Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Appel à contributions : From Transcribing Orality to Oral Practices of Writing. Rural and Popular Cultures in the Digital Era

MARTOR 27/2022

De la transcription de l’oralité aux pratiques orales de l’écrit. Cultures rurales et populaires à l’âge du numérique

(English below)

Dr. Anamaria Iuga (Musée national du paysan roumain, Roumanie)
Dr. Krassimira Krastanova (« Paissi Hilendarski » – Université de Plovdiv, Bulgarie)
Dr. Frosa Pejoska-Bouchereau (Profeseur des Universités de Langue, littérature et civilisation macédoniennes; Directrice de l’Ecole doctorale de l’INALCO, France)

Date limite d’envoi des résumés : le 2 avril 2021

Date de publication : novembre 2022

PRÉSENTATION

Le Musée du paysan roumain lance un appel à contributions pour sa revue annuelle Martor 27/2022, sur le thème « De la transcription de l’oralité aux pratiques orales de l’écrit. Cultures rurales et populaires à l’âge du numérique ». Martor est une revue scientifique qui pratique une évaluation par les pairs, sur des thèmes qui ont principalement trait à l’anthropologie culturelle et visuelle, à l’ethnologie et à la muséologie. Créée en 1996, elle est indexée par EBSCO, Index Copernicus, CEEOL, AIO et MLA International Bibliography.

Ce numéro spécial à paraître en 2022 vise la publication de textes qui s’interrogent sur la relation complexe entre l’écrit et l’oral dans la production de sens qui définit les « traditions » et les relations collectives, dans des contextes de changement (postcommunisme, post-colonialisme, migration, l’usage de nouvelles hypermédias, storytelling etc.) ; de textes qui abordent les nouvelles formes de l’oralité dans les sociétés contemporaines ; ainsi que de contributions qui, répondant à l’appel de l’ethnologue M. Mesnil, ouvrent des perspectives méthodologiques nouvelles pour l’ethnologie de l’oralité dans des sociétés contemporaines dominées par l’histoire et les textes écrits.

En général, les discussions contemporaines sur l’oralité et l’écriture suivent deux orientations : (1) l’une est relative à l’oralité des cultures populaires et (2) l’autre découle des pratiques culturelles modernes, dans lesquelles l’association des médias et de l’usage de plus en plus répandu des technologies de l’information mène inévitablement au transfert de certains domaines importants de la vie sociale au monde virtuel. Chacune de ces hypothèses sur l’articulation des cultures orales et de leur expression écrite a des implications méthodologiques inévitables, dans la réévaluation de la relation (dynamique et en constante évolution) entre l’oral et l’écrit, dans la (re)production de la culture que nous qualifions encore de « traditionnelle » et dans l’organisation de diverses cultures locales ou collectives qui mobilisent des médiations virtuelles. L’éclectisme apparent de ces arguments ouvre sur une large gamme d’approches possibles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : From Transcribing Orality to Oral Practices of Writing. Rural and Popular Cultures in the Digital Era

Appel à contributions : Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer

Genre, Sexualité & Société – Appel à articles.

Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer.
Cultures, identités et mobilisations collectives à l’aune des productions artistiques et médiatiques.

(English below)

Coordination :
Louise Barrière (Doctorante – Musique & Arts du Spectacle, 2L2S, Université de Lorraine)
Mélodie Marull (Docteure – Arts plastiques, CREM, Université de Lorraine)

En 2017, le long–métrage de fiction 120 battements par minute, réalisé par Robin Campillo, porte sur le grand écran l’histoire d’Act Up-Paris, association de lutte contre le sida fondée en 1989. Le film gagne l’approbation tant de la critique que du public ; et ce succès est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que le film met en scène l’histoire d’une lutte portée, des années 1980 à nos jours, par les mouvements LGBT. Aussi, parce que la popularité de 120 battements par minutesréveille, du côté des interlocuteurs institutionnels, le débat autour d’un projet de centre d’archives LGBT à Paris, porté par des militant·es, qui fondent en 2017, à la faveur du succès du film et à l’impulsion d’Act Up-Paris, le collectif Archives LGBTIQ. L’histoire de ce film, de sa création à sa réception, révèle ainsi les intrications multiples de l’art, la culture, et la politique des mouvements LGBTI et queer. Ce sont ces agencements, dans toute leur variété, que nous proposons d’interroger ici.

L’intitulé de ce dossier, « Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer » joue de termes polysémiques, mobilisés dans la formation de concepts qui émergent eux-mêmes de disciplines variées. « Cultures » peut ainsi désigner, dans un sens anthropologique, l’ensemble des traits distinctifs caractérisant le mode de vie d’une communauté (voir par exemple les travaux de Kennedy & Davis, 1993 ; Lewin & Leap, 1996), mais également référer aux cultures populaires (de Lauretis, 2007), aux industries culturelles, ou encore à la culture légitime. « Queer » se fait quant à lui terme « parapluie », englobant l’ensemble des identités LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bisexuel–les, Trans’ et Intersexes), mais peut aussi renvoyer à une forme de militantisme radical, ou, dans l’acception de (gender)queer, à des identités de genre troublant la binarité masculin–féminin (Butler, 2005), si ce n’est à une anti–identité (Alexander, 1999 ; Gamson, 1995). Si les auteurs et autrices demeurent libres de choisir l’interprétation qu’ils et elles feront de ces termes dans la construction de leurs terrains et objets d’enquête, penser leur diversité et leurs liens appelle à la constitution de dialogues interdisciplinaires. Afin d’établir une première esquisse de ces questions, nous donnons ci-après un aperçu non exhaustif des concepts mobilisables dans l’analyse des manières variées dont s’entrelacent cultures, esthétiques, identités et actions collectives.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer

Parution : The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785

Adam Fox, The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785, Oxford University Press, 2021. 

The Press and the People is the first full-length study of cheap print in early modern Scotland. It traces the production and distribution of ephemeral publications from the nation’s first presses in the early sixteenth century through to the age of Burns in the late eighteenth. It explores the development of the Scottish book trade in general and the production of slight and popular texts in particular. Focusing on the means by which these works reached a wide audience, it illuminates the nature of their circulation in both urban and rural contexts. Specific chapters examine single-sheet imprints such as ballads and gallows speeches, newssheets and advertisements, as well as the little pamphlets that contained almanacs and devotional works, stories and songs. The book demonstrates just how much more of this literature was once printed than now survives and argues that Scotland had a much larger market for such material than has been appreciated. By illustrating the ways in which Scottish printers combined well-known titles from England with a distinctive repertoire of their own, The Press and the People transforms our understanding of popular literature in early modern Scotland and its contribution to British culture more widely.

Adam Fox is Professor of Social History at the University of Edinburgh, where he has taught since 1994. His works include the prize-winning Oral and Literate Culture in England 1500-1700 (Oxford University Press, 2000).

Parution : ethnographiques.org n°40, “Hip-hop monde(s)”

Parution : Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Conceptions of War since WWII

Agnieszka Soltysik Monnet, Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Conceptions of War since WWII, Lanham, Lexington Books, 2020.

Combat Death in Contemporary American Culture: Popular Cultural Conceptions of War since World War II explores how war has been portrayed in the United States since World War II, with a particular focus on an emotionally charged but rarely scrutinized topic: combat death. Agnieszka Soltysik Monnet argues that most stories about war use three main building blocks: melodrama, adventure, and horror. Monnet examines how melodrama and adventure have helped make war seem acceptable to the American public by portraying combat death as a meaningful sacrifice and by making military killing look necessary and often even pleasurable. Horror no longer serves its traditional purpose of making the bloody realities of war repulsive, but has instead been repurposed in recent years to intensify the positivity of melodrama and adventure. Thus this book offers a fascinating diagnosis of how war stories perform ideological and emotional work and why they have such a powerful grip on the American imagination.

Agnieszka Soltysik Monnet is professor of American literature and culture at the University of Lausanne in Switzerland.

Appel à propositions : Lovecraftiana

Lovecraftiana

La revue Litteraria Copernicana et la série Phantasticus

Nous proposons de nous pencher sur les différentes facettes de l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) ainsi que sur son influence sur la culture et la littérature populaires.

Les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants (qui ne sont pourtant pas exhaustifs) :

  • Les sources de l’horreur lovecraftienne,
  • La mythologie de Lovecraft (le « panthéon noir »),
  • Ses inspirations,
  • L’aspect intertextuel/transfictionnel de son œuvre,
  • Les imitateurs et continuateurs de sa création,
  • La philosophie et l’œuvre lovecraftienne (le cosmicisme, l’indifférence cosmique, la fin de l’Anthropocène, etc.)
  • L’inter/transmédialité et l’héritage lovecraftien,
  • Lovecraft et la culture de masse,
  • La réception critique de son œuvre.

Il est également possible de proposer de comptes rendus de publications récentes (datant de 2020, 2021) sur la littérature et le cinéma fantastiques.

Nous attendons aussi les propositions d’articles pour la rubrique Varia – on privilégie les textes portant sur le fantastique et l’horreur.   Continuer la lecture de Appel à propositions : Lovecraftiana

Appel à contributions : Cultures urbaines et littératures francophones

Revue Interculturel Francophonies n°42, novembre-décembre 2022.

DOSSIER: Cultures urbaines et littératures francophones

Les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec la littérature.  Ce lien est aujourd’hui illustré par l’existence d’une littérature urbaine dynamique qui rend compte des réalités diverses et particulières de certaines grandes métropoles comme Dakar, Londres, New York, Paris, Johannesburg ou Lagos. L’importance qualitative et quantitative de cette catégorie esthétique a poussé Céline Ngi (cité par Steve Puig), à avancer que «plus qu’une tendance sociale, la littérature urbaine s’est affirmée ces dernières années comme un vrai mouvement littéraire, avec ses propres codes stylistiques, ses références et ses objectifs » (Puig, 60: 2019). Elle tient son originalité aussi de son rapport particulier avec les expressions culturelles et artistiques nées dans l’espace urbain comme les disciplines du mouvement hip hop. Le rap, par exemple, est considéré par certains comme une musique qui aspire au même statut que la littérature dans la société, si l’on considère sa tendance à dire notre modernité dans ses aspects les plus problématiques. Pour Steve Puig «il n’est d’ailleurs totalement pas fortuit de considérer le rap et la littérature urbaine comme deux façons de faire passer le même message» (p.67). G. Andi Rhos, voulant montrer l’influence que l’art afro-américain exerce sur la littérature urbaine, n’hésite pas à présenter celle-ci comme une version littéraire du rap à cause justement de sa thématique et de l’univers décrit qui rappellent fortement les réalités des ghettos américains (2006). En dehors du rap, le slam, le tag, le graffiti, le street art, la break dance ainsi que les sports urbains font aussi leur apparition dans bon nombre de récits dont les auteurs sont souvent issus des banlieues des grandes villes. Ces éléments constitutifs des cultures urbaines y exercent une influence décelable dans les intrigues et la forme des textes.      Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures urbaines et littératures francophones

Appel à propositions : La Fabrique de Noël

La Fabrique de Noël

Journée d’études organisée à l’université Paris Nanterre le 1er décembre 2021

Avec la parution, en novembre 2020, des Vraies lettres inventées de l’Oulipo au Père Noël, “81 textes poétiques légers ou sérieux, autour du thème du Père Noël, imaginant les lettres qu’auraient pu lui écrire Brigitte Bardot, le capitaine Achab ou encore Sherlock Holmes”, la Littérature semble remettre à l’honneur, en la détournant, une figure laissée depuis longtemps aux mains du marketing et de la publicité.

Pourtant, à chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que naît véritablement le Père Noël. Et c’est dans cette même littérature que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries TV.

En dépit de cette origine livresque, il existe peu d’études littéraires d’envergure sur le thème, tandis que l’anthropologie, la sociologie, l’histoire des religions se sont déjà beaucoup intéressées au sujet.

La littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé. Lors de cette journée, il s’agira de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un ou plusieurs des axes suivants. Les analyses inter- ou transmédiales qui s’inscrivent dans une démarche comparatiste seront particulièrement les bienvenues (cinéma, séries, musique, chanson, jeux vidéo,…).

Continuer la lecture de Appel à propositions : La Fabrique de Noël

Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Journée d’étude organisée le vendredi 9 avril 2021 à l’Université d’Artois (Arras) par Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais et les échanges se faire dans les deux langues. Les propositions, ne devant pas excéder 2500 signes et assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2021 à je.cultural.studies@gmail.com

Appel à communications (scroll down for English version)

On fait d’ordinaire remonter les Études culturelles, cultural studies en anglais, au milieu des années 1950 en Angleterre : sont publiés, coup sur coup, The Uses of Literacy (1957) de Richard Hoggart, traduit en français en 1970 sous le titre La Culture du Pauvre, et Culture and Society (1958) de Raymond Williams, dont il n’existe, à ce jour, pas de traduction française.

Deux impulsions distinctes sont ainsi données aux cultural studies. Williams, qui est membre du Parti Communiste depuis les années 1930 et participe activement à la fin des années 1950 au renouvellement de la gauche anglaise autour de la New Left Review, s’inspire ensuite davantage de la critique littéraire marxiste continentale. Il développe dans le reste de son oeuvre une théorie – le matérialisme culturel – des productions et des institutions culturelles entendues comme produits sociaux, qu’il applique à des objets aussi divers que la poésie pastorale du dixhuitième siècle, le roman industriel victorien ou les émissions de la BBC.

Parallèlement, se développe à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart, de Stuart Hall, lui-même très influencé par le marxisme, et d’Angela McRobbie, le Centre for Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964. Le centre s’intéresse à la question des rapports de pouvoir qui se jouent dans la culture, et s’interroge plus particulièrement sur les stratégies de résistance des classes dominées, à l’articulation complexe des dominations de classe, de genre et de race, remettant ainsi les usages et la réception au coeur de l’analyse. Continuer la lecture de Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Parution : Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine

Fabien Bièvre-Perrin et Élise Pampanay (dir.), Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, MOM Éditions, 2020. 

Actes du colloque, 26-28 mai 2016, université Lumière Lyon 2 et Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
Publié avec le soutien de la FSDIE Lyon 2 et de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient.

Volume HORS SÉRIE des Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Citée discrètement, utilisée comme toile de fond ou comme motif principal, l’Antiquité irrigue, inspire et influence les productions audiovisuelles contemporaines de tout genre. La culture classique occupe en effet une place majeure dans la construction des sociétés occidentales et fait depuis de nombreuses années l’objet de travaux scientifiques, notamment dans les pays anglo-saxons. Ces études, que certains nomment les « reception studies », commencent depuis peu à intéresser la recherche française. Cependant, celle-ci se concentre avant tout sur l’époque moderne et les débuts de la période contemporaine, délaissant la période la plus actuelle. De plus, les études concernant les manifestations les plus récentes de l’Antiquité dans la culture populaire se consacrent généralement à la littérature, à la bande dessinée et aux péplums, ceux de la vague d’après 2000 ayant cependant été peu traités.

Ce volume rassemble les actes du colloque Antiquipop qui s’est tenu en mai 2016 à Lyon. Il propose de se concentrer sur les références à l’Antiquité dans la culture populaire la plus contemporaine, et sur des supports trop peu considérés : le jeu vidéo, les séries télévisées, l’art, la musique pop… Ces médias, à la fois divers et interconnectés, et pour la plupart issus de la culture de masse, constituent une vaste interface entre nos sociétés et la culture classique : y étudier la présence de l’Antiquité fournit un miroir de notre époque et de notre rapport au passé, que les auteurs réunis ici proposent de saisir. En abordant des figures emblématiques, telles qu’Alexandre ou Cléopâtre, ou des références mythologiques, comme les sirènes ou les Amazones, ces actes offrent un panorama de ces représentations dans la culture populaire contemporaine et suggèrent d’analyser notre relation à l’Antiquité, dans toute sa profondeur et sa complexité.

Continuer la lecture de Parution : Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine