Archives par mot-clé : histoire culturelle

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) » (Paris Ouest)

2012-2013. Séminaire

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France)

Pour la deuxième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires, suivi d’une journée d’études, à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.

Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.

Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.

25 janvier – Vincent Laisney (université Paris Ouest) : « sociabilité cénaculaire et petite presse ».

15 février – Fanny Bérat (PhisTeM) : « les origines journalistiques du poème en prose ».

15 mars – Corinne Saminadayar-Perrin (RIRRA 21, Montpellier 3), « Jules Vallès, acteur et témoin de la petite presse du second Empire ».

19 avril – Fabrice Erre (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1), « La caricature dans la petite presse ».

24 mai : Journée d’études sur le thème « Qu’est-ce que la “petite presse” ? » (interventions d’Olivier Bara, Jean-Louis Cabanès, Matthieu Letourneux, Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillan, Yoan Vérilhac, Jean-Didier Wagneur).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 17h à 19h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Parution: Isabelle Antonutti; Cino Del Duca; de Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse (PUR)

Isabelle Antonutti

Cino Del Duca

De Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse

Presses Universitaires de Rennes, 2013

Créateur de Nous Deux, Télé Poche, producteur de Touchez pas au grisbi et de L’Avventura, éditeur des Rois maudits, Cino del Duca (1899-1967) a construit un empire médiatique populaire. Au moment de son décès, il pilotait le quatrième groupe de presse français. Mais comment ce vendeur de comics est-il devenu un magnat de la presse ?

Avec une préface de Jean-Yves Mollier.

Auteur(s) :

Isabelle Antonutti est conservateur à la bibliothèque du centre Georges-Pompidou et enseignante à l’IUT métiers du livre de l’université Paris-Ouest-La Défense-Nanterre. Docteur en histoire, elle est membre du laboratoire du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines).

Domaines : Histoire contemporaine, Information-Communication

Collection : Histoire

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 222 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-2124-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

Appel: Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles (date limite: 28 février)

CULTURHISTO 2013, la journée d’études des doctorants du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines se tiendra mercredi 29 Mai 2013 à l’auditorium de la BU de l’UVSQ sur le thème « Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles »

Si la notion de marge renvoie plus facilement à la géographie, sa richesse lui vaut d’être mobilisée par plusieurs disciplines des sciences sociales et d’être appliquée à des champs d’études très variés. Définir la marge implique dans un premier temps d’identifier deux types d’espaces : le centre et la périphérie. En effet, les enjeux et les problématiques qui y sont liés résident dans le rapport qu’elle entretient avec son centre de gravité, et ce dans de nombreuses disciplines. Selon les critères choisis pour définir la marge, nous pouvons alors analyser plusieurs types de rapports : ceux de la banlieue à sa ville-centre si nous la considérons dans sa dimension spatiale, la classe dominée face à la classe dominante au niveau sociologique, ou encore entre mainstream et subculture d’un point de vue culturel.

Tout en s’intéressant à sa définition, il nous importera également de réfléchir très spécifiquement à la marge en tant qu’espace productif de tout ordre, tant de normes, de construits sociaux, que de culture. Par la présente journée il s’agira de ainsi de mettre la marge en concurrence avec les centres de pouvoir et les groupes dominants qui possèdent ces fonctions productives et normatives. Souvent contestataires, les marges se présentent comme des lieux de bouillonnement et d’agitation : ses acteurs savent porter une revendication, questionner les frontières et les normes qui ont cours. De même, la connaissance de la marge peut permettre d’en savoir plus sur son centre d’attraction : dès lors, comment parvient-elle à investir l’espace social, le perturber et l’enrichir ?

Le sujet pourra alors s’envisager selon plusieurs approches et dépasser la seule définition géographique de territoire marginal pour investir des champs symboliques. En lui associant le terme de création, l’approche que nous avons de la marge nous amènera à nous interroger sur les formes de production qui s’y exercent.
Sur ce point, nous souhaiterons nous intéresser à d’anciennes subcultures devenues légitimes – a contrario celles restées illégitimes. Il nous faudra donc nous interroger sur les modalités de leur diffusion. En effet, faire l’histoire des cultures dominantes revient parfois à retourner vers la marge : selon des problématiques multiples, on pourra parler par exemple du rock, du sport ou des grands ensembles. La question de la légitimation nous amènera naturellement à nous intéresser aux publics : en effet, comment se repérer face à une offre culturelle grandissante ? Surtout, par quels canaux ces productions circuleraient-elles, et quels seraient ses éléments d’incubation ou de blocage ?

De plus, il paraitra aussi important de s’intéresser à la portée de la marge, que ce soit en terme de réception ou de création. La diffusion de la culture ne se faisant pas en sens unique, les marges doivent donc être vues à la fois comme des espaces créateurs et récepteurs. Le premier terme postule une culture dite alternative quand le second invoquerait plutôt celui de la culture de masse. Cependant ne peut-on pas dépasser ce schéma si l’on remet en question la marge comme espace sous domination du centre ?
Il faut en effet se garder de plaquer sur la marge les idées préconçues qui ont cours. La culture produite dans les marges ne saurait-elle se diffuser hors de celles-ci ? Dans toute l’offre culturelle contemporaine, quel statut occupe cette culture de la marge ? Ne peut-elle être autre chose qu’une « sous-culture » ?

Née d’observations faites aux cours de nos travaux respectifs, cette journée d’études a pour objectif de développer de telles problématiques, en favorisant la rencontre entre de jeunes chercheurs venus d’horizons et de disciplines différentes. Loin de se limiter aux seuls travaux d’historiens, notre journée d’études sera largement ouverte aux chercheurs en sciences politiques, en géographie, littérature, sociologie, médiologie, le tout dans une perspective n’excluant pas les comparaisons extra-nationales ou transmédiatiques. Nous tenterons ce faisant de balayer un horizon chronologique large afin d’offrir un aperçu de la marge le plus complet possible.
De manière non exhaustive, les domaines de recherche à privilégier seront les suivants : les territoires, la culture populaire, la création artistique contemporaine, la contestation et les normes, les pratiques de classes et de genres, ainsi que les médiations culturelles.

Comité d’organisation :

Nicolas Lahaye (CHCSC-UVSQ),
Thibault Le Hégarat (CHCSC-UVSQ),
Justine Delassus (CHCSC-UVSQ),
Frédéric Monvoisin (IRCAV-Paris 3).

La journée d’études se tiendra à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines le mercredi 29 mai 2013, à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, site de Guyancourt.

Les propositions de communication (500 mots environ), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur avant le 28 février 2013 à l’adresse suivante : culturhisto2013@uvsq.fr

Les propositions émanant de jeunes chercheuses et chercheurs sont naturellement les bienvenues.

Appel: Les bibliothèques populaires du XIXe siècle à aujourd’hui (fin de l'appel: 1e février 2013)

Les bibliothèques populaires du XIXe siècle à aujourd’hui

Popular libraries of the 19th century to today.

À la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter déclinait les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. En 1984, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoquait les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires.
Aujourd’hui, la découverte de certains fonds d’archives, les progrès de la bibliographie et de la numérisation permettent de mener à bien ces projets. Le colloque a pour but de fédérer les recherches en cours. On s’attachera en particulier aux thèmes suivants :
– « Gestation » des bibliothèques populaires : dans quel contexte socio-politique et dans quels milieux sont nées les bibliothèques populaires ? Quelle législation a été mise en place ?
– Organisation et fonctionnement des premières bibliothèques populaires
– Lectorat des bibliothèques populaires au XIXe siècle et au XXe siècle
– Les bibliothèques populaires étrangères
– Les activités culturelles des bibliothèques populaires : conférences, etc.
– Les échanges et collaborations entre les bibliothèques populaires : revues spécialisées, syndicats, etc.
– D’hier à aujourd’hui, devenir des bibliothèques populaires : existe-t-il encore des bibliothèques populaires ? que sont devenus les fonds des bibliothèques disparues ? les bibliothèques municipales ont-elles gardé la mémoire des bibliothèques populaires ?

Responsables scientifiques du colloque :
Jean-Yves MOLLIER, professeur d’histoire contemporaine, directeur de l’Ecole doctorale « Cultures, Régulations, Institutions et territoires », Université de Versailles-Saint Quentin
Agnès SANDRAS, conservateur des bibliothèques (BnF); présidente de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Appel à communications pour le colloque des 6 et 7 juin 2014 :

> Le colloque se déroulera les 6 et 7 juin 2014.
– Vendredi 6 juin 2014 et samedi 7 juin 2014 (matin) : communications à la bibliothèque de l’Arsenal (BnF). Présentation de l’ouvrage sur les bibliothèques populaires publié à cette occasion par les Presses de l’enssib.
– Samedi 7 juin (après-midi) : visites guidées de bibliothèques populaires ou de bibliothèques conservant les fonds d’anciennes bibliothèques populaires.

> Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.
Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse suivante :
recherche.bai@bai.asso.fr avant le 1er février 2013.
Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique avant le 1er mars 2013.
Les résumés acceptés ainsi que le programme seront publiés sur le carnet de recherches « bibliothèques populaires » : http://bai.hypotheses.org/

Appel à publications pour un ouvrage :

> Les Presses de l’enssib publieront à l’occasion de ce colloque un ouvrage sur les bibliothèques populaires, coordonné par Agnès Sandras. Les intervenants du colloque qui le souhaitent pourront donc publier leurs communications dans cet ouvrage. Les personnes ne participant pas au colloque peuvent également proposer un texte.

> Les propositions de publications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.
Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse suivante :
recherche.bai@bai.asso.fr avant le 1er février 2013.
Les auteurs seront informés de la décision avant le 1er mars 2013. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des textes.
Les propositions retenues devront être remises au plus tard le 15 septembre 2013.

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Parution: Le Temps des médias; Amour toujours…

Le Temps des Médias No 19
Amour toujours…

La SPHM (Société pour l’histoire des médias) publie le dix-neuvième numéro de sa revue Le Temps des Médias, dirigée par Christian Delporte, directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et professeur à l’UVSQ. Son dossier, sous la direction de Jamil Dakhlia et Géraldine Poels, doctorante au CHCSC, s’intitule : Amour toujours…

Sexy, l’amour ? Eternelle source d’inspiration pour les artistes, les philosophes et les moralistes, il séduit aussi les médias.
De l’invention du marivaudage au boom des sites de rencontres, ce dossier montre combien ces derniers sont impliqués dans les transformations historiques de l’amour, par leur rôle dans la constante reconfiguration des liens entre sentimentalité, sexualité et conjugalité : ils traduisent l’évolution des sensibilités et des pratiques amoureuses, se font, dans certains cas, instances de prescription et de censure – au nom de la religion ou de l’ordre social et s’offrent en outre comme des auxiliaires potentiels face aux incertitudes du cœur.
Plus spécifiquement, ce sont les « médias de l’amour » qui sont interrogés : romans roses, presse de charme, sites dédiés, émissions de radio (libre antenne) ou du petit écran (télé-réalité). Tous ces supports mettent en jeu une instrumentalisation commerciale de l’amour et sont ainsi rendus responsables d’un certain désenchantement des relations sentimentales. Mais ils révèlent des besoins spécifiques à l’individu contemporain, soumis à des injonctions contradictoires dans sa quête de l’épanouissement affectif et disent aussi que la démarche de séduction est avant tout une recherche de soi.

Géraldine Poels est agrégée d’histoire, ATER à l’UVSQ et doctorante au CHCSC.
Le Temps des Médias. Revue d’histoire n°19 Dossier « Amour toujours… » sous la direction de Jamil Dakhlia et Géraldine Poels Automne 2012 • 296 pages • ISBN : 978-2-36583-387-5 • 25 €.

Contact éditeur :
Frédéric Durand Tel 01 46 34 42 32. fdurand@nouveau-monde.net

> Sommaire

DOSSIER: Amour toujours…
Jamil Dakhlia et Géraldine Poels – Présentation
Hélène Duccini – Watteau et Marivaux: deux témoins d’une mutation du sentiment amoureux au XVIIe siècle
Frédéric Hervé – Un couple épatant : l’auteur de la Nouvelle Vague et le censeur du cinéma
Verushka Lieutenant-Duval – Le continuum des représentations sexuelles dans le film « 10 » (1979) de Blake Edwards : du baiser amoureux au sexe explicite pour le plaisir
Christophe Deleu – Dix heures et demie du soir à la radio : l’amour sur les ondes
Olivier Zerbib – « Écris-moi et tu te diras qui tu es » : les sites de rencontre comme lieux de réenchantement de soi
Magali Bigey – Romances en séries, amour toujours et marketing
Françoise Hache-Bissette – La Chick lit : romance du XXIe siècle ?
Anne-Sophie Béliard, Nelly Quemener – L’« exotisme de la proximité » : l’amour à l’épreuve du monde agricole et du couple
Béatrice Damian-Gaillard – Le courrier des lecteurs et des lectrices d’Union : scripts culturels de l’amour sexuel
Virginie Sassoon – La représentation du couple dans le magazine féminin Amina : une vision androcentrique
Céline Morin – Du romantisme à la relation pure ? Les amours des héroïnes de séries américaines depuis 1950
Virginie Sauzon – Histoire(s) de la médiatisation de l’amour chez les écrivaines françaises contemporaines

TERRITOIRES D’ÉTUDES
Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier, Jean-François Loudcher – Le corps sportif dans la presse illustrée pour la jeunesse. L’exemple de la série dessinée Jean-Jacques Ardent Athlète dans le journal Junior (1938-1939)
Denis Ruellan – La Commission arbitrale, l’invention du paritarisme dans le journalisme

ENTRETIEN
Propos recueillis par Jamil Dakhlia et Géraldine Poels – Le minitel rose : du flirt électronique… et plus, si affinités. Entretien avec Josiane Jouët

RECHERCHE-ACTUALITÉS
Positions de thèses
Colloques
Journée d’étude

PARUTIONS

MEDIANET

LE POINT SUR…
Philippe Kaenel, François Vallotton – La valorisation du fonds photographique Hans Steiner (1907-1962) : les enjeux d’un partenariat institutionnel, scientifique et médiatique

CHRONIQUE PASSÉ-PRÉSENT
Anne-Claude Ambroise-Rendu – L’amour au tribunal

Séances séminaire LIRE XIXe: Périodiser : les temps recomposés

Séances séminaire LIRE XIXe

Périodiser : les temps recomposés

ISH – 14 av. Berthelot, 69007, Lyon

Le séminaire LIRE XIXe s’attachera, pour cette année 2012-2013, à interroger la conception et les pratiques de la périodisation dans le champ des études littéraires et artistiques.

Cette série de regards croisés permettra tout d’abord d’envisager la périodisation d’un corpus et les critères mobilisés pour le constituer, lorsque celui-ci se fixe pour objectif de mettre en lumière l’émergence d’un genre (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan) ou d’une pratique intimement liée à l’évolution des supports médiatiques, eux-mêmes soumis à des rythmes et à une périodicité spécifiques (« Les revues de fin d’année », resp. O. Bara). Geste critique dont les principes ont pu eux-mêmes varier avec le temps et qui appelle une réflexion également rétrospective sur les pratiques éditoriales (« Recherche sur l’édition critique », resp. Ph. Régnier).

La question sera également envisagée du point de vue de la sociologie du champ littéraire et artistique : placée sur ce terrain, la pratique de la périodisation permet-elle de distinguer et de définir des unités tout autant signifiantes que significatives, comme celle de « génération » (Serge Zenkine) par exemple ? Cette démarche est-elle viable lorsqu’il s’agit de faire le point sur le statut des femmes musiciennes entre le XVIIIe et le XIXe siècles (« Musiciennes », resp. A. Ramaut) ou l’analyse met-elle au jour plus de permanences que de véritables mutations ?

Enfin, si l’histoire littéraire privilégie logiquement une scansion fondée sur les événements internes à la sphère de la littérature (histoire des genres littéraires, émergence des courants et des écoles, prépondérance des chefs de file, polémiques et combats, etc.), comment prend-elle en compte, dans la démarche de périodisation, d’autres temporalités, à partir desquelles les textes « travaillent » et qu’ils réfléchissent ? Temps scientifique, scandé par les découvertes et sous-tendu par une idéologie du progrès (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan ; « Machines à images », resp. D. Gleizes & D. Reynaud) ; temps historique, marqué par la violence de l’événement révolutionnaire (« Romans de la Révolution », resp. J.-M. Roulin) ou par la persistance douloureuse de l’esclavage (« La voix des esclaves » (resp. S. Moussa & D. Lançon). Comment périodiser ces phénomènes de réception, marqués tour à tour par de brusques effets de focalisation, des mécanismes d’amortissement et de normalisation, des moments d’inertie et de rémanence, un travail de mémoire, enfin ?

Mercredi 10 octobre, 14h : accueil des étudiants de master 2 dans le cadre de leur formation à la recherche au LIRE.

1. Jeudi 11 octobre :

« La voix des esclaves » (resp. Sarga Moussa & Daniel Lançon)

– Vanessa Guignery (PR ENS de Lyon, UMR LIRE), « Voix et silence des esclaves du Cap en Afrique du Sud : écritures contemporaines »

– Elodie Gaden (doctorante, Grenoble 3), « La voix des esclaves dans les lettres de Sophia Poole, la soeur d’Edward Lane (The Englishwoman in Egypt, 1844-1845) »

2. Jeudi 15 novembre

« Histoire des genres/histoire des sciences : questions de périodisation » (resp. Claire Barel-Moisan, Delphine Gleizes)

-Claire Barel-Moisan, « Le roman d’aventures scientifiques et d’anticipation à la fin du XIXe siècle : les âges de la vie d’un genre »

-Delphine Gleizes, « La littérature au prisme des inventions optiques : anticiper/refléter »

3. Jeudi 13 décembre :

Matin : « Atelier Thèse » : Amélie Caldérone, Delphine Dufour…

Après-midi : « Musiciennes » (resp. Alban Ramaut)

– Florence Launay, « La prise en compte des musiciennes par l’histoire: un tour d’horizon »

– Etienne Jardin, « Laure Cinti-Damoreau : la formation d’une première chanteuse »

– Muriel Boulan : « Louise Farrenc et la Société des concerts du Conservatoire : la singulière insertion d’une femme sur la scène symphonique française »

4. Jeudi 10 janvier

Serge Zenkine (Université des sciences humaines (RGGU), Moscou – Collegium de Lyon), « La génération sur l’échelle de l’histoire : La valeur d’une notion dans le langage courant et dans les recherches littéraires »

5. Jeudi 14 février

« Présentation de l’ANR Médias19 » (resp. Olivier Bara)

– Olivier Bara, « Editer en ligne des revues dramatiques de fin d’année »

– Amélie Calderone (doctorante, LIRE/Lyon 2), « Etude de cas »

6. Jeudi 21 mars

« Les romans d’anticipation » (resp. Claire Barel-Moisan)

-Irène Langlet (Université de Limoges), « La première littérature d’anticipation française au pied de la lettre, ou : la longue marche vers une poétique du futur »

-Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), « Anticipation Belle Epoque et rétrofuturisme générique: oeuvres sérielles et horizon(s) d’attente »

7. Jeudi 4 Avril

« Romans de la Révolution » (resp. Jean-Marie Roulin)

-Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), « Républiques et Révolution »

-Aude Déruelle (Université d’Orléans), « Décentrements et décalages »

8. Jeudi 16 mai : Journée des doctorants

9. Jeudi 13 juin : « Recherche sur l’édition critique » (resp. Philippe Régnier)

Pour mémoire :

31 janvier et vendredi 1er février : journées conclusives sur le Théâtre populaire (resp. Olivier Bara)

Séminaire: Histoire de l'édition, du livre et de la lecture en Europe

HISTOIRE DE L’EDITION, DU LIVRE ET DE LA LECTURE
EN EUROPE DU XVIIIe au XXIe SIECLE


Responsable :
Jean-Yves Mollier, professeur à l’UVSQ.

Statut :
Séminaire d’enseignement et de recherche.

Horaire :
Vendredi, de 14 à 17 heures pour le séminaire et lundi, de 14 à 17 heures pour les séances de suivi des recherches (lundis 8 et 22 octobre, 12 novembre et 3 décembre 2012, ainsi que 28 janvier, 18 février, 11 mars et 15 avril 2013).

Lieu :
UVSQ, Bâtiment Vauban, 47 boulevard Vauban à Guyancourt (salle 524).

> Accès à l’UVSQ

Présentation :

L’arrivée récente du livre électronique puis des liseuses et autres tablettes numériques modifie radicalement le visage de l’édition dans les pays les plus développés. Née entre les années 1770 et 1830, d’abord en Angleterre, en France et en Allemagne, la figure de l’éditeur qui s’est imposée au reste du monde au XIXe et au XXe siècle est fortement remise en cause par la troisième révolution des manières de lire. La possibilité et l’envie de supprimer les intermédiaires – en oubliant leur fonction de médiateurs culturels – peuvent aboutir, si ce n’est à une disparition, du moins à une véritable redéfinition du rôle de celui qu’Elias Regnault qualifiait, à l’aube des années 1840, de « puissance redoutable » et de « talisman magique ». Avant d’aborder, au deuxième semestre, les mutations les plus récentes du système éditorial, on reviendra, en début d’année, sur la naissance et le développement de cette grande figure mondiale que fut l’éditeur. En comparant des situations différentes empruntées soit à l’Europe, soit aux Amériques, à l’Asie ou au monde arabo-musulman, on tentera de cerner avec précision ces deux siècles et demi de triomphe du livre et, plus généralement, de l’imprimé, qui ont transformé les habitudes des hommes et fait du papier couvert d’encre un produit de première nécessité ou presque.

Thème de l’année universitaire 2012-2013 :
Les mutations de la figure et des fonctions de l’éditeur en Europe et dans le monde du XVIIIe au XXIe siècle.

Bibliographie :
L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique. (Actualisation février 2012)

Programme

28 septembre 2012

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Présentation du séminaire, des orientations de l’année 2012- 2013 et commentaire de la bibliographie sur l’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en Europe du XIXe au XXIe siècle.
Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), archétype ou prototype de l’éditeur moderne ?

12 octobre 2012

Pascal Durand (université de Liège) : Pierre-François Ladvocat (1791-1854) et l’avènement de l’éditeur littéraire au début du XIXe siècle.

26 octobre 2012

Marie-Françoise Cachin (université Paris 7) : Quelques portraits de publishers britanniques au début du XIXe siècle.

16 novembre 2012

Frédéric Barbier (CNRS-EPHE) : Les Brockhaus, Cotta et Reclam, trois dynasties d’éditeurs allemands au XIXe siècle.

23 novembre 2012

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Louis Hachette (1800-1864) et Michel Lévy (1821-1875), deux éditeurs emblématiques des mutations de l’édition moderne.
Lucia Granja (UNESP, Sao Paulo) : Baptiste-Louis Garnier et la maison Garnier de Rio de Janeiro aux origines de l’édition brésilienne.

7 décembre 2012

Bruno Dubot (UVSQ) : De Pierre Larousse (1817-1875) à Claude Augé (1854-1924), permanences et mutations dans l’édition scolaire en France.
François Gaudin (Université de Rouen) : Maurice Lachâtre (1814-1900), un éditeur socialiste théoricien du crédit au service du livre.

14 décembre 2012

Cécile Boulaire (Université d’Angers) : Alfred Mame (1811-1893), un grand éditeur catholique engagé dans son siècle.
Loïc Artiaga (Université de Limoges) : un torrent de livres édifiants au service de la reconquête des esprits.

21 décembre 2012

Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) : Jules Tallandier (1863-1933) et les débuts de la culture de masse.
Sylvie Chaudat (UVSQ) : Jules Rouff (1846-1927), un éditeur parisien multimédia.

25 janvier 2013

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : La Deuxième Guerre mondiale et la Libération : une tentative avortée de renouvellement du système éditorial français.
Isabelle Antonutti (UVSQ) : Cino Del Duca (1899-1967) et la presse du cœur, un exemple de mutation du lectorat populaire.

15 février 2013

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Les révolutions du livre de poche en Europe dans la deuxième moitié du XXe siècle.
Françoise Hache-Bissette (UVSQ) : Les collections de livres de poche aujourd’hui.

1er mars 2013

Jean-Paul Gabilliet (Université de Bordeaux 3) : Les Comics Books américains et les mutations des modes de consommation culturelle.

15 mars 2013

Hala Bizri (UVSQ) : La naissance de l’édition libanaise au XXe siècle.
Franck Mermier (CNRS) : Le livre et l’imprimé dans le monde musulman.

29 mars 2013

Fabien Tillon (journaliste et scénariste) : Les éditeurs japonais face au phénomène des mangas.

5 avril 2013

Catherine Servan-Schreiber (CNRS) : Les éditeurs indiens aujourd’hui.
Kil-Ho Lee (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La foire du livre de Séoul.

12 avril 2013

Jean Sarzana : Editer sur fichier numérique, une révolution des pratiques professionnelles.Jean-Yves Mollier (UVSQ) : L’éditeur a-t-il (encore) un avenir prévisible ?

19 avril 2013

Ouzi Elyada (Université de Haifa) : l’évolution des éditeurs israéliens de 1948 à nos jours.
Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Conclusions du séminaire et perspectives pour 2013-2014.

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Lampros Flitouris (Université de Ioannina, Grèce)

Lampros Flitouris est Maître des conférences dans le département d’histoire à l’Université de Ioannina et il travaille sur la colonisation et la culture, ainsi que sur la culture populaire et l’histoire pendant le XXème siècle.  Né à Ioannina (Grèce) en 1975, diplômé d’histoire et d’archéologie (Université de Ioannina), il a fait également des études d’histoire et d’histoire d’art à l’Université de Strasbourg II. Titulaire d’un Master en histoire contemporaine (Université Aristote de Thessalonique) et en histoire des relations internationales (Université de Paris 1), il a soutenu sa thèse en histoire culturelle à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines. Il a publié des travaux sur les relations culturelles internationales, le cinéma et l’histoire, la propagande et l’histoire publique, l’utilisation politique de l’archéologie etc.

Pour plus de détails, voir ici.

Parution: Cécile Boulaire (dir.) Mame, deux siècles d'édition pour la jeunesse

Parution

Cécile Boulaire (dir.)

Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse

Référence bibliographique : Cécile Boulaire (dir.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2012, 560 p., 24E. EAN13 : 9782869062801.

Voir ici le document de souscription
L’étude de la maison Mame était jusqu’à une date récente réputée « infaisable » parce que ses archives avaient été intégralement détruites dans la destruction de l’entreprise en juin 1940. Maison sans archives, l’entreprise Mame était par ailleurs disqualifiée par la nature de sa double spécialisation : l’édition religieuse et l’édition pour la jeunesse. Ce livre, issu du travail d’une équipe composée à parité de littéraires, d’historiens et d’historiens de l’art, s’attache à reconstituer l’histoire de l’entreprise et de la dynastie qui l’a portée, de ses débuts à Angers en 1767 à la rupture du lien entre la famille Mame et l’entreprise qui porte son nom en 1975.
À travers 200 ans d’histoire économique et sociale, enracinée en Touraine mais largement ouverte aux influences majeures que connaît alors l’édition, l’ouvrage cherche à déterminer la nature de cette littérature produite pour les enfants des années 1830 à l’après-guerre, à expliquer le dédain dont elle fait l’objet dès les années Ferry, ainsi que l’oubli dont elle pâtit depuis, quoique ses tirages la rendent présente dans la plupart des foyers français. Il tente notamment de comprendre dans quel contexte et sous quelles modalités est née cette littérature chrétienne pour la jeunesse, et comment elle s’est développée, échappant partiellement aux objectifs de ses fondateurs.
Cette étude s’efforce de combler une lacune majeure de l’historiographie,elle éclaire le rôle joué dans l’édition et surtout dans la littérature destinée à la jeunesse par la maison Mame, trop souvent éclipsée par les éditeurs parisiens Hachette et Hetzel auxquels elle a pourtant ouvert la voie.

SOMMAIRE

Jean-Yves MOLLIER,
Préface

Cécile BOULAIRE,
Introduction générale

Première partie
LES FONDATEURS

Michel MANSON
Introduction : Un voyage dans les archives

Cécile BOULAIRE
Charles Pierre Mame à Angers : un fondateur

Tangi VILLERBU
La maison Mame à Angers (1807-1828)

Michel MANSON
Les Mame à Paris (1807-1837) :
l’échec d’une stratégie familiale de diversification
Tangi VILLERBU,
La bifurcation américaine de Charles Mathieu Mame (1815-1818)

Deuxième partie
L’INSTALLATION DYNASTIQUE
Michel MANSON
Installation d’Amand Mame à Tours : le contexte tourangeau

Chantal DAUCHEZ
Amand Mame (1776-1848)

Chantal DAUCHEZ
Alfred Mame (1811-1893)

Chantal DAUCHEZ
Ernest Mame (1805-1883) ; Gustave Mame (1830-1893)
Paul Mame et ses fils

Michèle PIQUARD
La « Maison Alfred Mame et fils », Société Anonyme

Troisième partie
L’ENTREPRISE MAME ET LA QUESTION SOCIALE

Tangi VILLERBU
Introduction : L’entreprise Mame et la question sociale

Christian AMALVI
Les livres d’histoire de la maison Mame,
supports de la doctrine du catholicisme social, de 1830 à 1880 ?

Chantal DAUCHEZ
Cité ouvrière et institutions sociales

Martin DUMONT
Alfred Mame et la Commission d’enquête parlementaire
sur les conditions du travail en France en 1873

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame et l’école publique (1870-1890) : l’annonce d’une fracture éditoriale

Quatrième partie
MAME PROPAGATEUR DE LA FOI

Tangi VILLERBU
Introduction : Mame propagateur de la foi

Michel MANSON
Des Bons Livres aux livres pour enfants :
la création de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »

Tangi VILLERBU
La maison Mame et les Frères des écoles chrétiennes : une tumultueuse union

Tangi VILLERBU
Mame au Québec :
importation et usages d’une littérature catholique française (1840-1960)

Michel MANSON
Les romans historiques chez Mame (1834-1914) : faire revivre le passé à la lumière de la foi

Cinquième partie
LES COLLECTIONS

Cécile BOULAIRE
Introduction : L’ordre des collections

Matthieu LETOURNEUX
La ligne éditoriale : auctorialité et sérialité éditoriale

Cécile BOULAIRE
Une logique de collections : de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »
à la « Bibliothèque des petits enfants »

Cécile BOULAIRE
Raymond Pornin et le « Gymnase moral d’éducation » :
être éditeur de livres pour enfants à Tours sous Alfred Mame

Stéphane TASSI
Les séries Mame au XXe siècle siècle : organisation et auteurs

Marie-Pierre LITAUDON
Mutation des logiques de collections (1885-1940)

Francis MARCOIN
La Revue Mame (1894-1909), une publication académique

Sixième partie
LES GENRES

Matthieu LETOURNEUX
Introduction : Les genres

Cécile BOULAIRE
La « littérature » selon Mame ?

Matthieu LETOURNEUX
Mame, entre esthétique et éthique

Annette BAUDRON
De L’Ami des enfans à la « Bibliothèque des petits enfants » :
rupture ou continuité ?

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame à l’ère des pédagogues républicains,
ou le poids d’un héritage éditorial (1870-1890)

Matthieu LETOURNEUX
Les romans d’aventures sont-ils très catholiques ?
Mame face au genre, entre contraintes sérielles et reformulations éditoriales

Mathilde LÉVÊQUE
Un siècle de fictions coloniales pour la jeunesse (1830-1940)

Septième partie
ÉCRIRE POUR MAME

Mathilde LÉVÊQUE
Introduction : Écrire pour Mame

Mathilde LÉVÊQUE
Traduire pour Mame

Cécile BOULAIRE et Mathilde LÉVÊQUE
À éditeur célèbre, écrivains obscurs ?

Cécile BOULAIRE
Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe voué à Mame

Clémence LEFAY
Hippolyte de Chavannes de La Giraudière : un auteur Mame

Stéphane TASSI
Classicisme, naturalisme et passéisme :
l’évolution du style Mame à travers quelques-uns de ses auteurs

Huitième partie
RELIURE, ILLUSTRATION, BIBLIOPHILIE

François FIÈVRE
Introduction : La forme visuelle des livres Mame

Élisabeth VERDURE
La reliure chez Mame : techniques de fabrication et esthétique (1840-1880)

Olivia VOISIN
Amand Mame & Cie, un éditeur romantique pour enfants (1830-1850)

Rémi BLACHON
John Arthur Quartley et les graveurs sur bois des éditions Mame à Tours

François FIÈVRE
Les pratiques typographiques et bibliophiliques
de la maison Mame au XIXe siècle

Isabelle SAINT-MARTIN
Illustration religieuse et ouvrages de prestige : Hallez, Doré, Tissot…

Stéphane TASSI
Brochages, cartonnages et percalines : les couvertures Mame de 1870 à 1940

Neuvième partie
MAME AU XXE SIÈCLE

Cécile BOULAIRE
Introduction : Mame au XXe siècle

Marie-Pierre LITAUDON
Les albums Mame dans l’entre-deux-guerres

Caroline GAUME
D’une usine l’autre : 1940-1953, destruction et reconstruction de l’usine Mame

Christine DESMOULINS
L’imprimerie Mame à Tours, une usine moderne en bordure de Loire (1950-1953)

Michèle PIQUARD
La maison Mame après la Seconde Guerre mondiale

Marie-Pierre LITAUDON
Un petit Prince devait paraître chez Mame…

Tangi VILLERBU et Matthieu LETOURNEUX,
Conclusion : Fin de projet, ouverture de chantiers

Arbre généalogique
Bibliographie
Les auteurs

Parution: Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours

Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Nouveau Monde éditions

février 2012

Instrument du pouvoir et objet domestique, entreprise de spectacle et organe d’information, la télévision s’est imposée comme un média central des soixante dernières années. Comment en France, comme dans les autres démocraties occidentales, la télévision a-t-elle émergé de l’ombre de la radiodiffusion ? Comment se sont forgés, sous monopole public, les liens avec le pouvoir politique, mais aussi la légitimité naissante d’un art du spectacle à part entière ? Dans quelles conditions l’organisation de la concurrence, et l’installation – dans des conditions tumultueuses – d’un secteur privé, a transformé le paysage audiovisuel ? Comment ont évolué dans le marché les entreprises publiques et privées de télévision et l’offre de programmes ? Quelle est la nouvelle place de la télévision depuis l’apparition de la révolution numérique ?
Cette Histoire de la Télévision propose des repères clairs pour comprendre les étapes majeures des relations entre télévision et pouvoir politique, la généalogie des techniques et l’évolution des programmes et des rapports avec le public, la transformation des modèles économiques.
___
ISBN-10 2-84736-632-6
ISBN-13 978-2-84736-632-7
GTIN13 (EAN13) 9782847366327