Archives par mot-clé : auteurs

Appel: La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)

APPEL A COMMUNICATION
La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)
Université de Caen, 15-16 novembre 2012
Colloque organisé par l’équipe LASLAR (EA 4256)
sous le patronage de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

Organisation :

Julie Anselmini (julie.anselmini@unicaen.fr)

Comité scientifique :

Julie Anselmini, Université de Caen

Pascal Durand, Université de Liège (Belgique)

Vittorio Frigerio, Université de Dalhousie (Canada)

Matthieu Letourneux, Université Paris X-Nanterre

Sarah Mombert (ENS-LSH Lyon)

Claude Schopp, Président de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

On connaît Dumas père comme romancier, dramaturge, conteur et journaliste. En revanche, on considère généralement qu’il n’a rien d’un théoricien, et que son oeuvre, adressée au grand public, n’a aucune dimension réflexive. Si Dumas n’a en effet jamais brigué le statut de théoricien, son discours sur la littérature (celle d’autrui et la sienne), discours aussi abondant que polymorphe, révèle une pensée d’une grande richesse. Ce colloque voudrait la mettre en lumière en explorant notamment les axes de réflexion suivants :
1) Comment Dumas s’auto-figure-t-il en critique ? Dans quelles postures ? Comment affirme-t-il, entre dénégation et revendication, un statut original d’auteur critique ?
2) Sur quels supports Dumas élabore-t-il sa réflexion sur la littérature, et dans quels cadres énonciatifs (articles de journaux, causeries, lettres, mémoires, préfaces, passages métadiscursifs de son oeuvre fictionnelle…) ? Que révèlent les personnages d’artistes mis en scène par Dumas dans certaines de ses oeuvres (par exemple Les Mohicans de Paris) ? Quelles sont les modalités de l’écriture critique dumasienne, et en quoi peut-on parler d’une critique « créatrice » ?
3) Quelles idées Dumas exprime-t-il, et varient-elles au fil de sa carrière ? Comment envisage-t-il chacun des grands genres littéraires et leurs relations ? Quelle vision a-t-il de l’histoire littéraire et notamment de l’époque romantique ? Comment conçoit-il la création d’une oeuvre (quelle place accorde-t-il à l’idée de collaboration) et à sa réception ? Quelle importance donne-t-il aux notions de style ou encore de composition ? Comment théorise-t-il la littérature de masse et le rôle de vulgarisateur que lui-même revendique ?
4) Quelle image Dumas a-t-il de la critique littéraire de son temps, et comment s’y inscrit-il ? Quels défauts et quelles qualités attribue-t-il aux critiques contemporains, et quelles influences majeures subit-il ou rejette-il ?

Les propositions de communication, assorties d’une brève bio-bibliographie, sont à
envoyer pour le 15 avril à l’adresse julie.anselmini@unicaen.fr

Parution: Vittorio Frigerio, Dumas l'irrégulier (PULIM)

Vittorio Frigerio, Dumas l’irrégulier

Presses Universitaires de Limoges, coll. « Mediatextes », 2011.

190 pages – 25 €

ISBN : 978-2-84287-546-6

L’oeuvre et la vie d’Alexandre Dumas père ont connu des hauts et des bas impressionnants. De provincial parfaitement inconnu à étoile montante du premier romantisme ; de maître du théâtre moderne à inspirateur de navets de série B ; de roi incontesté du feuilleton, adoré par des millions de lecteurs, à exemple flagrant pour les enfants des écoles de comment il ne faut surtout pas écrire ; de vieux mulâtre fatigué, survivant à peine aux dépens d’un public provincial peu exigeant, à brillante incarna­tion posthume de la France multiculturelle, installé depuis 2002 au Panthéon. Homme-orchestre, écrivain inspiré mais également imprésario de lui-même, administrateur, publiciste et personnalité médiatique avant la lettre, Dumas mêle une apparente simplicité de bon aloi avec une identité à facettes multiples, qui en font un personnage crucial pour comprendre l’évolution de la littérature et des médias dans l’âge moderne.

Vittorio Frigerio est professeur et directeur du département d’études françaises de l’université Dalhousie de Halifax (N.-E., Canada). Critique et romancier, il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles principalement sur des auteurs du xixe siècle français. Il est également l’animateur de la revue en ligne Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique (http://etc.dal.ca/belphegor). Il a publié Les fils de Monte-Cristo aux PULIM.

Colloque « San-Antonio et la culture française », Les Actes

San-Antonio, l’auteur français le plus lu du XXe siècle, a vu son œuvre passer de l’état de bien culturel de grande consommation à celui d’une sorte de trésor national, monument littéraire et linguistique entretenu par une foule de thuriféraires. Plébiscité par les lecteurs, il a aussi retenu l’attention de l’université, séduit la critique et captivé les médias. Soixante ans après sa création et dix ans après la mort de l’auteur, la série de ses aventures continue et les rééditions se succèdent.

La place de San-Antonio dans la culture française continue de faire débat. Au delà de son statut de phénomène d’édition, la mesure de son importance dans l’histoire culturelle de l’après guerre jusqu’à nos jours reste à prendre. En 1965, le premier colloque qui lui fut consacré, dirigé par R. Escarpit, l’abordait du point de vue d’une sociologie de la lecture, et en tant que représentant de la «culture de masse». Quarante-cinq ans plus tard, le colloque international qui s’est tenu à la Sorbonne du 18 au 20 mars 2010 envisage son œuvre dans ses multiples rapports à la culture française, tant populaire que lettrée.
Cet ouvrage rassemble les communications présentées dans ce cadre. Il montre à la fois comment San-Antonio est devenu un héros (contre-) culturel en France et une exception française à l’étranger, et comment la série se nourrit de références intertextuelles et parodiques, de Rabelais à Alphonse Allais, des anciens manuels de savoir-vivre à la littérature pornographique. Il donne ainsi une perspective dynamique sur ses origines et sur le contexte culturel dans lequel elle s’inscrit et sur lequel elle a à son tour influé, tout en rappelant à quels titres San-Antonio, Bérurier et les autres peuvent se targuer d’un caractère «épiquement français».

A signaler: Eugène Sue, Correspondance générale, volume 1

Parution à signaler

Eugène Sue

CORRESPONDANCE GENERALE
VOLUME 1
(1825-1840)

Editée par Jean-Pierre Galvan

Eugène Sue (1804-1857) est probablement un des écrivains les plus célèbres et les plus mal connus du XIXe siècle. Victime de son succès populaire et de son engagement social, il a suscité bien des polémiques et donné naissance à des légendes qui perdurentaujourd’hui encore.

Un des objectifs de cette édition est de donner de l’homme et de l’auteur des Mystères de Paris l’image la plus objective possible. Au fil des lettres, sont minutieusement retracées les différentes étapes de sa carrière littéraire et de l’évolution de ses idées. À travers l’itinéraire particulier d’Eugène Sue, c’est tout un aspect encore peu connu de la littérature de la première moitié du XIXe siècle qui se révèle.

Journée d’étude Alexandre Dumas et l’art.

JOURNÉE D’ÉTUDES DUMASIENNES
ORGANISÉE PAR LA SOCIÉTÉ DES AMIS
D’ALEXANDRE DUMAS

DUMAS ET L’ART

***

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

MATINÉE
Modérateur: Matthieu Letourneux.
10 h. 30. Jean Nayrolles (Université de
Toulouse- Le Mirail) : Dumas et les origines
de la peinture.
11 h. 10. Jacqueline Razgonnikoff
(Comédie-Française) : Dumas et les phares
flamands (Rubens, Rembrandt).
11 h. 50. Pauline Vanachter : L’art dans les
oeuvres de Dumas.
APRÈS-MIDI
Modérateur: Claude Schopp.
14 h. 30. Isabelle Safa : Les Fantômes de
l’Opéra : figures de la cantatrice dans l’oeuvre
d’Alexandre Dumas.
14 h 40. Louis Peyrusse (Université de
Toulouse- Le Mirail) : Les Maîtres italiens.
15 h 10. Julie Anselmini (Université de
Caen) : Voyager en peinture : récit viatique et
critique d’art chez Dumas.