Archives par mot-clé : histoire culturelle

Parution : Génie de la bande dessinée (B. Peeters)

Benoît Peeters, Génie de la bande dessinée, Paris, Collège de France, coll. “Conférences”, 2022.

Une introduction à la bande dessinée à travers quelques moments clés et des focus sur des thèmes qui font la singularité de ce médium.

Oscillant entre la presse et le livre, l’enfance et l’âge adulte, la caricature et le réalisme, jouant des cases et des strips, du découpage et de la mise en page, des phylactères et des onomatopées, la bande dessinée est un langage à part entière que ni le cinéma, ni le jeu vidéo, ni Internet n’ont menacé jusqu’à présent. Si le neuvième art a déjà donné naissance à bien des chefs-d’œuvre, de Krazy Kat aux Aventures de Tintin, des Peanuts à Persepolis, des mangas au roman graphique, il est aujourd’hui plus divers et plus vivant que jamais. Dans cette conférence présentée le 7 octobre 2020 dans le cadre du cycle La bande dessinée au Collège de France, Benoît Peeters met en lumière les spécificités de ce médium parfois sous-estimé.

Conférence prononcée avec le soutien du Centre national du livre, dans le cadre de l’Année de la bande dessinée au Collège de France.

Théoricien et critique connu pour ses ouvrages sur Hergé, Benoît Peeters est l’auteur à la fois d’essais sur la bande dessinée et de biographies (Jacques Derrida, Paul Valéry, Sándor Ferenczi, Alain Robbe-Grillet). Avec le dessinateur François Schuiten, il a construit la série de bande dessinée Les Cités obscures. En 2022-2023, il est titulaire de la chaire annuelle Création artistique du Collège de France.

Thomas Luberriaga (Université de Limoges)

Doctorant contractuel, Université de Limoges – EHIC 1087 (Axe 3)

thomas.luberriaga@etu.unilim.fr/thomas.luberriaga@unilim.fr

Sujet de thèse :

Le jeu vidéo : un objet à la croisée des cultures médiatiques et artistiques, sous la direction de Loïc Artiaga

Axes / thématiques de recherche :

Game Studies – Play Studies – Histoire culturelle – Cultures populaires et médiatiques – Industries culturelles – Histoire de l’art – Game Design

Terrains de recherche :

France – Europe – Amérique du Nord – Japon

Production scientifique :

Mémoire de master 2 : L’œuvre d’art totale à l’ère du jeu vidéo : le concept de totalité dans les œuvres vidéoludiques, sous la direction de Alban Pichon (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Mémoire de master 2 : « Il était une fois… » le merveilleux : l’illustration des Contes de Perrault en France (1850-1914), sous la direction de Adriana Sotropa (Université Bordeaux Montaigne)

Formation :

2021-2022 :

Master Rhétorique des arts – Université de Pau et des Pays de l’Adour

2019-2021 :

Master Histoire de l’art moderne et contemporain – Université Bordeaux Montaigne

2016-2019 :

Licence Histoire de l’art – Université Bordeaux Montaigne

Journée d’études : Partoches (Université Panthéon-Sorbonne)

Journée d’études : Partoches

Organisée par Marie Goupil-Lucas-Fontaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, UR 3550, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Sorbonne Université

3 décembre 2022, Amphi Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

Inscription : sophie.lhermitte@univ-paris1.fr

Aussi évidente soit-elle pour le musicien d’hier et d’aujourd’hui, la partition musicale est un objet mal connu des historiens. Véritable archive ouverte, elle donne pourtant accès à une infinité d’usages et d’interprétations par sa multimodalité : images, texte, notation musicale s’entremêlent pour offrir un support unique qui fait appel, autant que la carte géographique, à l’imagination du lecteur.
Cette journée d’étude est une incitation à regarder la partition autrement que pour ses usages strictement musicaux, en s’interrogeant notamment sur la façon dont sont conçus ces supports en dehors de la ligne musicale. La partition, se situe précisément à la frontière des formes culturellement légitimes de l’imprimé en versant alternativement du côté de l’édition classique pour les formes musicales les plus complexes ou, à l’opposé, du côté de la culture médiatique, confondant presse, éphémères imprimés et airs du temps, aussi vite chantés qu’oubliés. Il existe ainsi une hiérarchie tacite au sein des imprimés musicaux, les plus complets, le « matériel » orchestral s’adressant aux bons lecteurs de musique, ceux qui pratiquent un instrument, tandis que les formes allégées visent un public de moins en moins familier de la notation musicale. Du grand format chant et piano pour artistes et amateurs éclairés au petit format pour chant seul à destination du « grand public », en passant par la presse et toutes les formes de recueils, poétiques, médiatiques, parfois sans notation musicale mais toujours destinés à faire de la musique ou du chant « sur l’air de » comme seule référence mélodique, tous les formats de l’édition musicale appellent à un traitement et à une réflexion spécifique.

Informations et programme

Appel à contributions : Comics, the Children and Childishness (Université de Gand)

Comics, the Children and Childishness

Ghent, Belgium, 20-22 September, 2023

Échéance des propositions : 30 décembre 2022

Comics have often been dismissed as child’s fare.  While comics scholars have long struggled with such dismissals, today they are more likely to run up against the stereotype that ‘comics are not just for children’ (Pizzino). The ‘for children’ snub has encouraged scholarship to focus on comics and graphic novels for adults.

Although we have seen several exciting studies on the children in comics (Abate; Apostolidès, Chaney; Gordon; Saguisag) and comics for children (Abate and Tarbox, Heimermann and Tullis), most of which have appeared over the past decade, the many complex connections between comics and children remain understudied. These include but are not limited to:

– child characters and comics childhoods
– caricature and its closeness to, and inspiration from, childlike drawing styles
– the historically unstable status of comics as the medium transitioned into the realm of children’s culture and then out of it; contents, – publication contexts and sociocultural factors contributing to changes in intended readerships
– the presumed childishness of the medium and the ways comics authors, readers and critics engage with it
 
Comics, the Children and Childishness seeks to disentangle these and other forms of interactions between comics and children. This follows the objectives of the COMICS project at Ghent University which focuses on children’s comics magazines, child characters in comics and graphic novels, young readers’ interactions (both programmed and unexpected) with their comics and children’s drawings.

The conference elaborates on two key strands: comics and children’s culture, especially print culture, and childishness and comics. Continuer la lecture de Appel à contributions : Comics, the Children and Childishness (Université de Gand)

Parution : L’aventure politique du livre de jeunesse (C. Bruel)

Christian Bruel, L’aventure politique du livre de jeunesse, La Fabrique, 2022. 

Si elle se donne souvent comme paisible et consensuelle, l’offre de lecture adressée aux enfants et aux jeunes est toujours politique, qu’elle conforte l’ordre des choses ou qu’elle lui résiste.

En partageant nombre de ses lectures jubilatoires, admiratives ou circonspectes, Christian Bruel souligne tant la fécondité luxuriante d’une production créative à la marge, que l’inlassable travail des idéologies s’agissant de la famille, de l’école, du genre, de la sexualité, de l’économie, des discriminations, de l’esthétique, de la compétition, de l’écologie et de l’avenir.

Entre le relevé commenté des frilosités sociales, des évitements manifestes et des conformismes rentables, se glissent des propositions pour une autre formation littéraire des destinataires… et aussi une mère célibataire épanouie, une mare collectivisée par ses canards, des enfants solidaires résistant à « ceux qui décident », un chien libertaire se disant conservateur, l’indispensable travail du texte et ses articulations nouvelles avec  les images, quelques masculinités moins hégémoniques, des filles rebelles plus nombreuses, et de possibles mondes entrevus !

« Pourquoi craindre la dimension politique du livre jeunesse ? Christian Bruel, auteur et éditeur, nous rappelle les enjeux culturels et sociaux de la littérature pour enfants. » France Culture, Affaires en cours, 11 octobre 2022.

Christian Bruel

Créateur et éditeur d’albums pendant près de quarante ans, Christian Bruel forme des adultes aux enjeux culturels et sociaux de l’offre de lecture jeunesse. On peut consulter sa bibliographie sur le site des éditions Être.

Parution : Casterman. De Tintin à Tardi (1919-1999) (F. Moine)

Florian Moine, Casterman. De Tintin à Tardi (1919-1999), Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2022.

L’image de Casterman est, aujourd’hui encore, étroitement associée aux Aventures de Tintin, dont le succès commercial et la postérité critique éclipsent parfois la riche histoire de la maison. L’exploration des vastes archives Casterman offre un nouveau regard sur cette entreprise bicéphale, à la fois maison d’édition et imprimerie, dirigée par la même dynastie familiale de sa fondation à Tournai en 1776 jusqu’en 1999. Le livre explore ainsi les mutations de l’entreprise et de sa production, depuis les lendemains de la Grande Guerre jusqu’aux processus de globalisation éditoriale à la fin du XXe siècle.

Représentants de la cinquième génération d’entrepreneurs, les frères Louis et Gérard Casterman impulsent un nouveau cycle de croissance lorsqu’ils prennent en 1919 la direction de l’entreprise. L’imprimerie se modernise dans l’entre-deux-guerres, tandis que la maison d’édition investit le marché de l’enfance, en publiant notamment les albums d’Hergé. Le succès colossal des Aventures de Tintin après la mise en couleurs des albums initiée par l’éditeur en 1942 change le centre de gravité du catalogue. Porté par les albums d’Hergé puis par la série Martine, Casterman s’affirme comme un acteur majeur de l’édition jeunesse et BD durant les Trente Glorieuses. En 1978, le lancement de la revue (À Suivre) et l’arrivée d’auteurs comme Hugo Pratt, Tardi, Comès et Geluck marque l’entrée dans la bande dessinée moderne. Les transformations de l’économie du livre, les mutations technologiques rapides de l’imprimerie et la dilution de l’actionnariat fragilisent dans le dernier tiers du XXe siècle le modèle entrepreneurial de Casterman, jusqu’à la vente de la maison d’édition au groupe Flammarion en 1999.

Parution : Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation

Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation, Marseille, Le Mot et le reste, 2022.

Avec 90 illustrations en couleurs

Démodée la carte postale ? Avec l’essor du numérique, on aurait pu le croire. Constamment réinventée, de manière souvent critique par les artistes et les écrivains, sa fabrique et son histoire restent plus que jamais d’actualité, autant que ses liens avec les représentations géographiques et culturelles. L’histoire de son économie et de sa diffusion à l’échelle globale est éclairée par des contributions d’artistes et de spécialistes en histoire de l’art, littérature et philosophie.

Un monde en cartes postales donne à voir les circulations d’un médium d’apparence banale dans la culture moderne. Richement illustré, cet ouvrage renouvelle notre regard sur un objet patrimonial toujours séduisant, et à portée de main.

Avec des contributions de Pauline Basso, Marie Boivent, Marie-Ève Bouillon, Elisa Bricco, documentation céline duval, Renaud Epstein, Julie Guiches, Aglaïa Konrad, Sofiane Laghouati, Cyrielle Levêque, Danièle Méaux, Sara Meurant, Magali Nachtergael, Wolfram Nitsch, Antoine Quilici, Marie-Clémence Régnier, Anne Reverseau, Mathilde Roussigné, Denis Saint-Amand, Géraldine Sfez, Gaëlle Théval, Kim Timby, Sarah Troche et Oriol Vilanova. 

Parution : Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799, La presse départementale

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799, La presse départementale, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2022.

Tome VII et dernier, Poitou-Charentes, Île de France, addenda, index généraux

Pendant la période révolutionnaire, le nombre des journaux explosa à Paris, mais aussi dans les départements. Quelle a été l’ampleur du phénomène et dans l’espace et dans le temps? Quelle fut sa géographie nationale? Quelles furent les pulsions de son développement? Les progrès ou les reculs furent-ils semblables partout, ou bien propres à chaque région? Quels furent les courants politiques les mieux servis? Quelles furent les évolutions de forme et de contenu?

Le journal est alors, comme toujours, une marchandise, mais aussi et surtout un moyen d’information, un moyen d’influence, un support idéologique. Au-delà du strict inventaire bibliographique, il doit être étudié sous tous ses aspects: identification (titre ou titres successifs, durée exacte, périodicité ou périodicités successives, zone de diffusion), animation (carrière du ou des journaliste(s), du ou des imprimeur(s), tirages et tarifs d’abonnement, description morphologique précise (format, présentation typographique), orientation politique, système rubrical. C’est à cette tâche que s’est attelé l’équipe du Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution. Accompagnée d’un inventaire soigneux des collections conservées, des sources d’archives et d’une bibliographie particulière, chaque notice de l’ouvrage a l’ambition de fournir une micro-histoire du journal présenté.

Pour chaque région, mais parfois aussi pour tel ou tel département, les notices sont accompagnées d’une présentation générale situant la presse locale et ses journalistes dans leur environnement socio-politique et économique.

Une telle œuvre ne pouvait être que collective, le recensement et l’analyse des collections devant être menés par des historiens connaissant bien les situations locales ou régionales.

Le Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, 1789-1799. La presse départementale se présente en sept volumes, recueillant, région après région, et département après département, la masse des notices.

Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799, La presse départementale

Parution : La boîte à images (Nicolas Bouvier)

Nicolas Bouvier, La boîte à images, Genève, Héros-Limite, 2022.

Chronique rééditée pour la première fois depuis 1979

Préface d’Alexandre Chollier

Nicolas Bouvier raconte les débuts de la télévision, une épopée technologique, mais aussi humaine, avec des métiers et tout un art visuel en pleine création. L’écrivain illustre son récit de nombreuses anecdotes qu’il a recueillies auprès du personnel de la grande maison, avec l’humour et la verve qui lui sont propres. Il faut dire que le journaliste et photographe connaît bien la structure, il y collabore tout en en étant indépendant. Une position qui lui permet une justesse dans le propos autant qu’elle lui offre une liberté de ton dont il ne se privera guère.

La boîte à images témoigne de l’évolution d’un média et de ses révolutions successives : élargissements des horaires de diffusion, croissance exponentielle des concessionnaires, spécialisation des métiers (cinquante-deux sont recensés par Bouvier), arrivée de la couleur et de la publicité ou encore de l’eurovision… Du travail de pionnier fourni par les premiers passionnés avec des moyens de fortune jusqu’aux «années héroïques» du média, entre 1954 à 1979, période charnière, le livre illustre combien la télévision prendra en Suisse romande comme ailleurs l’importance que l’on sait. Une ascension que Bouvier ne manque pas de questionner, que ce soit dans sa structure, son rôle, mais aussi de ses limites et de sa liberté.

Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990, Paris, La Découverte, 2022.

L’histoire littéraire s’est construite sur un mensonge : elle a largement occulté sa part populaire et la conquête du grand public par l’édition, fruit d’une dynamique qui la place au cœur des industries culturelles. C’est cet autre visage de la littérature que ce livre donne à voir. Puisant dans des archives inédites, il retrace l’histoire chorale de celles et ceux qui, autour des Presses de la Cité et du Fleuve Noir, ont façonné à partir des années 1950 les genres majeurs de l’imaginaire contemporain : espionnage, policier, science-fiction, érotisme…

Par-delà les romanciers les plus fameux (Simenon, Frédéric Dard), les professionnels de cette édition populaire ont contribué à forger une nouvelle culture médiatique, dans un contexte de circulation internationale des fictions et de transformation du travail des auteurs. Loin de se résumer à une invasion des modèles américains, la culture de masse « à la française » s’en approprie les conventions au temps de la guerre froide et de la décolonisation ; et dans ces romans tirés à plus de 100 000 exemplaires s’inventent aussi les nouveaux codes de la masculinité et de la consommation des « Trente Glorieuses ».

Le livre raconte les stratégies industrielles à l’œuvre jusqu’à la chute d’un système médiatique au tournant des années 1990, quand les recompositions éditoriales font émerger les nouveaux empires de la communication. Il permet de comprendre l’horizon médiatique des générations d’après-guerre, qui ne se cantonne pas au monde du livre : les histoires imaginées par les auteurs populaires ont essaimé au cinéma, à la télévision, à la radio… Une enquête sans équivalent sur les origines du formidable « boom » de la pop culture, matrice de la culture populaire contemporaine.

Feuilleter l’ouvrage  Continuer la lecture de Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)