Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Parution (en ligne): Antonio Dominguez Leiva et Sebastien Hubier (éds), Vers un nouveau comparatisme/Towards A New Comparatism

Vient de paraître, téléchargeable en ligne

Antonio Dominguez Leiva et Sebastien Hubier (éds), Vers un nouveau comparatisme/Towards A New Comparatism

http://etudesculturelles.weebly.com/nouveau-comparatisme.html

“Ni tout à fait apocalyptique ni intégrée, la littérature comparée est peut-être la seule discipline qui nous permette, englués comme nous sommes dans une iconosphère globalisée de plus en plus envahissante, de mettre véritablement à distance l’effet-chaos dont s’accommodent autant les industries culturelles que leurs panégyristes médiatiques (voire académiques). Par son interdisciplinarité constitutive, son caractère interculturel et sa méthodologie éclectique, elle peut cerner, dans le totum revolutum de  l’hyperconsommation culturelle contemporaine, le sens caché des réécritures « virales » des grands axes de la culture du passé. C’est elle, plus que tout autre, qui tend le pont entre cette monumentale panique contemporaine des zombies et les grandes peurs du passé, entre l’esthétique du cumshot pornographique et la tradition scripturale libertine ou entre le comique aristophanesque et la satire plautinienne réconciliées et dépassées dialectiquement dans les Simpsons, Family Guy ou South Park (et ne faudrait-il pas ajouter Bob L’Éponge, résolument carnavalesque?). C’est elle qui nous montre la voie qui mène du « réalisme magique » homérique ou gogolien au morphing des blockbusters fantastiques qui inondent nos grands et petits écrans ; le chemin qui de l’Enfer concentrique de Dante mène à Futurama.
Seule la Comparée est à même de relier le Même et l’Autre, le proche et le lointain, le global et le local, le présent et le passé. Des cycles de contes d’Anansi l’araignée au Ghana aux épopées animalières des cartoons états-uniens, des décapitations épiques médiévales à celles des mangas cyberpunk, de Balzac à Mad Men ou de Game of Thrones aux tragédies dynastiques de Shakespeare, l’unique route fiable qui transite (au-delà des boutades et des imprécisions journalistiques, qui font, on le sait, des mauvaises feuilles de route) est celle de cette discipline foncièrement paradoxale. Et paradoxale elle l’est à plus d’un titre, à la fois solidement ancrée dans la tradition classique et dans sa contestation moderne puis post-moderne, attachée à parts égales à ses objets les plus disparates et éloignés, amoureuse pour autant de cultures disjointes et parfois même opposées par leurs Weltanschauungen respectives, voire, plus dramatiquement, par des conflits sanglants passés ou présents.
Consacré nolens volens à l’exploration de l’impureté, que ce soit en violant l’intégrité des espaces et des crédos nationaux ou celle des arts, des médias et des sphères culturelles, le comparatisme a toujours et surtout exigé cette grande ouverture d’esprit qui avait fait, il nous semble, les heures de gloire de cette discipline, de Schlegel à Otto Maria Carpeaux ou Claudio Guillén, et que l’on retrouvait dans ces nombreux compagnons de route qui ont suivi son appel, de Camus à Octavio Paz.
Cette ouverture d’esprit caractérise, il nous semble, ce recueil et les divers comparatistes qui y ont pris part. Ce n’est pas la carte, encore moins le territoire, mais c’est déjà une invitation au voyage. Et le comparatisme, qu’on le veuille ou non, doit désormais prendre le large…”

TABLE DES MATIÈRES

– Antonio Domínguez Leiva, Comparatism Not Dead (Or Is It, After All?) 7

Hybridations, interculturalisme, imagologie & transferts culturels/
Hybridization, intercultural studies, imagology & cultural transfers

– Sébastien Joachim (Universidade Federal de Pernambuco), Pour une
redéfinition et délimitation de la littérature comparée 17

– François Guiyoba (ENS de Yaoundé), Passé, présent et avenir :
l’imagologie en mutation 61

– Olympia G. Antoniadou (Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης),
L’identité inter / multi-culturelle de la littérature francophone grecque à
l’ère de la globalisation 75

– Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Mulhouse-Haute-Alsace),
X-Women (interdit aux moins de 16 18 ans) 109

– Antonio Dominguez Leiva (UQÀM), Tecnópolis y ciborgs: del binomio
disciplinar a la cultura cyberpunk 131

Intersémioticité et disciplinarité, des notions problématiques
Disciplinarity and the problem of intersemioticity

Marco Nuti (Università di Pisa/ Université de Strasbourg), La bellezza
come straniamento. Georges Bataille e l’Olympia di Manet 169

Daniel Poitras (EHESS/ Université de Montréal), L’intersémioticité dans « Le
noir soleil du langage ». Michel de Certeau, Félix le Chat et l’expérience du
temps des sixties 183

Stéphanie Miech (Nancy II), Esthétique rococo et cruauté 199
Cultures populaires, cultures de masse

Études de la culture populaire de masses/ Popular/mass culture studies

Anna Avaraki (Paris Diderot-Paris 7), Comparatisme et interdisciplinarité.
Quelques réflexions sur le débat actuel du comparatisme français et
étatsunien 245

Thomas Fabisiak (Emory University, Atlanta) & Joseph Laycock (Boston
University), Scumfuc Outlaw Christ: GG Allin and the exegetical
elaboration of a left sacred messiah 257

Aurélien Bécue Picard (Université de Rennes II), De la littérature rock. Du
bruit dans la littérature 305

Jérôme Martin (Editions du Murmure), Les Comics : un objet culturel ? 330

Retour à la littérature ?/ Return to literature?

Charles de Roche (Université de Zürich), Monadology of the Poem 353

Jessica Mc Bride (University of Connecticut), Where History ends and Myth
begins: Creation of the “Witch” in Maryse Condé’s Moi, Tituba, Sorcière…
and La Cage d’Anne Hébert 367

Alexandra Ivanovitch (Université de Paris-Sorbonne), L’Evangile de Judas,
du codex Tchacos à Borges ou la mythocritique à l’irréel du passé 379

Irena Trujic (Université de Montréal), Michel Tremblay et les auteurs
russes. La traduction en québécois 389

Romain Ternaux (Editions 13e Note), John Fante et le détournement de
l’épique : The Road to Los Angeles 401

Peter Dayan (University of Edinburgh), Pour un comparatisme entre les arts
413

Ressources: Yesterday's Papers.

Yesterday’s Papers

http://john-adcock.blogspot.fr/

Le blog de John Adcock représente une mine sans fond d’informations sur les différentes productions populaires anglo-saxonnes (supports, modes d’expression, textes critiques, illustration, etc.) du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. On y trouve des articles consacrés à de nombreux penny blood et penny dreadfuls, à la presse illustrée, aux illustrateurs satiriques, à d’obscurs écrivains populaires, etc.

Liste des sujets traités sur le site.

Total Pageviews

292,905

CFP: "Revisiting the Dime Novel": 2012 PAMLA Conference CFP (deadline: april 22, 2012)

Call For Papers

“Revisiting the Dime Novel”: 2012 PAMLA Conference CFP

(deadline: april 22, 2012)

This approved session will explore the largely forgotten or ignored dime-novel–the American pulp novels of the 19th and early 20th centuries, including Westerns, detective stories, school stories, romance tales, or early science fiction. All aspects of the phenomenon of the dime-novel are fair game; papers may explore the dime novel through a new-Historical, Cultural Studies, Queer Theory, Marxist, post-Colonial, or other analytic lens.

The Online CFP List and Paper Proposal Form for the October 19-21 PAMLA Conference, to be held at Seattle University in Seattle, WA, is now open. The deadline for proposing a paper to this or any of the more than 100 approved sessions is April 22, 2012. For more information, please visit the PAMLA Conference website: http://www.pamla.org/2012

Parution: Le Rocambole, n° 58, 2012: Pierre Nord.

Pierre Nord, auteur & éditeur

Un volume broché, 14 × 20 cm, 176 pages — printemps 2012

ISBN 978-2-912349-51-4 — Prix public 16.00 €

Sommaire

Editorial
Vie de l’association

Pierre Nord, auteur & éditeur
– Pierre Nord, de l’homme d’action à l’écrivain, par Bernard Alavoine
– Pierre Nord : entre fiction militaire et roman d’espionnage, par Bernard Alavoine
– Nord et le « modèle français » dans le brouillard, par Paul Bleton
– Espionnage à Saint-Quentin en 1915 ou la genèse de Terre d’angoisse, par Bernard Alavoine
– Bibliographie de Pierre Nord, établie par Bernard Alavoine, Jean-Luc Buard et Daniel Compère
– Pierre Nord (Cinéma, TV, Radio), par Marc Georges et Jacques Baudou
– Entretien avec Nicolette Darcis, par Jacques Baudou
– Extrait d’un entretien avec Brice Pelman, par Paul Maugendre
– « L’Aventure criminelle », par Paul Maugendre

Varia
– Les Révélations de Rocambole, par Paul J. Hauswald
– Jean Cocteau et le roman populaire ou le sacre de la littérature « à un sou », par Wendy Prin-Conti
– Un long feuilleton en images  : Terry and the Pirates, par Jean-Louis Touchant

Chroniques
– Le Front populaire
– Revue des autographes, par Jean-Pierre Galvan
– Courrier des lecteurs
– Les contes du Rocambole : Le Déjeuner par contrainte, par Elie Berthet (1887)

Parution: From St. Anthony to Fish n'Chips, A Transfictional Study of the Popular Fish in Mediamix Culture

Parution

F. Hearst – A. Prill (dir.)

From St. Anthony to Fish n’Chips

A Transfictional Study of the Popular Fish in Mediamix Culture

Sommaire

–          The Fisher King, a premodernist postmodern ?

–           “’Wanna Try my Swordfish?” Can Mermaids Survive Gender Theory?

–          Kulturindustrie, Klassenkampf und Gastronomie: ein ästhetisches für panierten Fisch

–          “A la pêche aux moules, moules, moules”, psycholecture, ture, ture des rondes enfantines, tines, tines.

–          Sushi Bar et Néojaponisme en régime pop-cosmopolitain.

–          « A Fish Called Wanda », A Post-Queer Paradigm?

–         Un modèle concret d’appropriation du feuilleton en régime non-médiatique: l’emballage du poisson aux Halles de Paris à la Belle Epoque.

–          From Jaws to Jaws 3D – Or When the Series Jumped over the Shark.

–          Aquarium et kitsch – cultures d’usage et stratégies d’appropriation dans la pisciculture d’intérieur.

Hunger Games: le premier dossier critique (sur Popenstock)

Écrit au cœur de la « Grande Récession » économique, Hunger Games (2008) éveille dès son titre le spectre du traumatisme qui le fonde, la paupérisation, voire tiers-mondisation de la « terre de l´opulence », « the land of plenty ». Quatre ans après l´adaptation filmique s´inscrit toujours à l´ombre de cette angoisse, véritable retour du refoulé au sein du monde globalisé par l´hyperconsommation.

Recyclage (l´ère étant, de facto, dévolue aux remakes et aux réécritures) d´un topos convenu de la dystopie science-fictionnelle, celui de la chasse à l´homme télévisuelle la saga s´adresse à ce nouveau public adolescent déniché (et, pourrait-on dire, refondé) par Rowling dans sa reprise de la mythologie traditionnelle de la Fantasy et ensuite vampirisé par Stephenie Meyer. De même que celle-ci réinventait l´érotique vampirique pour les nouveaux teens des virginity balls, Collins reprend la tradition dystopique des chasses à l´homme médiatiques pour en faire… [lire la suite sur Popenstock]

Parution: Luc Boltanski, Enigmes et complots

Luc Boltanski

Enigmes et complots

Une enquête à propos d’enquêtes

Paris, Gallimard, “NRF Essais”, 2012

Présentation de l’éditeur
Au tournant des XIXe et XXe siècles, on observe tour à tour le développement du roman policier, dont le cœur est l’enquête, et du roman d’espionnage, qui a pour sujet le complot ; l’invention, par la psychiatrie, de la paranoïa, dont l’un des symptômes est la tendance à entreprendre des enquêtes prolongées jusqu’au délire ; la création par la sociologie de formes spécifiques de causalité – dites sociales –, pour déterminer les entités, individuelles ou collectives, auxquelles peuvent être attribués les événements qui ponctuent la vie des personnes, celle des groupes, ou encore le cours de l’histoire ; enfin, l’orientation nouvelle de la science politique qui, se saisissant de la problématique de la paranoïa, la déplace du plan psychique au plan social et prend pour objet l’explication des événemenst historiques par les «théories du complot».
Dans chacun de ces cas, la réalité sociale est mise en doute. C’est à l’État-nation, tel qu’il se développe à la fin du XIXe siècle, que l’on doit le projet d’organiser et d’unifier cette réalité pour une population et sur un territoire. Mais ce projet, proprement démiurgiques, se heurte à une pluralité d’obstacles parmi lesquels les développements du capitalisme, qui se joue des frontières nationales, occupe une place centrale.
Ainsi, la figure du complot focalise des soupçons qui concernent l’exercice du pouvoir : où se trouve réellement le pouvoir et qui le détient, en réalité? Les autorités étatiques, qui sont censées en assumer la charge, ou d’autres instances, agissant dans l’ombre – banquiers, anarchistes, sociétés secrètes, classe dominante, etc.? Ainsi s’échafaudent des ontologies politiques qui tablent sur une réalité doublement distribuée : à une réalité officielle, mais de surface et sans doute illusoire, s’oppose une réalité profonde, cachée, menaçante, officieuse, mais bien plus réelle. Roman policier et roman d’espionnage, paranoïa et sociologie – inventions à peu près concomittantes – sont solidaires d’une façon nouvelle de problématiser la réalité et de travailler les contradictions qui l’habitent. Les aventures du conflit entre ces deux réalités – réalité de surface contre réalité réelle – constituent le fil directeur de l’ouvrage.

CFP: Popular Romance (30 avril 2012)

Call for Papers: Popular Romance


2012 Midwest Popular Culture Association/American Culture Association Conference
Friday-Sunday, October 12-14, 2012
Columbus, OH
Renaissance Columbus Downtown Hotel
(Conference info: http://www.mpcaaca.org)

Deadline for submission: April 30, 2012.

The most prevalent narrative structure of popular romance is an integral element of any story, regardless of forum: film, television, fiction, manga, advertising. Not only is romance exceptionally popular, it is so pervasive as to become ordinary and overlooked. As the popularity of romance increases, so too does the need for serious scholarship of the genre in all its incarnations. We are interested in any and all topics about or related to popular romance and its representations in popular culture (fiction, stage, screen—large or small, commercial, advertising, music, song, dance, online, real life, etc.)

Proposals may be for individual papers or 3-person panels.

Topics can include, but are not limited to:
• critical approaches, such as readings informed by critical race theory, queer theory, postcolonial studies, or empirical science
• depictions in the media and popular culture (e.g., film, television, literature, comics)
• literature and fiction (genre romance, poetry, animé)
• types of relationships (marriage, gay and lesbian)
• historical practices and traditions of and in romance
• regional and geographic pressures and influences (southern, Caribbean)
• material culture (valentines, foods, fashions)
• folklore and mythologies
• jokes and humor
• romantic love in political discourse (capitalism)
• psychological approaches toward romantic attraction
• emotional and sexual desire
• subcultures: age (seniors, adolescents), multi-ethnic, inter-racial
• individual creative producers or texts of popular romance
• gender-bending and gender-crossing

Submit a one-page (200-250 words) proposal or abstract by 30 April 2012 to Maryan Wherry, Popular Romance, http://submissions.mpcaaca.org. Please include name, affiliation, and e-mail address with your abstract. Also, please indicate in your submission whether your presentation will require a TV and DVD player. Note that LCD projectors will not be provided by MPCA/ACA.
More conference information can be found at http://www.mpcaaca.org/.
For further inquiries or concerns, please contact Romance Area Chair, Maryan Wherry, Black Hawk College, wherrym@bhc.edu.

Parution: Daniel Compère, Les romans populaires

Daniel Compère

Les Romans Populaires

Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, “Les Fondamentaux de la Sorbonne Nouvelle”, 2012

Présentation de l’éditeur

Au début du XIXe siècle, un phénomène de grande ampleur donne naissance à une littérature qui s’adapte à la démocratisation de la lecture et au développement de nouvelles formes de publication : les romans populaires. De grands romanciers connaissent alors une véritable consécration : Eugène Sue, Alexandre Dumas, Pierre-Alexis Ponson du Terrail, Emile Gaboriau, Jules Verne, suivis au XXe siècle par Maurice Leblanc, Gaston Leroux, Georges Simenon, Léo Malet et Frédéric Dard. Mais bien souvent leur succès s’accompagne de l’absence de reconnaissance des instances littéraires que sont la critique, les académies ou l’enseignement.
Cet ouvrage s’intéresse à ce domaine littéraire en mal de reconnaissance et en propose un panorama historique qui retrace leur évolution du XIXe au XXe siècle. Au cours de cette évolution, les romans populaires présentent des traits permanents qui permettent de les caractériser, mais posent aussi la question de la méthode pour les aborder. Faisant le point sur les travaux critiques qui leur sont consacrés, cet ouvrage propose de découvrir un domaine de la littérature rarement abordé et d’éclairer sur les plaisirs que peuvent apporter ces romans, leur lecture ou leur étude.

Sommaire

Introduction

I. Un domaine aux frontières incertaines
1. Une définition
2. De multiples appellations
3. Des frontières à dessiner
4. Le statut du romancier

II. Historique des romans populaires
1. La naissance des romans populaires
2. De nouveaux supports de publication
3. Les années 1860
4. Le dernier quart du XIXe siècle
5. Le début du XXe siècle
6. Des genres s’affirment
7. Le mondialisme
8. Et aujourd’hui ?

III. Evolutions et constantes
1. Des pratiques littéraires spécifiques ?
2. Des difficultés pour l’étude
3. Une méthode particulière ?

IV. Les genres principaux
1. Aventures en tous genres
2. Enigmes de toutes les couleurs
3. Des fantastiques de toutes formes
4. L’amour sous toutes les coutures

V. Les romans populaires et les instances littéraires
1. Les intermédiaires
2. Les instances de légitimation
3. Des signes extérieurs de reconnaissance

Conclusion

Bibliographie

Index des noms cités

Édition Première édition
Langue français
Éditeur Presses Sorbonne Nouvelle
ISBN-10 2-87854-561-3
ISBN-13 978-2-87854-561-6
Année de publication février 2012
Prix recommandé 10,00 €

Appels à chercheurs BNF portant sur l'édition et la littérature populaire.

Bibliothèque Nationale de France

http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/appel_chercheurs_bourses/s.appel_a_chercheurs.html

Plusieurs des appels à chercheurs de la BNF portent sur des corpus populaires, parfois de façon centrale. Nous nous en faisons donc ici l’écho.

Appel à chercheurs et bourses

Le programme de l’appel à chercheurs a été lancé par la Bibliothèque nationale de France en 2003 ; il lui permet d’accueillir, chaque année universitaire et de manière individuelle au sein des départements, entre 8 et 10 nouveaux chercheurs associés.
En 2004, la Bibliothèque nationale de France a décidé d’accorder un soutien financier à deux chercheurs invités pendant un an, une troisième bourse étant réservée, à partir de 2012, aux travaux de recherche portant sur l’histoire du livre et des bibliothèques. Depuis 2006, des bourses de recherche sont offertes chaque année par des mécènes, sur des thèmes spécifiques.
*
*     *
Appels portant sur des corpus populaires ou médiatiques (les numéros correspondent à ceux de l’appel – http://www.bnf.fr/documents/appel2012.pdf)
3. Les débuts de l’édition vidéoludique française
9. Les magazines de comics édités en France, à partir du don Marvel
11. Les cartonnages illustrés de livres pour l’enfance et la jeunesse dans les fonds de la BnF
12. Le livre d’images ou album pour l’enfance et la jeunesse, 1820-1920
13. Livres pour enfants entre 1939 et 1945
32. Inventaire des ressources sur le roman populaire
*
*     *
Liste complète des appels, détails des appels et conditions d’éligibilité.