Archives de catégorie : Parutions

Réédition: Hans Magnus Enzensberger Culture ou mise en condition ?

Hans Magnus Enzensberger

Culture ou mise en condition ? Essais

Paris : Les Belles Lettres, collection “Le goût des idées”, 2012.

EAN 9782251200255.

336p.

15,50EUR

Réédition d’un recueil, devenu un classique, d’études sur les productions de la culture médiatiques et de l’industrie culturelle. On sera en particulier attentif à ses analyses consacrées au format poche.

Présentation de l’éditeur :

Essayiste et poète, H.M. Enzensberger, l’un des jeunes écrivains allemands les mieux doués de l’après-guerre, analyse ici en les démystifiant divers éléments de la vie culturelle de notre temps, muée depuis peu en une véritable « industrie de la culture ». Avec une intelligence et un humour peu communs il démonte les mécanismes d’un grand quotidien bourgeois, ceux du célèbre Spiegel, des actualités filmées, des livres de poche, des organisations touristiques… autant d’outils destinés, consciemment ou non, à façonner les esprits, à les pré-fabriquer ou à les abrutir.
Quelques études littéraires pénétrantes (sur Böll, Grass, Johnson et divers poètes) complètent ce recueil, ainsi qu’un essai sur l’ « avant-garde » politique et littéraire, aussi méchant que sain et lucide.
Mais H.M. Enzensberger ne se contente pas de dénoncer les maladies culturelles de notre temps, il propose des solutions, il éclaire déjà les voies possibles de l’avenir.

Ouverture de l’espace « Zone libre » sur Pop en stock

Chers collègues et amis,

Nous avons le plaisir de vous annoncer, à l´occasion du onzième dossier thématique Pop-en-Stock l’ouverture de notre espace “Zone Libre”.

http://popenstock.ca/Zone_libre

Nous accueillons dans cette section des articles individuels sur toute question ayant trait à la culture populaire contemporaine et qui ne s´inscrivent pas (pour l´instant) dans aucun des dossiers thématiques proposés.

POP-EN-STOCK étant en perpétuelle évolution, certains de ces articles seront éventuellement intégrés à des futurs dossiers thématiques au fur et à mesure de leur création, selon des critères de cohérence et de pertinence.

Merci de faire circuler cette information et au plaisir de vous compter des nôtres

Samuel Archibald et Antonio Dominguez Leiva

http://popenstock.ca

Parution: Christian Chelebourg, Les Ecofictions. Mythologies de la fin du monde

Christian Chelebourg, Les Ecofictions. Mythologies de la fin du monde

Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, coll. “Réflexions faites”, 2012.

256 p.

Prix 19,50EUR

EAN 9782874491405.

Présentation de l’éditeur :

“Les écofictions. Mythologies de la fin du monde” est un essai qui relève à la fois des études de l’imaginaire et, partant,  des études écocritiques. Mais c’est aussi un livre hautement politique, dans la postérité des Mythologies de Roland Barthes.

Une écofiction n’est pas seulement une fiction (littéraire ou cinématographique) sur l’écologie, c’est avant tout et surtout une fiction sur le désastre écologique que tout le monde prédit.  Pollution, réchauffement climatique, catastrophes naturelles, épidémies, manipulations génétiques font partie de notre quotidien, engendrant une culpabilité et des angoisses dont nous avons de plus en plus de mal à nous défaire. Les fictions, littérature et cinéma en tête, exploitent ces nouvelles peurs, réactivant d’anciens mythes et créant de nouveaux.

À la lumière de plus de deux cents romans, films, bandes dessinées, documentaires, essais ou publicités, Christian Chelebourg démonte pour notre plus grand plaisir les mécanismes de ces écofictions qui nous divertissent autant qu’elles nous effraient, qui nous invitent à méditer sur notre fragilité autant qu’elles nous persuadent de notre puissance.

Parmi les oeuvres étudiées, on trouve:

Yann Arthus-Bertrand, Home
Michael Bay, Armageddon
Jan de Bont, Twister
Danny Boyle, 28 Days Later…
James Cameron, Avatar
Chris Carter, X-Files
Wes Craven, La Colline a des yeux
Robin Cook, Virus
Michael Crichton, État d’urgence
Roger Donaldson, Le Pic de Dante
Roland Emmerich, 2012
Alastair Fothergill, Un Jour sur terre
Terry Gilliam, L’Armée des douze singes
Al Gore, Une Vérité qui dérange
Nicolas Hulot, Le Syndrome du Titanic
Francis Lawrence, Je suis une légende
Mimi Ledder, Deep Impact
James McTeigue, V pour Vendetta
Hayao Miyazaki, Princesse Mononoké
Andrew Niccol, Bienvenue à Gattaca
Alex Proyas, Prédictions
Sam Raimi, Spider-Man 3
Kim Stanley Robinson, 50° au-dessous de zéro
Jean-Christophe Rufin, Le Parfum d’Adam
Steven Soderbergh, Contagion
Steven Spielberg, La Guerre des mondes
Andrew Stanton, Wall-E
Andy & Larry Wachowski, Matrix
Alexander Witt, Resident Evil: Apocalypse
Albert Camus, La Peste
Stephen King, The Stand
Jean-François Gosselin, La Fin du Monde – 21 décembre 2012
Hergé, L’Étoile mystérieuse

Christian Chelebourg est Professeur de Littérature à l’Université de Nancy 2 et directeur du Centre d’Études Littéraires Jean Mourot. Spécialiste de l’imaginaire, il s’est intéressé aux romanciers populaires du XIXe siècle avant de se consacrer à la Littérature de jeunesse contemporaine et aux fictions à destination du grand public. Il est principalement l’auteur de Jules Verne, l’oeil et le ventre (Minard, 1999), L’Imaginaire littéraire (A. Colin, « Fac », 2000) et Le Surnaturel – Poétique et écriture (A. Colin, « U », 2006).

Parutions: Fascismo senza fascismo? et Quattro “pinocchiate” fasciste (Luciano Curreri, Federico Foni)

Fascismo senza fascismo?
Indovini e revenants nella cultura popolare italiana (1899-1919 e 1989-2009)

Nerosubianco

Collana le bandiere

Rispetto ad altri incontri organizzati o coorganizzati da Luciano Curreri negli ultimi anni in seno all’Université de Liège, ma cercando sempre di coinvolgere tante altre istituzioni e diversi gruppi di studio del Belgio, dell’Italia, dell’Europa e del mondo intero, il convegno Fascismo senza fascismo? Indovini e revenants nella cultura popolare italiana (1899-1919 e 1989-2009) è una mossa più azzardata. Certo, non ambisce a creare una categoria, ché il punto interrogativo del titolo non è messo proprio a caso o per consuetudine. E tuttavia il sottotitolo che lo completa e gli atti che ne risultano vorrebbero provare a sfumare altre categorie, un po’ desuete e/o controverse, come quelle di prefascismo e di neofascismo (anche se a nessuno è stato impedito, et pour cause, di servirsene).
Con interventi di Curreri, Gigante, Comberiati, Foni, Benzoni, Jacquet, Giudicetti, Gola, Lo Presti, Di Vittorio, Manna, Mastropierro, Palumbo, Versari, Leoni, Orsitto, Burguet, Toppano, Viti, Jansen, Papponetti, Scarlini, Turchetta.
Luciano Curreri (1966) è professore ordinario di Lingua e letteratura italiana alla Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Liegi. Ha curato e sta curando edizioni di autori otto-novecenteschi per Einaudi, Greco&Greco, Ilisso, Mondadori, Quiritta, Salerno. Di recente ha pubblicato: Pinocchio in camicia nera (Nerosubianco, 2008 e II ed. corretta e aumentata, 2011); D’Annunzio come personaggio nell’immaginario italiano ed europeo (1938-2008). Una mappa (Peter Lang, 2008); Metamorfosi della seduzione. La donna, il corpo malato, la statua in d’Annunzio e dintorni (ETS, 2008); Mariposas de Madrid. Los narradores italianos y la guerra civil española (Prensas Universitarias de Zaragoza, 2009; ed. or. Bulzoni, 2007); Un po’ prima della fine? Ultimi romanzi di Salgari tra novità e ripetizione (1908-1915) (con F. Foni, Sossella, 2009); La consegna dei testimoni tra letteratura e critica. A partire da Nerval, Valéry,
Foscolo, d’Annunzio (FUP, 2009); Silenzi solitudini segreti. Altre metamorfosi dannunziane (Bonanno, 2011); L’elmo e la rivolta. Modernità e surplus mitico di Scipioni e Spartachi (con G. Palumbo, Comma 22, 2011). Ha esordito come narratore con A ciascuno i suoi morti. Un album di racconti (Nerosubianco, 2010). Di prossima pubblicazione: Il peplum di Emilio. Storie e fonti antiche e moderne
dell’immaginario salgariano (1862-2012) (Il Foglio, 2012); L’Europa vista da Istanbul. Mimesis e la ricostruzione intellettuale di Eric Auerbach (Sossella, 2012); Play it again, Pinocchio (Moretti&Vitali, 2012).
Fabrizio Foni (1980), studioso del fantastico popolare, si è laureato in Letteratura italiana a Pisa e ha conseguito il dottorato di ricerca in Italianistica a Trieste, usufruendo poi di una borsa di post-dottorato a Liège. Tra le sue pubblicazioni: le monografie Alla fiera dei mostri (Tunué, 2007) e Piccoli mostri crescono (Perdisa Pop, 2010), e la cura delle antologie Il gran ballo dei tavolini (Nerosubianco, 2008) e Ottocento nero italiano (Aragno, 2009, con C. Gallo). Assieme a Luciano Curreri ha curato il volume collettaneo Un po’ prima della fine? (Sossella, 2009), dedicato agli ultimi romanzi di Emilio Salgari e, con Álvaro Ceballos Viro e Riccardo Trani, la riedizione bilingue di Seis días fuera del mundo/Sei giorni fuori dal mondo di Juan Pérez Zúñiga (Nerosubianco, 2011).

Indice

Per un’introduzione a nove code (e senza troppe note).

Mappe,griglie,dintorni di due Ventenni alternativi:1899-1919 e 1989-2009

Luciano CURRERI(Université de Liège)……………………………………………………………………………………………………………………….. 7

Scrittori del Risorgimento “precursori del fascismo”?

A proposito di un luogo comune della storiografia letteraria fascista*

Claudio GIGANTE(Université Libre de Bruxelles)………………………………………………………………………………………………………….. 19

La profezia dell’impero nella prima narrativa di Arnaldo Cipolla

(Nell’impero di Menelik,1911)

DANIELECOMBERIATI (Université Libre de Bruxelles)…………………………………………………………………………………………………… 37

Il soprannaturale,antidoto all’imperialismo?

Fabrizio FONI (Université de Liège)………………………………………………………………………………………………………………………………. 46

Tendente al nero.

Voci e derive neofasciste al tempo della politica pop

Pietro BENZONI (Université de Liège – Vrije Universiteit Brussel)……………………………………………………………………………………. 58

A tempo scaduto. I film italiani sul fascismo (1989-2009)

Gabrielle JACQUET (Université catholique de Louvain)

Gian Paolo GIUDICETTI (F.R.S. – Université catholique de Louvain)……………………………………………………………………………….. 73

La religione del fascismo in Anatomia della battagliadi Giacomo Sartori

Sabina GOLA (Université Libre de Bruxelles)…………………………………………………………………………………………. 83

L’anima musicale d’Italia:il canto popolare come bandiera ideologica

Carlo LO PRESTI (Conservatorio Statale di Musica “G. Rossini”,Pesaro)…………………………………………………………………………. 98

Pensare il fascismo oggi

Pierangelo DI VITTORIO,Alessandro MANNA,Enrico MASTROPIERRO,Giuseppe PALUMBO,Andrea RUSSO…………….. 125

È fascista la Madonna del fascio? Arte e architettura a Predappio tra conservazione e polemica politica

Maria Elena VERSARI (Getty Research Institute)……………………………………………………………………………………………………………. 134

Ucronia fascista nella narrativa italiana,tra revisione,rivisitazione e paradossi quantici

Giulio LEONI (Università “La Sapienza”)………………………………………………………………………………………………………………………. 145

Ombre postfasciste e neofasciste nel cinema italiano del nuovo millennio

Fulvio ORSITTO (California State University)………………………………………………………………………………………………………….. 151

Andrea Vitali:il piccolo mondo del lago,un fascismo da operetta e un’intervista all’autore………………………………………………….. 168

Appendice …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 176

Willy BURGUET (Società Dante Alighieri, Liège)

Le premesse del condottiere fascista. La rivincita di Lissa(1909) di Yambo

Michela TOPPANO (Université d’Aix-en-Provence)………………………………………………………………………………………………………….. 181

Il rock del Duce:dal caso Disciplinatha al Neofascismo in musica

Alessandro VITI (Università degli Studi di Siena)…………………………………………………………………………………………………………….. 191

Fascismo e fascismi dopo Genova 2001:narrare le forze dell’ordine

Monica JANSEN (Universiteit Antwerpen – Universiteit Utrecht)………………………………………………………………………………………. 203

Giordano Bruno Guerri   Fra documento e racconto

Giuseppe PAPPONETTI (Centro Nazionale di Studi dannunziani,Pescara)………………………………………………………………………… 219

Occulti poteri:esoterismo e fascismo tra Ventennio e Neodestra

Luca SCARLINI (Accademia di Belle Arti di Brera)………………………………………………………………………………………………………… 224

Il Bronx fuori e dentro di noi. Qualche immagine dell’intolleranza,dal mondo-periferia (1989-2009)

Gianni TURCHETTA(Università degli Studi di Milano)………………………………………………………………………………………………….. 227

Quattro “pinocchiate” fasciste
raccolta illustrata a cura di Luciano Curreri
Cuneo, Nerosubianco, 2008, 144 p.
(Le drizze, 1)
Euro 12,00 – ISBN 88-89056-30-4

Le “pinocchiate” discendono, come è noto, dal personaggio immortalato dal capolavoro di Collodi e muovono dalla fine dell’Ottocento per giungere ai giorni nostri, in seno a una tradizione che le ha spesso snobbate come repliche noiose e indecorose de Le avventure di Pinocchio. Certo, sublimarne l’importanza letteraria sarebbe arbitrario; non, però, coglierne il valore di documento, di testualità ancorate a una storia che è la nostra. In particolare, le “pinocchiate” fasciste, fra anni Venti e anni Quaranta, sono uno spaccato propagandistico significativo del Ventennio e delle sue derive: si va dalle spedizioni punitive ai Balilla, dalla conquista dell’Etiopia alla Repubblica sociale italiana.

Indice

AVVENTURE E SPEDIZIONI PUNITIVE

DI PINOCCHIO FASCISTA

Testo di Giuseppe Petrai,disegni di Giove Toppi 7

PINOCCHIO FRA I BALILLA.

NUOVE MONELLERIE DEL CELEBRE

BURATTINO E SUO RAVVEDIMENTO

Testo e disegni di Cirillo Schizzo del 420 (ps.di  Schiatti,Gino) 25

PINOCCHIO ISTRUTTORE DEL NEGUS 51

IL VIAGGIO DI PINOCCHIO

Testo di Ciapo,disegni di Fulvio Bianconi 63

Appendice 95

PINOCCHIO…IN UN ALTRO MONDO!

Testo di Palmira Melesi-Fanti,illustrazioni di Carlo Pierantoni 97

Postfazione 115

«SOPRA BOSCHI DI BRACCIA TESE».

PLANATE 1923-1944

di Luciano Curreri 117

Nota ai testi 139

Ringraziamenti 142

Postfazione 2011 143

LE “PINOCCHIATE”FASCISTE SONO RACCONTI D’ITALIA?

APPROSSIMAZIONI AL ‘GIÀ DETTO’TRA NOVITÀ E RIPETIZIONE

di Luciano Curreri 145

Ringraziamenti 155

Publication of Greening the Media by Toby Miller and Richard Maxwell

Richard Maxwell and Toby Miller, Greening the Media, Oxford University Press: Greening the Media, 256 pages.

ISBN13: 978-0-19-991467-8

ISBN10: 0-19-991467-2

You will never look at your cell phone, TV, or computer the same way after reading this book. Maxwell and Miller not only reveal the dirty secrets that hide inside our beloved electronics; they also take apart the myths that have pushed these gadgets to the centre of our lives. With an astounding array of economic, environmental and historical facts, Greening the Media debunks the idea that information and communication technologies (ITC) are clean and ecologically benign. In this compassionate and sharply argued book, the authors show how the physical reality of making, consuming, and discarding them is rife with toxic ingredients, poisonous working conditions, and hazardous waste. But all is not lost. As the title suggests, Maxwell and Miller dwell critically on these environmental problems in order to think creatively about ways to solve them. They enlist a range of potential allies in this effort to foster greener media – from green consumers to green citizens, with stops along the way to hear from exploited workers, celebrities, and assorted bureaucrats. Ultimately, Greening the Media rethinks the status of print and screen technologies, opening new lines of historical and social analysis of ICT, consumer electronics, and media production.

Table of contents

ACKNOWLEDGEMENTS

INTRODUCTION

1. CONSUMERS

2. WORDS

3. SCREENS

4. WORKERS

5. BUREAUCRATS

6. CITIZENS

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHY

Authors

  • Richard Maxwell is Professor and Chair of Media Studies at Queens College, City University of New York.
  • Toby Miller is Distinguished Professor of Media & Cultural Studies at the University of California, Riverside.

See some podcasts and presentation on the Facebook page : https://www.facebook.com/greeningthemedia

Further information and purchase at : http://ukcatalogue.oup.com/product/9780195325201.do.

Parution : "Sociologie des super-héros" de Thierry Rogel

Sociologie des super-héros
Thierry Rogel

PRÉSENTATION :

Ces dernières années, les super-héros ont envahi nos écrans de cinéma et semblent durablement installés dans l’univers de la culture populaire : cette nouvelle génération, portée essentiellement par le groupe Marvel, est née en 1961 avec notamment la création des « Fantastic Four ». Ces personnages tranchaient sur les Batman et Superman de la génération précédente par leur plus grande humanité et leur plus grande fragilité. Les jeunes lecteurs ne s’y trompèrent d’ailleurs pas et le succès des super-héros de « l’âge d’Argent » (1961-1973) a tenu au fait que ceux -ci « disaient quelque chose » sur la société des années 1960 et 1970. Mais nous disent-ils encore quelque chose en 2011 sur ce que nous devenons ?
Objets littéraires, les histoires de super-héros tiennent des contes d’antan et des récits mythiques mais également de la littérature populaire apparue aux xixe et xxe siècles. Objets sociologiques, ils nous informent sur les rêves et les tabous d’une société, sur notre rapport à la science et notre vision de l’individu dans la société contemporaine.

AUTEUR :

Thierry Rogel, agrégé de sciences économiques et sociales et amateur de comics, s’est spécialisé dans la vulgarisation des sciences sociales en général et de la sociologie en particulier.

http://www.editions-hermann.fr

ISBN : 9782705682590

Collection « Sociétés et pensées » dirigée par Gérald Bronner

254 pages – 14 x 21 cm – 2012

Parutions: Il Peplum d’Emilio et L’ elmo e la rivolta (Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo)

Parutions

Luciano Curreri, Il Peplum d’Emilio

et

Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo

L’ elmo e la rivolta

Luciano Curreri, Il Peplum d’Emilio

In tempi di revival salgariano (acceso ma un po’ miope) e di nuova fortuna del peplum (con egual destino d’immediata e inutile adesione), questo volume tenta di tracciare una particolare mappa dell’antichità immaginaria distesa tra letteratura e cinema a partire da due romanzi – Le Figlie dei Faraoni (1905) e Cartagine in fiamme (1906 e 1908) – di Emilio Salgari, il più prolifico scrittore italiano d’avventura delle patrie lettere moderne, di cui quest’anno ricorre il 150° anniversario della nascita (Verona, 1862).

Indice

Invito alla lettura, di Ernesto Ferrero

PREMESSA

IL FUOCO, I LIBRI, LA STORIA
Saggio su Cartagine in fiamme (1906) di Emilio Salgari

IL MITO CULTURALE DI CARTAGINE NEL PRIMO NOVECENTO TRA LETTERATURA E CINEMA

PER SFUGGIRE ALLE FIAMME BISOGNA AFFIDARSI AL MARE (OVVERO SAPER NUOTARE)

SALGARI TRA ROMAN-PÉPLUM E VOYAGE EN ORIENT
Appunti e ipotesi per Le Figlie dei Faraoni (1905)

Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo
L’ elmo e la rivolta

Il primo ‘saggio disegnato’ di storia della cultura, dall’antichità ai nostri giorni, dalle fonti alla fanta, che bevevamo al cine guardando i peplum americani e i sandaloni italiani. Tutto, infatti, inizia in un cinema, dove Giuseppe Palumbo e Luciano Curreri guardano il film “Spartaco”, di Kubrick, e, alla famosa scena del corale “Io sono Spartaco”, iniziano a sognare la storia e a pensare alla nostra attualità. Dov’è finito Spartaco, si chiedono. Dov’è finita la rivolta? E allora Curreri si fionda in biblioteca, in archivio, e Palumbo si mette alla alla china. Scoprono che Scipione, il grande generale che sconfisse Cartagine, e Spartaco, l’oscuro leader della rivolta degli schiavi, sono all’origine di due miti che trascendono di gran lunga le scarse informazioni di cui disponiamo su di loro; due miti che la modernità ha accolto, elaborato e digerito, opponendoli di frequente l’uno all’altro. Tutto raccontato e disegnato, fino al 2011; quel 2011 che a noi suona come un’odissea nello spazio della nostra storia, come un’unità di duci e schiavi.

Parution de "Implicitement sexiste? Genre, politique et discours journalistique"

Implicitement sexiste?

Genre, politique et discours journalistique

Aurélie Olivesi

L’élection présidentielle de 2007 présente une situation inédite : pour la première fois, une femme, Ségolène Royal, se trouve candidate d’un parti de gouvernement en position d’éligibilité, face à un homme, Nicolas Sarkozy, dont la posture « virile » se trouve dès lors mise en relief. Mais, alors que le genre des candidats semble occuper une place essentielle dans la construc- tion de leur image, cette caractéristique est largement éludée dans les analyses de la campagne officielle publiées dans la presse d’information, qui se veulent au contraire égalitaires et neutrali- santes. Pourquoi les journalistes de la presse de référence n’évoquent-ils pas en leur nom propre le rôle joué par le genre des candidats? Comment inter- préter cette représentation fuyante ? Cet ouvrage montre comment le dis- cours journalistique repousse l’évocation du genre en politique à ses marges : il attribue une conception stéréotypée de l’identité féminine ou masculine des candidats à des locuteurs difficilement identifiables (« vraies gens », « opinion publique » indéfinie), tout en se présentant lui-même comme neutre. Ce désengagement énonciatif rend cette représentation figée du rôle joué par le genre en politique particulièrement difficile à circonscrire, et donc à contester ou à com- battre.

Docteure en sciences de l’information et de la communication, Aurélie Olivesi est Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Montpellier 3. Membre du LERASS (université Toulouse 3), elle travaille sur la représentation du genre et de la parole profane dans les médias.

ISBN : 978-2-8107-0189-6 – Code SODIS F 351906

PRESSES UNIVERSITAIRES DU MIRAIL

Université de Toulouse-Le Mirail – 5 allées Antonio Machado – 31058 Toulouse cedex 9

w3.pum.univ-tlse2.fr

Parution: Stanley Cavell, La Protestation des larmes; Le mélodrame de la femme inconnue

Stanley Cavell

La Protestation des larmes. Le mélodrame de la femme inconnue

Paris : Capricci, 2012

EAN 9782918040347

328 p.

Prix 21EUR

Présentation de l’éditeur :

Dans son ouvrage le plus célèbre écrit en 1981, À la recherche du bonheur, Stanley Cavell, se basant sur sept grandes comédies classiques hollywoodiennes, théorise l’existence d’un genre nouveau, la comédie du remariage.

Avec La Protestation des larmes (1996), le grand philosophe américain complète ce travail en définissant un genre symétrique : le mélodrame de la femme inconnue. À travers l’étude de quatre films des années 1930-1940, Cavell dresse le portrait d’héroïnes isolées qui partagent le besoin d’exister par elles-mêmes et d’être éduquées, et qui ne peuvent pourtant dépasser leur condition qu’en dehors du cadre du mariage.

Revendiquant de nouveau l’importance de mêler les disciplines comme la philosophie, l’esthétique ou la psychanalyse et de les faire dialoguer avec les oeuvres de la culture populaire que sont les films, Cavell développe une réflexion à la fois exigeante et enjouée.

Né en 1926, Stanley Cavell est une des voix les plus singulières de la philosophie contemporaine. Professeur d’esthétique à Harvard, il est le philosophe qui a su reconnaître la double importance du cinéma : pour lui-même et pour l’Amérique. Le cinéma parlant hollywoodien des années 1930-1960 retient particulièrement son attention : les écrits de Cavell à son sujet constituent une conversation inlassable, à la fois amoureuse et érudite, relançant et prolongeant celle que les films établissent déjà entre les sexes, entre l’ordinaire et le philosophique, l’Amérique et l’Europe…

Parution: Cécile Boulaire (dir.) Mame, deux siècles d'édition pour la jeunesse

Parution

Cécile Boulaire (dir.)

Mame, deux siècles d’édition pour la jeunesse

Référence bibliographique : Cécile Boulaire (dir.), Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2012, 560 p., 24E. EAN13 : 9782869062801.

Voir ici le document de souscription
L’étude de la maison Mame était jusqu’à une date récente réputée « infaisable » parce que ses archives avaient été intégralement détruites dans la destruction de l’entreprise en juin 1940. Maison sans archives, l’entreprise Mame était par ailleurs disqualifiée par la nature de sa double spécialisation : l’édition religieuse et l’édition pour la jeunesse. Ce livre, issu du travail d’une équipe composée à parité de littéraires, d’historiens et d’historiens de l’art, s’attache à reconstituer l’histoire de l’entreprise et de la dynastie qui l’a portée, de ses débuts à Angers en 1767 à la rupture du lien entre la famille Mame et l’entreprise qui porte son nom en 1975.
À travers 200 ans d’histoire économique et sociale, enracinée en Touraine mais largement ouverte aux influences majeures que connaît alors l’édition, l’ouvrage cherche à déterminer la nature de cette littérature produite pour les enfants des années 1830 à l’après-guerre, à expliquer le dédain dont elle fait l’objet dès les années Ferry, ainsi que l’oubli dont elle pâtit depuis, quoique ses tirages la rendent présente dans la plupart des foyers français. Il tente notamment de comprendre dans quel contexte et sous quelles modalités est née cette littérature chrétienne pour la jeunesse, et comment elle s’est développée, échappant partiellement aux objectifs de ses fondateurs.
Cette étude s’efforce de combler une lacune majeure de l’historiographie,elle éclaire le rôle joué dans l’édition et surtout dans la littérature destinée à la jeunesse par la maison Mame, trop souvent éclipsée par les éditeurs parisiens Hachette et Hetzel auxquels elle a pourtant ouvert la voie.

SOMMAIRE

Jean-Yves MOLLIER,
Préface

Cécile BOULAIRE,
Introduction générale

Première partie
LES FONDATEURS

Michel MANSON
Introduction : Un voyage dans les archives

Cécile BOULAIRE
Charles Pierre Mame à Angers : un fondateur

Tangi VILLERBU
La maison Mame à Angers (1807-1828)

Michel MANSON
Les Mame à Paris (1807-1837) :
l’échec d’une stratégie familiale de diversification
Tangi VILLERBU,
La bifurcation américaine de Charles Mathieu Mame (1815-1818)

Deuxième partie
L’INSTALLATION DYNASTIQUE
Michel MANSON
Installation d’Amand Mame à Tours : le contexte tourangeau

Chantal DAUCHEZ
Amand Mame (1776-1848)

Chantal DAUCHEZ
Alfred Mame (1811-1893)

Chantal DAUCHEZ
Ernest Mame (1805-1883) ; Gustave Mame (1830-1893)
Paul Mame et ses fils

Michèle PIQUARD
La « Maison Alfred Mame et fils », Société Anonyme

Troisième partie
L’ENTREPRISE MAME ET LA QUESTION SOCIALE

Tangi VILLERBU
Introduction : L’entreprise Mame et la question sociale

Christian AMALVI
Les livres d’histoire de la maison Mame,
supports de la doctrine du catholicisme social, de 1830 à 1880 ?

Chantal DAUCHEZ
Cité ouvrière et institutions sociales

Martin DUMONT
Alfred Mame et la Commission d’enquête parlementaire
sur les conditions du travail en France en 1873

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame et l’école publique (1870-1890) : l’annonce d’une fracture éditoriale

Quatrième partie
MAME PROPAGATEUR DE LA FOI

Tangi VILLERBU
Introduction : Mame propagateur de la foi

Michel MANSON
Des Bons Livres aux livres pour enfants :
la création de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »

Tangi VILLERBU
La maison Mame et les Frères des écoles chrétiennes : une tumultueuse union

Tangi VILLERBU
Mame au Québec :
importation et usages d’une littérature catholique française (1840-1960)

Michel MANSON
Les romans historiques chez Mame (1834-1914) : faire revivre le passé à la lumière de la foi

Cinquième partie
LES COLLECTIONS

Cécile BOULAIRE
Introduction : L’ordre des collections

Matthieu LETOURNEUX
La ligne éditoriale : auctorialité et sérialité éditoriale

Cécile BOULAIRE
Une logique de collections : de la « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne »
à la « Bibliothèque des petits enfants »

Cécile BOULAIRE
Raymond Pornin et le « Gymnase moral d’éducation » :
être éditeur de livres pour enfants à Tours sous Alfred Mame

Stéphane TASSI
Les séries Mame au XXe siècle siècle : organisation et auteurs

Marie-Pierre LITAUDON
Mutation des logiques de collections (1885-1940)

Francis MARCOIN
La Revue Mame (1894-1909), une publication académique

Sixième partie
LES GENRES

Matthieu LETOURNEUX
Introduction : Les genres

Cécile BOULAIRE
La « littérature » selon Mame ?

Matthieu LETOURNEUX
Mame, entre esthétique et éthique

Annette BAUDRON
De L’Ami des enfans à la « Bibliothèque des petits enfants » :
rupture ou continuité ?

Marie-Françoise BOYER-VIDAL
Mame à l’ère des pédagogues républicains,
ou le poids d’un héritage éditorial (1870-1890)

Matthieu LETOURNEUX
Les romans d’aventures sont-ils très catholiques ?
Mame face au genre, entre contraintes sérielles et reformulations éditoriales

Mathilde LÉVÊQUE
Un siècle de fictions coloniales pour la jeunesse (1830-1940)

Septième partie
ÉCRIRE POUR MAME

Mathilde LÉVÊQUE
Introduction : Écrire pour Mame

Mathilde LÉVÊQUE
Traduire pour Mame

Cécile BOULAIRE et Mathilde LÉVÊQUE
À éditeur célèbre, écrivains obscurs ?

Cécile BOULAIRE
Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe voué à Mame

Clémence LEFAY
Hippolyte de Chavannes de La Giraudière : un auteur Mame

Stéphane TASSI
Classicisme, naturalisme et passéisme :
l’évolution du style Mame à travers quelques-uns de ses auteurs

Huitième partie
RELIURE, ILLUSTRATION, BIBLIOPHILIE

François FIÈVRE
Introduction : La forme visuelle des livres Mame

Élisabeth VERDURE
La reliure chez Mame : techniques de fabrication et esthétique (1840-1880)

Olivia VOISIN
Amand Mame & Cie, un éditeur romantique pour enfants (1830-1850)

Rémi BLACHON
John Arthur Quartley et les graveurs sur bois des éditions Mame à Tours

François FIÈVRE
Les pratiques typographiques et bibliophiliques
de la maison Mame au XIXe siècle

Isabelle SAINT-MARTIN
Illustration religieuse et ouvrages de prestige : Hallez, Doré, Tissot…

Stéphane TASSI
Brochages, cartonnages et percalines : les couvertures Mame de 1870 à 1940

Neuvième partie
MAME AU XXE SIÈCLE

Cécile BOULAIRE
Introduction : Mame au XXe siècle

Marie-Pierre LITAUDON
Les albums Mame dans l’entre-deux-guerres

Caroline GAUME
D’une usine l’autre : 1940-1953, destruction et reconstruction de l’usine Mame

Christine DESMOULINS
L’imprimerie Mame à Tours, une usine moderne en bordure de Loire (1950-1953)

Michèle PIQUARD
La maison Mame après la Seconde Guerre mondiale

Marie-Pierre LITAUDON
Un petit Prince devait paraître chez Mame…

Tangi VILLERBU et Matthieu LETOURNEUX,
Conclusion : Fin de projet, ouverture de chantiers

Arbre généalogique
Bibliographie
Les auteurs