Constructing ‘21st Century Literature in French’ (seminar)

Constructing ‘21st Century Literature in French’.
Publication, translation, collection.
Organised by the Society for French Studies and the French Studies Library Group,
with the collaboration of the Institut français

Friday December 2nd 2011
at the Institut Français, 17, Queensberry Place, London.

This is a seminar about the contemporary French literary scene and its impact in the UK.
It brings together publishers, translators, journalists, librarians and academics to discuss how books are produced and transmitted within and across cultures – notably across the Channel – and the state of play for French literature at home and abroad in the second decade of the 21st century.

The close textual study of literature, including contemporary literature, is an important part of research and teaching in Modern Languages. For this, we depend on the materialisation  of the author’s inspiration: on the publishers who select, produce and market books; on the journalists who evaluate and make them known, helping to determine reception and readership; on the librarians who select, purchase, conserve and make them available. In this seminar, books will be discussed as material and cultural objects whose impact, evaluation and longevity depend on this complex set of processes.
If French literature is to fulfil its aim to become again a world literature, then transmission across cultures is a crucial dimension of the contemporary scene. Yet despite the vitality and variety evident in contemporary French literature, relatively few novels reach the largely monolingual reading public of France’s close neighbour across the Channel.  Engaging the expertise of key players in the process of transcultural transmission, we ask how texts for translation are selected, translated, marketed, collected, and received. A case-study of one recent French critical and commercial success (Marie Ndiaye’s Trois femmes puissantes, soon to appear in translation) will crystallise many of these questions. Thus we hope to open up a new perspective in the study of contemporary French literature – one that takes full account of the book as commodity and as cultural vector.

Programme [panels will consist of short papers and open discussion]
From 10.00: coffee and welcome

10.30 -12.30: Contemporary French writing: cultural trends.
–  Marie-Hélène Martin [London-based arts correspondent for the Nouvel Observateur]:
The literary scene in contemporary France
–  Audrey Small [University of Sheffield]:  Publishing trends in ‘francophone’ literature.
–  Patrick Crowley [University College Cork]: ‘Is there a centre that holds? Literary canons and the market place in contemporary France.
–  Koukla MacLehose [UK literary scout]:  the phenomenon of la rentrée.

12.30: lunch
1.30 – 3.30: Publishing and collecting French fiction in the UK
–  Hélène Fiamma [Cultural attachée and head of the London Bureau du livre]:  the role of the Bureau du livre
–  Jane Aitken [publisher -Gallic Books; authors include Muriel Barbery and Anna Gavalda]:  Publishing French fiction in translation
–  French Studies Library Group panel:  Collecting in UK libraries

3.45 – 5.00: Case study and round table: Marie  Ndiaye’s Trois femmes puissantes – from publication to Goncourt to popular success and translation (2012, Maclehose Press [Quercus]).
–    Shirley Jordan (Queen Mary University of London) + Andrew Asibong (Birkbeck College)
–    Christopher Maclehose [publisher – Maclehose Press]
–    John Fletcher [translator]

5.00  Closing vin d’honneur.

Organisers:
Diana Holmes (University of Leeds); Teresa Vernon (British Library, FSLG)
Charles Forsdick (University of Liverpool); Michael Syrotinski (University of Aberdeen)

Registration.

Please register as soon as possible, certainly  before Friday November 25th 2011,  by completing the brief form below, and sending a cheque to the following address:
Professor  Charles Forsdick [C.Forsdick@liverpool.ac.uk]
SOCLAS: French
Cypress Building
University of Liverpool
Liverpool
L69 7ZR
Fee: £15 for the day, £10 for postgraduates and unwaged.
Registration will also be possible on the day, but we must have a clear indication of attendance for catering purposes.

………………………………………………………………………………………………………………………………
Constructing ‘21st Century Literature in French’.
Friday December 2nd 2011  at the Institut Français, 17, Queensberry Place, London.

I will be attending this event
Name and title:

Institutional Affiliation (if any):
Address for Correspondence:
e-mail:

cheque [payable to Society for French Studies] attached: £15 or £10 (PGs and unwaged)

Return by Friday Nov. 25th to Professor  Charles Forsdick [C.Forsdick@liverpool.ac.uk] or by post: SOCLAS: French,  Cypress Building , University of Liverpool Liverpool L69 7ZR.

Image made with Wordle.

(Parution) La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire

Matthieu Letourneux, Jean-Yves Mollier

La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000)

Paris, Nouveau Monde, 2011


Fondée en 1871 par François Polo et Georges Decaux, la Librairie Tallandier est une des figures de proue de l’édition populaire.
D’abord connue sous le nom des « Bureaux de l’Eclipse », puis de « la Librairie Illustrée », elle ne prend le nom de Tallandier qu’en 1901 et se caractérise par son extrême longévité, malgré les crises et les rachats. Successivement militante et républicaine, spécialisée dans la littérature populaire, puis dans la littérature sentimentale, et finalement dédiée à l’Histoire, elle se transforme au fil du temps et en fonction de la personnalité de ses dirigeants tout en demeurant orientée vers le grand public.
Les auteurs dressent ici le portrait fouillé et nuancé d’une maison représentative des mutations de l’édition au XIXe et au XXe siècle. Ils analysent la construction et l’évolution de l’identité de la Librairie Tallandier, s’adaptant à chaque époque au contexte mouvant de l’édition populaire. A l’origine du « Livre de poche » (en 1915) et pionnière dans la publication de bandes dessinées (avec Benjamin Rabier), Tallandier est aussi reconnue pour des collections comme « Le Livre National » (bleu et rouge) et ses romans d’aventures ou sentimentaux.
Louis Boussenard, Michel Zévaco, Delly et Magali ont été quelques-uns de ses auteurs vedettes avant que les historiens ne prennent le relais.

Matthieu Letourneux est maître de conférences en littérature française à l’université de Paris-Ouest-Nanterre.
Spécialiste des cultures médiatiques et des littératures populaires, il a notamment publié Le Roman d’aventures, 1870-1930 (PULIM, 2010).

Professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Jean-Yves Mollier a publié de nombreux ouvrages de référence sur l’édition française, dont Louis Hachette (Fayard, 1999) et, dernièrement, Edition, presse et pouvoir en France au XXe siècle (Fayard, 2008).

Chekalov Kirill (Moscou)

KIRILL CHEKALOV

Statut et établissement de rattachement :

Chef du département « Lettres modernes de l’Occident et littérature comparée », Institut de la littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie, Moscou

Domaines de recherche

littérature française et italienne (XV-XVIII siècles), génèse de la paralittérature en France, traductions et adaptations de la littérature populaire française et italienne en Russie

Né en 1959, j’ai fait mes études à l’Université Lomonossov de Moscou. Depuis 1993 je travaille à l’Institut de la littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie. Docteur ès lettres (2002), directeur du Département « Lettres modernes de l’Occident et littérature comparée » (à partir de 2006). Autheur des livres  (en russe): « Le maniérisme littéraire français et italien » (Moscou, 2001) et « La formation de la littérature de masse en France» (en russe) (Moscou, 2008).  Co-responsable de la publication de l’ouvrage collectif « La Seconde prose. Les écrivains français du  » second rayon  » : années 1830-1840 » (Moscou, 2006). Plusieurs articles sur l’histoire des lettres françaises et italiennes des XV-XVIII siècles, ainsi que sur les problèmes de la réception de la  littérature populaire européenne en Russie. Président du comité d’organisation du colloque « Littérature populaire étrangère en Russie : XVIII-XIX siècles » (Moscou, octobre 2011).

Dell’omodarme Marco Renzo (Paris I)

Marco Renzo Dell’omodarme

Doctorant Paris 1 – Phico (ExeCo)

s200_marco_dell_omodarme

Domaines de recherche : Philosophie des sciences et de la connaissance ; philosophie des cultures populaires (séries télévisées, télé réalité, web)

Sujet de thèse :
Pour une épistémologie du savoir situé
Le statut du concept dans la critique constructiviste du savoir

Directrice de recherche : Christiane Chauviré

Continuer la lecture de Dell’omodarme Marco Renzo (Paris I)

Parution: Marjolaine Boutet, Vampires, au-delà du mythe

Vampires, au-delà du mythe
Marjolaine Boutet

Collection « Culture Pop », dirigée par Thibaut de Saint-Maurice
éditions Ellipses

9782729864026 • 256 pages • 12,50 E
contact presse : Laurence Chagneau, éditrice – laurence.chagneau@editions-ellipses.fr

« Que vous vous intéressiez aux fondements historiques de la mythologie des vampires (vous découvrirez ici quelques figures particulièrement terrifiantes et bien réelles), aux classiques admirables de la littérature de vampires, étudiés ici avec une finesse inégalée, aux narrations et gestuelles des films les plus marquants (de Murnau à Polanski, Coppola et Carpenter), à des héros de séries télévisées aussi remarquables que Buffy, Angel ou Bill Compton, mais aussi à des personnages moins connus et tant aimés comme Spike, Eric et Godric, ou au délire Twilight et à la vogue de la bit lit (ou « littérature mordante pour jeunes filles », genre : la vampire accro au shopping), vous trouverez dans Vampires, au-delà du mythe de quoi satisfaire tous vos désirs, même — et peut-être surtout — les plus pervers ! L’érudition diabolique et méticuleuse de Marjolaine Boutet — éminente spécialiste d’histoire contemporaine et remarquable connaisseuse des séries télévisées — touche, dans un grand esprit d’égalité, tous ces sujets, et surtout, en montre, avec une jubilation contagieuse, leur unité et leurs interactions. »

extrait de la préface de Sandra Laugier

Aujourd’hui comme hier, le vampire fascine, interroge ou rebute. Qu’y a-t-il donc dans cette créature qui excite autant l’imagination des hommes ? Comment se fait-il qu’en 2011 les histoires de vampires (à commencer par Twilight) aient toujours autant de succès ? Plus d’un siècle après la parution de Dracula de Bram Stoker, après des centaines de films, de romans, d’épisodes de séries télévisées, de chansons, de bandes dessinées et même de jeux vidéo et de comédies musicales, n’a-t-on pas dit tout ce qu’il y avait à dire sur le sujet ?
Le but de cet ouvrage est d’explorer, de tenter de comprendre ce qui se cache derrière ces histoires de vampires, d’en révéler les clés, les clichés, les symboles et le sens, d’en exposer les implications idéologiques et culturelles, pour aller au-delà du mythe…

Marjolaine Boutet est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie-Jules Verne, spécialiste de l’histoire des États-Unis, passionnée par la culture populaire en général et les séries télévisées en particulier.

Baroni Raphaël (Lausanne)

Raphaël Baroni est né le 17 octobre 1970 à Morges (Suisse) et réside à Lausanne. Il est professeur associé de didactique à l’Ecole de français langue étrangère de l’Université de Lausanne. Après l’obtention d’une licence ès lettres en 1996 (mention « bien »), et d’un diplôme de spécialisation en anthropologie des discours en 1997 (mention « très bien »), il a enseigné le français aux États-Unis à l’Université du Michigan, puis il a rejoint, en 1998, le groupe de recherche Récit, secret et socialisation, dirigé par André Petitat, à l’Institut des sciences sociales et pédagogiques de l’Université de Lausanne. En 2003, au bénéfice d’une bourse (FNS) de chercheur débutant, il a été invité à Paris par le Centre de recherche sur les
arts et le langage (EHESS-CNRS). Sa thèse de doctorat, La Tension narrative, a été soutenue le 2 juin 2005 à l’Université de Lausanne, elle a obtenu le prix de Faculté en 2006 et a été publiée dans la collection « Poétique » des éditions du Seuil en 2007. De 2005 à septembre 2011, Raphaël Baroni a d’abord été assistant, puis maître d’enseignement et de recherche, et enfin professeur associé à l’École de français langue étrangère de l’Université de Lausanne.
De septembre 2005 à juillet 2008, il a également été assistant de recherche à l’Université de Fribourg, où il a collaboré à une étude dirigée par Françoise Revaz portant sur l’analyse linguistique et narratologique des feuilletons médiatiques dans la presse écrite. Depuis 2005, il anime avec Thérèse Jeanneret le Groupe de recherche sur les biographies langagières (GReBL). De 2009 à 2010, il a été rédacteur en chef de la revue interdisciplinaire A Contrario. Il collabore également aux comités scientifiques des revues Les Cahiers de narratologie (Nice), Vox Poetica (Paris), et de la collection « ThéoCrit’ » chez Peter Lang. En janvier 2010, il a créé avec Françoise Revaz le Réseau romand de narratologie (www.narratologie.ch). Ses recherches se situent dans les domaines de la narratologie, de la poétique littéraire, de la linguistique textuelle et de la didactique du français langue étrangère.

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture