Archives de catégorie : Colloques et séminaires

Colloque: Tolkien et le Inklings (Cerisy, 25 juillet-1e août 2012)

Colloque

TOLKIEN ET LES INKLINGS

Du 25 juillet 2012 au 1 août 2012,

Centre Culturel International de Cerisy


DU MERCREDI 25 JUILLET (19 H) AU MERCREDI 1er AOÛT (14 H) 2012

TOLKIEN ET LES INKLINGS

DIRECTION : Roger BOZZETTO, Vincent FERRÉ

ARGUMENT :

L’oeuvre de Tolkien (1892-1973), située au carrefour de questions littéraires, génériques, critiques et théoriques, permet de croiser des interrogations qui possèdent une valeur exemplaire, en particulier à l’égard des relations entre la littérature et les imaginaires. Cette oeuvre permet aussi de questionner les rapports qui se sont tissés avec ses premiers lecteurs du groupe des Inklings et la critique. Elle invite à s’intéresser à l’intéraction entre la réception par le grand public et les interprétations des critiques. Et cela d’autant mieux que les travaux sur cet auteur et les Inklings (dont C.S. Lewis, C. Williams et O. Barfield), qui se sont récemment multipliés, portent sur l’importance prise par la “faërie”, sur les réflexions de Tolkien à l’égard de la fiction narrative et de son influence actuelle.

C’est pourquoi une mise en perspective de tous ces travaux s’impose, afin de montrer que cette oeuvre possède une richesse et une densité qui ne se résument pas au monde du Seigneur des Anneaux. Le colloque a également pour objectif de réduire l’écart creusé entre l’image dont jouit Tolkien auprès du grand public – qui le perçoit comme l’auteur de ce seul ouvrage (même si l’on commence à reparler du Hobbit) – et celle que le lecteur curieux du reste de l’oeuvre ou le chercheur peuvent se constituer au fil des récentes traductions publiées en français. A cet égard, parmi les intervenants, figureront des spécialistes de littérature qui ne consacrent pas prioritairement leurs travaux à Tolkien, mais dont les contributions permettront de le relier à d’autres écrivains, d’autres traditions et d’autres genres.

COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Gil BARTOLEYNS: Tolkien et l’histoire
* Anne BESSON: La Terre du Milieu, monde modèle
* Roger BOZZETTO: Sur Bilbo le hobbit
* Leo CARRUTHERS: Dans quel Âge du monde sommes-nous? Les Âges de la Terre du Milieu… et la suite
* Fanfan CHEN: La faërie et l’iconoclasme: l’imagination narrative chez Tolkien et Barfield
* Charles DELATTRE: Tolkien et le comparatisme mythologique
* Michaël DEVAUX: Lire Le Seigneur des Anneaux avec C.S. Lewis
* Cloé DOTTOR: L’intertexte médiéval de Tolkien, autour de la sagesse et de la folie
* Irène FERNANDEZ: Une lecture sceptique de Narnia
* Vincent FERRÉ: Traduire et éditer Tolkien
* Anne Isabelle FRANÇOIS: “A Club of the Other Sort”. Coteries, cercles, cliques et autres sociétés: théories et pratiques des groupes (masculins) chez C.S. Lewis
* Nicole GUÉDENEY: Le Seigneur des Anneaux ou comment survivre au désespoir et à la peur: une lecture par la théorie de l’attachement
* Thomas HONEGGER: Arthur – Aragorn – Ransom: Concepts of Kingship in the Works of Three Inklings
* Christine LAFERRIÈRE: Traduire Les monstres & critiques, et Sigurd et Gudrún
* Sébastien MARLAIR: L’art romanesque de J.R.R. Tolkien
* Gilles MENEGALDO: Adapter Le Seigneur des Anneaux : mission impossible
* Marguerite MOUTON: J.R.R. Tolkien et la création d’une “Langue Commune”
* Anca MUNTEAN: La cohabitation innovatrice des genres littéraires chez J.R.R. Tolkien
* Isabelle PANTIN: Les Inklings et les “sciences occultes”
* Jean-Philippe QADRI: L’Epitre aux Ephésiens chez Lewis et Tolkien
* Daniel TRON: Tolkien… du Dickens avec des pieds poilus?

TABLES RONDES (suivies de débats) :

* Autour de la traduction, avec Adam TOLKIEN
* Promouvoir Tolkien sur internet, animée par Vincent FERRÉ, avec Audrey MORELLE et Dominique VIGOT
* Les Inklings et l’histoire de la Fantasy, animée par Anne BESSON, avec Stéphane MARSAN et Alain NÉVANT

Avec le soutien de l’Université Paris 13-Paris Nord (CENEL)

RRN: Narration en bande dessinée

RRN: Narration en bande dessinée

Le Réseau Romand de Narratologie (RRN) organise une série d’événements liés à la narration en bande dessinée, qui auront lieu durant le mois d’avril à Lausanne, dans le prolongement d’une Master-class pluridisciplinaire organisée par la Faculté des Lettres de l’UNIL (dir. Alain Boillat, Danielle Chaperon, Philippe Kaenel et Raphaël Baroni).

Du 16 au 27 avril, une exposition portant sur deux albums (Le long voyage de Léna et Léna et les trois femmes) nés de la collaboration entre Pierre Christin (scénariste) et André Juillard (dessinateur) aura lieu à la Bibliothèque municipale de Lausanne, qui possède l’un des fonds d’archives sur la bande dessinée les plus exceptionnels d’Europe. Les auteurs ayant mis à disposition des documents originaux remarquables, cette exposition, mise sur pied par des étudiants de la Faculté des lettres de l’UNIL, s’annonce passionnante du point de vue d’une réflexion sur la genèse des récits en bande dessinée. Le vernissage aura lieu le lundi 16 avril à 18h30.

Durant la soirée du 27 avril, à 17h,

Pierre Christin et André Juillard donneront une conférence publique suivie d’un apéritif sans la salle du Conseil communal, à la place de la Palud à Lausanne. Durant cet événement, la librairie Crobar tiendra un stand et André Juillard donnera une séance de dédicaces.

Le même soir, à 21h, la Cinémathèque suisse donnera une projection de Bunker Palace Hotel (Enki Bilal, 1989) en présence du scénariste du film, Pierre Christin.

Plus d’informations sur www.unil.ch/cin

Séminaire de l'Atelier Cultural Studies, Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence

Séminaire de l’Atelier Cultural Studies

Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence

Lundi 2 avril 2012, Salle Jean Bordea, MSHA, Pessac (14h30-17h00)

Conférence de l’Atelier Cultural Studies

Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence.

Lundi 2 avril, 14h30-17h00, Salle Jean Bordes, MSHA

L’Atelier Cultural Studies, de l’axe 1 (Médias) du MICA, organise la deuxième conférence du cycle « Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence ».

Transmedias, Crossmedias, Mediamix, Intermedialité… les notions sont abondantes pour appréhender le fonctionnement de ces nouvelles stratégies industrielles que l’on observe dans les pays dynamiques en production médiatique. Ces conférences essaieront d’élucider ces notions et de défricher le terrain, ou au mieux de cartographier ce nouveau champ de recherche.

Cette deuxième séance abordera d’une part la question des stratégies Transmedia développées autour de la série culte de Science Fiction Anglaise Torchwood. D’autre part, la problématique de la Bande dessinée en tant que flux sera mise en perspective.

Vous êtes invités à la deuxième conférence de ce cycle. Cette séance accueille :

Matt Hills

« Torchwood’s textual authenticity / aesthetics and public service Transmedia »

Matt Hills est MCF à l’Université de Cardiff. Il est spécialiste des études de fans et de réception des programmes télévisés. Il a écrit plusieurs ouvrages sur ces thématiques dont Fan Cultures en 2002 et The Triumph of the timelord : Regenerating Doctor Who in the twenty-first century en 2010.

Eric Maigret

« Le flux Bande Dessinée ».

Eric Maigret est Professeur à l’Université Paris 3. Il a contribué à la visibilité des Cultural Studies en France en publiant les ouvrages collectifs Penser les médiacultures en 2005 et Cultural Studies. Anthology en 2010. Il vient de publier avec Matteo Stefanelli La Bande Dessinée : une médiaculture.

Avec la participation de Mélanie Bourdaa, organisatrice et discutante, MCF à Université Bordeaux 3, MICA. Elle est spécialiste des études de fans et de l’analyse des stratégies Transmedia.

Journée en hommage à Jacques Henriot, 4 mai 2012, Université Paris 13.

Journée en hommage à Jacques Henriot
Vendredi 4 mai 2012
Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse
Salle T204

A l’occasion du trentième anniversaire des sciences du jeu à l’Université Paris 13, une journée
scientifique est organisée en hommage à son fondateur, le philosophe Jacques Henriot. Il
s’agira à travers lui de retourner aux fondements épistémologiques d’une approche dont les
inspirations multiples – philosophie, sociologie, ethnologie, histoire, etc. – nourrissent l’étude
d’un même objet : les jeux de toutes sortes, de tous lieux et de tous temps. Une discipline qui,
depuis la création en 1981 d’un DESS en sciences du jeu, a formé plusieurs générations
d’étudiants à explorer cette diversité ludique sous l’angle de l’éducation et des loisirs.
Le renouveau de la recherche sur le jeu lié au développement du jeu vidéo, à celui des games
studies dans le monde anglophone donne une nouvelle actualité au travail de Jacques Henriot,
ce dont témoignent des publications récentes. Que peuvent apporter les sciences du jeu telles
qu’elles ont été conçues à Paris 13 il y a 30 ans ?

8h30-9h00 : Café d’accueil
9h00-9h30 : Accueil et ouverture par Elisabeth BELMAS (Université Paris 13, CRESC)
9h30-10h00 : Introduction par Gilles BROUGERE (Université Paris 13, EXPERICE)

Les sciences du Jeu
10h00-10h30 : Patrick SCHMOLL (Université de Strasbourg, LCSE)
Relire Jacques Henriot à l’ère de la société ludique et des jeux vidéo
10h30-10h45 : Pause
10h45-11h15 : Mathieu TRICLOT (Université de Belfort-Montbéliard, RECITS)
Game studies ou étude du play ?
11h15-12h00 : Bernard PERRON (Université de Montréal, GRAFICS) (Sous réserve)
Des games studies sans l’attitude de Jacques Henriot
12h00-12h30 : Débat
12h30-14h : Déjeuner

Le temps des nouveaux joueurs
14h00-14h30 : Sébastien GENVO (Université Paul Verlaine – Metz, CREM)
Penser les phénomènes de transformation du jeu : l’apport de Jacques Henriot
14h30-15h00 : Haydée SILVA (Université Nationale Autonome du Mexique)
La « gamification » de la vie : sous couleur de jouer ?
15h00-15h30 : Débat
15h30-15h45 : Pause
Espace virtuel et métaphore ludique
15h45-16h15 : Etienne Armand AMATO (Université Paris 8, CITU-PARAGRAPHE)
Le jeu : un processus entre métaphore et autoréférentialité
16h15-17h00 : Maude BONENFANT (Université du Québec à Montréal, Homo Ludens)
Le concept de « distance » de Jacques Henriot vu comme un espace virtuel de jeu
17h00-17h30 : Aymeric BRODY (Université Paris 13, EXPERICE)
La métaphore ludique chez les joueurs de poker
17h30-18h00 : Débat
18h00 : Cocktail des 30 ans
La participation au séminaire est gratuite, mais du fait du nombre de places limitées
l’inscription préalable est nécessaire et doit se faire à l’adresse e-mail suivante :
aymericbrody@yahoo.fr

Colloque international « Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation »

Colloque international “Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation”

Du 21 mars 2012 au 23 mars 2012, Université Paris Ouest Nanterre
___

PROGRAMME

MERCREDI 21 MARS

8h00- 8h30 : Accueil des participants

8h30-9h00 : Ouverture

CONFÉRENCES D’INTRODUCTION. D’hier à aujourd’hui : Expériences et analyses de la contre-culture

Présidence: Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld.

9h00 – 09h30 : Laurent DANCHIN, Critique d’art, « La contre-culture à Nanterre : entre Grappin et Benny Lévy »

09h45 – 10h15 : Alice ECHOLS, University of Southern California, « From Hanging Out to Coming Out: The Countercultures of the Long Sixties »

10h30 – 11h00 : David FARBER, Temple University, « Building the Counterculture »

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 – 12h00 : Didier ERIBON, Université de Picardie Jules Verne, « Sociologie et domination »

12h15 – 12h45 : Beth BAILEY, Temple University, « Sex as a Weapon »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL I. La construction du ‘texte’ contre-culturel

Présidence : Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld

1. La formation d’une référence américaine

14h30 – 14h50 : Stephan ISERNHAGEN, Université de Bielefeld, « Susan Sontag et la contre-culture à Greenwich Village »

14h50 – 15h10 : Sophie DANNENMÜLLER, Université Paris 7, « La publication Semina de Wallace Berman : un trait d’union pour les Beats, beatniks et autres ‘barbares sacrés’ de la Côte Ouest »

2. Les usages de la théorie

15h40 – 16h00 : Matthieu REMY, Université de Nancy 2, « Le jeune Marx, une figure tutélaire de la contre-culture ? »

16h00 – 16h20 : Anna TRESPEUCH-BERTHELOT, Université Paris 1, « La réception de l’Internationale Situationniste : une balise dans l’histoire de la contre-culture »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. La presse parallèle et la critique sociale

17h10 – 17h30 : Daniel GORDON, Edge Hill University, « Sans Frontière et la fin des ‘années 68’ en France »

17h30 – 17h50 : Manus McGROGAN, Université de Portsmouth, « TOUT!: A l’interface de l’underground et de la révolution »

JEUDI 22 MARS

PANEL II. Institutions politiques et dynamiques contre-culturelles

Présidence: Anne-Marie PAILHES, Université Paris Ouest Nanterre

1. Les institutions religieuses

9h00 – 9h20 : Catherine DEJEUMONT, Université Paris Ouest Nanterre, « Münster (1534-1535) : exemple précoce de contre-culture ou histoire d’une méprise ? »

9h20 – 9h40 : Vincent SOULAGE, EPHE, « L’Eglise parallèle des chrétiens contestataires des années 68 »

2. Les régimes politiques

10h10 – 10h30 : Nathanel AMAR, Sciences Po – CERI, « La communauté punk en chine : entre réinterprétation d’une contre-culture et dissidence »

10h30 – 10h50 : Federico TARRAGONI, Agrégé de sciences sociales et doctorant contractuel en sociologie (IDHE-Paris 10/CSPRP-Paris 7), « La contre-culture populaire à l’épreuve de l’hégémonie populiste : le peuple des barrios vénézuéliens de la contestation callejera aux Comunas socialistes ».

11h20 – 11h40 : Pause café

3. Les « gauchismes »

11h40 – 12h00 : Silke MENDE, Université de Tübingen, « La naissance des Verts à partir de la contre-culture ? La formation des Verts ouest-allemands dans les années 1970 et ses relations avec le monde alternatif »

12h00 – 12h20 : Michaël ROLLAND, Université de Nancy 2, « Les relations complexes entre la contre-culture et les gauches radicales dans la France des années 1968 »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL III.  Pratiques alternatives

Présidence : Caroline ROLLAND-DIAMOND, Université Paris Ouest Nanterre

1.  L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

14h30 – 14h50 : Björn LÜCK, Université de Bielefeld, « A la recherche d’une contre-structure :  le quotidien allemand “taz” et l’autogestion »

14h50 – 15h10 : Claus KRÖGER, Université de Bielefeld, “The “Verlag der Autoren” (Publishing House of Authors) as a  counter-institution? »

2. Les formes du « retour à la nature »

15h40 – 16h00 : Eric DOIDY, INRA Dijon, « Reconversions et déplacements de la critique dans la mobilisation pacifiste contemporaine aux Etats-Unis. Ethnographie d’un héritage de la contre-culture des années 1960-1970 »

16h00 – 16h20 : Anahita GRISONI, EHESS, « Sous les pavés, la terre : des mouvements néo-ruraux au marché du bien-être, de la contre-culture à la culture alternative ? »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. Les nouveaux enjeux de consommation dans la dynamique capitaliste

17h10 – 17h30 : Benoît LEROUX, Université Paris Est Créteil, « Une contre-culture en agriculture ?  La dynamique agrobiologique face au paradigme productiviste »

17h30 – 17h50 : Jean-Baptiste VELUT, Université Paris Est Marne La Vallée, « ‘Fair trade’, ‘sweatfree’ and ‘carbon neutral’: American consumer action in the age of globalism

VENDREDI 23 MARS

PANEL IV. La transformation des répertoires contestataires

Présidence : Xavier LANDRIN, Université Paris Ouest Nanterre

1.  De nouveaux répertoires contestataires ?

9h00 – 9h20 : William SCHNABEL, Université de Nancy 2,  « Weather Underground : du radicalisme à la révolution »

9h20 – 9h40 : Baptiste COLIN, Université Paris 7, « ‘wat tut du zu tuwat?’  ou l’espace transnational des squatt*eur*euses. Une approche croisée de l’été 1981 à Berlin-Ouest et Paris »

9h40 – 10h00 : Charlotte BOMY, Université Paul Valéry Montpellier 3, « Contre-cultures sur les scènes berlinoises après 1968 : transferts des discours et des pratiques de part et d’autre du Mur »

10h40 – 11h00 : Pause café

2. Usages du genre et identités sexuelles

11h00 – 11h20 : Antoine IDIER, Université Picardie Jules Verne, « ‘Jouons aux élections avec les pédés !’ : Détournement et réappropriation de l’élection par les militants homosexuels français »

11h20 – 11h40 : Sarah KIANI, Université de Berne, « Egalité et restructuration du mouvement des femmes : contre-culture et institutionnalisation (1974-1996) »

12h30 – 14h00 : Déjeuner

PANEL V.  Genèse, labellisation et import-export des contre-cultures musicales

Présidence : Anaïs FLECHET, Université Versailles Saint-Quentin

1. Les labels de la contre-culture musicale

14h00 – 14h20 : Christophe VOILLIOT, Université Paris Ouest Nanterre, « BYG is beautiful ou comment a été labellisée la contre-culture musicale »

14h20 – 14h40 : Romuald JAMET, Université Paris Descartes, « Do It Yourself ! : Du slogan à l’art de vivre. DIY et musique dans les contre-cultures contestataires à Paris et Berlin »

15h10 – 15h30 : Pause café

2. Les trajectoires de la contestation musicale

15h30 – 15h50 : Jean-François HERSENT, Direction générale des Médias et des Industries culturelles – Ministère de la Culture, « Musique rock et contre-culture : dynamique contestataire ou évasion sans conséquence des enragés du larsen »

15h50 – 16h10 : Pierre RABOUD, Université de Lausanne, « Le punk dans les deux Allemagnes, le style comme dynamique contestataire »

16h10 – 16h30 : Harri VEIVO, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, « De la ‘nouvelle poésie’ des férus du jazz à l’underground des rockers subversifs : définitions et auto-définitions des pratiques artistiques expérimentales et contestataires en Finlande dans les années 60 »

17h00 – 17h20 : Pause café

17h20 – 18h00 : CONCLUSIONS DU COLLOQUE : Bernard LACROIX, Université Paris Ouest Nanterre – Institut Universitaire de France

__

COMITÉ SCIENTIFIQUE D’ORGANISATION :

– Ingrid Gilcher-Holtey, Chaire d’Histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Bernard Lacroix, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest – Institut Universitaire de France

– Xavier Landrin, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest Nanterre

– Anne-Marie Pailhès, Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Université Paris Ouest Nanterre

– Caroline Rolland-Diamond, Centre de recherches anglophones, Université Paris Ouest Nanterre

INSTITUTIONS ORGANISATRICES ET PARTENARIAT :

– Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Paris Ouest Nanterre

– Centre de recherches anglophones (CREA), Université Paris Ouest Nanterre

– Groupe d’analyse politique (GAP), Université Paris Ouest Nanterre

– Chaire d’histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Institut Universitaire de France

– Institut des Amériques (IdA)

– DAAD – Deutscher Akademischer Austausch Dienst

– Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM), Université Nancy 2

– Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA), Université Nancy 2

LIEU : Salle des conférences – Bâtiment B

CONTACT : colloquecontreculture@gmail.com

Conférences du Réseau Romand de Narratologie

Conférences organisées par le RRN (Réseau Romand de Narratologie)

Au mois de mars 2012, Philippe Roussin, membre du Centre de recherche sur les arts et le langage (EHESS-CNRS), donnera deux conférences publiques à l’Université de Lausanne. L’entrée est libre et aucune inscription n’est obligatoire. Pour imprimer l’annonce, cliquez sur le lien.

Lundi 12 mars 2012, de 13:15 à 14:45
UNIL-Dorigny, bâtiment Anthropole, salle 3139, troisième étage
Généalogie des théories du récit

Mardi 13 mars 2012, de 15:15 à 16:45
UNIL-Dorigny, bâtiment Anthropole, salle 2055, deuxième étage
Personnage et narratologie contemporaine

Matinées du patrimoine: A la recherche de l’esprit Spirou

À la recherche de l’esprit Spirou

vendredi 17 février 2012 à 9h30

BNF-Matinées du patrimoine


Lieu: Salle de conférences de la fondation du Crédit Mutuel pour la lecture 88, rue Cardinet, 75017 Paris Début de la conférence : 9h30 Gratuit sur inscription
La Bibliothèque nationale de France
Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres vous propose, dans le cadre du cycle “Les matinées du patrimoine” la conférence :

Le vendredi 17 février 2012 à 9h30
“À la recherche de l’esprit Spirou”

Une matinée du patrimoine entièrement dédiée à Spirou, animée par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, déjà auteurs d’une biographie consacrée à Yvan Delporte, qui préparent depuis 2009 une imposante monographie consacrée à Spirou, à paraître chez Dupuis en 2013.
Il est possible de suivre les étapes de leurs recherchesl sur le blog :
http://blog.spirou.com/75ansdespirou

«  En avril 2013, Spirou  fêtera ses 75 ans.
[?] L?histoire de Spirou débute en 1937, lorsque Paul Dupuis est mandaté par son père Jean pour demander au dessinateur français Rob-Vel de créer un personnage emblématique pour son futur journal destiné à la jeunesse.
Depuis cette époque-là, beaucoup d?acteurs ont bien évidemment disparu et c?est parfois toute une histoire de retrouver, par exemple, leurs descendants et leurs archives ! Nos efforts ont été récompensés puisque nous avons retrouvé la famille de Davine, épouse de Rob-Vel et éphémère dessinatrice de la série, les familles de Jean Doisy, André Moons (tiens !
tiens ! un nom que vous ne connaissez pas ?! ) Du coup, nous sommes miraculeusement en possession de magnifiques photos de cette époque, de documents d?archives à l?existence insoupçonnée ?[?] »

Cette rencontre est proposée dans le cadre du cycle “Les Matinées du patrimoine” :
Conférences sur l’histoire du livre et de la littérature de jeunesse : des spécialistes, universitaires ou professionnels du livre, évoquent l’évolution de l’édition jeunesse et des différents genres et thèmes de la littérature enfantine, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui.
Avec le soutien de la Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture.

Prochaines conférences:
16 mars : Panorama de la tradition féerique britannique : innovations et réinventions, par Anne Chassagnol, maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
13 avril : Jalons pour une culture audiovisuelle jeunesse en France XIXe-XXe siècles,  par Valérie Vignaux, historienne du cinéma français, maître de conférences habilitée à diriger les recherches, Université François-Rabelais, Tours
11 mai : Les contes des frères Grimm au pays de Perrault : histoire d’un recueil et de sa réception française, 1812-2012, par Natacha Rimasson-Fertin, maître de conférences, Université Stendhal-Grenoble 3 (ILCEA/CERAAC)
15 juin : De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre,  par Sylvain Lesage, chercheur-associé à la BnF ; doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ; ATER à l’Université François-Rabelais, Tours
21 septembre : Philippe Corentin, un auteur renversant, par Yvanne Chenouf, professeur retraité de français à l’IUFM de Livry-Gargan (académie de Créteil) ; membre de l’Association française pour la lecture, rédactrice de la revue Les actes de lecture, directrice des collections pédagogiques “Lectures Expertes” et “ThéoPrat'” et co-productrice de DVD sur la rencontre entre de jeunes lecteurs, une oeuvre et un auteur (Rascal, François Place, Philippe Corentin, Claude Ponti, Jacques Roubaud)
26 octobre : Les albums du Père Castor, une aventure “révolutionnaire” ?, par Florence Gaiotti, maître de conférences à l’ IUFM Nord Pas de Calais, Université d’Artois ; secrétaire de l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance (Afreloce)
16 novembre : Les Petits Livres d’Or. Une collection populaire des années 1950, par Cécile Boulaire, maître de conférences, Université François-Rabelais, Tours ; membre de l’équipe de recherches Intru, responsable de la revue Strenæ, publiée par l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance (Afreloce)
14 décembre : Un siècle de romans scouts, par Laurent Déom, maître de conférences à l’université Charles de Gaulle – Lille 3

En pratique :
Lieu
Salle de conférences de la fondation du Crédit Mutuel pour la lecture 88, rue Cardinet, 75017 Paris Début de la conférence : 9h30 Gratuit sur inscription

Renseignements – inscriptions
Marion Caliyannis
Bibliothèque nationale de France
Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres Quai François Mauriac 75706 Paris Cedex 13 Tel : 01 53 79 57 06 / Fax 01 53 79 41 80 Courriel : marion.caliyannis@bnf.fr

Retrouvez toutes nos formations sur: http://lajoieparleslivres.bnf.fr

Séminaire: La Révolution française dans les cultures et imaginaires populaires dans le monde aujourd’hui

La Révolution française dans les cultures et imaginaires populaires dans le monde aujourd’hui

Séminaire de recherche. Responsable : Martial Poirson

Université Stendhal-Grenoble III

Lien vers le séminaire et programme complet

Prochaines séances

Les séances ont lieu de 18h à 20h.

07 février 2012 – de 18h à 20h
La Guillotine et les exécutions, un topos pour la culture populaire (XIXe-XXIe siècles)
par Guy Spielmann, professeur à Georgetown University (États-Unis)
Lieu : Salle Jacques Cartier – Maison des langues et des cultures – Université Stendhal

08 février 2012 – de 18h à 20h
L’Âge des Lumières et la Révolution réinventés par la bande dessinée et le cinéma
par Guy Spielmann, professeur à Georgetown University (États-Unis)
Lieu : Salle Jacques Cartier – Maison des langues et des cultures

25 avril 2012 – de 14h à 18h
La Révolution en spectacle
Journée d’études « La Révolution française aujourd’hui : fabrique d’images (théâtre, cinéma) »
avec Antoine de Baecque (université Paris Ouest Nanterre La Défense), Patrice Gueniffey (EHESS), Georges Lavaudant (metteur en scène) et son équipe artistique
Lieu : Grand amphithéâtre du CRDP (11, av. Général Champon – Grenoble)

Journée d’études clôturée par le spectacle La Mort de Danton de Georg Büchner, mise en scène de Georges Lavaudant, à la MC2:Grenoble.

Thème général

En marge de l’historiographie officielle et des politiques de la mémoire, la Révolution française féconde les arts, les pratiques et les représentations populaires dans de nombreux pays aujourd’hui : ils se la approprient et en détournent, voire en subvertissent l’héritage afin de jouer avec la plasticité de son « mythe » fondateur. Ce séminaire interdisciplinaire, en partenariat avec le Musée de la Révolution française de Vizille et la MC2 de Grenoble, est ouvert à tous les étudiants en lettres et arts, mais aussi en histoire et en sciences sociales. Il a pour objectif d’interroger la construction sociale et artistique d’une sous-culture, voire le cas échéant d’une contre-culture des événements et discours historiques, à partir de films, spectacles, romans, musique, bandes dessinées, objets, publicités, discours…

Argumentaire

« Sans ce drapé extravagant, propre à tous les grands révolutionnaires, (…) la Révolution n’aurait pu être cet événement mythique qui a fécondé l’Histoire et toute idée de la Révolution. L’écriture révolutionnaire fut comme l’entéléchie de la légende révolutionnaire : elle intimidait et imposait une consécration civique du Sang » [1] . Rares sont les événements historiques ayant, au point de la Révolution française, engendré leur propre mythologie spontanée, conditionnant pour les siècles qui ont suivi sa perception fantasmatique et projective qui est encore dans une large mesure la nôtre aujourd’hui. Scène primitive à l’efficacité rituelle et symbolique inégalée ; mythe fondateur à vocation d’édification nationale et de légitimation institutionnelle ; fiction patrimoniale dont l’héritage nous est transmis en partage ; matrice d’un consensus qui n’est pas toujours unanime sur les valeurs démocratiques et républicaines ; source d’inspiration d’une production artistique tantôt critique et subversive, tantôt conformiste et consensuelle ; matière dont s’emparent les cultures populaires à travers toutes sortes de représentations et surtout, de médiations symboliques, parfois inattendues, la Révolution française n’a peut-être jamais été aussi présente qu’aujourd’hui, à la fois dans le discours, en régime de « mythocratie », et dans les objets, qui fonctionnent comme un système de signes, autrement dit, comme un « mythe moderne », au sens de Roland Barthes. [2]

Souvent analysée en terme de « légende » [3], insistant sur son caractère d’avènement fondateur, la Révolution l’est moins comme une « mythologie » propre à notre temps. Une telle notion s’avère pourtant féconde pour envisager les réappropriations et détournements de son imaginaire symbolique, en particulier au sein des cultures populaires et de leurs relais médiatiques de masse. La plupart du temps à dominante essentiellement visuelle, alors que la connaissance érudite et historiographique est plutôt fondée sur des ressources textuelles, ces représentations populaires, parfois très documentées, entretiennent sciemment (transgression, falsification, travestissement) ou inconsciemment (ignorance, clichés, stéréotypes), des effets de distorsion avec la culture savante et le discours officiel de consécration républicaine. Or ce sont précisément ces « idées fausses » qui, selon la perspective adoptée ici, sont dignes d’intérêt dans la perspective d’une histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain. Une attention toute particulière sera accordée aux phénomènes de transferts, de réinterprétations et de représentations, dans les cultures étrangères et aires géographiques les plus diverses, de ce mythe national fondateur souvent considéré comme emblématique. Plus affranchies d’un certain devoir de mémoire nationale, soustraites, en partie au moins, aux batailles historiographiques qui président à l’affrontement idéologique autour de l’histoire officielle, les cultures populaires, a fortiori lorsqu’elles proviennent de cultures étrangères, sont en effet souvent plus à même de se saisir de ce patrimoine et de sa puissance de germination symbolique pour parfois en renouveler la perception aussi bien que les usages.

Si l’historiographie de la Révolution française a bénéficié, depuis un certain nombre d’années, de travaux novateurs et de perspectives de recherche fécondes, interrogeant les discours de savoir qui lui sont consacrés, tel est moins le cas du processus de mémoire sélective et de réinvestissement symbolique au fondement de nos représentations sociales et culturelles contemporaines, qui innervent jusqu’aux cultures du quotidien et se cristallisent dans des objets issus de la société et de la culture de masse. Le réinvestissement de patrimoine historique est en effet devenu une pratique courante concernant la Révolution, non seulement au sein du discours politique et médiatique, mais encore au sein des formes dérivées de cultures et de pratiques populaires, qui peut adopter les manifestations les plus diverses, depuis l’objet décoratif jusqu’à l’image animée ou la performance. Leur analyse et leur conservation sont d’autant plus urgentes que leurs supports, considérés comme impurs et partie prenante de processus de diffusion massifiée et de consommation à grande échelle, sont particulièrement altérables, périssables et sujets aux modes de conservation aléatoires ou arbitraires de collectionneurs privés, évoluant aux gré des modes et des mythologies personnelles. En effet, leur patrimonialité ne va pas de soi, impliquant une conception élargie de l’historiographie révolutionnaire et prenant parfois la forme d’un patrimoine culturel immatériel. On cherchera donc à constituer comme objets scientifiques entièrement légitimes les idées et représentations, parfois fausses sur le plan historiographique, de ces imaginaires révolutionnaires profondément enracinés dans une diffuse conscience collective, nourrissant une opinion commune stéréotypée, mais aussi fantasmatique, source d’une interrogation renouvelée sur les représentations de l’Histoire.

Plusieurs pistes sont privilégiées dans le cadre de ce séminaire, qui n’exclue pas d’autres approches possibles susceptibles d’émerger en cours de réflexion :

  • On interrogera les effets de citation, de transposition et surtout, de focalisation de l’opinion commune sur certains épisodes considérés comme emblématiques, sur les structures topiques récurrentes données pour représentatives d’une vulgate ou pour le moins, d’un imaginaire révolutionnaire largement partagé, en France comme, selon des modalités différentes, à l’étranger.
  • On identifiera, sous bénéfice d’inventaire, les formes de figuration et de diffusion, parfois à très grande échelle, d’une doxa associée aux mythologies révolutionnaires, à travers différentes sources de médiation : syntagmes cristallisés dans le langage courant, fictions policières, littérature populaire, cinéma et produits dérivés, bandes dessinées, mangas, spectacles de reconstitution historique, comédies musicales, animations de sites touristiques (sons et lumières), produits de consommation courante, industries du luxe, mode et haute couture, arts décoratifs, clips musicaux, opéras rock, animations, pornographie, publicités, jeux pour enfants, célébrations telles que celles du Bicentenaire… On cherchera à retracer les modes de citation et de circulation, parfois inattendus, des objets et images afin d’en interroger les usages sociaux et les pratiques culturelles qui leurs sont associées.
  • On envisagera les postures dont relèvent ces modes de réappropriation spontanés, souvent revendiqués comme tels, véhiculés par les cultures populaires, aux marges de tout discours savant ou de toute forme de consécration institutionnelle ou académique, et tout particulièrement les écarts, contresens, illusions rétrospectives, actualisations, déterritorialisations, erreurs de perspective, anachronismes assumés, voire revendiqués par ces supports de diffusion à grande échelle affranchis des règles de l’érudition savante.
  • On analysera enfin les tentatives d’instrumentalisation, tantôt à des fins idéologiques, tantôt en fonction de considérations commerciales, voire simplement ludiques, de ces stéréotypes révolutionnaires, sources d’une mobilisation collective d’autant plus efficace qu’elle prétend s’affranchir de l’Histoire au profit de relectures actualisantes ou iconoclastes et s’enracine dans une période historique – la nôtre – marquée par la prédominance de l’art de raconter des histoires comme mode de gouvernement des esprits et de production des affects.

Colloque: Les Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

Dijon, 16 et 17 février 2012

http://sites.google.com/site/colloqueanimationdijon2012/home

Programme

Jeudi 16 février

09h00 : Accueil des participants et ouverture du colloque.

09h30 – 11h00 : Séance plénière

Présidence : Victor-Arthur Piégay


09h30 – 10h15 : Yvan West Laurence
« Présentation du monde de l’animation »

10h15 – 10h30 : Discussion

10h30 – 11h00 : Pause

11h00 – 13h00 : Première séance : Le domaine français

Présidence : Sylvie Laigneau-Fontaine

11h00 – 11h30 : Georges Zaragoza (Université de Bourgogne)
« Persepolis »

11h30 – 12h00 : Vanessa Besand (Université de Bourgogne)
« Le Court-métrage Logorama : une prouesse technique au service de la pluralité interprétative »

12h00 – 12h30 : François-Ronan Dubois (Université Stendhal – Grenoble 3)
« Les Courts-métrages d’animation de fin d’études en France : un genre ? »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 17h00 : Deuxième séance : L’animation japonaise : un univers polymorphe

Présidence : Pierre Ancet

14h30 – 15h00 : Antonio Dominguez Leiva (Université du Québec à Montréal)
« Le Jardin des supplices de l’anime, de la cyberviolence au Ero Guro »

15h00 – 15h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Bourgogne)
« Metropolis ou Babel animée »

15h30 – 16h00 : André Laidli (Université Jean Moulin – Lyon 3)
« Peindre la réalité quotidienne : le cinéma d’animation « à voix basse » d’Isao Takahata »

16h00 – 16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Pause

17h00 – 18h30 : Troisième séance : L’Amérique et ses valeurs

Présidence : Jacques Poirier

17h00 – 17h30 : Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« Team America, World Police : pastiche, parodie et satire du rêve américain »

17h30 – 18h00 : Chloé Gauzi (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« “Do I dare live out the American dream?” : subversion et réaffirmation des discours fondateurs dans The Simpsons »

18h00 – 18h30 : Discussion

20h30 : Projection-débat au cinéma L’Eldorado à Dijon

Vendredi 17 février

09h00 – 11h30 : Quatrième séance : Réécriture, clins d’oeil et parodie

Présidence : Vanessa Besand

09h00 – 09h30 : Lucie Merijeau (Université Paris 3)
« Le Studio Pixar : (dé)construction d’un mythe auteuriste »

09h30 – 10h00 : Sébastien Decerle (Université de Bourgogne)
« Désillusion du personnage et transformation du genre : mise en scène de l’évolution du cinéma d’animation dans Toy Story, Shrek et Il était une fois »

10h00 – 10h30 : Bérénice Bonhomme (Université Paris 3)
« Quand le cinéma d’animation enfile la panoplie du cinéma en prise de vue réelle »

10h30 – 11h00 : Discussion

11h00 – 11h30 : Pause

11h30 – 13h00 : Cinquième séance : Le film d’animation aux prises avec le monde actuel

Présidence : Didier Souiller

11h30 – 12h00 : Sébastien Denis (Université d’Aix-Marseille)
« Que l’animation documente-t-elle ? De l’Histoire à l’animateur »

12h00 – 12h30 : Pierre Ancet (Université de Bourgogne)
« La Reconstruction de la mémoire dans Valse avec Bachir d’Ari Folman »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 15h00 : Déjeuner


15h00 – 16h30 : Sixième séance : Les spécificités du medium de l’animation

Présidence : Sébastien Denis

15h00 – 15h30 : Gabriel Tremblay-Gaudette (Université du Québec à Montréal)
« L’Élasticité plastique contrainte à la rigidité : quand le manga devient anime »

15h30 – 16h00 : Jean-Baptiste Massuet (Université Rennes 2)
« Préparer la “seconde venue” du cinéma : l’aventure du studio ImageMovers de Robert Zemeckis (2004-2010), pour une révolution du cinéma d’animation sans l’animation »

16h-16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Clôture du colloque


Journée d'étude: "Le monde du livre face aux lois de copyright international au 19ème siècle

9 mars 2012

Journée d’étude: “Le monde du livre face aux lois de copyright international au 19ème siècle : Grande-Bretagne, France, Belgique, Etats-Unis.”

CRIDAF, Université Paris 13, salle D300, UFR LSHS

Objectif : proposer une réflexion théorique et des études de cas sur le copyright au 19ème siècle, en particulier sur le copyright international : effets sur les auteurs, les éditeurs, et les traducteurs.

Matin: accords bilatéraux au milieu du dix-neuvième siècle: France, Grande-Bretagne, Belgique

9h30-10h30
Jean-Yves Mollier, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines : “De la contrefaçon belge aux accords de 1852-1854”.
Laurent Pfister, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines :  “Internationalisation du droit d’auteur et droit comparé : la convention franco-anglaise du 3 novembre 1851.”

10h30-10h45 Discussion

10h45-11h15: pause

11h15-12h15
Blaise Wilfert, ENS: “Droit d’auteur et stratégie d’éditeur : Hachette, Dickens et la Bibliothèque des meilleurs romans étrangers.”
Susan Pickford, Université Paris 13 : “Les traducteurs face aux enjeux du copyright au 19ème siècle.”

12h15-12h30 : discussion

12h 30: déjeuner

Après-midi: Le cas des Etats-Unis

14h-15h30:
Michael Winship, University of Texas at Austin : “Napoleon Comes to America:
The Publishing of Walter Scott’s Life of Napoleon Buonaparte (1827)”

Will Slauter, Université Paris 8 : “Marks of Ownership and Acknowledgment: The Transformation of Newspaper Texts in 19th-Century America.”

Ellen Gruber Garvey, New Jersey City University: “Mark Twain’s Self-Pasting Scrap-Book, the Authorship of Blank Books, and Intellectual Property”

15h30-16h: discussion et conclusion : l’état du champ

Renseignements :
Claire Parfait claire.parfait@univ-paris13.fr
Susan Pickford, susan.pickford@univ-paris13.fr

Comment venir à Paris 13 : 
http://www.univ-paris13.fr/acces-aux-campus.html

Plan du campus de Villetaneuse :
http://www.univ-paris13.fr/images/stories/plans_des_campus/acces_v.pdf