Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Colloque: La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père), 15-16 nov. 2012, Caen.

La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)

Université de Caen, 15-16 novembre 2012

Colloque organisé par l’équipe LASLAR (EA 4256)

sous le patronage de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

Jeudi 15 après-midi

14h Ouverture du colloque : introduction (Julie Anselmini, Université de Caen)

Dumas dans l’arène critique

14h30 Anne-Marie Callet-Bianco (Université d’Angers) : « Dumas et la polémique autour de la “littérature facile” »

15h05 Sandrine Carvalhosa (Université Montpellier 3) : « Alexandre Dumas (1836-1838). Leçons de critique »

15h40 Sarah Mombert (ENS-LSH Lyon) : « Alexandre Dumas et Jules Janin, le duel des critiques »

Pause café

Dumas critique d’autrui

16h45 Maxime Prévost (University of Ottawa, Canada) : « Dumas lecteur de Sand »

17h20 Barbara T. Cooper (Universiy of New Hampshire, USA) : « Dumas critique et “théoricien” de l’art théâtral à l’époque romantique »

19h30 Repas au restaurant Archidona

Vendredi 16 matin

La création dumasienne au miroir

9h Stéphane Arthur (Université Paris IV) : « Dumas critique de son propre théâtre dans Mes Mémoires »

9h 35 Julie Anselmini (Université de Caen) : « L’art et les artistes dans Les Mohicans de Paris »

10h 10 Sylvie Thorel (Université Lille 3) : «Aramis écrivain. L’Histoire et les histoires »

Pause café

11h Isabelle Safa (Université de Caen) : « La “ligne rêveuse de la poésie” : la poétique de la représentation de l’Histoire dans les romans d’Alexandre Dumas »

11h 35 Daniel Compère (Université Paris 3) : « L’art du lézard ou le retour de Dumas sur la scène romanesque (1865-1870) »

Déjeuner

Vendredi 16 après-midi

Critique, réemplois, modes d’emploi

14h Patricia Victorin (Université Montpellier 3) : « Dumas en Froissart : le romancier et le chroniqueur »

14h35 Christine Prévost (Université d’Artois) : « Quand Dumas traduit, adapte, ou transpose la littérature européenne, quel critique est-il ? »

Pause

15h 30 Charles Grivel (Université de Mannheim) : « Dumas, auteur critique en second »

16h 05 Claude Schopp (Président de la Société des Amis d’A. Dumas) : « Critique littéraire et critique gastronomique chez Dumas »

17h : clôture du colloque

Réédition: Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Réédition

Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Paris, Le Masque, 2012

Préface et postface de Matthieu Letourneux

Le 25 juin 1906, paraissait dans Le Matin le premier article d’un « reportage sensationnel » débutant sur cette annonce effrayante : « on vole des enfants à Paris ! » Pendant trois mois, ce mystère allait donner lieu à un compte-rendu quotidien, et à une enquête extraordinaire menée tambour battant par trois courageux journalistes, Aron Barbarus, Alain Bernard et Clovis Binard, et à une série d’entretiens et d’interventions des célébrités politiques et culturelles de l’époque (Louis Lépine, Georges Clémenceau, Anatole France…). Dans ce qui se révélait rapidement un roman-feuilleton, la plupart des personnages étaient ainsi des figures authentiques et fameuses de l’époque, converties par l’auteur facétieux en acteurs d’un drame de papier dans lequel ils endossaient leur propre rôle. En jouant en virtuose des frontières du roman-feuilleton et de la presse, en peignant la dynamique de l’enquête journalistique, l’auteur nous offrait une étonnante peinture des mécanismes médiatiques de la Belle Époque qui était aussi un roman criminel et un récit d’aventures fantastique.

Jamais réédité depuis 1909, ce roman dans la tradition d’un Gaston Leroux dresse ainsi un étonnant portrait de la culture médiatique de la Belle Époque.

Parution, Emilio Ghione, Za La Mort.

Parution

Emilio Ghione, Za la Mort

a cura di Denis Lotti

Nerosubianco, coll. le drizze, 2012

Nel 1925 Za la Mort, eroe del cinema muto italiano, diventa protagonista di un romanzo cinematografico dal titolo eponimo. Chi lo scrive è il suo creatore, Emilio Ghione, regista e attore – tra i maggiori divi del nostro cinema – che ha conosciuto, negli anni della Grande Guerra, fama internazionale. Ghione è anche l’interprete di Za la Mort: un connubio totale che segna, nel bene e nel male, la sua carriera. Con il Dopoguerra, il cinema italiano vive una grande crisi. Molti beniamini del pubblico sono costretti ad abbandonare le case di vetro per sempre o a emigrare in Germania. Tra questi ultimi troviamo anche Ghione, che a Berlino gira un film, L’incubo di Za la Vie (1924), alla base di questo romanzo. Ma già l’anno successivo rientra in Italia.
Za la Mort è pubblicato in appendice a «Il Mondo» di Amendola e poi riedito nel 1928 da Nerbini, illustrato dal grande Giove Toppi, nella versione definitiva che qui riproponiamo. Ghione morirà due anni dopo, alle soglie del cinema sonoro. Giacché i film di Za risultano in larga parte dispersi o incompleti, il romanzo (assieme al successivo L’ombra di Za la Mort) è l’unica sua avventura giunta integra ai giorni nostri.
di Emilio Ghione
a cura di Denis Lotti

Denis Lotti (Vicenza, 1975) è dottore di ricerca in Storia del cinema. Si occupa di cinema muto italiano, in particolare di divismo maschile e di cinema coloniale. Fra le sue ultime pubblicazioni: Emilio Ghione l’ultimo apache (Cineteca di Bologna, 2008). Cura un archivio di immagini cinematografiche on line (Archivio Denis Lotti).
Di Ghione prepara anche la riedizione, in un unico volume, del saggio sul cinema italiano (La parabole du cinéma italien, 1930), pubblicato a Parigi, e dell’autobiografia (Memorie e confessioni, 1929).
Collabora attivamente all’Airsc – Associazione Italiana per le Ricerche di Storia del Cinema e alla rivista «Immagine. Note di storia del cinema».

Amis de l'instruction publique; cycle de conférences sur la littérature populaire.

Bibliothèque des amis de l’instruction du 3è arrondissement

54 rue de Turenne 75003 PARIS

SOIRÉES DE LECTURE 2012-2013

Entrée libre dans la limite des places disponibles


Pour ses soirées de lecture 2012-2013, la Bibliothèque des Amis de l’instruction vous propose un cycle autour du roman populaire.

Les premières soirées proposées ci-dessous auront lieu grâce à l’aimable complicité de  l’Association des Amis du Roman Populaire.

Lors de notre premier rendez-vous, jeudi 11 octobre, Daniel Compère, auteur de l’ouvrage Les romans populaires (Presses Sorbonne Nouvelle, 2012), dressera un panorama général de l’histoire des romans populaires.

Voici donc la première partie du programme d’octobre à février :

  • jeudi 11 octobre 2012 (19h30)

– panorama général (D. Compère)

  • jeudi 22 novembre 2012 (19h30)
    – la naissance du roman-feuilleton avec Alexandre Dumas et Eugène Sue (D. Compère)

  • jeudi 13 décembre 2012  (19h30)
    – le roman populaire sous le Second Empire et Ponson du Terrail (Alfu)

  • jeudi  24 janvier 2013  (19h30

– le roman populaire sous la IIIe République et l’essor de la presse (Jean-Luc Buard)

  • jeudi 14 février 2013 (19h30)

– le roman d’aventures fin-de-siècle et Paul d’Ivoi (Marie Palewska)

Métro : Chemin-Vert et Saint-Paul –  Autobus : 29 et 96

contact@bai.asso.fr

www.bai.asso.fr

01 42 71 03 43

Parution: Salon double, 2012, « Les meilleurs vendeurs »

Salon double,  2012, « Les meilleurs vendeurs »

http://salondouble.contemporain.info/dossier/les-meilleurs-vendeurs

Les «meilleurs vendeurs»: qu’ils appartiennent à une forme littéraire, un mode, ou un genre bien précis ou qu’ils s’inscrivent plus «simplement» dans le champ du roman de grande consommation, les livres qui réussissent à se hisser dans les palmarès dressés religieusement à chaque semaine par les grands journaux, les chaînes de librairies et les autres intervenants du monde du livre sont bien souvent l’objet de cynisme et de critiques a priori, comme si l’engouement commercial et médiatique pour une oeuvre remettait inévitablement en question ses potentialités esthétiques et littéraires. Toutefois, les bestsellers ne forment une catégorie que dans la mesure où leur succès commercial leur mérite ce titre, ce qui relève d’une entrée dans la catégorie a posteriori. Comment alors penser le meilleur vendeur en littérature autrement que par une posture critique négative, atrabilaire, d’emblée convaincue de la médiocrité de ces oeuvres?

Salon double a posé la question à ses collaborateurs. Les contributions à ce dossier tentent donc de rendre compte de la production littéraire de grande consommation actuelle, à travers l’étude d’oeuvres parues dans les dix dernières années et ayant reçu un accueil commercial important. L’objectif de ce deuxième dossier était de réfléchir à certaines oeuvres et au concept du «meilleur vendeur» en évitant les écueils habituels que la réflexion sur une forme d’art populaire peut contenir.

Luc Breton, dans le premier texte du dossier, examine avec finesse et curiosité le récit Le secret du coffre bleu de l’humoriste québécoise Lise Dion. Il prend pour parti de situer cette oeuvre dans la contemporanéité en révélant de quelle manière, selon lui, le livre de Lise Dion participe à la mouvance actuelle de la littérature mémorielle. Le texte de Fernando Stefanich cherche à comprendre de quoi est fait un bestseller. Pour ce faire, l’auteur s’intéresse au mythe et à la philosophie et démontre, à travers l’étude de la sagaHarry Potter et des romans de Dan Brown, qu’un bestseller traduit «le fonctionnement intime, l’essence profonde de son époque.» Adina Balint-Babos, quant à elle, interroge la réception des oeuvres de Jacques Lacan en France, aujourd’hui, trente ans après son décès. Elle se demande, à travers cette réflexion, si ces oeuvres sont encore lues et si elles sont toujours d’actualité. Jean-Philippe Gravel, dans sa contribution, observe l’ensemble de la production romanesque de Stephen King à l’aune des commentaires que celui-ci a formulés dans son ouvrage pratique Écriture, mémoires d’un métier. Sur un ton parfois personnel et plutôt humoristique, il interroge rigoureusement ce qui fait le succès de l’oeuvre de Stephen King tout en puisant dans son expérience personnelle de lecteur pour tenter de comprendre pourquoi il ne s’intéresse plus à ce que produit l’auteur. Le texte de Pierre-Alexandre Bonin porte lui aussi sur une grande partie de l’oeuvre de Stephen King; il analyse quant à lui le réseau d’antécédents intertextuels qui se déploie dans les romans de King. Cette contribution suggère une réflexion sur la fidélisation du lecteur par les romanciers à l’oeuvre foisonnante. Pierre-Paul Ferland traverse dans son texte la trilogieMillénium de Stieg Larsson en portant une attention toute particulière au personnage de Lisbeth Salander. Il analyse en effet la morale particulière de ce personnage et questionne la possibilité de lire cette série de façon féministe. Zishad Lak, quant à elle, démontre de quelle façon un roman comme Truismes de Marie Darrieussecq peut programmer différentes lectures et comment ces «niveaux» peuvent être garants et du succès critique et du succès commercial d’une même oeuvre. Le texte de Stéphane Courant, qui vient clore le dossier, analyse par le biais de quelques outils anthropologiques le succès des romans de Dan Brown. Il suggère que la création de «faux-authentiques» puisse être à l’origine du succès de romans comme le Da Vinci code et Anges et démons.

Ce dossier suggère donc une multiplicité de points de vue sur un sujet extrêmement vaste: comme le terme «meilleur vendeur» ne sert qu’à désigner un livre dont les chiffres de vente justifient qu’il se retrouve dans les palmarès, il était plutôt difficile d’orienter la réflexion de manière à obtenir un dossier cohérent et suivant une certaine ligne directrice. C’est toutefois cette abondance et cette pluralité d’angles d’approche, de positions critiques et de manières de voir et de juger les choses qui font la force de l’agencement de textes que nous vous proposons ici : tout en n’apportant pas de réponse(s) définitive(s) concernant toutes les questions soulevées par la prise de position qu’implique la parution d’un tel dossier —c’est-à-dire celle qui sous-entend que les meilleurs vendeurs sont tout de même digne de faire l’objet, malgré leur succès populaire, d’une étude plus sérieuse et d’une réflexion intellectuelle—, les textes que nous recueillons suggèrent tous une manière de lire ces livres, une manière de réfléchir au concept et une manière d’être, en tant que critiques, face à ces objets culturels problématiques.


http://salondouble.contemporain.info/dossier/les-meilleurs-vendeurs

12 janvier 2012

Loin de se limiter à un simple divertissement, Le secret du coffre bleu de Lise Dion est aussi un récit de transmission qui participe plus largement de la tendance actuelle de la littérature mémorielle. C’est dans cette perspective que je propose de lire le récit; en tentant de voir comment il actualise certaines préoccupations, tant du point de vue générique que narratif, que l’on reconnaît plutôt à la littérature contemporaine de circuit restreint.

12 janvier 2012

Qu’y a-t-il de commun entre Harry Potter de J. K. Rowling, le Da Vinci Code de Dan Brown, la saga Twilight de Stephenie Meyer et les polars de James Ellroy? Ils sont tous à la tête des listes des ventes. Alors, la question qui s’impose est la suivante: Pourquoi? Pourquoi ces livres plaisent autant au public? De quoi un best-seller est-il fait? La réponse est sans doute multiple. Un texte qui se place à la tête des ventes fait souvent l’objet de critiques. On le taxe d’artificialité et de superficialité; c’est-à-dire, d’appliquer des recettes avec le but de plaire à un public aussi large que possible. Cette vision, cynique et assez répandue, manque de rigueur et ne suffit pas pour expliquer les motifs d’un succès d’édition. Mon hypothèse est qu’un texte devient un best-seller parce qu’il réussit à traduire le fonctionnement intime, l’essence profonde de son époque.

12 janvier 2012

Parler de Lacan aujourd’hui, et assumer que ses deux derniers Séminaires se vendent, c’est aussi croire à une aventure intellectuelle qui tient une place importante dans notre contemporanéité; aventure porteuse d’un certain souffle pour qui peut et veut l’entendre: espoir de comprendre la folie, la famille, le désir; plaisir des transgressions, liberté de parole et des mœurs, envie d’émancipation. Depuis un demi-siècle, Lacan n’a pas fini de nous étonner.

13 janvier 2012

C’est à Stephen King que je dois mes premiers émois de lecteur de romans. J’ai lu The Shining (1977) en cachette à onze ans; premier roman que je lus de ma propre initiative, dans une ambiance grisante de secret et de clandestinité. Je ne conçois toujours pas de meilleure porte, aujourd’hui, pour entrer dans le monde de la littérature que celle-là: montrez-moi un lecteur assidu de Beckett et de Proust, et je vous montrerai un adolescent qui a fait ses premières classes littéraires en lisant des auteurs comme King. Mais la suite de l’histoire se complique. Au cours des six années suivantes, j’ai lu du King à m’en écœurer. Et c’est à It (1986) que revient le mérite de m’avoir écœuré de ses histoires pour de bon. Depuis It, King semble publier ce qu’il veut, allongeant au kilomètre des romans plus ou moins bien ficelés, dans une apparente absence de contrôle éditorial, lui permettant de devenir une industrie à lui tout seul. Son nom fait confortablement recette, même si son imaginaire n’a pas su imposer à l’horreur moderne des figures aussi marquantes, iconiques, que celles de ses débuts.

13 janvier 2012

Mais existe-t-il un lecteur type pour les meilleurs vendeurs? Répondre par l’affirmative serait réducteur, puisqu’on assimile ainsi une frange de la population à un type de lecture bien précis. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’auteurs qui développent une base de lecteurs qui suivent avec attention la sortie d’un nouveau roman. Chez King, le fan a un statut particulier. L’appellation «Constant Reader» illustre très bien, selon nous le rapport que King entretient avec ses fans. En effet, il est parfaitement conscient que, sans le (Fidèle) lecteur, son art ne peut exister.

14 janvier 2012

Chez les «méchants» dans la trilogie Millénium, il existe donc une nette dialectique entre l’espace public qu’ils dominent en vertu de leur capital symbolique, économique ou juridique, et l’espace privé où ils abusent de leur statut aux dépens de femmes parce qu’elles sont, justement, des femmes. Tout se passe comme si l’autorité sociale se transposait dans le privé où le pouvoir se déchaînerait. Lisbeth Salander en contrepartie incarne cet individu exclu des instances sociales officielles (de tous les points de vue) qui parvient à violer l’espace privé de ces hommes en pénétrant sur leur ordinateur et c’est seulement en renversant cet état, c’est-à-dire en les menaçant de rendre publiques ces informations par le truchement des médias, qu’elle peut accéder à la légitimité officielle.

14 janvier 2012

La particularité du roman réside dans son succès simultanément commercial et critique. En effet, ce premier roman de Marie Darrieussecq accepté par plusieurs éditeurs prestigieuses tels que POL, Grasset et le Seuil, s’est vendu à un million d’exemplaire dans le monde et a été traduit en trente langues. En même temps, ce récit a fait l’objet d’études écrites pas plusieurs critiques littéraires. Ce double consensus découle sans aucun doute du vaste faisceau d’interprétations possibles que met en place ce roman en présentant un récit à plusieurs couches, chacune ciblant un lectorat particulier.

14 janvier 2012

Dan Brown a, en quelque sorte, transformé le cadre et du coup les horizons d’attente des lecteurs. Le lecteur sait qu’il a acheté un roman et pourtant, par l’entremise des deux pages présentant «les faits», il y a une remise en question des attentes. Où est le vrai? S’agit-il seulement d’un roman historique, puisque l’auteur nous rappelle qu’il s’agit de faits «avérés», qu’ «on peut encore les admirer» (même les bâtiments du CERN) et que même la «Confrérie des Illuminati […] a aussi existé»? Le «aussi» apparaît être plus qu’un adverbe, c’est surtout l’élément qui permet de valider l’ensemble des propos comme vrai. Par cette manipulation adroite, Brown dirige son lecteur, mais surtout fabrique des faux-authentiques.

George Sand, Oeuvres complètes, 1838. La Dernière Aldini.

George Sand, Oeuvres complètes

sous la direction de Béatrice Didier

1838. La Dernière Aldini.

Édition critique par Alex Lascar

Référence bibliographique : George Sand, Oeuvres complètes sous la direction de Béatrice Didier. 1838. La Dernière Aldini. Édition critique par Alex Lascar, Honoré Champion, collection « Textes de littérature moderne et contemporaine, 122 », 2012. EAN13 : 9782745319296.
240 pages, relié 65 Eur Présentation de l’éditeur

La Dernière Aldini (1838) commence et s’achève à Venise, ville si chère au coeur de George Sand. Dans ce roman « romanesque » où ne manquent ni surprises ni coïncidences, Lélio, en quête de l’amour perdu nous confie ses bonheurs, ses désillusions. Musicien et patriote, il rêve de la jeune Italie, il dit surtout sa foi absolue en l’Art.

Url de référence :
http://www.honorechampion.com

Colloque: La littérature à l'épreuve des arts populaires (13-15 juin 2012)

Du 13 juin 2012 au 15 juin 2012, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

PROJET ANR HIDIL UNIVERSITE PARIS SORBONNE

HISTOIRE DES IDEES  DE LITTERATURE

COLLOQUE  « LA LITTERATURE A L’EPREUVE DES ARTS POPULAIRES »

UNIVERSITE PARIS – EST MARNE – LA – VALLEE

13, 14 et 15 juin 2012

MERCREDI 13 JUIN

9h30  Accueil des participants et ouverture du colloque

Présidence : Pascale Alexandre- Bergues (UPEMLV)

10h Paul FOURNEL, Président de l’OULIPO : « A propos de  Guignol »

10h40 Discussion et pause

11h Julien SCHUH (Université de Reims) « Synthétisme, primitivisme et éloge de la naïveté : une tentative de généalogie »

11h30Bérangère CHAPUIS (Paris  Sorbonne) « Genèse et enjeux du kitsch »

12h Discussion et déjeuner

Présidence : Jean- Yves Debreuille  (Université Lyon II)

14h30Martine JEY (Paris Sorbonne) « Ecrire à la Communale : émancipation ou contrainte ? »

15h Vladimir KAPOR (Université de Manchester) « Pour une littérature du terroir d’outre-mer : Marius –Ary Leblond, théoriciens de la littérature coloniale sous la Troisième République »

15h30 Discussion et pause

16h Yvan DANIEL (Université de La Rochelle) « Pierre Loti : populariser le « vertige mondial » »

16h30 Corinne CONTINI – FLICKER (Aix- Marseille) « Les formes dramatiques populaires sur la scène française tonkinoise (1884 -1945) »

Discussion

JEUDI 14 JUIN

Présidence : Catherine Naugrette (Paris Cité- Sorbonne Nouvelle)

9h30 Didier ALEXANDRE (Paris Sorbonne) « La Ville de Claudel et le théâtre anarchiste »

10h Emmanuelle KAES (Université de Tours) « De la poétique à l’écriture dramatique : formes et enjeux de la langue populaire chez Claudel »

10h30 Discussion et pause

11h Caroline SURMANN (Université de Mannheim) « Le cirque et le music- hall dans les ballets –théâtre de Cocteau »

11h30 Delphine VERNOZY (Paris Sorbonne)  « Aragon : du ballet au spectacle populaire»

12h Discussion et déjeuner

Présidence : Martine Jey (Université Paris Sorbonne)

14h Catherine NAUGRETTE (Paris Cité- Sorbonne Nouvelle) « Peer Gynt et le Troll : le théâtre d’Ibsen et les contes populaires norvégiens »

14h30 Pascale ALEXANDRE –BERGUES (UPEMLV) « Copeau et l’idée de théâtre populaire »

15h Catherine DOUZOU (Université de Tours) « Ramuz et les arts populaires »

15h30  Discussion et pause

16h Jean –Pierre ZUBIATE (Toulouse II –Le Mirail) La chanson de cabaret à la source du lyrisme et du fantastique social »

16h30 Ivanne RIALLAND (UPEMLV) L’Entrepreneur d’illuminations : le feu d’artifice chinois du douanier Salmon »

17h Discussion

VENDREDI 15 JUIN

Présidence : Catherine Douzou (Université de Tours)

9h30 Laurence PERRIGAULT (Paris VIII) « Jacques Prévert ou le merveilleux populaire (1926 -1936)

10h Jean –Yves DEBREUILLE (Lyon II) « Le devoir de trivialité dans la poésie d’André Frénaud »

10h30 Discussion et pause

11h Claude –Pierre PEREZ (Université de Provence)  « Du populaire dans Documents »

11h30 Sophie MENARD (Université de Lorraine) « « Il était une fois » l’histoire de deux catherinettes : lecture ethno –critique de Germinie Lacerteux »

12h Discussion

Présidence : Claude- Pierre Perez (Aix-Marseille)

14h30 Vital RAMBAUD (Paris Sorbonne) « Barrès, un romancier populaire ? »

15h Virginie TAHAR (UPEMLV) « L’influence du dessin humoristique sur l’écriture des premiers romans de Mac Orlan »

15h30 Discussion et pause

16h Annabel AUDUREAU (Université de La Rochelle) « La culture populaire, source de renouvellement d’un genre dans Anicet ou le Panorama, roman de Louis Aragon »

16h30 Clément SIGALAS (Paris Sorbonne) « « Ce sera malgré moi si dans ce livre j’allais pécher par littérature » : la littérature confrontée à l’expérience populaire de la seconde guerre mondiale »

17h Discussion et clôture du colloque

Le colloque se tiendra salle 2B50- 56 (bâtiment Copernic, 2ème étage, 5, bd Descartes, Champs- sur- Marne, RER A, station Noisy- Champs).

Organisation : Pascale ALEXANDRE- BERGUES (LISAA)

Contacts : Pascale.alexandre@univ-mlv.fr; nadine.marchand-tollet@paris-sorbonne.fr

I Congreso Internacional de Literatura Trivial y de Entretenimiento Sevilla (26 a 29 de Junio de 2012)

I Congreso Internacional de Literatura Trivial y de Entretenimiento
Sevilla, 26 a 29 de Junio de 2012

Se invita a investigadores, docentes, escritores y aficionados de la Literatura Trivial y de Entretenimiento a participar en
el encuentro que tendrá lugar en la Facultad de Filología de la Universidad de Sevilla los días 26, 27, 28 y 29 de junio
de 2012. El Congreso pretende animar a reflexionar, desde una perspectiva multidiciplinar (en la que tienen cabida
tanto las distintas filologías, la traducción literaria, la literatura comparada o los estudios sociales, entre otras ramas de
conocimiento) sobre cualquier cuestión relacionada con alguno de estos géneros hasta ahora marginados de la
atención científica.

Programme téléchargeable ici: Programa congreso



CFP: Edited Collection: Challenger Unbound (Revaluating Arthur Conan Doyle’s Professor Challenger Narratives)



Edited Collection: Challenger Unbound

(Revaluating Arthur Conan Doyle’s Professor Challenger Narratives)

Habitually characterised as a late-appearing variant upon the Victorian Quest Romance, Arthur Conan Doyle’s « The Lost World » (1912) in fact marked the beginning of the author’s prolonged investigation of science, ideology and belief under the inhibiting constraints of early twentieth-century modernity. The narratives span from 1912 to 1929 and this new collection will be dedicated to re-evaluating the narratives, their author, the wider culture that he inhabited and the legacy of his work for the twentieth and twenty-first centuries. We are interested in work that treats the texts either directly or tangentially through other aspects of Conan Doyle’s life and thought.

The editors would like to solicit abstracts of 200-300 words or completed articles of 6,000-12,000 words. We are interested in covering as many divergent approaches to the narratives as possible but potential topics might include:

• The Twentieth-Century Quest Romance.
• Arthur Conan Doyle: Low Modernist.
• Arthur Conan Doyle’s Contribution to Science-Fiction and/or Speculative Fiction
• Modernity and the State in Early Twentieth-Century Popular Fiction.
• Science and the Popular Press, 1912-1930.
• Science as a Public Discourse, 1912-1930.
• Science as State-Craft, 1912-1930.
• Spiritual vs. Material Science.
• Grief, Trauma, Mourning and Science during and after the Great War.
• Twentieth-Century Medievalism/Primitivism.
• Spiritualism, Science and the Great War.
• The Strand Magazine in the Twentieth-Century.
• The Twentieth-Century Afterlife of “Victorian” Ideology/Thought/Literary Forms.
• Weapons of Mass Destruction, 1912-1930.
• Heroism, Chivalry and Masculinity after the Great War.
• Science, Technology and European Competition, 1912-1930.
• The Twentieth-Century Legacy of Arthur Conan Doyle in Europe.
• Machines, Weapons, Products, Commodities.
• Conan Doyle’s Non-Fiction, 1912-1930.
• The Endurance of Professor Challenger in Critical Theory (Deleuze & Guattari, Jon McKenzie etc…).
• Early Treatments of Capitalist/Communist Confrontations in Popular Fiction.

Abstracts, submissions and questions should be sent to Dr. Jonathan Cranfield (j.cranfield@kent.ac.uk) and Prof. Hélène Machinal (helene.machinal@univ-brest.fr)

Ressources: Pulpgen.

Pulpgen

http://pulpgen.com/pulp/downloads/index.html

Pulpgen propose un très grand nombre de reproductions de nouvelles issus de pulps américains au format pdf. Les illustrations ont été conservées, mais le texte a été converti dans un format permettant les recherches rapides. Une telle base de donnée représente une ressource exceptionnelle pour le chercheur s’intéressant à la littérature populaire du XXe siècle et aux grands genres médiatiques.

Présentation par le responsable du site:

Welcome to the Online Pulps site. The purpose of this site is to provide a wide selection of stories from the pulps. Here you will find stories from nearly every genre…detective, science ficton, adventure, romance, western, weird menace, sports, aviation, and even finance!

This site was started in February, 2002 and has grown larger than I would ever have thought possible. One of the down sides to this is that it has become difficult to maintain. In addition to basic maintanence to the site, there is a lot of administrative work behind the scenes such as scheduling updates and tracking all of the stories that are in the works. At this time (9/10/2003), there are 295 stories online and 49 more in various states of readiness.

http://pulpgen.com/pulp/