Archives de catégorie : Appels

Appel : Animation et industrie culturelle

“Animation as Cultural Industry? Designing and Making Cartoons”, appel à articles pour la RFSIC (Revue française des sciences de l’information et de la communication n° 18, Sébastien François et Marie Pruvost-Delaspre (dir.) 

Pour le 31 mars 2019

Even though academic interest for the animated medium remains on the fringe of media studies, it seems to have gained much importance during in the last few decades (Crafton, 1982; Pilling, 1997; Lamarre, 2008; Wells, 2012). Following the impetus of the thriving “animation studies” in the English-speaking context and the pioneering work of the Society for Animation Studies (SAS) founded in 1987, scientific research on animation has started to spread across different linguistic areas and countries. Nevertheless, animation as a field of research still appears in a state of dispersal and fragmentation, marked by recurrent tropisms. Indeed, due to their dependence to related scientific projects or events, the works conducted on animation and its multiple formats and techniques have been developed within different disciplinary fields, such as film and media studies, communication studies, history or sociology, but in a certain state of unawareness of one another (Pilling, 1998; Denis, 2011). They also have been mainly focused on aesthetics and contents –and to some extent on reception–, putting aside the practical conditions of the making of animation.

Continuer la lecture de Appel : Animation et industrie culturelle

Appel : cinéma de Science-fiction


TENDANCES ET ÉVOLUTIONS DU CINÉMA DE SCIENCE-FICTION

Appel à contributions pour le dossier n°16 de ReS Futurae, dirigé par Daniel Tron (Université de Tours) et Simon Bréan (Sorbonne Université)

Pour le 12 avril 2019

De Georges Méliès à George Lucas, la science-fiction entretient des rapports complexes avec les récits audiovisuels, le cinéma y tenant longtemps une place prépondérante. Littérature d’« images » autant que d’idées, la SF accompagne et se nourrit des progrès techniques en investissant le cinéma dès 1902, puis la télévision dans les années 40. Outre les aspects techniques et esthétiques inhérents à la production d’images d’un autre monde, les films de SF témoignent aussi de l’évolution des formes narratives qui tiennent autant aux « sources » littéraires – indirectes d’inspiration ou directes dans le cas des adaptations – qu’aux évolutions des conditions de production et de distribution des industries audiovisuelles.  À ce dialogue, longtemps central, entre megatexts littéraire et cinématographique, se sont ajoutées progressivement d’autres déterminations. Actuellement, les tendances et évolutions du cinéma de science-fiction entrent aussi en résonance avec les autres modalités de production audiovisuelle, séries télévisées et expérimentations transmédiatiques. Son étude implique donc de tenir compte des nouvelles spécificités médiatiques en complément de leur rapport au creuset historiquement littéraire du genre, tout en leur conservant leur part indifférenciée dans le genre. Ce sont ces trois orientations que ce dossier aura vocation à repérer, cartographier et analyser, afin d’interroger les modalités contemporaines du cinéma de science-fiction, tant dans son mode de production que ses différents dispositifs.

Continuer la lecture de Appel : cinéma de Science-fiction

Appel : Séries jeunesse et adaptation

APPEL À COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS
Colloque international du GUEST Normandie : “Adaptations en séries télévisées anglophones des romans pour la jeunesse

Université de Rouen Normandie, 5-6 septembre 2019

Réponses attendues avant le 19 mai 2019

Image : titre de la série TV Netflix (2017-2019) adaptée de la série romanesque du même nom de Lemony Snicket (en français Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire)

Dans le cadre du projet « Séries télévisées : enjeux de genre, relations avec les autres arts et valorisations numériques », l’équipe de GUEST saison 2 organise les 5 et 6 septembre 2019, en partenariat avec l’ÉRIAC (Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles), un colloque sur les adaptations anglo-saxonnes en séries télévisées de romans pour la jeunesse.

Les adaptations de fiction pour la jeunesse en séries télévisées existent depuis fort longtemps, en particulier dans le monde anglo-saxon (The Famous Five, ITV, 1978-9, The Chronicles of Narnia, BBC, 1988-90, The Borrowers, BBC 2, 1992…), s’inscrivant logiquement dans la continuité de l’existence ancienne de pratiques sérielles dans cette littérature. Ce « principe de prolifération des récits qui se déclinent d’un média à l’autre » prolongeant la tendance traditionnelle de l’édition pour la jeunesse à créer des « produits médiatiques hybrides », livres-jouets ou livres-CD et autres objets dérivés (Letourneux 2011 : § 5) contribue lui-même à renforcer la visibilité des œuvres originales.

Continuer la lecture de Appel : Séries jeunesse et adaptation

Appel : Roman noir et journalisme

Appel à communication pour le colloque international : “Roman noir et journalisme, enquête de vérité”

Université de Pau et des Pays de l’Adour / Université Savoie Mont Blanc, Pau / Chambéry, du 1er au 4 octobre 2019

Organisation : Emile Guyard (Université de Pau et des pays de l’Adour), Myriam Roche (Université Savoie Mont Blanc)

Le roman noir, littérature du réel, tout comme son parent le roman policier, n’est autre que l’héritier du feuilleton populaire qui autrefois paraissait en épisodes dans la presse. Ce lien originel s’est maintenu durant les différentes étapes d’évolution historique du genre, et s’est en particulier prolongé dans le polar par un rapport très fort à l’actualité et une implication sociale brute, souvent accompagnée d’un sentiment d’urgence. Le journalisme, dit le mexicain Paco Ignacio Taibo II, lui-même romancier et journaliste, est « la meilleure des littératures parce que c’est la plus immédiate »[1]. Quand ils ne sont pas eux-mêmes journalistes ou anciens journalistes comme certains de leurs célèbres prédécesseurs, les auteurs de polar de ce début de XXIe siècle confessent d’ailleurs volontiers leur dette à l’égard de la presse à l’instar, par exemple, d’Alexis Ravelo, écrivain canarien dont l’un des romans s’achève sur cette note de l’auteur particulièrement éloquente : « Ce roman est né de ma stupeur, de ma rage, de mon étonnement face à la réalité et, dans une certaine mesure, de ma confusion face à certaines chroniques journalistiques »[2]. De fait, le journalisme d’enquête demeure aujourd’hui une source d’inspiration intarissable pour le polar qui, dans le prolongement du roman noir américain des années 1920 et 1930, entreprend de décrire les dérives d’une société globalement injuste et corrompue : scandales financiers, corruption politique, crime organisé, réseaux de prostitution révélés par la presse nourrissent les pages de nombreuses fictions policières publiées au cours de ces dernières années.

Continuer la lecture de Appel : Roman noir et journalisme

Appel : TV en ligne

Au-delà de Netflix – Penser la diversité des pratiques et plateformes de télévision en ligne

Appel à propositions de textes pour la revue en ligne Kinephanosh

Dossier sous la direction de Audrey Bélanger & Stéfany Boisvert

La date limite de réception des propositions pour ce numéro est le 28 février 2019

Tout comme d’autres médias, la télévision vit actuellement d’importantes mutations. L’arrivée d’Internet, de même que les possibilités de numérisation et de stockage ont favorisé la circulation transnationale des contenus et, plus important encore, le développement de services de télévision par contournement (TPC) (over-the-top television). Ces nouveaux portails numériques (Lotz 2017) offrent un catalogue de productions audiovisuelles en ligne sans l’intermédiaire d’une entreprise de distribution et de radiodiffusion (EDR). Les services de TPC agissent ainsi à titre de portes d’entrée donnant accès à une large offre de contenu audiovisuel, sans aucune forme de dépendance à l’égard d’un horaire (Lotz 2017; Wayne 2017; Johnson, 2018), ce qui contribue à modifier notre conception du média télévisuel, mais aussi plus largement notre conception des modes de production, de distribution et de réception qui lui sont associés.

Au sein de cette nouvelle industrie de la télévision distribuée par Internet (Lotz 2017), force est d’admettre que la multinationale Netflix s’est taillé une place plus qu’enviable. Bien que les contenus de cette entreprise ne soient pas uniquement de nature télévisuelle, l’influence de Netflix sur la production télévisuelle contemporaine est indéniable et est d’ailleurs documentée par un nombre important de chercheurs. En effet, plusieurs angles d’analyse ont été abordés dont la question des algorithmes et du système de recommandation de Netflix (Gomez-Uribe et Hunt 2015); la position de Netflix dans l’histoire de la télévision (Jenner 2014, 2018); les habitudes de visionnement modifiées par les stratégies de la multinationale états-unienne  (Matrix 2014); ou l’image de marque et le « branding » des nouvelles plateformes de visionnement (Wayne 2018). Certains ouvrages entiers sont dédiés à l’étude de Netflix et relatent son histoire (Keating 2012), s’intéressent aux particularités de production et de diffusion de contenus, aux habitudes de visionnement des utilisateurs (Barker et Wiatrowski 2017), ou encore aux impacts de la compagnie sur la télévision actuelle (McDonald et Smith-Rowsey 2016, Jenner 2018, Johnson 2018).

Continuer la lecture de Appel : TV en ligne

Appel : Essai médiatique

Appel à communications : L’essai médiatique

Colloque international, Marne-la-Vallée, 25-27 novembre 2019

Organisatrices : Irène Langlet, EA 4120 LISAA, Université Paris Est Marne-la-Vallée UPEM et Chloé Ouaked, EA 1087 EHIC, université de Limoges.

Le programme « Essai médiatique », soutenu par l’EA EHIC (axe 3) de Limoges, a comporté un séminaire à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, de 2016 à 2018 (voir http://essaimedia.hypotheses.org). Quatre universités s’associent pour organiser le colloque final d’où sera tiré un livre synthétique : UPEM, Université de Limoges, Université de Bologne et Université Catholique de Louvain-la-Neuve (UCL).

Les propositions de communication (20-30 lignes accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique) seront à envoyer pour le 15 février 2019 à I. Langlet irene.langlet@u-pem.fr et C. Ouaked chloe.ouaked@unilim.fr.

Argument: l’essai médiatique

De la forme inventée par Montaigne, l’histoire culturelle a fait naître une espèce littéraire qui se présente souvent comme un anti-genre, libre, critique, personnel, et dont on approche bien l’esprit quand on considère ces trois caractères comme en interaction continue, dans toutes les combinaisons : l’essai sera libre parce que critique, personnel donc libre, critique parce que personnel, libre donc critique… Cette intime interaction caractérise mieux l’essai qu’une définition comme « genre littéraire », qui restera toujours paradoxale avec un « anti-genre » revendiqué. Longtemps réservé au livre, le terme d’essai a migré vers d’autres supports et d’autres systèmes de signes : l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué, dans le vaste écosystème intermédial qui caractérise la culture contemporaine depuis plus d’un siècle.

Dans un deuxième sens, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les mass-médias. En résistant à la tendance qui consiste à exclure du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), il s’agit d’examiner sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé. Dans cette perspective, on pourra notamment s’interroger sur l’articulation entre l’essai et le type d’émotion qui lui est associé en examinant par exemple la récurrence de l’affect mélancolique dans la production auteuriste.

Continuer la lecture de Appel : Essai médiatique

Appel : Géographie et cultures populaires

Géographie des cultures populaires : publics, pratiques, objets

Réponses attendues pour le 29 avril 2019

Image : carte du Tour de France 2018 (détail)

La revue Géographie et Cultures lance un appel à textes sur le thème des cultures populaires, en tant qu’objet d’étude et phénomène de société, et sur les expressions et manifestations de ces cultures. Longtemps négligées, parfois méprisées, elles sont désormais au cœur d’un nombre croissant de travaux en géographie, notamment du fait du développement de la géographie culturelle, même si tous ces travaux n’assument pas explicitement la dimension populaire de leur objet d’étude. Les récentes assises de la recherche sur les cultures populaires et médiatiques témoignent d’ailleurs de l’intérêt porté par les chercheurs à cet objet, selon des approches plurielles (sociologie, littérature, esthétique etc.) qui tendent cependant à laisser de côté la dimension spatiale de ces pratiques. C’est pourquoi ce numéro propose d’aborder les cultures populaires à travers leurs publics, leurs pratiques et leurs objets.

On entend ici le terme de « cultures » au sens large, c’est-à-dire les biens culturels mais aussi les pratiques et les discours qui les sous-tendent. L’appel à textes invite également à considérer le terme de « populaire » dans son double sens, c’est-à-dire à la fois comme une culture très répandue et partagée, mais aussi comme marqueur d’appartenance à certains groupes sociaux. Ainsi posées, les cultures populaires n’ont pas été des plus… « populaires » auprès des géographes et même de la géographie culturelle et sociale, si l’on s’en tient par exemple aux mots-clés « géographie » et « culture(s) populaire(s) » dans les principales bases données et dans les revues nationales de géographie. Dans Géographie et Cultures, par exemple, le n° 16 (hiver 1995) est le premier de la revue à aborder la question des « traditions populaires » en liens avec les écomusées ; le numéro 30 (printemps 2000) est l’un des rares qui fait apparaître l’expression dans le titre d’un numéro spécial Témoignages géographiques et cultures populaires. Dans les articles qu’ils contiennent, comme c’est le cas pour d’autres espaces de publication, le positionnement théorique sur les cultures populaires dans les sociétés contemporaines est ambigu. Il n’est jamais discuté en soi comme phénomène social et les cultures populaires se confondent, sinon se confrontent, à la « culture de masse », à la « culture savante », à la « culture traditionnelle », à la « culture folklorique » ou même encore à la « culture ouvrière ». Et ce quand elles ne sont pas perçues comme le fait d’un envahissement d’une culture américaine hégémonique.

Continuer la lecture de Appel : Géographie et cultures populaires

Appel : crime organisé

Call for Contributions: Fictions of Organised Crime – Themed Issue of New Readings

Deadline for abstracts: 1th March

Crime fiction is one of the most significant popular means of exploring the contradictions that emerge from the modern, bourgeois capitalist nation state (Pepper 2016). Most fiction about ‘organised crime’ is preoccupied with violent, interpersonal crime or the behaviours of mafia-like groups. But there are other, more ubiquitous and insidious harmful practices — political, financial, environmental, etc. — that affect all of us and are not necessarily proscribed by law. The ‘slow violence’ inflicted on populations by the carbon industry, the financial harms of politicians and transnational corporations are not always recognised as ‘crime’ and fit less easily within the standard forms of genre fiction. This themed edition of New Readings, Fictions of Organised Crime, asks how culture can address these kinds of carefully organised harms. How does fiction account for the complexities of state-facilitated environmental crime, financial crime and the activities of organisations dedicated to the subversion of democracy? How can locally and regionally produced cultural representations respond to globally organised activities?

In a contemporary moment in which populist political movements are resisting transnational capital, organised crime challenges the integrity of the nation state – by defying it, subverting it or simply taking advantage of its usual functions. Fictional narratives of organised crime offer a sustained way in which readers and consumers can ‘make sense’ of worlds which are by their very nature, secretive, obscure, and impenetrable to those on the outside. Indeed, in contexts in which journalistic writing on organised crime may be fatally dangerous to the author or contribute to the inevitable ‘unknowability’ of the links between crime and the state (Braham 2016), it has been argued that fiction remains the privileged medium for exposing the logics of serious crime (Astorga 2003).

Continuer la lecture de Appel : crime organisé

Appel : Fantasy Arthuriennne

Appel à articles / Call for Papers : La Fantasy du roi Arthur / King Arthur’s Fantasy


(English version below)

Pour la revue en ligne Fantasy Art and Studies n°7 ; la revue recherche des études en français ou en anglais portant sur la Fantasy arthurienne. Les articles sont à envoyer à l’adresse fantasyartandstudies@outlook.com pour le 22 juin 2019.

Appel à articles
Développées depuis le IXe siècle en Europe, les légendes du roi Arthur, du sorcier Merlin et des chevaliers de la Table ronde continuent de s’épanouir aujourd’hui dans le monde entier, notamment à travers des réécritures et des adaptations de Fantasy. Qu’il s’agisse du roman pédagogique The Sword in the Stone (1938) de T.H. White, de l’étonnante version anime de King Arthur (1979-1980), de la réécriture féministe de Marion Zimmer Bradley dans Les Dames du Lac (1983), ou du Cycle initiatique de Merlin (2003-2018), centré sur une lecture celte et proposé en bande dessinée par Jean-Luc Istin et Eric Lambert, la Fantasy puise très régulièrement dans les différentes facettes des légendes arthuriennes pour en interroger la pérennité et la pertinence aujourd’hui.

Continuer la lecture de Appel : Fantasy Arthuriennne

Appel : Frontières de la Fantasy

Frontières et Limites de la Fantasy. Précurseurs, Apparentés, Compagnons de Route.
Fantasy : Forerunners and Fellow Travellers.

16-17-18 mai 2019, Université Littoral-Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer

Anna Vaninskaya (University of Edinburgh) Justine Breton (U. de Picardie) Xavier Escudero (ULCO) Claire Jardillier (ULCO) Justine Jotham (ULCO) et Marc Rolland (ULCO)

Réponses attendues pour le 15 mars 2019, environ 300 mots à envoyer à Marc.Rolland@univ.littoral.fr et justine.breton@u-picardie.fr

Image : illustration de Franck C. Papé pour Jurgen, A Comedy of Justice de James Branch Cabell , 1921.

English below

C’est Lin Carter dans A Look Behind the Lord of the Rings (1969) qui, avec plus d’enthousiasme que de science, a été l’un des premiers à inscrire l’oeuvre de J.R.R. Tolkien dans une tradition littéraire, celle de la ‘Epic Fantasy’. Ainsi, bien loin d’être une œuvre unique, répondant aux seules définitions de la « création secondaire » établies par l’auteur lui-même, ce cycle de romans prend place dans une tradition composée d’épopées gréco-romaines, de chansons de geste, de sagas scandinaves, des romans de l’Arioste et, plus récemment, de la production romanesque d’auteurs tels William Morris, Lord Dunsany, E.R. Eddison, C.S. Lewis, James Branch Cabell et bien d’autres.

            Si nous savons quel a été le rayonnement de William Morris, rappelée par des études récentes depuis la thèse de Kelvin Massey en 2007 (The Roots of Middle Earth : William Morris’ Influence upon J.R.R. Tolkien) jusqu’à l’introduction à la traduction française de The Well at the World’s End  par Anne Besson (2016), le rôle de « précurseur » que C.S. Lewis reconnaît à E.R. Eddison ainsi que la place de fédérateur occupée par Lewis lui-même au sein des Inklings, la référence absolue en termes de Fantasy en ce début de XXIe siècle demeure Tolkien. Ainsi, tracer les points communs entre différents auteurs dûment classés dans la ‘Fantasy’ n’a rien d’évident. Dans le grand désordre des appellations, peut-on réellement considérer comme appartenant au même genre l’oeuvre de Tolkien et la trilogie de Gormenghast de Mervyn Peake ? Et que dire de James Branch Cabell, romancier américain qui est bien plus à sa place aux côtés de ses contemporains Sinclair Lewis et F. Scott Fitzgerald, mais que l’on place lui aussi parmi les inventeurs de la Fantasy.

Continuer la lecture de Appel : Frontières de la Fantasy