Parution, Emilio Ghione, Za La Mort.

Parution

Emilio Ghione, Za la Mort

a cura di Denis Lotti

Nerosubianco, coll. le drizze, 2012

Nel 1925 Za la Mort, eroe del cinema muto italiano, diventa protagonista di un romanzo cinematografico dal titolo eponimo. Chi lo scrive è il suo creatore, Emilio Ghione, regista e attore – tra i maggiori divi del nostro cinema – che ha conosciuto, negli anni della Grande Guerra, fama internazionale. Ghione è anche l’interprete di Za la Mort: un connubio totale che segna, nel bene e nel male, la sua carriera. Con il Dopoguerra, il cinema italiano vive una grande crisi. Molti beniamini del pubblico sono costretti ad abbandonare le case di vetro per sempre o a emigrare in Germania. Tra questi ultimi troviamo anche Ghione, che a Berlino gira un film, L’incubo di Za la Vie (1924), alla base di questo romanzo. Ma già l’anno successivo rientra in Italia.
Za la Mort è pubblicato in appendice a «Il Mondo» di Amendola e poi riedito nel 1928 da Nerbini, illustrato dal grande Giove Toppi, nella versione definitiva che qui riproponiamo. Ghione morirà due anni dopo, alle soglie del cinema sonoro. Giacché i film di Za risultano in larga parte dispersi o incompleti, il romanzo (assieme al successivo L’ombra di Za la Mort) è l’unica sua avventura giunta integra ai giorni nostri.
di Emilio Ghione
a cura di Denis Lotti

Denis Lotti (Vicenza, 1975) è dottore di ricerca in Storia del cinema. Si occupa di cinema muto italiano, in particolare di divismo maschile e di cinema coloniale. Fra le sue ultime pubblicazioni: Emilio Ghione l’ultimo apache (Cineteca di Bologna, 2008). Cura un archivio di immagini cinematografiche on line (Archivio Denis Lotti).
Di Ghione prepara anche la riedizione, in un unico volume, del saggio sul cinema italiano (La parabole du cinéma italien, 1930), pubblicato a Parigi, e dell’autobiografia (Memorie e confessioni, 1929).
Collabora attivamente all’Airsc – Associazione Italiana per le Ricerche di Storia del Cinema e alla rivista «Immagine. Note di storia del cinema».

Séminaire "Histoire des imaginaires (XIXe-XXe siècles)" (Paris-Sorbonne)

Histoire des imaginaires (xixe-xxe siècles)
Séminaire M2/doctorat du Professeur Dominique Kalifa
Mardi 17h-19h, Sorbonne, salle Picard

Ouvert aux étudiants du master 2, aux doctorants et à tous les chercheurs intéressés, ce séminaire poursuit la réflexion entamée de longue date sur les liens entre culture, représentations et société. La dimension méthodologique y reste dominante : qu’il s’agisse de la présentation de leurs travaux par des chercheurs confirmés, de jeunes docteurs ou des doctorants, l’accent y est surtout porté sur les pratiques historiennes et les manières de faire. On s’intéressera cette année à l’histoire des imaginaires : sociaux, spatiaux, temporels.

1. Mardi 30 octobre 2012
Dominique Kalifa : « Écrire l’histoire des imaginaires : sociétés et temporalités ».

2. Mardi 13 novembre 2012
Loïc Artiaga (Université de Limoges) : « Fantômas, les archives de l’Insaisissable ».

3. Mardi 27 novembre 2012
Antoine de Baecque (Université Paris-Ouest) : « Paris vu par Hollywood, une fabrique des fantasmes».

4. Mardi 11 décembre 2012
Ludovic Maugué (Université de Genève) : « La maison centrale d’Embrun entre logique économique et impératifs sécuritaires : 1803-1815 ».

5. Mardi 18 décembre 2012
Máire Cross (University of Newcastle) « Traces of Flora Tristan’s experience of London during the 1830s: multidimensional occupancy ».

6. Mardi 15 janvier 2013
Quentin Deluermoz (Université Paris-Nord) et Arnaud Houte (Université Paris-Sorbonne) : « Découper l’histoire de France ».

7. Mardi 29 janvier 2013
Rebecca Powers (The Johns Hopkins University) : « Les nouveaux paradigmes du travail sous la monarchie de Juillet : histoire et littérature ».

8. Mardi 12 février 2013
Emmanuelle Retaillaud-Bajac (Université de Tours): « Années folles ».

9. Mardi 26 février 2013
Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3) : « Mystères urbains »

10. Mardi 12 mars 2013
Noriko Teramoto (Hitotsubashi University) :  « France et Japon au début de l’ère Meiji : Masana Maeda et la présence japonaise à l’Exposition universelle de 1878 ».

11. Mardi 26 mars 2013
Dominique Kalifa : « Victoriana».

12. Mardi 9 avril 2013
Mathilde Rossigneux-Meheust (Paris 1, Centre d’histoire du xixe siècle) « Vivre, vieillir et mourir à l’hospice au xixe siècle : genèse d’une expérience »

13. Mardi 23 avril 2013
Dominique Kalifa : « Belles Époques »

Université Paris-1 : 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris (Salle Picard, Esc. C, 3e ét. droite)

Colloque international: L'œuvre romanesque Pierre Benoit (3 et 14 décembre 2012)

L’œuvre romanesque Pierre Benoit

Colloque international >> 13 et 14 décembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Colloque organisé par Anne Struve-Debeaux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CSLF, EA 1586) et l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) dirigée par Myriam Boucharenc.

Avec le soutien du CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), du centre HAR (Histoire des Arts et Représentations, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), et des éditions Albin Michel.

En collaboration avec l’Association des Amis de Pierre Benoit et le CRAM (Centre de Réflexion sur les auteurs méconnus)

Argumentaire

Romancier prolifique et grand voyageur, Pierre Benoit a publié une quarantaine de romans. Parmi les plus connus : Koenigsmark (1918), L’Atlandide (1919), Mademoiselle de La Ferté (1923), La Châtelaine du Liban (1924), Axelle (1928)… A l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, alors que les éditions Albin Michel s’apprêtent à rééditer un certain nombre de titres, il paraît intéressant de revenir à cette œuvre qui, incontestablement, a marqué la production romanesque de l’entre-deux-guerres, mais aussi les débuts du cinéma, avec plusieurs adaptations, dont celle de L’Atlandide par Jacques Feyder en 1921. Teintée d’un certain érotisme, et mêlant le plus souvent l’aventure, le fantastique et l’exotisme, elle n’est pas étrangère, non plus, au domaine du roman de caractère, par son exploration du cœur de l’homme et de ses passions.

Jeudi 13 décembre 2012

9h30-10h — Accueil des participants.

10h- 10h15 — Allocution d’ouverture par Myriam BOUCHARENC, Professeur de littérature française, responsable de l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) du CSLF.

Séance présidée par Yves Baudelle

10h15 — Daniel ARANJO (Univ. du Sud Toulon-Var) : « Pierre Benoit sans œillères, universitaires ou autres »

10h35 — Jean-François CROZ (CPGE) – « Pierre Benoit et le monde savant : entre séduction et dérision. »

10h55– Catherine HELBERT (Univ. Paris IV-Sorbonne) — « La réception critique de Pierre Benoit par Benjamin Crémieux et la NRF »

11h15– Luc RASSON (Univ. d’Anvers) – « Modernité de Pierre Benoit ? »

11h35-12h — Discussion

12h-14 h — Déjeuner

Séance présidée par Gérard de Cortanze

14h — Hossein TENGOUR (Univ. Paris VII): « La prose de Pierre Benoit, entre roman d’aventures et récit poétique ».

14h20 — Yves BAUDELLE  (Univ. Lille III-Charles de Gaulle) : « Romanesque et parodie : L’Atlantide”».

14h40 — Chantal FOUCRIER ( Univ. de Rouen) : « L’Atlantide de Pierre Benoit, ou : l’art d’accommoder les restes »

15h — Thierry OZWALD (Univ. de Limoges) : « Pierre Benoit et Prosper Mérimée »

15h20-15h-45 : Discussion

15h45-16h : Pause

16h — Henri LHERITIER (écrivain) : « Une verticale de Pierre Benoit »

16h20-17 h — Table ronde

Gérard de CORTANZE et Stéphane HÉAUME (écrivains)

Dégustation et dédicaces.

Vendredi 14 décembre 2012

Séance présidée par Chantal Foucrier

10h15 — Maurice THUILIERE (écrivain) : « Du voyage au reportage, puis au roman : l’exemple du Soleil de Minuit »

10h35 — Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Réalité et création littéraire dans Notre-Dame de Tortose ».

10h55 — Eleni TATSOPOULOU (Univ. d’Athènes) : «Saint-Jean d’Acre de Pierre Benoit, à la croisée des cultures et des passions »

11h15 — Jean ARROUYE (Aix-Marseille Université) : « Erromango, bilan négatif de la colonisation »

11h35-12h : Discussion

12h-14 h : Déjeuner

Séance présidée par Daniel Aranjo

14h00– Edith PERRY (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Mademoiselle de la Ferté, une poétique de l’ambiguïté »

14h20– Paul KAWCZAK (Univ. de Franche-Comté ) : «La mort de l’aventurier dans Koenigsmark et L’Atlantide de Pierre Benoit : une mort idéale ?

14h40-15h — Discussion

15h-15h15 : Pause

Séance présidée par Jean Arrouye

15h15– Erik PESENTI-ROSSI (Univ. de Mulhouse) : « Les adaptations cinématographiques de L’Atlantide ».

15h35–Laurence SCHIFANO (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le mythique, un enjeu d’adaptation dans L’Atlantide (Die Herrin von Atlantis) de G.W. Pabst, 1932 ».

16h55– Prosper HILLAIRET (Univ. Paris VIII – Vincennes- Saint Denis) : les adaptations cinématographiques de La Châtelaine du Liban (Gastyne (1926), Epstein (1934), Pottier (1956))

16h15 — Laurent VERAY (Univ. Paris III-Sorbonne Nouvelle) : Kœnigsmark de Léonce Perret  (1923)

16h35-17h : Discussion et conclusion.

Gérald Peloux (Université de Cergy-Pontoise)

Photo Peloux

MCF HDR, CY Cergy Paris Université
Agrégé de langue et culture japonaises et docteur en littérature moderne japonaise, Gérald Peloux (né en 1973) est maître de conférences en études japonaises à CY Cergy Paris Université. Il est membre du laboratoire de recherche Héritages (UMR 9022), de la SFEJ (Société Française des Etudes Japonaises) et membre associé du CRCAO (Centre de Recherche sur les Civilisations Orientales, UMR 8155).

Ses centres d’intérêt sont la littérature et la culture populaires japonaises du XXème siècle. Après une thèse sur le statut de la lecture et du lecteur dans l’œuvre d’Edogawa Ranpo, un des maîtres du roman policier japonais, il s’est intéressé pour son habilitation à diriger des recherches à l’écriture cosmopolite de Tani Jôji, à la croisée des chemins entre modernisme et littérature populaire.

Il s’intéresse désormais plus particulièrement au roman policier des origines (première moitié du XXe siècle), au mouvement ero-guro-nansensu (« érotisme-grotesque-nonsense ») de la fin des années 1920 et du début des années 1930, et à la littérature humoristique, dans sa composante loufoque et nonsensique, et à ses liens avec les autres supports médiatiques.
Il a obtenu en 2022 le prix d’encouragement du Prix Konishi pour la traduction littéraire pour sa traduction (du japonais vers le français) d’un choix de nouvelles de Tani Jôji : Chroniques d’un trimardeur japonais en Amérique (Editions des Belles Lettres, 2019).
Publications et communications :

Parution: Comicalités/Nouvelles publications septembre 2012

Comicalités/Nouvelles publications septembre 2012

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que les Carnets de la bande dessinée sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

———————————————

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »
Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

Colloque: Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy (littérature et arts visuels); 29-30 novembre 2012

Poétiques du merveilleux :

fantastique, science-fiction, fantasy

(littérature et arts visuels)

29-30 novembre 2012


Maison de la recherche, Université d’Artois, 9 rue du temple, 62030 Arras cedex

Du 29 novembre 2012 au 30 novembre 2012, Université d’Artois, Arras, Maison de la recherche

CERLI (Centre d’études et de recherches en littérature de l’imaginaire)
Université d’Artois (Arras), Équipe d’accueil 4028 « Textes et Cultures », Axe de recherches « TransLittéraires »

Colloque organisé par Anne Besson et Evelyne Jacquelin

Jeudi 29 Novembre

9h : Accueil des participants

Ouverture du colloque (Claudine Nedelec, Directrice de Textes et Cultures / Lauric Guillaud, président du CERLI)

9h30 : Introduction scientifique : Anne Besson et Evelyne Jacquelin, « Poétiques du merveilleux, du fantastique à l’imaginaire contemporain »

Séance 1 : Frontières poreuses du réalisme contemporain

Présidence : Françoise Dupeyron-Lafay

10h : Laurent Bazin (U. Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines), « Pluralité des mondes, porosité des genres : poétiques de la transgression dans le roman européen contemporain »

10h30 : Vanessa Besand (U. Bourgogne), « Héritage du merveilleux dans le roman postmoderne : vers un renouvellement des catégories todoroviennes »

11h : Hélène Machinal (U. Bretagne occidentale), « Écriture du futur et redistribution des cartes génériques dans deux romans britanniques contemporains : Cloud Atlas de D. Mitchell et The Book of Dave de W. Self »

11h30 : discussion

12h00-13h30 : pause déjeuner

Séance 2 : Vous avez dit irrationnel ?

Présidence : Eric Lysøe

13h30 : Sylvie Allouche (U. Bristol), « Science et esprit scientifique dans Buffy the Vampire Slayer et Harry Potter »

14h : Jérôme Goffette (Université Lyon 1 / ENS), « L’hybride : merveilleux et scientifique dans Le Dr Lerne de Maurice Renard »

14h30 : Isabelle Limousin (Musée Picasso), « La Licorne de Borre Saethre »

15h : discussion et pause

Séance 3 : Merveilleux et science-fiction

Présidence : Hélène Machinal

15h30 : Thierry Jandrok (psychanalyste), « Retour sur le sens du Merveilleux »

16h00 : Philippe Clermont (Université Strasbourg IUFM), « Contribution à une théorie syncrétique du merveilleux : quelques apports de la science-fiction »

16h30 : discussion et pause

Séance 4 : Merveilleux et littérature de jeunesse

Présidence : Anne Besson

17h : Virginie Douglas (U. Rouen / Institut Charles Perrault), « Réalisme, fantasy et réalisme magique dans le roman britannique contemporain pour la jeunesse »

17h30 : Christian Chelebourg (U. Nancy 2), « Les dispositifs de l’aventure merveilleuse dans les fictions de jeunesse : topique et poétique »

18h : discussion et pause

18h30-20h : Assemblée générale des « Amis du CERLI »

20h30 : Dîner du colloque dans le centre-ville d’Arras

Vendredi 30 novembre

9h : Arrivée des participants

Séance 5 : Langage, imagination, fiction

Présidence : Lauric Guillaud

09h15 : Hélène Barrière (U. Aix – Marseille), « Imaginaire et décodage dans l’écriture de Barbara Frischmuth »

9h45 : Jérôme Dutel (U. Jean Monnet, Saint-Etienne), « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? »

10h15 : discussion et pause

10h45 : Françoise Dupeyron-Lafay (U. Paris-Est – Créteil), « En finir avec le réel, le possible et le vrai ? »

11h15 : Eric Lysøe (U. Clermont-Ferrand), « Fantastique, science-fiction, fantasy : pour une poétique des genres de l’imaginaire »

11h45 : discussion

12h-13h30 : pause déjeuner

Séance 6 : Le fantastique, mises en scène et en regard

Présidence : Gilles Menegaldo

13h30 : Valérie Tritter (Rectorat de Paris), « Etude d’impact de la 3D fantastique depuis L’Etrange créature du lac noir jusqu’à nos jours »

14h : Marc Arino (U. La Réunion), « Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro : une histoire de regards et de désobéissances »

14h30 : François-Ronan Dubois (U. Stendhal – Grenoble 3), « Doctor Who (2005) : la science-fiction à la conquête du fantastique »

15h : discussion et pause

Séance 7 : Sacré et transgression

Présidence : Evelyne Jacquelin

15h30 : Isabelle Olivier (U. Artois), « Motifs fantastiques et fantasy : écriture et réception du surnaturel selon le contexte narratif »

16h : Deborah Bridle-Surprenant (U. Nice – Sophia-Antipolis), « “A terrible good” : La poétique du surnaturel et du mysticisme dans Descent Into Hell (1937) de Charles Williams »

16h30 : Isabelle Casta (U. Artois), « La problématique sacrificielle dans la fantasy vampirique : un merveilleux transcendantal ? »

17h00 : discussion

Des trains repartent pour Paris à 18h17, 20h17, 21h17, 22h17.

Responsable : Anne Besson et Evelyne Jacquelin, E.A. Textes et Cultures, avec le CERLI

CFP: The pornographisation of pop culture Deadline: November 15, 2012

Appel à contribution

la pornographisation de la pop culture

 

Deuxième appel

Notre second numéro élabore une étude à propos de la pornographisation de la pop culture. Cinquante milliards d’euros : c’est le chiffre d’affaires annuel mondial de l’industrie du sexe, soit trois fois plus que celui de l’industrie musicale. Pour la rattraper, l’industrie culturelle lui emprunte son savoir faire et les biens culturels à connotation sexuelle paraissent omniprésents dans la société Occidentale : Des films et des chansons orgiastiques, banalisation et pornographisation de l’offre médiatique, hypersexualisation des jeunes liée à l’imitation du comportement du star system, etc. Mais, quelle est le véritable effet de ce phénomène sur la culture populaire ? Sommes-nous en train de vivre l’anéantissement de nos sens et de notre imagination face à cette surexposition ? Qu’en est-il de notre liberté de fantasmer ?

Avec l’intention de générer un réel dialogue autour de ce phénomène, Artéfact encourage aux artistes et aux amateurs d’art à nous soumettre leurs essais, photos, dessins et autres travaux autour de ce thème. Des sujets libres pourront également enrichir notre site et nos diverses rubriques (ciné, théâtre, danse, expositions, portrait, littérature et musique). Ces textes peuvent être en français et/ou en anglais, la rédaction décidera ou non de les traduire. Pour toute contribution, voir ci-dessous les consignes aux auteurs.

Consignes aux auteurs

Date limite : 15 novembre 2012

Les auteurs doivent soumettre leurs travaux (Inédits) par mail à la rédaction : contact.revue.artefact@gmail.com.

Les propositions prennent les formes suivantes :

  • Recension d’articles : Des textes critiques (en français et/ou en anglais) de 4 000 à 6 000 signes, au format *.rtf ou *.doc,
  • Nouvelles (entre 8 000 et 12 000) et micro-nouvelles ou poèmes (1500 signes maximum), au format *.rtf ou *.doc,
  • Notes de lecture : 5 000 signes maximum, espaces compris, au format *.rtf ou *.doc,
  • Illustrations : photos (*.jpeg) et dessins (jpeg, *.doc) de bonne résolution (300 dpi)

Chaque document soumis comportera :

  1. Une page de titre avec le titre complet, et une présentation des auteurs,
  2. Un résumé de 100 à 200 mots, bilingue si possible.,
  3. Une bibliographie,
  4. Autorisation de reproduction pour toute illustration,

Refus d’un article

Les conditions ci-dessous résument les raisons qui peuvent nous amener à refuser la publication d’un article :

  • Article avec un problème de droit d’auteur
  • Article décrivant des faits faux ou non vérifiables
  • Article confus, peu clair et peu précis
  • Article à caractère diffamatoire
  • Article à caractère pornographique
  • Article incitant à la haine, au racisme, au sexisme, à l’homophobie
  • Article à caractère promotionnel
  • Article à caractère commercial

L’auteur sera avisé par mail du refus ainsi que de son motif.

Séances séminaire LIRE XIXe: Périodiser : les temps recomposés

Séances séminaire LIRE XIXe

Périodiser : les temps recomposés

ISH – 14 av. Berthelot, 69007, Lyon

Le séminaire LIRE XIXe s’attachera, pour cette année 2012-2013, à interroger la conception et les pratiques de la périodisation dans le champ des études littéraires et artistiques.

Cette série de regards croisés permettra tout d’abord d’envisager la périodisation d’un corpus et les critères mobilisés pour le constituer, lorsque celui-ci se fixe pour objectif de mettre en lumière l’émergence d’un genre (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan) ou d’une pratique intimement liée à l’évolution des supports médiatiques, eux-mêmes soumis à des rythmes et à une périodicité spécifiques (« Les revues de fin d’année », resp. O. Bara). Geste critique dont les principes ont pu eux-mêmes varier avec le temps et qui appelle une réflexion également rétrospective sur les pratiques éditoriales (« Recherche sur l’édition critique », resp. Ph. Régnier).

La question sera également envisagée du point de vue de la sociologie du champ littéraire et artistique : placée sur ce terrain, la pratique de la périodisation permet-elle de distinguer et de définir des unités tout autant signifiantes que significatives, comme celle de « génération » (Serge Zenkine) par exemple ? Cette démarche est-elle viable lorsqu’il s’agit de faire le point sur le statut des femmes musiciennes entre le XVIIIe et le XIXe siècles (« Musiciennes », resp. A. Ramaut) ou l’analyse met-elle au jour plus de permanences que de véritables mutations ?

Enfin, si l’histoire littéraire privilégie logiquement une scansion fondée sur les événements internes à la sphère de la littérature (histoire des genres littéraires, émergence des courants et des écoles, prépondérance des chefs de file, polémiques et combats, etc.), comment prend-elle en compte, dans la démarche de périodisation, d’autres temporalités, à partir desquelles les textes « travaillent » et qu’ils réfléchissent ? Temps scientifique, scandé par les découvertes et sous-tendu par une idéologie du progrès (« Le roman d’anticipation », resp. Cl. Moisan ; « Machines à images », resp. D. Gleizes & D. Reynaud) ; temps historique, marqué par la violence de l’événement révolutionnaire (« Romans de la Révolution », resp. J.-M. Roulin) ou par la persistance douloureuse de l’esclavage (« La voix des esclaves » (resp. S. Moussa & D. Lançon). Comment périodiser ces phénomènes de réception, marqués tour à tour par de brusques effets de focalisation, des mécanismes d’amortissement et de normalisation, des moments d’inertie et de rémanence, un travail de mémoire, enfin ?

Mercredi 10 octobre, 14h : accueil des étudiants de master 2 dans le cadre de leur formation à la recherche au LIRE.

1. Jeudi 11 octobre :

« La voix des esclaves » (resp. Sarga Moussa & Daniel Lançon)

– Vanessa Guignery (PR ENS de Lyon, UMR LIRE), « Voix et silence des esclaves du Cap en Afrique du Sud : écritures contemporaines »

– Elodie Gaden (doctorante, Grenoble 3), « La voix des esclaves dans les lettres de Sophia Poole, la soeur d’Edward Lane (The Englishwoman in Egypt, 1844-1845) »

2. Jeudi 15 novembre

« Histoire des genres/histoire des sciences : questions de périodisation » (resp. Claire Barel-Moisan, Delphine Gleizes)

-Claire Barel-Moisan, « Le roman d’aventures scientifiques et d’anticipation à la fin du XIXe siècle : les âges de la vie d’un genre »

-Delphine Gleizes, « La littérature au prisme des inventions optiques : anticiper/refléter »

3. Jeudi 13 décembre :

Matin : « Atelier Thèse » : Amélie Caldérone, Delphine Dufour…

Après-midi : « Musiciennes » (resp. Alban Ramaut)

– Florence Launay, « La prise en compte des musiciennes par l’histoire: un tour d’horizon »

– Etienne Jardin, « Laure Cinti-Damoreau : la formation d’une première chanteuse »

– Muriel Boulan : « Louise Farrenc et la Société des concerts du Conservatoire : la singulière insertion d’une femme sur la scène symphonique française »

4. Jeudi 10 janvier

Serge Zenkine (Université des sciences humaines (RGGU), Moscou – Collegium de Lyon), « La génération sur l’échelle de l’histoire : La valeur d’une notion dans le langage courant et dans les recherches littéraires »

5. Jeudi 14 février

« Présentation de l’ANR Médias19 » (resp. Olivier Bara)

– Olivier Bara, « Editer en ligne des revues dramatiques de fin d’année »

– Amélie Calderone (doctorante, LIRE/Lyon 2), « Etude de cas »

6. Jeudi 21 mars

« Les romans d’anticipation » (resp. Claire Barel-Moisan)

-Irène Langlet (Université de Limoges), « La première littérature d’anticipation française au pied de la lettre, ou : la longue marche vers une poétique du futur »

-Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest), « Anticipation Belle Epoque et rétrofuturisme générique: oeuvres sérielles et horizon(s) d’attente »

7. Jeudi 4 Avril

« Romans de la Révolution » (resp. Jean-Marie Roulin)

-Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), « Républiques et Révolution »

-Aude Déruelle (Université d’Orléans), « Décentrements et décalages »

8. Jeudi 16 mai : Journée des doctorants

9. Jeudi 13 juin : « Recherche sur l’édition critique » (resp. Philippe Régnier)

Pour mémoire :

31 janvier et vendredi 1er février : journées conclusives sur le Théâtre populaire (resp. Olivier Bara)

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Appel à contributions

« La science-fiction française depuis 1970 »

(automne 2013)

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 décembre 2012, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

Séminaire: Histoire de l'édition, du livre et de la lecture en Europe

HISTOIRE DE L’EDITION, DU LIVRE ET DE LA LECTURE
EN EUROPE DU XVIIIe au XXIe SIECLE


Responsable :
Jean-Yves Mollier, professeur à l’UVSQ.

Statut :
Séminaire d’enseignement et de recherche.

Horaire :
Vendredi, de 14 à 17 heures pour le séminaire et lundi, de 14 à 17 heures pour les séances de suivi des recherches (lundis 8 et 22 octobre, 12 novembre et 3 décembre 2012, ainsi que 28 janvier, 18 février, 11 mars et 15 avril 2013).

Lieu :
UVSQ, Bâtiment Vauban, 47 boulevard Vauban à Guyancourt (salle 524).

> Accès à l’UVSQ

Présentation :

L’arrivée récente du livre électronique puis des liseuses et autres tablettes numériques modifie radicalement le visage de l’édition dans les pays les plus développés. Née entre les années 1770 et 1830, d’abord en Angleterre, en France et en Allemagne, la figure de l’éditeur qui s’est imposée au reste du monde au XIXe et au XXe siècle est fortement remise en cause par la troisième révolution des manières de lire. La possibilité et l’envie de supprimer les intermédiaires – en oubliant leur fonction de médiateurs culturels – peuvent aboutir, si ce n’est à une disparition, du moins à une véritable redéfinition du rôle de celui qu’Elias Regnault qualifiait, à l’aube des années 1840, de « puissance redoutable » et de « talisman magique ». Avant d’aborder, au deuxième semestre, les mutations les plus récentes du système éditorial, on reviendra, en début d’année, sur la naissance et le développement de cette grande figure mondiale que fut l’éditeur. En comparant des situations différentes empruntées soit à l’Europe, soit aux Amériques, à l’Asie ou au monde arabo-musulman, on tentera de cerner avec précision ces deux siècles et demi de triomphe du livre et, plus généralement, de l’imprimé, qui ont transformé les habitudes des hommes et fait du papier couvert d’encre un produit de première nécessité ou presque.

Thème de l’année universitaire 2012-2013 :
Les mutations de la figure et des fonctions de l’éditeur en Europe et dans le monde du XVIIIe au XXIe siècle.

Bibliographie :
L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique. (Actualisation février 2012)

Programme

28 septembre 2012

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Présentation du séminaire, des orientations de l’année 2012- 2013 et commentaire de la bibliographie sur l’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en Europe du XIXe au XXIe siècle.
Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), archétype ou prototype de l’éditeur moderne ?

12 octobre 2012

Pascal Durand (université de Liège) : Pierre-François Ladvocat (1791-1854) et l’avènement de l’éditeur littéraire au début du XIXe siècle.

26 octobre 2012

Marie-Françoise Cachin (université Paris 7) : Quelques portraits de publishers britanniques au début du XIXe siècle.

16 novembre 2012

Frédéric Barbier (CNRS-EPHE) : Les Brockhaus, Cotta et Reclam, trois dynasties d’éditeurs allemands au XIXe siècle.

23 novembre 2012

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Louis Hachette (1800-1864) et Michel Lévy (1821-1875), deux éditeurs emblématiques des mutations de l’édition moderne.
Lucia Granja (UNESP, Sao Paulo) : Baptiste-Louis Garnier et la maison Garnier de Rio de Janeiro aux origines de l’édition brésilienne.

7 décembre 2012

Bruno Dubot (UVSQ) : De Pierre Larousse (1817-1875) à Claude Augé (1854-1924), permanences et mutations dans l’édition scolaire en France.
François Gaudin (Université de Rouen) : Maurice Lachâtre (1814-1900), un éditeur socialiste théoricien du crédit au service du livre.

14 décembre 2012

Cécile Boulaire (Université d’Angers) : Alfred Mame (1811-1893), un grand éditeur catholique engagé dans son siècle.
Loïc Artiaga (Université de Limoges) : un torrent de livres édifiants au service de la reconquête des esprits.

21 décembre 2012

Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) : Jules Tallandier (1863-1933) et les débuts de la culture de masse.
Sylvie Chaudat (UVSQ) : Jules Rouff (1846-1927), un éditeur parisien multimédia.

25 janvier 2013

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : La Deuxième Guerre mondiale et la Libération : une tentative avortée de renouvellement du système éditorial français.
Isabelle Antonutti (UVSQ) : Cino Del Duca (1899-1967) et la presse du cœur, un exemple de mutation du lectorat populaire.

15 février 2013

Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Les révolutions du livre de poche en Europe dans la deuxième moitié du XXe siècle.
Françoise Hache-Bissette (UVSQ) : Les collections de livres de poche aujourd’hui.

1er mars 2013

Jean-Paul Gabilliet (Université de Bordeaux 3) : Les Comics Books américains et les mutations des modes de consommation culturelle.

15 mars 2013

Hala Bizri (UVSQ) : La naissance de l’édition libanaise au XXe siècle.
Franck Mermier (CNRS) : Le livre et l’imprimé dans le monde musulman.

29 mars 2013

Fabien Tillon (journaliste et scénariste) : Les éditeurs japonais face au phénomène des mangas.

5 avril 2013

Catherine Servan-Schreiber (CNRS) : Les éditeurs indiens aujourd’hui.
Kil-Ho Lee (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La foire du livre de Séoul.

12 avril 2013

Jean Sarzana : Editer sur fichier numérique, une révolution des pratiques professionnelles.Jean-Yves Mollier (UVSQ) : L’éditeur a-t-il (encore) un avenir prévisible ?

19 avril 2013

Ouzi Elyada (Université de Haifa) : l’évolution des éditeurs israéliens de 1948 à nos jours.
Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Conclusions du séminaire et perspectives pour 2013-2014.

Contact :

Françoise Hache-Bissette
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search