Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Parution: Les séries américaines: la société réinventée ?

Les séries américaines: la société réinventée ?

éd. Aurélie Blot et Alexis Pichard, L’Harmattan.

Fruit de deux ans de travail, ce livre regroupe douze articles s’interrogeant sur les liens de figuration et de préfiguration que les séries entretiennent avec la société américaine (voir la table des matières ci-dessous).

———————————————————–

Les séries américaines: la société réinventée ?, éd. Aurélie Blot et Alexis Pichard, L’Harmattan

Table des matières:

– Purification morale et ode au conformisme : 7th Heaven ou la célébration de l’Amérique (Aurélie Blot)

– Du joggeur au cadavre : Critique de l’idéologie du corps sain dans Six Feet Under (Marie Parent)…

– Tony Soprano et l’américanité : Un trouble identitaire moderne ? (Yann François)

– De JAG À Army Wives : La femme américaine à travers la série militaire (Bruno Sasson)

– La célébration du système politico-médiatique américain : Mise en scène des démocrates dans The West Wing (Eric Gatefin)

– Rome, Sweet Rome : L’idée américaine du foyer dans la série Rome (Vivien Bessières)

– Quand la réalité historique rencontre The Grapes of Wrath : La reconstitution d’une époque dans Carnivàle (Damien Alcade)

– Drame et Dramatisation : L’écriture de l’histoire américaine dans The Kennedys (Alexis Pichard)

– Battlestar Galactica : Mémoire future de l’Amérique (Mehdi Achouche)

– « The Call of the Wild » : Le héros de série télévisée dans la wilderness nord-américaine (Ioanis Deroide)

– Le melting-pot est mort : Intégration et marginalisation dans la série True Blood (Victor-Arthur Piégay)

– « The Big Geek Theory » ou la revanche de la subculture geek (Célia Sauvage)

Appel: Les héroïsmes passés relus par la fiction; La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Les héroïsmes passés relus par la fiction

La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Musée des Invalides – 7 juin 2014

Le développement du roman historique moderne au XIXe siècle a engagé la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la  culture médiatique et urbaine. En convoquant dans leurs romans certains lieux, événements, personnages empruntés au passé, les écrivains les redéfinissent suivant l’économie de la fiction au point d’en faire rapidement des stéréotypes romanesques repris d’une œuvre à l’autre. Ils leur associent un ensemble de traits attendus qui construisent les représentations de l’Histoire. Ainsi, un certain nombre de figures historiques se retrouvent-elles prises dans un va-et-vient entre reconstitution historique, stéréotypes littéraires et discours d’actualité.

L’un des exemples les plus frappants au XIXe siècle de ce processus de reconfiguration par la littérature est sans doute la figure du mousquetaire. Rendu fameux par Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce personnage se décline durant tout le XIXe siècle et continue au XXe siècle d’alimenter un imaginaire romanesque renouvelé. On compte de nombreuses suites apportées au roman de Dumas au théâtre et dans le feuilleton, une multitude de déclinaisons dans les récits de cape et d’épée, et tout un ensemble de relectures plus tardives (du D’Artagnan amoureux du Français Roger Nimier au Club Dumas de l’Espagnol Arturo Perez Reverte). A force de variations stéréotypées, le personnage devient un marqueur générique, associé au récit de cape et d’épée et, plus largement, à une certaine conception du romanesque. Il détermine un pacte de lecture particulier avec lequel les auteurs jouent plus ou moins librement. Le mousquetaire et ses variantes, gasconnes ou autres, apparaissent ainsi comme des figures littéraires se structurant sur la matière même de l’Histoire ; et à travers eux se dit quelque chose de la construction d’une identité collective, autour de « l’esprit français », du panache, etc. Mais au fil du temps, ces imaginaires se transforment à leur tour en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles : évolution de l’idée de Nation, débats sur l’armée, la conscription ou le rôle international de la France, tensions politiques redéfinissent ainsi le personnage et les significations qui lui sont associées.

L’objet de ce colloque sera d’explorer les différentes thématiques qui s’articulent autour de la figure du mousquetaire et de ses variantes : thématiques génériques, autour de la définition du roman historique et du roman de cape et d’épée, et de leurs convergences ; thématiques politiques et idéologiques, avec la question de la transformation des armées et l’émergence des nationalismes ; thématiques historiographiques, autour des discours charriés par les fictions sur ce corps d’armée et de son représentant paradigmatique, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan ; thématiques esthétiques, dans la mesure où l’éthos du mousquetaire vaut pour une certaine définition du romanesque, mais où son imaginaire s’est transformé au cours du XIXe siècle et plus encore au cours du XXe siècle.

Le colloque est ouvert aux propositions issues de disciplines différentes (histoire de l’art, littérature, Histoire, études théâtrales et cinématographiques) ou aux approches interdisciplinaires.

On s’intéressera tout particulièrement aux questions suivantes :

  • Quelle est la signification du personnage dans la société du XIXe siècle ? Quelle position occupe-t-il dans la définition des représentations nationales et d’une mythologie collective ? Quels sont les enjeux politiques et idéologiques qui traversent ses différentes définitions ? On pourra par exemple se demander comment il dialogue avec l’imaginaire de l’armée française, quel lien il entretient avec les débats sur la conscription ou les tensions politiques du temps. On questionnera également certains des lieux communs associés à la figure du mousquetaire : le duel, le panache, l’esprit français, en tentant de montrer leur valeur culturelle et littéraire, et leur relation avec les imaginaires du XIXe siècle.
  • On cherchera à montrer le rôle de Dumas dans l’invention du personnage (et les études consacrées à la trilogie des Mousquetaires seront bienvenues). On étudiera les glissements successifs qui ont transformé ce personnage dumasien pour en faire un type collectif avec ses caractéristiques, un marqueur générique. On tentera de mettre en évidence la constitution d’un type romanesque, associé à des intrigues, un ton, une encyclopédie narrative et thématique. Dans cette perspective, on étudiera la fonction du mousquetaire dans les imaginaires sériels de l’époque, ceux en particulier de genres comme le roman de cape et d’épée ou le roman historique (et les études sur ces deux genres seront les bienvenues), en tentant également de mettre en évidence les transformations de ces imaginaires au fil du temps – y compris dans leurs versions étrangères (anglaises, espagnoles, américaines).
  • On s’intéressera aux différents avatars du mousquetaire : il s’agira d’abord de se pencher sur quelques uns des prolongements du cycle de Dumas (comme les reprises du cycle des mousquetaires par Paul Mahalin ou Paul Féval), mais aussi sur les variantes plus libres – le cadet de Gascogne, le « petit parisien », etc. On pourra ainsi aborder quelques-uns des personnages clés de cet imaginaire du panache associé au récit de cape et d’épée, comme Cyrano de Bergerac, Lagardère, ou Pardaillan.
  • On abordera plus largement la circulation du personnage dans l’ensemble des espaces culturels : du côté du théâtre et des spectacles bien sûr, mais aussi du côté de l’illustration, de la caricature ou des récits en images, dans la culture populaire et la culture matérielle. Plus généralement, la question de la réception de cet imaginaire – par exemple dans des adaptations pour la jeunesse – pourra être abordée. Enfin, des ouvertures pourront être faites du côté des réécritures plus contemporaines ou des versions médiatiques (cinéma, télévision, bande dessinée) qui ont fleuri aux XXe et XXIe siècles.

La journée d’étude est organisée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD) – http://www.dumaspere.com/

Les propositions de communication sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Isabelle Safa (safa.isabelle@gmail.com) avant le 8 janvier 2014.

Parution: David Peyron, Culture Geek

Parution

David Peyron, Culture Geek, FYP éditions

192 pages; 19,50 euros

Aujourd’hui, être geek est une identité culturelle revendiquée par un grand nombre d’adeptes de tout âge.

Certains geeks sont devenus des modèles de réussite sociale et professionnelle. Autrefois perçue comme minoritaire et péjorative, la culture geek est devenue tendance.

Les geeks sont désormais à l’avant-garde de nos usages.

Cet ouvrage remonte aux sources de cette nouvelle culture, en explique toutes les racines

et en explore toutes les facettes : la science-fiction, la fantasy, les jeux de rôles, les pulps,

les comics, les fanfictions, l’informatique, les jeux vidéo, les oeuvres fondatrices,

l’internet, les mèmes, les hackers, l’influence d’une culture populaire mondiale, le culte du détail,

le rapport aux objets, la culture participative, etc.

Il révèle ce qui fait lien dans la multitude des pratiques, d’attitudes, de passions, d’aspects positifs

comme péjoratifs, accolés au terme geek, et dévoile la différence entre l’identité geek féminine ou masculine.

Il montre que ce qui est commun à tous les geeks, c’est un parcours, une trajectoire sociale, des objets fondateurs, et aussi le partage de références et d’un imaginaire communautaire dans les sociétés

contemporaines marquées par l’individualisme.

Cette monographie très complète apporte un regard neuf et inédit sur l’émergence de la culture geek,

un phénomène culturel actuel majeur.

David Peyron est docteur en sciences de l’information et de la communication et titulaire d’un master en sociologie de l’art et de la culture.

Il est l’auteur d’une thèse sur la construction sociale de la culture geek.

Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et de l’Association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique, il a collaboré à divers documentaires sur le mouvement geek.

Appel: HACKERS – la fiction du virtuel

Appel à communications

HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 31 octobre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

Parution en ligne: Marc Angenot, 1889; Un état du discours social.

Parution en ligne
Marc Angenot, 1889; Un état du discours social

Média 19

http://www.medias19.org/index.php?id=11003

Près de vingt-cinq ans après sa parution en volume, l’équipe de Médias 19 est heureuse de proposer la réédition en libre accès du grand livre de Marc Angenot, 1889, un état du discours social. Depuis longtemps introuvable en librairie, cet ouvrage a marqué la recherche en renouvelant profondément les approches sociales de la littérature. Autour de la notion de « discours social », Angenot a forgé une méthode d’analyse des textes d’une grande rigueur, imposant la nécessité de ne pas isoler la littérature et au contraire de la considérer dans ses liens avec l’ensemble de la masse imprimée auquel elle appartient.

Sommaire

Guillaume Pinson Note de l’éditeur

Marc Angenot 1889 : pourquoi et comment j’ai écrit ce livre – et quelques autres

A. Préliminaires heuristiques
Chapitre 1. Le discours social : problématique d’ensemble
Chapitre 2. Corpus et plan de l’ouvrage
Chapitre 3. L’oral, l’écrit, l’imprimé, l’illustré
Chapitre 4. La chose imprimée : statistiques et données matérielles. Statut légal

B. Topologie
Chapitre 5. La division du travail discursif
Chapitre 6. Topologie : rôles et emplois

C. Hégémonie
Chapitre 7. Français littéraire, français national
Chapitre 8. Une gnoséologie romanesque

D. Ethnocentrisme, classocentrisme
Chapitre 9. Narcissismes et mépris de classe
Chapitre 10. Le fétiche patriotisme
Chapitre 11. Germanophobie et récit revanchard
Chapitre 12. « La France aux Français »
Chapitre 13. Gallocentrisme et imagologie des peuples étrangers
Chapitre 14. La civilisation et les races

E. Déterritorialisation
Chapitre 15. Malaise dans l’idée de progrès
Chapitre 16. Le paradigme de la déterritorialisation
Chapitre 17. « La race dégénère »
Chapitre 18. Fin de siècle et décadence
Chapitre 19. Les détraquements des esprits
Chapitre 20. Les à vau‑l’eau culturels

F. Menaces
Chapitre 21. Le péril social
Chapitre 22. La « fin d’un sexe » : détraquées et émancipées

G. Secteurs : la publicistique
Chapitre 23. La publicistique : considérations générales
Chapitre 24. La presse quotidienne
Chapitre 25. Genres et styles du journalisme
Chapitre 26. Typologie de la presse périodique
Chapitre 27. Un secteur en émergence : la publicité

H. Production de l’actualité
Chapitre 28. L’actualité comme produit de presse
Chapitre 29. Meyerling en France
Chapitre 30. Les hommes du jour
Chapitre 31. Opinion publique et débats
Chapitre 32. La Révolution française et son Centenaire

I. Champ politique
Chapitre 33. La propagande boulangiste
Chapitre 34. L’anticléricalisme

J. Champ littéraire
Chapitre 35. L’art comme aristocratie et comme religion : l’idéologie du champ littéraire
Chapitre 36. Banalisation et raréfaction du poétique
Chapitre 37. Le genre romanesque : le picaresque fin‑de‑siècle

K. Champ philosophique
Chapitre 38. Crise du champ philosophique : déclassement et démembrement

L. Champ scientifique
Chapitre 39. L’idéologie de la science : positivisme et évolutionnisme
Chapitre 40. Migrations d’un idéologème : « La Lutte pour la vie »

M. Dissidences et contre-discours
Chapitre 41. Dissidences : pacifisme, internationalisme, antimilitarisme
Chapitre 42. Le contre‑discours catholique

N. Extériorité, marges et ghettos culturels
Chapitre 43. Les en‑dehors du discours social
Chapitre 44. L’imprimé à l’usage du peuple
Chapitre 45. L’émergence des industries culturelles
Chapitre 46. Revues et romans pour les femmes
Chapitre 47. Le secteur pour l’enfance et la jeunesse

O. Pour conclure
Chapitre 48. Retour sur la méthode
Chapitre 49. Fonctions du discours social
Chapitre 50. Genèse de la modernité

Éphémérides. Ce qui se passait en l’An mil huit cent quatre‑vingt‑neuf

Bibliographie des bibliographies pertinentes au corpus primaire

Bibliographie secondaire générale : travaux évoqués ou cités

Colloque: The Cultures of Popular Culture

The Cultures of Popular Culture

Biennial conference of the Royal Irish Academy Committee for Modern Languages, Literary and Cultural Studies

Queen’s University, Belfast, 13th – 14th December 2013

Call for Papers

Popular Culture has long been absent from the syllabus, eschewed by researchers and viewed condescendingly sometimes even by its most adept practitioners. It has come a long way to become the thriving academic discipline it is today. Just as the term Popular Culture describes the widest range of practices, Popular Culture Studies cover the most heterogeneous objects. While this very diversity makes it exciting as a research field, it presents a challenge in terms of methods and approaches. To promote scientific exchanges at international level, Popular Culture Studies need elements of comparability and theorization. The biennial conference of the Royal Irish Academy, hosted by the School of Modern Languages at Queen’s University Belfast, intends to offer a forum for discussion between academics, teaching and researching in the fields of Popular Cultures. It will consider the benefits of studying Popular Cultures in Modern Languages Studies and seek to map current areas of research. It presents a distinctive opportunity to discuss corpora and contrast approaches.

Keynote Speaker : Professor Diana Holmes (Leeds):  “The Way We Read Now: Popular and Middlebrow Fiction in Twenty-First Century Europe”.

Topics for discussion include but are not restricted to:

  • Translation and interpretation of Popular Culture
  • Cultural icons and cultural iconicity
  • Popular cultures as media cultures
  • Visual and digital cultures
  • Teaching Popular Cultures in their original language
  • Cultural categories, normativity, canonicity
  • Consensualism, sensationalism and mass appeal
  • Global mainstream cultures and resistance
  • Fetishism, tosh and trash
  • Self-reflexivity and parody
  • Mass education
  • Sport cultures and the body
  • Democratic culture and satire
  • Folk cultures

Papers (to be given in English) are welcome on topics relating to popular cultures in any area of Modern Languages Studies. Postgraduate research students are encouraged to submit proposals.

Please send 200-word proposals by the 1st of October 2013 to the conference organisers:

Dr Tori Holmes, Spanish and Portuguese Studies, QUB :  t.holmes@qub.ac.uk

Dr Dominique Jeannerod, French Studies, QUB :  d.jeannerod@qub.ac.uk

Dr Federico Pagello, Institute for Collaborative Research in the Humanities, QUB : f.pagello@gmail.com

For further information and updates about the conference please visit http://blogs.qub.ac.uk/popularculture/.

Parution: Fantômas! Biographie d'un criminel imaginaire

Parution

Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux

Fantômas, Biographie d’un criminel imaginaire

Paris, Les Prairies Ordinaires, “Singulières Modernités”, 2013

Fantômas ! Le nom du « Génie du crime » a traversé tout le XXe siècle. À bien des égards, Pierre Souvestre et Marcel Allain ont enfanté en 1911 une œuvre monstre. Fantômas, revers obscur et grimaçant de notre monde, y invente, page après page, une violence sans visage, sans motivations et sans signification apparente. La série des Fantômas a fasciné les avant-gardes des années 1920-1930, qui en ont loué le génie créatif et la puissance subversive. Le mythe du criminel voleur d’identités, tueur cruel, virtuose de la mise en scène morbide, a inspiré tableaux, films expérimentaux, textes poétiques et polémiques. Nourri par un travail de collecte inédit, cet ouvrage propose de relire Fantômas à la lumière des travaux qui ont questionné la place des fictions dans les sociétés contemporaines. La trajectoire du protagoniste éclaire l’organisation du champ littéraire, partagé entre littérature légitime et productions de grande consommation. Consacrant la toute-puissance de l’information et des faits divers, l’œuvre apparaît bien comme « l’Énéide des temps modernes », selon la formule de Blaise Cendrars. La modernité du XXe siècle naissant y est, il est vrai, partout : grands magasins, chirurgie plastique, nouvelles techniques policières… En subvertissant les logiques classiques du detective novel où la raison et la progression de l’enquête priment sur le crime, Fantômas questionne les identités sociales, le maintien de l’Ordre et la répression des pulsions.

Appel/parution: Pop-en-stock, Alien, une tératogonie de l'abjection

Nouveau dossier: Pop-en-stock

Alien, une tératogonie de l’abjection

Directeur:

Antonio Dominguez Leiva

Dossier ouvert

«Il y a une chose qui perturbe tout le monde et c`est le sexe… Je me suis dit : c’est comme ça que je vais attaquer le public; je vais l`attaquer sexuellement. Et je ne vais pas cibler les femmes dans l`audience, je vais attaquer les hommes. Je vais mettre toutes les images susceptibles de leur faire croiser leurs jambes de crainte. Viol oral homosexuel, reproduction… la chose pondant ses œufs dans votre gorge, la totale… » C` est ainsi que Dan O`Bannon, le scénariste du mythique Alien (1979) décrivait rétrospectivement la genèse d`une création qui changea durablement l`imaginaire phobique contemporain.

Oeuvre hybride à l`image de sa créature éponyme, fusionnant le body horror le plus extrême avec les codes de la science-fiction, mais aussi le thriller, le monster movie, le drame en huis clos, voire leslasher (avec notamment l`érection de la Final Girl en antagoniste ambivalent du Monstre), Alien ne lança pas seulement une des franchises les plus populaires et tenaces de l`âge des blockbusterssériels mais consolida un sous-genre liminaire (le sci-fi horror) et, partant, devint une des métaphores les plus obsédantes de l`altérité pour dire la débâcle cauchemardesque de l`Amérique à la fin desseventies.

Après avoir suscité dès sa sortie de nombreuses interprétations psychanalytiques, féministes et marxistes, la saga inaugurée par le film de Ridley Scott s’est retrouvée récemment au centre d’un débat passionnant provoqué par le livre de Stephen Mulhall intitulé On Film, opposant les tenants de la philosophie du cinéma aux partisans de la philosophie ou encore « critique philosophique » des films.  C`est dans le sillage de toutes ces approches critiques que nous proposons de revenir sur cette créature dont l`ombre protéiforme ne cesse de nous hanter. Pour cela nous prendrons en compte autant le corpus canonique de la « franchise » cinématographique, incluant la tétralogie, sescrossovers (le diptyque qui confronte le Monstre au grand chasseur interplanétaire Predator) et sesspin-offs (dont le polémique Prometheus, 2012) que ses multiples ramifications transmédiatiques (les comic books, les jeux vidéos, voire la littérature, des novélisations initiales aux œuvres originales de J. Shirley ou D. Evenson). Seront aussi envisagés les différents remaniements du mythe, des nombreuses imitations (avec notamment le cycle de l`Alienomanie italienne, de Contamination à Xtro) aux franches parodies.

Parution: Finding the Plot

Finding the Plot: Storytelling in Popular Fictions
Editor: Diana Holmes, David Platten, Loïc Artiaga and Jacques Migozzi

Date Of Publication: Jan 2013
Isbn13: 978-1-4438-4238-9
Isbn: 1-4438-4238-9
“Plot”, writes Peter Brooks, “is so basic to our very experience of reading, and indeed to our articulation of experience in general, that criticism has often passed it over in silence…” (Reading for the Plot, xi). Finding the Plot both explores and helps to redress this critical neglect. The book brings together an international group of scholars to address the nature, effects and specific pleasures of consuming stories. If the central focus is on France and popular literary fiction, the book’s scope – like contemporary fiction itself – observes no national frontiers, and extends across a variety of media. The book addresses both the empirical question of which genres and types of text have been and are most “popular”, and the theoretical questions of how plots work, what pleasures they offer to readers, and why it matters that the plot should not be lost.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds. Her published work on women writers includes monographs on Colette, Rachilde, French Women Writers 1848–1994 and romance. She is also the co-author of a study of Truffaut’s cinema, and co-edits the Manchester University Press series French Film Directors. Her current research is on the poetics and practice of middlebrow fiction.

David Platten is Professor of Modern French Studies at the University of Leeds. He has published on a wide range of modern French writers, including Michel Tournier, Philippe Djian, Jorge Semprun and Jules Verne. His most recent book, published by Rodopi in 2011, is entitled The Pleasures of Crime: Reading Modern French Crime Fiction. A scholar and fan of detective and crime fiction, he has recently produced studies of the literary thriller and of the links between the media and politics in the contemporary crime novel.

Loïc Artiaga is Assistant Professor at the University of Limoges, and Associate Researcher of the Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). He is a member of the executive committee of the LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques). His publications include “Des Torrents de papier” in Médiatextes, and “James Bond: modes d’emploi (1965 – années 1990)”, in James Bond (2)007: Anatomie d’un mythe populaire. His forthcoming book, Fantômas. Figure mythique, with Matthieu Letourneux, is due out in 2013.

Jacques Migozzi is Professor of French Literature at the University of Limoges, and President of the Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique. His more recent publications include “Boulevards du populaire” (Médiatextes, 2005); two co-edited special issues of journals; “Storytelling: opium du peuple et / ou plaisirs du texte?” in a special issue of French Cultural Studies; and “Cet obscur objet du désir universitaire: coup d’oeil dans le rétroviseur sur 15 ans de recherches sur les fictions populaires” in Fictions populaires.

Colloque: Fantômas en Europe. Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe-années 1930)

Fantômas en Europe

Les origines industrielles, sociales et esthétiques

(fin XIXe-années 1930)

Colloque international organisé par les Université de Limoges, Paris X-Nanterre, Bologne et le Théâtre de l’Union

(Limoges, Théâtre de l’Union, 15, 16 et 17 mai, entrée libre et accès gratuit aux spectacles)

Renseignements : loic.artiaga@unilim.fr

Télécharger le programme en version PDF: Programme fantomas

Programme

Mercredi 15 mai

13h-13h30

Accueil des participants

13h45

Introduction du colloque, Pierre Pradinas (Théâtre de l’Union), Philippe Allée (Faculté des Lettres et des sciences humaines de Limoges)

14h

Dominique Kalifa (Université de Paris I) « Ecrire l’histoire de Fantômas »

15h15-17h30

Session 1. Cent visages pour Fantômas

Jacques Migozzi (Université de Limoges) « De Zigomar à Fantômas ou le passage du côté obscur de la Force »

Monica Dall’Asta (Université de Bologne), « Les femmes de Fantômas : images de l’ambiguité dans le cinéma noir des années 1910 »

François-Marie Pons (Université de Paris XIII), « Navarre-Fantômas. Destins mêlés »

18h00

Séance de signatures et de présentation à la presse

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Histoire culturelle d’un héros sériel, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013 et Fantômas, t. 1 et 2, Paris, Bouquins, 2013.

Dominique Kalifa, Les bas-fonds, histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

Natacha Levet, Sherlock Holmes. De Baker street au grand écran, Paris, Autrement, 2012.

François-Marie Pons, Fantômas c’était moi. Souvenirs du créateur de Fantômas en 1913, mémoires de René Navarre présentés par François-Marie Pons, Paris, L’Harmattan, 2012.

Olivier Boquet, La Colère de Fantômas, Dargaud, 2013

19h30 Diffusion publique et gratuite de Fantômas (Paul Fejös, 1932)

Jeudi 16 mai

9h30-12h45

Session 2. Souvestre & Allain : journalistes, écrivains, hommes du monde, etc.

Thomas Bauer (Université de Limoges), « Les origines sportives de Fantômas. Le Rour (1909), de Pierre Souvestre et Marcel Allain»

Paul Bleton (Téluq, Montréal), « Naz-en-l’air (1912-1913) »

Matthieu Letourneux (Université de Paris X), « Fantômas. Du feuilleton à la collection »

14h30-17h30

Assemblée générale de la LPCM

18h Table Table ronde, « Adapter les classiques… populaires », animée par Natacha Levet  (Olivier Boquet, Gabor Rassov, Hugues Pagan, Pierre Pradinas)

19h30 Diffusion publique et gratuite de la captation de « Fantômas revient ! » (2006)

Vendredi 17 mai

9h30

Robin Walz (Université de l’Alaska), Panorama de la pègre. Une arrière-pensée de l’avant-garde

10h30-12h30

Session 3. L’Européenne du crime

Federico Pagello (Université de Dublin), « Dr  Nikola »

Sandor Kalai (Université de Debrecen), « Un génie du crime : le docteur Cornélius »

Christos Dermentzopoulos, Lampros Flitouris (Université de Ioannina), « Les aigles des montagnes : Des options du crime dans le roman populaire grec du début du XXème siècle »

14h

Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), « Arthème Fayard et la révolution du Livre populaire »

15h-17h

Session 4. Cent lectures  de Fantômas

Loïc Artiaga (Université de Limoges) « Fantômas, la presse et la morale. Comment on reçoit un criminel »

Alain Carou (BNF), « Fantômas-Express, récits de films »

Annabelle Audureau (Université de La Rochelle), « Fantômas,  mythe moderne et et mythe de la modernité dans la peinture, du Cubisme au Surréalisme »

Isabel Violante (Université de Paris I), « Fantômas en relief dans les Soirées de Paris »

17h30

Conclusions, par Jacques Migozzi et les organisateurs du colloque