Archives par mot-clé : histoire culturelle

Lampros Flitouris (Université de Ioannina, Grèce)

Lampros Flitouris est Maître des conférences dans le département d’histoire à l’Université de Ioannina et il travaille sur la colonisation et la culture, ainsi que sur la culture populaire et l’histoire pendant le XXème siècle.  Né à Ioannina (Grèce) en 1975, diplômé d’histoire et d’archéologie (Université de Ioannina), il a fait également des études d’histoire et d’histoire d’art à l’Université de Strasbourg II. Titulaire d’un Master en histoire contemporaine (Université Aristote de Thessalonique) et en histoire des relations internationales (Université de Paris 1), il a soutenu sa thèse en histoire culturelle à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines. Il a publié des travaux sur les relations culturelles internationales, le cinéma et l’histoire, la propagande et l’histoire publique, l’utilisation politique de l’archéologie etc.

Pour plus de détails, voir ici.

Parution: Cécile Boulaire (dir.) Mame, deux siècles d'édition pour la jeunesse

Parution

Cécile Boulaire (dir.)

Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse

Référence bibliographique : Cécile Boulaire (dir.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2012, 560 p., 24E. EAN13 : 9782869062801.

Voir ici le document de souscription
L’étude de la maison Mame était jusqu’à une date récente réputée « infaisable » parce que ses archives avaient été intégralement détruites dans la destruction de l’entreprise en juin 1940. Maison sans archives, l’entreprise Mame était par ailleurs disqualifiée par la nature de sa double spécialisation : l’édition religieuse et l’édition pour la jeunesse. Ce livre, issu du travail d’une équipe composée à parité de littéraires, d’historiens et d’historiens de l’art, s’attache à reconstituer l’histoire de l’entreprise et de la dynastie qui l’a portée, de ses débuts à Angers en 1767 à la rupture du lien entre la famille Mame et l’entreprise qui porte son nom en 1975.
À travers 200 ans d’histoire économique et sociale, enracinée en Touraine mais largement ouverte aux influences majeures que connaît alors l’édition, l’ouvrage cherche à déterminer la nature de cette littérature produite pour les enfants des années 1830 à l’après-guerre, à expliquer le dédain dont elle fait l’objet dès les années Ferry, ainsi que l’oubli dont elle pâtit depuis, quoique ses tirages la rendent présente dans la plupart des foyers français. Il tente notamment de comprendre dans quel contexte et sous quelles modalités est née cette littérature chrétienne pour la jeunesse, et comment elle s’est développée, échappant partiellement aux objectifs de ses fondateurs.
Cette étude s’efforce de combler une lacune majeure de l’historiographie,elle éclaire le rôle joué dans l’édition et surtout dans la littérature destinée à la jeunesse par la maison Mame, trop souvent éclipsée par les éditeurs parisiens Hachette et Hetzel auxquels elle a pourtant ouvert la voie.

SOMMAIRE

Jean-Yves MOLLIER,
Préface

Cécile BOULAIRE,
Introduction générale

Première partie
LES FONDATEURS

Michel MANSON
Introduction : Un voyage dans les archives

Cécile BOULAIRE
Charles Pierre Mame à Angers : un fondateur

Tangi VILLERBU
La maison Mame à Angers (1807-1828)

Michel MANSON
Les Mame à Paris (1807-1837) :
l’échec d’une stratégie familiale de diversification
Tangi VILLERBU,
La bifurcation américaine de Charles Mathieu Mame (1815-1818)

Deuxième partie
L’INSTALLATION DYNASTIQUE
Michel MANSON
Installation d’Amand Mame à Tours : le contexte tourangeau

Chantal DAUCHEZ
Amand Mame (1776-1848)

Chantal DAUCHEZ
Alfred Mame (1811-1893)

Chantal DAUCHEZ
Ernest Mame (1805-1883) ; Gustave Mame (1830-1893)
Paul Mame et ses fils

Michèle PIQUARD
La « Maison Alfred Mame et fils », Société Anonyme

Troisième partie
L’ENTREPRISE MAME ET LA QUESTION SOCIALE

Tangi VILLERBU
Introduction : L’entreprise Mame et la question sociale

Christian AMALVI
Les livres d’histoire de la maison Mame,
supports de la doctrine du catholicisme social, de 1830 à 1880 ?

Chantal DAUCHEZ
Cité ouvrière et institutions sociales

Martin DUMONT
Alfred Mame et la Commission d’enquête parlementaire
sur les conditions du travail en France en 1873

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame et l’école publique (1870-1890) : l’annonce d’une fracture éditoriale

Quatrième partie
MAME PROPAGATEUR DE LA FOI

Tangi VILLERBU
Introduction : Mame propagateur de la foi

Michel MANSON
Des Bons Livres aux livres pour enfants :
la création de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »

Tangi VILLERBU
La maison Mame et les Frères des écoles chrétiennes : une tumultueuse union

Tangi VILLERBU
Mame au Québec :
importation et usages d’une littérature catholique française (1840-1960)

Michel MANSON
Les romans historiques chez Mame (1834-1914) : faire revivre le passé à la lumière de la foi

Cinquième partie
LES COLLECTIONS

Cécile BOULAIRE
Introduction : L’ordre des collections

Matthieu LETOURNEUX
La ligne éditoriale : auctorialité et sérialité éditoriale

Cécile BOULAIRE
Une logique de collections : de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »
à la « Bibliothèque des petits enfants »

Cécile BOULAIRE
Raymond Pornin et le « Gymnase moral d’éducation » :
être éditeur de livres pour enfants à Tours sous Alfred Mame

Stéphane TASSI
Les séries Mame au XXe siècle siècle : organisation et auteurs

Marie-Pierre LITAUDON
Mutation des logiques de collections (1885-1940)

Francis MARCOIN
La Revue Mame (1894-1909), une publication académique

Sixième partie
LES GENRES

Matthieu LETOURNEUX
Introduction : Les genres

Cécile BOULAIRE
La « littérature » selon Mame ?

Matthieu LETOURNEUX
Mame, entre esthétique et éthique

Annette BAUDRON
De L’Ami des enfans à la « Bibliothèque des petits enfants » :
rupture ou continuité ?

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame à l’ère des pédagogues républicains,
ou le poids d’un héritage éditorial (1870-1890)

Matthieu LETOURNEUX
Les romans d’aventures sont-ils très catholiques ?
Mame face au genre, entre contraintes sérielles et reformulations éditoriales

Mathilde LÉVÊQUE
Un siècle de fictions coloniales pour la jeunesse (1830-1940)

Septième partie
ÉCRIRE POUR MAME

Mathilde LÉVÊQUE
Introduction : Écrire pour Mame

Mathilde LÉVÊQUE
Traduire pour Mame

Cécile BOULAIRE et Mathilde LÉVÊQUE
À éditeur célèbre, écrivains obscurs ?

Cécile BOULAIRE
Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe voué à Mame

Clémence LEFAY
Hippolyte de Chavannes de La Giraudière : un auteur Mame

Stéphane TASSI
Classicisme, naturalisme et passéisme :
l’évolution du style Mame à travers quelques-uns de ses auteurs

Huitième partie
RELIURE, ILLUSTRATION, BIBLIOPHILIE

François FIÈVRE
Introduction : La forme visuelle des livres Mame

Élisabeth VERDURE
La reliure chez Mame : techniques de fabrication et esthétique (1840-1880)

Olivia VOISIN
Amand Mame & Cie, un éditeur romantique pour enfants (1830-1850)

Rémi BLACHON
John Arthur Quartley et les graveurs sur bois des éditions Mame à Tours

François FIÈVRE
Les pratiques typographiques et bibliophiliques
de la maison Mame au XIXe siècle

Isabelle SAINT-MARTIN
Illustration religieuse et ouvrages de prestige : Hallez, Doré, Tissot…

Stéphane TASSI
Brochages, cartonnages et percalines : les couvertures Mame de 1870 à 1940

Neuvième partie
MAME AU XXE SIÈCLE

Cécile BOULAIRE
Introduction : Mame au XXe siècle

Marie-Pierre LITAUDON
Les albums Mame dans l’entre-deux-guerres

Caroline GAUME
D’une usine l’autre : 1940-1953, destruction et reconstruction de l’usine Mame

Christine DESMOULINS
L’imprimerie Mame à Tours, une usine moderne en bordure de Loire (1950-1953)

Michèle PIQUARD
La maison Mame après la Seconde Guerre mondiale

Marie-Pierre LITAUDON
Un petit Prince devait paraître chez Mame…

Tangi VILLERBU et Matthieu LETOURNEUX,
Conclusion : Fin de projet, ouverture de chantiers

Arbre généalogique
Bibliographie
Les auteurs

Parution: Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours

Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Nouveau Monde éditions

février 2012

Instrument du pouvoir et objet domestique, entreprise de spectacle et organe d’information, la télévision s’est imposée comme un média central des soixante dernières années. Comment en France, comme dans les autres démocraties occidentales, la télévision a-t-elle émergé de l’ombre de la radiodiffusion ? Comment se sont forgés, sous monopole public, les liens avec le pouvoir politique, mais aussi la légitimité naissante d’un art du spectacle à part entière ? Dans quelles conditions l’organisation de la concurrence, et l’installation – dans des conditions tumultueuses – d’un secteur privé, a transformé le paysage audiovisuel ? Comment ont évolué dans le marché les entreprises publiques et privées de télévision et l’offre de programmes ? Quelle est la nouvelle place de la télévision depuis l’apparition de la révolution numérique ?
Cette Histoire de la Télévision propose des repères clairs pour comprendre les étapes majeures des relations entre télévision et pouvoir politique, la généalogie des techniques et l’évolution des programmes et des rapports avec le public, la transformation des modèles économiques.
___
ISBN-10 2-84736-632-6
ISBN-13 978-2-84736-632-7
GTIN13 (EAN13) 9782847366327

Parution: D. Pinsolle, Le Matin (1884-1944) Une Presse d'argent et de pouvoir

Le Matin

Une presse d’argent et de chantage (1884-1944)

Dominique Pinsolle

Presses universitaires de Rennes, 2012
ISBN : 978-2-7535-1735-6
Prix : 20,00 €

Ce livre retrace l’histoire du journal Le Matin à partir de sources jusque-là inexploitées. Le Matin est à la fois le premier quotidien « à l’américaine » lancé en France (en 1884) et le premier titre à reparaître sous l’Occupation. Dès le départ dirigé par un affairiste sans scrupules, il devint cependant très rapidement une feuille de chantage et un organe corrompu largement discrédité. Au-delà du cas particulier, ce livre entend poser la question de la liberté de la presse en régime capitaliste.

Dominique Pinsolle est agrégé et docteur en histoire. Il enseigne à l’université Bordeaux 3 et poursuit ses recherches sur les rapports entre médias, argent et politique dans le cadre du Centre d’études des mondes moderne et contemporain (CEMMC).

Sommaire

Préface de Christian Delporte

L’échec commercial d’une feuille vénale (1884-1897)

  • L’éphémère Matin américain (1884-1885)
  • L’officine d’Edwards (1885-1890)
  • L’impossible redressement (1890-1897)

Une « Grande Puissance » (1897-1914)

  • L’entrée dans la cour des « Grands » (1897-1903)
  • « L’infatigable serviteur de l’intérêt public » (1903-1914)
  • Le règne de l’Empereur de la Maison rouge (1903-1914)

Un pouvoir vacillant (1914-1932)

  • La fin de l’« âge d’or »
  • Bunau-Varilla « plane » : un patron de presse aveuglé par ses obsessions
  • La tentation de la radicalisation

Déclin et dérive politique (1932-1944)

  • Effondrement financier et dérive vers l’extrême droite (1932-1940)
  • La collaboration (1939-1944)

Parution: Festivals, Raves Parties, Free Parties, Histoire des rencontres musicales actuelles

FESTIVALS, RAVES PARTIES, FREE PARTIES.
Histoire des rencontres musicales actuelles, en France et à l’étranger.

Nicolas BÉNARD (dir.), Festivals, raves parties, free parties. Histoire des
rencontres musicales actuelles, en France et à l’étranger • Camion Blanc • 2012 •
ISBN : 9782357791640• 642 pages • 36 €.
Les éditions Camion blanc publient Festivals, raves parties, free parties. Histoire des rencontres musicales actuelles, en France et à l’étranger, sous la direction de Nicolas Bénard, chercheur associé au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.
Depuis Woodstock en 1969, le festival correspond à un temps mythique, il est un événement rituel pour les
amateurs de musiques actuelles, et ce quelle que soit la tribu à laquelle ils se rattachent. Lieu de communion
et de convivialité, théâtre de rencontre et d’échange, rite de passage pour intégrer une subculture, il
représente un moment charnière dans la vie de l’homo culturalis.
2.000 rencontres musicales se déroulent chaque année rien que dans l’hexagone. En ce début de XXIe siècle,
le festival est donc un objet culturel essentiel qui méritait enfin une étude pluridisciplinaire. Les 24 textes qui composent ce livre offrent du monde festivalier contemporain un panorama certes non exhaustif, mais suffisamment composite pour entraîner le lecteur dans un voyage par-delà les frontières géographiques et musicales.
Nicolas Bénard est docteur en histoire, chercheur associé auprès du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses recherches portent sur l’histoire des musiques extrêmes. Il est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages sur le sujet, notamment La culture Hard Rock (2008) et Métalorama (2011).

SOMMAIRE
1/ LE FESTIVAL COMME EXPERIENCE
– Charles Calamel, « Une microsociologie du jazz »
– Lisa Diotalevi, « Retour de terrain : Boom festival 2010 »
– Ismaël Ghodbane, « Teknival : apprendre dans l’underground »
– Philippe Gonin, « Un festival à part : Novosonic »
– Roland Labesque, « Pulsations plasticiennes au coeur des free parties »
– Béatrice Mabilon-Bonfils, « Le concert d’un artiste de variétés engagé, Bernard Lavilliers, comme mutation du Politique post-moderne »
– Thierry Morel, « Transformation des villes et des espaces publics lors des festivals »
– Charlotte Poulet, « La pratique locale en partage : un festival de musique traditionnelle irlandaise dans le Donegal »
– Julie Mansion-Vaquié, « Le Reggae Sun Festival : musique et esprit reggae ? »
– Silvina Silva Aras, « La différence fait la fête. Les Fêtes et Festivals dans le quartier parisien de La Goutte d’Or »
– Yvain Von Stebut, « Du collage au mixage : un regard oblique sur la pratique du DJ »

2/ LES MUTATIONS DES RENCONTRES MUSICALES
– Anthony Beauchet, « Drogue et techno : à la croisée des mondes »
– Nicolas Bénard, « Les festivals Hard Rock et Métal en France : histoire d’un rendez-vousmanqué ? »
– Amina Boubia, « Les festivals de musique au Maroc. Fusions artistiques, cultures globales et pratiques locales »
– François Chobeaux, « Interdire, cadrer ou accompagner ? Histoire des présences juvéniles en festivals et des réponses publiques apportées»
– Tamara Dmitrieva, « Les kvartirniki en Russie : phénomène soviétique dans le contexte actuel »
– Laure Ferrand, « Une approche anthropologique des festivals de rock en France et en Europe : une manière alternative de vivre la musique et le rappel d’un Temps mythique »
– Étienne Jardin, « Les premiers festivals de musique à Caen (1844-1877) »
– Nozomi Kondo, « Festivals de rock au Japon »
– Jérémie Kroubo Dagnini, « La genèse de la culture ‘sound system’ jamaïcaine : born ina di ghetto »
– Florian Nigaud, « Le design graphique du festival punk : prélude d’un trouble en Grande-Bretagne (1976-1977) »
– Jean-Philippe Ury-Petesch, « La Thaïlande des festivals : un visage musical du pays du sourire »
– Anne Petiau, « Free parties et teknivals. Dans les marges du marché et de l’état, système de don et de participation »
– Mylenn Zobda-Zebina, « Sound System en Jamaïque, sound system en Martinique, deux réalités bien différentes : histoire, organisation et valeurs »

Contact éditeur : contact@camionblanc.com Tel 03 83 23 04 23

Appel: Street Literature; Cheap print, popular culture, and the book trade

STREET LITERATURE

CHEAP PRINT, POPULAR CULTURE AND THE BOOK TRADE


A conference organized jointly by ‘Print Networks’ and the Centre for Urban History, University of Leicester
University of Leicester, 10-12 July 2012

Guest speakers:

Adam Fox, University of Edinburgh Author of Oral and Literate Culture in England 1500-1700

Sheila O’Connell, British Museum Author of The Popular Print in England
CALL FOR PAPERS & CONFERENCE FELLOWSHIP
Offers are invited for conference papers of 30 minutes’ duration. The theme of STREET LITERATURE: CHEAP PRINT, POPULAR CULTURE AND THE BOOK TRADE is broadly defined. Papers may relate to aspects of the production, distribution and reception of ‘street literature’ (chapbooks, ballads, broadsides, newspapers, popular prints and other cheap printed matter) in the British Isles, or in other English-speaking parts of the world, between the sixteenth and twentieth centuries, inclusive.

An abstract (up to 650 words) of the offered paper and a biographical statement (up to 100 words) should be submitted, preferably as an email attachment, by 31st January 2012 to: jh241@le.ac.uk

A Conference Fellowship is offered to one or two postgraduate students (or independent scholars of equivalent status) whose research falls within the conference theme, who wish to present a paper. The fellowship covers the cost of attending the conference and assistance towards costs of travel. A summary of the research being undertaken, accompanied by a letter of recommendation from a tutor or supervisor, should be sent to jh241@le.ac.uk or posted to the address below by 31st January 2012.

The papers presented may be considered for publication and must therefore comprise original work not presented or published elsewhere.

Dr John Hinks

Centre for Urban History

University of Leicester

Leicester LE1 7RH

Email: jh241@le.ac.uk

Loïc Artiaga (Université de Limoges)

Loïc Artiaga est spécialiste d’histoire culturelle, maître de conférences à l’université de Limoges.

La thèse de doctorat de Loïc Artiaga, publiée en 2007 dans une version courte (Des Torrents de papier), s’appuie sur l’étude des archives vaticanes – et alors inédites, de la Congrégation de l’Index.

Membre du bureau de Coordination internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique, Loïc Artiaga, travaille sur les différentes manifestations de la culture médiatique aux XIXe et XXe siècles.

 

Publications

Ouvrages et directions d’ouvrages ou de revues

avec Jacques Migozzi (dir.), « Roman populaire et idéologie », Belphégor, 9-1, 2010.
Avec Jacques Migozzi, (dir.), « Récits journalistiques et culture médiatique », A  Contrario, 2010.

Loïc Artiaga (dir.), Le Roman populaire (1836-1960). Des premiers feuilletons aux adaptations télévisuelles, Paris, Autrement, coll. « Mémoires/Culture », 2008.

Avec Fabien Archambault et Gérard Bosc (dir.), Double jeu. Histoire du basket-ball entre France et Amériques, Paris, Vuibert, 2007.

Loïc Artiaga, Des Torrents de papier, Limoges, Pulim, coll. « Médiatextes », 2007.

Avec Fabien Archambault et  Pierre-Yves Frey, L’Aventure des ‘grands’ hommes. Etudes sur l’histoire du basket-ball, Limoges, Pulim, 2003.

 

 

Articles

Loïc Artiaga, « La congrégation de l’Index, les romans et leurs idéologies (1828-1898) », Belphégor, 9-1, 2010.

Loïc Artiaga, « Balzac et l’Index (1841-1864) », Mélanges de l’Ecole Française de Rome, 121-2, 2009, p. 111-124.

Loïc Artiaga, «La Révolution, son récit et la lecture. Le cas du Château et le presbytère de 1791 à 1802 (1864) et de Sous la Terreur (1913) », A Contrario, n° 12, 2009-2.

Fabien Archambault, Loïc Artiaga, « Plus vite, plus haut, plus riche. La médiatisation de la culture sportive américaine au XXe siècle », Le Temps des Médias, n° 8, 2007-2, p. 137-148.

Loïc Artiaga, « Le prix du passé. Notes sur la marchandisation de la mémoire sportive », Revue juridique et économique du sport, n° 84, 2007, pp. 143-150.

Ouvrages scientifiques (ou chapitres de ces ouvrages)

Loïc Artiaga, « A pitful piece of work. Jaws 3-D (1983) ou les logiques hollywoodiennes de sérialisation d’un succès », in Vincent Chenille, Marie Dollé, Denis Mellier (dir.), Richard Matheson : Il est une légende,  Amiens, Encrage Université, 2010.

Fabien Archambault, Loïc Artiaga, « L’acculturation par corps. La dissémination des modèles sportifs anglais et américains et leurs adaptations européennes au XXe siècle », in Robert Frank, Pascal Ory, Anne Dulphy et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), De la diplomatie culturelle à l’acculturation. Les Relations culturelles internationales, Bruxelles, Peter Lang, 2010 (à paraître)

Fabien Archambault, Loïc Artiaga, « Le basket-ball et l’hégémonie culturelle étasunienne au XXe siècle » in Pierre Singaravelou et Julien Sorez (dir.), L’Empire des sports, Paris, Belin, 2010.

Loïc Artiaga, « « La peur des « torrents de papier ». L’indignation catholique au temps de la naissance de la culture médiatique », in Anne-Claude Ambroise-Rendu, L’Indignation : histoire d’une émotion (XIXe-XXe siècles), Paris, Nouveau Monde Editions, 2008.

Loïc Artiaga, « Lu, critiqué, consommé : le roman populaire et ses lecteurs », in Loïc Artiaga (dir.), Le Roman populaire (1836-1960). Des premiers feuilletons aux adaptations télévisuelles, Paris, Autrement, coll. « Mémoires/Culture », 2008, p. 117-136.

Loïc Artiaga, Des Torrents de papier, Limoges, Pulim, coll. « Médiatextes », 2007 (ouvrage épuisé).

Loïc Artiaga, « James Bond : modes d’emploi (1965 – années 1990) », dans Françoise Hache-Bissette, Fabien Boully et Vincent Chenille (dir.), James Bond (2)007. Anatomie d’un mythe populaire, Paris, Belin, 2007, p. 18-28.

Loïc Artiaga, « Ombres américaines », dans Fabien Archambault, Loïc Artiaga et Gérard Bosc (dir.), Double jeu. Histoire du basket-ball entre France et Amériques, Paris, Vuibert, 2007, p. 269-277.

Loïc Artiaga, « Quand le ballon crève l’écran. Le basket-ball au cinéma en France et aux États-Unis (1947-1992) », dans Fabien Archambault, Loïc Artiaga et Gérard Bosc (dir.), Double jeu. Histoire du basket-ball entre France et Amériques, Paris, Vuibert, 2007, p. 83-98.

Loïc Artiaga, « Culture(s) sportive(s), loisirs et temporalités. Des trois semaines de congés payés aux jours de RTT (1956-1998) », dans Philippe Tétart (dir.), Histoire du sport en France. De la libération à nos jours, Paris, Vuibert, 2007, p.107-118.

Loïc Artiaga, « La Sacra Congregatio Indicis et l’histoire culturelle française du XIXe siècle », dans Giovanni Pizzorusso, Olivier Poncet, Matteo Sanfilippo, Gli archivi della Santa Sede e la storia di Francia, Viterbe, Sette Cità, 2006, p. 93-108.

Loïc Artiaga, « Mémoires d’athlètes. Récits de vie et autobiographies de sportifs », dans Françoise Bosman, Patrick Clastres, Paul Dietschy, Le Sport. De l’archive à l’histoire, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 291-302.

Ouvrages de vulgarisation (ou chapitres de ces ouvrages)

Loïc Artiaga, « La politique des sentiments : les migrations au prisme des autobiographies de footballeurs »,  Catalogue de l’exposition « Football et immigration », Cité nationale de l’Histoire de l’Immigration, Paris, Gallimard, 2010.

Loïc Artiaga « Basket-ball », in Michaël Attali et Jean Saint-Martin, Dictionnaire culturel du sport, Paris, Armand Colin, 2010.

Loïc Artiaga, « Ardant », « Barbou », in Jean Perrot (dir.), Dictionnaire Encyclopédique
Livre et littérature de jeunesse en France, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 2010 (à paraître).

Loïc Artiaga, « La librairie religieuse », in Patricia Sorel et Frédéric Leblanc (dir.), Histoire de la librairie française, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 2008, p. 121-122.