Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

Alain Vaillant, université Paris Ouest et Jean-Didier Wagneur, BNF

2012-2013

Pour la deuxième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du
CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires, suivi d’une journée
d’études, à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et
poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université
Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de
Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR, s’est
fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et
d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite
presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la
« grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au XIXe siècle un lieu
d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même
été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique
de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion
méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.

11 janvier – Vincent Laisney (université Paris Ouest) : « sociabilité cénaculaire et petite
presse ».

15 février – Fanny Bérat (PhisTeM) : « les origines journalistiques du poème en prose ».

15 mars – Corinne Saminadayar-Perrin (RIRRA 21, Montpellier 3), « Jules Vallès, acteur et
témoin de la petite presse du second Empire ».

19 avril – Fabrice Erre (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1), « La caricature dans la
petite presse ».

24 mai : Journée d’études sur le thème « Qu’est-ce que la “petite presse” ? » (interventions
d’Olivier Bara, Jean-Louis Cabanès, Matthieu Letourneux, Marie-Ève Thérenty, Alain
Vaillan, Yoan Vérilhac, Jean-Didier Wagneur).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 17h à 19h, à l’université Paris Ouest
(Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Parution: Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder

Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder

sous la direction de Laurence Guellec et de Françoise Hache-Bissette

Les éditions Gaussen publient Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder, sous la direction de Laurence Guellec et de Françoise Hache-Bissette, enseignant-chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.

« La publicité est l’une des plus grandes catastrophes des deux mille dernières années pour ceux qui aiment la littérature », d’après Frédéric Beigbeder. Son roman, 99 francs, ou l’essai de Naomi Klein, No logo, contre la tyrannie des marques, ont redéfini dans les années 2000 les termes d’un conflit qui oppose, depuis le XIXe siècle, les défenseurs de la culture lettrée, classique, humaniste, aux puissantes industries culturelles et à leur « propagande ».
Mais la publicité hante la littérature autrement que sur un mode polémique. Des « cris » des vendeurs ambulants, dont les échos résonnent encore dans le roman proustien, aux personnages publicitaires (Bébé Cadum, bonhomme Bibendum), la réclame a longtemps fasciné les écrivains. Balzac, Zola, Mallarmé, Desnos ont écrit sur les stratagèmes rhétoriques du slogan, les beautés de l’affiche, le grand barnum commercial. « Pilules PINK pour personnes pâles », ces allitérations d’un rédacteur anonyme ont enchanté Dada et les surréalistes. Cendrars, en quête du lyrisme moderne, a osé dire : « Publicité = Poésie ».
Dans une double perspective historique et critique, les contributeurs de ce volume s’interrogent sur la dimension communicationnelle de la littérature, les cultures médiatiques, l’activité publicitaire des grands écrivains, la publicité comme « art » et comme sujet de fiction, les récupérations publicitaires de la littérature et les formes de la promotion marchande du livre.

Préface de Marc Martin • Entretien inédit avec Frédéric Beigbeder

Laurence Guellec, membre de l’Institut Universitaire de France, est maître de conférences en littérature française à l’Université Paris Descartes et chercheur dans l’équipe « Écritures de la modernité » de la Sorbonne Nouvelle (Sorbonne Paris Cité).
Françoise Hache-Bissette est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC).

Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette (dir.), Littérature et Publicité. De Balzac à Beigbeder, Marseille, Editions Gaussen . ISBN : 978-2-35698-054-0 . 28 € . 448 pages.

Contact éditeur :
contact@editionsgaussen.fr

> Table des matières

Préface – Marc Martin
Avant-propos – Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette

1 – Littérature et publicité : histoires communes
Les métamorphoses littéraires des cris de Paris au Moyen Âge – Laurent Vissière
Proto-réclames : poésie scientifique et boniment publicitaire (1800-1850) – Hugues Marchal
Histoires(s) à la mode : la Tour de Nesle d’Alexandre Dumas et la commercialisation du passé – Jennifer Terni
Les concurrents, ou la promotion de la poésie à l’ère de la publicité – Muriel Louâpre
Communication littéraire, culture médiatique et publicité au XIXe siècle – Alain Vaillant

2 – L’écrivain, la réclame et le slogan
Zola, écrivain public – Éléonore Reverzy
Le mystère dans l’étalage. Mallarmé et la réclame – Pascal Durand
Nul n’est censé ignorer Dada – Eddie Breuil
Troubles de la valeur. La littérature, image des marques – Laurence Guellec

3 – Littérature, arts et publicité
La Revue Blanche ou l’art de la publicité – Cécile Barraud
Cirque, affiche et littérature : l’américanisation du roman fin de siècleCatherine Dousteyssier-Khoze
Le dernier cri ? Proust, la réclame et le mélodrame. – Cécile Leblanc
« De l’automne au printemps, l’esthétique change ». Cinéma, littérature et publicité – Laura Marcus

4 – La publicité, objet littéraire
Sketch sur le puff. Réclame, personnage et forme littéraire – Guillaume Bordry
La promesse du chiffre : l’écriture de la publicité financière, de Jérôme Paturot à L’Argent de Zola – Christophe Reffait
Réclames pour se souvenir – Myriam Boucharenc

5 – Pensées critiques et tyrannie des marques
« Froid, vide, magnifique » : publicité et fascisme à l’Exposition internationale de 1937 au prisme de Good Morning, Midnight de Jean Rhys. – Garry M. Leonard
Écrivains de langue française et publicité américaine, de l’entre-deux-guerres aux années 1960 – Véronique Pouillard
Hommes de lettres et publicité : histoire sociale d’une résistance culturelle – Valérie Sacriste
L’inversion de la vie et le moyen d’y remédier : réflexions sur le détournement de la publicité par Guy Debord – Fabien Danesi
Bret Easton Ellis ou la psychose en réclame – Béatrice Pire
Réalisme sponsorisé ou publicité gratuite. Les deux faces du placement de produit en littérature – Francesco Ghelli

6 – La littérature dans l’image et l’écrit publicitaire
La « littérature » de la publicité en France : traités et revues, XIXe-XXe siècles – Réjane Bargiel
Praticiens du verbe publicitaire du XIXe siècle à nos jours : des rédacteurs « divers » de la publicité aux concepteurs-rédacteurs – Nathalie Pelier
Fleurs et rhétorique. L’inspiration littéraire dans la publicité pour la parfumerie – Eugénie Briot
Quand la publicité parodie la littérature. Récupération ou dégradation ? – Marc Bonhomme

7 – Publicité de la littérature et stratégies éditoriales
Les mises en scène de la littérature à la Belle Époque – Jean-Yves Mollier
Prix littéraires et aléas de l’aura auctoriale : l’écrivain plébiscité ou « publi-cité » ? – Sylvie Ducas
Mordre la main qui te nourrit ? Les magazines littéraires entre critique et publicité – Claire Blandin
Le marketing de la littérature en Grande-Bretagne : une étude de cas, TrainspottingClaire Squires
Le paratexte éditorial : quand le livre fait sa publicité – Françoise Hache-Bissette
La littérature à l’épreuve du web publicitaire. Le cas du book trailerSylvie Decaux et Xavier Sense

Postface – Sara Thornton
« Regardez-moi dans les yeux… J’ai dit les yeux ». – Entretien avec Frédéric Beigbeder

Les contributeurs
Index

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Appel: Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne (popenstock)

Appel

Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la projection sur les écrans du film de Kubrick adaptant Lolita de Nabokov, nous voudrions nous pencher sur les représentations culturelles des jeunes filles dans les fictions narratives – littéraires, cinématographiques, télévisuelles et autres – des ancêtres de cette oeuvre fondatrice à notre ère hypermoderne. Lointaines héritières des pueri delicati et des doctæ puellæ romaines, ces jeunes filles couvrent  une vaste gamme, des blondes « petites demoiselles » angéliques du romantisme jusques aux lolitas-trash d’aujourd’hui (Taylor Momsen, Vanessa Hudgens, Lindsay Lohan, etc.) qui inondent les émissions de télé-réalité aussi bien que les placards publicitaires ornant nos abribus et nos couloirs de métro – en passant par les nymphettes, les femmes-enfants, les lolycéennes gainsbouriennes, les mean girls américaines, les media lolitas nippones. Né, avec l’érotisme libertin des Lumières, de débris anciens, le type de la jeune fille délurée, friponne et lascive triomphe aujourd’hui : elle est le bel emblème de la société de consommation dirigée de notre culture de masse, une jolie icône de l’érotisme et de la pornographie autant qu’une figure centrale de la littérature savante. Tour à tour funeste, énigmatique et salvatrice, l’adolescente dégourdie est toujours désirable même lorsqu’elle est criminelle, non seulement parce qu’elle est fraîche et ravissante, mais aussi parce qu’elle détient le pouvoir fabuleux de ressusciter le passé et d’apaiser la crainte de l’avenir.

Les propositions ou contributions sur ce thème, d’ampleur assez libre (à partir de 3000 mots), sont à adresser à sebastien.hubier@univ-reims.fr ou à sebastien.hubier@sciences-po.org.

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration.

http://popenstock.ca/dossier/lolita-de-nabokov-la-trashitude-hypermoderne

Réédition: Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Réédition

Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Paris, Le Masque, 2012

Préface et postface de Matthieu Letourneux

Le 25 juin 1906, paraissait dans Le Matin le premier article d’un « reportage sensationnel » débutant sur cette annonce effrayante : « on vole des enfants à Paris ! » Pendant trois mois, ce mystère allait donner lieu à un compte-rendu quotidien, et à une enquête extraordinaire menée tambour battant par trois courageux journalistes, Aron Barbarus, Alain Bernard et Clovis Binard, et à une série d’entretiens et d’interventions des célébrités politiques et culturelles de l’époque (Louis Lépine, Georges Clémenceau, Anatole France…). Dans ce qui se révélait rapidement un roman-feuilleton, la plupart des personnages étaient ainsi des figures authentiques et fameuses de l’époque, converties par l’auteur facétieux en acteurs d’un drame de papier dans lequel ils endossaient leur propre rôle. En jouant en virtuose des frontières du roman-feuilleton et de la presse, en peignant la dynamique de l’enquête journalistique, l’auteur nous offrait une étonnante peinture des mécanismes médiatiques de la Belle Époque qui était aussi un roman criminel et un récit d’aventures fantastique.

Jamais réédité depuis 1909, ce roman dans la tradition d’un Gaston Leroux dresse ainsi un étonnant portrait de la culture médiatique de la Belle Époque.

Séances séminaire LIRE XIXe: Périodiser : les temps recomposés

Séances séminaire LIRE XIXe

Périodiser : les temps recomposés

ISH – 14 av. Berthelot, 69007, Lyon

Le séminaire LIRE XIXe s’attachera, pour cette année 2012-2013, à interroger la conception et les pratiques de la périodisation dans le champ des études littéraires et artistiques.

Cette série de regards croisés permettra tout d’abord d’envisager la périodisation d’un corpus et les critères mobilisés pour le constituer, lorsque celui-ci se fixe pour objectif de mettre en lumière l’émergence d’un genre (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan) ou d’une pratique intimement liée à l’évolution des supports médiatiques, eux-mêmes soumis à des rythmes et à une périodicité spécifiques (« Les revues de fin d’année », resp. O. Bara). Geste critique dont les principes ont pu eux-mêmes varier avec le temps et qui appelle une réflexion également rétrospective sur les pratiques éditoriales (« Recherche sur l’édition critique », resp. Ph. Régnier).

La question sera également envisagée du point de vue de la sociologie du champ littéraire et artistique : placée sur ce terrain, la pratique de la périodisation permet-elle de distinguer et de définir des unités tout autant signifiantes que significatives, comme celle de « génération » (Serge Zenkine) par exemple ? Cette démarche est-elle viable lorsqu’il s’agit de faire le point sur le statut des femmes musiciennes entre le XVIIIe et le XIXe siècles (« Musiciennes », resp. A. Ramaut) ou l’analyse met-elle au jour plus de permanences que de véritables mutations ?

Enfin, si l’histoire littéraire privilégie logiquement une scansion fondée sur les événements internes à la sphère de la littérature (histoire des genres littéraires, émergence des courants et des écoles, prépondérance des chefs de file, polémiques et combats, etc.), comment prend-elle en compte, dans la démarche de périodisation, d’autres temporalités, à partir desquelles les textes « travaillent » et qu’ils réfléchissent ? Temps scientifique, scandé par les découvertes et sous-tendu par une idéologie du progrès (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan ; « Machines à images », resp. D. Gleizes & D. Reynaud) ; temps historique, marqué par la violence de l’événement révolutionnaire (« Romans de la Révolution », resp. J.-M. Roulin) ou par la persistance douloureuse de l’esclavage (« La voix des esclaves » (resp. S. Moussa & D. Lançon). Comment périodiser ces phénomènes de réception, marqués tour à tour par de brusques effets de focalisation, des mécanismes d’amortissement et de normalisation, des moments d’inertie et de rémanence, un travail de mémoire, enfin ?

Mercredi 10 octobre, 14h : accueil des étudiants de master 2 dans le cadre de leur formation à la recherche au LIRE.

1. Jeudi 11 octobre :

« La voix des esclaves » (resp. Sarga Moussa & Daniel Lançon)

– Vanessa Guignery (PR ENS de Lyon, UMR LIRE), « Voix et silence des esclaves du Cap en Afrique du Sud : écritures contemporaines »

– Elodie Gaden (doctorante, Grenoble 3), « La voix des esclaves dans les lettres de Sophia Poole, la soeur d’Edward Lane (The Englishwoman in Egypt, 1844-1845) »

2. Jeudi 15 novembre

« Histoire des genres/histoire des sciences : questions de périodisation » (resp. Claire Barel-Moisan, Delphine Gleizes)

-Claire Barel-Moisan, « Le roman d’aventures scientifiques et d’anticipation à la fin du XIXe siècle : les âges de la vie d’un genre »

-Delphine Gleizes, « La littérature au prisme des inventions optiques : anticiper/refléter »

3. Jeudi 13 décembre :

Matin : « Atelier Thèse » : Amélie Caldérone, Delphine Dufour…

Après-midi : « Musiciennes » (resp. Alban Ramaut)

– Florence Launay, « La prise en compte des musiciennes par l’histoire: un tour d’horizon »

– Etienne Jardin, « Laure Cinti-Damoreau : la formation d’une première chanteuse »

– Muriel Boulan : « Louise Farrenc et la Société des concerts du Conservatoire : la singulière insertion d’une femme sur la scène symphonique française »

4. Jeudi 10 janvier

Serge Zenkine (Université des sciences humaines (RGGU), Moscou – Collegium de Lyon), « La génération sur l’échelle de l’histoire : La valeur d’une notion dans le langage courant et dans les recherches littéraires »

5. Jeudi 14 février

« Présentation de l’ANR Médias19 » (resp. Olivier Bara)

– Olivier Bara, « Editer en ligne des revues dramatiques de fin d’année »

– Amélie Calderone (doctorante, LIRE/Lyon 2), « Etude de cas »

6. Jeudi 21 mars

« Les romans d’anticipation » (resp. Claire Barel-Moisan)

-Irène Langlet (Université de Limoges), « La première littérature d’anticipation française au pied de la lettre, ou : la longue marche vers une poétique du futur »

-Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), « Anticipation Belle Epoque et rétrofuturisme générique: oeuvres sérielles et horizon(s) d’attente »

7. Jeudi 4 Avril

« Romans de la Révolution » (resp. Jean-Marie Roulin)

-Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), « Républiques et Révolution »

-Aude Déruelle (Université d’Orléans), « Décentrements et décalages »

8. Jeudi 16 mai : Journée des doctorants

9. Jeudi 13 juin : « Recherche sur l’édition critique » (resp. Philippe Régnier)

Pour mémoire :

31 janvier et vendredi 1er février : journées conclusives sur le Théâtre populaire (resp. Olivier Bara)

Appel à contributions: Télévision n°5, La télévision et les autres médias (15 décembre 2012)

Appel à contribution

Télévision n°5,

La télévision et les autres médias

(CNRS éditions)

(Coord. Virginie SPIES, avril 2014)

Date limite : 15 décembre 2012

Les liens entre la télévision et les autres médias ont toujours existé, et ils semblent aujourd’hui encore plus resserrés. Qu’il s’agisse de formats empruntés à la radio ou au cinéma, ou encore de l’expansion des discours sur la télévision dans les autres médias, ce numéro se propose d’explorer les liens qui se tissent entre la télévision et les autres médias, à partir de plusieurs pistes :

. Aussi bien dans l’histoire de la télévision qu’à l’heure actuelle, nombre de programmes trouvent leur genèse dans des émissions radiophoniques. Qu’il s’agisse de jeux radiophoniques devenus des émissions à succès, ou même des programmes de variétés ou de divertissements qui ont commencé à la radio, quels formats ont pu être adaptés de la radio à la télévision, quelles transformations furent opérées ?

. La relation de la fiction aux autres médias et les spécificités télévisuelles : Les premiers réalisateurs de la télévision provenaient du monde du cinéma, et de nombreuses émissions dramatiques ont puisé dans le savoir-faire radiophonique de l’époque, inspiré lui-même des mises en scènes théâtrales. Comment s’est forgée l’écriture de la fiction télévisuelle, quels récits appartiennent aujourd’hui spécifiquement à la télévision, et en retour, comment la télévision inspire-t-elle d’autres formes artistiques et médiatiques ?

. Les relations entre les programmes télévisuels et le web : une attention particulière pourra être portée sur le web social et notamment la pratique du live-tweet. Pratique nouvelle en 2009, le fait de commenter les programmes sur Twitter est devenu une pratique banale pour de nombreux utilisateurs. Elle a été par ailleurs institutionnalisée par les chaînes et les sociétés de production : certaines émissions, comme The Voice sur TF1, déclinent d’abord un dispositif spécifique sur le web social, avant même d’arriver à l’antenne. Dès lors, les programmes connaissent une nouvelle temporalité, ils continuent d’exister entre deux diffusions, et leur communication a évolué.

. Dans un autre mouvement, la télévision fait l’objet de nombreux discours dans les autres médias : qu’il s’agisse de la radio, de la presse écrite ou d’Internet, nombreux sont les lieux médiatiques d’où surgissent des discours sur la télévision : on parle de l’actualité de la télévision, de promotion ou d’un regard plus analytique voire critique. De quoi est-il question, lorsque les autres médias se penchent sur la télévision ?

Par une approche décloisonnée, ce numéro aura pour ambition d’étudier les  formats, les dispositifs médiatiques et artistiques qui ont inspiré la télévision, et donc de dégager les spécificités de l’écriture télévisuelle. Il s’agira également d’observer comment la télévision est abordée dans le champ médiatique, et donc d’éclairer les rapports entre télévision et société. Les pistes évoquées ici ne sont pas exclusives, et les propositions épistémologiques, méthodologiques et historiques, ainsi que les analyses de corpus sont les bienvenues.

Les projets sont à envoyer avant le 15 décembre 2012 au responsable du numéro, Virginie Spies : Virginie.spies@univ-avignon.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus le 30 janvier 2013 et les articles seront à rendre pour le 30 juin 2013 .

Parution: Marginalia 74.

Parution
Marginalia 74

Norbert Spehner
éditeur de Marginalia, le bulletin bibliographique des études sur les littératures et les films de genre
Lisez ses articles,chroniques et critiques de polars dans La Presse, les revues Alibis, Solaris, Entre les Lignes et Le Libraire
Pour télécharger la dernière livraison de Marginalia:

Parution: Médias19, Presse et scène au XIXe siècle.

Médias 19

Presse et scène au XIXe siècle
Sous la direction de Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty

http://www.medias19.org/index.php?id=1283

dossier-2-presse-et-scene-au-xixe-siecle

CFP: NeMLA 2013; The Originality of Adaptation and Novelization (Sept. 30, 2012).

NeMLA 2013

The Originality of Adaptation and Novelization

This panel studies how adaptations of literature into film, and novelizations of film into literature, stress their originality. How do such derivative works manage their break with their sources while not alienating their audience?

Marketing and reception studies of adaptations / novelizations are welcome, as are papers on works only re-using characters or loosely borrowing from sources in other media.

Please send 250 word abstracts to Ana Oancea (aio2101@columbia.edu) by Sept. 30, 2012.

This panel has been approved for the 2013 NeMLA Convention. It is listed in areas: Cultural Studies and Film; Theory and Literary Criticism.

The Convention will be held in Boston, MA, March 21-24, 2013.

Parution: Contextes, n° 11 (mai 2012) "Le littéraire en régime journalistique"

Contextes, n° 11 (mai 2012)

“Le littéraire en régime journalistique”

Le littéraire en régime journalistique

Sous la direction de Paul Aron et Vanessa Gemis

http://contextes.revues.org/5296

Revue COnTEXTES n°11 : “Le littéraire en régime journalistique”, mai 2012.

ISBN électronique : 978-2-8218-1298-7.

  • Pascal Durand

Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts

  • Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard

Historiographies. L’activité et l’écriture critiques entre presse et littérature, xviiie et xixe siècles

  • Guillaume Pinson

L’imaginaire médiatique. Réflexions sur les représentations du journalisme au XIXe siècle

  • Marie-Ève Thérenty

Montres molles et journaux fous

Rythmes et imaginaires du temps quotidien au XIXe siècle

  • Amélie Chabrier

De la chronique au feuilleton judiciaire : itinéraires des « causes célèbres »

  • Véronique Silva Pereira

« Les premières armes du symbolisme » : le rôle du « petit journal » dans la querelle symboliste de 1886

  • Paul Aron

Entre journalisme et littérature, l’institution du reportage

  • Patrick Suter

De la presse comme modèle de l’oeuvre à la presse dans l’oeuvre – et à l’oeuvre comme modèle de la presse

  • Karine Grandpierre

ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960 ?

  • Claire Blandin

Femmes de lettres dans la presse féminine (1964-1974)

  • Séverine Bourdieu

Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde

  • Marie-José des Rivières et Denis Saint-Jacques

Révolution, conversion et disparition. La littérature de fiction dans la presse d’information générale.

  • Landry Liébart

La Newspaper story aux États-Unis à la fin du xixe siècle : un genre emblématique des relations ambiguës entre littérature et journalisme

  • Isabelle Meuret

Le Journalisme littéraire à l’aube du xxie siècle : regards croisés entre mondes anglophone et francophone

  • Marie-Ève Thérenty

Presse et littérature au xixe siècle. Dix ans de recherche. Bibliographie

  • Philippe Baudorre

Presse et littérature au XXe siècle : essai de bibliographie

Responsable : Contextes
Url de référence :
http://contextes.revues.org