Archives par mot-clé : Cinéma

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Appel à contributions

« La science-fiction française depuis 1970 »

(automne 2013)

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 décembre 2012, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

CFP: “Horror (as/is) Humor, Humor (as/is) Horror: sLaughter in Popular Cinema” (15 octobre 2012)

CFP:

“Horror (as/is) Humor, Humor (as/is) Horror: sLaughter in Popular Cinema” (collection)

(15 octobre 2012)

In his review of Tavernier’s Coup de torchon, David Kehr wrote in When Movies Mattered: Reviews from a Transformative Decade,
Death, violence, and moral corruption aren’t just slapstick props … but agonizingly real presences, and their comedy isn’t a release from horror, but a confrontation with it.… [H]umor and horror exist side by side, they play on the very thin line that separates a laugh from a scream, touching the hysteria common to both.… The best black humor makes us feel the horror. (186)
Scholarly collections in Humor and Horror Studies have largely conceived of them as separate genres and fields. Yet popular culture has increasingly seen a rise in the emotional and visceral confluence of humor and horror—from black comedies, dark fantasy and a renewed interest in fairy tale adaptations, to fresh literary works, graphic novels, and politics and satire.
Scholarly essays are sought for a potential collection on the nexus of humor and horror—sLaughter—in popular culture texts with a primary focus on film. Topics may include, but are clearly not limited to: Genre (e.g., parody, science / speculative fiction, thriller, dark fantasy, cyberpunk / splatterpunk, “classical” comedy / drama, post-humanism, terror/ism, apocalyptica and TEOTWAWKI); Creator / Auteur (e.g., Joss Whedon, Stephen King, Chuck Palahniuk, Mary Harron, Matt Groening, Seth McFarlane, the Soska sisters, the Coen brothers, Bret Easton Ellis, Charles Bukowski, Amy Lynn Best, David Cronenberg, Tim Burton, John Carpenter); or Theory / Theorist (e.g., structuralism, grotesquerie / freakery, transgressionism, attraction=repulsion, bodily mutilation / ablation, postmodernism, biomechanics / cyborg interfaces).
We are NOT interested in Abbot and Costello, “camp,” or anything else offering the audience a chance to be “psychologically distanced” from mortal terror—beyond the fact that they are viewing images on a screen. Though we are interested in zombies, lycanthropy, vampirism, and that lot, we envision a much broader and more scholarly collection than the fanzone tends to produce—much scarier than Twilight, etc.—that addresses the intersection of humor/horror. We want you to make us FEEL it, and tell us why it’s important.

By 15 October 2012, please submit a 250 word abstract and one-page CV to both Johnson Cheu (cheu@msu.edu) and John A Dowell (jdowell@msu.edu)

CFP: "The B Film" (The Projector: A Journal on Film, Media, and Culture)

Call for Papers for Special Issue

« The B Film »

for The Projector: A Journal on Film, Media, and Culture

The Projector: An Electronic Journal on Film, Media, and Culture is a peer-reviewed journal published twice a year under the auspices of the Department of Theatre and Film at Bowling Green State University. The Projector is seeking research-based essays for a special double issue on the B feature or “low-budget” film, studio-produced or independently financed, in any genre or country of origin. A range of possible topics or approaches appears below. This proposed special issue will comprise our Spring 2013 and Fall 2013 issues.

•Industrial contexts of production, financing models, marketing strategies, exhibition outlets (broadcast or cable television, DVD, Internet)
•Historical studies (e.g., Poverty Row, Bryan Foy) or historiographic issues, such as problems of definition
•Reception or audience analyses
•Aesthetic innovations; impact of digital and new media technologies
•Regional production (e.g., Appalshop)
•Cultural, social, historical aspects of B production and reception
•B cinema and cultural hierarchy; “bad cinema” and taste formation; exploitation (e.g., AIP, Troma,John Waters)
•B film labor: the auteur, star, scriptwriter; below-the-line personnel; the producer or financier
•Nonstudio sites of production; the industrial, educational, or training film
•Mumblecore; student films
•The B film/art cinema nexus (e.g., Reichhardt, Bigelow, the Coens, Raimi)

Essays should be sent electronically to both the Guest Editor Heidi Kenaga at kenaga@oakland.edu and General Editor Cynthia Baron at cbaron@bgsu.edu by October 1, 2012. Please send the manuscript in MS Word, using the MLA style of bibliographic citation, with a separate cover sheet containing author and affiliation information. Length: 20-25 pages, excluding cover sheet, Works Cited, and images. Queries should be sent to Heidi Kenaga.

Alain Boillat (Université de Lausanne, Suisse)

Alain Boillat (né en 1972) est depuis 2010 professeur ordinaire à la Section d’Histoire et esthétique du cinéma à la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne. Ses travaux ont en notamment porté sur les utilisations de la voix dans les dispositifs audiovisuels, sur les théories de l’énonciation narrative, du point de vue et de la fiction, sur l’historiographie du cinéma, sur les phénomènes d’oralité au cinéma ainsi que sur la représentation de certaines technologies (en particulier la téléphonie). Ses récentes recherches touchent plus spécifiquement à la notion de « monde filmique », à l’histoire des pratiques scénaristiques, au genre du western et à diverses formes de croisements entre la bande dessinée et le cinéma (au niveau tant des productions que des discours), au découpage de l’action et à la feuilletonnisation dans les périodiques de bande dessinée. Continuer la lecture de Alain Boillat (Université de Lausanne, Suisse)

CFP: (Re)Locating the Frontier: International Western Films (publication) (15 août 2012)

(Re)Locating the Frontier

International Western Films (publication)

Cinematic representations of the North American West, from the silent era to the present, have played an important role in one of the United States’ core cinematic genres and in the viewing lives of generations of North Americans. The Western tradition, however, with its well-worn tropes, readily identifiable characters, iconic landscapes, and evocative soundtracks, is not limited to the United States. Western, or Western-inspired films have played a part in the output of numerous national film traditions, including Asia, Central and Eastern Europe, and Latin America. Considerations of these films, however, have been decidedly U.S.-centric, with discussions of international Westerns typically limited to a small number of Eurowesterns and their directors.

This collection of essays seeks to broaden the scholarly conversation about Westerns by considering films beyond the Hollywood and Spaghetti Western traditions. The editors seek contributions that address a wide range of international Westerns, including their significance, meanings, and reception in their the national industries which gave them form. How do Westerns not made in the U.S. use the genre for their own purposes? Through what innovations or adaptations is that achieved? In what ways do these films challenge or support the idea of national literatures and cinemas? How do their narratives negotiate nation, narrative, genre, and their intersection?

Possible topics include, but are not limited to:

• El Topo and the Mexican Weird West
• Filming The Devil’s Backbone: The Border Frontier
• Genre Mash-ups in Asian Westerns: Dynamite Warrior
• The Good, the Bad, and the Samurai Tradition
• Sounds of the Frontier: Eurowestern Soundtracks
• Eurowestern Film Cycles: Django Rides
• Exploring the Ostern: White Sun of the Desert
• Karl May on Screen: The German Frontier Tradition
• Her Majesty’s West: Carry On, Cowboy
• Sholay and Frontier Independence
• The “Northern”: Hollywood North, or Something Else?

Please note: Essays dealing with the Spaghetti Western tradition should approach it from a fresh perspective, not yet represented in the substantial scholarly literature.

Acceptance will be contingent upon the contributors’ ability to meet these deadlines, and to deliver professional-quality work.

Publication timetable:

Aug 15, 2012 – Deadline for Abstracts

September 30, 2012 – Notification of Acceptance Decisions

Feb 1, 2013 – Chapter Drafts Due

April 30, 2013 – Chapter Revisions Due

May 30, 2013 – Final Revisions Due

July 1, 2013 – Delivery to Publisher

Please submit your abstracts of 500-1000 words and a brief (1-page) CV via email to both of the editors by August 15, 2012:

Cynthia J. Miller – cynthia_miller@emerson.edu
A. Bowdoin Van Riper – bvanriper@bellsouth.net

Parution: Christian Chelebourg, Les Ecofictions. Mythologies de la fin du monde

Christian Chelebourg, Les Ecofictions. Mythologies de la fin du monde

Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2012.

256 p.

Prix 19,50EUR

EAN 9782874491405.

Présentation de l’éditeur :

« Les écofictions. Mythologies de la fin du monde » est un essai qui relève à la fois des études de l’imaginaire et, partant,  des études écocritiques. Mais c’est aussi un livre hautement politique, dans la postérité des Mythologies de Roland Barthes.

Une écofiction n’est pas seulement une fiction (littéraire ou cinématographique) sur l’écologie, c’est avant tout et surtout une fiction sur le désastre écologique que tout le monde prédit.  Pollution, réchauffement climatique, catastrophes naturelles, épidémies, manipulations génétiques font partie de notre quotidien, engendrant une culpabilité et des angoisses dont nous avons de plus en plus de mal à nous défaire. Les fictions, littérature et cinéma en tête, exploitent ces nouvelles peurs, réactivant d’anciens mythes et créant de nouveaux.

À la lumière de plus de deux cents romans, films, bandes dessinées, documentaires, essais ou publicités, Christian Chelebourg démonte pour notre plus grand plaisir les mécanismes de ces écofictions qui nous divertissent autant qu’elles nous effraient, qui nous invitent à méditer sur notre fragilité autant qu’elles nous persuadent de notre puissance.

Parmi les oeuvres étudiées, on trouve:

Yann Arthus-Bertrand, Home
Michael Bay, Armageddon
Jan de Bont, Twister
Danny Boyle, 28 Days Later…
James Cameron, Avatar
Chris Carter, X-Files
Wes Craven, La Colline a des yeux
Robin Cook, Virus
Michael Crichton, État d’urgence
Roger Donaldson, Le Pic de Dante
Roland Emmerich, 2012
Alastair Fothergill, Un Jour sur terre
Terry Gilliam, L’Armée des douze singes
Al Gore, Une Vérité qui dérange
Nicolas Hulot, Le Syndrome du Titanic
Francis Lawrence, Je suis une légende
Mimi Ledder, Deep Impact
James McTeigue, V pour Vendetta
Hayao Miyazaki, Princesse Mononoké
Andrew Niccol, Bienvenue à Gattaca
Alex Proyas, Prédictions
Sam Raimi, Spider-Man 3
Kim Stanley Robinson, 50° au-dessous de zéro
Jean-Christophe Rufin, Le Parfum d’Adam
Steven Soderbergh, Contagion
Steven Spielberg, La Guerre des mondes
Andrew Stanton, Wall-E
Andy & Larry Wachowski, Matrix
Alexander Witt, Resident Evil: Apocalypse
Albert Camus, La Peste
Stephen King, The Stand
Jean-François Gosselin, La Fin du Monde – 21 décembre 2012
Hergé, L’Étoile mystérieuse

Christian Chelebourg est Professeur de Littérature à l’Université de Nancy 2 et directeur du Centre d’Études Littéraires Jean Mourot. Spécialiste de l’imaginaire, il s’est intéressé aux romanciers populaires du XIXe siècle avant de se consacrer à la Littérature de jeunesse contemporaine et aux fictions à destination du grand public. Il est principalement l’auteur de Jules Verne, l’oeil et le ventre (Minard, 1999), L’Imaginaire littéraire (A. Colin, « Fac », 2000) et Le Surnaturel – Poétique et écriture (A. Colin, « U », 2006).

Parution: Stanley Cavell, La Protestation des larmes; Le mélodrame de la femme inconnue

Stanley Cavell

La Protestation des larmes. Le mélodrame de la femme inconnue

Paris : Capricci, 2012

EAN 9782918040347

328 p.

Prix 21EUR

Présentation de l’éditeur :

Dans son ouvrage le plus célèbre écrit en 1981, À la recherche du bonheur, Stanley Cavell, se basant sur sept grandes comédies classiques hollywoodiennes, théorise l’existence d’un genre nouveau, la comédie du remariage.

Avec La Protestation des larmes (1996), le grand philosophe américain complète ce travail en définissant un genre symétrique : le mélodrame de la femme inconnue. À travers l’étude de quatre films des années 1930-1940, Cavell dresse le portrait d’héroïnes isolées qui partagent le besoin d’exister par elles-mêmes et d’être éduquées, et qui ne peuvent pourtant dépasser leur condition qu’en dehors du cadre du mariage.

Revendiquant de nouveau l’importance de mêler les disciplines comme la philosophie, l’esthétique ou la psychanalyse et de les faire dialoguer avec les oeuvres de la culture populaire que sont les films, Cavell développe une réflexion à la fois exigeante et enjouée.

Né en 1926, Stanley Cavell est une des voix les plus singulières de la philosophie contemporaine. Professeur d’esthétique à Harvard, il est le philosophe qui a su reconnaître la double importance du cinéma : pour lui-même et pour l’Amérique. Le cinéma parlant hollywoodien des années 1930-1960 retient particulièrement son attention : les écrits de Cavell à son sujet constituent une conversation inlassable, à la fois amoureuse et érudite, relançant et prolongeant celle que les films établissent déjà entre les sexes, entre l’ordinaire et le philosophique, l’Amérique et l’Europe…

Hunger Games: le premier dossier critique (sur Popenstock)

Écrit au cœur de la « Grande Récession » économique, Hunger Games (2008) éveille dès son titre le spectre du traumatisme qui le fonde, la paupérisation, voire tiers-mondisation de la « terre de l´opulence », « the land of plenty ». Quatre ans après l´adaptation filmique s´inscrit toujours à l´ombre de cette angoisse, véritable retour du refoulé au sein du monde globalisé par l´hyperconsommation.

Recyclage (l´ère étant, de facto, dévolue aux remakes et aux réécritures) d´un topos convenu de la dystopie science-fictionnelle, celui de la chasse à l´homme télévisuelle la saga s´adresse à ce nouveau public adolescent déniché (et, pourrait-on dire, refondé) par Rowling dans sa reprise de la mythologie traditionnelle de la Fantasy et ensuite vampirisé par Stephenie Meyer. De même que celle-ci réinventait l´érotique vampirique pour les nouveaux teens des virginity balls, Collins reprend la tradition dystopique des chasses à l´homme médiatiques pour en faire… [lire la suite sur Popenstock]

CFP: The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity, 8–9 November 2012 (ABSTRACTS: 1 June)

CFP

The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

8–9 November 2012

(ABSTRACTS: 1 June)

8-9 November 2012, Senate House, University of London

Keynote speakers include: Professor Phillip Tew (Brunel University) and Professor Christoph Lindner (University of Amsterdam)

‘Texts are always sites of evaluative struggle between the “high” and the “low”, whatever the presumed hierarchical positioning of their overall domain.’ (Léon Hunt)

The Marginalised Mainstream seeks to discuss the growing interest in and importance of mainstream culture and the popular as ways of engaging with cultural products of the late nineteenth to early twenty-first centuries, the long twentieth century, 1880–2010. Specifically, we seek to bring together postgraduate students, early career academics and established researchers working in the fields of Literature, Cultural Studies and elsewhere in the Humanities, to explore the mainstream culture and objects of mass appeal are so frequently marginalised by the academic community, as well as to offer some explanations for why this marginalisation might be.

We invite proposals for papers, reports, work-in-progress, workshops and pre-formed panels from all disciples on themes that could include, but are not limited to, the following:

• The changing conceptualisation of canonicity;
• Genres, subgenres and the process of genre-fication;
• Queer fictions and alien concepts;
• ‘Low-’, ‘middle-’ and ‘high-brow’ texts;
• Critical acclaim vs. mass appeal;
• Cult classics and forgotten classics;
• Award winners, box-office smashes and bestsellers;
• Taking theory where it’s never gone before;
• Historiographies of gender, race and class.

It goes without saying that writers, texts or topics need not be canonical and we actively encourage papers discussing writers, texts and visual media from around the world.

Panels will consist of three 20-minute papers followed by discussion. A lunch will be included on the first day, followed by a closing wine reception at the end of the second, where we hope all delegates and attendees will have a chance to mingle.

Abstracts of no more than 350 words are invited by 1 June 2012 . They must include:

• 350-word abstract, including title;
• your name;
• affiliation;
• contact information;
• a brief biographical paragraph about your academic interests;
• any technical support that might be needed.

Please email submissions, in Word, WordPerfect, or RTF formats, to organisers Brittain Bright (Goldsmiths College, University of London), Sam Goodman (University of Exeter) and Emma Grundy Haigh (Goldsmiths College, University of London) at

marginalisedmainstream@gmail.com

Acceptances will be sent out by no later than 16 July 2012.

Conference website: http://marginalisedmainstream.wordpress.com
Facebook page: https://www.facebook.com/pages/Marginalised-Mainstream-Conference-2012/25…

Please note: we are not in a position to assist with conference travel or subsistence.

CFP: Media Across Borders The 1st International Conference on the Localisation of Film, Television and Video Games (2 avril 2012)

Media Across Borders

The 1st International Conference on the Localisation of Film, Television and Video Games

Saturday 9th June, 2012 at the University of Roehampton, London

Launch event of the Media Across Borders network, funded by the Arts & Humanities Research Council (AHRC) as part of the Translating Cultures programme.

What happened when the UK TV series The Office was reworked for French audiences as Le Bureau? Or when Vishal Bhardwaj adapted Othello in the Bollywood musical Omkara? Or when the Tomb Raider video game had to be altered for the Japanese market? The practice of adapting media content across borders is spreading. Opportunities offered by digital technologies have accelerated creative borrowing and have firmly established content franchising.

This international conference seeks to interrogate the myriad ways in which media content is translated and adapted across cultural borders. Bringing together academic scholars and industry professionals, the conference will discuss processes of media localisation and contemplate the broader significance of cultural translation within the creative industries.

We will consider all proposals relevant to this theme, although we particularly welcome those that engage with the following topics:

– Cross-cultural remakes and adaptations
– TV Formats
– Video game localisation
– Media content franchising
– Transmedia storytelling
– Localisation through para-texts
– Fan appropriation across borders
– Cultural translation
– The universal and the particular

Please submit an abstract of 300 words along with a short biographical note to:

mab@roehampton.ac.uk

Deadline for abstracts is 2nd April 2012