Archives par mot-clé : fiction

Cycle de conférences: « Fiction littéraire » contre Storytelling

 

« Fiction littéraire » contre Storytelling :

un nouveau critère de définition et de valorisation de la littérature ?

 Projet du Centre de Recherches en Littérature Comparée de l’Université de Paris-Sorbonne, soutenu par le Labex OBVIL (« Observatoire de la Vie littéraire »).

Coordination : Danielle Perrot-Corpet (Sorbonne / CRLC)

 

Le projet de recherche « Fiction littéraire contre Storytelling », coordonné par Danielle Perrot-Corpet dans le cadre du CRLC et du Labex « OBVIL » de 2014 à 2016, se propose de réunir des chercheurs dans les diverses branches des sciences humaines autour d’un séminaire de recherches, de journées d’études et de deux colloques internationaux (2015 et 2016). Il s’enrichira d’un dialogue qu’on espère soutenu entre chercheurs et acteurs de la vie littéraire contemporaine. Le programme s’ouvrira ainsi en 2014 :

–              par une première journée d’études le 16 mai 2014 intitulée : « Face au Storytelling : selon quels critères définir la “fiction littéraire” ? »

Lieu : Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006, Salle D-035. Coordination : Danielle Perrot-Corpet. Le programme de cette journée sera communiqué prochainement.

–              par un séminaire formé, de janvier à juin 2014, d’un cycle de rencontres entre universitaires et écrivains, autour de leur pratique de la « fiction littéraire » à l’ère du Storytelling :

Cycle

Fiction littéraire contre Storytelling :

formes, valeurs, pouvoirs de la littérature aujourd’hui

Coordination : Danielle Perrot-Corpet, en collaboration avec Gisèle Sapiro (CESSP/CNRS/EHESS) et Emmanuel Bouju (Rennes 2/CELLAM : Groupe Phi).

Lieu : Maison de la Poésie, 157 rue Saint-Martin 75003 Paris.

Réservations : www.maisondelapoesieparis.com

 

Programme 

• Mardi 28 janvier 2014 à 19h : conférence de Christian SALMON, chercheur et écrivain : « Politique de la littérature ».

• Jeudi 27 mars 2014 à 19h : Vincent MESSAGE (Université Paris 8) s’entretient avec Eric REINHARDT, écrivain.

• Jeudi 10 avril 2014 à 19h : Gisèle SAPIRO (CESSP/CNRS/EHESS) s’entretient avec Olivier CADIOT, écrivain. Date à confirmer !

• Mardi 03 juin 2014 à 19h : Emmanuel BOUJU (Université Rennes 2/CELLAM : Groupe φ) s’entretient avec Nicole CALIGARIS, Noémi LEFEBVRE et Alban LEFRANC, écrivains.

• Date non encore fixée : Christian SALMON s’entretient avec Hughes JALLON, éditeur et écrivain.


Présentation du projet

Nota bene : les informations et appels à communications concernant les prochains déroulements de ce projet, qui se veut ouvert à l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales, seront bientôt accessibles sur le site du labex OBVIL, dont l’ouverture est imminente. Contact : danielle.perrot@wanadoo.fr

 

Le « storytelling management » (traduit par « communication narrative ») est une stratégie de communication qui utilise la narration d’histoires (« stories ») comme technique de persuasion : d’abord développée comme stratégie de marketing dans l’entreprise depuis les années 1990 (stratégies pionnières de la marque Apple par exemple), elle s’est étendue au monde de la communication politique, d’abord aux États-Unis puis en Europe (voir les campagnes présidentielles des dix dernières années, par exemple aux États-Unis et en France).

Christian Salmon (CRAL/CNRS-EHESS) a fait connaître ce concept au grand public français en 2007 avec son ouvrage polémique Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, (La Découverte), qui a eu un grand retentissement, et qu’il a fait suivre récemment par Ces histoires qui nous gouvernent (J.C. Gawsewitch, mars 2012), qui dénonce sans ambages la contamination de nos démocraties par l’hypermédiatisation et la « novélisation du politique ». Dans la lignée de Barthes et de Foucault, Salmon (fondateur du Parlement International des Écrivains, organisme de protection des écrivains menacés par les pouvoirs politiques, de 1993-2005) a développé, dans une dizaine d’ouvrages, une réflexion sur la fiction littéraire comme lieu de résistance aux pouvoirs (et comme objet de censure et de persécution de la part de ces mêmes pouvoirs) : il conclut à l’antagonisme entre le « nouvel ordre narratif » dans lequel baignent désormais les échanges communicationnels à tous les niveaux de notre société mondialisée, et la fiction littéraire entendue comme une « contre-narration », dont la valeur consiste, ni plus ni moins, à donner aux hommes « les moyens intellectuels et symboliques de penser leur vie » (Storytelling, ed. de Poche, 2008, p. 212) : contre le storytelling, moyen de propagande visant l’adhésion de l’auditeur (consommateur, électeur, salarié…) au discours du Pouvoir et le renforcement d’une norme idéologique sous-jacente, la fiction littéraire vise au contraire la remise en cause, le déplacement, la mise en suspens ou en débat, des discours de la Norme. Pour Salmon, l’emprise généralisée du « nouvel ordre narratif » sur notre monde occidental « dessine donc un nouveau champ de luttes démocratiques : ses enjeux ne seront plus seulement le partage des revenus du travail et du capital, les inégalités au niveau mondial, les menaces écologiques, mais aussi la violence symbolique qui pèse sur l’action des hommes, influence leurs opinions, transforme et instrumentalise leurs émotions […] » (ibid.).

Dans un esprit de dialogue constructif avec le livre de Christian Salmon, certains auteurs ont critiqué cette image purement négative d’un « nouvel ordre narratif » identifié à une force d’aliénation massive : ce n’est pas — objectent-ils — parce que les « communicants » aussi font leur miel de la notion d’« identité narrative » propagée dans les sciences sociales à partir des années 1980 (Paul Ricœur, Temps et récit, 3 vol., Seuil, 1983-1985), que le « narrative turn » dans son ensemble ne produit que des récits de masse aliénants. Ainsi, Marc Marti et Nicolas Pélissier reviennent sur les fondements théoriques d’une « révolution narrative » qui a su générer  ses « contre-narrations » subversives (M. Marti et N. Pélissier (dir.), Le Storytelling : succès des histoires, histoire d’un succès, L’Harmattan, 2012), tandis qu’Yves Citton, avec le collectif de la revue Multitudes (dont il est co-directeur), explore activement les moyens de renverser, à des fins d’émancipation politique et non plus de conditionnement lénifiant, le « pouvoir de scénarisation » des conduites individuelles qui est l’arme du récit (Yves Citton, Mythocratie : Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010 ; voir également le dossier « Contre-fictions politiques », Multitudes, n° 481, mars 2012, p. 70-148).

D’un autre côté, les enjeux politiques et philosophiques de la fiction littéraire* sont fréquemment relevés avec une grande vigueur critique par les artistes eux-mêmes, écrivains (comme Édouard Glissant, Salman Rushdie, Juan Goytisolo, Milan Kundera…) ou cinéastes (comme Lars von Trier, Michael Haneke, Nicolas Klotz…) entre autres : de nombreux artistes ne cessent en effet de souligner la valeur de lutte démocratique qu’ils reconnaissent à leur pratique de la fiction littéraire, dans un contexte d’oppression (idéologique, sinon politique). Le lien entre littérature et démocratie — diversement mis en lumière par des philosophes comme Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Jacques Rancière ou Jean-Luc Nancy — a d’ailleurs récemment fait l’objet d’une journée d’études intitulée « Autonomie de la littérature et ethos démocratique » (Journée d’études internationale CERC-EHESS qui s’est tenue en décembre 2011 dans le cadre du séminaire « Narrations contemporaines » du CRAL).

Cela dit, la confrontation méthodique entre usages du récit à des fins de stratégie communicationnelle (dans un but commercial, politique, de gestion du personnel…) et usages littéraires de la fiction semble encore à faire**, alors qu’elle polarise la production de « fictions » entre, d’un côté, certaines pratiques artistiques (surtout minoritaires, relevant du « pôle de diffusion restreinte » des sociologues) qui se veulent — dans leurs choix formels comme dans leur visée pragmatique — autant d’actes de résistance d’une certaine Valeur absolue assiégée par le marché mondial et, d’un autre côté, le flot des « success stories » en tout genre… ce qui, pourtant, n’autorise pas le rejet a priori de tout best seller dans les ténèbres extérieures de la « paralittérature », catégorie flottante qui elle-même ne saurait être reversée en bloc dans l’océan médiatique des récits produits à des fins de « communication narrative » (storytelling management).

À l’heure où « l’art de raconter des histoires » devient aussi, et à grande échelle, le moyen par excellence de vendre ou de gouverner, la question de la spécificité de la fiction littéraire doit être posée à nouveaux frais : dans le « bain narratif » qui semble devenu la condition la plus générale de notre expérience quotidienne du monde, peut-on distinguer un récit/une fiction qui soit spécifiquement littéraire ? Si oui, la littérarité d’un récit/d’une fiction tient-elle à des traits formels ou seulement à l’usage (« littéraire » ou stratégique) qui en est fait ?

Qu’est-ce que le storytelling, dans son sens restreint de « stratégie de communication narrative », emprunte exactement à cet « art de conter » (« storytelling » dans l’acception traditionnelle du terme anglais) dont relève peu ou prou (fût-ce pour s’en défendre) la fiction littéraire ? Que reste-t-il en propre, à la fiction littéraire, d’irréductiblement autre et irrécupérable par la « machine à raconter des histoires et à formater les esprits » qu’évoque Christian Salmon ?

La charge passionnelle qui entoure le débat lancé en France par le livre de Salmon ne semble pas devoir être éludée ici par l’effort de la réflexion théorique, mais au contraire prise en compte comme l’indice d’une portée éthique et politique de la « littérature », notion qui, dans sa nature même de construction historique et d’instrument axiologique, se trouve mise en demeure de définition, par la force des frictions en tout genre qui l’accolent et l’opposent aux entreprises du storytelling.

Axes de réflexion possibles (liste non limitative)

 

–            Étude des glissements sémantiques que peut induire, dans les travaux de théorie littéraire en français, le calque de termes comme « story », « narrative » ou « fiction ».

–            Examen des facteurs d’immersion du lecteur/auditeur/spectateur, communs aux fictions « littéraires » et aux stories à vocation « persuasive », parmi lesquels : le suspense, l’identification aux personnages, la quête d’une rassurance morale… Ces facteurs d’immersion fonctionnent-ils de la même façon dans tous les cas ?

–            Liens possibles entre la vogue du storytelling management et les phénomènes complexes de dévalorisation/revalorisation esthétique de la « tension narrative » (Raphaël Baroni) en littérature.

–            « Pouvoir de scénarisation » du récit et clarté axiologique : rapports possibles entre ethos romanesque (au sens de Jean-Marie Schaeffer, « La catégorie du romanesque », dans Gilles Declercq et Michel Murat (dir.), Le romanesque, Paris, Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 2004), propagande (politique, publicitaire…), littérature « à thèse »…

–            Caractéristiques formelles du récit et liberté d’interprétation du lecteur/auditeur/spectateur : polysémie, connotations, ambiguïtés, « suspens du jugement moral » (Milan Kundera), sont-ils réservés à la « fiction littéraire » ?

–            Frontières du storytelling : industrie du divertissement, critères de définition d’une « paralittérature », récupérations idéologiques ou commerciales des classiques littéraires…

–            « Fiction littéraire », « vérité » et « mensonge » à l’ère du storytelling : « autofiction » et « factographies » (Marie-Jeanne Zenetti) comme formes contemporaines de « littérature » qui « disent la vérité », « vérité » anthropologique de la « fiction littéraire »… Opposition  autonomie-gratuité vs communication-vente comme critère de distinction du véridique et du mensonger (tendant à se substituer au binôme traditionnel « récit factuel » vs « affabulation » ?).

–            Question de la responsabilité auctoriale à l’ère du storytelling : qui « signe » les « récits », en littérature et ailleurs ? Question de l’anonymat, du pseudonyme, des signatures collectives. Signature du journaliste et signature de l’écrivain… « Plumes » et « spin doctors »…

–            Vers une définition éthique de la littérature : valeur de la gratuité à l’ère néolibérale, responsabilité, autonomie, désintéressement de la littérature face aux stratégies du storytelling.

 

 

Danielle PERROT-CORPET (danielle.perrot@wanadoo.fr)

Maître de conférences en littérature comparée, Université de Paris-Sorbonne

Centre de recherche en littérature comparée (EA 4510)

http://www.crlc.paris-sorbonne.fr

 

 

 

Avec le soutien du Service Culturel

et de l’École Doctorale III de l’université Paris-Sorbonne.

 


* La formule « fiction littéraire » est à comprendre ici à titre provisoire, sans restriction en termes de medium (texte, image, multimedia…), comme toute forme de narration dont le cadre pragmatique est celui d’une « feintise ludique partagée » (J.M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, 1999) visant, en quelque sorte pour elle-même (et non en vue de renforcer l’adhésion à un acte illocutoire englobant), l’immersion du lecteur/auditeur/spectateur dans l’univers feint.

** C’est aussi le constat de Françoise Lavocat, qui regrette que « les essais sur le storytelling (ainsi d’ailleurs que maints ouvrages inspirés par les sciences cognitives) témoignent d’un désintérêt total pour les aspects formels des œuvres de fiction, ce qui prive ces anayses de toute portée descriptive au profit de généralités infalsifiables ». (F. Lavocat, « Du récit au “storytelling” : enjeux pour la fiction », Dossier « Storytelling » coordonné par Charlotte Krauss et Urs Urban, Lendemains — Études comparées sur la France , vol. 38/n° 149, 2013).

Parution: C. Chelebourg, Les Fictions de jeunesse

Christian Chelebourg

Les Fictions de jeunesse

L’étude des productions destinées à la jeunesse impose désormais un point de vue intermédiatique, qui détrône le livre comme support privilégié des fictions.

Caractéristiques

L’ouvrage

Les fictions de jeunesse privilégient l’aventure et mettent à profit les ressources immersives des médias pour en faire une expérience vécue. Elles participent à la construction identitaire de leurs consommateurs en les introduisant dans un monde périlleux sur les pas d’un guide, à la suite d’une catastrophe ou à la faveur d’un simulacre. Ces façons d’entrer dans l’aventure en déterminent le sens elles donnent au récit un tour qui peut être initiatique, nostalgique ou ludique. Du point de vue de la création, ces productions se caractérisent par un constant renouvellement de stéréotypes, de décors ou de personnages qui, au fil du temps, s’émancipent de leurs créateurs pour acquérir une vie propre, favorisée par la diversification des supports. Elles sont aussi l’occasion d’une réflexion sur la fiction et ses rapports à la réalité. Du point de vue de la réception, elles reflètent et alimentent les représentations du monde auxquelles adhère leur public, et mettent en place un système de valeurs à travers une série d’oppositions entre jeunes et vieux, filles et garçons, hommes et animaux. Elles contribuent à l’émergence d’une culture mondialisée et intermédiatique, concurrente de la culture scolaire.

Table des matières

INTRODUCTION : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET FICTION

1. EXTENSION DU DOMAINE DE LA FICTION

Les fictions de jeunesse ou le refuge de l’aventure

Le livre ou l’héritage du roman populaire

Des « histoires en images » : BD et albums

L’aventure sur grand écran

Petits écrans : télévision et jeu vidéo

Des histoires en musique : Concept Album et Rock Opera

2. DYNAMIQUE DE L’AVENTURE

Le dispositif du Lapin Blanc

Le dispositif de l’Échiquier

Le dispositif du Cyclone

3. CRÉATION ET PALIMPSESTE

Citation et emprunt

Adaptation et parodie

Continuité et continuations

4. RÉFLEXIONS SUR LA FICTION

La fiction et la vie

Merveille et vérité

L’art du mensonge

Le livre et l’écran

La lecture vive

La mort de l’auteur

Auctor in fabula

5. DES RÉCITS SOCIALISÉS

Enfants et adultes

Filles et garçons

Hommes et bêtes

CONCLUSION : FICTIONS DE JEUNESSE ET CULTURE JEUNE

Bibliographie des œuvres citées

Versions originales des citations

Index des œuvres, des personnages et des notions

L’auteur

Christian Chelebourg est Professeur à l’Université de Lorraine, où il dirige le laboratoire Littératures, imaginaire, sociétés. Il est notamment l’auteur de Jules Verne. L’œil et le ventre (1999), L’Imaginaire littéraire (2000), Prosper Mérimée. Le sang et la chair (2003), Le Surnaturel. Poétique et écriture (2006), Victor Hugo. Le châtiment et l’amour (2010), Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde (2012).

Le directeur de collection

Alain Viala

Appel: Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Appel à communications

Mondes possibles, mondes numériques :

enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles[1] coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second life, World of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

– imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;

– représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;

– multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents médias, avec quels enjeux ?

– analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;

– sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs  s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fr) avant le 31 décembre 2013.

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

Url de référence :

http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.html


[1] Entre autres : Pavel, Univers de la fiction ; Dolezel, Heterocosmica ; Eco, Lector in fabula ; Ryan, Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory ; Lavocat, La Théorie des mondes possibles et l’analyse littéraire

Appel à textes/Call for Papers : La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Appel à textes/Call for Papers

pour la revue Belphégor (http://etc.dal.ca/belphegor)

La fiction d’affaires et la fiction économique: des objets populaires non-identitfiés ou OpNI culturels

Dans un article intitulé “Workplace Fiction That’s True to Life” [La Fiction du monde du travail qui est authentique] publié dans le New York Times du 16 avril 2011, le journaliste Bryan Burrough se demande “I’ve often wondered why there aren’t more strong works of fiction dealing with the business world.” [Je me suis souvent demandé pourquoi il n’y avait pas plus d’œuvres de fiction fortes portant sur le monde des affaires].

Chaque année on peut lire au moins un article similaire dans un grand journal ou magazine se plaignant du manque de romans, ou de fictions en général, traitant des affaires et des aspects économiques. Ces plaintes sont partiellement fondées puisque ce qui pourrait s’appeler une fiction d’affaires ou fiction économique semble rare. Mais ces fictions sont-elles vraiment si rares?

En fait, au moins depuis Balzac avec César Birotteau [1836] et Zola avec L’Argent [1890], il existe une quantité non négligeable de fictions qui correspondraient à ce “genre”. Si la culture de langue française (et en général les autres cultures continentales européennes—italienne, allemande, …) semble avoir arrêté d’en produire un grand nombre, certainement en ce qui a trait à des productions qui pourraient être considérées comme populaires (avec quelques exceptions comme L’Imprécateur [1973] de René-Victor Pilhes, les fictions “industrielles” de Paul-Loup Sulitzer, la série BD de Largo Winch, la série télévisée Le bureau (imitée de The Office; pour ne parler que de pays de langue française ici), d’autres traditions culturelles et linguistiques, particulièrement japonaises et anglo-saxonnes, ont produit un grand nombre de ces fictions. Beaucoup d’entre elles sont devenues très populaires. Des romans à un sou de Horatio Alger au Financier de Theodore Dreiser [1912] aux bestsellers épico-capitalistes de Ayn Rand [dès les années 1950], aux fictions contemporaines comme Nice Work [1986; Jeu de société, 1987] de David Lodge, The Invisible Heart: An Economic Romance [2001] de Russell Roberts, et les romans et films de Wall Street à la série Mad Men aux USA, et des “novellas” comme Shoshaman: A tale of Corporate Japan de Shinya Arai aux romans graphiques comme Japan, Inc. de Shotaro Ishinori au Japon, les fictions populaires traitant des affaires économiques dans tous les médias-arts (livres, films, séries télé, bd, …) sont en fait très populaires, aux deux sens de ce mot.

Là où la critique journalistique a probablement raison c’est que, sauf pour certains noms célèbres (comme Tom Wolfe aux USA avec ses fictions “économiques”—A Man in Full/ [1998]), la plupart de ces fictions, et le genre en général, ont rarement été pris au sérieux par les intellectuels et moins encore par les universitaires. Depuis la première étude systématique de W.F. Taylor, The Economic Novel 1942-64 [1942, 1e éd.], peu d’études universitaires et aucun numéro spécial sur ce “genre” ont été publiés sur ce sujet.

Ce numéro spécial de Belphégor se propose d’étudier le “genre”/thème et quelques-uns de ses exemples dans diverses cultures/langues. Les sujets suivants ne sont pas exhaustifs: Est-ce que ces fictions économiques constituent un genre? Si oui, quelles en sont les caractéristiques? Y a-t-il une différence entre la fiction économique et la fiction d’affaires? Pourquoi y a-t-il [eu] si peu d’études publiées sur ce thème/genre? Qu’est-ce que ce peu d’intérêt dans certaines cultures/langues révèle de ces sociétés?  Quelles différences peut-on voir entre les cultures qui au 20e siècle ont une tradition forte et d’autres moins productives dans ce domaine?  Les productions américaines sont-elles plus pro-business/pro-affaires que les productions françaises? Les intellectuel[le]s ne veulent-ils/elles ou peuvent-ils/elles plus traiter d’économie? Est-ce devenu un sujet trop complexe? Cela annonce-t-il une troisième scission après celle des “deux cultures” [C.P. Snow]?

Les approches privilégiant les corpus portant sur les littératures populaires et les cultures médiatiques et venant de toutes les traditions linguistiques et culturelles sont les bienvenues. Propositions à envoyer avant le 30 juillet 2013 à Chris Reyns-Chikuma, reynschi@ ualberta.ca ET Matthieu Letourneux, mletourneux@free. fr

Publication : Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, essais de S.-Y. Kuroda, traduits de l’anglais par Cassian Braconnier, Tiên Fauconnier et Sylvie Patron, introduction, notes et édition de Sylvie Patron (Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012).

Les six essais qui composent cet ouvrage concernent tous, centralement ou de façon plus marginale, le problème de la narration de fiction, envisagé d’un point de vue linguistique. Ces textes interrogent aussi bien les fondements linguistiques de certaines théories de la narration existantes que la place que pourrait avoir une théorie descriptivement plus adéquate de la narration de fiction dans une théorie générale de l’usage du langage. La plupart des essais ont été écrits et publiés dans la décennie 1970. Ils doivent, bien sûr, être lus et replacés dans leur temps, dans la conjoncture intellectuelle qui leur est propre. On peut néanmoins leur reconnaître une importance fondamentale dans le contexte de la réflexion actuelle.

Ces essais résument et synthétisent la nature et la force de l’œuvre de Kuroda comme une sorte de synecdoque. On y retrouve des idées et des principes que Kuroda partage avec les autres membres de sa communauté de travail et de recherche : l’autonomie et le primat de la syntaxe, le recours aux jugements des locuteurs, l’opposition entre la compétence et la performance linguistiques, le mentalisme ; mais aussi un certain nombre de traits qui contribuent puissamment à son originalité : le primat du japonais, l’intérêt constant pour la sémantique, l’inflexion philosophique de la linguistique, donnée notamment par la philosophie du langage européenne.

S.-Y. Kuroda (1934-2009) a été l’un des plus grands linguistes de sa génération. Il a étudié les mathématiques et la linguistique à l’université de Tokyo (Japon), puis au Massachussetts Institute of Technology (Cambridge, Mass., États-Unis), où il a fait sa thèse sous la direction de Noam Chomsky. Il a été professeur à l’université de Californie à San Diego et a également enseigné en tant que professeur invité à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis dès l’année de sa fondation.

Sylvie Patron est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Diderot-Paris 7. Elle est membre du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de l’UFR de lettres, arts, cinéma (CÉRILAC, Université Paris Diderot) et participe au programme HERMÈS, financé par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), qui soutiennent l’un et l’autre la publication de cet ouvrage.

CONTENT

Introduction

  • Les arrière-plans intellectuels des essais de Kuroda
  • Son intérêt pour ce domaine (I) : problèmes de syntaxe japonaise
  • Son intérêt pour ce domaine (II) : problèmes généraux
  • Importance des essais de Kuroda dans le contexte de la réflexion actuelle

Origine des essais

1. Où l’épistémologie, la grammaire et le style se rencontrent : examen d’un exemple japonais

  • Appendice

2. Grammaire et récit

3. Réflexions sur les fondements de la théorie de la narration

  • La théorie communicationnelle de la narration
  • Critiques de la théorie communicationnelle de la narration
  • Vers une autre conception de la narration
  • Une théorie poétique de la narration

4. Quelques réflexions sur les fondements de la théorie de l’usage du langage

5. La théorie des actes de discours reformulée. Pour une théorie de l’usage du langage

6. Étude du « marqueur de topique » wa dans des passages de romans de Tolstoï, Lawrence et Faulkner (en traduction japonaise, évidemment)

http://www.armand-colin.com/livre/398847/pour-une-theorie-poetique-de-la-narration.php

Call for papers – The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

08 November 2012 – 09 November 2012

Event Type: Conference / Symposium
Venue: Institute of English Studies
Venue Details: Senate House, Malet Street, London, WC1E 7HU

Description

Keynote Speakers include: Professor Phillip Tew (Brunel University), Professor James Chapman (University of Leicester), Christoph Lindner (University of Amsterdam)

The Marginalised Mainstream seeks to discuss the growing interest in and importance of mainstream culture and the popular as ways of engaging with cultural products of the late nineteenth to early twenty-first centuries, the long twentieth century, 1880–2010. Specifically, we seek to bring together postgraduate students, early career academics and established researchers working in the fields of Literature, Cultural Studies and elsewhere in the Humanities, to explore why mainstream culture and objects of mass appeal are so frequently marginalised by the academic community.

CLICK HERE FOR CALL FOR PAPERS.

Abstracts of no more than 350 words are invited by 1 June 2012 . They must include:

  • 350-word abstract, including title,
  • your name,
  • affiliation,
  • contact information,
  • a brief biographical paragraph about your academic interests,
  • any technical support that might be needed

Please email submissions, in Word, WordPerfect, or RTF formats, to organisers Brittain Bright, Sam Goodman and Emma Grundy Haigh at marginalisedmainstream@gmail.com . Acceptances will be sent out by no later than 16 July 2012.

Conference website: http://marginalisedmainstream.wordpress.com

Facebook page: https://www.facebook.com/pages/Marginalised-Mainstream-Conference-2012/259522867458369

Please note: we are not in a position to be able to assist with conference travel or subsistence.

Call for papers, The ethics and poetics of genre literature, Montpellier

The ethics and poetics of genre literature
Université Paul Valéry- Montpellier 3, France  –  15-16 March 2013
Deadline for proposals: 15 September 2012

An international conference organized by EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone) with the support of the Société de Stylistique Anglaise (SSA).

This interdisciplinary international conference, the second  section of the project ‘Ethics & Rhetoric’ within EMMA’s line of research ‘Ethics of Alterity’, will focus on language and ethics in literary genres that depict encounters with alterity.

The situations in which the subject is faced with different or alien beings will be studied namely in novels belonging to the genre of utopia/dystopia, science fiction, fantasy, etc., as the so-called ‘genre literature’ embodies a heuristic model that dramatises and exacerbates encounters with alterity, featuring exotic, subhuman or posthuman beings that defy human knowledge (in SF and fantasy especially). Genre literature has often been regarded as an entertaining or escapist field that does not lend itself to ethical and poetical reflections, limiting itself to a hollow and servile repetition of the genre codes.

Nevertheless, theoreticians of these genres that have not been sufficiently studied highlight their defamiliarizing power through which things can be ‘seen’. This process of defamiliarization is often associated with the stylistic, poetic and ethical force inherent in fiction, but in its attempt at meta-conceptualizing the relationship between language and reality, genre literature seems to problematize and enhance these phenomena by making them more easily perceivable. Thus not resting content with merely questioning the mechanism of estrangement, genre literature explores the confines of readability and the break-point between the readerly and the writerly.

In their desire to represent the Other in all its complexity, writers are indeed confronted with an ethical and poetical aporia: how to describe what escapes Humanity in Human language? In the eyes of its critics, Science Fiction (SF) seems to lean towards the side of the readerly. On the border between total defamiliarization and cognition (Darko Suvin speaks of ‘cognitive estrangement’), SF seems to embody a genre that cannot afford to lose its readers. That may be the reason why extra-terrestrial languages are often filtered by English — crushing down linguistic difference under the weight of a single language that everybody can understand — as in Vonnegut’s Cat’s Cradle in which the creole form of English is ironed out through translation. How to represent a world in which the classical pronominal references (she/he) are not relevant anymore since ontology no longer relies on binary distinctions (as in The Left Hand of Darkness by Ursula Le Guin)? Yet certain SF or dystopia writers do manage to stretch out language and readability in their description of an alien situation (Russell Hoban’s Riddley Walker might be the best example here). But fantasy can perhaps be construed as the most subversive genre in that matter as it wallows in undecidability and interpretative wavering. In its attempt to reconcile the inexpressible, what is without a name, and the speakable or visible, according to Rosemary Jackson, fantasy delimits a zone of non-signification where the Other cannot be reduced to the self. Should we thus conclude that reaching the breaking point of intelligibility can guarantee the birth of the other in its radical alterity?

Todorov brought to light the difficulty of apprehending alterity in schemes other than the ones we are familiar with, questioning the possibility of mapping the other’s radical difference. The narratives about the Aztecs are among the first illustrations of this tendency to project pre-conceived expectations onto the other: ‘One would seek to transpose it into a familiar cognitive scheme in order to make it understandable and thereby at least partially acceptable’ (Tzvetan Todorov, Les Morales de l’histoire, Paris, Grasset, 1991, p. 41, our translation). Can reducing alterity to the categories of the same or resorting to the other as a foil to reinforce the self (the other being then everything the self is not) be said to be part of the more conservative trend in SF as opposed to more subversive trends of the genre (what Broderick calls allographers along Terry Dowling’s coinage ‘xenographies’) or of fantasy?

Are we condemned to a certain ethno — or anthropo-centrism — an accusation that is launched against the socio-constructionists that contend that our beliefs, desires or intentions are mediated by shared social and normative conventions that have been learnt and internalized in the specific discourse community we belong to — or can the other be ‘known’ to a certain extent while preserving its radical difference? Do tropes have a heuristic power able to change our conception of the world and of others? Is there such a thing as ‘rhetorical ethics’ that could give us access to the other? If, according to Broderick, zeugma and syllepses are characteristic of the poetics of SF, what relationships do these tropes of fusion entertain between self and other? How effective are other figures of speech in their depiction of the Other? Can they be said to be a product of an all-powerful Reason reducing alterity to the same? In La Raison classificatoire, for example, Patrick Tort indeed recalls that the two major classifying systems of human thoughts rely on metaphor and metonymy. Or, on the other hand, can tropes be said to ensure a speculative and prospective exploration, producing ‘scandalous or non-sense effects’ (Rosolato) that are capable of upsetting the classifications through which we have been trained to perceive the world? Can stylistic problems like focalisation or reported speech — that are often a privileged way to access the other’s conceptual schemes — be seen as anthropocentric blows dealt to alterity? Can the other be sketched out through lexical and syntactic inventiveness without its portrait being entirely tamed or harnessed?

The focus on this conference will thus be on the linguistic and poetic means writers resort to in their description of others (rather than be merely thematic). The point is to bring under scrutiny how fiction succeeds (or fails) in its discursive mapping of otherness and what the dialogue it imagines with the other teaches us on language and the human self. What will be explored are the limits of language and the linguistic strategies that are displayed by genre literature to get around this predicament.

This interdisciplinary international conference wishes to attract both literary critics, linguists and stylisticians working on the literature of the English-speaking countries from the 19th to the 21st centuries.

The following themes could be addressed but they are in no way restrictive:

  • linguistic representation of alterity
  • tropological ethics
  • stylistics and genre
  • intelligibility and linguistic experimentation
  • the speakable / unspeakable
  • representation of cognitive structures through focalisation, reported speech, pronominal identification, etc.

Deadline for submission: September 15 2012
Notification of acceptance: November 30 2012

Proposals of around 300 words to be sent to both:

  • Maylis Rospide <maylis.rospide@univ-montp3.fr>
  • Sandrine Sorlin <sandrine.sorlin@univ-montp3.fr>

Language of the conference: English

Source : The European Society for the Study of English

Appel à contributions : Le pouvoir des fictions audiovisuelles

Appel à contributions pour la revue Communication

« LE POUVOIR DES FICTIONS AUDIOVISUELLES »

Dossier thématique coordonné par

Céline Bryon-Portet

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches

Ce numéro de la revue Communication se propose d’étudier le pouvoir d’influence des fictions cinématographiques et télévisées, tant au plan individuel qu’au niveau sociétal.

Longtemps ravalées au rang de simples productions divertissantes, avec tout ce que cette catégorisation comporte de péjoratif depuis que la philosophie pascalienne a vu dans le divertissement une activité futile et dérisoire entre toutes, les fictions audiovisuelles sont pourtant bien plus que des histoires imaginaires frappées d’irréalité. Les chercheurs leur reconnaissent aujourd’hui la capacité de modifier les représentations mentales des spectateurs, voire même de changer leur comportement.

Au niveau individuel, les études pionnières de Henry Jenkins[1] sur les fans des séries télévisées, notamment, montrent que la notion de participation est primordiale lorsque l’on veut étudier le phénomène de la culture fan. Les travaux de Dominique Pasquier[2], en France, sur la série Hélène et les garçons, soulignent les processus d’identification des téléspectateurs à des personnages qu’ils considèrent comme des modèles à imiter, et la fonction d’apprentissage de la vie amoureuse que ces fictions télévisées remplissent auprès des jeunes publics, grâce à leur réalisme émotionnel. Ce processus d’identification, lorsqu’il se trouve exacerbé et décliné sur un « mode mimétique élevé »[3], peut amener certains fans de super-héros à se comporter comme leur idole fictive, comme c’est le cas aux Etats-Unis (notamment dans la ville de Cincinnati), où des vengeurs masqués qui se font appeler Batman, Superman ou Wonder Woman, concurrencent la police en tentant d’arrêter des criminels.

L’on peut donc aller jusqu’à se demander si certaines fictions audiovisuelles ne jouent pas un rôle assez similaire à celui que joue le mythe dans les sociétés traditionnelles, lequel représente un « exemple concret de la conduite à tenir »[4] et est « vivant, en ce sens qu’il fournit des modèles pour la conduite humaine et confère par là même signification et valeur à l’existence »[5].

Au niveau sociétal, les fictions audiovisuelles participent également de la construction sociale de la réalité, grâce à l’univers diégétique qu’elles élaborent. Les travaux menés par Sabine Chalvon-Demersay[6] et Guillaume Le Saulnier[7], par exemple, ont montré que les héros fictifs des séries policières possèdent une véritable influence sur l’image que l’opinion publique possède du métier de « flic ». Les nombreuses séries qui mettent en scène, depuis une dizaine d’années, le métier d’urgentiste ou de médecin (Urgences, Grey’s anatomy, Dr House…), sont également aptes à transformer les représentations existantes, voire à créer des vocations. D’autres études ont souligné la capacité d’une série comme Plus belle la vie à faire passer des messages idéologiques et politiques auprès des téléspectateurs, sur des thèmes tels que le don d’organes, l’homosexualité et la diversité socioculturelle[8], ou encore à valoriser l’image d’un territoire, en l’occurrence l’image de la ville de Marseille[9]. De la même manière, des films comme Le Bonheur est dans le pré et Bienvenue chez les ch’tis ont contribué à véhiculer une image positive du Gers et de la région Nord-Pas-de-Calais, en construisant puis diffusant une véritable identité socioculturelle autour de la convivialité et du bien-vivre, ainsi qu’en ont témoigné la presse locale ainsi que différentes enquêtes[10]. Enfin, des chercheurs se sont demandés si la présence d’un Président des Etats-Unis noir dans la série 24h00 chrono (le Président David Palmer), n’avait pas aidé les américains à se familiariser à cette idée, à faire tomber certains préjugés racistes et par conséquent à faciliter l’arrivée au pouvoir de Barack Obama, tandis que certains journalistes, à l’instar de Brian Stelter du New York Times, préfèrent considérer la série pionnière The West Wing (diffusée en 1999 et 2006 sur NBC), comme la fiction qui joua le rôle de déclencheur, à travers le Président hispanique Matthew Santos[11].

Cette (re-)construction de la réalité paraît en outre favorisée par la confusion croissante qui existe aujourd’hui entre la fiction et la réalité, à travers la création de genres hybrides, empruntant tout à la fois à la fiction et au documentaire, mélangeant « mode fictif » et « mode authentifiant »[12], au point d’aboutir à des productions « transgénériques »[13]. Le développement du storytelling participe également d’un brouillage des frontières et d’une transformation représentationnelle[14]. Cette influence des fictions est telle que d’aucuns dénoncent leur pouvoir potentiellement manipulatoire. Les uns pointent leur aptitude à modifier la réalité, tandis que les autres les accusent d’être des instruments de propagande qui naturalisent des rapports de domination existants[15]. Enfin, il convient aussi de prendre en compte les bouleversements qu’entraînent dans ce domaine les dernières innovations techniques, et plus précisément la convergence des écrans (par exemple, l’arrivée de iTV chez Apple), ou encore l’interconnectivité des écrans avec le réseautage (par exemple, le phénomène grandissant du visionnement sur demande et du « média social » qui permet aux téléspectateurs-internautes de réagir en direct aux diffusions d’émission-événement), susceptibles d’avoir un impact non seulement sur la production des fictions, mais aussi sur leurs effets.

Les contributions attendues pour ce dossier thématique s’interrogeront donc sur ce pouvoir d’influence des fictions audiovisuelles. Elles prendront la forme d’essais théoriques ou d’études de cas, et pourront explorer, par exemple, les questions et problématiques suivantes :

  • Y-a-t-il une spécificité des fictions audiovisuelles ? Les séries télévisées, notamment,  possèdent-elle un pouvoir d’influence supérieur aux autres fictions (littéraires, par exemple), par le climat d’intimité et la complicité[16] qu’elles forgent autour du téléspectateur, voire la confusion qui peut s’établir entre un personnage fictif et le comédien qui l’incarne, au point de conférer une existence quasi réelle au premier[17] ?
  • Ce pouvoir d’influence est-il en train de croître avec le développement de « docu-fictions », ou encore de séries télévisées qui se présentent comme de véritables critiques sociales[18], à l’instar de Hill Street Blues, Law & Oder, Nip Tuck, Les Sopranos et Desperate housewises, qui dénoncent implicitement les travers d’une société en crise ?
  • Quel est le rôle joué par « l’effet de réel » sur ce pouvoir des fictions ? Et sur quels principes narratifs et techniques repose cet effet de réel[19] ?
  • Comment se réalisent les processus d’identification des cinéphiles et des téléspectateurs à leurs personnages de fiction favoris ?
  • Comment s’effectue la modification des représentations mentales, chez les cinéphiles et les téléspectateurs ? Et comment s’opère le passage de la modification des représentations mentales à la modification comportementale ?
  • Quelles représentations socioculturelles les séries télévisées contemporaines sont-elles en train de modifier ?
  • Ne peut-on pas craindre que cette reconstruction de la réalité soit sujette à des manipulations volontaires ? Peut-on aller jusqu’à parler de propagande, pour certaines fictions audiovisuelles ?
  • Quel est le pouvoir de résistance du spectateur face à une instrumentalisation possible des ressorts idéologiques des fictions audiovisuelles ?
  • Quelles sont les limites de ce pouvoir d’influence des fictions ? Comment les fans s’approprient-ils à leur tour leurs productions télévisuelles préférées par le biais de contributions amateurs sur le Web, de la simple discussion entre fans sur des blogues et forums (pouvant influencer éventuellement les scénaristes) aux détournements, mash-up et autres « mèmes » réalisés à partir des œuvres, sans oublier des créations originales qui court-circuitent les réseaux de production et de diffusion traditionnels des industries culturelles ?
  • Certaines fictions télévisuelles peuvent-elles devenir des mythes, et endosser des fonctions similaires aux anciens récits mythiques ?
  • Comment le storytelling, qui procède à une mise en récit de plus en plus utilisée comme outil à des fins politiques et de marketing, peut-il s’apparenter à un processus de mythification et actualise-t-il la question des frontières/recouvrements entre récit et fiction?

Calendrier :

  • 20 mars 2012 : date limite d’envoi des propositions d’articles sous la forme d’un résumé de 3500 signes environ (espaces compris), à Céline Bryon-Portet. Courriel : celine.bryonportet@ensiacet.fr
  • 5 avril 2012 : notification aux auteurs de la décision du comité de coordination.
  • 15 septembre 2012 : date limite d’envoi des articles (entre 40 000 et 60 000 signes, espaces non compris) au comité de coordination qui les transmettra à la revue Communication pour évaluation. La direction de la revue accusera réception et avisera les auteurs de la constitution des comités de lecture.

Procédure et consignes :

Chaque proposition d’article sera évaluée à l’aveugle par un comité de lecture composé de lecteurs experts

Les auteurs devront se conformer aux normes éditoriales en vigueur au sein de la revue Communication. Le guide de consigne aux auteurs est téléchargeable à partir du lien suivant :

http://communication.revues.org/index2590.html

Notes

[1] Henry Jenkins, Textual poachers : Television fan and participatory culture, Routledge, 1992.

[2] Dominique Pasquier, « Identification au héros et communautés de téléspectateurs : la réception d’ »Hélène et les garçons » », Hermès, n° 22, 1998, p.101-109.

Dominique Pasquier, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

[3] A partir de la classification des fictions de Northop Frye, François Jost définit ce mode mimétique comme celui qui met en scène « des héros supérieurs en degré aux autres hommes », par opposition au mode mimétique bas qui propose des « personnages qui sont à la fois égaux à leur environnement et à l’être humain ».

François Jost, « Séries policières et stratégies de programmation », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.65.

[4] Roger Caillois, Le Mythe et l’homme, Paris, Gallimard, Folio essais, 1987, p.154.

[5] Mircea Eliade, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, Folio essais, 1993, p.12.

[6] Sabine Chalvon-Demersay, « Fiction policière et identité sociale virtuelle », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.305-326.

[7] Guillaume Le Saulnier, « Les Policiers réels devant leurs homologues fictifs : fiction impossible ? Pour une sociologie de la réception dans la sphère professionnelle », Réseaux, vol. 29, n° 165, 2011, p.109-135.

[8] Céline Bryon-Portet, « Les productions télévisées, genre oublié dans la construction de l’image d’un territoire ? L’exemple de co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille par la série Plus belle la vie », Études de communication, n° 37, 2011.

[9] Céline Bryon-Portet, « La dimension politique de la série Plus belle la vie : mixophilie, problématiques citoyennes et débats socioculturels dans une production télévisuelle de service public », Mots. Les Langages du politique, n°97 (parution en juillet 2012).

[10] Daniel Bley et Laurence Licht, Les perceptions de la qualité de vie dans un département rural français (Gers), in S. Fleuret (dir.), Espaces, Qualité de vie et Bien-être, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2006, p.257-263.

« L’Aubaine « bienvenue chez les ch’tis ». Mesure de l’impact du film sur les demandes d’information touristique en région Nord – Pas de Calais », Les études de l’Observatoire, Comité Régional de Tourisme Nord – Pas de Calais, mars-octobre 2008.

Laurent Decotte, « Les touristes comprennent notre fierté d’être ch’tis », La Voix du Nord, 30 mars 2011.

[11] Brian Stelter, « Following the Script: Obama, McCain and ‘The West Wing’ », 29 octobre 2008.

http://www.nytimes.com/2008/10/30/arts/television/30wing.html?scp=1&sq=west%20wing&st=cse

[12] Stéphanie Pontarolo, « Documentarisation des séries policières ? L’exemple de la télévision française », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.151-169.

[13] François Jost relève cette tendance des séries actuelles à créer des « no genre’s land, où une image pourrait appartenir aussi bien à un reportage qu’à une série ». François Jost, « Séries policières et stratégies de programmation », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.71.

[14] Christian Salmon, Storytelling. La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007.

[15] Jean-Pierre Piemme, La Propagande inavouée. Approche critique du feuilleton télévisé, Paris, 10-18, 1975.

[16] Jean-Pierre Esquenazi, Mythologie des séries télé, Paris, La Cavalier bleu, 2009, p.86.

[17] Sabine Chalvon-Demersay, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, vol. 29, n°165, p.183-214.

[18] Jean-Pierre Esquenazi, Mythologie des séries télé, Paris, La Cavalier bleu, 2009, p.86-89.

[19] Muriel Mille, Rendre l’incroyable quotidien. Fabrication de la vraisemblance dans Plus Belle la vie, in Réseaux, vol. 29, n°165, 2011, p.53-81.

Parution: Olivier Caïra, définir la fiction.

Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs

Préface de Jean-Marie Schaeffer

Paris : Editions de l’EHESS, coll. « En temps & lieux », 2011.

264 p.

EAN 9782713222931

Du canular au roman historique, en passant par les jeux de rôle ou les séries TV, Olivier Caïra décortique des exemples singuliers de fiction, appelle à ouvrir cette notion trop souvent réduite au littéraire, et interroge le lien fiction et vérité.

« Pour vous, qu’est ce que la fiction ?  » À l’origine de cette étude, telle était la question posée par Olivier Caïra à quelques personnes de son entourage. Loin de tout poncif, les réponses recueillies furent aussi nombreuses que déconcertantes : sudoku, exercice de mathématiques, jeu d’échecs, jeu de rôle, série télévisée… Très vite, se dessina dans l’esprit du sociologue un territoire complexe des oeuvres et des expériences de fiction, lequel allait bientôt donner lieu à une odyssée à travers les sciences sociales, en quête de l’objet « fiction ». S’engageant résolument contre toute approche monodisciplinaire, qu’elle soit littéraire ou philosophique, l’auteur appelle donc à ouvrir la notion pour y inclure des phénomènes que la plupart des théories classiques ont jusque-là négligé, notamment les jeux de simulation et les énoncés logico-mathématiques. En multipliant les exemples singuliers, les expériences ambiguës et les cas contestés de fictionnalité, c’est l’inscription de la fiction dans le réel qui apparaît plus clairement. Souvent à l’origine de vives controverses, les canulars tels que la fausse indépendance de la Flandre déclarée dans une émission télévisée, l’autofiction dans le roman français contemporain ou l’exploitation du réel dans les films d’Hollywood permettent de mieux cerner ce qui nous attire et nous intrigue dans l’univers de la fiction.Par son approche originale, Olivier Caïra tient compte du point de vue des producteurs de fiction comme de celui des publics et réinterroge le lien entre fiction et vérité.

SOMMAIRE
Préface, de Jean-Marie Schaeffer
Introduction
Chapitre premier – La fiction en débat
Une controverse dense mais lacunaire
« Faire sans… » : en quête d’une définition parcimonieuse
Chapitre 2 – Dualisme de la communication documentaire
Versions et points nodaux
Le recoupement des versions comme antidote au panfictionnalisme
La pensée axiomatique
Dérivation et isomorphisme : formes internes et externes de la preuve
Chapitre 3 – Définition et corollaires
Pour une pragmatique réformée
Définition absolue, applications relatives
Conséquences formelles
Conséquences ontologiques
Chapitre 4 – Hybrides et faux amis
Des fictions ancrées dans la réalité
La fiction dans l’activité académique
Gradients d’irréalité
En deçà et au-delà du narratif
Chapitre 5 – Des cadres à la fictionnalité incertaine
Polémiques radiophoniques et télévisuelles
Jeux en ligne : une fictionnalité de masse
Chapitre 6 – La fiction comme zone de non-droit
« Toute ressemblance… » : le disclaimer hollywoodien
Pays perdu : entre fiction à clé et respect de la vie privée
Conclusion
Annexes – Index (auteurs cités, oeuvres littéraires et des bandes dessinées, films, oeuvres télévisuelles, jeux) – Bibliographie