Parution: L'album, Le Parti-pris des images

Vient de paraître :
L’ALBUM : LE PARTI PRIS DES IMAGES
Sous la direction de Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne

Presses universitaires Blaise Pascal (Clermont-Ferrand), janvier 2012
22 x 33 cm, 280 pages, 138 illustrations, ISBN : 978-2-84516-420-8. 49 €
Diffusion-distribution en librairies : L’Atelier du poisson soluble / La Générale du livre

Livre objet, livre à regarder, album de famille ou livre à emporter en voyage, l’album, au 19e siècle, s’adresse le plus souvent aux enfants. Mais au 20e siècle, il subit une mutation d’envergure, devient support pédagogique et littéraire, livre artistique, véritable lieu de création ouvert à tous les publics. Dès lors, les images gagnent en autonomie et en capacité à raconter, à porter du sens.
Au vu de ces évolutions, les chercheurs du Master professionnel « Création éditoriale générale et de jeunesse » de l’Université Blaise Pascal, ont souhaité livrer leurs réflexions sur ces nouvelles formes et ces nouveaux enjeux réunissant littérature et arts visuels.
L’approche est résolument pluridisciplinaire, réunissant des contributions de nombreux invités spécialistes de l’histoire du livre et de l’édition, de l’histoire de l’art, des études littéraires et sémiologiques, de la sociologie, des sciences de l’éducation.
Afin de toucher un large lectorat d’amateurs, la publication est au format d’un album pour faire la part belle aux illustrations.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction – Viviane ALARY et Nelly CHABROL GAGNE

1. L’album au banc d’essai, invention et usages
– L’album, le mot, la chose (Isabelle NIÈRES-CHEVREL)
– Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques (Cécile BOULAIRE)
– Traditions : l’album testament inédit d’Achille Devéria, ou les théories d’un romantique sur le rôle des images (Olivia VOISIN)
– Les premiers albums de bande dessinée au 19e siècle : quelle identité éditoriale, quel usage culturel et social ?… (Camille FILLIOT)
– Dans (toutes) les marges. L’Album zutique (Denis SAINT-AMAND)
– L’iconotexte patriotique subversif dans les albums de guerre de Bécassine (1915-1919) (Laurence OLIVIER-MESSONNIER)

2. L’album, en Europe et dans le monde
– Tour du monde (Michel DEFOURNY)
– Le renouveau de l’album espagnol dans les années 1970 (Mathilde JAMIN)
– « Nordqvist a fait un ponti ! » : l’émergence d’une nouvelle esthétique des albums suédois (Catherine RENAUD)
– Intericonicité et logique narrative dans Alligators All Around de Maurice Sendak. Un piège pour la traduction (Marie-Pierre LITAUDON)

3. L’image au service du texte
– L’album de jeunesse au service des grands auteurs (Christine PÉRÈS)
– La folie de Don Quichotte dans les albums pour enfants. Représentations et réécritures (Catherine d’HUMIÈRES)
– La graphie à l’encre noire de Luis Scafati, de la maison d’édition Libros del Zorro Rojo (Adela CORTIJO TALAVERA)
– Antonio Saura revisite Pinocchio (Émilie FERNANDEZ)

4. L’album teste ses limites
– L’album pour la jeunesse : un livre d’artiste ? Et les « bouquins » de Béatrice Poncelet ? (Christiane CONNAN-PINTADO)
– La théâtralité à la page : mise en espace, mise en images et mise en scène du récit dans l’album jeunesse illustré
contemporain en Espagne (Euriell GOBBÉ-MÉVELLEC)
– Quand le texte s’invite dans le paratexte : le débordement des cadres (Florence GAIOTTI)
– Intertextualité et intericonicité dans les albums des P’tites Poules de Christian Heinrich et Christian Jolibois (Nathalie FROLOFF)
– Deux « albums à la noix » qui « sortent des rails » ou la colonisation du texte par ses seuils (Le livre le plus génial que j’ai jamais lu… de Christian Voltz et ZZZZ…ZZZZ… de Philippe Corentin) (Catherine TAUVERON)

5. Spatialités de l’album
– Des cartes du réel aux cartes de l’imaginaire. Les Atlas des géographes d’Orbæ de François Place au croisement de trois champs disciplinaires : littérature, histoire, géographie (Sylvie DARDAILLON et Christophe MEUNIER)
– Georges Lemoine, Stéphane Girel, illustrateurs d’espaces de rêve et d’émotions (Christine PLU)
– Les albums de Anne Brouillard, un miroitement aquatique (Patrick JOOLE)
– De temps en temps, j’embarquais sur le fil narratif de Anne Herbauts au risque de dériver (Mathilde BRISSONNET)
– Sara ou une esthétique de la vibration (Catherine BRASSELET)

6. L’au-delà de l’album, l’hyperalbum
– L’album de famille comme institutionnalisation d’une vie fictive (Jérôme MORENO)
– L’album comme ouverture sur un monde de mots, d’images et de sons : l’exemple d’Un Opéra pictural (David MARRON)
– Parmi les enjeux numériques de l’édition, programmer l’album (Gilles ROUFFINEAU)

Index onomastique
Index des albums
Les Auteurs

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

Alain Vaillant, université Paris Ouest

Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France

Il est aujourd’hui admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique,
« petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre –
constitue au XIXe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance
historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Cependant, si l’idée de cette modernité médiatique a été à plusieurs reprises suggérée, il est
impossible d’aller au-delà des hypothèses et des intuitions : à l’exception des témoignages
d’époque ou d’études monographiques menées sur quelques titres ou quelques auteurs plus
connus que la masse des autres, nos connaissances sur cette petite presse restent très
lacunaires.
Dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques
du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève
Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le
PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR, s’est fixé pour objectif de combler
cette lacune : d’abord, en déterminant le périmètre précis de la petite presse, grâce à un travail
de repérage et de description bibliographique systématique et, autant qu’il est possible,
exhaustif ; ensuite en entreprenant un travail de dépouillement qui, commencé avec les titres
les plus significatifs, permettra de reconstituer l’histoire culturelle de cette petite presse, à
travers l’évolution des formes journalistiques et l’histoire des rédactions ; enfin, dans une
perspective de poétique historique, en menant l’étude plus spécifique de formes nouvelles,
textuelles ou graphiques, poétiques ou narratives, sérieuses ou ludiques.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique
de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion
méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle. Il se
donne comme champ d’étude privilégié la petite presse littéraire, avant l’instauration de la
Troisième République, sans s’interdire d’explorer au passage d’autres types littéraires ou
médiatiques.
13 janvier – Alain Vaillant (université Paris Ouest) : La poétique historique de la petite
presse. Introduction générale. Anne-Hélène Dubray : l’exemple du Rabelais.
10 février – Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France) : La petite presse du
XIXe siècle : révolutions médiatiques et nouveaux réseaux.
9 mars – Martine Lavaud (université Paris Sorbonne) : Grands écrivains et petite presse. À
propos de Théophile Gautier.
6 avril – Marie-Ève Thérenty (université Paul-Valéry et IUF) : Les microformes
journalistiques de la petite presse.
Les séances ont lieu le vendredi de 17h à 19h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la
Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Soutenance de thèse: Cino del Duca (1899-1967) : de la bande dessinée à la presse de cœur.

Soutenance de thèse

« Cino del Duca (1899-1967) : de la bande dessinée à la presse de cœur,
un patron de presse franco-italien au service de la culture de masse »

Présentée par : Madame Isabelle ANTONUTTI

L’ECOLE DOCTORALE CULTURES, REGULATIONS, INSTITUTIONS ET TERRITOIRES – CRIT
ET LE CENTRE D’HISTOIRE CULTURELLE DES SOCIETES CONTEMPORAINES – CHCSC
PRESENTENT
L’AVIS DE SOUTENANCE de Madame Isabelle ANTONUTTI
Autorisée à présenter ses travaux en vue de l’obtention du Doctorat de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines en :

HISTOIRE CONTEMPORAINE

« Cino del Duca (1899-1967) : de la bande dessinée à la presse de cœur,
un patron de presse franco-italien au service de la culture de masse »

LE JEUDI 12 JANVIER 2012 A 14H30
A
L’INSTITUT DE FRANCE
FONDATION SIMONE ET CINO DEL DUCA
10 RUE DE VIGNY
(Métro : Courcelles)
75008 PARIS

Membres du jury
Patrick EVENO, Professeur des Universités, à l’Université de Paris 1 Sorbonne, Paris – Rapporteur
Gilles PECOUT, Directeur de recherche, à l’Ecole Normale Supérieure, Paris – Rapporteur
Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
Frédéric MARTEL, Docteur d’Etat, à la société Non Fiction, Paris – Examinateur
Ada GIGLI-MARCHETTI, Directrice de Recherches, à l’Université de Milan – Examinatrice
Christian DELPORTE, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

« Cino del Duca (1899-1967) : de la bande dessinée à la presse de cœur,
un patron de presse franco-italien au service de la culture de masse »

Présentée par : Madame Isabelle ANTONUTTI

Résumé
Cino del Duca (1899-1967) : de la bande dessinée à la presse du cœur, un patron de presse franco-italien au service de la culture de masse
Cino del Duca (1899-1967) a construit un empire médiatique franco-italien. Editeur de bandes dessinées en Italie, il immigre en France en 1932. Il poursuit une carrière dans la presse et dans l’édition populaire. Sa société, les Editions mondiales, figure parmi les grands groupes de presse français dès la fin des années 60. Créateur de Nous deux et Télé poche, producteur de Touchez pas au grisbi et de L’Avventura, éditeur des Rois maudits, propriétaire du quotidien Paris-Jour, l’itinéraire de ce patron de presse illustre les mutations des entreprises culturelles au XXème siècle.

Abstract
Cino del Duca (1899-1967): from comic books to romance magazines, a French-Italian press magnate at mass culture’s service.
Cino del Duca (1899-1967) built a French-Italian media empire. Publisher of comics in Italy, He immigrated to France in 1932 and pursuing a career in the press and publishing popular. His company, the Editions mondiales, has become one of the major French media groups from the late 1960. Creator of Nous deux and Télé poche, producer of Touchez pas au grisbi and of L’ Avventura, owner of the daily Paris-Jour, the prodigious itinerary of this press magnate illustrates the mutations of cultural enterprises in the 20th century.

Table ronde: Du Western américain au western italien : Représentations et transductions de la violence

Table ronde

Du Western américain au western italien :
Représentations et transductions de la violence

Jeudi 12 janvier 2012 de 17h à 19h30 Université de PARIS OUEST NANTERRE
LA DÉFENSE   Bât V (derrière le Centre Sportif) GRAND AMPHI V

À l’occasion de la parution du numéro  50 de « La Tribune Internationale
des Langues Vivantes » intitulé :

Transductions :  du Western américain au Western italien

(Sous la direction de Gius GARGIULO)

Table ronde animée par Gius GARGIULO (U.F.R. L.C.E., Département d’Études Cinématographiques, labo
MoDyCo/CNRS de l’Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense)

avec la participation de Didier BOTTINEAU (Chargé de Recherches CNRS au
labo MoDyCo/CNRS de l’Université de Paris Ouest Nanterre-la Défense)

Jean-René LADMIRAL (Université de Paris Ouest Nanterre-la Défense)

Florence Lautel-RIBSTEIN (Université d’Artois, Rédactrice en chef de
« La Tribune Internationale des Langues Vivantes » et Présidente de SEPTET.)

Appel: Spectateurs et écrans

APPEL REVUE ÉCRANS N°2 :
NUMEROS : « SPECTATEURS ET ECRANS »

Aujourd’hui l’image est dispersée : elle apparaît sur des supports
différents. La même image filmique peut apparaître sur des dispositifs
d’écrans variables et dans des contextes sociaux distincts. L’image
photographique qui connaît cette dispersion depuis longtemps – elle est
affiche, page de journal, tableau exposée – s’expose aujourd’hui sur les
écrans d’ordinateur ou de téléphone. L’image télévisuelle, dont l’immense
appétit a depuis longtemps avalé et reformaté toutes sortes d’images et de
spectacles, est de plus en plus déplacée sur les écrans d’ordinateurs. Il en
est de même pour l’image cinématographique, aujourd’hui visible en Imax
aussi bien que sur un téléphone. La réflexion sur les supports n’est pas
neuve en peinture : l’image picturale a même devancé cette dissémination.
Cependant, le numérique et ses multiples développements ont largement
accentué le mouvement, qui ne peut plus être ignoré.
Ce mouvement pose de nombreux problèmes. Quels effets sur le sens
sont-ils produits, et ces effets sont-ils les mêmes pour tous les spectateurs ?
Le dispositif de présentation devient-il l’élément décisif de l’appropriation par
le spectateur des images ? Ou bien l’usage habituel et fréquent par le
spectateur de ces différents dispositifs a-t-il pour conséquence d’atténuer les
effets de cette dispersion ? Une série télévisée vue sur le téléviseur du salon,
une fois par semaine ou en bloc sur l’écran d’ordinateur reste-t-elle la même
série télévisée ? Cette série vue en famille face à un écran plasma, ou bien
dans un bus, les écouteurs sur les oreilles, le regard concentré sur un
téléphone, est-elle perçue de la même façon ? Les outils numériques qui
sont aussi des instruments de production modifient-ils l’activité de réception ?
L’histoire du cinéma, par exemple, recèle de nombreux exemples de ce
type de problème. Les spectateurs découvrant dans un cinéma immense une
superproduction muette dans les années 1920, peuvent-ils être comparés
aux abonnés d’une salle de concert classique qui découvrent le même film,
en version restaurée, 90 ans plus tard, accompagné par leur orchestre
symphonique favori ? Entre ces deux dates, les tailles des écrans et les
capacités des salles ont changé de nombreuses fois, les spectateurs se sont
dispersés. La façon d’aller au cinéma s’est transformée. Peut-on définir ce
qu’est « un » spectateur « de cinéma-sur-grand-écran » aujourd’hui, dans le
contexte de multiplication des écrans ? Peut-on faire une historiographie des
études spectatorielles, en observant la façon dont la dispersion s’est
accélérée ou ralentie ?
Écrans attend les chercheurs désireux d’aborder l’une ou l’autre des
questions posées par la dispersion des images sur l’activité spectatorielle.
Afin de traiter d’un tel problème, il faudra poser une théorie du spectateur :
préciser de quel(s) spectateur(s) (modèle, saisi dans une relation sociale
spécifique, cadré par un contexte de présentation, impliqué par un dispositif,
etc.) l’on parle. Ce travail pourrait donc être l’occasion de revisiter une
théorie de la réception elle-même bien dispersée et même éparpillée.
Les propositions de communications sont à adresser avant le 15 mars
2012. Les réponses seront données avant le 15 avril. Les articles sont
attendus pour une première version le 1er juillet et une seconde avec les
éventuelles modifications demandées le 1er septembre.
Martin.Barnier@univ-lyon2.fr
Sonia.cabrita@univ-lyon.fr
Le numéro 2 d’Ecrans doit paraître en novembre 2012.

Parution: Pierre Fresnault-Deruelle, Hergéologie

Hergéologie

Cohérence et cohésion du récit en images dans les aventures de Tintin

Pierre Fresnault-Deruelle

Préface de Laurent Gerbier

Tours, Presses Universitaires François Rabelais (PUFR), « Iconotextes », 2012.

Les commentaires sur l’œuvre d’Hergé sont inextinguibles puisque la glose n’a jamais cessé depuis 1929, date à laquelle paraît le maladroit (mais clairvoyant) Tintin chez les Soviets. L’ensemble de textes qu’on propose ici n’arrive donc pas sur une tabula rasa, mais comme une nouvelle strate d’études critiques déposées une glose déjà bien fournie, dont les études de Benoît Peeters (Lire Tintin), de Serge Tisseron (Tintin et le secret d’Hergé), de Jan Baetens (Hergé écrivain) ou de Jean- Marie Apostolidès (Les Métamorphoses de Tintin) ne sont pas les moindres.
Hergéolologie est une descente dans la « profondeur » de l’œuvre dont tout nous dit que, sous ses dehors évidemment enfantins (voire naïvement réactionnaires), les aventures du jeune reporter sont aussi une œuvre pour les adultes. Une œuvre : c’est-à-dire le travail d’un artiste. Outre une technique graphique et narrative époustouflante (la fameuse ligne claire), Hergé est en effet un scénographe chez qui les gags (les plus drôles du monde) alternant avec les situations les plus tendues font de ses histoires des modèles inégalés de « récitation ».

CFP : Swords, Sorcery, Sandals and Space (2013)

Swords, Sorcery, Sandals and Space: The Fantastika and the Classical World. A Science Fiction Foundation Conference

29 June – 1 July 2013

At The Foresight Centre, University of Liverpool

Guests of Honour/Plenary Speakers: Edith Hall, Nick Lowe, and Catherynne M. Valente

Call for papers

The culture of the Classical world continues to shape that of the modern West. Those studying the Fantastika (science fiction, fantasy and horror) know that it has its roots in the literature of the Graeco-Roman world (Homer’s Odyssey, Lucian’s True History). At the same time, scholars of Classical Reception are increasingly investigating all aspects of popular culture, and have begun looking at science fiction. However, scholars of the one are not often enough in contact with scholars of the other. This conference aims to bridge the divide, and provide a forum in which SF and Classical Reception scholars can meet and exchange ideas.

We invite proposals for papers (20 minutes plus discussion) or themed panels of three or four papers from a wide range of disciplines (including Science Fiction, Classical Reception and Literature), from academics, students, fans, and anyone else interested, on any aspect of the interaction between the Classical world of Greece and Rome and science fiction, fantasy and horror. We are looking for papers on Classical elements in modern (post-1800) examples of the Fantastika, and on science fictional or fantastic elements in Classical literature. We are particularly interested in papers addressing literary science fiction or fantasy, where we feel investigations of the interaction with the ancient world are relatively rare. But we also welcome papers on film, television, radio, comics, games, or fan culture.

Please send proposals to conferences@sf-foundation.org, to arrive by 30 September 2012. Paper proposals should be no more than 300 words. Themed panels should also include an introduction to the panel, of no more than 300 words. Please include the name of the author/panel convener, and contact details.

Swords, Sorcery, Sandals and Space is organised by the Science Fiction Foundation, with the co- operation of the School of Archaeology, Classics and Egyptology at the University of Liverpool.

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture