelle Delanoë-Brun. « Esprit de corps, matière d’âme : les cadavres exquis du petit écran (The Walking Dead,BonesCSIDexterThe Closer, et quelques autres) »

Julie Richard et Georges Caron. « La religion et les grandes questions de société : l’exemple de la représentation de la peine de mort dans les séries américaines »

Elizabeth Levy. « “You Killed Our Baby !” : Cristina Yang and the Breaking of the Abortion Taboo in Grey’s Anatomy »

Nolwenn Mingant. « Peut-on être Américain et musulman ? La preuve par l’image dans All-American Muslim »

Notices biographiques des auteurs

Colloque : genre en séries : productions, représentations et appropriations genrées d'un dispositif télévisuel

seriesbordeaux

Colloque : genre en séries : productions, représentations et appropriations genrées d’un dispositif télévisuel

 

Le colloque Genre en séries: productions, représentations et appropriations genrées d’un dispositif télévisuel se déroulera les mercredi 26 et jeudi 27 mars 2014 à Bordeaux (Maison des Suds et Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

Le colloque international “Genre en séries” bénéficie du soutien de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’équipe d’accueil MICA – Médiations, Information, Communication, Arts et de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Il est labellisé par l’Atelier Genre des Universités de Bordeaux.

L’accès aux deux journées est libre et gratuit. Pour celles et ceux qui ne pourraient être présent.e.s, une publication des actes aura lieu dans la revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (publication scientifique adossée à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

 

Mercredi 26 mars 2014, Amphithéâtre de la Maison des Suds

 

13h Accueil des participant.e.s

 

13h30 Ouverture du colloque

Pierre Beylot, Directeur de la MSHA

Laetitia Biscarrat et Gwénaëlle Le Gras

 

13h45-14h45 Conférence inaugurale

Geneviève Sellier, Professeure d’études cinématographiques et audiovisuelles, Université Bordeaux Montaigne:

“Les séries télévisées, lieu privilégié de discussions des normes de genre: un essai de comparaison France/États-Unis”

 

Session 1. 14h45-16h15 : Les genres de la réception

Modérateur: Pierre Beylot, Université Bordeaux Montaigne

– Charo Lacalle, Professeure de sémiotique et théories de la communication à l’Université Autonome de Barcelone:

“L’expérience spectatorielle des femmes: analyse de la réception”

– Marianne Alex, Doctorante en communication. Spécialités cinéma et études des genres, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse:

“Le panthéon individuel de personnage : les séries télévisées américaines au service de l’identité de genre”

– Hülya Uğur Tanrıöver, Maître de conférences HDR, Faculté de Communication, Université Galatasaray:

“Femmes turques et séries télévisées : diversité des lectures, richesse des usages”

 

[16h15-16h45 pause]

 

Session 2. 16h45-18h15 : Il était une fois… ou l’apprentissage du genre

Modératrice: Sarah Sepulchre, Université Catholique de Louvain

– Mélanie Lallet, Doctorante contractuelle en SIC, Université Sorbonne Nouvelle, Laboratoire CIM, équipe MCPN:

“Genre et séries animées françaises: normativités, phénomènes de reprise et nouvelles représentations”

– Viviane Golasowski, Doctorante en littérature et arts de la scène et de l’écran, Université de Laval, Québec:

“Étude transmédiatique du genre : entre stéréotypes et modernités dans les fictions sérielles se réclamant des contes merveilleux (l’univers de Once Upon a Time)”

– Muriel Mille, Docteure en sociologie de l’EHESS, Postdoctorante en sociologie au Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS-CNRS):

“Inverser les rôles ou les conserver ? Les ambiguïtés de la représentation du genre dans le processus de fabrication de Plus Belle La Vie

 

Jeudi 27 mars 2014, salle Jean Borde, MSHA

 

Session 3. 9h-10h30 : Fictions sérielles entre innovation et consensus
Modératrice: Marlène Coulomb-Gully, Université Toulouse-Mirail

– Marie-France Chambat-Houillon, Maître de conférences en sémiologie des images, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CIM (CEISME)-Labex ICCA et Laurence Corroy, Maître de conférences en éducation aux médias, Vice-présidente en charge des moyens, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CIM (ERCOMES):

“Pour un archétype du féminin et du masculin ? Le discours essentialiste dans la série Les mystères de l’amour

– Aurélie Blot, Docteure en études anglophones, contractuelle à l’IUT de Bordeaux 1:

Girls : une révolution du genre ?”

– Charles-Antoine Courcoux, Maître d’enseignement et de recherche, section d’histoire et esthétique du cinéma, Université de Lausanne:

“A l’Ouest, quelque chose de nouveau ? Féminité et sexualité dans les séries contemporaines américaines”

 

[10h30-10h45 pause café]

 

Session 4. 10h45-12h15 : Genre et parentalité

Modératrice: Véronique Béghain, Université Bordeaux Montaigne

– Peter Marquis, Maître de conférences études américaines, Université de Rouen:

“Le père nouveau genre? La paternité dans Modern Family, Parenthood et Tara dans tous ses Etats

– Florent Favard, Doctorant en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Bordeaux Montaigne:

“Liminarité, hubris et paternité dans la série Fringe

– Sarah Lécossais, Doctorante en SIC, ATER InfoCom, Université Paris 3:

“Quand le genre fait le parent. Genre et parentalité dans les séries télévisées françaises”

 

12h15-12h30

Présentation de l’association Littératures populaires et culture médiatique par Sarah Sepulchre

 

[12h30-14h buffet]

 

Session 5. 14h-15h30 : Féminité et séries contemporaines : entre archaïsme et modernité

Modérateur: Éric Macé, Université de Bordeaux

– Barbara Laborde, Maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3:

“Des scénarios qui rendent les femmes malades : le cancer du sein dans les séries TV”

– Barbara Dupont, Assistante à l’Institut des hautes études de communications sociales (IHECS, Bruxelles) et doctorante en communication à l’Université de Louvain-la-Neuve (UCL):

“Questionner la binarité des genres dans les séries TV: l’exemple de la masculinité au féminin dans Glee

– Özlem Danacı Yüce, Maître de conférences en sciences de la communication, Université Galatasaray et Gülsün Güvenli, Maître de conférences associée en Sciences de la Communication, Université Galatasaray :

“Représentations des femmes dans les séries télévisées turques”

 

[15h30-16h pause]

 

Session 6. 16h-17h30 : Les séries policières ont-elles mauvais genre ?

Modératrice: Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

– Taline Karamanoukian, Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, chargée de cours à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense:

“Représentations de genre dans la série Les Bleus, premiers pas dans la police

– Aline Hartemann, Doctorante en sociologie, Zentrum/Centre Marc Bloch, Berlin et EHESS, Institut Marcel Mauss, Paris:

“Le commissaire est une femme : les séries policières sur Arte comme espace de réflexion et de projection du changement social”

– Mathieu Arbogast, Doctorant en sociologie à l’EHESS et Paris-Ouest-Nanterre-La Défense (co-direction):

“De si jeunes femmes ? L’âge des comédien.ne.s, révélateur et générateur d’inégalités dans les séries policières.”

 

17h30-17h45 Conclusion

 

Organisatrices : Gwénaëlle Le Gras, Laetitia Biscarrat

Url de référence : http://genreenseries.weebly.com/  

Appel à communications : "Bis repetita placent. Remake et technologie dans le cinéma et les séries télévisées du monde anglophone", Grenoble, 3-5 octobre 2013

« Bis repetita placent » ? Remake et technologie dans le cinéma et les séries télévisées du monde anglophone

Colloque inter-laboratoire CEMRA (Université Stendhal Grenoble 3) et GRIC (Université du Havre)

Université Stendhal Grenoble 3, les 4 et 5 octobre 2013.

Lorsque Serge Daney déclare en 1991 « Ne sera gardé du cinéma que ce qu’on pourra refaire », il dénonce en fait la tendance des studios hollywoodiens à tabler sur le succès d’œuvres antérieures pour alimenter leur usine à rêves, créatrice d’une mythologie qu’il oppose à l’œuvre d’art unique qui « se conserve », alors qu’« une mythologie ne cesse, au contraire, de se gérer, de se recycler selon l’air du temps et l’état des techniques. » Cependant, le remake est loin d’être une pâle imitation de l’œuvre originale et bien des chefs-d’œuvre consacrés sont desremakes, de The Man Who Knew Too Much (Hitchcock, 1956, remake de son propre film de 1934) à A Star is Born (Cukor, 1954, remake de Wellman, 1937), de Scarface (Scorcese, 1973, remake de Hawks, 1932) à The Departed (Scorcese, 2006, remake de Lau et Mak, 2002, et deG-Men, 1935), de True Grit (les frères Coen, 2010, remake de Hathaway, 1969) à 3:10 to Yuma (Mangold, 2007, remake de Daves, 1957). Tous les genres se prêtent aux remakes alors que les technologies évoluent, permettant une actualisation substantielle à partir d’une trame scénaristique connue. L’évolution d’autres facteurs clé, tels que le jeu d’acteur ou les enjeux sociétaux, poussent aux remakes, notamment de films comiques, dramatiques ou politiques.

À travers des études de cas aussi bien que des réflexions théoriques, le colloque tentera de répondre aux questions que toute étude desremakes soulève : quel est le statut du remake ? Quelles sont ses relations avec l’œuvre antérieure ? Que mettent à jour les modulations scénaristiques, esthétiques et technologiques ? En particulier, les typologies des remakes proposées par Michael Druxman, Harvey Roy Greenberg ou, plus récemment, Constantine Verevis peuvent être envisagée à la lumière des nouvelles technologies, qui élargissent les différents types de remake déjà repérés. Si, comme l’affirme Greenberg, le remake est « pré-vendu » au public qui reconnaît l’œuvre originale, l’apport technologique sert-il exclusivement cet objectif de (pré)vente ou peut-on en discerner d’autres fonctions ? Ainsi, on notera que certains films ressortent, inchangés à l’exception de leur « transformation » de 2D en 3D ou voient leurs effets spéciaux « mis à jour ». S’agit-t-il d’une forme nouvelle de remake, et ces ajouts digitaux répondent-ils à la même logique que la colorisation subie en leur temps par les films originellement distribués en noir et blanc, ou que les remakes parlant de films muets, dans la mesure où la technologie altère l’expérience spectatrice ? S’agit-t-il d’un retour aux sources du « cinéma des attractions » permis par la technologie numérique ?

Ces questions sont d’autant plus pertinentes à l’ère des technologies numériques qui repoussent les limites de fabrication de mondes imaginaires. Les films d’horreur, de science-fiction et de fantasy sont depuis longtemps sujets aux remakes et à la sérialité, notamment à l’âge d’or du cinéma et jusque dans les années soixante, où s’enchaînaient les DraculasFrankenstein et autres Nosferatu. Le numérique a permis une recrudescence des remakes de science-fiction et de fantasy, que ce soit sur le grand ou le petit écran. Peut-on en mesurer l’apport, idéologique et esthétique, au-delà de la démarche économique répondant à l’attente d’un public friand d’effets spéciaux et de films en 3D ?

On peut également s’interroger sur la nature et la valeur de la métamorphose la plus récente du remake qu’est le reboot, où ce ne sont plus des films individuels mais des « franchises » entières qui sont remises à zéro et relancées (Star Trek, 2009, Spiderman, 2012). Le phénomène pointe du doigt les nouvelles stratégies mises en place par des studios cherchant à renouveler leurs franchises les plus rentables. Pourtant si la trame générale reste plus ou moins la même d’une mouture à l’autre, les intrigues unitaires peuvent être totalement inédites, les personnages et leurs biographies entièrement refondés, l’esthétique des séries radicalement repensée, tandis que des échos de nature très différentes (scènes ou dialogues qui se répondent d’un métrage à l’autre sans nécessairement se copier) rendent plus complexes qu’autrefois les liens unissant les originaux à leurs remakes. Lorsque Tim Burton, en 2001, qualifie de « reimagining » sa version de La Planète des singes, il cherche à se défendre de l’accusation d’inutile remake, mais il souligne également les possibilités créatives nouvelles offertes par la technologie numérique en même temps qu’il met en avant la capacité d’un auteur à se réapproprier un matériau préexistant et à s’éloigner de celui-ci, au même titre que l’adaptation (et cette deuxième Planète des singes, pour reprendre cet exemple, n’est-elle pas aussi une seconde adaptation du roman de Pierre Boulle avant d’être le remake du premier film ? La distinction a-t-elle encore un sens ?).

Nous invitons les participants à explorer ces questions théoriques et le rapport entre technologie et remake ainsi que l’évolution de celui-ci, en particulier depuis une trentaine d’années et l’apparition des technologies numériques ;

  • Ainsi, on pourra s’intéresser à la représentation, et la mise en scène de la technologie dans les remakes eux-mêmes (notamment les enjeux esthétiques et idéologiques) ;
  • Le remake connaît de nombreux dérivés : quel statut donner à des séries et des films homonymes de l’original dont ils s’inspirent, mais que tout semble séparer ?
  • Comment traiter les cross-overs : la série qui devient film (Twin Peaks, Star Trek…) ou le film qui devient série (M*A*S*H*) ? Quand considère-t-on avec le changement de média que le remake est une adaptation, au même titre que l’adaptation littéraire ?
  • Les remakes de télévision : comment expliquer l’apparition récente des remakes télévisés (Battlestar GalacticaBionic WomanV,Knight Rider, Hawaii Five-O, Charlie’s Angels), ou, si l’on veut, l’absence si longue du phénomène sur le petit écran ? Quel rôle, esthétique ou thématique, y joue la technologie ? Quelles sont les spécificités des remakes télévisés vis-à-vis du cinéma ?
  • Enfin, que dire du rôle des technologies dans la diffusion élargie des films et séries télévisées et les « échos » comme le vidding, desremakes amateurs parodiques postés sur Internet et diffusés par les réseaux sociaux, le rôle des blogs et des fanzines électroniques dans la faisabilité économique d’un remake ?

Les propositions de 350 mots en français ou en anglais, accompagnées d’une notice bio-bibliographique de 200 mots environ sont à envoyer àClaire.Maniez@u-grenoble3.fr et Donna.Andreolle@univ-lehavre.fr pour le 15 février 2013.

Call for papers : ‘Spaces of Television: Production, Site and Style’, University of Reading, 18-20 September 2013.

Call for Papers:

‘Spaces of Television: Production, Site and Style’

University of Reading

Wednesday 18 – Friday 20 September 2013

The culminating conference arising from the AHRC ‘Spaces of Television’ project will be held at the University of Reading from Wednesday 18th to Friday 20th September, 2013. Proposals are invited for papers and/or panels on the theme of ‘Spaces of Television: Production, Site and Style’. The project is about television fiction produced in the UK from 1955-94. It analyses how the material spaces of production (in TV studios and on location) conditioned the aesthetic forms of programmes. We are interested in how fictional spaces represented on the screen across a range of drama during this period negotiated the opportunities and constraints of studio and exterior space, film and video technologies, and live-ness and recording.

While we particularly welcome papers that specifically address British TV drama during this period, we will also consider comparative perspectives concerning dramas from other television industries, import/export, transnational exchange, co-productions and spatially-themed studies of earlier or later dramas.

Possible topics include but are not limited to:

  • The institutional and aesthetic relationships between the spaces of television production (studio, location) and dramas’ social, political and cultural meanings.
  • Histories and historiographies of television drama, particularly relating to production strategies and institutional contexts.
  • The social and cultural meanings of the spaces depicted in télévision drama: e.g. heritage spaces, the urban and the rural, regional, national and foreign spaces, fantasy spaces.
  • Case studies of television dramatists, actors, directors, producers, designers, or other production staff focusing on mise-en-scene and issues of space.
  • The relationship between television dramatic space and performance, and the social and cultural meanings of performance in different spatial and aesthetic contexts.
  • Analysis of the dramatic conventions of television genres and their realisation through the use of space and mise-en-scene.
  • The spatial significance of particular production techniques and/or special effects in television drama.

Proposals for 20 minute papers in the form of a 250 word abstract (or outline of a three person panel) should be submitted to Dr Billy Smart (w.r.smart@reading.ac.uk) by Friday 25 January 2013.

We welcome proposals from both established scholars and early career researchers including postgraduate students.

‘Spaces of Television’ is an AHRC-funded research project led by the University of Reading in collaboration with the University of Leicester and the University of Glamorgan.

Further details of the project can be found at:

http://www.reading.ac.uk/ftt/research/Spacesoftelevision.aspx

Parution TV/Series, n°2, "Les séries télévisées dans le monde : Echanges, déplacements et transpositions"

Parution du numéro 2 de TV/Series, “Les Séries télévisées dans le monde : Échanges, déplacements et transpositions”.

Ce numéro est en ligne à l’adresse suivante:

http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-2-Issue-2,1656.html

SOMMAIRE

Preface (Sylvaine Bataille et Sarah Hatchuel)

1. Échanges : « Mirroir, Mirroir »

  • Donna Andréolle, Gérald Billard, Arnaud Brennetot, Bertrand Pleven, Amandine Prié. « Subversive suburbia : L’effondrement du mythe de la banlieue résidentielle dans les séries américaines »
  • Donna Spalding-Andréolle. « … Paved with the Best Intentions ? Utopian Spaces in Star Trek, the Original Series (NBC, 1966-1969) »
  • Jennifer Houdiard. « La série catalane Ventdelplà, entre réalisme et utopie »
  • Valérie Foulquier. « Promenades au cœur du Village : L’articulation des espaces dans la série Le Prisonnier »
  • Sébastien Lefait. « Dystopian Villages : Surveillance and Re-mediation in The Prisoner »
  • Eric Gatefin. « La représentation de l’espace américain dans The West Wing »
  • Florence Cabaret. « Representations of Power Shifts Between Great Britain and India in The Jewel in the Crown (ITV, 1984) »
  • Amandine Ducray. « Take Me Back to Dear Old Blighty ? Déplacements, hybridation et oscillation identitaires dans les séries humoristiques à contenu ethnique à la télévision outre-Manche (1972-2011) »

2. Déplacements : circulation et adaptation

  • Eliane Wolff. « Du Mexique à l’Île de La Réunion : Études de réception de deux telenovelas “créolisées” »
  • Shannon Wells-Lassagne. « Crossing the Pond : Adapting The Office to an American Audience »
  • Justine Huet et Sathya Rao. « Les Invincibles en France : Temps et espace d’une adaptation »
  • Stéphane Thévenet. « La localisation à l’étranger dans les séries télévisuelles contemporaines et l’affirmation internationale de la Corée du Sud »
  • Marine Legagneur. « Importations, transpositions, adaptation dans le feuilleton quotidien Plus belle la vie »
  • Marie Tréfousse. « Jean-Paul Boher, ou le détournement du héros de 24 Heures chrono par Plus belle la vie »

3. Transpositions : intertextualité et transferts

  • Ronan Ludot-Vlasak. « Canon Trouble : Intertextuality and Subversion in Queer as Folk »
  • Natalie Depraz et Frédéric Mauriac. « Figures de la mobilité dans la série télévisée Dr. House et dans le service d’urgence médicale ERIC : Étude comparative de phénoménologie appliquée »

Notices biographiques des auteurs

Besson Anne (Université d’Artois)

 

Anne Besson est Professeur de Littérature Générale et Comparée, à l’Université d’Artois (Arras). Spécialiste des ensembles romanesques et des constructions de mondes alternatifs, particulièrement en science-fiction, fantasy et littérature de jeunesse, elle est l’auteur de D’Asimov à Tolkien, cycles et séries dans la littérature de genre (CNRS Editions, 2004), La Fantasy (Klincksieck, collection « 50 questions », 2007) et Constellations (CNRS Editions, 2015) sur les univers expansifs de la culture médiatique contemporaine. Impliquée dans l’organisation et la diffusion des activités de recherche, co-fondatrice de l’association « Modernités médiévales », elle a organisé plusieurs colloques, coordonné une douzaine d’ouvrages collectifs et animé les deux sessions du MOOC « Fantasy ».

Champs de recherche :

  • Littérature comparée ; culture populaire ; nouveaux médias.
  • Ensembles romanesques, cycles et séries
  • science-fiction et fantasy, genres de l’imaginaire
  • univers partagés : mondes fictionnels et extensions médiatiques