Hurel Cyril

Cyril Hurel est docteur en esthétique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). D’abord conférencier d’art contemporain, il enseigne aujourd’hui la communication graphique en enseignement professionnel en Île-de-France. Il participe également au dispositif d’encadrement du pôle de recherche à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges. Ses recherches, caractérisées par une approche iconologique, portent sur les relations de la création à la technique et à l’industrie, avec un intérêt particulier pours les thématiques de la ville et de la flânerie.

Son intérêt pour les littératures populaires s’est développé dans le cadre d’une réflexion portant sur le rapport entre la photographie et certaines formes modernes de récit, en particulier le récit policier et la bande dessinée. Sa thèse, intitulée « imaginaire photographique, de la conception visuelle du récit de détection chez Edgar Poe et Hergé », procède d’abord à une réévaluation esthétique d’une dimension délaissée de la technique photographique : sa qualité d’enregistrement et sa mécanique de déclenchement. Elle montre ensuite comment le récit de détection, première forme de récit policier dont l’invention est consécutive à celle de la photographie, « relève » le choc de cette dernière au prix d’une mise en question de la « visibilité littéraire ». La seconde partie de la thèse est ainsi consacrée à la compréhension de ce qui apparaît comme une réforme visuelle de la fiction sur le modèle du processus photographique. Elle s’intéresse à la manière selon laquelle le récit s’instaure chez Edgar Poe d’une part en espace énigmatique d’autopsie, d’analyse et d’interprétation, d’autre part en forme esthétique de riposte au contexte d’industrialisation. La figure du détective guide le lecteur vers l’expérience d’une « vérité optique » du texte littéraire lui-même. Avec le récit de détection se définit un imaginaire – une forme de sensibilisation au photographique organisée par la fiction – qui n’est pas opposé au réel sur le mode de l’imagination classique mais constitue plutôt une sorte de réserve esthétique critique. Dans une troisième partie, la thèse s’intéresse enfin à la manière dont le récit de détection, étant donné l’imaginaire dont il vient d’être question, prend valeur de laboratoire d’expérimentation de nouvelles formes de consommation visuelle de l’imprimé. L’analyse porte alors sur l’œuvre d’Hergé. Elle montre comment l’imaginaire photographique y est réinvesti pour l’élaboration d’une esthétique de la bande dessinée, comment il contribue à la définition d’une cinématique propre à celle-ci, comment il conserve sa pertinence photographique à proximité du modèle cinématographique.

CFP: Les meilleurs vendeurs ("best-sellers")

Salon double, magazine de réflexion sur la littérature contemporaine, lance un appel à contribution sur les « best-sellers » (meilleurs vendeurs) contemporains:

Les «meilleurs vendeurs» : Patrick Senécal, Jean-Jacques Pelletier, Danielle Steel, George R. R. Martin, Tom Clancy, Stieg Larson, Josélito Michaud, Marie Laberge, Kim Thuy, Henning Mankell, Michel Rabagliati, Anne Robillard, Chrystine Brouillet, David Servan-Schreiber, Dan Brown, Muriel Barbery, J. K. Rowling, Elizabeth Gilbert, Katherine Pancol, Marc Levy, Hubert Reeves, Diana Gabaldon et bien d’autres encore.

Qu’ils appartiennent à une forme littéraire, un mode, ou un genre bien précis (essai, livre de croissance personnelle, fantasy, littérature policière et de détection, science-fiction, bande dessinée, saga historique, littérature jeunesse, etc.) ou qu’ils s’inscrivent plus «simplement» dans le champ du roman de grande consommation, les livres qui réussissent à se hisser dans les palmarès dressés religieusement à chaque semaine par les grands journaux, les chaînes de librairies et les autres intervenants du monde du livre seront au cœur des réflexions suscitées par cet appel à contribution.

Salon double souhaite orienter la réflexion sur les meilleurs vendeurs contemporains selon deux axes, qui sont les suivants (cliquez pour lire la suite…)

Appel à textes: Transferts et adaptations télévisuels dans la francophonie



Appel à textes pour le no5 du journal en ligne Alternative Francophone

http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af

Thème : Transferts et adaptations télévisuels dans la francophonie

Comme l’a montré Albert Moran dans TV Formats Worldwide, la circulation de programmes télévisés (séries, jeux, émissions d’actualité) a été accélérée dans le contexte de la mondialisation. Le succès de ces programmes dans leur pays d’accueil sera d’autant plus grand qu’ils auront été préalablement reconditionnés pour répondre aux attentes spécifiques de leur(s) public(s) cible(s). L’objet de ce cinquième numéro d’Alternative Francophone sera de s’interroger sur la nature et la forme de ces transferts dans le contexte francophone notamment à partir des axes de réflexion suivants, mais pas uniquement :

-Analyse et/ou comparaison d’adaptations d’émissions télévisées (séries, sitcoms, reality shows, etc.) entre espaces francophones. L’accent pourra être mis sur les questions de représentation ethnique, sexuelle et sociale. On se demandera notamment si la pratique de l’adaptation et du changement de format dans le contexte francophone peuvent faire l’objet d’une théorisation particulière.


-Comparaison entre les pratiques télévisuelles en vigueur entre espaces francophones. On pourra se questionner sur l’usage qui est fait de la langue française et de son éventuelle cohabitation avec d’autres langues à travers les pratiques de la traduction et du doublage.

-Comparaison entre programmes télévisés francophones et non-francophones. On pourra notamment s’interroger sur l’influence qu’exercent les programmes anglophones sur ceux produits dans le contexte francophone. On se demandera également dans quelle mesure le produit télévisuel francophone peut rivaliser avec son équivalent anglophone à partir d’études de cas précis. Est-il légitime de parler comme beaucoup de spécialistes d’un « retard » des séries francophones?

-Modes et stratégies de construction de l’identité francophone dans les médias, qu’ils soient minoritaires ou majoritaires, en particulier la télévision. On pourra se demander comment les francophonies se représentent entre elles et quelle image d’elles-mêmes elles donnent à voir aux publics non-francophones.

-Collaboration et compétition au niveau international entre médias francophones. On s’interrogera sur les rapports de force à l’œuvre entre médias francophones du centre et de la périphérie pour ce qui est en particulier de la construction de l’information.

Calendrier de publication :

Les auteurs sont priés d’adresser leurs articles à Sathya Rao (srao@ualberta.ca) et C(h)ris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca) avec comme objet : « Proposition AF/5 ». Les articles ne respectant pas le protocole de publication ne seront pas acceptés. Pour toute demande d’informations, veuillez contacter Sathya Rao et/ou C(h)ris Reyns-Chikuma.

-Remise des articles : 1er décembre 2011

-Réponse aux auteurs : mi-février 2012

-Publication en ligne : fin juillet 2012

CFP: Les révolutions de l'animation à l'ère postmoderne

Les révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

(de la fin des années 80 à nos jours)

Colloque organisé par le CPTC

Université de Bourgogne, Dijon

16 et 17 février 2012

Date limite pour les propositions: 15 oct. 2011

Depuis quelques années, le film d’animation semble être devenu un genre à part entière ; un genre non plus cantonné à la sphère enfantine, mais s’adressant désormais à tous les publics. La multiplication des réalisations et des sorties en salle, comme le succès de ces films, prouve cette émulation nouvelle. Le film d’animation semble même avoir conquis sa dignité et sa respectabilité puisqu’un Oscar dans cette catégorie est désormais attribué à Hollywood depuis 2002, signe de la spécificité du genre de l’animation par rapport aux autres réalisations filmiques. […]

Cliquez pour lire la suite sur le site Fabula

[crédits image: capture d’écran sur le blog Gamekyo, URL (07/2011): http://www.gamekyo.com/blog_article36625.html]

CFP: Rumeurs de science

Appel à communication « Rumeurs de science »

Du 6 au 8 octobre 2011
Le site de l’IUT de ROANNE va bruisser de rumeurs… de science !

Le groupe « Littératures et Expressions populaires » du CIEREC récidive pour la cinquième fois en organisant un colloque international sur le site universitaire de ROANNE. Ne craignant ni le paradoxe ni le conflit d’intérêt, l’équipe propose de mettre en tension
deux termes que tout oppose :
• la « rumeur » reine du « non-dit », de l’opinion anonymement colportée (« je le tiens de source sûre»), du collectif («tout le monde sait bien que…), de l’information en devenir, en circulation. Elle se repaît de l’argument d’autorité, du côté empirique du savoir populaire, et fait largement appel à l’imagination. Récit du faux et de l’imprécis, elle prétend cependant s’appuyer sur le réel. De source difficilement identifiable, elle use d’un langage courant, polysémique, et abuse des métaphores et des analogies. Elle révèle une forme de pouvoir, polycéphale, populaire, insaisissable, dangereux, subversif.
• la « science » dont le discours repose sur la quête de la vérité par la preuve et la démonstration. C’est le discours du vrai, du prouvé, de la validité, de la singularité de la preuve, de l’avancée solitaire contre l’obscurantisme représenté par l’opinion générale. La source en est clairement identifiée, le langage – scientifique et technique – est celui de l’expertise, monosémique, parfois élitiste : discours savant/académique, voire jargonnant. Il affirme clairement les ambitions d’un pouvoir rarement discuté.

Calendrier : Les propositions de communications (titre – non définitif – et rapide exposé du projet – 5000 signes) sont à adresser (en double copie aux deux contacts indiqués ci–dessous) avant le 31 juillet 2011 : un accord de principe vous sera signifié.

Cliquez pour lire l’appel complet et les conditions de réponse: RUMEURS DE SCIENCE CFP

[crédits image: capture d’écran sur le site « Ovni et vie extratrerrestre », URL (juillet 2011): http://ovni-ufologie.over-blog.org/article-26493202.html]

Place-Verghnes Floriane (Univ. de Manchester)

Floriane Place-Verghnes est maître de conférences à l’université de Manchester depuis 2004 et s’intéresse à la culture et la littérature populaires de 1870 à nos jours, avec une prédilection toute particulière pour le roman-feuilleton, le polar, la BD et le dessin animé.

Authored book

  • Place-Verghnes, F. Tex Avery: An MGM Legacy, 1942-1955. London, Sydney, Bloomington: John Libbey, Indiana UP, 2007. eScholarID:4b846
  • Place-Verghnes, F. Jeux pragmatiques dans les Contes et Nouvelles de Guy de Maupassant. Romantisme et Modernité. Paris: Honoré Champion, 2005. eScholarID:4b847

Edited book

  • Place-Verghnes, F. and C. Dousteyssier-Khoze. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes. ed. L’Affiche contemporaine. Image [&] Narrative, 2008. eScholarID:4b1684
  • Place-Verghnes, F. and C. Dousteyssier-Khoze. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes. ed. L’Affiche fin-de-siècle. Image [&] Narrative: 2007. eScholarID:4b1685
  • Place-Verghnes, F., Catherine Dousteyssier-Khoze. Place-Verghnes, F., Catherine Dousteyssier-Khoze. ed. Poétiques de la parodie et du pastiche dans la littérature et la culture françaises de 1850 à nos jours. Modern French Identities. Bern, New York, Oxford: Peter Lang, 2006. eScholarID:4b1395

Book contribution

  • Place-Verghnes, F. « Jane Avril, Yvette Guilbert. » In Dictionnaire des créatrices, ed. Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber et Béatrice Didier, -. Paris: Editions des Femmes, 2010. eScholarID:15714
  • Place-Verghnes, F. « Bibliographie Maupassant. » In Bibliographie Maupassant, ed. Yvan Leclerc et al., -. Turnhout: Brepols, 2009. eScholarID:3b2797
  • Place-Verghnes, F. « ‘Cette fête saine et violente’: De quelques danses maupassantiennes. » In Naturalisme et excès visuels : Pantomime, parodie, image, fête, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Edward Welsh, 127-138. Cambridge: Cambridge Scholars Publishing, 2009. eScholarID:3b2808
  • Place-Verghnes, F. « Douce France ? Les triplettes de Belleville, de Sylvain Chomet. » In CinémAction, ed. Pierre Floquet, 97-103. Paris: Corlet Publications, 2007. eScholarID:3b2799
  • Place-Verghnes, F. « Houellebecq/Schopenhauer : Souffrances et désir gigognes. » In Michel Houellebecq sous la loupe, ed. Murielle Lucie Clément and Sabine van Wesemael, 123-132. Amsterdam, Atlanta: Rodopi, 2007. eScholarID:3b2801
  • Place-Verghnes, F. « ‘Le poids des mo(r)ts, le choc des images’: L’affiche de librairie illustrée pour le roman populaire. » In L’Affiche fin-de-siècle, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes, -. Image [&] Narrative: 2007. eScholarID:15770
  • Place-Verghnes, F. « Houellebecq, Maupassant, Schopenhauer et la métaphysique des tubes. » In Le Monde de Houellebecq, ed. Gavin Bowd, 115-127. Glasgow: University of Glasgow French and German Publications, 2006. eScholarID:3b3576
  • Place-Verghnes, F. « Maupassant/Flaubert : correspondances rabelaisiennes. » In Poétiques de la parodie et du pastiche dans la littérature et la culture françaises, de 1850 à nos jours, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Floriane Place-Verghnes, 107-117. Bern, New York, Oxford: Peter Lang, 2006. eScholarID:3b2812
  • Place-Verghnes, F. « ‘Vénus rustique’: Sublimation de la femme errante chez Maupassant. » In La Bohémienne, ed. Pascale Auraix-Jonchière and Gérard Loubinoux, 343-361. Clermont-Ferrand: Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006. eScholarID:3b2810
  • Place-Verghnes, F. « Le strip-tease textuel selon Maupassant et Barbey d’Aurevilly. » In (Ab)Normalities, ed. Catherine Dousteyssier-Khoze and Paul Scott, 163-180. Durham: Durham Modern Languages Series, 2001. eScholarID:15709

Journal article

  • Place-Verghnes, F. « Instruction, distraction, réflexion: lecture de Persepolis. » French Cultural Studies 21, no. 4(2010) . eScholarID:15728
  • Place-Verghnes, F. « ‘La vente de ma figure’: Maupassant face à son iconisation photographique. » Les Cahiers du XIXe siècle 1(2006) : 175-197. eScholarID:1b10696
  • Place-Verghnes, F. « Tabou or not tabou, dire ou ne pas dire: Maupassant et l’autocensure. » Neophilologus 88, no. 3(2004) : 367-384. eScholarID:1b2413
  • Place-Verghnes, F. « ‘Il fallait brûler Maupassant’: Du danger d’adapter Bel-Ami. » Bulletin Flaubert-Maupassant 12(2003) : 61-84. eScholarID:1b5023
  • Place-Verghnes, F. « La Parure: Pour une pragmatique de la defamiliarisation. » French Studies 57, no. 1(2003) : 39-53. eScholarID:1b2414
  • Place-Verghnes, F. « ‘Les Dimanches d’un bourgeois de Paris’: Réalité burlesque ou caricature effrayante? » Romanic Review 92, no. 4(2001) : 433-444. eScholarID:1b5025
  • Place-Verghnes, F. « Maupassant pornographe. » Neophilologus 85, no. 4(2001) : 501-517. eScholarID:1b6593
  • Place-Verghnes, F. « Maupassant, la dédicace et la nouvelle. » L’Angélus: Bulletin de l’Association des Amis de Guy de Maupassant 12(2001) : 16-24. eScholarID:1b5024

Appel: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture