Archives de catégorie : Appels

Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

megalopole

Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Date de la journée : 30 janvier 2015 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
Journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’Étude de la Littérature de langue Française des xxe et xxie siècles), organisée par Simon Bréan (Paris-Sorbonne) et Irène Langlet (Limoges), avec le soutien du CELLF (Paris-Sorbonne), de l’EHIC (Limoges) et de THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », Continuer la lecture de Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

presse

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Projet de colloque à l’Université Paris 13, premier trimestre 2015.

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

 

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et de la lecture publique, le XIXe siècle est le témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Continuer la lecture de Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Appel: Évolution des jeux : Catalyseurs, mécanismes et agents

Dossier thématique
Évolution des jeux : Catalyseurs, mécanismes et agents
Numéro sous la coordination de
Jonathan Lessard (Université Concordia) et Carl Therrien (Université de Montréal)

Certains joueurs passent leur vie à s’adonner aux mêmes jeux, approfondissant leur connaissance
de ces systèmes, développant de nouvelles stratégies et augmentant leur maîtrise technique. Une vie
suffit-elle pour des jeux tels que les échecs, le bridge ou le tennis ? Continuer la lecture de Appel: Évolution des jeux : Catalyseurs, mécanismes et agents

CFP : 24h Chrono et A la Maison Blanche

Chers et chères collègues,

Dans le cadre de la publication en janvier 2015 dans la revue TV/Series de Philoséries 2011 sur 24h Chrono (24) et Philoséries 2013 sur Àla Maison Blanche (The West Wing), nous lançons un appel à articles complémentaires à renvoyer avant le 1er juillet 2014 (àallouche.sylvie@gmail.com). Vous retrouverez les appels à communication initiaux sur http://philofictions.org/ . Les articles devront être mis en forme selon les instructions de TV/Series http://www.univ-lehavre.fr/ ulh_services/Contribuer-For- contributors.html et seront évalués par le comité scientifique de la revue.

Sylvie Allouche et Sandra Laugier, coordinatrices du programme Philoséries.

Appel: Les super-héros d’aujourd’hui : que sont nos héros devenus ?

Les super-héros d’aujourd’hui : que sont nos héros devenus ?

Journée d’étude organisée par l’Institut de Lettres et Langues Européennes (ILLE) de l’Université de Haute-Alsace le vendredi 5 décembre 2014

Dans le prolongement de la journée d’étude portant sur les hackers, nouveaux types de personnages apparus dans la littérature, la culture et le cinéma contemporains, on s’interrogera sur un autre type de ces personnages qui ont émergé avec la postmodernité et se sont renforcés dans notre hypermodernité : celui de super-héros. Dans le prolongement des analyses d’Umberto Eco, De Superman au surhomme, on s’interrogera sur les nouveaux modes d’expression héroïques dans les personnages d’aujourd’hui. Quand les personnages d’antan stimulaient une « consolation héroïque » (Les Trois Mousquetaires, Monte-Christo d’Alexandre Dumas, Ulysses de James Joyce, ou même Ivanhoe de Walter Scott), nos héros contemporains sont des héros masqués, jouant de leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont surnaturels et anormaux ; ils se sont disséminés sous différentes formes qu’il sera intéressant de mettre au jour et d’analyser dans une perspective transdisciplinaire.

Que sont donc nos héros devenus ? Par quels mécanismes gratifiants réussissent-ils à transformer leur condition héroïque ? L’avenir est-il dans les héroïnes ? Dans quelle mesure également sont-ils à même de faire de grandes œuvres de celles, très différentes, qui les accueillent (romans, cinéma, mais également comics, roman-graphique, séries télévisées et autres nouvelles médiatisations culturelles) ? Ce sont ces différentes questions que l’on abordera. Outre la littérature comparée et les champs de la théorie générique et fictionnelle, cette approche nécessitera également de croiser les expériences de champs disciplinaires novateurs dans le domaine des sciences humaines et sociales (cultural studies, humanités numériques, etc.).

Les propositions de communication sont à adresser à Frédérique Toudoire-Surlapierre (frederique.toudoire@free.fr) et Sébastien Hubier (sebastien.hubier@univ-reims.fr) avant le 8 septembre 2014.

Sébastien Hubier Frédérique Toudoire-Surlapierre

Appel: Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

 

Thématique 2014-2015 :

« Critique et prescription culturelles :

comment le livre vient au lecteur »

 

Appel à contribution

Date limite : 4 juillet 2014

 

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème annuel : « Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur ».

 

Champ de recherche :

Dans la continuité des divers colloques et journées d’étude organisées par le groupe de recherche, notamment :

–       La mise en livre du texte de théâtre : approches médiatisées, historiques, esthétiques et professionnelles, en collaboration avec Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 septembre 2012

–       Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique, en collaboration avec Maria Pourchet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 juin 2012

–       Bibliothèques et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ?, en collaboration avec Sylvie Dallet et Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 4 mai 2012,

 

dans celle de la publication du numéro de Communication & Langages dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet – De la prescription. Comment le livre vient au lecteur (mai 2014) et en vue du colloque du 14 novembre 2014 consacré à « Hyperchoix et prescription culturelle », organisé par Brigitte Chapelain (université Paris Nord), Anne-Réach-Ngô (université de Mulhouse) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest),

 

notre groupe de travail entend s’intéresser cette fois à la prescription et au jugement critique dans le domaine du livre et de la culture.

A l’ère du web 2.0, nous assistons à une extension du champ des objets critiqués et prescrits (livres, films mais aussi séries télévisées, jeux vidéos etc.), à une diversification des prescripteurs  (professionnels et amateurs) et au renouvellement des formes de la critique et de la prescription comme des supports de leur diffusion (presse, radio, TV, internet, réseaux sociaux etc.). Que devient dès lors l’exercice de la critique et/ou de la prescription dans le contexte contemporain ? Quel était-il avant la rupture numérique et sur quel terrain les mutations ont-elle opéré ? Quels sont aujourd’hui les objets de la critique et/ou de la prescription, ses acteurs, ses moyens, ses enjeux, ses effets (tant sur la réception, la production, que sur les métiers de la chaîne du livre – éditeurs, libraires et bibliothécaires) ?

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles, non limitée au XXIe siècle, refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, et n’excluant pas les productions commerciales grand public ni les créations les moins légitimes (best-sellers, genres populaires dits mineurs). Dans cette optique, toutes les perspectives (esthétiques, historiques, économiques, littéraires, sociologiques, issues des sciences de l’information et de la communication) seront autorisées. De même, l’ouverture sur une réflexion transnationale offrant de confronter des aires géographiques différentes sera particulièrement appréciée. Enfin, les propositions pourront poser la question du genre et s’interroger notamment sur la spécificité d’une critique et/ou d’une prescription au féminin.

 

Renseignements pratiques :

 

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense

Nicolas Malais,

 

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

 

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

 

Calendrier des séances :

Entre mi septembre et mi-mars

 

Forme et date limite de remise des propositions :

 

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 4 juillet 2014 à la double adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr et sylvie.ducas@wanadoo.fr

CFP : The Craft Economy, edited volume

The Craft Economy edited volume

Call for papers — abstract proposals due 31 July 2014

 

The Craft Economy: Making, Materiality and Meaning

edited by Susan Luckman (University of South Australia) & Nicola Thomas (University of Exeter)

 

A making renaissance is underway with handmade practice and goods in global demand. Thus the central aim of The Craft Economy collection is to bring together a comprehensive account of the current moment of growth in the contemporary handmade marketplace. We wish to examine the reasons why we are now seeing such significant growth, and identify the key drivers – both in terms of production and consumption. Importantly, we seek to locate this discussion within the larger picture of its implications for our understandings of the contemporary cultural economy. For example, what it may reveal about perceptions of authenticity and practices of ethical consumption, as well as shifting labour and production models (creative micro-enterprise; the home-based digital cultural economy; the attraction of entrepreneurial self-employment; and the gendering of craft work).

In the digital age, almost seventy years since the Frankfurt School first railed against the culture industry’s commodification and standardisation of all art, the bespoke ‘analogue’ physical item becomes Othered, different, desirable. Handmade objects are imbrued with touch, and therefore offer a sense of the ‘authentic’ in an ‘inauthentic’ world: they offer connection to the maker through the skill and learning apparent in their construction, and they demonstrate the time spent on their making in a way in most other objects cannot. Handmade cultural goods thus need to be located within wider debates regarding ethical consumption, makings, and ‘retro’ interest in unique physical artefacts.

 

In dialogue with this, the integration of digitally enabling technology with more traditional practices of making is a key trend transforming social and material relations between makers and consumers. Alongside more traditional retail options such as direct and commission sales, online distribution is changing the environment for operating a creative micro-enterprise, offering both creative graduates and more established designer-makers micro-entrepreneurial pathways not previously open to them. Alternative making spaces (for example Makerspaces and FabLabs) are transforming access to making, and the integration of digital technologies into the making process.

 

Therefore we welcome proposals for papers that address any aspect of the contemporary craft economy, especially (but certainly not limited to) the following:

  • Craft as a 21st century creative industry;
  • Craft work as a model for wider cultural work practice;
  • Spatialities of craft: relations of making, places of making;
  • The politics of home-based production and studio/workshop production models;
  • New places of making: practices within Fablabs and Makerspaces;
  • Craft apprenticeships, bench training, learning and skills development;
  • Craft education and the contemporary curriculum;
  • Social inclusion/exclusion, micro-entrepreneurialism and the contemporary craft economy;
  • Vibrant materiality and craft objects and practice;
  • Materiality, authenticity and the handmade;
  • Craft making, flow and ‘being in the zone’;
  • The ongoing resonance of binaries such as: professional/amateur; art/craft; producer/consumer; technology/hand;
  • Making and intersections with policy: regeneration through return to making;
  • Collectivisation, support organisations, guilds and cooperative practices;
  • Online identity work, self-marketing and art/craft production;
  • ‘Technology’ versus ‘ handmade’ – scale, growth and the place of tools in the making process;
  • Digital making and new models of making;
  • Lab cultures,  community / social enterprise models;
  • Craft, tourism and place-making;
  • Craft co-creation and lessons for contemporary making from the history of patronage and commissioned work;
  • Craft and ethical production/consumption;
  • Craft as means of economising.

 

Proposals: Please send proposals to both editors by 31 July 2014. Proposal should include: title, abstract of up to 500 words, institutional affiliation, and short biographical details for author.

 

Provisional acceptance will be advised by 30 September 2014.

 

About the editors:

 

Susan Luckman (Susan.Luckman@unisa.edu.au) is Associate Professor in Cultural Studies at the University of South Australia. Her books include the forthcoming title Craft and the Creative Economy (Palgrave Macmillan 2015), Locating Cultural Work: The Politics and Poetics of Rural, Regional and Remote Creativity (Palgrave Macmillan 2012), and Sonic Synergies: Music, Identity, Technology and Community (Ashgate 2008, co-edited with Gerry Bloustien and Margaret Peters).

 

Nicola Thomas (Nicola.J.Thomas@exeter.ac.uk) is Senior Lecturer in Cultural Geography at the University of Exeter. She works on the cultures of the creative economy, specifically addressing the geographies of the craft sector. Her recent AHRC funded research includes an analysis of the enduring place of regional craft guilds, communities of making, and relations between craft policy and practice. Her research has been undertaken in partnership with Devon Guild of Craftsmen, Gloucestershire Guild of Craftsmen, Crafts Council, Craftspace, Heritage Crafts Association and Leach Pottery. Published work includes ‘Crafting the Region: Creative Industries and Practices of Regional Space’ (Regional Studies, 2012, with Harriet Hawkins and David C. Harvey).

 

CFP : A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world

A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world, Erasmus University Rotterdam, the Netherlands, 6-7 November 2014

Together with the International Association for the Study of Popular Music and Tilburg University we are organizing an international conference on popular music at Erasmus University titled:

A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world

Erasmus University Rotterdam, the Netherlands, 6-7 November 2014

Keynotes by John Street and Fabian Holt

 

AIM

Once upon a time, a famous rock ‘n’ roll group sang about what it means to play in a music band. In their lyrics they touch upon the role of the music industry (‘getting sold’), the difficulties of a musical career  (‘under-paid’ and ‘getting grey’) and music consumption (‘if you wanna be a star’), while celebrating music for music’s sake. As such, this song addresses many issues in the production and reception of popular music in the contemporary globalized world. Yet, recent developments in the field of music have changed the ‘way to the top’, such as governmental policy on music, the rise of new media, and the growing number of music festivals. Focusing on a select number of interrelated themes, this conference aims to bring together scholars from various countries each with their own perspective to engage in an international exchange of ideas and current research insights about music production and reception.

 

THEMES

Regarding the production of music, we aim for papers on – but not strictly limited to – these themes:

  • Music industries and scenes: for example, what challenges are music industries facing in the 21st century? How have their business models changed over the last decade? To what extent is music increasingly produced within translocal and virtual scenes outside of traditional music industries?
  • Careers in pop music: for example, to what extent have artist labor markets changed over the last decades? Have music careers become longer and more flexible? What factors determine success?
  • Pop music policy: for example, to what extent and why do government organizations (national and local) fund what types of music? How are pop musicians promoted abroad and for what reasons? What role does music play in urban development and city branding?
  • New media and pop music: for example, how have streaming services changed music industries?   Did social media affect the marketing of pop music? How do (online) consumer critics affect sales?

Regarding the reception of music, we aim for papers on – but not strictly limited to – these themes:

  • Pop music consumption and identity construction: for example, how important is pop music in processes of bounding and bridging social groups and group identities? How do music fans use the Internet in processes of meaning-making and sacralization?
  • Music performance, festivals and rituals: for example, how can music performances achieve intended transformative effects? How are they clustered in a particular period of time at a particular place? How can we explain the growing popularity of music festivals among international audiences?
  • Pop music, political activism and social movements: for example, what role does pop music play in social change? How politically engaged are pop musicians and what topics do they address?
  • Popular music heritage and tourism: for example, how and which pop music is being canonized? How does this relate to generational conflict, feelings of nostalgia and authenticity?

 

INSTRUCTIONS

Please send your abstract of 400 words in English (including a research question, theory and methodology) together with a short biography (100 words), including name, institutional affiliation and position, phone number, postal and e-mail addresses, to:  iaspmconference@eshcc.eur.nl

Abstract deadline: 1 June, 2014. Participants will receive notifications of acceptance by 1 August, 2014.

If you have any questions, don’t hesitate to contact us:

E-mail:  iaspmconference@eshcc.eur.nl

WWW: www.eshcc.eur.nl/iaspmconference

www.facebook.com/alongwaytothetop

 

MUSIC MATTERS MASTER CLASS!  (5 November)

Are you a PhD student? Then definitely consider joining one day earlier to take part in the very first Music Matters Master Class. This master class is hosted in Tilburg as a prelude to the conference in Rotterdam (just 45 min. by train). Also if you can’t make the conference, but would like to discuss your work in an inspiring setting: continue reading! We aim to get together a group of PhD students who conduct research on music and meaning making in the broadest sense. Think of topics such as music in relation to identity formation, rituals, tourism, festivals, and urban and social development: but the scope of the master class is certainly not limited to these topics. We invite proposals that deal with both popular and classical music. We will be asking at least two conference speakers to host the master class.

Please e-mail your proposal to Lieke Wijnia (TiU): l.wijnia@tilburguniversity.edu

 

EVENING SYMPOSIUM ON RACE/ETHNICTY AND MUSIC    (5 November)

In addition, there will be an evening symposium on race/ethnicity and music at Erasmus University Rotterdam which is open to all conference and master class participants. We also welcome abstracts on this topic. This event is linked to the research project Elvis has finally left the building? Boundary work, whiteness and the reception of rock music in comparative perspective (www.elvishasfinallyleft.com). More details will be announced on the conference website and Facebook page as well as in the conference program.

Appel à communications: "L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies"

Appel à communications

L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies

journée d’études qui se tiendra à Paris le vendredi 12 septembre 2014. 


source : gallica.bnf.fr
Journée d’études co-organisée par le French Media Research Group (Newcastle University), le CHCSC (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et le GRIPIC (Celsa Paris-Sorbonne)

Les propositions de communication (500 mots environ) accompagnées d’une présentation de l’auteur doivent être adressées à Emmanuelle Fantin (emmanuellefantin@gmail.com) et Thibault Le Hégarat (thibault.lehegarat@gmail.com), avant le 20 mai 2014.

La journée d’études se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne le vendredi 12 septembre 2014.

Comité d’organisation :
Emmanuelle FANTIN, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Thibault LE HEGARAT, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Télécharger le texte de l’appel [PDF – 35 Ko]

Définissant la nostalgie comme le « beau regret du passé », les historiens du culturel[1] rappellent la double portée de la notion : tout en continuant de faire référence à son sens originel, celui de la peine causée par un espace perdu, la nostalgie renvoie désormais davantage au regret « d’un temps qui ne reviendra plus ». Exprimant une forme de remémoration et de regard porté sur le passé, la nostalgie a trouvé dans le champ médiatique un espace d’expression privilégié. Par l’étude de ces discours, il nous est possible de constater la diversité des formes du sentiment nostalgique et de son expression. On pense par exemple au mouvement rétro[2] dont les médias se nourrissent tant dans leurs contenus que dans leurs formes, oscillant entre pastiche, hommage et recyclage. Quels sont les dispositifs médiatiques à l’œuvre pour soulever le sentiment nostalgique, et comment les analyser ? Pour Svetlana Boym[3] et Hartmut Rosa[4], la nostalgie est l’une des composantes inhérente au progrès et à la modernité. La banalisation du sentiment nostalgique dans les médias doit-elle alors être comprise comme un biais incontournable de l’appréhension médiatique du passé? Par ailleurs, la nostalgie s’insère dans le chantier plus large de l’étude des discours mémoriels dans les productions médiatiques.

Les multiples liens entre médias et mémoire ont déjà été explorés dans de nombreuses études. Dans ses travaux, l’historienne Isabelle Veyrat-Masson[5] a successivement analysé l’histoire à la télévision française et les affrontements mémoriels dans les médias. Katharina Niemeyer[6] a quant à elle posé la question de l’écriture de l’histoire dans et par la télévision, interrogeant en particulier les commémorations d’événements. Nourrie des écrits fondateurs de Pierre Nora[7] sur la mémoire, elle envisage le journal télévisé comme un « lieu-de-mémoire-en-mouvement ». Loin d’être de simples vecteurs du passé, les médias seraient de véritables « opérateurs de mémoire »[8], des interprètes contribuant à la constitution des représentations collectives du passé, et en mesure de concourir à la mythologisation du passé.

Dans le sillon de ces études, nous souhaitons prolonger la réflexion sur les interactions entre médias, mémoires et nostalgies autour de la notion spécifique de l’âge d’or. A l’origine, il désigne le mythe du premier âge de l’humanité relaté par Hésiode, âge caractérisé par un imaginaire de paix et de bonheur insubmersibles. L’étonnante plasticité de ce mythe lui a permis, traversant le temps et les traditions, de se muer en lieu commun pour qualifier une période d’apogée révolue, source immuable d’idéalisation et de sentiment nostalgique. L’âge d’or est donc toujours construit a posteriori : il sous-tend en creux une rupture avec le temps présent habitée par l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement par rapport au passé.

L’enjeu de cette journée d’étude sera donc d’interroger les processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans et par les médias. Certaines représentations médiatiques du passé tendent en effet à mythifier des périodes historiques ; il s’agit de fait d’une forme de sélection et de construction mémorielle qui repose sur une perception sublimée du passé. Ces discours et mises en scène se déploient à travers des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé, contribuant ainsi à la diffusion et la popularisation de ces intangibles âges d’or. Ces mythes d’âges d’or peuvent se rapporter à une période tout entière – les Trente Glorieuses, La Belle Epoque, les années folles, etc. –, à des objets et des pratiques médiatiques plus spécifiques – l’âge d’or de la presse quotidienne ou de la radio familiale –, ou à des courants culturels et à leur production – l’âge d’or du cinéma hollywoodien, du roman populaire ou de la fiction historique à la télévision.

L’âge d’or peut être appréhendé à travers diverses approches conceptuelles. Se pose en premier lieu la question des enjeux sous-tendus par le recours à un passé magnifié. Ce regard spécifique porté sur le passé émane-t-il d’un jugement critique du temps présent et d’une méfiance envers le futur ? Les mass medias seraient-ils un lieu privilégié de l’expression de mythes de l’âge d’or ? Les médias instrumentalisent-ils les âges d’or pour asseoir leurs propres légitimations ? Est-il possible d’identifier des groupes porteurs de ces mémoires idéalisées de temps passés, et quels sont les modalités et les objectifs de leurs constructions mémorielles ? La variété des représentations et des dispositifs nostalgiques invite également à d’interroger sur les mécanismes et les processus dont il est fait usage : quelles sont les rhétoriques discursives et médiatiques à l’œuvre ? Est-il possible de définir les pratiques nostalgiques de l’âge d’or dans et par les médias ?

Cette journée d’étude consacrée à l’âge d’or dans les médias souhaite ouvrir la discussion à toutes les formes médiatiques – de l’information à la fiction – ainsi qu’à tous les supports. Les productions contemporaines seront interrogées, en remontant jusqu’au début du XXe siècle. Les périodes représentées, en revanche, peuvent être plus lointaines; nous espérons recueillir des propositions couvrant au moins les XIXe et XXe siècles – la Belle Epoque constitue un exemple pertinent de remémoration idéalisée a posteriori d’une époque révolue.

> Axes thématiques suggérés :

– Représentations et reconstructions idéalisées du passé dans et par les médias
– Les « formats » de l’âge d’or : anthologies, commémorations, souvenirs médiatiques…
– Les dispositifs et processus nostalgiques dans les médias
– Les enjeux et stratégies médiatiques d’invitation à la nostalgie d’un âge d’or
– L’âge d’or des médias : âge d’or du cinéma, de l’affiche publicitaire, de la télévision, etc.

Comité scientifique

Karine BERTHELOT-GUIET, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Hugh DAUNCEY, FMRG, Newcastle University
Christian DELPORTE, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Katharina NIEMEYER, CARISM, IFP-Université Panthéon-Assas
François ROBINET, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Julien TASSEL, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Christopher G. TINKER, FMRG, Heriot-Watt University


[1] Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.),  Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, Quadrige/PUF, 2010, notice « Nostalgie » par Sylvain Venayre.

[2] REYNOLDS, Simon, Rétromania, Marseille, Le Mot et le Reste, 2012.

[3] BOYM, Svetlana, The future of nostalgia, New York, Basic Books, 2001.

[4] ROSA, Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La découverte, 2010.

[5] VEYRAT-MASSON, Isabelle, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran. Paris, Fayard, 2000.

[6] NIEMEYER, Katharina, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001. Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire. Lausanne, Antipodes, 2011.

[7] NORA, Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

[8] MERZEAU, Louise et WEBER, Thomas (dir.), Médias et mémoire, Paris, Avinus, 2010.

 

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Appel: Au-delà des frontières : Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

fantasy sci fi 

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières :

Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

(XXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Université Bordeaux Montaigne

 

clare.u-bordeaux3.fr

telem.u-bordeaux3.fr

 

15-16-17 octobre 2014

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)

Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac)

 

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? »[2].

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[3], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[4] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[5].

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

 

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

 

Les propositions de communication (2000 signes maximum; format word, police time new roman, taille 12) seront à envoyer avant le 1er mai 2014 au comité scientifique :

d.gachet@orange.fr ; natvd@cegetel.net ; flonicoplet@free.fr

 

Les communications seront limitées à 25 minutes par participant.

 

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

 

Écrivains invités (selon leurs disponibilités)

– Pierre Bordage

– Lionel Davoust

– Laurent Queyssi

– Xavier Mauméjean

 

 

Partenaires :

Région Aquitaine

Mairie de Bordeaux

Service culturel Université Bordeaux-Montaigne

Association du CERLI

Association Modernités médiévales

 

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora » Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

 

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

Enregistrements audio et vidéo consultables sur :
http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=1236

 


[1]              Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.

[2]              Ibid.

[3]              Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.

[4]              Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[5]              Ibid.