Archives par mot-clé : fiction

Anne Besson, “Constellations”

 

Anne BESSON, “Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain”, CNRS Editions

 

 

Univers alternatifs proliférants, jeux de rôle, fan fictions, atlas imaginaires, bibliographies fictives: les indices d’une évolution de notre rapport aux fictions sont partout. Ils participent à la construction d’un imaginaire commun propre à l’Occident post-moderne: le monde est une histoire, l’oeuvre est un monde, tout est jeu, hors le jeu lui-même.

Les producteurs et les consommateurs se saisissent de plus en plus des oeuvres aimées pour en poursuivre ou en détourner l’intrigue, en incarner les personnages. Si cela n’est pas fondamentalement nouveau, le nombre de ces phénomènes d’expansion et d’appropriation explose avec la démocratisation d’Internet. Usagers, lecteurs, spectateurs, joueurs peuvent devenir créateurs à leur tour, avec un considérable public potentiel. Les oeuvres de fiction deviennent des mondes, le monde réel est fictionnalisé. Nous vivons une ère de l’imagination réhabilitée… Anne Besson décrypte pour nous ce nouvel âge de la fiction.

CFP: Genres littéraires et fictions médiatiques

Appel à communication

 Journée d’étude doctorale organisée le 17 novembre 2015 à l’université de Limoges dans le cadre de l’équipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles – EA 1087)

 

GENRES LITTÉRAIRES ET FICTIONS MÉDIATIQUES

Genres et médias : la convergence des problématiques liées à ces deux objets de recherche se manifeste d’emblée par le jeu des dénominations utilisées pour évoquer certains objets de notre culture de masse contemporaine. Ainsi « paralittérature », « littérature médiatique », fictions « industrielles » et « sérielles » Continuer la lecture de CFP: Genres littéraires et fictions médiatiques

Publication : Character and Person, John Frow

John Frow, Character and Person, Oxford University Press, 2014.

Fictional character is an ontologically ambivalent category — at once a formal construct and a quasi-person — which lies at the heart of the life of textual fictions of all kinds. Character and Person explores that ambivalence by investigating not only the kinds of thing that character is but how it works to engage readers and the range of typologies through which it has been constructed in very different periods, media, and genres. John Frow seeks to explore the ways in which character is person-like, and through that the question of what it means to be a social person. His focus is thus on the interaction between its two major categories, and its method involves a constant play back and forth between them: from philosophical theories of face to an account of the mask in the New Comedy; from an exploration of medieval beliefs about the body’s existence in the afterlife to a reading of Dante’s Purgatorio; from the history of humoral medicine to the figure of the melancholic in Jacobean drama; and from Proust and Pessoa to cognitive science. What develops from this methodological commitment to fusing the categories of character and person is an extended analysis of the schemata that underpin each of them in their distinct but mutually constitutive spheres of operation.

Table of contents

Preface
1: Figure
2: Interest
3: Person
4: Type
5: Voice
6: Name
7: Face
8: Body

Link : http://ukcatalogue.oup.com/product/9780198704515.do

John Frow, Professor of English, University of Sydney

John Frow is currently Professor of English at the University of Sydney and an Australian Research Council Professorial Fellow; he was previously Professor of English Language and Literature at the University of Melbourne and the Regius Professor of Rhetoric and English Literature at the University of Edinburgh, and has held visiting professorships at the University of Minnesota, the University of Michigan, Wesleyan University, the University of Chicago, New York University, and Goldsmiths College London. He is the author of Marxism and Literary History(1986), Cultural Studies and Cultural Value (1995), Time and Commodity Culture (1997), Accounting for Tastes: Australian Everyday Cultures (with Tony Bennett and Michael Emmison, 1999), Genre (2006), and The Practice of Value (2013). He edited Australian Cultural Studies: A Reader with Meaghan Morris (1993), and with Tony Bennetthe Sage Handbook of Cultural Analysis (2008).

Cycle de conférences: « Fiction littéraire » contre Storytelling

 

« Fiction littéraire » contre Storytelling :

un nouveau critère de définition et de valorisation de la littérature ?

 Projet du Centre de Recherches en Littérature Comparée de l’Université de Paris-Sorbonne, soutenu par le Labex OBVIL (« Observatoire de la Vie littéraire »).

Coordination : Danielle Perrot-Corpet (Sorbonne / CRLC)

 

Le projet de recherche « Fiction littéraire contre Storytelling », coordonné par Danielle Perrot-Corpet dans le cadre du CRLC et du Labex « OBVIL » de 2014 à 2016, se propose de réunir des chercheurs dans les diverses branches des sciences humaines autour d’un séminaire de recherches, de journées d’études et de deux colloques internationaux (2015 et 2016). Il s’enrichira d’un dialogue qu’on espère soutenu entre chercheurs et acteurs de la vie littéraire contemporaine. Le programme s’ouvrira ainsi en 2014 :

–              par une première journée d’études le 16 mai 2014 intitulée : « Face au Storytelling : selon quels critères définir la “fiction littéraire” ? »

Lieu : Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle D-035. Coordination : Danielle Perrot-Corpet. Le programme de cette journée sera communiqué prochainement.

–              par un séminaire formé, de janvier à juin 2014, d’un cycle de rencontres entre universitaires et écrivains, autour de leur pratique de la « fiction littéraire » à l’ère du Storytelling :

Cycle

Fiction littéraire contre Storytelling :

formes, valeurs, pouvoirs de la littérature aujourd’hui

Coordination : Danielle Perrot-Corpet, en collaboration avec Gisèle Sapiro (CESSP/CNRS/EHESS) et Emmanuel Bouju (Rennes 2/CELLAM : Groupe Phi).

Lieu : Maison de la Poésie, 157 rue Saint-Martin 75003 Paris.

Réservations : www.maisondelapoesieparis.com

 

Programme 

• Mardi 28 janvier 2014 à 19h : conférence de Christian SALMON, chercheur et écrivain : « Politique de la littérature ».

• Jeudi 27 mars 2014 à 19h : Vincent MESSAGE (Université Paris 8) s’entretient avec Eric REINHARDT, écrivain.

• Jeudi 10 avril 2014 à 19h : Gisèle SAPIRO (CESSP/CNRS/EHESS) s’entretient avec Olivier CADIOT, écrivain. Date à confirmer !

• Mardi 03 juin 2014 à 19h : Emmanuel BOUJU (Université Rennes 2/CELLAM : Groupe φ) s’entretient avec Nicole CALIGARIS, Noémi LEFEBVRE et Alban LEFRANC, écrivains.

• Date non encore fixée : Christian SALMON s’entretient avec Hughes JALLON, éditeur et écrivain.


Présentation du projet

Nota bene : les informations et appels à communications concernant les prochains déroulements de ce projet, qui se veut ouvert à l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales, seront bientôt accessibles sur le site du labex OBVIL, dont l’ouverture est imminente. Contact : danielle.perrot@wanadoo.fr

 

Le « storytelling management » (traduit par « communication narrative ») est une stratégie de communication qui utilise la narration d’histoires (« stories ») comme technique de persuasion : d’abord développée comme stratégie de marketing dans l’entreprise depuis les années 1990 (stratégies pionnières de la marque Apple par exemple), elle s’est étendue au monde de la communication politique, d’abord aux États-Unis puis en Europe (voir les campagnes présidentielles des dix dernières années, par exemple aux États-Unis et en France).

Christian Salmon (CRAL/CNRS-EHESS) a fait connaître ce concept au grand public français en 2007 avec son ouvrage polémique Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, (La Découverte), qui a eu un grand retentissement, et qu’il a fait suivre récemment par Ces histoires qui nous gouvernent (J.C. Gawsewitch, mars 2012), qui dénonce sans ambages la contamination de nos démocraties par l’hypermédiatisation et la « novélisation du politique ». Dans la lignée de Barthes et de Foucault, Salmon (fondateur du Parlement International des Écrivains, organisme de protection des écrivains menacés par les pouvoirs politiques, de 1993-2005) a développé, dans une dizaine d’ouvrages, une réflexion sur la fiction littéraire comme lieu de résistance aux pouvoirs (et comme objet de censure et de persécution de la part de ces mêmes pouvoirs) : il conclut à l’antagonisme entre le « nouvel ordre narratif » dans lequel baignent désormais les échanges communicationnels à tous les niveaux de notre société mondialisée, et la fiction littéraire entendue comme une « contre-narration », dont la valeur consiste, ni plus ni moins, à donner aux hommes « les moyens intellectuels et symboliques de penser leur vie » (Storytelling, ed. de Poche, 2008, p. 212) : contre le storytelling, moyen de propagande visant l’adhésion de l’auditeur (consommateur, électeur, salarié…) au discours du Pouvoir et le renforcement d’une norme idéologique sous-jacente, la fiction littéraire vise au contraire la remise en cause, le déplacement, la mise en suspens ou en débat, des discours de la Norme. Pour Salmon, l’emprise généralisée du « nouvel ordre narratif » sur notre monde occidental « dessine donc un nouveau champ de luttes démocratiques : ses enjeux ne seront plus seulement le partage des revenus du travail et du capital, les inégalités au niveau mondial, les menaces écologiques, mais aussi la violence symbolique qui pèse sur l’action des hommes, influence leurs opinions, transforme et instrumentalise leurs émotions […] » (ibid.).

Dans un esprit de dialogue constructif avec le livre de Christian Salmon, certains auteurs ont critiqué cette image purement négative d’un « nouvel ordre narratif » identifié à une force d’aliénation massive : ce n’est pas — objectent-ils — parce que les « communicants » aussi font leur miel de la notion d’« identité narrative » propagée dans les sciences sociales à partir des années 1980 (Paul Ricœur, Temps et récit, 3 vol., Seuil, 1983-1985), que le « narrative turn » dans son ensemble ne produit que des récits de masse aliénants. Ainsi, Marc Marti et Nicolas Pélissier reviennent sur les fondements théoriques d’une « révolution narrative » qui a su générer  ses « contre-narrations » subversives (M. Marti et N. Pélissier (dir.), Le Storytelling : succès des histoires, histoire d’un succès, L’Harmattan, 2012), tandis qu’Yves Citton, avec le collectif de la revue Multitudes (dont il est co-directeur), explore activement les moyens de renverser, à des fins d’émancipation politique et non plus de conditionnement lénifiant, le « pouvoir de scénarisation » des conduites individuelles qui est l’arme du récit (Yves Citton, Mythocratie : Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010 ; voir également le dossier « Contre-fictions politiques », Multitudes, n° 481, mars 2012, p. 70-148).

D’un autre côté, les enjeux politiques et philosophiques de la fiction littéraire* sont fréquemment relevés avec une grande vigueur critique par les artistes eux-mêmes, écrivains (comme Édouard Glissant, Salman Rushdie, Juan Goytisolo, Milan Kundera…) ou cinéastes (comme Lars von Trier, Michael Haneke, Nicolas Klotz…) entre autres : de nombreux artistes ne cessent en effet de souligner la valeur de lutte démocratique qu’ils reconnaissent à leur pratique de la fiction littéraire, dans un contexte d’oppression (idéologique, sinon politique). Le lien entre littérature et démocratie — diversement mis en lumière par des philosophes comme Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Jacques Rancière ou Jean-Luc Nancy — a d’ailleurs récemment fait l’objet d’une journée d’études intitulée « Autonomie de la littérature et ethos démocratique » (Journée d’études internationale CERC-EHESS qui s’est tenue en décembre 2011 dans le cadre du séminaire « Narrations contemporaines » du CRAL).

Cela dit, la confrontation méthodique entre usages du récit à des fins de stratégie communicationnelle (dans un but commercial, politique, de gestion du personnel…) et usages littéraires de la fiction semble encore à faire**, alors qu’elle polarise la production de « fictions » entre, d’un côté, certaines pratiques artistiques (surtout minoritaires, relevant du « pôle de diffusion restreinte » des sociologues) qui se veulent — dans leurs choix formels comme dans leur visée pragmatique — autant d’actes de résistance d’une certaine Valeur absolue assiégée par le marché mondial et, d’un autre côté, le flot des « success stories » en tout genre… ce qui, pourtant, n’autorise pas le rejet a priori de tout best seller dans les ténèbres extérieures de la « paralittérature », catégorie flottante qui elle-même ne saurait être reversée en bloc dans l’océan médiatique des récits produits à des fins de « communication narrative » (storytelling management).

À l’heure où « l’art de raconter des histoires » devient aussi, et à grande échelle, le moyen par excellence de vendre ou de gouverner, la question de la spécificité de la fiction littéraire doit être posée à nouveaux frais : dans le « bain narratif » qui semble devenu la condition la plus générale de notre expérience quotidienne du monde, peut-on distinguer un récit/une fiction qui soit spécifiquement littéraire ? Si oui, la littérarité d’un récit/d’une fiction tient-elle à des traits formels ou seulement à l’usage (« littéraire » ou stratégique) qui en est fait ?

Qu’est-ce que le storytelling, dans son sens restreint de « stratégie de communication narrative », emprunte exactement à cet « art de conter » (« storytelling » dans l’acception traditionnelle du terme anglais) dont relève peu ou prou (fût-ce pour s’en défendre) la fiction littéraire ? Que reste-t-il en propre, à la fiction littéraire, d’irréductiblement autre et irrécupérable par la « machine à raconter des histoires et à formater les esprits » qu’évoque Christian Salmon ?

La charge passionnelle qui entoure le débat lancé en France par le livre de Salmon ne semble pas devoir être éludée ici par l’effort de la réflexion théorique, mais au contraire prise en compte comme l’indice d’une portée éthique et politique de la « littérature », notion qui, dans sa nature même de construction historique et d’instrument axiologique, se trouve mise en demeure de définition, par la force des frictions en tout genre qui l’accolent et l’opposent aux entreprises du storytelling.

Axes de réflexion possibles (liste non limitative)

 

–            Étude des glissements sémantiques que peut induire, dans les travaux de théorie littéraire en français, le calque de termes comme « story », « narrative » ou « fiction ».

–            Examen des facteurs d’immersion du lecteur/auditeur/spectateur, communs aux fictions « littéraires » et aux stories à vocation « persuasive », parmi lesquels : le suspense, l’identification aux personnages, la quête d’une rassurance morale… Ces facteurs d’immersion fonctionnent-ils de la même façon dans tous les cas ?

–            Liens possibles entre la vogue du storytelling management et les phénomènes complexes de dévalorisation/revalorisation esthétique de la « tension narrative » (Raphaël Baroni) en littérature.

–            « Pouvoir de scénarisation » du récit et clarté axiologique : rapports possibles entre ethos romanesque (au sens de Jean-Marie Schaeffer, « La catégorie du romanesque », dans Gilles Declercq et Michel Murat (dir.), Le romanesque, Paris, Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 2004), propagande (politique, publicitaire…), littérature « à thèse »…

–            Caractéristiques formelles du récit et liberté d’interprétation du lecteur/auditeur/spectateur : polysémie, connotations, ambiguïtés, « suspens du jugement moral » (Milan Kundera), sont-ils réservés à la « fiction littéraire » ?

–            Frontières du storytelling : industrie du divertissement, critères de définition d’une « paralittérature », récupérations idéologiques ou commerciales des classiques littéraires…

–            « Fiction littéraire », « vérité » et « mensonge » à l’ère du storytelling : « autofiction » et « factographies » (Marie-Jeanne Zenetti) comme formes contemporaines de « littérature » qui « disent la vérité », « vérité » anthropologique de la « fiction littéraire »… Opposition  autonomie-gratuité vs communication-vente comme critère de distinction du véridique et du mensonger (tendant à se substituer au binôme traditionnel « récit factuel » vs « affabulation » ?).

–            Question de la responsabilité auctoriale à l’ère du storytelling : qui « signe » les « récits », en littérature et ailleurs ? Question de l’anonymat, du pseudonyme, des signatures collectives. Signature du journaliste et signature de l’écrivain… « Plumes » et « spin doctors »…

–            Vers une définition éthique de la littérature : valeur de la gratuité à l’ère néolibérale, responsabilité, autonomie, désintéressement de la littérature face aux stratégies du storytelling.

 

 

Danielle PERROT-CORPET (danielle.perrot@wanadoo.fr)

Maître de conférences en littérature comparée, Université de Paris-Sorbonne

Centre de recherche en littérature comparée (EA 4510)

http://www.crlc.paris-sorbonne.fr

 

 

 

Avec le soutien du Service Culturel

et de l’École Doctorale III de l’université Paris-Sorbonne.

 


* La formule « fiction littéraire » est à comprendre ici à titre provisoire, sans restriction en termes de medium (texte, image, multimedia…), comme toute forme de narration dont le cadre pragmatique est celui d’une « feintise ludique partagée » (J.M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, 1999) visant, en quelque sorte pour elle-même (et non en vue de renforcer l’adhésion à un acte illocutoire englobant), l’immersion du lecteur/auditeur/spectateur dans l’univers feint.

** C’est aussi le constat de Françoise Lavocat, qui regrette que « les essais sur le storytelling (ainsi d’ailleurs que maints ouvrages inspirés par les sciences cognitives) témoignent d’un désintérêt total pour les aspects formels des œuvres de fiction, ce qui prive ces anayses de toute portée descriptive au profit de généralités infalsifiables ». (F. Lavocat, « Du récit au “storytelling” : enjeux pour la fiction », Dossier « Storytelling » coordonné par Charlotte Krauss et Urs Urban, Lendemains — Études comparées sur la France , vol. 38/n° 149, 2013).

Parution: C. Chelebourg, Les Fictions de jeunesse

Christian Chelebourg

Les Fictions de jeunesse

L’étude des productions destinées à la jeunesse impose désormais un point de vue intermédiatique, qui détrône le livre comme support privilégié des fictions.

Caractéristiques

L’ouvrage

Les fictions de jeunesse privilégient l’aventure et mettent à profit les ressources immersives des médias pour en faire une expérience vécue. Elles participent à la construction identitaire de leurs consommateurs en les introduisant dans un monde périlleux sur les pas d’un guide, à la suite d’une catastrophe ou à la faveur d’un simulacre. Ces façons d’entrer dans l’aventure en déterminent le sens elles donnent au récit un tour qui peut être initiatique, nostalgique ou ludique. Du point de vue de la création, ces productions se caractérisent par un constant renouvellement de stéréotypes, de décors ou de personnages qui, au fil du temps, s’émancipent de leurs créateurs pour acquérir une vie propre, favorisée par la diversification des supports. Elles sont aussi l’occasion d’une réflexion sur la fiction et ses rapports à la réalité. Du point de vue de la réception, elles reflètent et alimentent les représentations du monde auxquelles adhère leur public, et mettent en place un système de valeurs à travers une série d’oppositions entre jeunes et vieux, filles et garçons, hommes et animaux. Elles contribuent à l’émergence d’une culture mondialisée et intermédiatique, concurrente de la culture scolaire.

Table des matières

INTRODUCTION : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET FICTION

1. EXTENSION DU DOMAINE DE LA FICTION

Les fictions de jeunesse ou le refuge de l’aventure

Le livre ou l’héritage du roman populaire

Des « histoires en images » : BD et albums

L’aventure sur grand écran

Petits écrans : télévision et jeu vidéo

Des histoires en musique : Concept Album et Rock Opera

2. DYNAMIQUE DE L’AVENTURE

Le dispositif du Lapin Blanc

Le dispositif de l’Échiquier

Le dispositif du Cyclone

3. CRÉATION ET PALIMPSESTE

Citation et emprunt

Adaptation et parodie

Continuité et continuations

4. RÉFLEXIONS SUR LA FICTION

La fiction et la vie

Merveille et vérité

L’art du mensonge

Le livre et l’écran

La lecture vive

La mort de l’auteur

Auctor in fabula

5. DES RÉCITS SOCIALISÉS

Enfants et adultes

Filles et garçons

Hommes et bêtes

CONCLUSION : FICTIONS DE JEUNESSE ET CULTURE JEUNE

Bibliographie des œuvres citées

Versions originales des citations

Index des œuvres, des personnages et des notions

L’auteur

Christian Chelebourg est Professeur à l’Université de Lorraine, où il dirige le laboratoire Littératures, imaginaire, sociétés. Il est notamment l’auteur de Jules Verne. L’œil et le ventre (1999), L’Imaginaire littéraire (2000), Prosper Mérimée. Le sang et la chair (2003), Le Surnaturel. Poétique et écriture (2006), Victor Hugo. Le châtiment et l’amour (2010), Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde (2012).

Le directeur de collection

Alain Viala

Appel: Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Appel à communications

Mondes possibles, mondes numériques :

enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles[1] coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

– imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;

– représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;

– multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?

– analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;

– sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs  s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Url de référence :

http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.html


[1] Entre autres : Pavel, Univers de la fiction ; Dolezel, Heterocosmica ; Eco, Lector in fabula ; Ryan, Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory ; Lavocat, La Théorie des mondes possibles et l’analyse littéraire

Appel à textes/Call for Papers : La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Appel à textes/Call for Papers

pour la revue Belphégor (http://etc.dal.ca/belphegor)

La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Dans un article intitulé “Workplace Fiction That’s True to Life” [La Fiction du monde du travail qui est authentique] publié dans le New York Times du 16 avril 2011, le journaliste Bryan Burrough se demande “I’ve often wondered why there aren’t more strong works of fiction dealing with the business world.” [Je me suis souvent demandé pourquoi il n’y avait pas plus d’œuvres de fiction fortes portant sur le monde des affaires].

Chaque année on peut lire au moins un article similaire dans un grand journal ou magazine se plaignant du manque de romans, ou de fictions en général, traitant des affaires et des aspects économiques. Ces plaintes sont partiellement fondées puisque ce qui pourrait s’appeler une fiction d’affaires ou fiction économique semble rare. Mais ces fictions sont-elles vraiment si rares?

En fait, au moins depuis Balzac avec César Birotteau [1836] et Zola avec L’Argent [1890], il existe une quantité non négligeable de fictions qui correspondraient à ce “genre”. Si la culture de langue française (et en général les autres cultures continentales européennes—italienne, allemande, …) semble avoir arrêté d’en produire un grand nombre, certainement en ce qui a trait à des productions qui pourraient être considérées comme populaires (avec quelques exceptions comme L’Imprécateur [1973] de René-Victor Pilhes, les fictions “industrielles” de Paul-Loup Sulitzer, la série BD de Largo Winch, la série télévisée Le bureau (imitée de The Office; pour ne parler que de pays de langue française ici), d’autres traditions culturelles et linguistiques, particulièrement japonaises et anglo-saxonnes, ont produit un grand nombre de ces fictions. Beaucoup d’entre elles sont devenues très populaires. Des romans à un sou de Horatio Alger au Financier de Theodore Dreiser [1912] aux bestsellers épico-capitalistes de Ayn Rand [dès les années 1950], aux fictions contemporaines comme Nice Work [1986; Jeu de société, 1987] de David Lodge, The Invisible Heart: An Economic Romance [2001] de Russell Roberts, et les romans et films de Wall Street à la série Mad Men aux USA, et des “novellas” comme Shoshaman: A tale of Corporate Japan de Shinya Arai aux romans graphiques comme Japan, Inc. de Shotaro Ishinori au Japon, les fictions populaires traitant des affaires économiques dans tous les médias-arts (livres, films, séries télé, bd, …) sont en fait très populaires, aux deux sens de ce mot.

Là où la critique journalistique a probablement raison c’est que, sauf pour certains noms célèbres (comme Tom Wolfe aux USA avec ses fictions “économiques”—A Man in Full/ [1998]), la plupart de ces fictions, et le genre en général, ont rarement été pris au sérieux par les intellectuels et moins encore par les universitaires. Depuis la première étude systématique de W.F. Taylor, The Economic Novel 1942-64 [1942, 1e éd.], peu d’études universitaires et aucun numéro spécial sur ce “genre” ont été publiés sur ce sujet.

Ce numéro spécial de Belphégor se propose d’étudier le “genre”/thème et quelques-uns de ses exemples dans diverses cultures/langues. Les sujets suivants ne sont pas exhaustifs: Est-ce que ces fictions économiques constituent un genre? Si oui, quelles en sont les caractéristiques? Y a-t-il une différence entre la fiction économique et la fiction d’affaires? Pourquoi y a-t-il [eu] si peu d’études publiées sur ce thème/genre? Qu’est-ce que ce peu d’intérêt dans certaines cultures/langues révèle de ces sociétés?  Quelles différences peut-on voir entre les cultures qui au 20e siècle ont une tradition forte et d’autres moins productives dans ce domaine?  Les productions américaines sont-elles plus pro-business/pro-affaires que les productions françaises? Les intellectuel[le]s ne veulent-ils/elles ou peuvent-ils/elles plus traiter d’économie? Est-ce devenu un sujet trop complexe? Cela annonce-t-il une troisième scission après celle des “deux cultures” [C.P. Snow]?

Les approches privilégiant les corpus portant sur les littératures populaires et les cultures médiatiques et venant de toutes les traditions linguistiques et culturelles sont les bienvenues. Propositions à envoyer avant le 30 juillet 2013 à Chris Reyns-Chikuma, reynschi@ ualberta.ca ET Matthieu Letourneux, mletourneux@free. fr

Publication : Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, essais de S.-Y. Kuroda, traduits de l’anglais par Cassian Braconnier, Tiên Fauconnier et Sylvie Patron, introduction, notes et édition de Sylvie Patron (Paris, Armand Colin, coll. “Recherches”, 2012).

Les six essais qui composent cet ouvrage concernent tous, centralement ou de façon plus marginale, le problème de la narration de fiction, envisagé d’un point de vue linguistique. Ces textes interrogent aussi bien les fondements linguistiques de certaines théories de la narration existantes que la place que pourrait avoir une théorie descriptivement plus adéquate de la narration de fiction dans une théorie générale de l’usage du langage. La plupart des essais ont été écrits et publiés dans la décennie 1970. Ils doivent, bien sûr, être lus et replacés dans leur temps, dans la conjoncture intellectuelle qui leur est propre. On peut néanmoins leur reconnaître une importance fondamentale dans le contexte de la réflexion actuelle.

Ces essais résument et synthétisent la nature et la force de l’œuvre de Kuroda comme une sorte de synecdoque. On y retrouve des idées et des principes que Kuroda partage avec les autres membres de sa communauté de travail et de recherche : l’autonomie et le primat de la syntaxe, le recours aux jugements des locuteurs, l’opposition entre la compétence et la performance linguistiques, le mentalisme ; mais aussi un certain nombre de traits qui contribuent puissamment à son originalité : le primat du japonais, l’intérêt constant pour la sémantique, l’inflexion philosophique de la linguistique, donnée notamment par la philosophie du langage européenne.

S.-Y. Kuroda (1934-2009) a été l’un des plus grands linguistes de sa génération. Il a étudié les mathématiques et la linguistique à l’université de Tokyo (Japon), puis au Massachussetts Institute of Technology (Cambridge, Mass., États-Unis), où il a fait sa thèse sous la direction de Noam Chomsky. Il a été professeur à l’université de Californie à San Diego et a également enseigné en tant que professeur invité à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis dès l’année de sa fondation.

Sylvie Patron est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Diderot-Paris 7. Elle est membre du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de l’UFR de lettres, arts, cinéma (CÉRILAC, Université Paris Diderot) et participe au programme HERMÈS, financé par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), qui soutiennent l’un et l’autre la publication de cet ouvrage.

CONTENT

Introduction

  • Les arrière-plans intellectuels des essais de Kuroda
  • Son intérêt pour ce domaine (I) : problèmes de syntaxe japonaise
  • Son intérêt pour ce domaine (II) : problèmes généraux
  • Importance des essais de Kuroda dans le contexte de la réflexion actuelle

Origine des essais

1. Où l’épistémologie, la grammaire et le style se rencontrent : examen d’un exemple japonais

  • Appendice

2. Grammaire et récit

3. Réflexions sur les fondements de la théorie de la narration

  • La théorie communicationnelle de la narration
  • Critiques de la théorie communicationnelle de la narration
  • Vers une autre conception de la narration
  • Une théorie poétique de la narration

4. Quelques réflexions sur les fondements de la théorie de l’usage du langage

5. La théorie des actes de discours reformulée. Pour une théorie de l’usage du langage

6. Étude du « marqueur de topique » wa dans des passages de romans de Tolstoï, Lawrence et Faulkner (en traduction japonaise, évidemment)

http://www.armand-colin.com/livre/398847/pour-une-theorie-poetique-de-la-narration.php