Archives de catégorie : Colloques et séminaires

States of Crime: prolongation de l’appel

States of Crime: The State in Crime Fiction

Fourth Interdisciplinary Conference of the Atlantic Alliance of Universities (NUI Galway, UL, UCC, QUB) Crime Genre Research Group

17th-18th of June 2011, Queen’s University, Belfast.

Call for papers/ Appel à contribution

Deadline/ Date limite: PROLONGATION DE LA DATE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 28 FEVRIER 2011

Keynote Speaker: Professor Dominique Kalifa, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

Guest Writers: Eoin McNamee, David Peace

This conference examines crime fiction through the various manifestations of its relations to the State. State institutions are unlike other protagonists in criminal affairs, due to their monopoly of legitimate violence and have hitherto received comparatively little attention in literary criticism. Yet, shadows of the state apparatus loom large over crime fiction, both within the narration and as a referential background. The emergence of the detective novel mirrors historically the advent of the modern police state. It reflects the creation of an organised network of surveillance and control. Poe’s ‘The Purloined Letter’

conceals a State affair. The genre has often been shown to display securitarian tendencies. The detective, either himself an agent of the State or a “private eye” objectively fulfilling the role of an auxiliary of justice, classically pursues not only the punishment of deviant individuals, but the restoration of order. At the same time, distinctions between exponents of State order and criminals have been blurred since the origins and the figure of Vidocq. In a similar fashion to Hugo’s couple Valjean/Javert and Dostoievsky’s Raskolnikov/ Porfiri Petrovitch, crime readers’ sympathies have often veered towards the criminal rather than the State. Evolutions within the genre, in the wake of WWI, the Russian revolution and the American Great Depression, have introduced a more explicit critique of State corruption, and of the surrender of public bodies to private interests, lobbies, and organised crime. Post WWII, the “Noir” has accrued its counter cultural credentials with a critique of State oppression, cultural domination, silencing of minorities, and racial and sexist discrimination.

Much contemporary crime fiction continues to buttress the authority of the State but at the same time an increased political radicalisation of the genre has developed worldwide in the context of decolonisation and the Vietnam War.

Marxist, Anarchist and Post-Situationist crime fiction authors have explored the genre’s subversive potential, while experiencing its constraints and contradictions. As crime fiction’s geo-politics reach has expanded, the generic boundaries separating crime, thriller and espionage fiction have been called into question, along with the State’s ability to control its territorial borders and the distinction between domestic and international securitization.

One of the aims of this conference is to compare different international approaches to the State in Crime Fiction within their various historical, national and political contexts. To what extent do different state traditions (i.e. Scandinavia, Italy, the US, the German Democratic Republic) find an echo in crime literature and films produced in their respective area? To what extent do these different state traditions produce distinctive crime fictions? What are the various purposes served in representing the State, and how much do they differ in a federal State, a decentralised State, or a popular democracy? In a one-party state, a Republic and a constitutional monarchy ? Do cultural transfers in the genre reflect such differences? How far is crime fiction – a genre that has developed in consort with the consolidation of the modern State – able to challenge political domination, debunk the ideologies of public discourses, uncover State secrets and revisit official history?

We invite papers in English which discuss, from a range of disciplines all aspects of such questions or deal with some of the following points (the list is by no means exhaustive), in any given literature and country, or in international comparison:

*  Crime fiction and Democracy

*  State culture and literary traditions

*  The State and civil society: neutral umpire or capitalist vehicle?

*  Public vs private: the State as gendered domain?

*  Racism and antiracism

*  Securing the city: race, ethnicity, class and the police

*  Police procedurals and the police

*  State crimes and State affairs

*  State responsibility in war crimes, crimes against Humanity, and Genocide

*  Antiterrorism and State terror/coercion

*  Decolonization and postcolonial crime fiction

*  Hobbes, Marx, Weber, Foucault, and Deleuze… Influence of theory on crime fiction.

*  The Politicization of crime fiction

*  Progressivism and Revolution

*  Anarchism, leftism and reactionary politics

*  Marxist and Situationist crime fiction: a contradiction ?

*  The Noir as “committed” literature : roman noir and engagement

*  Public utilities and general interest

*  The shrinking State: privatisation and the end of the welfare State

*  Dismantlement of the social state and the rise of corporate interests

*  Crime Fiction in the age of advanced financial capitalism

*  Private security agencies and non-elected public authorities

*  Infra-State entities and regional crime fiction

* “Public Choice Theories”, “New Public Management” and “new” forms of governance

*  The Europeanization of the police. Europol, trans-border police cooperation and crime fiction

*  Globalisation and the State.

*  The detective novel in popular democracies

N. B. Papers should be no more than twenty minutes in length.

Conference organisers: Dr. Dominique Jeannerod, French Studies, QUB, and Dr.

Andrew Pepper, English Studies, QUB.

Please send 300-word abstracts of papers to statesofcrime2011@gmail.com by 28th february 2011

A publication of proceedings from the conference is planned.

Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel – du 5 au 7 mai 2011

 
Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel – du 5 au 7 mai 2011
 
Lieu : Institut d’Etudes Anglophones Charles V – Bâtiment A – 4ème et 5ème étages,  10 rue Charles 5, 75004 Paris

Inscription par mail avant le 30 avril 2011 :
– Tarif normal : 10 euros
– Tarif étudiants : 4 euros  

Colloque international organisé par l’UFR d’Etude anglophones-Charles V (équipe LARCA)

Depuis le milieu des années 1990, les séries américaines connaissent un nouvel « âge d’or », marqué par des productions de grande qualité, par un engouement international spectaculaire (lié aussi aux nouveaux modes de visionnage – DVD, streaming ou VOD), et par un nouveau respect critique pour la forme elle-même. Ce colloque se propose d’explorer le lien que tissent ces œuvres entre fiction et réalité. Pourquoi, par exemple, certaines réalités semblent-elles se prêter plus particulièrement à la forme sérielle (le monde médical, policier, ou judiciaire par exemple)? Les communications pourront aussi s’interroger sur l’idéologie qui sous-tend les choix de la fiction : quelle fonction la fiction a-t-elle quand elle prend en charge un certain aspect de la réalité (sociale, politique, économique) à un moment donné ? (comme la représentation de l’administration américaine dans The West Wing [A la Maison Blanche], ou la dénonciation des dysfonctionnements institutionnels dans The Wire [Sur Ecoute]).
Les approches plus esthétiques et formelles pourront se pencher sur les modes et stratégies utilisées par ces fictions pour représenter le réel. En quoi consiste le « réalisme » prétendument affiché par certaines d’entre elles, depuis la représentation en « temps réel » de 24 jusqu’à l’utilisation de la caméra à l’épaule dans Californication, ou encore aux détails corporels très crus de Nip/Tuck ? D’autres œuvres, au contraire, témoignent d’une ambition de stylisation ou de caricature (Desperate Housewives), et que dire des mondes fantasmés de Battlestar Galactica ou True Blood, ou du rapport à une quelconque « réalité historique » dans des séries comme Deadwood, Mad Men, ou Rome ?
Ce lien entre fiction et réalité pourra aussi nous aider à réfléchir sur la manière dont ces séries s’inscrivent dans la réalité même des spectateurs. Le processus d’identification et d’appropriation semble atteindre des niveaux sans précédents. Les spectateurs poursuivent l’expérience de « leur » série sur internet, par des discussions, des « re-créations » audiovisuelles, ou tout simplement par la consommation de produits dérivés. Les séries influent par la suite sur la manière dont nous appréhendons la réalité qui nous entoure. De tout temps bien sûr, l’individu s’est construit en partie grâce aux fictions auxquelles il était exposé, mais on pourra s’interroger, lors de ce colloque, sur la spécificité de l’impact des séries sur le spectateur, qui y trouve à la fois le pouvoir hypnotique et séducteur du film de cinéma et le plaisir de la complexité narrative et de la durée plus généralement associé au roman littéraire.

Comité scientifique :
Ariane Hudelet (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Sophie Vasset (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Pierre-Olivier Toulza (Etudes cinématographiques, Université Paris Diderot)
Marjolaine Boutet (Histoire, Université d’Amiens)
Sarah Hatchuel (Etudes anglophones, Université du Havre)
Monica Michlin (Etudes anglophones, Université Paris IV-Sorbonne)
Thibaut de Saint-Maurice (Philosophe, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison)

Contacts : Ariane Hudelet et Sophie Vasset

Programme du jeudi 5 mai 2011

Salle A 50

13h30 : accueil et inscriptions

14h00 : ouverture du colloque (Ariane Hudelet et Sophie Vasset)

Panel 1 : Quelle réalité, quelle fiction ?
Présidente de séance : Ariane Hudelet 

14h30 : De quel réalisme la sérialité est-elle la forme ? – Thibaut de Saint-Maurice (philosophe)
15h : Le temps des séries  – Jean-Pierre Esquenazi (Université Lyon III)
15h30 : Du roman réaliste à la série télé, la fresque sociale en miettes – Antonia Zagamé (CNRS)

Pause

16h30 : Effet de réel contre réalisme dans les séries télévisées contemporaines – Hervé Glévarec (CNRS)
17h : The treatment of the law: between reality and imagination in television legal series – Barbara Villez (Université Paris VIII)
17h30 : Les séries judiciaires : histoires de cour, histoires de cœur. L’écriture dramatique au service de la culture juridique – Nathalie Maroun Taraud (ENS Ulm)
 

Programme du vendredi 6 mai 2011

Panel 2 : Histoire et histoires
Salle A 50
Présidente de séance : Marjolaine Boutet 

9h : Les séries historiques entre la fiction et le réel : quand les scénaristes rivalisent avec les historiens –  Ioanis Deroide (Historien, lycée Richelieu, Rueil Malmaison)
9h30 : “The West Wing with Wigs?”: Politics and History in HBO’s John Adams – Aurélie Godet (Université Paris Diderot)
10h :           Les bonds historico-médiatiques de Sam Beckett. Code Quantum, voyage au temps des images -Vincent Baticle (Université Paris Diderot)

pause

11h : Fiction and Reality in TV Series Portraying Presidents: Reality effect, Déjà Vu, Groundhog Day, Prophecy, or Time Warp? – Monica Michlin (Université Paris Sorbonne)
11h30 : « Qumar », le pays qui n’existait pas. The West Wing et le spectre du Moyen-Orient – Joseph Belletante (Triangle, ENS-LSH)
12h : Le remake de la série V et le système de santé universel de Barack Obama: entre réalité et fiction, histoire d’une défaite programmée – Audrey Viguier (University of Florida)

Déjeuner 

Panel 3 : Réalisme du corps
Salle A 50
Présidente de séance: Sophie Vasset

14h : Evidence of the Body: Death, Illness and Representation of Truth in Contemporary American TV series – Maria Neklyudova (Russian State University of Humanities, Moscou)
14h30 : Au plus près de la chair : corps malades et corps morts dans les séries contemporaines (titre provisoire) – Maud Desmet (Université de Poitiers)
15h : Deadwood entre réalité et fiction : inscription de l’Histoire, figurations du corps, et jeux de langage – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

pause

Panel 4 : Esthétiques du réalisme
Salle A 50
Présidente de séance : Shannon Wells-Lassagne 

16h : Mad Men, Nostalgia, and the Aesthetics of Consumption, or: Don Draper Gets an iPhone – Simone Knewitz (Bonn University)
16h30 : Fiction and Reality in HBO’s Treme : A Narrative Alchemy at the Service of Political Truth – Catherine Dessinges, Dominique M. Gendrin, Wendy Hajjar (Tulane University)

Panel 5 : Genres et publics
Salle A 43
Président de séance – à confirmer

14h : House of mirrors: New realities, new fictions of the suburbs in The Middle – Donna Spalding Andreolle (Université Stendhal – Grenoble III)
14h30 : The L Word : Le réel sous le glamour : ou “The way that they live” – Adrienne Boutang (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
15h : Veronica Mars vs Don Draper : le réalisme des séries adolescentes contemporaines – Pierre-Olivier Toulza (Université Paris Diderot)

pause

16h : Is there a Doctor in the HOUSE ?: les séries télévisées médicales  face au monde réel – Pamela Tytell (Université Lille 3)
17h : “Unreal” gender messages in late 90s women-centered action dramas – Anne Sweet (Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle)

Programme du samedi 7 mai 2011

Panel 6 : Représenter quelque chose qui n’existe pas : de l’Antique à la science-fiction
A 50
Présidente de séance : Sarah Hatchuel 

9h : Jules César au secours des  américains : l’incipit de la série Rome – Julie Gallego (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
9h30 : Rome : un péplum enfin réaliste ? – Vivien Bessières (Université Toulouse II, Le Mirail)
10h : Rome ou le grain de l’antique – Isabelle Schmitt-Pitiot (Université de Bourgogne, Dijon)

pause

11h : Occupation, collaboration, résistance et épuration dans la troisième saison de Battlestar Galactica – Marjolaine Boutet (Université d’Amiens)
11h30 : Battlestar Galactica and the Global War on Terror – Lori Maguire (Université Paris VIII)
12h : De Babylon  à Caprica: la nouvelle science-fiction télévisuelle et l’effet-réalité – Medhi Achouche (Université Stendhal, Grenoble)

Panel 7: Du crime au châtiment
A 44
Présidente de séance : Barbara Villez 

9h : Quand la fiction irrigue la réalité : les usages sociaux des séries policières dans la fiction policière – Guillaume Le Saulnier (Université Paris 2)
9h30 : Qu’y a-t-il de « policier » dans les séries policières ? – Yann Philippe (Université de Reims)
10h : Entre ombres et lumières : les figures de policiers en eaux troubles, symbole d’une Amérique en perte de repères (The Shield, The Wire, Dexter) – Julien Achemchame (Université Paul Valéry, Montpellier)

pause

11h : La perspective narrative dans les séries « Cop and Lab ». Quelles contributions aux représentations du monde scientifique et technique ? – C. Bruguière (Université Claude Bernard, Lyon), M. Chouteau (INSA, Lyon), C. Nguyen (INSA, Lyon), E. Triquet (Université Joseph Fourier, Grenoble)
11h30 : From Oz to Lockup: Bringing Prison Life (Back) Home – Claudia Schippert (University of Central Florida, Orlando)
12h : Fictions et réalités : principes miroirs ? Castle ou la rencontre de la vie et de l’écrit – Anaïs Kompf (Université Paris Diderot)

Panel 8: L’inquiétante étrangeté
A 50
Président de séance : Monica Michlin 

14h : Twin Peaks, conte de la modernité, modernité du conte – Marine Legagneur (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
14h30 : X-Files : allégorie de la condition postmoderne du monde – Frédéric Gai (Université de Caen)
15h : “Reality lies elsewhere? Le néo-réalisme fantastique dans quelques épisodes de X-files” – Emmanuëlle Delanoë-Brun (Université Paris-Diderot)

Pause

Panel 9: Déformation et marginalité comme mode de représentation  
A 44
Président de séance : Emmanuelle Delanoë-Brun 

14h : “Alan Ball’s California and Louisiana series: a troubled state of the nation” – Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris X-Nanterre
14h30 : Which is the “True Blood”?: A Reflection on Otherness in Contemporary America – Marta Bosch (University of Barcelona)
15h : Carnivàle entre fiction et réalité historique – Jean Du Verger (Université Paris 5-Sorbonne)

pause

Panel 10 : Conclusion : le vertige post-moderne ou la fusion entre réalité et fiction
A 50
Président de séance : Pierre-Olivier Toulza 

16h : Lost in Lost (le retour): Réalité alternative et/ou fiction collective – Sarah Hatchuel (Université du Havre)
16h30 : Transforming the traditional sitcom: the postmodern reflexivity of Abed in Community – Shannon Wells-Lassagne (Université Bretagne Sud)
17h : Desperate Housewives : fiction de toutes les fictions – Renan Cros (Université Paris Diderot)

Clôture du colloque

The 2011 Eaton Science Fiction Conference

Les “Eaton Science Fiction Conferences” de l’Université de Californie à Riverside sont des congrès académiques de haut niveau dédiés à l’étude de la science-fiction et des interrelations entre sciences et humanités. Son objectif de base était de fonder les études de sciences-fiction en une discipline académique sérieuse, et d’attirer les critiques académiques majeurs vers la littérature, le cinéma et la culture SF. A cette fin, les congrès rassemblent des spécialistes de toutes disciplines, des scientifiques, des écrivains et des éditeurs.

La prochaine édition du congrès aura lieu du 10 au 12 février 2011.

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image ou sur ce lien: http://eatonconference.ucr.edu/

Colloque/appel à communication « Hybridations » (Université de Tours)

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Jeudi 12 et vendredi 13 mai 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527),
avec le soutien du Conseil Scientifique

Argument
Lʼhybridation est dʼabord le nom dʼune catégorie biologique, ou plus exactement
le nom dʼune rupture ou dʼune transgression des limites entre catégories
biologiques : un hybride, cʼest avant tout le produit dʼun croisement, dʼune
greffe, dʼune rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces
différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui
désigne le produit de lʼunion dʼun sanglier et dʼune truie ; puis le terme a été
graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie lʼexcès ou la
démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.
Appliqué au domaine des arts et des lettres, lʼidée dʼhybridation semble
principalement viser la porosité des registres dʼénoncés et des ordres de la
représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui sʼemploient à
explorer les formes de la « condition postmoderne », quʼil sʼagisse de la
littérature1, de lʼarchitecture2 ou du fondement des sciences3, lʼhybridation y est
caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche.
Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et
esthétique de la postmodernité, lʼhybridation est présente dans toutes les
oeuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire
des formes dʼexpression rétives à toute univocité et à toute totalisation.
En appliquant la notion dʼhybridation aux formes de la rencontre en texte et
image, il ne sʼagit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du
« diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan,
Jencks ou Lyotard, que de reprendre lʼétude de ces formes spécifiques de
greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.
Les rencontres du texte et de lʼimage fournissent une très belle occasion
dʼexaminer la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques
ou des supports sʼéchangent en permanence leurs déterminations. Des
processus de lʼadaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre
pratiques venues dʼhorizons différents aux interrogations sur les formes de la
mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que lʼon entend
rassembler autour de lʼidée dʼhybridation est vaste.
Lʼétude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande
dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de lʼalbum pour enfant
au roman-photo. La rencontre entre le texte et lʼimage constitue-t-elle par elle-même
une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non
légitimable » des discours quʼelle engendre ? Favorise-t-elle des formes
narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de
sur-hybridation à partir de lʼhybridation iconotextuelle (adaptation des comics au
cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés dʼobjets, pop-ups, produits
dérivés, etc.) ?
Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin
dʼêtre exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne
sʼagit pas tant dʼélaborer un discours formel général sur la concept dʼhybridation
que dʼen explorer la puissance heuristique en lʼappliquant à des études
dʼoeuvres déterminées.

Les propositions sont à rendre avant le 7 mars 2011.

Contacts :
Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)
Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)

Colloque « San-Antonio et la culture française », Les Actes

San-Antonio, l’auteur français le plus lu du XXe siècle, a vu son œuvre passer de l’état de bien culturel de grande consommation à celui d’une sorte de trésor national, monument littéraire et linguistique entretenu par une foule de thuriféraires. Plébiscité par les lecteurs, il a aussi retenu l’attention de l’université, séduit la critique et captivé les médias. Soixante ans après sa création et dix ans après la mort de l’auteur, la série de ses aventures continue et les rééditions se succèdent.

La place de San-Antonio dans la culture française continue de faire débat. Au delà de son statut de phénomène d’édition, la mesure de son importance dans l’histoire culturelle de l’après guerre jusqu’à nos jours reste à prendre. En 1965, le premier colloque qui lui fut consacré, dirigé par R. Escarpit, l’abordait du point de vue d’une sociologie de la lecture, et en tant que représentant de la «culture de masse». Quarante-cinq ans plus tard, le colloque international qui s’est tenu à la Sorbonne du 18 au 20 mars 2010 envisage son œuvre dans ses multiples rapports à la culture française, tant populaire que lettrée.
Cet ouvrage rassemble les communications présentées dans ce cadre. Il montre à la fois comment San-Antonio est devenu un héros (contre-) culturel en France et une exception française à l’étranger, et comment la série se nourrit de références intertextuelles et parodiques, de Rabelais à Alphonse Allais, des anciens manuels de savoir-vivre à la littérature pornographique. Il donne ainsi une perspective dynamique sur ses origines et sur le contexte culturel dans lequel elle s’inscrit et sur lequel elle a à son tour influé, tout en rappelant à quels titres San-Antonio, Bérurier et les autres peuvent se targuer d’un caractère «épiquement français».

Les séries télévisées dans le monde : colloque université du Havre

Colloque international organisé par le GRIC (Le Havre) et l’ERIAC (Rouen)

Les séries télévisées dans le monde : échanges, déplacements et transposition

15-16-17 juin 2011 à l’université du Havre

Ce colloque pluridisciplinaire se propose d’éclairer les séries télévisées de différents pays à travers le prisme de l’échange, de la transposition et du déplacement. En savoir plus: cliquez

(source: Martine Yvernault)

Journée d’étude Alexandre Dumas et l’art.

JOURNÉE D’ÉTUDES DUMASIENNES
ORGANISÉE PAR LA SOCIÉTÉ DES AMIS
D’ALEXANDRE DUMAS

DUMAS ET L’ART

***

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

MATINÉE
Modérateur: Matthieu Letourneux.
10 h. 30. Jean Nayrolles (Université de
Toulouse- Le Mirail) : Dumas et les origines
de la peinture.
11 h. 10. Jacqueline Razgonnikoff
(Comédie-Française) : Dumas et les phares
flamands (Rubens, Rembrandt).
11 h. 50. Pauline Vanachter : L’art dans les
oeuvres de Dumas.
APRÈS-MIDI
Modérateur: Claude Schopp.
14 h. 30. Isabelle Safa : Les Fantômes de
l’Opéra : figures de la cantatrice dans l’oeuvre
d’Alexandre Dumas.
14 h 40. Louis Peyrusse (Université de
Toulouse- Le Mirail) : Les Maîtres italiens.
15 h 10. Julie Anselmini (Université de
Caen) : Voyager en peinture : récit viatique et
critique d’art chez Dumas.