PARUTION : Collection “J’aimerais t’y voir”

Lancement d’une nouvelle collection d’essais critiques sur la littérature jeunesse : “J’aimerais t’y voir”, aux éditions On ne compte pas pour du beurre

En librairie à partir du 22 février 2024

100 pages, 14 x 18 cm, 10€

Présentation

La collection “J’aimerais t’y voir”, propose un espace de pensée sur les recherches et pratiques en cours autour des représentations en littérature jeunesse, plus précisément à l’intérieur de la production d’albums jeunesse en France. Des listes bibliographiques commentées complètent chaque ouvrage. 

Trois ouvrages viennent inaugurer cette nouvelle collection : 

Sarah Ghelam et Spencer Robinson, Où sont les personnages LGBTQI+ en littérature jeunesse ?

Priscille Croce, Où sont les albums jeunesse anti-sexistes ?

Sarah Ghelam, Où sont les personnages d’enfants non-blancs en littérature jeunesse ?

Consulter le communiqué de presse

Appel à contributions : La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité (revue Sur le journalisme)

La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité

Revue Sur le journalisme

Belgique

Date d’échéance : 15 mai 2024

Texte de l’appel :

Revue internationale en libre accès avec comité de lecture, publiée en version numérique et imprimée

https://revue.surlejournalisme.com/

Éditeurs et éditrice du numéro spécial :

Adrien Rannaud, Université de Toronto, Canada

Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada

Yuri Cerqueira dos Anjos, Victoria University of Wellington, Nouvelle-Zélande

Selon Antoine Lilti (2014), la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une première révolution médiatique. Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme, dans l’espace francophone européen, la « civilisation du journal » (Kalifa et al., 2011). On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité reposant, du côté des journalistes, sur l’observation du monde contemporain, la collecte de « choses vues », et, du côté des personnes médiatisées, sur la visibilité des individus (Heinich, 2012). Dans ce système, les figures publiques issues du monde de la littérature occupent une place clé tant à titre de collaborateurs de la presse (Thérenty, 2007), et donc de figures médiatrices, que de célébrités dont on commente et expose la vie. Continuer la lecture de Appel à contributions : La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité (revue Sur le journalisme)

Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons (1960-1980)

20-21 novembre 2024

Université de Caen Normandie INSPE

Date d’échéance : 20 juin 2024

Colloque organisé par Christiane Connan-Pintado, Stéphanie Lemarchand et Anne Schneider.

Texte de l’appel : 

[I]l n’est pas possible d’écrire pour la jeunesse, si, en même temps, on ne s’efforce pas d’écrire sur la jeunesse. Georges G.-Toudouze

À mi-chemin de la guerre et du nouveau millénaire, dans le contexte politique, social et économique favorable des « Trente Glorieuses », l’édition pour la jeunesse connaît en France un essor remarquable (Piquard, 2004). Tel est l’empan temporel que nous proposons de cerner afin d’observer les romans publiés en France pour et sur l’adolescence au cours des années 1960-1980. L’expansion de cette littérature a été amorcée au cours de la décennie précédente : l’importation de séries américaines et britanniques à succès et le développement des différentes collections de G. P. (pour Général Publicité, maison d’édition pour la jeunesse essentielle des années 1940-1980) et de Hachette ont modifié sensiblement le paysage éditorial, les éditeurs invitant leurs auteurs à proposer des fictions de leur cru. Continuer la lecture de Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique

3 mai 2024

Paris

Date d’échéance : 4 mars 2024

Journée d’étude et de création organisée par Camille Bloomfield (Université Paris-Cité, CERILAC), Caroline Giraud (instapoétesse), Liza Hammar (Université du Québec à Montréal), et Marc Jahjah (Université de Nantes).

Texte de l’appel :

La poésie bénéficie actuellement, comme l’ont remarqué plusieurs critiques et journalistes, d’un spectaculaire retour en grâce auprès des jeunes générations. Ce regain d’intérêt semble s’expliquer en partie par une recrudescence des pratiques créatives sur le web, plus particulièrement sur les réseaux sociaux, qui offrent nombre d’outils facilitant notamment un aspect visuel soigné et des productions multimédia complexes (texte, image et son souvent en dialogue), tout en ayant l’avantage d’être moins intimidantes que le papier. La littérature numérique, longtemps réservée à des créateurs et des créatrices ayant un niveau élevé de maîtrise des technologies, est ainsi, depuis une quinzaine d’années, accessible à toute personne dotée d’un smartphone, ce que Leonardo Flores a identifié comme étant la marque de la troisième génération de la « littérature numérique ». Continuer la lecture de Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Séminaire : “Histoires de jeux vidéo en Belgique” (Université de Liège)

Canevas affiche séminaire LGL HJV1

Séminaire : “Histoires de jeux vidéo en Belgique”

Dates : 29 février – 11 mars – 03 avril 2024  (13h)

Lieu : La Grand Poste – plateau central, Quai sur Meuse, 19, 4000 Liège 

Organisé par le Liège Game Lab

Diffusion en direct sur Twitch : https://www.twitch.tv/liegegamelab

Inscriptions obligatoires pour faire partie du public (nombre de places limitées à 20)

Présentation

Le Liège Game Lab lance son premier séminaire thématique dédié aux histoires de jeux vidéo en Belgique. 

En tant que laboratoire de recherche sur le jeu vidéo de l’Université de Liège, le Liège Game Lab organise depuis sa fondation des séminaires de recherche centrés sur des thématiques multiples des sciences du jeu, domaine scientifique de nature pluridisciplinaire et brassant de nombreuses problématiques et méthodologies. Dès lors, ces rencontres sont souvent l’occasion d’échanger avec des collègues et invité·es issu·es de traditions thématiques, disciplinaires voire épistémologiques différentes. Continuer la lecture de Séminaire : “Histoires de jeux vidéo en Belgique” (Université de Liège)

Annabelle Marion (Université de Limoges)

Membre de l’EHIC (Université de Limoges) et membre associée du CERILAC (Université Paris Cité), Annabelle Marion est chercheuse postdoctorale du projet ANR POLARisation (2023-2027), centré sur le récit policier publié en France entre 1945 et 1989. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de la reconstruction de la figure auctoriale de Jean Giono après la Seconde Guerre mondiale.

Ses recherches portent principalement sur la fabrique des représentations littéraires, saisies à différents niveaux qui articulent diversement les logiques individuelles et collectives. D’une part, ses travaux initiés pendant son doctorat se situent dans la lignée des études qui explorent les figurations auctoriales (Amossy, Diaz, Meizoz). D’autre part, ses recherches au sein de l’ANR POLARisation l’ont conduite à se pencher sur les représentations d’un genre, le récit policier. Ses derniers travaux interrogent ainsi la fabrique de la littérature policière à travers l’étude de la revue Mystère-Magazine.

Domaines de recherche 

  • Construction des identités et des représentations littéraires
  • Auctorialité, imaginaires et postures de l’auteur au XXe siècle
  • Fabrique du genre policier
  • Processus de médiatisation, de réception, de légitimation
  • Littérature narrative du XXe siècle, récit policier

Publications

  • Ouvrage

Renaissance de Giono. La reconstruction de l’auteur après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », 2024. Continuer la lecture de Annabelle Marion (Université de Limoges)

Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Rennes

Date d’échéance : 13 mars 2024

Texte de l’appel :

Ce deuxième numéro de la revue L’ELaborée mêlera recherche et création. Nous souhaitons pour ce second numéro proposer un format hybride, qui comportera quatre créations originales, et huit articles. Pour les créations, nous souhaitons avoir une nouvelle de fiction, de la poésie, une création visuelle, et une illustration. Les contributeurices sont à définir, nous les contacterons directement, sans appel à communication de ce côté. Étant chercheur·euse·s en histoire et en littérature, nous ne nous sentons en effet pas légitimes à répondre à un appel à communications de ce côté.

En ce qui concerne l’aspect recherche, nous ouvrons un appel à communications qui visera à sélectionner huit articles. Ces derniers seront publiés sous deux formats : un format « traditionnel » sur notre carnet Hypothèses ; et un format court (environ trois pages) qui sera publié dans une version papier. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Nomadland, Chloé Zhao, 2020 – AFP, Searchlight Pictures, Cor Cordium Productions

Colloque international : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités.

Lundi 25 et mardi 26 novembre 2024

Université de Tours

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Jérémy Michot (Unité de recherche interdisciplinaire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) – EA 6297) et Chloé Huvet (EHESS – Centre Maurice Halbwachs)

En juin 2022, Cécile Lacoue présente à Rochefort les résultats d’une enquête intitulée La place des femmes dans l’audiovisuel et le cinéma : vers plus d’égalité ? commandée par le CNC[1]. Largement diffusées et commentées par les sites internet spécialisés dans l’industrie cinématographique[2] ou parmi des collectifs et associations[3], les conclusions générales de ce rapport montrent que la part de femmes dans les différents secteurs des champs audiovisuels et cinématographiques demeure « plus faible dans les entreprise de production et postproduction[4] » (entre 31,7 % et 38,8 %), même si une parité générale semble atteinte. Le volet « Éclairage sur la musique à l’image » du rapport est toutefois bien moins positif : on compte seulement 6,7 % de femmes compositrices dans l’ensemble des projets soutenus par le CNC entre 2012 et 2021[5] – le coût moyen de fabrication des musiques composées par des femmes, précise-t-on, est inférieur de 3,3 % à celles composées par des hommes. Cette étude, menée sur le territoire français, « se vérifie à l’échelle européenne : 9 % de femmes parmi les compositeurs de musiques de films entre 2016 et 2020[6] », conclut Cécile Lacoue. Par ailleurs, la SACEM recense 11 % de compositrices dans le domaine des musiques à l’image en 2022[7], soit une progression très faible qui soulève un certain nombre d’interrogations sur la formation des musicien·nes et leur intégration dans le système de production audiovisuelle dont ce colloque international souhaiterait s’emparer. Continuer la lecture de Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Conférence : “Fictional Games: How to Discuss Games that Do Not Exist” – Ricardo Fassone (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Conférence : “Fictional Games – How to Discuss Games that Do Not Exist” – Ricardo Fassone

Date : 20 février 2024 de 16h à 18h

Lieu : salle Athéna, Maison de la Recherche, 4, rue des Irlandais 75005 Paris

Organisé par l’ED Arts et Médias – UFR Arts et Médias

Présentation

Fictional games are games found in works of fiction such as novels, films, or TV series, that were designed specifically as part of those fictional worlds. Games such as Quidditch in the Harry Potter saga or Star Wars’ Holochess are not merely additions to already rich universes, but exist as narrative devices that spark the reader or viewer’s ludic imagination. In the book “Fictional Games. A Philosophy of Worldbuilding and Imaginary Play” (Bloomsbury, 2022), we have discussed the relevance, uses, and philosophical implications of nesting games within narratives, and have conducted design analyses on a number of fictional games. In this lecture I will present some of the findings of the book and offer a theory of fictional games as unique objects that are relevant to disciplines such as game studies, the philosophy of fiction, and media studies.

Riccardo Fassone is Associate Professor at the University of Torino, where he teaches History and Theory of Play and Digital Media History. He has worked as a visiting researcher at the Georgia Institute of Technology and as a research fellow at The Strong National Museum of Play in Rochester (NY). He is the author of three books and several chapters and articles on topics such as games and their relation with other media, games and play history, and Italian popular cinema.

La conférence aura lieu en Anglais.

PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

Acta Fabula, Dossier Critique n°74, « Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques », sous la direction d’Esther Demoulin et Léo Mesguich, 2024

Ce dossier a initialement été conçu en milieu d’année 2023. Nous souhaitions revenir sur un certain nombre de publications importantes autour des liens fructueux entre littérature et politique, en particulier dans le champ littéraire contemporain. L’actualité éditoriale récente, celle de la rentrée d’hiver 2024, a confirmé cette tendance avec la parution de plusieurs ouvrages remarqués — Littérature et Révolution de Joseph Andras et Kaoutar Harchi ; Contre la littérature politique, ouvrage collectif paru chez La Fabrique ; Défaire voir. Littérature et Politique de Sandra Lucbert —, et a nécessité d’agrandir la liste d’ouvrages recensés. Mêlant perspectives diachroniques et synchroniques, prises de position d’auteur∙rices et réflexions de contemporanéistes, les recensions réunies dans ce dossier permettent un riche tour d’horizon.

Plusieurs recensions proposent en effet de repenser cette réflexion sur le politique en littérature au moyen d’une nouvelle historiographie. Sylvie Servoise, dans son récent « Que sais-je ? » commenté par Aurore Turbiau, privilégie ainsi, à la différence de Benoît Denis, une vision transhistorique large en faisant de Christine de Pizan une des figures fondatrices de l’engagement en littérature. Son essai permet de la sorte de remettre en cause la consécration du XXe siècle : ce qui a fait la spécificité du siècle de Sartre, c’est son appréhension théorique de l’engagement et du contre-engagement. Il est en cela frappant de constater à quel point les ouvrages récents témoignent d’une forme de hantise pour la théorie. D’une part, les écrivain·es refusent bien souvent la forme de l’essai au profit de formes fictionnalisées (comme celle du conte, privilégiée par Lucbert et Volodine) ; d’autre part, les universitaires reviennent sur la nécessité d’une interaction fructueuse entre écrivains et commentateurs — Mathilde Roussigné suggère de réfléchir à une étude avec les textes plutôt qu’à une étude des textes, révélant un refus du surplomb largement partagé par les auteur·ices du dossier. Ce que souligne enfin l’essai de Sylvie Servoise, c’est à quel point la notion d’engagement n’a jamais eu bonne presse. Associé à un militantisme de mauvais aloi, la littérature engagée et les postures d’auteur qui lui sont associées sont communément décriées sans jamais être clairement définies. Denis Saint-Amand propose ainsi un addendum nécessaire à notre Dictionnaire des idées reçues contemporaines : « Littérature engagée — On ne sait pas ce que c’est. Tonner contre. »

En cela, la littérature politique suggérée par les publications récentes semble souvent (mais pas toujours) négative. Le tonneau de Sartre fièrement planté devant l’usine Billancourt se voit remplacé par la tribune vide du conte de Volodine : l’écrivain·e n’est attendu·e par personne, ce qui explique peut-être en partie l’absence de réflexions concrètes sur l’engagement effectif des écrivain·es — Harchi et Andras exceptés. Foin du bloc : mis à part certains concepts issus des sciences sociales, aucun métalangage ne fait l’unanimité et aucune démarche collective claire ne semble émerger. Ni les critiques ni les auteur·ices ne cherchent à faire école, et les ouvrages collectifs recensés ne sont jamais écrits à plusieurs mains. Et pourtant… L’intérêt majeur du dossier consiste peut-être à offrir une série d’éclairages sur les divisions internes au champ contemporain : tout oppose les positions expérimentales de Nathalie Quintane ou de Sandra Lucbert et l’art calqué sur le réel qu’Edouard Louis appelle de ses vœux dans son dialogue avec Ken Loach. Car c’est bien la littérature dite des transfuges de classe, « la littérature-de-ceux-qui-parviennent-à-tout-prix » selon le mot de Sandra Lucbert, qui semble l’ennemi contre lequel il faut désormais tonner. En attendant, Houellebecq se porte comme un charme.

Continuer la lecture de PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search