Archives par mot-clé : série télévisée

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Parution : Kaamelott et l’histoire

Kaamelott, un livre d’histoire, Justine Breton et Florian Besson (dir.), éditions Vendémiaire, 2018

 

Le Graal pourrait-il être un bocal à anchois ? Comment Perceval connaît-il la Poétique d’Aristote ? Merlin tient-il du démon ou de la pucelle ? Les règles du sloubi seraient-elles inspirées de celles du trut ? Les dragons étaient-ils des anguilles ? Recrutait-on les chevaliers à la taverne ? Pourquoi le casque du Viking est-il cornu ? S’est-on rendu compte à Kaamelott que l’empire romain avait pris fin ?

La série télévisée Kaamelott qui met en scène le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde a marqué le public par son humour décapant, ses personnages loufoques et ses répliques devenues cultes. Mais faut-il prendre au sérieux la façon dont elle réécrit aussi bien la légende arthurienne qu’une période historique charnière, entre Antiquité tardive et Moyen Âge ? C’est le pari qu’a fait une équipe de jeunes chercheurs : montrer que, au-delà des anachronismes qui font toute la saveur de la série, Kaamelott produit un discours riche d’enseignement. Tant il est vrai que chaque génération réactualise ses mythes, les parodiant ou les réinventant Continuer la lecture de Parution : Kaamelott et l’histoire

Colloque : Kaamelott

Colloque – Kaamelott, la relecture de l’histoire

Le 24 et 25 mars, Université Paris-Sorbonne, Paris

Attention : l’inscription obligatoire est close

Colloque organisé par Florian Besson (doctorant en histoire médiévale à l’Université Paris-Sorbonne) et Justine Breton (docteure en littérature médiévale de l’Université de Picardie-Jules-Verne)

Programme :

Vendredi 24 mars 2017

9h : accueil des participants
9h30-10h Introduction (Florian Besson – Justine Breton)

Session 1 Pouvoirs arthuriens

10h-10h25 Aurélie Houdebert (Université Paris III-Sorbonne) – « Le poète et le roi : le Perceval d’Alexandre Astier »
10h25-10h50 Rudi Beaulant (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – « « Demain, on gracie » ! Représenter la justice mediévale dans Kaamelott »
1050-11h15 Jonathan Bocquet (de Lyon) – « De l’idéal de la table ronde à l’exercice du pouvoir, le politique dans Kaamelott »
11h15-11h45 Questions
Repas 11h45-13h15

Session 2 Images de Rome

13h15-13h40 Maxime Emion (Université de Rouen) – « L’armée romaine dans Kaamelott »
13h40-14h05 Pauline Ducret (Université Paris 8-Saint Denis) – « Arturus Rex, roi des Bretons. Images de la Rome antique dans Kaamelott » Continuer la lecture de Colloque : Kaamelott

Séries et dépendance / Dépendance aux séries

Appel à contributions,  pour le colloque « Séries et dépendance / Dépendance aux séries »

invention

“It’s like the people who make potato chips. They know how to put the right chemicals in there to make you want to eat the next potato chip. Our goal is to make you want to watch that next episode.” / « On fait comme les fabricants de chips. Ils savent quels additifs mettre dans leur produit pour vous pousser à en manger encore plus. Nous, on fait en sorte que vous vouliez voir l’épisode suivant. »
Carlton Cuse
Imaginons un instant des propos semblables tenus non pas par Carlton Cuse, le scénariste réputé de plusieurs épisodes de Lost, mais par un chimiste de l’industrie du tabac. Impossible ! Une telle déclaration reviendrait à avouer non seulement que le tabac est addictif, mais également qu’il est conçu pour l’être le plus possible, à des fins mercantiles. En comparaison, la position de Carlton Cuse ne semble choquer personne. Elle atteste cependant une double réalité. Premièrement : les séries possèdent indéniablement une dimension addictive. Produits de consommation courante, elles peuvent engendrer un besoin frénétique. Et, comme pour les produits de l’industrie agroalimentaire évoqués par Cuse, leur surconsommation peut entraîner un nombre important de symptômes problématiques. Deuxièmement : les séries sont pensées pour susciter la dépendance. Leurs concepteurs affinent une recette miracle, dont les ingrédients et les savoir-faire mis en jeu contribuent à créer ou à entretenir leur dimension addictive. La série télévisée serait-elle l’une des dernières drogues légales à pouvoir organiser ainsi sa prolifération incontrôlée ? Continuer la lecture de Séries et dépendance / Dépendance aux séries

Appel : « Goldorak, 40 ans après »

« Le ciel garde encore la trace du prince Actarus »:

Goldorak, le colloque, 40 ans après

Colloque les 18-19 mars 2016, réponses attendues pour le 30 septembre 2015

IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et GRIC (Université du Havre)

Diffusé pour la première fois sur nos écrans en juillet 1978, Goldorak, anime japonais réalisé par Toei Animation et adapté d’un manga de Go Nagai (UFO Robo Grendizer), est un succès immédiat. Il marque toute une génération d’enfants, fait la Une de Paris Match en janvier 1979 et suscite colère et désespoir chez les adultes qui le relèguent au rang de “japoniaiserie” et l’accusent d’influences délétères sur les enfants – en 1981, Liliane Lurçat publie une enquête au titre alarmant : A cinq ans, seul avec Goldorak. Trente-sept ans après sa première diffusion en France, il est temps de porter un nouveau regard sur cette fiction sérielle, d’autant plus que cet anime est encore très présent dans les mémoires et a laissé des traces dans la vie artistique. Fin 2014, il a ainsi été au centre d’une exposition à la galerie Sakura, qui a réuni photographes, graphistes, plasticiens et sculpteurs français et étrangers. Le “formidable robot” est sans cesse réapproprié et, pour ainsi dire, “métamorphosé” pour être transmis à une autre génération de spectateurs. Le coffret DVD remasterisé est sorti en France en 2014 et un manga en reboot intitulé Grendizer Giga, a été écrit et illustré par Go Nagai en 2015 à l’occasion des quarante ans du manga original. Goldorak est devenu une icône culturelle qui suscite passion et nostalgie – un objet qu’il convient d’éclairer par des approches universitaires croisées. Continuer la lecture de Appel : « Goldorak, 40 ans après »

Parution : « Game of Thrones, série noire »

Game of Thrones, série noire

 Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Les Prairies ordinaires, avril 2015

GoT

Dragons et incestes, nains et prostituées, mouvements de troupes et montée de l’Hiver : créée en 2011 par la chaîne HBO à partir des romans de G.R.R. Martin, Game of Thrones décrit un univers d’intrigues et d’incertitudes. Épopée littéraire devenue succès télévisuel sans précédent, la série teinte son univers médiéval et fantastique d’une cruauté et d’un pessimisme neufs, pour raconter la lutte de grandes familles à la conquête du Trône de fer. Elle réserve de nombreuses surprises concernant à la fois les rapports entre réalisme et imaginaire, écrit et télévision, ou guerre et politique. Cet ouvrage collectif réunit critiques, historiens, philosophes, écrivains français et étrangers pour resituer Game of Thrones dans l’histoire de l’heroic fantasy, genre réputé mineur à la conquête d’une audience de masse, pour décrire sa matérialité visuelle et sonore, pour interroger, à travers les raisons qui font de cette série un événement, la manière dont elle éclaire l’état contemporain du monde et celui de la fiction.
Avec des textes de : William Blanc, Gabriel Bortzmeyer, Yann Boudier, Guillaume Bourgois, Gilles Grand, Jack Halberstam, Émilie Notéris, Mathieu Potte-Bonneville et Eugenio Renzi.

Parution : « True Blood. Politique de la différence »

Frédéric Bisson, True Blood. Politique de la différence

  PUF, mars 2015//

Les vampires sont sortis du cercueil. Grâce à l’invention d’un sang synthétique, le Tru Blood, ils se sont libérés de la prédation clandestine. La Ligue américaine des vampires lutte dans les médias contre les stigmatisations morales et religieuses et pour la reconnaissance de leurs droits civiques. Mais derrière cette mascarade de l’intégration, ils demeurent inassimilables. La morsure du vampire et la puissance addictive de son sang érotisent les rapports sociaux avec les humains. Après ce premier coming out, une foule bigarrée d’êtres surnaturels sort peu à peu de l’ombre, métamorphes, loups-garous ou fées. Ils se mêlent à la population rurale de Bon Temps, petite ville de Louisiane qui devient soudain le théâtre d’une déconstruction généralisée des identités de genre.
Cet essai montre en quoi la série d’Alan Ball constitue une contribution originale aux études sur le genre et la sexualité.
Continuer la lecture de Parution : « True Blood. Politique de la différence »

Philoséries : Journée d’étude Dollhouse, 8 juillet, Paris 1

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de Philosophie

EA PhiCo Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne – EXeCO Expérience et Connaissance

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

Journée d’étude Dollhouse

8 juillet 2014, ISCC, 20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e

Programme Continuer la lecture de Philoséries : Journée d’étude Dollhouse, 8 juillet, Paris 1

Parution: TV/Series n°5, "Religions en séries"

tv series

TV/Series n°5

« Religions en séries »

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 5 de la revues TV/Series (http://tvseries.univ-lehavre.fr), numéro intitulé « Religions en séries » dirigé par Anne Crémieux et Donna Spalding-Andréolle.
Accès direct au numéro: https://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-5-Issue-5-mai-2014.html

Vous trouverez le sommaire ci-dessous. Très bonne lecture!
Bien cordialement,

Sarah Hatchuel, pour le comité de rédaction de TV/Series

SOMMAIRE

Préfac
e (Anne Crémieux et Donna Spalding Andréolle)

Shannon Wells-Lassagne. « Religious Aesthetics in Game of Thrones »

Maureen Attali. « Fondamentalisme religieux et féminité démoniaque : réflexions autour du personnage de Lilith dans True Blood »

Sarah Hatchuel. « Lire l’avenir, changer le passé : Rêves et foi en la fiction dans la série Lost »

Emmanuelle Delanoë-Brun. « Esprit de corps, matière d’âme : les cadavres exquis du petit écran (The Walking Dead, Bones, CSI, Dexter, The Closer, et quelques autres) »

Julie Richard et Georges Caron. « La religion et les grandes questions de société : l’exemple de la représentation de la peine de mort dans les séries américaines »

Elizabeth Levy. « “You Killed Our Baby !” : Cristina Yang and the Breaking of the Abortion Taboo in Grey’s Anatomy »

Nolwenn Mingant. « Peut-on être Américain et musulman ? La preuve par l’image dans All-American Muslim »

Notices biographiques des auteurs