CFP: Tomb Raider Collection of Essays

Tomb Raider Collection of Essays 1st of June 2013

contact email:
Nadine.Farghaly@gmx.net

First appearing in the 1996 video game Tomb Raider, Lara Croft has since then been featured in over ten video games, two motion pictures, several graphic novel series, an animated series and books. Moreover, the character’s fame secured her a place in the Guinness book of records as the most recognizable female video game character, as well as a Star on the Walk of Fame in Hollywood. Lady Lara Croft is an intelligent, adventurous, attractive and athletic English Aristocrat and archaeologist. Although she has widely received positive receptions as a strong female role model, there are some voices who reduce this character to her outward appearance. Nevertheless, it is Lara Croft who has been responsible for improving the quality as well as quantity of other female game characters and is widely used as a standard to measure their meaning. The first Tomb Raider (2001) movie is still the second highest-grossing video game movie headlined by a woman. The cultural importance of this vital female character should not be underestimated and deserves a thorough academic investigation.

This publication aims to examine Tomb Raider/ Lara Croft in literature, art, and other media to questions concerning sexuality, gender, identity, social change and feminism. It will provide an interdisciplinary stage for the development of innovative and creative research and examine this vital and complex female protagonist in all her various manifestations and cultural meanings.
What to Send:

300 – 500 word abstracts (or complete articles, if available) and CVs should be submitted by June 1, 2013. If an abstract is accepted for the collection, a full draft of the essay (5000 – 8000 words) will be required by December 1, 2013.

Abstracts and final articles should be submitted to: Nadine.Farghaly@gmx.netreceipt of the abstracts will be send within one week. In case you do not receive an email, please resend your proposal.

Parution: Lionel Dupuy, Jules Verne, la géographie et l'imaginaire

Jules Verne, la géographie et l’imaginaire
Aux sources d’un Voyage extraordinaire: Le Superbe Orénoque (1898), essai de Lionel Dupuy.
12 Euros.

Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1828-1905) sont des romans géographiques, appellation déjà revendiquée par l’écrivain lui-même en son temps. Jules Verne, dont les relations avec la géographie de la fin du XIXe siècle sont ici précisées et approfondies, a toujours eu soin d’articuler ses récits autour du passage entre une géographie scientifique du réel et une géographie plus imaginaire décalée dans l’espace et dans le temps. La transition de l’une à l’autre se fait grâce à un récit de type merveilleux par l’intermédiaire duquel le romancier peut évoquer un autre monde, d’autres rapports entre l’homme et la terre.

Appliquée au roman Le Superbe Orénoque (1898), cette nouvelle lecture des Voyages extraordinaires permet de montrer notamment l’importance du mythe, du symbole et de l’exotisme dans la construction de l’imaginaire géographique vernien.

À la croisée de la littérature et de la géographie, cette analyse nous conduit à repenser autrement les modalités de transmission du savoir géographique à une époque où la géographie, en tant que discipline universitaire, éprouve une certaine difficulté à susciter l’intérêt du public. Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire à la géographie de revenir vers la littérature et l’imaginaire, des territoires capables de produire une autre géographie.

Docteur en géographie, Lionel Dupuy est spécialisé en écologie humaine. Après En relisant Jules Verne et Jules Verne, l’homme et la terre, il nous propose avec Jules Verne, la géographie et l’imaginaire — synthèse de ses recherches doctorales — de nouvelles pistes dans sa lecture, sans cesse renouvelée, des Voyages extraordinaires.

ISBN 979-10-90662-11-7.
Collection KhThOn n°3. ISSN 1956-614X.

13 x 20 cm. 152 p.
Imprimé sur bouffant blanc 80g. Couverture pelliculée mat.

Parution: Simon Bréan, La Science-fiction en France. Théorie et histoire d'une littérature

Simon Bréan, préface de Gérard Klein

La Science-fiction en France. Théorie et histoire d’une littérature

PUPS, collection “Lettres françaises”, 2012

« La science-fiction vaincra ! », lance Raymond Queneau à des lecteurs français incrédules, en 1953. Soixante ans plus tard, la science-fiction s’est bel et bien répandue partout. Ses images sont connues de tous. 
Il a pourtant fallu des générations d’écrivains avant que cette littérature n’obtienne une reconnaissance de fait.

Ce livre retrace l’histoire de la lutte pour l’affirmation du genre en France et pour la légitimité d’une science-fiction française, unissant l’imagination scientifique à la Jules Verne aux inventions des maîtres américains. À travers une histoire éditoriale complexe et de longue haleine, il propose une initiation originale aux thèmes de la science-fiction, qui vivent, mûrissent et évoluent avec le temps, pour former un riche patrimoine littéraire. Sous la plume des écrivains français, Gérard Klein, Stefan Wul, Philippe Curval, Pierre Pelot, et bien d’autres, le lecteur verra naître des mondes possibles et extraordinaires, dont l’étude pourrait apporter un sang neuf aux théories contemporaines de la fiction.

Parution: Brigitte Buffard-Moret et Jean Cleder Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… » entre poésie savante et chanson populaire

Brigitte Buffard-Moret et Jean Cleder

Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… »

entre poésie savante et chanson populaire

Arras, APU, décembre 2012

Présentation

« Je voudrais que ma poésie soit comme une boule de cristal dont on ne verrait plus que la clarté. J’écris pour que même la plus humble des servantes me comprenne » : c’est le souhait que fait Maurice Carême dans une lettre écrite à Jeannine Burny, la femme qui fut le grand amour de sa vie, qui l’a inspiré, a collaboré avec lui et veille sur son œuvre depuis sa disparition.

Une boule de cristal est un objet qui paraît d’une limpidité toute simple. Mais que de travail pour parvenir à ce résultat… Pour qualifier la poésie de Maurice Carême, on a souvent employé les termes de simplicité, de naïveté. Mais simplicité n’est pas simplisme et, à travers cette étude et les entretiens avec Jeannine Burny, on découvrira que Maurice Carême a su puiser à la fois à la source de la chanson populaire et à celle de la poésie savante.

Un grand choix de poèmes, dont une section de 32 inédits, ponctue cette analyse de l’œuvre, et des photographies de la « Maison blanche » de Maurice Carême permettront de comprendre combien l’art du poète était indissociable de son art de vivre.

Appel à contributions: Max Jacob et la “culture populaire” (date limite 1e octobre 2013)

Appel à contributions: Max Jacob et la “culture populaire”

Les Cahiers Max Jacob souhaitent constituer un dossier consacré à Max Jacob et la « culture populaire ». Dès ses débuts d’écrivain, avec la publication du conte pour enfants « Histoire du roi Kaboul Ier et du marmiton Gauwain », Max Jacob (1876-1944) interroge la culture de masse et les formes dites “populaires”. Avant que dada et le surréalisme n’aient définitivement établi la légitimité d’une telle démarche, Jacob puise dans des sources aussi diverses que le cinéma, le folklore, la romance, le roman feuilleton, l’opérette et le théâtre du boulevard, pour n’en nommer que quelques-unes. Le conte en tout genre – conte folklorique, conte pour enfants, conte merveilleux ou conte de fées – occupe parmi ces genres  populaires une place de choix chez Jacob. Que ce soit sur le mode de l’emprunt ou de la parodie, de l’allusion isolée ou de l’usage global d’une forme, Jacob n’hésite pas à mélanger librement le “savant” et le populaire, et à faire voir leur potentiel de renversement ou de réversibilité : car le populaire d’une époque peut bientôt devenir matière à gloses érudites, tandis que quelque production académique est susceptible de s’infiltrer dans les productions populaires. Cette propension à faire sien tout discours hétéronome fait de l’œuvre de Max Jacob un bouillon de culture unique en son genre, un kaléidoscope de discours hétérogènes où prime toujours le merveilleux et l’envol de l’imagination. Mais quels sont les enjeux de cette démarche chez Max Jacob? Comment diffère-t-elle des récupérations surréalistes qui peuvent paraître analogues au premier abord? Comment le populaire s’articule-t-il au religieux chez l’écrivain catholique que fut Max Jacob? Comment ce recours à des sources oubliées ou minorées influe-t-elle sur la réception de l’œuvre jusqu’à aujourd’hui? Autant de questions que ce numéro des Cahiers Max Jacob cherchera à approfondir et à éclaircir.

L’axe d’étude que nous proposons de mettre en œuvre a été jusque-là peu balisé par les études critiques consacrées à Max Jacob. Il semble nécessaire aujourd’hui d’aller vers une exploration en conjuguant les méthodes et les questionnements. Ce numéro propose une exploration selon trois axes principaux :

Les formes et les sources : Les formes sous lesquelles le « populaire » est susceptible d’apparaître dans les textes de Jacob, l’usage que Jacob en fait et les transformations qu’il fait subir à la matière « populaire ».

L’hybridité, le mélange, la mosaïque/la marqueterie, la ménippée

L’intertextualité, la parodie, le pastiche et le collage, usage des faits divers (recyclage)

Le conte, le merveilleux : L’influence formelle ou thématique du récit populaire sous toutes ses formes.

La place et les formes du récit dans la poésie de Jacob (historiettes et anecdotes en vers, e.g.)

Folklore breton (ou français) – contes et chansons

L’oralité et les traditions orales

Contes pour enfants

Mythologie

Miracles et visions

(Ir)réalisme et fantastique dans les récits de Jacob

Le voyage et le dépaysement

Questions de réception : Destins et destinations de l’œuvre littéraire, tel que la matière populaire influe sur ceux-ci.

Canonicité, (il)légitimité et réception(s) de l’œuvre d’art

L’art et l’érudition, l’art et le (non-)savoir

Destinations de l’œuvre de Max Jacob : quel(s) public(s) ?

PROPOSITION DE CONTRIBUTION : en langue française, 1 500 signes, accompagnée d’une notice bio-bibliographique, à envoyer avant le 1er octobre 2013 à Alexander Dickow, Assistant Professor of French at Virginia Tech, responsable du dossier thématique : ard@vt.edu.

ARTICLE FINAL : 30 000 signes

Publication : LES CAHIERS MAX JACOB, publication bisannuelle des Amis de Max Jacob, revue à comité scientifique (www : // cahiersmaxjacob.org).

DATE DE PARUTION :  1er octobre 2015

Direction scientifique DES CAHIERS MAX JACOB : Antonio Rodriguez, Professeur de littérature française à l’Université de Lausanne

Buffard-Moret Brigitte (Université d’Artois, Arras)

Brigitte Buffard-Moret

Professeur de langue française et de stylistique, Ancienne élève de Ecole Normale Supérieure (Ulm-Sèvres), Membre permanent de l’équipe d’accueil GRAMMATICA (EA 4521)

Thèmes de recherche

Versification :

La versification dans la poésie française. Versification et sens des textes. Histoire des révolutions poétiques.

Chanson

La chanson populaire : thèmes, formes, fortune. La chanson poétique du XVIe siècle à nos jours. La chanson dite « de variété » et ses emprunts à la chanson populaire et poétique. La chanson et les autres arts. Continuer la lecture de Buffard-Moret Brigitte (Université d’Artois, Arras)

Séminaire: Stratégies de la convergence à l’ère du numérique et des pratiques médiatiques

Séminaire

Stratégies de la convergence à l’ère du numérique et des pratiques médiatiques

Contexte du séminaire : Le cycle de séminaires consiste à réfléchir sur l’émergence de nouvelles pratiques médiatiques au sein de la culture numérique, aussi bien du côté de la production que du côté de la réception. La convergence des technologies tout comme la convergence culturelle ont favorisé l’émergence de nouvelles stratégies de production : le Cross-média, le Transmedia Storytelling (Jenkins), le Deep Media (Rose), le Mediamix (Ito) sont ainsi progressivement apparus dans les paysages audiovisuels depuis les années 90. Ces stratégies de production mettent en exergue des mutations des industries culturelles, une (ré) appropriation des nouvelles technologies, ainsi qu’une redéfinition de la narration (storytelling). Elles favorisent également de nouvelles pratiques de réception qu’il est alors intéressant d’analyser. Il est alors important d’étudier ces phénomènes médiatiques en mutation afin de comprendre les enjeux des industries culturelles et la nouvelle relation qui s’instaure avec les récepteurs-usagers.

Séminaire 2 : 4 Février 2013, 14h-17h, Salle F107, Université de Bordeaux 3 Le deuxième Séminaire du programme de recherche aura pour thématique « Jeux Vidéos : narrations et appropriations». Il consistera à aborder les questions de la stratégie narrative et de la réception des jeux vidéos dans un contexte immersif.

Il sera centré autour de deux interventions : Fanny Georges (MCF, Paris 3, Laboratoire CIM) : «Jeu vidéo et production du sens: les machinima comme traces d’appropriation »
Olivier Mauco (Docteur, Université Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « GTA IV, une chronique sur le rêve américain. Jeux vidéo, narration et capacités transformatives».

Le troisième séminaire se focalisera sur les cultures Fans et Geek (David Peyron / Sébastien François). La date sera précisée ultérieurement. Le cycle de séminaire se conclura par une journée d’études, rencontres entre enseignants-chercheurs et professionnels du Transmedia, qui aura lieu en avril 2013.
Organisation : Mélanie Bourdaa, MCF, Bordeaux 3, MICA Contact : melaniebourdaa@yahoo.fr

Parution: Pierre Chevallier Arnould Galopin, Homme de Lettres-Romancier populaire

Parution

Pierre Chevallier

Arnould Galopin, Homme de Lettres-Romancier populaire

1863-1934

PGC Editions, 2013

Le livre peut être commandé à l’adresse suivante: http://pgc-editions-arnould-galopin.franceserv.com/

Préface……………………………………………………………………………………………….

11
Introduction………………………………………………………………………………………. 13
L’Homme
Une jeunesse laborieuse : 1863-1884……………………………………… 15
Les obligations militaires : 1884-1885…………………………………….. 20
Un enseignant éphémère : 1885-1889…………………………………….. 22
Un journaliste affirmé : 1890-1902…………………………………………. 24
L’écrivain : 1902-1934 …” Une vie d’aventures “………………….. 37
Après sa disparition
1935-2001…………………………………………………………………………………….. 171
Ceux qui l’ont connu
Sa famille………………………………………………………………………………………. 183
Les coauteurs……………………………………………………………………………….. 199
Les principaux éditeurs de Arnould Galopin…………………………… 208
Les illustrateurs…………………………………………………………………………… 212
L’oeuvre
Les titres d’ouvrages…………………………………………………………………. 217
Les romans et nouvelles pour enfants…………………………………….. 220
Les autres textes de Arnould Galopin…………………………………….. 221
Les titres et leurs éditions………………………………………………………… 222
Le Patois normand………………………………………………………………………… 251
Les ouvrages transposés au cinéma…………………………………………. 262
Les ouvrages ayant changé de titres……………………………………….. 265
Les tirages des livres…………………………………………………………………. 266
Les traductions……………………………………………………………………………..
268
Les erreurs et imprécisions………………………………………………………. 272
Conclusion…………………………………………………………………………………………… 277
Remerciements…………………………………………………………………………………. 279
Annexes……………………………………………………………………………………………… 281