Archives par mot-clé : sérialité

(Parution) La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire

Matthieu Letourneux, Jean-Yves Mollier

La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000)

Paris, Nouveau Monde, 2011


Fondée en 1871 par François Polo et Georges Decaux, la Librairie Tallandier est une des figures de proue de l’édition populaire.
D’abord connue sous le nom des “Bureaux de l’Eclipse”, puis de “la Librairie Illustrée”, elle ne prend le nom de Tallandier qu’en 1901 et se caractérise par son extrême longévité, malgré les crises et les rachats. Successivement militante et républicaine, spécialisée dans la littérature populaire, puis dans la littérature sentimentale, et finalement dédiée à l’Histoire, elle se transforme au fil du temps et en fonction de la personnalité de ses dirigeants tout en demeurant orientée vers le grand public.
Les auteurs dressent ici le portrait fouillé et nuancé d’une maison représentative des mutations de l’édition au XIXe et au XXe siècle. Ils analysent la construction et l’évolution de l’identité de la Librairie Tallandier, s’adaptant à chaque époque au contexte mouvant de l’édition populaire. A l’origine du “Livre de poche” (en 1915) et pionnière dans la publication de bandes dessinées (avec Benjamin Rabier), Tallandier est aussi reconnue pour des collections comme “Le Livre National” (bleu et rouge) et ses romans d’aventures ou sentimentaux.
Louis Boussenard, Michel Zévaco, Delly et Magali ont été quelques-uns de ses auteurs vedettes avant que les historiens ne prennent le relais.

Matthieu Letourneux est maître de conférences en littérature française à l’université de Paris-Ouest-Nanterre.
Spécialiste des cultures médiatiques et des littératures populaires, il a notamment publié Le Roman d’aventures, 1870-1930 (PULIM, 2010).

Professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Jean-Yves Mollier a publié de nombreux ouvrages de référence sur l’édition française, dont Louis Hachette (Fayard, 1999) et, dernièrement, Edition, presse et pouvoir en France au XXe siècle (Fayard, 2008).

Appel: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

Parution, Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse; Strenae n°2 – juin 2011

Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse

Sous la direction de Matthieu Letourneux

Strenae n°2 – juin 2011

http://strenae.revues.org/434


La culture de jeunesse est marquée par des pratiques de fiction diversifiées : activités ludiques, jeux, jouets et autres pratiques de « mimicry » mettant en branle des mécanismes de « feintise ludique » déterminent un territoire de la fiction beaucoup plus large que celui des seules productions artistiques traditionnelles (romans, albums, bandes dessinées, cinéma, etc.). Loin d’être hétérogènes, ces différents espaces de la fiction communiquent en permanence, parce que les jeunes lecteurs et consommateurs tissent naturellement des liens, prolongeant dans leurs jeux les récits qu’ils ont lus, vus ou entendus, et recherchant dans leur consommation de fictions un écho de leurs jeux. Mais ces espaces de la fiction communiquent aussi parce que les créateurs et l’industrie culturelle proposent de plus en plus des objets hybrides, misant sur la plasticité des pratiques (entre fiction et jeu, entre récit structuré et activité ludique ouverte) et sur la circulation des imaginaires d’un support à l’autre, d’un code à l’autre. Des jeux de rôles aux lego, en passant par les blogs ou les stratégies éditoriales contemporaines, ce sont ces nouvelles pratiques de la fiction et leurs conséquences en termes d’écriture (au sens large), mais aussi de lecture, d’appropriations et d’hybridations qui sont abordées dans ce numéro.

Table des matières :

Dossier thématique:

  • Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse (Introduction), par Matthieu Letourneux
  • Décliner pour progresser : 25 stratégies multimédiatiques dans l’édition pour la jeunesse, par Bertrand Ferrier
  • Le sens de la fiction ludique : jeu, récit et effet de monde, par Antoine Dauphragne
  • Fictions industrielles et apprentissage du temps : les jeux LEGO Bionicles, par Irène Langlet
  • Fiction et forme encyclopédique : Wookieepedia, Dragon Ball Wiki et Cie, par Benoît Berthou
  • Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas de Magic : l’Assemblée, par Pierre Cuvelier
  • Jeux de rôles pour enfants : une nouvelle forme de fiction ludique, par Sébastien Kapp
  • Narration interactive ludique : les jeunes lecteurs se réapproprient la culture populaire sous forme de persona-fictions, par France Vachey
  • Je lis, tu blogues et ils « littératurent » : « Blue cerises », entre roman, blog et produit marketing ?, par Eléonore Hamaide-Jager
  • « Brouillard sanglant » sur Sunnydale ! par Isabelle-Rachel Casta

Varia :

  • Relire Heidi aujourd’hui, la Suisse entre culture ancestrale et modernité, par Isabelle Nières-Chevrel
  • Des histoires de locomotives, par Françoise Le Bouar
  • Trois petits traités ludiques de fiction : quand l’album thématise le statut ontologique du personnage et ses rapports à l’auteur, par Catherine Tauveron

Fonds d’archives et collections :

Le Centre de littérature de jeunesse de la Ville de Liège, par Cécile Boulaire

Comptes rendus de lecture

Toutes les propositions d’articles (varia, comptes rendus, notes de lecture) sont à transmettre à l’adresse suivante : strenae@revues.org

Réunissant des chercheurs de toutes disciplines, Strenae est une revue en ligne créée en 2010 par une équipe de chercheurs de l’association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance (Afreloce : http://magasindesenfants.hypotheses.org), en partenariat avec le Centre National de la Littérature pour la jeunesse – Joie par les Livres / BNF. Strenae vise à faire connaître et dynamiser les travaux français sur la littérature et l’édition pour la jeunesse, mais aussi sur l’imagerie enfantine, le jeu et le jouet, la culture matérielle et orale de l’enfance, dans une perspective historique, littéraire, esthétique ou sociologique.

Prochain numéro : Enfance et colonies : fictions et représentations, sous la direction de Mathilde Lévêque. À paraître en novembre 2011.

http://strenae.revues.org

Adresse : Strenae, Université François-Rabelais, Département de Français (Équipe Intru, Cécile Boulaire), 3, rue des Tanneurs, BP 4103, 37041 Tours Cedex 1, France