Tous les articles par Anaïs Goudmand

Docteure en sciences du littéraire Première assistante École de Français Langue Étrangère Université de Lausanne

Appel à contribution : Les Rencontres du XIXe siècle, Deuxième édition, « Populaire »

Date limite : 1er février 2020

RÉSUMÉ

Après une première édition autour du thème « Petites et grandes rencontres du XIXe siècle», Les Rencontres du XIXe siècle proposent à nouveau de réunir, autour d’un colloque transversal, les jeunes dix-neuviémistes (doctorants et jeunes docteurs), par-delà les frontières des écoles doctorales et des champs historiographiques. Organisées par un comité issu d’une dizaine d’institutions différentes, elles proposent cette année de mettre en commun les travaux de chacun.e et de mener une réflexion collective autour du thème « Populaire ». Continuer la lecture de Appel à contribution : Les Rencontres du XIXe siècle, Deuxième édition, « Populaire »

Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque international organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2020

D’un côté la fiction et le récit occupent une place majeure au sein de la culture dans nos sociétés modernes, et de l’autre les technologies de l’information et de la communication étendent les possibilités de leur production et de consommation. Parmi les diverses formes d’expression des récits qui ont vu leurs logiques changées par cette imprégnation numérique, la transmédialité apparaît comme étant une facette fondamentale (Cornillon, 2018), notamment au sein des industries culturelles.

La notion de transmédia a ainsi été créée pour qualifier les phénomènes d’extension de structures narratives sur de multiples médias « pour créer des oeuvres aux développements transmédiatiques autant qu’intertextuelles et autoréférentielles » (Peyron, 2008, pp. 355-356). Plus généralement, la production de contenus transmédiatiques semble s’articuler autour de trois éléments principaux : 

1. L’extension de l’oeuvre originale sur plusieurs médias ; chaque extension est autonome (elle n’a pas besoin de l’oeuvre originale pour être appréciée et inversement) et contribue par son apport à l’oeuvre globale. 

2. Le monde narratif qui doit idéalement proposer à la fiction la possibilité d’évoluer avec de nouveaux contenus pertinents, ce que Henry Jenkins (2008) qualifie de « worldmaking » ; afin d’assurer sa cohérence lors de son expansion, un univers fictionnel doit se conformer au canon que fixe l’oeuvre dont il est tiré (Saint-Gelais, 2011) ; cette règle tend à s’effacer lorsque cette extension se tourne vers une terra incognita de l’oeuvre de départ (Périer, 2017). 

3. Le public ; la participation de ce dernier est essentielle à mesure que la narration gagne de nouveaux médias ; « il s’agit de miser sur l’engagement des fans et leur goût pour l’approfondissement, ce que Henry Jenkins nomme le forage (drillability) » (Peyron, 2014, p. 53). 

Or, si ce phénomène a fait l’objet d’une cristallisation autour d’une notion partagée chez les chercheurs, les professionnels et (éventuellement) les amateurs de la culture populaire, et même si des propositions de catégorisations ont vu le jour (Cailler et Masoni Lacroix, 2017 ; Groupierre, 2017 ; Ryan, 2017), la définition du transmédia et sa circonscription ne font pas encore consensus. Cette déficience a certainement pour cause le continuum des possibilités induit par « la ductilité du concept de storytelling transmedia proposé par Henry Jenkins. » (Cailler et Masoni Lacroix, 2017).  Continuer la lecture de Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

APPEL : Que deviennent les grandes figures historiques dans les uchronies ?

Numéro spécial de La Revue des Grandes Figures historiques,

dirigé par Frédéric Briot

 

Et si…

Et si le nez de Cléopâtre….

On aurait mauvaise grâce à refuser à Blaise Pascal le titre de père (involontaire certes, mais la paternité somme toute s’accommode fort bien de cela) de l’uchronie , celle d’une supposition, ridicule ou pas, fictionnelle peut-être, mais où la face du monde change(rait). De la taille d’un nez aux bouleversements (ou pas…) des empires. Continuer la lecture de APPEL : Que deviennent les grandes figures historiques dans les uchronies ?

Parution : Fantasy Art and Studies 7, “Arthurian Fantasy/Fantasy arthurienne”

La légende arthurienne demeure l’une des principales sources d’inspiration de la Fantasy, de T.H. White à la série Merlin de la BBC, en passant par Marion Zimmer Bradley. Ce 7ème numéro de Fantasy Art and Studies met en évidence tout ce que la Fantasy doit à la matière arthurienne et tout le potentiel créatif que les personnages, motifs et thèmes du Moyen Âge possèdent encore aujourd’hui.

Continuer la lecture de Parution : Fantasy Art and Studies 7, “Arthurian Fantasy/Fantasy arthurienne”

Hélary Oanez (Université Rennes 2)

Oanez Hélary est étudiante en deuxième année de master Lettres et Humanités à l’Université Rennes 2 et d’Études Culturelles à l’université de Bordeaux-Montaigne. Ses mémoires portent sur Perceval dans Au château d’Argol de Julien Gracq et Der Erwählte de Thomas Mann, ainsi que sur la représentation de la papauté dans la série télévisée The Young Pope. Elle s’intéresse également au jeu de rôle par forum et a eu l’occasion de présenter quelques communications à ce sujet.

Appel à contributions : Communication & Management N° 3/2020

Le Storytelling, le récit entre construction et atomisation de
l’image et du discours

Limite de réception des propositions (3000 signes) 3 février 2020

Entendu communément comme l’art de raconter des histoires, comme type spécifique de récit évocateur ou de mise en scène d’un message, ou technique narrative, le storytelling se caractérise également par un flou, signe d’une instabilité tant dans sa forme que dans les contenus qu’il véhicule. Christian Salmon, qui a introduit la notion dans le grand public prédisait dans son dernier ouvrage, L’Ère du clash (2019), la fin du storytelling. Et pourtant, les analyses des campagnes de diverses institutions ou des discours politiques font montre d’une large utilisation de cette communication narrative.
(…)

Ce numéro de revue s’inscrit dans la volonté de prendre en considération, au-delà de l’analysedes contenus et des dispositifs techniques, les discours qui les accompagnent, les pratiques qui les sous-tendent, mais également la relation qu’ils créent avec le public par le biais d’un contrat de communication (Charaudeau) ou d’un contrat de lecture (Verón). Divers terrains et champs en ligne, et hors ligne, sont attendus dans ce numéro thématique : la communication des organisations, la communication politique et publique, les narrations médiatiques…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Communication & Management N° 3/2020

PARUTION : JEAN-CHRISTOPHE AVERTY : PENSER LA TÉLÉVISION AU XXE SIÈCLE, Sylvie Pierre (dir.)

Jean-Christophe Averty : penser la télévision au XXe siècle, sous la direction de Sylvie Pierre. L’Harmattan. 188 pages, 19,50 €

Dès qu’il s’agit d’histoire de la création à la télévision, on évoque l’oeuvre de Jean-Christophe Averty (1928-2017), considéré comme le meilleur « metteur en scène » ou « metteur en page » de toute l’histoire de la télévision. Mais comment Averty pense-t-il – dès la fin des années 1950 – la question de l’image électronique et des codes visuels, en rupture avec le principe du direct ? Comment envisage-t-il la question esthétique ? Quelle est son originalité ? Quelle idée se fait-il de ses obligations envers le public ? Ce livre propose aux téléspectateurs aussi bien qu’aux professionnels et étudiants une réflexion sur les multiples dimensions de cette oeuvre télévisuelle originale, et sur la manière dont Averty a exploré « l’effet télé ».

 

Parution : Musique & hacking

“Musique & Hacking”, Volume!, 16 : 1, Sous la direction de Baptiste Bacot et Clément Canonne, 2019

Ce numéro se propose d’examiner quelques-uns des points de contacts entre musique et hacking. Ce mouvement, d’abord étroitement lié à l’émergence des laboratoires de computer science dans les universités américaines, touche aujourd’hui de très nombreuses sphères de l’activité humaine, parfois sans rapport avec les technologies de l’information et de la communication. La musique offre ainsi un espace théorique et pratique permettant de questionner les attributs du hacking et d’en cerner les effets qui s’observent, entre autres, dans les conceptions esthétiques ou organologiques des musiciens, ainsi que dans leurs discours ou leurs modes d’appartenance à des communautés musicales.

URL : https://journals.openedition.org/volume/7135

Notes de la rédaction
Publié avec le concours de l’IRMECCEN (EA 7546), université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

COLLOQUE : LES SÉRIES TELEVISEES AMÉRICAINES DE NETWORK DES ANNÉES 1990

GUEST-Occitanie

Soutenu par la MSH-Sud et le RIRRA 21

Auditorium de la MSH-Sud, Site Saint-Charles 2, Montpellier

Jeudi 27 février 2020

14h Accueil des participant.e.s

14h30 ouverture du colloque

Approches culturelles

15h From Romance to ‘Bromance’ : Challenging Love, Sexuality and Gendered Discourse in Friends (NBC, 1994-2004), Donna Spalding Andréolle (GRIC, Université du Havre-Normandie et GUEST Occitanie)

15h30 Code Quantum (1989-1993): Les sauts quantiques de la masculinité blanche, Jules Sandeau (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21) Continuer la lecture de COLLOQUE : LES SÉRIES TELEVISEES AMÉRICAINES DE NETWORK DES ANNÉES 1990

PARUTION : Les genres du prétoire La médiatisation des procès au XIXe siècle, Amélie Chabrier

Présentation de l’éditeur

Les représentations médiatiques des procès au XIXe siècle se situent entre information et divertissement. À partir des années 1840, le compte rendu judiciaire devient un incontournable de la presse quotidienne, où il informe, instruit et divertit les lecteurs. Les grands crimes et les petits délits sont recopiés, modifiés, réécrits, ils circulent d’un média à un autre, pour effrayer ou pour faire rire. En changeant de support, en étant republiés et illustrés ou adaptés sur scène ou en chanson, les procès peuvent ainsi changer de genre et être lus ou vus par le public comme des fictions.

Ce livre propose de replonger dans le bain médiatique qui a vu naître un genre journalistique, la chronique judiciaire, et les nombreuses représentations ayant créé et entretenu la fascination autour de ce moment du procès.

Amélie Chabrier est maîtresse de conférence à l’université de Nîmes où elle enseigne la littérature et la linguistique. Elle travaille sur la culture médiatique et populaire au laboratoire RIRRA21 (Représenter et Inventer la réalité, du Romantisme au 21e siècle).

Mare et Martin, Droit & Littérature , 362 pages.  36,00 €