Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

CFP: Popular Romance (30 avril 2012)

Call for Papers: Popular Romance


2012 Midwest Popular Culture Association/American Culture Association Conference
Friday-Sunday, October 12-14, 2012
Columbus, OH
Renaissance Columbus Downtown Hotel
(Conference info: http://www.mpcaaca.org)

Deadline for submission: April 30, 2012.

The most prevalent narrative structure of popular romance is an integral element of any story, regardless of forum: film, television, fiction, manga, advertising. Not only is romance exceptionally popular, it is so pervasive as to become ordinary and overlooked. As the popularity of romance increases, so too does the need for serious scholarship of the genre in all its incarnations. We are interested in any and all topics about or related to popular romance and its representations in popular culture (fiction, stage, screen—large or small, commercial, advertising, music, song, dance, online, real life, etc.)

Proposals may be for individual papers or 3-person panels.

Topics can include, but are not limited to:
• critical approaches, such as readings informed by critical race theory, queer theory, postcolonial studies, or empirical science
• depictions in the media and popular culture (e.g., film, television, literature, comics)
• literature and fiction (genre romance, poetry, animé)
• types of relationships (marriage, gay and lesbian)
• historical practices and traditions of and in romance
• regional and geographic pressures and influences (southern, Caribbean)
• material culture (valentines, foods, fashions)
• folklore and mythologies
• jokes and humor
• romantic love in political discourse (capitalism)
• psychological approaches toward romantic attraction
• emotional and sexual desire
• subcultures: age (seniors, adolescents), multi-ethnic, inter-racial
• individual creative producers or texts of popular romance
• gender-bending and gender-crossing

Submit a one-page (200-250 words) proposal or abstract by 30 April 2012 to Maryan Wherry, Popular Romance, http://submissions.mpcaaca.org. Please include name, affiliation, and e-mail address with your abstract. Also, please indicate in your submission whether your presentation will require a TV and DVD player. Note that LCD projectors will not be provided by MPCA/ACA.
More conference information can be found at http://www.mpcaaca.org/.
For further inquiries or concerns, please contact Romance Area Chair, Maryan Wherry, Black Hawk College, wherrym@bhc.edu.

CFP: Dracula and the Gothic in Literature, Pop Culture and the Arts.



DRACULA AND THE GOTHIC IN LITERATURE, POP CULTURE AND THE ARTS
An Interdisciplinary Colloquium at the Centenary of Bram Stoker’s death

University of Minho – Braga, Portugal
29-30 June 2012; Abstract deadline: 15 April 2012

Few literary works have had such a lasting influence on popular culture as Bram Stoker’s Dracula (1897). One hundred years after the Irish author’s death, the abundance of adaptations of the Romanian Count’s tale spans over all the arts and modes of expression. More than 200 film versions of Dracula exist, from Murnau’s inaugural 1922 Nosferatu to Coppola’s 1992 box office hit, but it is perhaps Bela Lugosi’s iconic interpretation in the 1931 horror film classic that first comes to mind. Theatre plays and musicals, as well as dance performances, also abound, making Dracula a trendy stage motif. TV adaptations are countless and even a remarkable radio version of Stoker’s story by Orson Welles (1938) is on record. Stoker’s character also features in such diverse media as video games, cartoons, comics, anime and manga.

In literature, the Gothic – a combination of horror, romance and melodrama in supernatural plots – can be traced back to Walpole’s 1764 The Castle of Otranto, A Gothic story, and the vampire theme also bears a Romantic matrix: Lord Byron’s epic poem “The Giaour” (1813), Coleridge’s “Christabel” (1816) and John W. Polidori’s short story The Vampyre (1819), not to mention Mary Shelley’s Frankenstein (1818), all present undead creatures as their uncanny protagonists. After Elizabeth C. Grey’s influential story The Skeleton Count (1828), two Victorian milestones are Varney the Vampire (1847), attributed to James M. Rymer, and Sheridan le Fanu’s novella Carmilla (1872). In the 20th century, Gothic and vampire fiction proliferated, with such authors as Algernon Blackwood, William H. Hodgson, M. R. James and, of course, H.P. Lovecraft, the most reputed writer of ‘cosmic horror’. To this day a steady production flow, which ranges from Richard Matheson to best-selling Stephen King, bears witness to Stoker’s ‘undying’ impact.

This interdisciplinary colloquium seeks to reappraise the multimodal and multimedia adaptations of Stoker’s Dracula, in their literary, cinematic, theatrical, televised, and computerized facets, as well as the origins, evolution, imagery, mythology, theory and criticism of Gothic fiction and of the Gothic (sub)culture. We welcome contributions for 20-minute papers in English on any aspect of Bram Stoker’s legacy, as well as on Gothic / horror / supernatural manifestations in literature, pop culture and the arts.

Possible topics include (but are not restricted to):
• Stoker’s Dracula in its social, cultural and political environment
• Gothic forerunners: Horace Walpole, Clara Reeve, Ann Radcliffe
• Romanticism, melodrama and the supernatural
• Victorian Gothic: from Dickens to the Brontës
• Fin-de-siècle revival of the Gothic: Robert Louis Stevenson’s Dr Jekyll and Mr Hyde (1886) and Oscar Wilde’s The Picture of Dorian Gray (1891).
• Stoker abroad: issues of reception and translation of Dracula around the world
• Female Gothic romance in the 20th century: Phyllis A Whitney, Victoria Holt, Joan Aiken, Barbara Michaels
• Southern Gothic: Carson McCullers, Flannery O’Connor, Tennessee Williams, William Faulkner
• Present-day horror: from Anne Rice to Stephen King
• Language and style in Gothic literature
• Gothic imagery, Gothic bodies and Gothic monsters
• Dracula on film and stage
• Dracula and Gothic motifs in cartoons and comics
• Gothic fiction and the struggles between “high” and “popular” culture
• Satirizing the Gothic: parody and humor
• Transgressive sexuality in vampire fiction
• Post-colonial perspectives on the vampire legend: from Nalo Hopkinson to Tananarive Due
• Feminist reworkings of vampire fiction
• Vampirism and the teenage vampire craze of the 21st century

Abstracts of 250-300 words, including full title of paper, name of speaker, institutional affiliation and position, a bio-sketch and contact details (postal address and e-mail address), should be sent as Word attachments to Prof. Isabel Ermida at colloquiumonthegothic@gmail.com. E-mails should be titled: “Colloquium on the Gothic”.

Important dates:
• Deadline for submission of proposals: 15 April 2012
• Notification of acceptance: 30 April 2012
• Registration: 1 May 2012 – 31 May 2012
• Registration fees: Delegates: 60 euros /Students: 20 euros
• Late registration (1 June–15 June 2012): Delegates: 80 euros / Students: 25 euros

Please note: Delegates failing to register before the deadline cannot be included in the programme.

Organizing Committee:
• Isabel Ermida (Chair)
• Anabela Rato
• Amélia Carvalho
• Jaime Costa
• Salomé Osório

This International Colloquium is hosted by DEINA (Department of English and North-American Studies) and supported by CEHUM (Center for Humanistic Studies) and ILCH (Institute of Arts and Humanities) of the University of Minho at Braga, Portugal.

All speakers are responsible for their own travel arrangements and accommodation. Relevant information about hotels and transportation from the nearest airport (Oporto) is provided on the colloquium website.

Updated information at: http://sites.google.com/site/laipax/.

CFP: Robin Hood and the Canon

“Robin Hood and the Canon”

MLA Boston, January 3-6, 2013

contact email:
akaufman@aum.edu

“Robin Hood and the Canon,” MLA Boston, January 3-6, 2013

What is the place and status of the Robin Hood texts and tradition in the canon? The Robin Hood literary texts are decidedly varied in terms of genre and form (historical writings, ballads, broadsides, dramas, novellas, and novels, for example), and the tradition stretches from the medieval period to the present. While such canonical writers as William Shakespeare, Ben Jonson, John Keats, and Sir Walter Scott, among others, have written about the outlaw, Robin Hood’s presence within the canon is, for many, questionable. While Arthur and the Matter of Britain are fixtures within the canon (and like Robin Hood associated with aspects of popular culture), Robin Hood and the Matter of the Greenwood are in many ways still outside of literary and cultural officialdom – why?

This panel seeks papers that examine the reasons behind the status of the Robin Hood tradition in the canon. Papers that address the interdisciplinary nature of the tradition as it relates to canonicity are encouraged.

Please send 300-word abstracts to Alexander L. Kaufman (akaufman@aum.edu) by March 15, 2012.

CFP: Environments in Science Fiction: Beyond Dystopias

Environments in Science Fiction: Beyond Dystopias

submission deadline 9 March 2012/ MLA Convention January 3-6, 2013

MLA Convention/Special Session proposal CFP
contact email:
sbernard@wagner.edu

This is a cfp for a special session at the MLA Convention in Boston, MA January 3-6 2013. I will submit the panel proposals and we will hear after that whether the session is accepted for the conference.

How do spaces (both built and unbuilt) in science fiction texts and films help shape the relationships between humans, other animals and their shared environments? Spaces (broadly conceived) as well as a sense of place or belonging and identification play roles in many science fiction works. Depictions of the future that may include, but move beyond, dystopias offer us ways to imagine reinventing ourselves and our perspectives, especially our perspectives on new environments. Paper proposals that examine environments in science fiction films, television series and texts are all welcome.

There is a possibility that a book proposal (one publisher has expressed a preliminary interest in the topic) may evolve from this session CFP.

Proposal deadline: 9 March 2012
Email 2 page paper proposals to: Susan Bernardo at sbernard@wagner.edu

Séminaire: La Révolution française dans les cultures et imaginaires populaires dans le monde aujourd’hui

La Révolution française dans les cultures et imaginaires populaires dans le monde aujourd’hui

Séminaire de recherche. Responsable : Martial Poirson

Université Stendhal-Grenoble III

Lien vers le séminaire et programme complet

Prochaines séances

Les séances ont lieu de 18h à 20h.

07 février 2012 – de 18h à 20h
La Guillotine et les exécutions, un topos pour la culture populaire (XIXe-XXIe siècles)
par Guy Spielmann, professeur à Georgetown University (États-Unis)
Lieu : Salle Jacques Cartier – Maison des langues et des cultures – Université Stendhal

08 février 2012 – de 18h à 20h
L’Âge des Lumières et la Révolution réinventés par la bande dessinée et le cinéma
par Guy Spielmann, professeur à Georgetown University (États-Unis)
Lieu : Salle Jacques Cartier – Maison des langues et des cultures

25 avril 2012 – de 14h à 18h
La Révolution en spectacle
Journée d’études « La Révolution française aujourd’hui : fabrique d’images (théâtre, cinéma) »
avec Antoine de Baecque (université Paris Ouest Nanterre La Défense), Patrice Gueniffey (EHESS), Georges Lavaudant (metteur en scène) et son équipe artistique
Lieu : Grand amphithéâtre du CRDP (11, av. Général Champon – Grenoble)

Journée d’études clôturée par le spectacle La Mort de Danton de Georg Büchner, mise en scène de Georges Lavaudant, à la MC2:Grenoble.

Thème général

En marge de l’historiographie officielle et des politiques de la mémoire, la Révolution française féconde les arts, les pratiques et les représentations populaires dans de nombreux pays aujourd’hui : ils se la approprient et en détournent, voire en subvertissent l’héritage afin de jouer avec la plasticité de son « mythe » fondateur. Ce séminaire interdisciplinaire, en partenariat avec le Musée de la Révolution française de Vizille et la MC2 de Grenoble, est ouvert à tous les étudiants en lettres et arts, mais aussi en histoire et en sciences sociales. Il a pour objectif d’interroger la construction sociale et artistique d’une sous-culture, voire le cas échéant d’une contre-culture des événements et discours historiques, à partir de films, spectacles, romans, musique, bandes dessinées, objets, publicités, discours…

Argumentaire

« Sans ce drapé extravagant, propre à tous les grands révolutionnaires, (…) la Révolution n’aurait pu être cet événement mythique qui a fécondé l’Histoire et toute idée de la Révolution. L’écriture révolutionnaire fut comme l’entéléchie de la légende révolutionnaire : elle intimidait et imposait une consécration civique du Sang » [1] . Rares sont les événements historiques ayant, au point de la Révolution française, engendré leur propre mythologie spontanée, conditionnant pour les siècles qui ont suivi sa perception fantasmatique et projective qui est encore dans une large mesure la nôtre aujourd’hui. Scène primitive à l’efficacité rituelle et symbolique inégalée ; mythe fondateur à vocation d’édification nationale et de légitimation institutionnelle ; fiction patrimoniale dont l’héritage nous est transmis en partage ; matrice d’un consensus qui n’est pas toujours unanime sur les valeurs démocratiques et républicaines ; source d’inspiration d’une production artistique tantôt critique et subversive, tantôt conformiste et consensuelle ; matière dont s’emparent les cultures populaires à travers toutes sortes de représentations et surtout, de médiations symboliques, parfois inattendues, la Révolution française n’a peut-être jamais été aussi présente qu’aujourd’hui, à la fois dans le discours, en régime de « mythocratie », et dans les objets, qui fonctionnent comme un système de signes, autrement dit, comme un « mythe moderne », au sens de Roland Barthes. [2]

Souvent analysée en terme de « légende » [3], insistant sur son caractère d’avènement fondateur, la Révolution l’est moins comme une « mythologie » propre à notre temps. Une telle notion s’avère pourtant féconde pour envisager les réappropriations et détournements de son imaginaire symbolique, en particulier au sein des cultures populaires et de leurs relais médiatiques de masse. La plupart du temps à dominante essentiellement visuelle, alors que la connaissance érudite et historiographique est plutôt fondée sur des ressources textuelles, ces représentations populaires, parfois très documentées, entretiennent sciemment (transgression, falsification, travestissement) ou inconsciemment (ignorance, clichés, stéréotypes), des effets de distorsion avec la culture savante et le discours officiel de consécration républicaine. Or ce sont précisément ces « idées fausses » qui, selon la perspective adoptée ici, sont dignes d’intérêt dans la perspective d’une histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain. Une attention toute particulière sera accordée aux phénomènes de transferts, de réinterprétations et de représentations, dans les cultures étrangères et aires géographiques les plus diverses, de ce mythe national fondateur souvent considéré comme emblématique. Plus affranchies d’un certain devoir de mémoire nationale, soustraites, en partie au moins, aux batailles historiographiques qui président à l’affrontement idéologique autour de l’histoire officielle, les cultures populaires, a fortiori lorsqu’elles proviennent de cultures étrangères, sont en effet souvent plus à même de se saisir de ce patrimoine et de sa puissance de germination symbolique pour parfois en renouveler la perception aussi bien que les usages.

Si l’historiographie de la Révolution française a bénéficié, depuis un certain nombre d’années, de travaux novateurs et de perspectives de recherche fécondes, interrogeant les discours de savoir qui lui sont consacrés, tel est moins le cas du processus de mémoire sélective et de réinvestissement symbolique au fondement de nos représentations sociales et culturelles contemporaines, qui innervent jusqu’aux cultures du quotidien et se cristallisent dans des objets issus de la société et de la culture de masse. Le réinvestissement de patrimoine historique est en effet devenu une pratique courante concernant la Révolution, non seulement au sein du discours politique et médiatique, mais encore au sein des formes dérivées de cultures et de pratiques populaires, qui peut adopter les manifestations les plus diverses, depuis l’objet décoratif jusqu’à l’image animée ou la performance. Leur analyse et leur conservation sont d’autant plus urgentes que leurs supports, considérés comme impurs et partie prenante de processus de diffusion massifiée et de consommation à grande échelle, sont particulièrement altérables, périssables et sujets aux modes de conservation aléatoires ou arbitraires de collectionneurs privés, évoluant aux gré des modes et des mythologies personnelles. En effet, leur patrimonialité ne va pas de soi, impliquant une conception élargie de l’historiographie révolutionnaire et prenant parfois la forme d’un patrimoine culturel immatériel. On cherchera donc à constituer comme objets scientifiques entièrement légitimes les idées et représentations, parfois fausses sur le plan historiographique, de ces imaginaires révolutionnaires profondément enracinés dans une diffuse conscience collective, nourrissant une opinion commune stéréotypée, mais aussi fantasmatique, source d’une interrogation renouvelée sur les représentations de l’Histoire.

Plusieurs pistes sont privilégiées dans le cadre de ce séminaire, qui n’exclue pas d’autres approches possibles susceptibles d’émerger en cours de réflexion :

  • On interrogera les effets de citation, de transposition et surtout, de focalisation de l’opinion commune sur certains épisodes considérés comme emblématiques, sur les structures topiques récurrentes données pour représentatives d’une vulgate ou pour le moins, d’un imaginaire révolutionnaire largement partagé, en France comme, selon des modalités différentes, à l’étranger.
  • On identifiera, sous bénéfice d’inventaire, les formes de figuration et de diffusion, parfois à très grande échelle, d’une doxa associée aux mythologies révolutionnaires, à travers différentes sources de médiation : syntagmes cristallisés dans le langage courant, fictions policières, littérature populaire, cinéma et produits dérivés, bandes dessinées, mangas, spectacles de reconstitution historique, comédies musicales, animations de sites touristiques (sons et lumières), produits de consommation courante, industries du luxe, mode et haute couture, arts décoratifs, clips musicaux, opéras rock, animations, pornographie, publicités, jeux pour enfants, célébrations telles que celles du Bicentenaire… On cherchera à retracer les modes de citation et de circulation, parfois inattendus, des objets et images afin d’en interroger les usages sociaux et les pratiques culturelles qui leurs sont associées.
  • On envisagera les postures dont relèvent ces modes de réappropriation spontanés, souvent revendiqués comme tels, véhiculés par les cultures populaires, aux marges de tout discours savant ou de toute forme de consécration institutionnelle ou académique, et tout particulièrement les écarts, contresens, illusions rétrospectives, actualisations, déterritorialisations, erreurs de perspective, anachronismes assumés, voire revendiqués par ces supports de diffusion à grande échelle affranchis des règles de l’érudition savante.
  • On analysera enfin les tentatives d’instrumentalisation, tantôt à des fins idéologiques, tantôt en fonction de considérations commerciales, voire simplement ludiques, de ces stéréotypes révolutionnaires, sources d’une mobilisation collective d’autant plus efficace qu’elle prétend s’affranchir de l’Histoire au profit de relectures actualisantes ou iconoclastes et s’enracine dans une période historique – la nôtre – marquée par la prédominance de l’art de raconter des histoires comme mode de gouvernement des esprits et de production des affects.

Dell’omodarme Marco Renzo (Paris I)

Marco Renzo Dell’omodarme

Doctorant Paris 1 – Phico (ExeCo)

s200_marco_dell_omodarme

Domaines de recherche : Philosophie des sciences et de la connaissance ; philosophie des cultures populaires (séries télévisées, télé réalité, web)

Sujet de thèse :
Pour une épistémologie du savoir situé
Le statut du concept dans la critique constructiviste du savoir

Directrice de recherche : Christiane Chauviré

Continuer la lecture de Dell’omodarme Marco Renzo (Paris I)

Dermentzopoulos Christos (univ. de Ioannina)

Dr Christos Dermentzopoulos studied Sociology in Greece (1982-1986), and History, Anthropology and Cinema in France (1986-1989: MA in History, University of Paris 1, Pantheon – Sorbonne and Anthropology, Ecole des Hautes Etudes en Science Sociales, Paris).

Ph.D in Sociology, Section: Aspects of the new greek social life, Panteion University of Athens. Thesis: The popular novel (pulp fiction) on banditry in Greece. Representations, ideology and mentality

Continuer la lecture de Dermentzopoulos Christos (univ. de Ioannina)