Place-Verghnes Floriane (Univ. de Manchester)

Floriane Place-Verghnes est maître de conférences à l’université de Manchester depuis 2004 et s’intéresse à la culture et la littérature populaires de 1870 à nos jours, avec une prédilection toute particulière pour le roman-feuilleton, le polar, la BD et le dessin animé.

Authored book

  • Place-Verghnes, F. Tex Avery: An MGM Legacy, 1942-1955. London, Sydney, Bloomington: John Libbey, Indiana UP, 2007. eScholarID:4b846
  • Place-Verghnes, F. Jeux pragmatiques dans les Contes et Nouvelles de Guy de Maupassant. Romantisme et Modernité. Paris: Honoré Champion, 2005. eScholarID:4b847

Edited book

  • Place-Verghnes, F. and C. Dousteyssier-Khoze. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes. ed. L’Affiche contemporaine. Image [&] Narrative, 2008. eScholarID:4b1684
  • Place-Verghnes, F. and C. Dousteyssier-Khoze. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes. ed. L’Affiche fin-de-siècle. Image [&] Narrative: 2007. eScholarID:4b1685
  • Place-Verghnes, F., Catherine Dousteyssier-Khoze. Place-Verghnes, F., Catherine Dousteyssier-Khoze. ed. Poétiques de la parodie et du pastiche dans la littérature et la culture françaises de 1850 à nos jours. Modern French Identities. Bern, New York, Oxford: Peter Lang, 2006. eScholarID:4b1395

Book contribution

  • Place-Verghnes, F. « Jane Avril, Yvette Guilbert. » In Dictionnaire des créatrices, ed. Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber et Béatrice Didier, -. Paris: Editions des Femmes, 2010. eScholarID:15714
  • Place-Verghnes, F. « Bibliographie Maupassant. » In Bibliographie Maupassant, ed. Yvan Leclerc et al., -. Turnhout: Brepols, 2009. eScholarID:3b2797
  • Place-Verghnes, F. « ‘Cette fête saine et violente’: De quelques danses maupassantiennes. » In Naturalisme et excès visuels : Pantomime, parodie, image, fête, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Edward Welsh, 127-138. Cambridge: Cambridge Scholars Publishing, 2009. eScholarID:3b2808
  • Place-Verghnes, F. « Douce France ? Les triplettes de Belleville, de Sylvain Chomet. » In CinémAction, ed. Pierre Floquet, 97-103. Paris: Corlet Publications, 2007. eScholarID:3b2799
  • Place-Verghnes, F. « Houellebecq/Schopenhauer : Souffrances et désir gigognes. » In Michel Houellebecq sous la loupe, ed. Murielle Lucie Clément and Sabine van Wesemael, 123-132. Amsterdam, Atlanta: Rodopi, 2007. eScholarID:3b2801
  • Place-Verghnes, F. « ‘Le poids des mo(r)ts, le choc des images’: L’affiche de librairie illustrée pour le roman populaire. » In L’Affiche fin-de-siècle, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes, -. Image [&] Narrative: 2007. eScholarID:15770
  • Place-Verghnes, F. « Houellebecq, Maupassant, Schopenhauer et la métaphysique des tubes. » In Le Monde de Houellebecq, ed. Gavin Bowd, 115-127. Glasgow: University of Glasgow French and German Publications, 2006. eScholarID:3b3576
  • Place-Verghnes, F. « Maupassant/Flaubert : correspondances rabelaisiennes. » In Poétiques de la parodie et du pastiche dans la littérature et la culture françaises, de 1850 à nos jours, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes, 107-117. Bern, New York, Oxford: Peter Lang, 2006. eScholarID:3b2812
  • Place-Verghnes, F. « ‘Vénus rustique’: Sublimation de la femme errante chez Maupassant. » In La Bohémienne, ed. Pascale Auraix-Jonchière and Gérard Loubinoux, 343-361. Clermont-Ferrand: Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006. eScholarID:3b2810
  • Place-Verghnes, F. « Le strip-tease textuel selon Maupassant et Barbey d’Aurevilly. » In (Ab)Normalities, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Paul Scott, 163-180. Durham: Durham Modern Languages Series, 2001. eScholarID:15709

Journal article

  • Place-Verghnes, F. « Instruction, distraction, réflexion: lecture de Persepolis. » French Cultural Studies 21, no. 4(2010) . eScholarID:15728
  • Place-Verghnes, F. « ‘La vente de ma figure’: Maupassant face à son iconisation photographique. » Les Cahiers du XIXe siècle 1(2006) : 175-197. eScholarID:1b10696
  • Place-Verghnes, F. « Tabou or not tabou, dire ou ne pas dire: Maupassant et l’autocensure. » Neophilologus 88, no. 3(2004) : 367-384. eScholarID:1b2413
  • Place-Verghnes, F. « ‘Il fallait brûler Maupassant’: Du danger d’adapter Bel-Ami. » Bulletin Flaubert-Maupassant 12(2003) : 61-84. eScholarID:1b5023
  • Place-Verghnes, F. « La Parure: Pour une pragmatique de la defamiliarisation. » French Studies 57, no. 1(2003) : 39-53. eScholarID:1b2414
  • Place-Verghnes, F. « ‘Les Dimanches d’un bourgeois de Paris’: Réalité burlesque ou caricature effrayante? » Romanic Review 92, no. 4(2001) : 433-444. eScholarID:1b5025
  • Place-Verghnes, F. « Maupassant pornographe. » Neophilologus 85, no. 4(2001) : 501-517. eScholarID:1b6593
  • Place-Verghnes, F. « Maupassant, la dédicace et la nouvelle. » L’Angélus: Bulletin de l’Association des Amis de Guy de Maupassant 12(2001) : 16-24. eScholarID:1b5024

Appel: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

Parution, Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse; Strenae n°2 – juin 2011

Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse

Sous la direction de Matthieu Letourneux

Strenae n°2 – juin 2011

http://strenae.revues.org/434


La culture de jeunesse est marquée par des pratiques de fiction diversifiées : activités ludiques, jeux, jouets et autres pratiques de « mimicry » mettant en branle des mécanismes de « feintise ludique » déterminent un territoire de la fiction beaucoup plus large que celui des seules productions artistiques traditionnelles (romans, albums, bandes dessinées, cinéma, etc.). Loin d’être hétérogènes, ces différents espaces de la fiction communiquent en permanence, parce que les jeunes lecteurs et consommateurs tissent naturellement des liens, prolongeant dans leurs jeux les récits qu’ils ont lus, vus ou entendus, et recherchant dans leur consommation de fictions un écho de leurs jeux. Mais ces espaces de la fiction communiquent aussi parce que les créateurs et l’industrie culturelle proposent de plus en plus des objets hybrides, misant sur la plasticité des pratiques (entre fiction et jeu, entre récit structuré et activité ludique ouverte) et sur la circulation des imaginaires d’un support à l’autre, d’un code à l’autre. Des jeux de rôles aux lego, en passant par les blogs ou les stratégies éditoriales contemporaines, ce sont ces nouvelles pratiques de la fiction et leurs conséquences en termes d’écriture (au sens large), mais aussi de lecture, d’appropriations et d’hybridations qui sont abordées dans ce numéro.

Table des matières :

Dossier thématique:

  • Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse (Introduction), par Matthieu Letourneux
  • Décliner pour progresser : 25 stratégies multimédiatiques dans l’édition pour la jeunesse, par Bertrand Ferrier
  • Le sens de la fiction ludique : jeu, récit et effet de monde, par Antoine Dauphragne
  • Fictions industrielles et apprentissage du temps : les jeux LEGO Bionicles, par Irène Langlet
  • Fiction et forme encyclopédique : Wookieepedia, Dragon Ball Wiki et Cie, par Benoît Berthou
  • Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas de Magic : l’Assemblée, par Pierre Cuvelier
  • Jeux de rôles pour enfants : une nouvelle forme de fiction ludique, par Sébastien Kapp
  • Narration interactive ludique : les jeunes lecteurs se réapproprient la culture populaire sous forme de persona-fictions, par France Vachey
  • Je lis, tu blogues et ils « littératurent » : « Blue cerises », entre roman, blog et produit marketing ?, par Eléonore Hamaide-Jager
  • « Brouillard sanglant » sur Sunnydale ! par Isabelle-Rachel Casta

Varia :

  • Relire Heidi aujourd’hui, la Suisse entre culture ancestrale et modernité, par Isabelle Nières-Chevrel
  • Des histoires de locomotives, par Françoise Le Bouar
  • Trois petits traités ludiques de fiction : quand l’album thématise le statut ontologique du personnage et ses rapports à l’auteur, par Catherine Tauveron

Fonds d’archives et collections :

Le Centre de littérature de jeunesse de la Ville de Liège, par Cécile Boulaire

Comptes rendus de lecture

Toutes les propositions d’articles (varia, comptes rendus, notes de lecture) sont à transmettre à l’adresse suivante : strenae@revues.org

Réunissant des chercheurs de toutes disciplines, Strenae est une revue en ligne créée en 2010 par une équipe de chercheurs de l’association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance (Afreloce : http://magasindesenfants.hypotheses.org), en partenariat avec le Centre National de la Littérature pour la jeunesse – Joie par les Livres / BNF. Strenae vise à faire connaître et dynamiser les travaux français sur la littérature et l’édition pour la jeunesse, mais aussi sur l’imagerie enfantine, le jeu et le jouet, la culture matérielle et orale de l’enfance, dans une perspective historique, littéraire, esthétique ou sociologique.

Prochain numéro : Enfance et colonies : fictions et représentations, sous la direction de Mathilde Lévêque. À paraître en novembre 2011.

http://strenae.revues.org

Adresse : Strenae, Université François-Rabelais, Département de Français (Équipe Intru, Cécile Boulaire), 3, rue des Tanneurs, BP 4103, 37041 Tours Cedex 1, France

Fondation de l'association LPCM / PLMC

Assemblée générale Limoges mai 2011

Les jeudi 26 et vendredi 27 mai a été fondée à Limoges l’Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques (LPCM) / International Research Association in Popular Literature and Media Culture (PLMC), dont le but est d’étudier, suivant une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées, et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Les réunions qui ont eu lieu à l’occasion de ces deux journées ont suscité l’enthousiasme des chercheurs présents. De nombreux contacts ont été pris, et un certain nombre de projets ont d’ores et déjà vu le jour, confirmant le bien fondé de notre démarche.

Le but est de fédérer le plus grand nombre de chercheurs, en France et à l’étranger, dans des disciplines différentes – en littérature, en information et communication, en Histoire, Histoire de l’art, sociologie, études culturelles…. Du 12 au 14 octobre 2011, aura lieu à Louvain un colloque consacré aux racines populaires de la culture européenne durant lequel nous annoncerons officiellement l’ouverture des adhésions. A cette date, nous espérons avoir déjà réussi à agréger un grand nombre de chercheurs.

Cliquez pour voir les Statuts de l’Association LPCM (PDF)
Cliquez pour voir le Compte-rendu assemblee generale 26 mai 2011 (PDF)

Colloque: States of Crime (Belfast)

States of Crime: The State in Crime Fiction
17th-18th of June 2011
School of Languages, Literatures and Performing Arts and School of English
Queen’s University Belfast

Lien vers le programme

Lien vers le programme

This conference examines crime fiction through the various manifestations of its relations to the State. State institutions are unlike other protagonists in criminal affairs, due to their monopoly of legitimate violence and have hitherto received comparatively little attention in literary criticism. Yet, shadows of the state apparatus loom large over crime fiction, both within the narration and as a referential background. The emergence of the detective novel mirrors historically the advent of the modern police state. It reflects the creation of an organised network of surveillance and control. Poe’s ‘The Purloined Letter’ conceals a State affair. The genre has often been shown to display securitarian tendencies. The detective, either himself an agent of the State or a “private eye” objectively fulfilling the role of an auxiliary of justice, classically pursues not only the punishment of deviant individuals, but the restoration of order. At the same time, distinctions between exponents of State order and criminals have been blurred since the origins and the figure of Vidocq. In a similar fashion to Hugo’s couple Valjean/Javert and Dostoievsky’s Raskolnikov/ Porfiri Petrovitch, crime readers’ sympathies have often veered towards the criminal rather than the State. Evolutions within the genre, in the wake of WWI, the Russian revolution and the American Great Depression, have introduced a more explicit critique of State corruption, and of the surrender of public bodies to private interests, lobbies, and organised crime. Post WWII, the “Noir” has accrued its counter cultural credentials with a critique of State oppression, cultural domination, silencing of minorities, and racial and sexist discrimination.

Much contemporary crime fiction continues to buttress the authority of the State but at the same time an increased political radicalisation of the genre has developed worldwide in the context of decolonisation and the Vietnam War. Marxist, Anarchist and Post-Situationist crime fiction authors have explored the genre’s subversive potential, while experiencing its constraints and contradictions. As crime fiction’s geo-politics reach has expanded, the generic boundaries separating crime, thriller and espionage fiction have been called into question, along with the State’s ability to control its territorial borders and the distinction between domestic and international securitization.

One of the aims of this conference is to compare different international approaches to the State in Crime Fiction within their various historical, national and political contexts. To what extent do different state traditions (i.e. Scandinavia, Italy, the US, the German Democratic Republic) find an echo in crime literature and films produced in their respective area? To what extent do these different state traditions produce distinctive crime fictions? What are the various purposes served in representing the State, and how much do they differ in a federal State, a decentralised State, or a popular democracy? In a one-party state, a Republic and a constitutional monarchy ? Do cultural transfers in the genre reflect such differences? How far is crime fiction – a genre that has developed in consort with the consolidation of the modern State – able to challenge political domination, debunk the ideologies of public discourses, uncover State secrets and revisit official history?

Parution: Federico Pagello, Grattacieli e superuomini

Federico Pagello

Grattacieli e superuomini

L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto

Gênes, Le Mani, 2010; ISSN 1824-1417

Metropolis e Gotham City, la New York di Spider-Man e la Megacity di “Matrix”: le fantasmagorie urbane che affollano le pagine dei “comic book” americani fin dagli anni Trenta continuano ad ossessionare l’immaginario collettivo grazie ai “blockbuster” diretti da registi come Tim Burton, Sam Raimi, Christopher Nolan, i fratelli Wachowski, Bryan Singer. Questo libro è il primo tentativo di fare un bilancio di trent’anni di supereroi di celluloide, sullo sfondo della storia del fumetto e del cinema statunitensi. L’analisi della rappresentazione della metropoli nei film dedicati a Superman, Batman, i Fantastici Quattro, gli X-Men o Daredevil diviene così il punto di partenza per un’esplorazione delle utopie e delle ideologie al centro della cultura pop di ieri e di oggi. Dal New Deal alla guerra fredda, dalla contestazione degli anni Sessanta alla “urban crisis” dei Settanta, dall’America di Reagan a quella di Obama: i supereroi e le loro città fantastiche non hanno mai smesso di dare forma ai sogni e agli incubi di un’intera nazione.

L’auteur

Federico Pagello est docteur en études cinématographiques au département Musica e Spettacolo (Musique et arts du spectacle) de l’Université de Bologne. Il a dirigé le catalogue de l’exposion EPOP, Popular Roots of European Culture.

CFP « À la recherche des publics populaires » (English/Français)

Appel à communications

« À la recherche des publics populaires »

Colloque international et interdisciplinaire

Centre de recherche sur les médiations

Nancy jeudi 20, vendredi 21 octobre 2011

Avec la participation, en tant que conférenciers-invités, de Valérie Devillard (MCF HDR, Université Paris 2), Sébastien Rouquette (MCF HDR, Université Clermont- Ferrand 2) et John Storey (Pr, University of Sunderland, GB).

Qu’il s’agisse d’électeurs ou d’usagers de dispositifs médiatiques, artistiques, institutionnels ou techniques, les publics populaires sont au cœur des débats sur les évolutions contemporaines de nos sociétés. Témoin, entre autres préoccupations, celles engendrées par l’essor dans toute l’Europe, au tournant des XXe et XXIe siècles, de formes nouvelles de populisme, souvent associées à des revendications régionales ou à un paradigme nationalitaire, en réaction à la mondialisation économique et culturelle. De même, des genres médiatiques en vogue, comme la télé-réalité ou le people en presse écrite écrite ou à la télévision, d’une part, et les réseaux sociaux sur Internet, d’autre part, contribuent à ériger la popularité en valeur souveraine: ils mettent en scène un succès mesuré au nombre de SMS envoyés, d’« amis » enregistrés ou de visionnements effectués, par-delà toute distinction de genre, sexualité, classe sociale, revenus ou origine, et promettent ainsi une visibilité potentielle à tout type de citoyens, conditionnée par la seule vox populi. Au point que certains analystes suggèrent que les formations partisanes traditionnelles s’inspirent du style populaire de tels dispositifs participatifs et encouragent les mêmes formes d’ « intelligence affective » pour promouvoir l’engagement politique et redynamiser l’espace public (Van Zoonen, 2004, 2005 ; Corner, Pels, 2003). Reste que, savants ou profanes, les regards sur les publics populaires oscillent entre la célébration – pour autant que le populaire soit un gage d’authenticité ou de démocratie – et la dépréciation – les publics populaires étant, dans une perspective critique, confondus avec des masses aliénées tantôt craintes, tantôt plaintes.
Depuis près de deux siècles, la définition du public fait l’objet de multiples débats en histoire, philosophie ou sociologie. De plus, depuis les trois dernières décennies surtout et grâce, notamment, aux Cultural Studies, des efforts ont été déployés dans divers champs scientifiques pour mieux prendre en compte les publics en général, en tentant de « faire entendre [leur] voix », au lieu de se contenter de parler d’eux ou en leur nom (Dayan, 1992). Aussi le temps est-il non seulement venu de dresser un bilan interdisciplinaire des connaissances accumulées sur les publics en général mais de questionner plus précisément la notion de « public populaire ». Cette dernière mérite une analyse spécifique car elle combine deux termes radicalement équivoques :

le « public », politique, culturel et/ou médiatique, qui ne peut être saisi en antécédence ou en extériorité aux performances qui le visent (Pasquier, Cefaï, 2003) ; le « populaire », tour à tour référé au « grand » public, dans une logique de marché, essentiellement, assigné aux couches les moins favorisées (économiquement, socialement, ou en termes de capital scolaire) dans le cadre d’une sociologie de la domination (Bourdieu, 1979), ou suivant une inspiration gramscienne, défini sur un mode contrastif par des jeux d’alliances contre-hégémoniques, constamment renégociés (Hall, 1977 ; Fiske, 1987, 2000).

En adéquation avec le programme d’étude des publics initié par le Centre de recherche sur les médiations (CREM), l’objectif de ce colloque en deux parties est donc de dénaturaliser la notion de «public populaire» en la mettant à l’épreuve des différentes approches disciplinaires qui l’ont prise en charge : sociologie des médias, science politique, histoire, analyse du discours, théories de l’argumentation, analyse des usages des TIC, esthétique, ethnographie, sciences de l’information et de la communication, sociologie et histoire de l’art ou de la littérature.
Mais il s’agit en outre de l’interroger à nouveaux frais, eu égard aux évolutions économiques, sociales et technologiques récentes, à l’heure où l’éclatement des modèles culturels et la fragmentation des modèles de consommation semblent annoncer la fin des « masses » et dès lors que les usages de l’Internet brouillent la division entre producteurs et consommateurs de contenus, promeuvent des « communautés virtuelles » dont la nature même peut être interrogée (Allard, 2008) et suggèrent un élargissement de la participation « profane » aux propositions politiques, artistiques ou informationnelles.
Rédigées en français ou en anglais, les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’une ou l’autre des deux éditions du colloque, et répondre aux questions corrélatives.

Ière partie : « Faire peuple » (20-21 octobre 2011)

Ce volet est consacré aux stratégies de constitution des publics populaires : –    Comment certaines stratégies, qu’elles soient politiques, commerciales, culturelles, ou médiatiques, individuelles (sur la Toile par exemple) ou collectives, professionnelles ou profanes, visent-elles à construire un ou des public(s) populaire(s)? Par exemple, des politiques d’action publique peuvent être tournées vers le plus grand nombre. Reste à savoir quels signes, dans la conception des messages publics, sont censés garantir l’intérêt de ce « plus grand nombre ». –    Selon les domaines envisagés, quels sont les logiques et les enjeux particuliers des procédés de mobilisation de publics spécifiquement populaires ? Sachant, il va de soi, que le découpage social mis en scène – « les paysans », « la classe ouvrière », la « banlieue », les « quartiers », entre autres exemples – prête lui-même à discussion.
–    Quelles questions l’exportation des logiques de captation des publics populaires d’un monde social vers un autre soulève-t-elle? On pense par exemple aux débats engendrés par la « tabloïdisation » ou la « peopolisation » de l’information et de la communication politique.
– Que nous enseignent les approches dites opérationnelles – marketing, sondages mesures d’audience (Meadel, 2010) –, souvent contestées par les sciences sociales (Champagne, 1990, Blondiaux, 1998), sur les publics populaires ou, à tout le moins, sur les croyances à leur propos ?

Cette première partie peut aussi comprendre des études de cas sur la perception de dispositifs spécifiques d’« appel au peuple ». Ainsi, en politique, les acceptions contrastées de la notion de populisme sont-elles emblématiques de l’ambivalence du regard posé sur les publics populaires : en tant que prise en charge de thèmes et de valeurs censés déclencher une adhésion populaire, le populisme est généralement interprété, en Europe occidentale et aux États-Unis, comme une dérive démagogique, mais en Amérique latine, plus particulièrement, il peut être perçu, à l’inverse, de façon positive comme un principe d’intégration permettant de construire la communauté et par là même le politique (Laclau, 2008).

IIe partie : « Être peuple » (octobre 2012)

Seront ici envisagés les publics populaires en eux-mêmes, dans leur composition ou du point de vue de leurs membres :
–    Suivant une perspective diachronique, quelles transformations des publics populaires peut-on observer ? En d’autres termes, quels ont été et quels sont aujourd’hui les publics populaires ? À quoi se reconnaît un public populaire ? N’est-il tangible qu’à des moments historiques précis, lors d’épisodes insurrectionnels par exemple, à l’instar, dernièrement, des soulèvements du « Printemps arabe » de 2011 ? Ou des publics populaires peuvent-ils concrètement se constituer et perdurer à partir de sollicitations médiatiques (dans le cas des fans d’un feuilleton, par exemple), culturelles (dans une logique de démocratisation de l’art) ou politiques (de la part de leaders ou de formations ou se voulant proches du peuple) ?
–    À travers leurs interprétations et leurs attitudes, quelles réponses les usagers apportent- ils aux stratégies de mobilisation d’un ou des public(s) populaire(s) ? Autrement dit, que font exactement les publics populaires ?
–    Quels sont les types d’auto-reconnaissance des publics populaires ? Et quels sont les enjeux économiques, politiques ou sociaux de cette reconnaissance d’un public populaire par lui-même ? Ainsi pourra-t-on s’intéresser, entre autres, à la façon dont, à partir d’un centre d’intérêt commun, des internautes peuvent développer des formes de sociabilité spécifiques par le biais de forums, groupes de discussion, sites collaboratifs (de « fanfictions » par exemple) ou invitations au partage d’expériences de tous ordres par le biais des réseaux sociaux. Il conviendrait du coup de se pencher sur les tentatives déployées par des acteurs économiques ou politiques pour se greffer, avec plus ou moins de bonheur, sur ces nouvelles formes de sociabilité.
– La constitution depublics populaires est-elle ou non remise en cause par l’augmentation supposée des individualismes de tout crin, d’un côté, et par l’affirmation de « communautés virtuelles » de l’autre ?
–    Quels rôles les publics populaires remplissent-ils dans l’espace médiatique et social ?
Les restitutions d’études empiriques originales seront les bienvenues, sachant que les propositions comparatives interdisciplinaires seront plus logiquement en adéquation avec la transversalité scientifique de cette manifestation. De plus, compte tenu des questions épistémologiques soulevées par le thème retenu, le comité scientifique de ce colloque sera particulièrement sensible à toute approche épistémologique pouvant contribuer à une réflexion commune sur les méthodes, outils et modèles théoriques les plus adaptés pour penser, aujourd’hui, les publics populaires.
Rédigées en français ou en anglais, les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’une ou l’autre des deux éditions du colloque, et répondre aux questions corrélatives.

Publication des actes

Titre provisoire : À la recherche des publics populaires, 300 pages, octobre 2013, 2 volumes : t.1 « Faire peuple », t.2 « Être peuple », Presses universitaires de Nancy (PUN). Les textes seront sélectionnés par un comité éditorial et soumis à expertise externe.

Comité scientifique

Eduardo Cintra Torres (Pr, Universidade Católica Portuguesa, Lisbonne, CECC), Jamil Dakhlia (MCF-HDR, Nancy 2/CREM), Annik Dubied (Pr, Université de Genève), Béatrice Fleury (Pr, Nancy 2/CREM), Cécile Méadel (Maître de recherche, Ecole des Mines/CSI), Vincent Goulet (MCF, Nancy 2/CREM), Céline Ségur (MCF, Nancy 2/CREM), Ernesto Laclau (Pr, University of Essex, GB), Isabelle Veyrat-Masson (D.R. Laboratoire Communication et politique, CNRS), John Storey (Pr, University of Sunderland, GB), Jacques Walter (Pr, UPVM/CREM).
Comité d’organisation
Cécile Bando (MCF, Université Nancy 2/CREM), Jamil Dakhlia (MCF HDR, Université Nancy 2/CREM), Stéphanie Hurez (Ingénieur de recherche, Université Nancy 2-CREM), Delphine Le Nozach (ATER, Université Nancy 2/CREM)

Date limite de soumission pour le Ier volet du colloque : 20 juin 2011

Les propositions de communication (résumé de 400 mots), assorties d’un bref CV, sont à
adresser à Jamil Dakhlia (jamil[point]dakhlia(at)univ-nancy2[point]fr
Chaque résumé doit comporter un titre. Merci par avance d’indiquer votre nom dans l’objet de
votre mail et vos coordonnées précises dans votre message : statut académique, institution de
rattachement (enseignement et/ou recherche), adresse électronique, numéro de téléphone,
adresse postale).

Durée prévue des communications : 20 min.

Réponse aux auteurs : 30 juin 2011

« Looking for Popular Publics »

Part I “People Making”

International Interdisciplinary

Conference Centre de recherche sur les Médiations (CREM, University Paul Verlaine of Metz)

Université of Nancy 2 (Nancy) October 20-21, 2011

With the kind participation of Valérie Devillard (MCF HDR, Université Paris 2), Sébastien Rouquette (MCF HDR, Université Clermont-Ferrand 2) and John Storey (Pr,
University of Sunderland, GB) as keynote speakers.

As voters or media, arts, institutional or technological audiences, popular publics are at the
heart of the debates on the contemporary changes in our societies, as testified by the concerns
generated at the turn of the 20th and 21st centuries about the rise of new forms of populism
across Europe, often linked to claims to a regional or nationalistic paradigm in response to
economic and cultural globalization 2005; Corner, Pels, 2003). Nevertheless, may they be scholarly or commonplace, the outlooks about popular publics fluctuate between celebration – insofar as popularity is understood as a guarantee of authenticity or democracy – and depreciation, popular publics being, in a critical perspective, mistaken for alienated, sometimes feared, sometimes pitiful, masses.
In line with the new research program about publics started up by the CREM (Centre de recherche sur les médiations), this international conference in two parts aims at denaturalizing the notion of « popular public » by putting it to the test of the various disciplines which embraced it : media and communication studies, political science, history, discourse analysis, argumentation theory, aesthetics, ethnography, sociology, history of literature or art. What is at stake is also its new range of implications with regard to the recent economic, social and technological changes, now that the collapse of cultural and consumption patterns seems to indicate the end of the « masses » and since the uses of Internet blur the division between content producers and consumers, promote » virtual communities  » whose nature must be addressed (Allard, 2008) and suggest a growing unskilled participation in political, artistic or informational proposals.
Written in French or English, the proposals may fall into one or other of the two editions of the conference, and meet the consequential issues.

Similarly, recent media genres such as reality TV or celebrity news, on the one hand, and “social” networks on the Internet, on the other hand, help set the popularity as a supreme value: they stage a success measured by the number of SMS sent, « friends » or viewings registered. Moreover, they promise to any citizen, no matter his/her gender, sexual orientation, social class, income or ethnic group, a potential visibility solely based on vox populi.
To such an extent that some analysts suggest the traditional political constituencies should take a leaf out of the popular style of those participatory entertainment formats and encourage the same forms of « emotional intelligence » in order to promote political commitment and revitalize the public space (Van Zoonen, 2004-2005; Corner, Pels, 2003). Nevertheless, may they be scholarly or commonplace, the outlooks about popular publics fluctuate between celebration – insofar as popularity is understood as a guarantee of authenticity or democracy – and depreciation, popular publics being, in a critical perspective, mistaken for alienated, sometimes feared, sometimes pitiful, masses.
In line with the new research program about publics started up by the CREM (Centre de recherche sur les médiations), this international conference in two parts aims at denaturalizing the notion of « popular public » by putting it to the test of the various disciplines which embraced it : media and communication studies, political science, history, discourse analysis, argumentation theory, aesthetics, ethnography, sociology, history of literature or art. What is at stake is also its new range of implications with regard to the recent economic, social and technological changes, now that the collapse of cultural and consumption patterns seems to indicate the end of the « masses » and since the uses of Internet blur the division between content producers and consumers, promote » virtual communities  » whose nature must be addressed (Allard, 2008) and suggest a growing unskilled participation in political, artistic or informational proposals.
Written in French or English, the proposals may fall into one or other of the two editions of the conference, and meet the consequential issues.

Guidelines for authors (Part I)

Each abstract should contain a title. Please put your name in the subject of your mail, and your further references in the mail message (affiliation, university or institution, e-mail, phone number, address). Papers are allotted 20 minutes (+ 10 minutes for discussion) Reply to authors: June 30, 2011.

Editorial policy
Working Title: À la recherche des publics populaires “Looking for Popular Publics”, 300 pages, October, 2013, 2 volumes: t.1 « People Making », t.2 « Being People », Presses Universitaires de Nancy (PUN).
The papers will be selected by an editorial board and submitted for review by specialists, within the modality of anonymity.

Research Committee:

Eduardo Cintra Torres (Pr, Universidade Católica Portuguesa, Lisbon,CECC), Jamil Dakhlia (MCF-HDR, Nancy 2/CREM), Annik Dubied (Pr, Université de Genève), Béatrice Fleury (Pr, Nancy 2/CREM), Cécile Méadel (Maître de recherche, Ecole des Mines/CSI), Vincent Goulet (MCF, Nancy 2/CREM), Céline Ségur (MCF, Nancy 2/CREM), Ernesto Laclau (Pr, University of Essex, GB), Isabelle Veyrat-Masson (D.R. Laboratoire Communication et politique, CNRS), John Storey (Pr, University of Sunderland, GB), Jacques Walter (Pr, UPVM/CREM).

Organising Committee:

Cécile Bando (MCF, Université Nancy 2-CREM), Jamil Dakhlia (MCF HDR, Université Nancy 2-CREM), Stéphanie Hurez (Ingénieur de recherche, Université Nancy 2-CREM), Delphine Le Nozach (ATER, Université Nancy 2-CREM).

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture