Archives de catégorie : Appels

Appel: Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques (10-11 mai 2012)

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

CFP « À la recherche des publics populaires » (English/Français)

Appel à communications

« À la recherche des publics populaires »

Colloque international et interdisciplinaire

Centre de recherche sur les médiations

Nancy jeudi 20, vendredi 21 octobre 2011

Avec la participation, en tant que conférenciers-invités, de Valérie Devillard (MCF HDR, Université Paris 2), Sébastien Rouquette (MCF HDR, Université Clermont- Ferrand 2) et John Storey (Pr, University of Sunderland, GB).

Qu’il s’agisse d’électeurs ou d’usagers de dispositifs médiatiques, artistiques, institutionnels ou techniques, les publics populaires sont au cœur des débats sur les évolutions contemporaines de nos sociétés. Témoin, entre autres préoccupations, celles engendrées par l’essor dans toute l’Europe, au tournant des XXe et XXIe siècles, de formes nouvelles de populisme, souvent associées à des revendications régionales ou à un paradigme nationalitaire, en réaction à la mondialisation économique et culturelle. De même, des genres médiatiques en vogue, comme la télé-réalité ou le people en presse écrite écrite ou à la télévision, d’une part, et les réseaux sociaux sur Internet, d’autre part, contribuent à ériger la popularité en valeur souveraine: ils mettent en scène un succès mesuré au nombre de SMS envoyés, d’« amis » enregistrés ou de visionnements effectués, par-delà toute distinction de genre, sexualité, classe sociale, revenus ou origine, et promettent ainsi une visibilité potentielle à tout type de citoyens, conditionnée par la seule vox populi. Au point que certains analystes suggèrent que les formations partisanes traditionnelles s’inspirent du style populaire de tels dispositifs participatifs et encouragent les mêmes formes d’ « intelligence affective » pour promouvoir l’engagement politique et redynamiser l’espace public (Van Zoonen, 2004, 2005 ; Corner, Pels, 2003). Reste que, savants ou profanes, les regards sur les publics populaires oscillent entre la célébration – pour autant que le populaire soit un gage d’authenticité ou de démocratie – et la dépréciation – les publics populaires étant, dans une perspective critique, confondus avec des masses aliénées tantôt craintes, tantôt plaintes.
Depuis près de deux siècles, la définition du public fait l’objet de multiples débats en histoire, philosophie ou sociologie. De plus, depuis les trois dernières décennies surtout et grâce, notamment, aux Cultural Studies, des efforts ont été déployés dans divers champs scientifiques pour mieux prendre en compte les publics en général, en tentant de « faire entendre [leur] voix », au lieu de se contenter de parler d’eux ou en leur nom (Dayan, 1992). Aussi le temps est-il non seulement venu de dresser un bilan interdisciplinaire des connaissances accumulées sur les publics en général mais de questionner plus précisément la notion de « public populaire ». Cette dernière mérite une analyse spécifique car elle combine deux termes radicalement équivoques :

le « public », politique, culturel et/ou médiatique, qui ne peut être saisi en antécédence ou en extériorité aux performances qui le visent (Pasquier, Cefaï, 2003) ; le « populaire », tour à tour référé au « grand » public, dans une logique de marché, essentiellement, assigné aux couches les moins favorisées (économiquement, socialement, ou en termes de capital scolaire) dans le cadre d’une sociologie de la domination (Bourdieu, 1979), ou suivant une inspiration gramscienne, défini sur un mode contrastif par des jeux d’alliances contre-hégémoniques, constamment renégociés (Hall, 1977 ; Fiske, 1987, 2000).

En adéquation avec le programme d’étude des publics initié par le Centre de recherche sur les médiations (CREM), l’objectif de ce colloque en deux parties est donc de dénaturaliser la notion de «public populaire» en la mettant à l’épreuve des différentes approches disciplinaires qui l’ont prise en charge : sociologie des médias, science politique, histoire, analyse du discours, théories de l’argumentation, analyse des usages des TIC, esthétique, ethnographie, sciences de l’information et de la communication, sociologie et histoire de l’art ou de la littérature.
Mais il s’agit en outre de l’interroger à nouveaux frais, eu égard aux évolutions économiques, sociales et technologiques récentes, à l’heure où l’éclatement des modèles culturels et la fragmentation des modèles de consommation semblent annoncer la fin des « masses » et dès lors que les usages de l’Internet brouillent la division entre producteurs et consommateurs de contenus, promeuvent des « communautés virtuelles » dont la nature même peut être interrogée (Allard, 2008) et suggèrent un élargissement de la participation « profane » aux propositions politiques, artistiques ou informationnelles.
Rédigées en français ou en anglais, les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’une ou l’autre des deux éditions du colloque, et répondre aux questions corrélatives.

Ière partie : « Faire peuple » (20-21 octobre 2011)

Ce volet est consacré aux stratégies de constitution des publics populaires : –    Comment certaines stratégies, qu’elles soient politiques, commerciales, culturelles, ou médiatiques, individuelles (sur la Toile par exemple) ou collectives, professionnelles ou profanes, visent-elles à construire un ou des public(s) populaire(s)? Par exemple, des politiques d’action publique peuvent être tournées vers le plus grand nombre. Reste à savoir quels signes, dans la conception des messages publics, sont censés garantir l’intérêt de ce « plus grand nombre ». –    Selon les domaines envisagés, quels sont les logiques et les enjeux particuliers des procédés de mobilisation de publics spécifiquement populaires ? Sachant, il va de soi, que le découpage social mis en scène – « les paysans », « la classe ouvrière », la « banlieue », les « quartiers », entre autres exemples – prête lui-même à discussion.
–    Quelles questions l’exportation des logiques de captation des publics populaires d’un monde social vers un autre soulève-t-elle? On pense par exemple aux débats engendrés par la « tabloïdisation » ou la « peopolisation » de l’information et de la communication politique.
– Que nous enseignent les approches dites opérationnelles – marketing, sondages mesures d’audience (Meadel, 2010) –, souvent contestées par les sciences sociales (Champagne, 1990, Blondiaux, 1998), sur les publics populaires ou, à tout le moins, sur les croyances à leur propos ?

Cette première partie peut aussi comprendre des études de cas sur la perception de dispositifs spécifiques d’« appel au peuple ». Ainsi, en politique, les acceptions contrastées de la notion de populisme sont-elles emblématiques de l’ambivalence du regard posé sur les publics populaires : en tant que prise en charge de thèmes et de valeurs censés déclencher une adhésion populaire, le populisme est généralement interprété, en Europe occidentale et aux États-Unis, comme une dérive démagogique, mais en Amérique latine, plus particulièrement, il peut être perçu, à l’inverse, de façon positive comme un principe d’intégration permettant de construire la communauté et par là même le politique (Laclau, 2008).

IIe partie : « Être peuple » (octobre 2012)

Seront ici envisagés les publics populaires en eux-mêmes, dans leur composition ou du point de vue de leurs membres :
–    Suivant une perspective diachronique, quelles transformations des publics populaires peut-on observer ? En d’autres termes, quels ont été et quels sont aujourd’hui les publics populaires ? À quoi se reconnaît un public populaire ? N’est-il tangible qu’à des moments historiques précis, lors d’épisodes insurrectionnels par exemple, à l’instar, dernièrement, des soulèvements du « Printemps arabe » de 2011 ? Ou des publics populaires peuvent-ils concrètement se constituer et perdurer à partir de sollicitations médiatiques (dans le cas des fans d’un feuilleton, par exemple), culturelles (dans une logique de démocratisation de l’art) ou politiques (de la part de leaders ou de formations ou se voulant proches du peuple) ?
–    À travers leurs interprétations et leurs attitudes, quelles réponses les usagers apportent- ils aux stratégies de mobilisation d’un ou des public(s) populaire(s) ? Autrement dit, que font exactement les publics populaires ?
–    Quels sont les types d’auto-reconnaissance des publics populaires ? Et quels sont les enjeux économiques, politiques ou sociaux de cette reconnaissance d’un public populaire par lui-même ? Ainsi pourra-t-on s’intéresser, entre autres, à la façon dont, à partir d’un centre d’intérêt commun, des internautes peuvent développer des formes de sociabilité spécifiques par le biais de forums, groupes de discussion, sites collaboratifs (de « fanfictions » par exemple) ou invitations au partage d’expériences de tous ordres par le biais des réseaux sociaux. Il conviendrait du coup de se pencher sur les tentatives déployées par des acteurs économiques ou politiques pour se greffer, avec plus ou moins de bonheur, sur ces nouvelles formes de sociabilité.
– La constitution depublics populaires est-elle ou non remise en cause par l’augmentation supposée des individualismes de tout crin, d’un côté, et par l’affirmation de « communautés virtuelles » de l’autre ?
–    Quels rôles les publics populaires remplissent-ils dans l’espace médiatique et social ?
Les restitutions d’études empiriques originales seront les bienvenues, sachant que les propositions comparatives interdisciplinaires seront plus logiquement en adéquation avec la transversalité scientifique de cette manifestation. De plus, compte tenu des questions épistémologiques soulevées par le thème retenu, le comité scientifique de ce colloque sera particulièrement sensible à toute approche épistémologique pouvant contribuer à une réflexion commune sur les méthodes, outils et modèles théoriques les plus adaptés pour penser, aujourd’hui, les publics populaires.
Rédigées en français ou en anglais, les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’une ou l’autre des deux éditions du colloque, et répondre aux questions corrélatives.

Publication des actes

Titre provisoire : À la recherche des publics populaires, 300 pages, octobre 2013, 2 volumes : t.1 « Faire peuple », t.2 « Être peuple », Presses universitaires de Nancy (PUN). Les textes seront sélectionnés par un comité éditorial et soumis à expertise externe.

Comité scientifique

Eduardo Cintra Torres (Pr, Universidade Católica Portuguesa, Lisbonne, CECC), Jamil Dakhlia (MCF-HDR, Nancy 2/CREM), Annik Dubied (Pr, Université de Genève), Béatrice Fleury (Pr, Nancy 2/CREM), Cécile Méadel (Maître de recherche, Ecole des Mines/CSI), Vincent Goulet (MCF, Nancy 2/CREM), Céline Ségur (MCF, Nancy 2/CREM), Ernesto Laclau (Pr, University of Essex, GB), Isabelle Veyrat-Masson (D.R. Laboratoire Communication et politique, CNRS), John Storey (Pr, University of Sunderland, GB), Jacques Walter (Pr, UPVM/CREM).
Comité d’organisation
Cécile Bando (MCF, Université Nancy 2/CREM), Jamil Dakhlia (MCF HDR, Université Nancy 2/CREM), Stéphanie Hurez (Ingénieur de recherche, Université Nancy 2-CREM), Delphine Le Nozach (ATER, Université Nancy 2/CREM)

Date limite de soumission pour le Ier volet du colloque : 20 juin 2011

Les propositions de communication (résumé de 400 mots), assorties d’un bref CV, sont à
adresser à Jamil Dakhlia (jamil[point]dakhlia(at)univ-nancy2[point]fr
Chaque résumé doit comporter un titre. Merci par avance d’indiquer votre nom dans l’objet de
votre mail et vos coordonnées précises dans votre message : statut académique, institution de
rattachement (enseignement et/ou recherche), adresse électronique, numéro de téléphone,
adresse postale).

Durée prévue des communications : 20 min.

Réponse aux auteurs : 30 juin 2011

« Looking for Popular Publics »

Part I “People Making”

International Interdisciplinary

Conference Centre de recherche sur les Médiations (CREM, University Paul Verlaine of Metz)

Université of Nancy 2 (Nancy) October 20-21, 2011

With the kind participation of Valérie Devillard (MCF HDR, Université Paris 2), Sébastien Rouquette (MCF HDR, Université Clermont-Ferrand 2) and John Storey (Pr,
University of Sunderland, GB) as keynote speakers.

As voters or media, arts, institutional or technological audiences, popular publics are at the
heart of the debates on the contemporary changes in our societies, as testified by the concerns
generated at the turn of the 20th and 21st centuries about the rise of new forms of populism
across Europe, often linked to claims to a regional or nationalistic paradigm in response to
economic and cultural globalization 2005; Corner, Pels, 2003). Nevertheless, may they be scholarly or commonplace, the outlooks about popular publics fluctuate between celebration – insofar as popularity is understood as a guarantee of authenticity or democracy – and depreciation, popular publics being, in a critical perspective, mistaken for alienated, sometimes feared, sometimes pitiful, masses.
In line with the new research program about publics started up by the CREM (Centre de recherche sur les médiations), this international conference in two parts aims at denaturalizing the notion of « popular public » by putting it to the test of the various disciplines which embraced it : media and communication studies, political science, history, discourse analysis, argumentation theory, aesthetics, ethnography, sociology, history of literature or art. What is at stake is also its new range of implications with regard to the recent economic, social and technological changes, now that the collapse of cultural and consumption patterns seems to indicate the end of the « masses » and since the uses of Internet blur the division between content producers and consumers, promote » virtual communities  » whose nature must be addressed (Allard, 2008) and suggest a growing unskilled participation in political, artistic or informational proposals.
Written in French or English, the proposals may fall into one or other of the two editions of the conference, and meet the consequential issues.

Similarly, recent media genres such as reality TV or celebrity news, on the one hand, and “social” networks on the Internet, on the other hand, help set the popularity as a supreme value: they stage a success measured by the number of SMS sent, « friends » or viewings registered. Moreover, they promise to any citizen, no matter his/her gender, sexual orientation, social class, income or ethnic group, a potential visibility solely based on vox populi.
To such an extent that some analysts suggest the traditional political constituencies should take a leaf out of the popular style of those participatory entertainment formats and encourage the same forms of « emotional intelligence » in order to promote political commitment and revitalize the public space (Van Zoonen, 2004-2005; Corner, Pels, 2003). Nevertheless, may they be scholarly or commonplace, the outlooks about popular publics fluctuate between celebration – insofar as popularity is understood as a guarantee of authenticity or democracy – and depreciation, popular publics being, in a critical perspective, mistaken for alienated, sometimes feared, sometimes pitiful, masses.
In line with the new research program about publics started up by the CREM (Centre de recherche sur les médiations), this international conference in two parts aims at denaturalizing the notion of « popular public » by putting it to the test of the various disciplines which embraced it : media and communication studies, political science, history, discourse analysis, argumentation theory, aesthetics, ethnography, sociology, history of literature or art. What is at stake is also its new range of implications with regard to the recent economic, social and technological changes, now that the collapse of cultural and consumption patterns seems to indicate the end of the « masses » and since the uses of Internet blur the division between content producers and consumers, promote » virtual communities  » whose nature must be addressed (Allard, 2008) and suggest a growing unskilled participation in political, artistic or informational proposals.
Written in French or English, the proposals may fall into one or other of the two editions of the conference, and meet the consequential issues.

Guidelines for authors (Part I)

Each abstract should contain a title. Please put your name in the subject of your mail, and your further references in the mail message (affiliation, university or institution, e-mail, phone number, address). Papers are allotted 20 minutes (+ 10 minutes for discussion) Reply to authors: June 30, 2011.

Editorial policy
Working Title: À la recherche des publics populaires “Looking for Popular Publics”, 300 pages, October, 2013, 2 volumes: t.1 « People Making », t.2 « Being People », Presses Universitaires de Nancy (PUN).
The papers will be selected by an editorial board and submitted for review by specialists, within the modality of anonymity.

Research Committee:

Eduardo Cintra Torres (Pr, Universidade Católica Portuguesa, Lisbon,CECC), Jamil Dakhlia (MCF-HDR, Nancy 2/CREM), Annik Dubied (Pr, Université de Genève), Béatrice Fleury (Pr, Nancy 2/CREM), Cécile Méadel (Maître de recherche, Ecole des Mines/CSI), Vincent Goulet (MCF, Nancy 2/CREM), Céline Ségur (MCF, Nancy 2/CREM), Ernesto Laclau (Pr, University of Essex, GB), Isabelle Veyrat-Masson (D.R. Laboratoire Communication et politique, CNRS), John Storey (Pr, University of Sunderland, GB), Jacques Walter (Pr, UPVM/CREM).

Organising Committee:

Cécile Bando (MCF, Université Nancy 2-CREM), Jamil Dakhlia (MCF HDR, Université Nancy 2-CREM), Stéphanie Hurez (Ingénieur de recherche, Université Nancy 2-CREM), Delphine Le Nozach (ATER, Université Nancy 2-CREM).

Cfp: Cultural Studies and the Popular

Cultural Studies and the Popular

American University of Paris, 1-2 July 2011

Throughout its history, Cultural Studies has maintained an uneasy relationship with the concept of the ‘popular.’ Seen by many as an intellectual-political project defined by its engagement with popular culture, cultural studies has just as frequently sought to differentiate itself from those who celebrate the power of contemporary media and culture. Thirty years after the publication of Stuart Hall’s seminal essay ‘Notes on Deconstructing the Popular’, we are seeking participants interested in examining the importance of the popular for Cultural Studies today. While recent years have witnessed the return of populist political and cultural movements, does the concept of the popular still serve as a tool for understanding contemporary social struggles? Is the concept still a useful tool for understanding and engaging with the intersection between scholarly research and politics or has its usefulness been eclipsed by other terms that more adequately address a new conjuncture?

Topics of interest may include but are not limited to the following:

* Analytical, critical, and political usefulness of “the popular” concept

* The popular and digital collaboration

* The popular and contemporary conservative or progressive social movements

* Social media and “popular democratic cultural force[s]”

*The popular and consent

*Empirical examples of articulations between popular culture and popular democratic actions

*People-power as Regime Change

*Networked Populism

*Theoretical advances on the popular

This conference will take place on July 1 and 2, 2011 at the American University of Paris in Paris, France. Those interested in participating are asked to submit their name, a short bio and a 400 word abstract for their proposed presentation.

We are also open to alternative forms of presentation, including roundtables or pre-constituted panels. Please send abstracts to aupconf@yahoo.com

Conference organizers: Mark Hayward and Jayson Harsin

Appel à contributions urgent, Revue des livres pour enfants.

Nous transmettons cet appel à contribution urgent à destination des universitaires, chercheurs et doctorants, dans la mesure où il peut intéresser bien des spécialistes de littérature populaire et culture médiatique. Toute contribution est la bienvenue dès lors qu’elle porte sur les littératures et cultures de jeunesse (y compris dans leurs formes délégitimées).

Appel à contributions/urgent

Chercheurs/doctorants.

La BNF/JPL (Bibliothèque Nationale de France/Joie Par les Livres) prépare, comme chaque année, le dossier de La Revue des livres pour enfants intitulé « Libre parcours » qui rassemble quelques articles (5 ou 6) de spécialistes (critiques, chercheurs, doctorants…) de la littérature pour la jeunesse française ou internationale (approche spécifique ou comparative d’un genre, d’un grand auteur (illustrateur), d’un éditeur, d’un type de support, de pratiques littéraires et culturelles, ou d’une œuvre du patrimoine classique et contemporain). Le principe auquel la revue tient est celui de la diversité des entrées (c’est-à-dire des domaines de recherche).

Les lecteurs de la revue ne sont pas des universitaires mais des professionnels du livre et de la lecture. Il s’agit donc d’articles de synthèse vulgarisée de travaux de recherche.

Le volume des articles est de 16 000 signes et ils sont à rendre pour le 9 mai. Les auteurs sont rétribués forfaitairement.

Ce numéro de la revue est tiré à 4000 exemplaires. Universitaires, chercheurs et doctorants sont les bienvenus.

Les propositions de contributions sont à transmettre très rapidement à Annick Lorant-Jolly, rédactrice en chef de la revue: annick.lorant-jolly@bnf.fr

Call / Appel de la Coordination (26-27 mai 2011)

Vos recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports ?

english version

Ces récits  et leurs usages, nous en sommes certains, sont au cœur de l’imaginaire partagé moderne et contemporain et méritent qu’on les étudie avec rigueur et sans préventions de principe, dans une optique résolument pluridisciplinaire et intermédiale. D’où notre appel, sans exclusives à des convergences inédites, et notre proposition : celle de fonder dès le printemps une Association internationale de chercheurs, à partir de synergies existantes et de projets en cours.

Contexte institutionnel : les animateurs de la Coordination internationale des chercheurs en Littératures Populaires et  Culture Médiatique, fondée en 1997, n’avaient pas pris jusqu’à présent le parti d’une structuration formalisée sur le plan juridique (a minima par exemple grâce au statut français des associations régies par la loi de 1901).
Cette Coordination, souple et conviviale, en son nom propre ou en soutenant les initiatives de certains de ses piliers institutionnels, a contribué par exemple entre autres aux succès des rencontres de travail de Louvain (1999) sur la culture médiatique, de Limoges (2003) sur le genre en régime médiatique, ainsi qu’aux multiples colloques internationaux organisés par l’équipe LPCM de Limoges (1998, 2002, 2006/2007) ; elle a suscité la création de la revue électronique à comité de lecture Belphégor qui a mis en ligne  19 numéros depuis 2001.
Lors de la dernière assemblée du réseau, en avril 2010, à l’occasion du colloque international de Leeds « Finding the plot. On the importance of storytelling in popular fictions » (coorganisé par l’équipe LPCM de Limoges et le Popular Cultures Research Network de l’Université de Leeds), l’ensemble des présents a jugé nécessaire de donner plus de visibilité institutionnelle à nos activités et surtout d’impulser de nouvelles dynamiques de coopération, en suscitant échanges et rencontres sur une base internationale plurilingue élargie.
Démarche : L’équipe de Limoges a été mandatée pour mettre en place un portail web qui a vocation à se faire le relais de vos initiatives, publications, projets… et pourrait également accueillir des débats. Vous pouvez dès à présent à vous emparer de cet outil collaboratif de liaison, quel que soient vos choix sur nos propositions et perspectives, en utilisant le formulaire de suggestion. Mais nous vous proposons plus!
 

Nos propositions en 4 points : une association formalisée; un musée en ligne; une base de données; un consortium de recherche.

1) Fédérer  sur une base internationale les chercheurs en Littératures populaires et Culture médiatique en créant une Association, dont le nom exact n’est pas arrêté et pourra bien sûr faire l’objet de débats entre tous les membres fondateurs. Nous désignons ce projet, de manière conservatoire, par le tandem terminologique choisi voici une quinzaine d’années. Ce tandem soulignait d’une part la nécessité de conjoindre scientifiquement l’étude des récits imprimés de grande consommation  liés à « la civilisation du journal » et à « l’âge du papier » à celle de leurs avatars audiovisuels multimédiatiques plus contemporains, impliquant écrans grands et petits. Il entendait d’autre part appeler à une vision plus englobante et pluridisciplinaire de la circulation des représentations et des usages culturels en régime mass médiatique, à laquelle pourraient contribuer, en croisant leurs regards et leurs méthodologies, des historiens de la littérature, du livre, de l’édition, de la culture des médias mais aussi des sociopoéticiens du texte ou de l’image, des sociologues de la culture, des spécialistes de l’information-communication ou d’études culturelles  scrutant les récits multimédiatiques et leurs pratiques de « réception »…

La création de cette Association est prévue à Limoges les 26 et 27 mai 2011, à l’occasion d’une des séances du séminaire international « Les Littératures populaires en France aujourd’hui » consacrée le 26 mai à la littérature fantastique (conférence de Denis Mellier). Nous espérons vivement que cette initiative suscitera votre intérêt et que vous nous accompagnerez dans cette entreprise  en participant à l’Assemblée générale constituante ou, à défaut, en  marquant même à distance votre volonté de vous inscrire d’emblée dans le cercle des fondateurs.

2) Doter l’Association à sa naissance d’un outil de valorisation des recherches multiples menées en son sein. L’équipe LPCM de Limoges propose de tirer parti de l’existence du musée virtuel « Popular roots of european culture ».

Ce musée virtuel a été conçu dans le cadre du programme « EPOP : Popular Roots of European Culture through Films, Comics and Serialized Literature », lauréat d’un appel à projets de la commission européenne dans le cadre du Culture Programme  2007-2013. Il pourrait constituer en quelque sorte la collection permanente d’un espace muséographique en ligne, qui aurait vocation à accueillir  en sus régulièrement des expositions temporaires thématiques, proposées  par les membres de l’Association en fonction de leurs recherches en cours ou abouties qu’ils voudraient exposer «  en vitrine » à destination d’un large public. Très bientôt, l’équipe de Limoges fêtera ainsi à sa manière le centenaire de Fantômas en proposant dans une nouvelle interface encore plus ergonomique et séduisante pour le visiteur une exposition sur le Maître de l’effroi à la Belle Epoque. Nous proposons de mettre en place un Conseil scientifique pluripartite pour piloter ce musée, à qui il incomberait entre autres d’évaluer les projets soumis, d’adouber les commissaires d’exposition et d’arrêter la programmation.

3) Mettre en place une base de données de grande ampleur : Pour permettre de manière inédite des recherches de grande ampleur et de tous ordres sur la circulation transnationale des récits multimédiatiques (impliquant transferts culturels, logiques médiatiques, adaptations, traductions et appropriations, jeux d’acteurs du pôle de la production comme des publics en leurs pratiques culturelles éclectiques… ), nous avançons enfin le projet de collaborer à la mise en place d’un «silo de données » en open source sur les fictions populaires. Le contenu de cet entrepôt de données, interrogeable par requêtes multicritérisées, serait exploitable scientifiquement en toute autonomie par les différents contributeurs de cette entreprise collective de longue haleine, et les résultats pourraient être retranscrits si nécessaire automatiquement sous des formes graphiques ou spatialisées.

Lors de la rencontre de Limoges des 26 et 27 mai 2011, nous tenterons à l’appui de cette proposition de présenter quelques  courts exposés de travail visant à suggérer l’intérêt de recourir à de tels outils, qui devraient permettre de discerner et de penser, dans une optique de « distant reading » (Franco Moretti), nos traditionnels objets d’étude selon des perspectives renouvelées. Dans le cadre du projet EPOP précédemment évoqué, la construction d’une base de données a en effet été engagée grâce aux ressources locales en ingénierie informatique. Nous visons actuellement à en optimiser le fonctionnement pour la rendre pleinement opérationnelle et nous nous confrontons à toutes les exigences  liées au moissonnage automatique des données à partir du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France, qui a marqué sur le principe son intérêt pour une telle exploitation : par ces tests et ces  tâtonnements expérimentaux, que nous pourrons si nécessaire exposer en mai, nous pensons préparer le terrain au projet ultérieur plus ambitieux de « silo » (offrant des garanties supérieures en termes d’interopérabilité et de pérennité des données stockées), en mesurant certains des enjeux théoriques et méthodologiques de ce type de démarche.

4) Constituer un consortium de recherche : L’équipe LPCM de Limoges souhaite poursuivre le  travail au long cours initié par le projet EPOP sur la circulation en Europe des fictions de grande consommation et pour ce faire, en vue de répondre à  court ou moyen terme à des appels à projets nationaux (ANR française) ou internationaux (PCRD européen), ambitionne de s’allier à des partenaires en constituant  un consortium de recherche.

Si certaines des  4 propositions présentées ci dessus, comme le portail LPCM, retiennent votre attention, nous aurions  plaisir à le savoir dans les semaines à venir, car nous espérons que la création de l’Association à la fin mai provoquera des synergies nouvelles.

Nous vous invitons d’ailleurs  en ce sens à faire largement circuler cet appel au sein de vos réseaux de travail.

Pour tous contacts avec l’équipe LPCM de Limoges, organisatrice de la rencontre de mai 2011:

jacques.migozzi@unilim.fr
irene.langlet@unilim.fr
loic.artiaga@unilim.fr
f.pagello@gmail.com

La gare de Bénédictins en l’an 3000. Photomontage par F. Boumediene, université de Limoges. Droits réservés.

States of Crime: prolongation de l’appel

States of Crime: The State in Crime Fiction

Fourth Interdisciplinary Conference of the Atlantic Alliance of Universities (NUI Galway, UL, UCC, QUB) Crime Genre Research Group

17th-18th of June 2011, Queen’s University, Belfast.

Call for papers/ Appel à contribution

Deadline/ Date limite: PROLONGATION DE LA DATE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 28 FEVRIER 2011

Keynote Speaker: Professor Dominique Kalifa, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

Guest Writers: Eoin McNamee, David Peace

This conference examines crime fiction through the various manifestations of its relations to the State. State institutions are unlike other protagonists in criminal affairs, due to their monopoly of legitimate violence and have hitherto received comparatively little attention in literary criticism. Yet, shadows of the state apparatus loom large over crime fiction, both within the narration and as a referential background. The emergence of the detective novel mirrors historically the advent of the modern police state. It reflects the creation of an organised network of surveillance and control. Poe’s ‘The Purloined Letter’

conceals a State affair. The genre has often been shown to display securitarian tendencies. The detective, either himself an agent of the State or a “private eye” objectively fulfilling the role of an auxiliary of justice, classically pursues not only the punishment of deviant individuals, but the restoration of order. At the same time, distinctions between exponents of State order and criminals have been blurred since the origins and the figure of Vidocq. In a similar fashion to Hugo’s couple Valjean/Javert and Dostoievsky’s Raskolnikov/ Porfiri Petrovitch, crime readers’ sympathies have often veered towards the criminal rather than the State. Evolutions within the genre, in the wake of WWI, the Russian revolution and the American Great Depression, have introduced a more explicit critique of State corruption, and of the surrender of public bodies to private interests, lobbies, and organised crime. Post WWII, the “Noir” has accrued its counter cultural credentials with a critique of State oppression, cultural domination, silencing of minorities, and racial and sexist discrimination.

Much contemporary crime fiction continues to buttress the authority of the State but at the same time an increased political radicalisation of the genre has developed worldwide in the context of decolonisation and the Vietnam War.

Marxist, Anarchist and Post-Situationist crime fiction authors have explored the genre’s subversive potential, while experiencing its constraints and contradictions. As crime fiction’s geo-politics reach has expanded, the generic boundaries separating crime, thriller and espionage fiction have been called into question, along with the State’s ability to control its territorial borders and the distinction between domestic and international securitization.

One of the aims of this conference is to compare different international approaches to the State in Crime Fiction within their various historical, national and political contexts. To what extent do different state traditions (i.e. Scandinavia, Italy, the US, the German Democratic Republic) find an echo in crime literature and films produced in their respective area? To what extent do these different state traditions produce distinctive crime fictions? What are the various purposes served in representing the State, and how much do they differ in a federal State, a decentralised State, or a popular democracy? In a one-party state, a Republic and a constitutional monarchy ? Do cultural transfers in the genre reflect such differences? How far is crime fiction – a genre that has developed in consort with the consolidation of the modern State – able to challenge political domination, debunk the ideologies of public discourses, uncover State secrets and revisit official history?

We invite papers in English which discuss, from a range of disciplines all aspects of such questions or deal with some of the following points (the list is by no means exhaustive), in any given literature and country, or in international comparison:

*  Crime fiction and Democracy

*  State culture and literary traditions

*  The State and civil society: neutral umpire or capitalist vehicle?

*  Public vs private: the State as gendered domain?

*  Racism and antiracism

*  Securing the city: race, ethnicity, class and the police

*  Police procedurals and the police

*  State crimes and State affairs

*  State responsibility in war crimes, crimes against Humanity, and Genocide

*  Antiterrorism and State terror/coercion

*  Decolonization and postcolonial crime fiction

*  Hobbes, Marx, Weber, Foucault, and Deleuze… Influence of theory on crime fiction.

*  The Politicization of crime fiction

*  Progressivism and Revolution

*  Anarchism, leftism and reactionary politics

*  Marxist and Situationist crime fiction: a contradiction ?

*  The Noir as “committed” literature : roman noir and engagement

*  Public utilities and general interest

*  The shrinking State: privatisation and the end of the welfare State

*  Dismantlement of the social state and the rise of corporate interests

*  Crime Fiction in the age of advanced financial capitalism

*  Private security agencies and non-elected public authorities

*  Infra-State entities and regional crime fiction

* “Public Choice Theories”, “New Public Management” and “new” forms of governance

*  The Europeanization of the police. Europol, trans-border police cooperation and crime fiction

*  Globalisation and the State.

*  The detective novel in popular democracies

N. B. Papers should be no more than twenty minutes in length.

Conference organisers: Dr. Dominique Jeannerod, French Studies, QUB, and Dr.

Andrew Pepper, English Studies, QUB.

Please send 300-word abstracts of papers to statesofcrime2011@gmail.com by 28th february 2011

A publication of proceedings from the conference is planned.

CFP : 6th Annual Association of Adaptation Studies Conference

The Intellectual Silk Road: Adaptation as Cultural Exchange
6th Annual Association of Adaptation Studies Conference

Yeni Yüzyil University, Istanbul, Turkey
29-30 September 2011

In recent years there have been movements to establish what might be described as ‘the new Silk Road,’ which will help improve trade routes
between countries in Africa, the Middle East, Latin America and Asia.
In October 2010 the Turkish and Chinese governments signed a new accord, establishing a framework for this new ‘Silk Road’ to be
established. The significance of the Silk Road also extends to the cultural sphere: since 2007 the Turkish city of Bursa has hosted the
Silk Road film festival, dedicated to showing short films and documentaries as well as feature films from countries once involved in
trade on the Silk Road.

The topic of this year’s Association of Adaptation Studies conference will focus on adaptation as a site for cultural exchange, reflecting
the importance of trading activities along the Silk Road as sites for the transmission not just of goods but of ideas and cultures. Possible
issues to be addressed in this conference might include:
• Cross Cultural Theories of Adaptation: does the term ‘adaptation’ have different significances in different cultures?
• Filming Shakespeare or other western canonical authors in nonwestern cultures
• Adaptation as Transmission Between Cultures and Forms (e.g. print, radio, theatre, television, films, and video games, as well as cross-cultural stage and film adaptations)
• The Pedagogy of Cultural Exchange: Interdisciplinary or Cross-disciplinary approaches to teaching adaptation
• Occident and Orient: Adaptations across ‘east’ and ‘west’
• Travel Adaptations, both fictional and nonfictional (documentaries, feature films as well as shorts)
• Adaptation as a form of cultural (re-)negotiation
• The Mass Media and Cultural Exchange: globalization vs. localization
• Autobiography and Cross-Cultural Adaptation

It is hoped that this conference might underline the potential of adaptation studies to create new intellectual Silk Roads across cultures as well as across disciplines. However, we also welcome more general papers on the subject of adaptation studies, focusing on any kind of adaptation ­ film, television, video game, as well as other media.

Venue

Yeni Yüzyil University is a new university (opened in February 2009), established on the European side of Istanbul. It currently boasts ten faculties and two vocational schools. Its location seems especially suitable to the subject of the conference; the city of Istanbul has always been and continues to be a site for cultural, commercial and social exchange. In 2010 it was nominated as European City of Culture.

Proposals

Proposals for presentations (20 minutes max, plus Q & A) are invited to address the issues outlined above, either through individual case-studies or through more general theoretical approaches.

Please send proposals BY APRIL 30, 2011 at the latest to both addresses below:

Prof. Dr. Günseli Sönmez Isçi,
Dean, Faculty of Science and Letters
E-Mail gunseli.isci@yeniyuzyil.edu.tr

Laurence Raw
Baskent University, Ankara
E-Mail l_rawjalaurence@yahoo.com

CFP: Storyworlds across Media Mediality – Multimodality – Transmediality

International Conference Storyworlds across Media Mediality -Multimodality – Transmediality
Du 30 juin au 2 juillet 2011 à la Johannes Gutenberg-University Mainz.

Even though narratology was conceived as a transmedial endeavour from its very beginnings in Russian formalism and French structuralism, most of its more influential models have been – and continue to be – developed in the context of literary criticism and film studies. In contemporary media culture, however, the creation of storyworlds is not limited to literature and traditional feature films. Rather, emerging forms of multimodal and interactive narration, experiments with the distinction between fictional and nonfictional narrative, various forms of intermedial adaptation, and attempts at ‘transmedia storytelling’ create new ways of presenting narrative content, thereby calling attention to the affordances and limitations of different narrative media as well as to their potential for cooperation. The increased interest in the relation between media and narrative sparked by the development of digital technology and the recent proliferation of delivery techniques in the context of media convergence has reinforced the need for an interdisciplinary and transmedial narratology that studies storyworlds across media.
We welcome proposals for papers on the following aspects of storyworlds across media:

– Transmedial narratological concepts: What are the theoretical problems encountered by the project of a transmedial narratology that spans different media?
– To what extent and under what conditions can narratological concepts be applied across narrative media?
– Mediality of Narrative: In what ways is the mediality of pictorial narrative (e.g. paintings, photographs), graphic narrative (e.g. graphic novels), audiovisual narrative (e.g. TV-series, film), and interactive narrative (e.g. computer games) relevant for their specific narrativity?
– Intermedial Relations: How do older media react to the emergence of new media by imitating their techniques or borrowing their resources?
– How do new media start out borrowing the narrative forms of older media but eventually develop their own forms?
– Transmedial Narration: What kinds of specific problems arise from the transmedial representation of characters, events, and storyworlds in the context of adaptations, transmedial storytelling franchises, and other forms of transmedial narration?

Please send proposals (including a 300-word abstract, contact information and a 100-word bio) for 30-minute papers via email (as a PDF) to storyworlds@uni-mainz.de no later than March 31th, 2011.
Accomodation for speakers will be provided. Publication of the conference proceedings is planned.

Colloque/appel à communication « Hybridations » (Université de Tours)

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Jeudi 12 et vendredi 13 mai 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527),
avec le soutien du Conseil Scientifique

Argument
Lʼhybridation est dʼabord le nom dʼune catégorie biologique, ou plus exactement
le nom dʼune rupture ou dʼune transgression des limites entre catégories
biologiques : un hybride, cʼest avant tout le produit dʼun croisement, dʼune
greffe, dʼune rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces
différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui
désigne le produit de lʼunion dʼun sanglier et dʼune truie ; puis le terme a été
graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie lʼexcès ou la
démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.
Appliqué au domaine des arts et des lettres, lʼidée dʼhybridation semble
principalement viser la porosité des registres dʼénoncés et des ordres de la
représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui sʼemploient à
explorer les formes de la « condition postmoderne », quʼil sʼagisse de la
littérature1, de lʼarchitecture2 ou du fondement des sciences3, lʼhybridation y est
caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche.
Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et
esthétique de la postmodernité, lʼhybridation est présente dans toutes les
oeuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire
des formes dʼexpression rétives à toute univocité et à toute totalisation.
En appliquant la notion dʼhybridation aux formes de la rencontre en texte et
image, il ne sʼagit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du
« diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan,
Jencks ou Lyotard, que de reprendre lʼétude de ces formes spécifiques de
greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.
Les rencontres du texte et de lʼimage fournissent une très belle occasion
dʼexaminer la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques
ou des supports sʼéchangent en permanence leurs déterminations. Des
processus de lʼadaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre
pratiques venues dʼhorizons différents aux interrogations sur les formes de la
mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que lʼon entend
rassembler autour de lʼidée dʼhybridation est vaste.
Lʼétude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande
dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de lʼalbum pour enfant
au roman-photo. La rencontre entre le texte et lʼimage constitue-t-elle par elle-même
une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non
légitimable » des discours quʼelle engendre ? Favorise-t-elle des formes
narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de
sur-hybridation à partir de lʼhybridation iconotextuelle (adaptation des comics au
cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés dʼobjets, pop-ups, produits
dérivés, etc.) ?
Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin
dʼêtre exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne
sʼagit pas tant dʼélaborer un discours formel général sur la concept dʼhybridation
que dʼen explorer la puissance heuristique en lʼappliquant à des études
dʼoeuvres déterminées.

Les propositions sont à rendre avant le 7 mars 2011.

Contacts :
Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)
Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)