Journée d’étude : L’écriture cinématographique dans la presse du XXe siècle au prisme des humanités numériques

Le 26 février prochain se déroulera la deuxième journée d’étude consacrée à l’écriture cinématographique à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (Salle Kouros, Site Saint-Charles 2) de 10h à 17h. Si le premier volet de cette manifestation portait spécifiquement sur l’écriture cinématographique dans la presse du premier XXe siècle, la seconde édition proposera d’élargir cet empan chronologique en laissant la possibilité aux participants de travailler sur des corpus plus tardifs, comme Paris-Match, France Observateur ou L’Express,toujours grâce aux outils numériques élaborés par Pierre-Carl Langlais.

Consulter le programme
Continuer la lecture de Journée d’étude : L’écriture cinématographique dans la presse du XXe siècle au prisme des humanités numériques

Appel à communication : Autopsie du Méchant : de l’ombre à la lumière

Journée d’étude
« Autopsie du Méchant : de l’ombre à la lumière »
Jeudi 9 avril 2020​, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges
Campus Vanteaux, 39E Rue Camille Guérin, 87036 Limoges

APPEL À COMMUNICATION

Il y a de cela quelques années il était impossible dans une œuvre cinématographique d’imaginer que le héros soit un méchant. Le film Joker a prouvé que la figure du méchant s’offre le premier rôle dans la culture populaire de nos jours. Le personnage du Joker était à l’origine l’adversaire d’un héros, mais son succès et ses réécritures lui ont permis de s’émanciper et de s’imposer sur le devant de la scène.
Peut-on saisir une identité du méchant ? L’histoire culturelle et artistique explore différents portraits du méchant ; il est donc difficile de définir ce personnage protéiforme. La figure du méchant peut-elle être cristallisée ? Parallèlement, dans l’actualité, l’instrumentalisation du méchant est omniprésente (tyrans au pouvoir, terroristes, tueurs en série, etc.). Cette figure est-elle en train de s’imposer face aux anciens « gentils » héros ?
Il se dégage une forme de fascination pour la figure du méchant, à la fois esthétique et sociale. Mais à quel moment la société a-t-elle commencé à troquer ses héros contre des figures parfois complètement opposées ?
Le temps des bons héros est révolu.
Les étudiant.es du Master Lettres et Arts de Limoges ont décidé d’organiser une journée d’étude sur ce sujet très contemporain et en pleine effervescence, en réunissant des acteurs.rices de plusieurs disciplines pour répondre aux différentes questions qu’il pose : Continuer la lecture de Appel à communication : Autopsie du Méchant : de l’ombre à la lumière

Colloque : Jeu de rôles et transmission littéraire

Jeu de rôles et transmission littéraire

Université de Lausanne

Du 5 mars 2020 au 6 mars 2020 
Colloque international organisé par Gregory Thonney (SCMS, Université de Lausanne) et Gaspard Turin (Université de Lausanne)

Ce colloque rassemblera des personnalités très diverses (spécialistes de la fiction et des littératures du Moyen Âge à nos jours, didacticien·ne·s, ludopédagogues, philosophes, historien·ne·s de l’art, enseignant·e·s et auteur·e·s) autour de la question du jeu de rôle sur table et des enjeux qui peuvent lui être associés, en termes de corpus littéraires, de méthodes d’enseignement, de transposition et de médiation.

Entrée libre. Continuer la lecture de Colloque : Jeu de rôles et transmission littéraire

Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Elle et actuellement lectrice d’échange à l’Université de Gênes (recherche postdoctorale et enseignement), où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie.

Sa thèse, menée sous la direction de Didier Alexandre, Michela Landi et Paul Geyer, a été publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République. Elle interroge la construction d’un mythe culturel dans l’imaginaire collectif, à travers un corpus musicographique constitué de romans, pièces de théâtre, presse musicale, biographies, littérature de vulgarisation, littérature jeunesse, etc. 

Elle travaille aujourd’hui sur la presse et les biographies musicales, les collections éditoriales de vulgarisation artistique, et plus largement sur la construction des canons culturels dans des corpus “délégitimés”.

Elle coordonne depuis 2018 la rubrique musicale du Magasin du XIXe siècle, dirigé par José-Luis Diaz, ainsi que le site d’informations en études franco-italiennes EFMR, et le carnet Hypothèses lié à ce projet.  Continuer la lecture de Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Parution : Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre

Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre, Anne-Marie Mercier-Faivre, Dominique Perrin (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Études sur le Livre de Jeunesse », 2020. 

La métamorphose semble revenue au premier plan dans les littératures d’enfance et d’adolescence, comme dans la culture populaire. Les vampires, loups-garous, hybrides et anges déchus sont les héros cathartiques des narrations contemporaines. Cet essor d’un imaginaire qui reprend des figures anciennes suscite de nombreuses questions.
Ce livre offre une réflexion panoramique et historique sur le champ de la littérature pour la jeunesse comme sur ses déclinaisons en images (mangas, films) et ses modes de réception particuliers (fan-fictions). Comme dans Pinocchio et dans les aventures d’Alice, le mythe contemporain continue à mettre en scène des questions cruciales en figurant des êtres qui changent, image de la croissance mais aussi de l’inscription dans une identité sexuée. Mais quels sont les enjeux de ce mythe en ce début de millénaire ? Jusqu’à quel point se transforme-t-il ?
De prime abord, le plus frappant est que la métamorphose devient une chance, l’horizon à atteindre d’une adaptation merveilleuse. L’être métamorphosé n’est plus l’autre que l’on regarde mais un miroir de celui que l’on pourrait devenir. Au prisme de ce thème, sont interrogés les rapports entre féminin et masculin, humain et non-humain, vie et mort, essence et artifice. Des classiques de la métamorphose aux figures et pratiques singulières de la période actuelle – de la culture sérielle au domaine littéraire –, les objets et questions envisagés ici mettent en lumière des mutations cruciales pour la compréhension d’un imaginaire contemporain.