Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Parution: La Civilisation du journal

La civilisation du journal

Histoire culturelle et littéraire de la presse au XXè siècle

Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty, Alain Vaillant (dir.)

Paris, Nouveau Monde, 2012

Voici, observée pour la première fois du double point de vue historique et littéraire, une histoire à la fois panoramique et détaillée du siècle d’or de la presse écrite française.
De 1800 à 1914, par son mode de production de plus en plus industriel, par sa diffusion de plus en plus massive, par les rythmes nouveaux qu’il impose à la vie sociale et par ses multiples interférences avec la littérature, les sciences et les arts visuels, le journal modifie en profondeur l’ensemble des activités et des représentations, projetant les institutions, les classes, les individus, la raison et l’imagination dans une culture de la « périodicité » et du flux permanent de l’information. Ce passage rapide et global à un tout nouvel espace-temps de l’écriture et de la lecture constitue une mutation anthropologique majeure, l’entrée dans l’ère « médiatique ».
Mesurer les effets du journal sur la marche de la société et sur la configuration des esprits, c’est reconnaître rétrospectivement l’existence et la marque d’une « civilisation du journal », au sens même où Lucien Febvre avait mis en lumière la « civilisation du livre » née de l’invention de l’imprimerie. L’originalité et l’abondance des études que l’on découvrira ici, aussi bien sur la genèse de l’écriture journalistique que sur les évolutions de l’industrie de la presse ou de la culture de masse, font de cet ouvrage une référence unique.
Au moment où le XXIe siècle bascule dans le numérique, les féconds croisements de disciplines et de problématiques que propose La Civilisation du journal refonde et relance la réflexion sur la communication moderne.

Cette entreprise collective sans précédent associe trois équipes de recherche et plus de soixante auteurs venus de la littérature comme de l’histoire politique, culturelle et sociale.

Support Livre broché
Nb de pages 1760 p. (2012)
ISBN-10 2-84736-543-5
ISBN-13 978-2-84736-543-6
GTIN13 (EAN13) 9782847365436

Parution: Marjolaine Boutet, Vampires, au-delà du mythe

Vampires, au-delà du mythe
Marjolaine Boutet

Collection « Culture Pop », dirigée par Thibaut de Saint-Maurice
éditions Ellipses

9782729864026 • 256 pages • 12,50 E
contact presse : Laurence Chagneau, éditrice – laurence.chagneau@editions-ellipses.fr

« Que vous vous intéressiez aux fondements historiques de la mythologie des vampires (vous découvrirez ici quelques figures particulièrement terrifiantes et bien réelles), aux classiques admirables de la littérature de vampires, étudiés ici avec une finesse inégalée, aux narrations et gestuelles des films les plus marquants (de Murnau à Polanski, Coppola et Carpenter), à des héros de séries télévisées aussi remarquables que Buffy, Angel ou Bill Compton, mais aussi à des personnages moins connus et tant aimés comme Spike, Eric et Godric, ou au délire Twilight et à la vogue de la bit lit (ou « littérature mordante pour jeunes filles », genre : la vampire accro au shopping), vous trouverez dans Vampires, au-delà du mythe de quoi satisfaire tous vos désirs, même — et peut-être surtout — les plus pervers ! L’érudition diabolique et méticuleuse de Marjolaine Boutet — éminente spécialiste d’histoire contemporaine et remarquable connaisseuse des séries télévisées — touche, dans un grand esprit d’égalité, tous ces sujets, et surtout, en montre, avec une jubilation contagieuse, leur unité et leurs interactions. »

extrait de la préface de Sandra Laugier

Aujourd’hui comme hier, le vampire fascine, interroge ou rebute. Qu’y a-t-il donc dans cette créature qui excite autant l’imagination des hommes ? Comment se fait-il qu’en 2011 les histoires de vampires (à commencer par Twilight) aient toujours autant de succès ? Plus d’un siècle après la parution de Dracula de Bram Stoker, après des centaines de films, de romans, d’épisodes de séries télévisées, de chansons, de bandes dessinées et même de jeux vidéo et de comédies musicales, n’a-t-on pas dit tout ce qu’il y avait à dire sur le sujet ?
Le but de cet ouvrage est d’explorer, de tenter de comprendre ce qui se cache derrière ces histoires de vampires, d’en révéler les clés, les clichés, les symboles et le sens, d’en exposer les implications idéologiques et culturelles, pour aller au-delà du mythe…

Marjolaine Boutet est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie-Jules Verne, spécialiste de l’histoire des États-Unis, passionnée par la culture populaire en général et les séries télévisées en particulier.

(Parution) Fictions populaires.

Fictions populaires

Nicolas Crémona, Bernard Gendrel, Patrick Moran

Ce livre part du phénomène socio-historique qu’est la littérature de masse pour développer une réflexion théorique sur ce qu’est la littérature populaire, en affirmant que les formes et les pratiques du XIXe siècle ne font que réactiver ou poursuivre une tendance profonde de l’art narratif. Les fictions populaires, en ce sens, ne sont pas des sous-produits de l’activité éditoriale, mais des œuvres qui jouent directement avec les mécanismes essentiels de l’écriture romanesque.

This book looks at mass literature as a socio-historical phenomenon so as to elaborate a theoretical discussion on popular literature.

ISBN 978-2-8124-0263-0
EAN 9782812402630


Appel: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

Parution, Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse; Strenae n°2 – juin 2011

Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse

Sous la direction de Matthieu Letourneux

Strenae n°2 – juin 2011

http://strenae.revues.org/434


La culture de jeunesse est marquée par des pratiques de fiction diversifiées : activités ludiques, jeux, jouets et autres pratiques de « mimicry » mettant en branle des mécanismes de « feintise ludique » déterminent un territoire de la fiction beaucoup plus large que celui des seules productions artistiques traditionnelles (romans, albums, bandes dessinées, cinéma, etc.). Loin d’être hétérogènes, ces différents espaces de la fiction communiquent en permanence, parce que les jeunes lecteurs et consommateurs tissent naturellement des liens, prolongeant dans leurs jeux les récits qu’ils ont lus, vus ou entendus, et recherchant dans leur consommation de fictions un écho de leurs jeux. Mais ces espaces de la fiction communiquent aussi parce que les créateurs et l’industrie culturelle proposent de plus en plus des objets hybrides, misant sur la plasticité des pratiques (entre fiction et jeu, entre récit structuré et activité ludique ouverte) et sur la circulation des imaginaires d’un support à l’autre, d’un code à l’autre. Des jeux de rôles aux lego, en passant par les blogs ou les stratégies éditoriales contemporaines, ce sont ces nouvelles pratiques de la fiction et leurs conséquences en termes d’écriture (au sens large), mais aussi de lecture, d’appropriations et d’hybridations qui sont abordées dans ce numéro.

Table des matières :

Dossier thématique:

  • Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse (Introduction), par Matthieu Letourneux
  • Décliner pour progresser : 25 stratégies multimédiatiques dans l’édition pour la jeunesse, par Bertrand Ferrier
  • Le sens de la fiction ludique : jeu, récit et effet de monde, par Antoine Dauphragne
  • Fictions industrielles et apprentissage du temps : les jeux LEGO Bionicles, par Irène Langlet
  • Fiction et forme encyclopédique : Wookieepedia, Dragon Ball Wiki et Cie, par Benoît Berthou
  • Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas de Magic : l’Assemblée, par Pierre Cuvelier
  • Jeux de rôles pour enfants : une nouvelle forme de fiction ludique, par Sébastien Kapp
  • Narration interactive ludique : les jeunes lecteurs se réapproprient la culture populaire sous forme de persona-fictions, par France Vachey
  • Je lis, tu blogues et ils « littératurent » : « Blue cerises », entre roman, blog et produit marketing ?, par Eléonore Hamaide-Jager
  • « Brouillard sanglant » sur Sunnydale ! par Isabelle-Rachel Casta

Varia :

  • Relire Heidi aujourd’hui, la Suisse entre culture ancestrale et modernité, par Isabelle Nières-Chevrel
  • Des histoires de locomotives, par Françoise Le Bouar
  • Trois petits traités ludiques de fiction : quand l’album thématise le statut ontologique du personnage et ses rapports à l’auteur, par Catherine Tauveron

Fonds d’archives et collections :

Le Centre de littérature de jeunesse de la Ville de Liège, par Cécile Boulaire

Comptes rendus de lecture

Toutes les propositions d’articles (varia, comptes rendus, notes de lecture) sont à transmettre à l’adresse suivante : strenae@revues.org

Réunissant des chercheurs de toutes disciplines, Strenae est une revue en ligne créée en 2010 par une équipe de chercheurs de l’association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance (Afreloce : http://magasindesenfants.hypotheses.org), en partenariat avec le Centre National de la Littérature pour la jeunesse – Joie par les Livres / BNF. Strenae vise à faire connaître et dynamiser les travaux français sur la littérature et l’édition pour la jeunesse, mais aussi sur l’imagerie enfantine, le jeu et le jouet, la culture matérielle et orale de l’enfance, dans une perspective historique, littéraire, esthétique ou sociologique.

Prochain numéro : Enfance et colonies : fictions et représentations, sous la direction de Mathilde Lévêque. À paraître en novembre 2011.

http://strenae.revues.org

Adresse : Strenae, Université François-Rabelais, Département de Français (Équipe Intru, Cécile Boulaire), 3, rue des Tanneurs, BP 4103, 37041 Tours Cedex 1, France