Archives par mot-clé : sérialité

CFP: Crime Series (deadline: 31 juillet 2012).

CFP

Crime Series

Following our recent project The Foreign in International Crime Fiction: Transcultural Representations (forthcoming from Continuum, August 2012, see information available at www.continuumbooks.com/books/detail.aspx?BookId=167802&SubjectId=997&Subject2Id=927), we invite interested scholars and specialists to contribute to a planned volume on crime series.  We envisage including studies of print, television, and film series and are keen to consider a wide range of authors, countries and time periods. The category ‘crime fiction’ is here understood in the broad sense i.e. detective, spy, mystery and thriller. Research which includes interview input from crime fiction authors is especially welcome.

According to Eco (1966) in his study of the Bond books, a series is constructed around a fixed grammar. Other critics such as Cawelti (1976) have insisted on the formulaic nature of crime fiction, including the series. To what extent is this accurate? What are the mechanisms that anchor a series? What constitutes a series? How do the central characters evolve over time? Can a series (eg. Sherlock Holmes or James Bond) be successfully continued by another author or authors? What moves or allows an author to create more than one series? Might a series be based on elements other than the main protagonist, for example a place? Are series able to create a “sense of a place” (Geherin 2008)? Are there different criteria for a series in different cultures, or across genders and age groups? Can series address the problems and anxieties of a specific class, gender or age group? To what extent do readers’ expectations play a role? How do print series translate into visual form or vice-versa? We welcome proposals addressing these and any other pertinent aspects.

Schedule: Proposals of approximately 500 words, a short bibliography and a 50-word author note should be sent by 31st July 2012. Selected proposers will be invited by 31st August 2012 to send their full article of no more than 5000 words including bibliography and notes by 30th November 2012. Final acceptance will be advised by 31st January 2013.

Please, feel free to circulate this.

All inquiries and initial proposals to: carolina.miranda@vuw.ac.nz.

Jean Anderson

Carolina Miranda

Barbara Pezzotti

(Appel) Fiction policière et série télévisée : Nicolas Le Floch, un "expert" au temps des Lumières (31 octobre 2012)

Fiction policière historique et série télévisée

Nicolas Le Floch, un « expert » au temps des Lumières

Journée d’étude

Université de la Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche

22 mars 2013


Organisée conjointement par le CEISME-CIM (Paris 3), TELEM (Bordeaux 3) et l’Equipe « Culture et communication » du Centre Norbert Elias de l’université d’Avignon (UMR 8562), et avec la participation de l’INA.

Depuis 2008, France 2 propose dans sa case « polar » du vendredi soir, et à raison de deux épisodes par an (huit en tout à ce jour), une série policière historique, mettant en scène les enquêtes d’un commissaire de police, Nicolas Le Floch, au service du lieutenant général de police Sartine pendant le règne de Louis XV. Avec ses amis l’inspecteur Bourdeau, son adjoint, et Sanson le bourreau, également préposé aux dissections (et autopsies !), il mène l’enquête avec sens du devoir, humanité et humour. Affichant assez ouvertement son adhésion aux valeurs des Lumières, il ne cache pas son amour de la vie et cède volontiers aux séductions d’un libertinage bien tempéré. Celui qui est aussi le marquis de Ranreuil est un familier du roi, souvent chargé d’ « affaires extraordinaires » où se mêlent énigme policière, espionnage et diplomatie.

La fiction policière historique est un genre relativement rare sur le petit écran et elle ne s’est que peu aventurée en-deçà du 19 ème siècle. Celle dont il est ici question n’entretient avec la « réalité » du 18ème siècle qu’un rapport de seconde main. En effet, cette fiction filmique résulte de l’adaptation des romans policiers historiques de Jean-François Parot, qui s’efforcent de restituer au plus près la réalité politique, économique et sociale des règnes de Louis XV et de Louis XVI, tout en s’efforçant de procéder à une « restitution vraisemblable » (Jean-François Parot) de la langue de l’époque. Mais seuls les quatre premiers épisodes de la série sont de véritables « adaptations » car aujourd’hui, personnage affranchi de la tutelle de son créateur, Nicolas Le Floch est télévisuellement franchisé. Ce personnage récurrent et ses principaux comparses appartiennent en effet désormais à la société de production Phares et Balises, qui peut leur faire vivre des aventures originales sous la plume du scénariste Hugues Pagan. Et, comme le dit Ariane Gardel, la directrice littéraire (www.nicolaslefloch.fr), à l’issue de toutes ces médiations, nous n’avons pas affaire à « un « documentaire sur le 18ème » ni à une adaptation littéraire mais bien à « une série, en prime time, pour la télévision. »

Notre journée d’étude – sous le regard croisé de dix-huitiémistes, d’historiens des médias, de sémiologues, de sociologues de la réception, de linguistes… – aura pour vocation de mettre en lumière toutes les médiations qui construisent cet objet télévisuel complexe et d’en dessiner l’archéologie génétique ; de souligner les rapports que cette série entretient avec l’Histoire et de s’interroger sur la « vérité de la fiction » (Jean-Pierre Esquenazi, La vérité de la fiction, Hermès-Lavoisier, 2009.) ; de mettre en évidence les ressorts de l’écriture sérielle ainsi que son inscription dans l’histoire du genre policier à la télévision ; de questionner son rapport singulier à la langue ; de s’efforcer enfin de définir le(s) public(s) au(x)quel(s) elle se destine.

Les axes d’étude majeurs de cette journée pourraient être, sans en exclure d’autres :

L’Histoire et la fiction

Quel rapport la fiction historique proposée ici entretient-elle avec la « vérité » historique et les événements historiques dans lesquels elle s’inscrit ? Quel(s) usage(s) fait-elle des personnages historiques (Sartine, par exemple) qu’elle met en scène ? Quelle image de la société du temps, de ses moeurs et usages, nous renvoie la série ? En quoi cette série contribue-t-elle à la « construction d’une culture commune par la fiction » ? (Images du Siècle des Lumières à la télévision. Construction d’une culture commune par la fiction, de boeck-INA, 2010, dir. Bernard Papin).

Les stratégies de l’adaptation et l’intertextualité télévisuelle

Les romans de Jean-François Parot et leur adaptation. La triple médiation Histoire/roman/scénario. Construction du personnage et intertextualité : quels modèles littéraires, cinématographiques et télévisuels pour le commissaire Le Floch (le « Maigret des Lumières » ou déjà un véritable « expert » ?). La « franchisation » progressive du personnage.

Ecriture sérielle, genre et ton

Structure des épisodes. Construction du « personnel » sériel. Musique, costumes et décors : dénotation et connotation.

La fiction policière historique, un « genre intermédiatique » (Fictions patrimoniales sur grand et petit écran, Contours et enjeux d’un genre intermédiatique, PUB, 2009, dir. Pierre Beylot, Raphaëlle Moine) et le mélange des genres : adaptation littéraire, série policière, film historique « en costumes », « fiction patrimoniale », « heritage films », « téléfilms de prestige » …

La diversité des tons au fil des épisodes.

La langue comme mode de contextualisation

La mise en oeuvre de la langue comme mode de contextualisation. Etudes des discours et des interactions. Syntaxe et lexique : héritage, emprunt et/ou empreinte historique, modernisation, rupture ? Citation des dialogues des romans de Jean-François Parot dans la série ? Les personnages parlent –ils « comme » au 18ème siècle – c’est-à-dire comme les personnages des romans du 18ème siècle ? Leur langue est-elle une récriture archaïsante à partir du français d’aujourd’hui ou une actualisation du français du 18ème ?

Programmation et réception

Le canal (public) de diffusion (La série est-elle concevable sur TF1 ? France 2 est-elle la chaîne par excellence de l’Histoire et du patrimoine ?).

Programmations horizontale et verticale : la case horaire du vendredi soir « polar » sur France 2 ; les publics visés ; PDA ; étude de réception (médiatique, publique). Convergence et storytelling transmédiatique.

Les propositions de contributions (3000 signes/500 mots), devront être envoyées aux trois adresses suivantes :

genevieve.landie@laposte.net ; papin.b@orange.fr ; alainsebbah@orange.fr

pour le délai de rigueur du 31 octobre 2012.

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 15 décembre 2012.

Comité scientifique : Sabine Chalvon-Demersay, directrice de recherche CNRS ; François Jost, professeur Paris 3 ; Geneviève Landié, MCF université d’Avignon ; Philippe Lavat, docteur, Paris 3 ; Denis Maréchal, INA ; Emmanuelle Meunier, docteur, Paris 8 ; Bernard Papin, MCF Paris 11 ; Alain Sebbah, MCF Bordeaux 3 ; Geneviève Sellier, professeur Bordeaux 3 ; Myriam Tsikounas, professeur Paris 1.

Comité d’organisation : Geneviève Landié, MCF université d’Avignon, Centre Norbert Elias Avignon ; Philippe Lavat, docteur, CEISME-CIM Paris 3 ; Emmanuelle Meunier, docteur, Centre de recherche sur les arts du spectacle en Italie, Paris 8; Isabelle Meunier-Messika, doctorante université de Franche-Comté ; Bernard Papin, MCF Paris 11, CEISME-CIM Paris 3 ; Alain Sebbah, MCF Bordeaux 3, TELEM ; Nicolas Schmidt, ingénieur de recherche à l’IHTP-CNRS

Colloque: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012


Colloque organisé par Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr)

Université Paris Ouest-Nanterre-CSLF (http://www.cslf.fr/)

Bâtiment B – Salle des conférences

A l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à appréhender l’œuvre à travers la médiation d’un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.). C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leurs usages dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce chaque niveau de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. C’est l’ensemble de ces mécanismes, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder.

 

Jeudi 10 mai

Matin

 

 

9h Accueil des participants

Supports imprimés et sérialité – I- Mod. A. VAILLANT.

9h20 – Denis Saint-Amand, FNRS-Université de Liège, Joseph Citrouillard et le Tintamarre : une sérialité double

9h40 – Aude Jeannerod, Univ. de Lyon, Les pratiques sérielles dans la critique d’art en revue de Joris-Karl Huysmans

10h – Effie Amiltou, Univ. de Nice Sophia Antipolis, De la « littérature du trottoir » à la grande librairie : versions de sérialité et quête de légitimité dans l’espace médiatique grec

10h20-10h40 : discussion

Genres et sérialité – Mod. A. SANTA

11h – Paul Bleton, Téluq, L’âge d’or des orages d’acier : extension et limites de la guerre sérialisée

11h20 – Alain Vaillant, Univ. Paris Ouest, L’humoriste moderne, serial rieur : à propos d’Alphonse Allais

11h40-12h : discussion

 

 

Après-midi

 

Supports imprimés et sérialité – II- <span style=%2

Call for papers: Crime Fiction (Deadline: 31 juillet 2012)

Call for papers

Crime Fiction

(Deadline: 31 juillet 2012)

Following our recent project The Foreign in International Crime Fiction: Transcultural Representations (forthcoming from Continuum, August 2012, see information available at www.continuumbooks.com/books/detail.aspx?BookId=167802&SubjectId=997&Subject2Id=927), we invite interested scholars and specialists to contribute to a planned volume on crime series.  We envisage including studies of print, television, and film series and are keen to consider a wide range of authors, countries and time periods. The category ‘crime fiction’ is here understood in the broad sense i.e. detective, spy, mystery and thriller. Research which includes interview input from crime fiction authors is especially welcome.

According to Eco (1966) in his study of the Bond books, a series is constructed around a fixed grammar. Other critics such as Cawelti (1976) have insisted on the formulaic nature of crime fiction, including the series. To what extent is this accurate? What are the mechanisms that anchor a series? What constitutes a series? How do the central characters evolve over time? Can a series (eg. Sherlock Holmes or James Bond) be successfully continued by another author or authors? What moves or allows an author to create more than one series? Might a series be based on elements other than the main protagonist, for example a place? Are series able to create a “sense of a place” (Geherin 2008)? Are there different criteria for a series in different cultures, or across genders and age groups? Can series address the problems and anxieties of a specific class, gender or age group? To what extent do readers’ expectations play a role? How do print series translate into visual form or vice-versa? We welcome proposals addressing these and any other pertinent aspects.

Schedule: Proposals of approximately 500 words, a short bibliography and a 50-word author note should be sent by 31st July 2012. Selected proposers will be invited by 31st August 2012 to send their full article of no more than 5000 words including bibliography and notes by 30th November 2012. Final acceptance will be advised by 31st January 2013.

Please send all inquiries and initial proposals to: carolina.miranda@vuw.ac.nz.

Jean Anderson

Carolina Miranda

Barbara Pezzotti

(Parution) R. Saint-Gelais, Fictions transfuges

Richard Saint-Gelais

Fictions transfuges – La Transfictionnalité et ses enjeux

Paris, Seuil, « Poétique », 2011

Quelle sorte d’enfance Sherlock Holmes a-t-il eue ? Que devient vraiment Blanche Neige après son mariage avec le Prince Charmant ? Que se seraient dit Charles Bovary et M. de Rênal si leurs chemins s’étaient croisés ? Ces questions, il arrive que des écrivains s’essaient à y répondre dans des œuvres qui donnent un supplément d’existence à des personnages ? les leurs ou ceux des autres.

C’est à cette pratique, qu’on propose d’appeler transfictionnalité, que cet ouvrage est consacré. S’il s’interroge sur son étendue, s’il en répertorie les formes et les ramifications, c’est, chaque fois, pour examiner les enjeux d’un phénomène qui a quelque chose de proliférant. Un monde fictif est-il borné par le récit qui l’instaure ? Qu’advient-il de l’autorité d’un auteur sur « ses » personnages lorsque des continuateurs s’aventurent dans les interstices de leurs histoires, jettent sur eux un nouvel éclairage ou réinventent leurs destins ? Les récits transfictionnels ne répondent pas à ces questions mais, les faisant surgir, nous enjoignent de reconnaître à quel point l’exercice de la fiction nous confronte à des contradictions inextricables et fertiles.

Richard Saint-Gelais enseigne la littérature du XXe siècle à l’université Laval (Québec). Spécialiste du nouveau roman et de paralittérature, théoricien de la lecture et de la fiction, il est l’auteur de Châteaux de pages, la fiction au risque de sa lecture (Hurtubise HMH, 1994) et de L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction (Nota bene, 1999).

(Parution) La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire

Matthieu Letourneux, Jean-Yves Mollier

La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000)

Paris, Nouveau Monde, 2011


Fondée en 1871 par François Polo et Georges Decaux, la Librairie Tallandier est une des figures de proue de l’édition populaire.
D’abord connue sous le nom des « Bureaux de l’Eclipse », puis de « la Librairie Illustrée », elle ne prend le nom de Tallandier qu’en 1901 et se caractérise par son extrême longévité, malgré les crises et les rachats. Successivement militante et républicaine, spécialisée dans la littérature populaire, puis dans la littérature sentimentale, et finalement dédiée à l’Histoire, elle se transforme au fil du temps et en fonction de la personnalité de ses dirigeants tout en demeurant orientée vers le grand public.
Les auteurs dressent ici le portrait fouillé et nuancé d’une maison représentative des mutations de l’édition au XIXe et au XXe siècle. Ils analysent la construction et l’évolution de l’identité de la Librairie Tallandier, s’adaptant à chaque époque au contexte mouvant de l’édition populaire. A l’origine du « Livre de poche » (en 1915) et pionnière dans la publication de bandes dessinées (avec Benjamin Rabier), Tallandier est aussi reconnue pour des collections comme « Le Livre National » (bleu et rouge) et ses romans d’aventures ou sentimentaux.
Louis Boussenard, Michel Zévaco, Delly et Magali ont été quelques-uns de ses auteurs vedettes avant que les historiens ne prennent le relais.

Matthieu Letourneux est maître de conférences en littérature française à l’université de Paris-Ouest-Nanterre.
Spécialiste des cultures médiatiques et des littératures populaires, il a notamment publié Le Roman d’aventures, 1870-1930 (PULIM, 2010).

Professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Jean-Yves Mollier a publié de nombreux ouvrages de référence sur l’édition française, dont Louis Hachette (Fayard, 1999) et, dernièrement, Edition, presse et pouvoir en France au XXe siècle (Fayard, 2008).

Appel: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

Parution, Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse; Strenae n°2 – juin 2011

Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse

Sous la direction de Matthieu Letourneux

Strenae n°2 – juin 2011

http://strenae.revues.org/434


La culture de jeunesse est marquée par des pratiques de fiction diversifiées : activités ludiques, jeux, jouets et autres pratiques de « mimicry » mettant en branle des mécanismes de « feintise ludique » déterminent un territoire de la fiction beaucoup plus large que celui des seules productions artistiques traditionnelles (romans, albums, bandes dessinées, cinéma, etc.). Loin d’être hétérogènes, ces différents espaces de la fiction communiquent en permanence, parce que les jeunes lecteurs et consommateurs tissent naturellement des liens, prolongeant dans leurs jeux les récits qu’ils ont lus, vus ou entendus, et recherchant dans leur consommation de fictions un écho de leurs jeux. Mais ces espaces de la fiction communiquent aussi parce que les créateurs et l’industrie culturelle proposent de plus en plus des objets hybrides, misant sur la plasticité des pratiques (entre fiction et jeu, entre récit structuré et activité ludique ouverte) et sur la circulation des imaginaires d’un support à l’autre, d’un code à l’autre. Des jeux de rôles aux lego, en passant par les blogs ou les stratégies éditoriales contemporaines, ce sont ces nouvelles pratiques de la fiction et leurs conséquences en termes d’écriture (au sens large), mais aussi de lecture, d’appropriations et d’hybridations qui sont abordées dans ce numéro.

Table des matières :

Dossier thématique:

  • Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse (Introduction), par Matthieu Letourneux
  • Décliner pour progresser : 25 stratégies multimédiatiques dans l’édition pour la jeunesse, par Bertrand Ferrier
  • Le sens de la fiction ludique : jeu, récit et effet de monde, par Antoine Dauphragne
  • Fictions industrielles et apprentissage du temps : les jeux LEGO Bionicles, par Irène Langlet
  • Fiction et forme encyclopédique : Wookieepedia, Dragon Ball Wiki et Cie, par Benoît Berthou
  • Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas de Magic : l’Assemblée, par Pierre Cuvelier
  • Jeux de rôles pour enfants : une nouvelle forme de fiction ludique, par Sébastien Kapp
  • Narration interactive ludique : les jeunes lecteurs se réapproprient la culture populaire sous forme de persona-fictions, par France Vachey
  • Je lis, tu blogues et ils « littératurent » : « Blue cerises », entre roman, blog et produit marketing ?, par Eléonore Hamaide-Jager
  • « Brouillard sanglant » sur Sunnydale ! par Isabelle-Rachel Casta

Varia :

  • Relire Heidi aujourd’hui, la Suisse entre culture ancestrale et modernité, par Isabelle Nières-Chevrel
  • Des histoires de locomotives, par Françoise Le Bouar
  • Trois petits traités ludiques de fiction : quand l’album thématise le statut ontologique du personnage et ses rapports à l’auteur, par Catherine Tauveron

Fonds d’archives et collections :

Le Centre de littérature de jeunesse de la Ville de Liège, par Cécile Boulaire

Comptes rendus de lecture

Toutes les propositions d’articles (varia, comptes rendus, notes de lecture) sont à transmettre à l’adresse suivante : strenae@revues.org

Réunissant des chercheurs de toutes disciplines, Strenae est une revue en ligne créée en 2010 par une équipe de chercheurs de l’association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance (Afreloce : http://magasindesenfants.hypotheses.org), en partenariat avec le Centre National de la Littérature pour la jeunesse – Joie par les Livres / BNF. Strenae vise à faire connaître et dynamiser les travaux français sur la littérature et l’édition pour la jeunesse, mais aussi sur l’imagerie enfantine, le jeu et le jouet, la culture matérielle et orale de l’enfance, dans une perspective historique, littéraire, esthétique ou sociologique.

Prochain numéro : Enfance et colonies : fictions et représentations, sous la direction de Mathilde Lévêque. À paraître en novembre 2011.

http://strenae.revues.org

Adresse : Strenae, Université François-Rabelais, Département de Français (Équipe Intru, Cécile Boulaire), 3, rue des Tanneurs, BP 4103, 37041 Tours Cedex 1, France