Archives de catégorie : LPCM – activités membres

Offre d’emploi: Queen’s University, Belfast.

Offre d’emploi

Queen’s University

Belfast

Job Details
Position: Research Fellow (5 Posts)
School/Department: Inst for Collaborative Research in the Humanities
Reference: 12/102284
Closing Date: Monday 12 November 2012
Salary: £30,122 – £39,257per annum (including contribution points)
JOB PURPOSE:
To be an active member of the Institute for Collaborative Research in the Humanities, assisting in the development of research proposals and the planning and delivery of a specific programme of research activity within the Institute.
Applicants should submit a full CV with a letter of application that sets out in detail the proposed research questions that are to be addressed during the three-year period of the Fellowship, including a realistic timetable with clear milestones and measureable outputs.

ESSENTIAL CRITERIA:

1. Completed PhD in a relevant area of research in the Humanities.
2. At least three years relevant research experience, including PhD work, with excellent publication record commensurate with stage of career to allow for a high quality REF return in a Humanities Unit of Assessment.
3. A viable proposal that addresses a clear research question, with a timetable for completion including clear milestones and measurable outputs.
4. Ability to develop high quality collaborative research programmes in the Humanities, relevant to the strategy and goals of the Institute.
5. Evidence of capacity to engage productively in research that engages with RCUK or ERC priority themes.
6. Sufficient breadth and depth of specialist knowledge and training and of research methods and techniques to work within a collaborative Humanities research setting.
7. Ability to communicate complex information clearly.
8. Ability to build contacts and participate in internal and external networks with relevant stakeholders in the Humanities.
9. Demonstrable intellectual ability.
10. Ability to assess and organise resources.
DESIRABLE CRITERIA:
1. Demonstrate a commitment to using comparative or interdisciplinary research methodology.
2. Experience of applying for externally-funded research projects.
3. Evidence of teaching experience at University level.
ADDITIONAL INFORMATION:
The Institute has been set up to demonstrate how research in the Humanities furthers our understanding of human culture and creativity in ways that have clear social, political or economic relevance and impact.

The Fellows appointed to the Institute will already have an excellent research record which will make a strong contribution to Queen’s research profile. They will be able to show why their research is important and relevant to national and international debates regarding the future of research in the Humanities, and to emerging themes of interest to RCUK.

Successful applicants will also be able to demonstrate how their planned research programme will both enrich and be enriched by other disciplines in the Humanities and beyond. They will be expected to set out in detail the proposed research questions they wish to answer during the three-year period of the Fellowship period, including a realistic research timetable with clear milestones and measureable outputs. Fellows will work closely with the Director and other colleagues in the Institute and across relevant Schools to plan and deliver their proposed programmes and to build a series of imaginative and dynamic cross-campus and inter-institutional

collaborative partnerships through the Institute.

Réédition: Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Réédition

Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Paris, Le Masque, 2012

Préface et postface de Matthieu Letourneux

Le 25 juin 1906, paraissait dans Le Matin le premier article d’un « reportage sensationnel » débutant sur cette annonce effrayante : « on vole des enfants à Paris ! » Pendant trois mois, ce mystère allait donner lieu à un compte-rendu quotidien, et à une enquête extraordinaire menée tambour battant par trois courageux journalistes, Aron Barbarus, Alain Bernard et Clovis Binard, et à une série d’entretiens et d’interventions des célébrités politiques et culturelles de l’époque (Louis Lépine, Georges Clémenceau, Anatole France…). Dans ce qui se révélait rapidement un roman-feuilleton, la plupart des personnages étaient ainsi des figures authentiques et fameuses de l’époque, converties par l’auteur facétieux en acteurs d’un drame de papier dans lequel ils endossaient leur propre rôle. En jouant en virtuose des frontières du roman-feuilleton et de la presse, en peignant la dynamique de l’enquête journalistique, l’auteur nous offrait une étonnante peinture des mécanismes médiatiques de la Belle Époque qui était aussi un roman criminel et un récit d’aventures fantastique.

Jamais réédité depuis 1909, ce roman dans la tradition d’un Gaston Leroux dresse ainsi un étonnant portrait de la culture médiatique de la Belle Époque.

Séminaire Afreloce: Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

afreloce

association française de recherches

sur les livres et objets culturels de l’enfance

Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

Séminaire de recherche organisé en collaboration avec le département LiLa

(littérature et langage) de l’École Normale Supérieure, 2012-2013

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, des historiens du livre, des sociologues, des spécialistes des sciences de l’éducation et des anthropologues. Il est organisé en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance : http://magasindesenfants, hypotheses.org), lieu de confrontation et d’enrichissement des approches disciplinaires sur les livres, produits des industries culturelles contemporaines, objets des sociétés traditionnelles, destinés aux enfants. Le séminaire est ouvert à tous, et concernera cette année les transferts d’un support à un autre : entre le livre et les pratiques ludiques (jeux, jouets, activités fictionnalisantes), entre texte et l’image (illustration, arts plastiques, cinéma, musique), entre papier et versions numériques, audio, vidéo. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés, pour faire connaître des recherches récentes (thèses) ou des travaux en cours.

Samedi 20 octobre

Adrienne Boutang (Université Paris 3), Du journal intime au blockbuster, chroniques d’adolescentes ordinaires ?

Samedi 17 novembre

Nadeije Dagen (ENS), Grandir avec des jouets, grandir avec des animaux : la peinture et le genre.

Samedi 8 décembre

Irène Langlet (Université de Limoges), Retour sur la gamme LEGO Bionicle : les compétences analytiques des joueurs dans le dédale transmédiatique (avec la participation de Samuel Poulain).

Samedi 19 janvier

Olivier Caïra (EHESS), Transferts et jeux de rôles.

Samedi 9 février

Anne Besson (Université d’Artois), À la recherche du transmédia : quelques exemples d’exploitation d’univers de l’imaginaire contemporain.

Samedi 16 mars

De Lascaux à l’IPad

Pascale Gossin (Université de Strasbourg), C’est un livre ? Tour d’horizon et regard sur la production de «livres» numériques en littérature de jeunesse.

Anne Larue (Université Paris 13), Les grottes de Lascaux, un album grandeur nature ?

Samedi 13 avril

Annie Renonciat (ENS – MNE), Michel Manson (Paris 13), Culture matérielle de l’enfance : un champ de recherche

Atelier de Strenae

Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide, Rythmes et temporalités de l’album.

Samedi 18 mai

Béatrice Michielsen (Association des Amis d’André Hellé), André Hellé, créateur et imagier du jouet.

Parution: Comicalités/Nouvelles publications septembre 2012

Comicalités/Nouvelles publications septembre 2012

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que les Carnets de la bande dessinée sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

———————————————

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »
Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

Parution: Médias19, Presse et scène au XIXe siècle.

Médias 19

Presse et scène au XIXe siècle
Sous la direction de Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty

http://www.medias19.org/index.php?id=1283

dossier-2-presse-et-scene-au-xixe-siecle

colloque: Presse, prostitution, bas-fonds dans l’espace médiatique francophone 1830-1930 (7-9 juin 2012)

Colloque Médias 19

Presse, prostitution, bas-fonds dans l’espace médiatique francophone 1830-1930

7-9 Juin 2012, Université Laval, Québec

Salle du conseil de la Faculté des lettres, pavillon Charles-De Koninck 3244

Programme

Jeudi 7 juin

13H30-14H00 : Accueil et inscription au colloque

14H00-14H15 : Guillaume Pinson (Université Laval) – Introduction

14H15-16H30 – SÉANCE 1

LA LITTÉRATURE PROSTITUÉE, OU QUE VAUT LE JOURNALISTE ?

Présidente : Micheline Cambron (Université de Montréal)

José-Luis Diaz (Université de Paris 7), « Balzac, le journaliste et la prostitution »

Cary Hollinshead-Strick (American University of Paris), « La presse anglaise, un modèle de prostitution ambitieuse »

Maxime Prévost (Université d’Ottawa), « Notes sur le Beauchamp du Comte de Monte Cristo »

Patrick Suter (Université de Genève), « Relations entre presse et prostitution selon les avant-gardes en  France (de Mallarmé au surréalisme) à la lumière du cadre théorique de  Karl Kraus »

Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3), « Un mois chez les filles de Maryse Choisy. Sur le reportage féminin d’immersion »

17H00-18H00 – CONFÉRENCE PLÉNIÈRE

Dominique Kalifa (Université de Paris 1), « La chair des bas-fonds : sexualité, prostitution et érotisme au cœur des bas quartiers »

Vendredi 8 juin

8H30-12H00 – SÉANCE 2

LA PROSTITUTION, ENTRE L’IMAGE ET LE TEXTE

Présidente : Chantal Savoie (Université Laval)

Melanie Conroy (Stanford University), « Comment se vendre : l’escroquerie et le marketing dans La vie publique et privée de mossieu Réac de Nadar »

Anne-Marie Bouchard (Institut français de presse, Université de Paris 2), « « Les Midinettes révolutionnaires » : prostitution et Grand soir dans la presse subversive (1890-1910) »

Philippe Kaenel (Université de Lausanne), « L’illustration de presse comme discours social : les « filles » de Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923) »

Daniel Grojnowski (Université de Paris 7) et Mireille Dottin-Orsini (Université de Toulouse), « La prostitution à l’enseigne de la presse parisienne : Gil Blas et Gil Blas illustré (1891) »

Éloïse Pontbriand (Université de Sherbrooke), « Quand le bédéiste s’intéresse au feuilletoniste : presse et bas-fonds à la Eugène Sue dans Alchimie, bande dessinée du XXIe siècle »

12h00-14h30 – Dîner (Café au Temps perdu, 867 avenue Myrand)

14H30-17H00 – SÉANCE 3

PETITES CHRONIQUES DE LA PROSTITUTION

Président : Guillaume Pinson (Université Laval)

Brigitte Diaz (Université de Caen-Basse Normandie), « « Désinfectionner la littérature » : polémique autour d’une littérature prostituée »

Amélie Chabrier (Université de Montpellier), « Vénus devant Thémis : regards sur la prostitution à travers la chronique judiciaire »

Sarah Mombert (École normale supérieure de Lyon), « Maupassant, le journal et les filles »

Éléonore Reverzy (Université de Strasbourg), « « Écrivains de filles » : romans de prostitution »

Samedi 9 juin

9H00-11H30 – SÉANCE 4

ENQUÊTES DANS LES BAS-FONDS

Présidente : Catherine Nesci (Université de Californie)

Nicolas Gauthier (Université de Waterloo), « Condamner la prostitution, compatir avec la prostituée : le caractère fuyant de l’urbanité inquiétante dans les mystères urbains »

Mélodie Simard-Houde (Université Laval), « Le reporter en conteur de l’urbanité : stéréotypes et imaginaire social dans quelques reportages sur les bas-fonds »

Nicolas Cochard (Université de Caen Basse-Normandie), « Les bas fonds d’une ville portuaire, l’exemple du Havre au XIXe siècle, au prisme de la presse et de la littérature locales »

Paul Aron (Université libre de Bruxelles), « Du fait divers médiatique à la littérature judiciaire : l’affaire Vandersmissen »

11H30 – CONCLUSION DU COLLOQUE

Comicalités, nouvelles publications (mai)

Comicalités

Nouvelles publications

En ce mois de mai pluvieux, Comicalités explore les non-dits et les marges de la bande dessinée à travers les travaux de trois chercheurs (résumés plus bas).

– « The construction of national and foreign identities in French and Belgian postwar comics (1939-1970) », de Pascal Lefèvre

– « Le journal humoristique El Papus (1973-1986). Contre-culture et transgression pendant la transition démocratique espagnole », de Marine Lopata

– « Wokker. Notes on a Surrealist comic strip », de Roger Sabin.

Nous rappelons à nos lecteurs que Les Carnets de la bande dessinée sont à leur disposition pour poursuivre les réflexions entamées dans ces articles. Il est également possible d’y retrouver des billets présentant la dernière thématique de Comicalités : « Raconter à l’ère du numérique ».