Archives par mot-clé : transmédiatique / transmedia

Appel : « Pardaillan, dossier Le jeu »

Le Pardaillan n°2
Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2016

Le Pardaillan, la revue du Centre International Michel Zévaco, poursuit son exploration du champ médiatique. Son n°2 se concentre sur un thème problématique, à la fois large et précis : le jeu. Défini comme activité divertissante et désintéressée (mais qu’en est-il réellement de ce désintéressement ?), dont le déroulement peut être ou non soumis à des règles, le jeu noue nombre de questionnements, portant aussi bien sur la narration, la représentation, la participation, la fiction…

Pourquoi continue-t-on sans cesse à inventer de nouveaux jeux ? A partir de quand peut-on dire qu’un jeu est populaire, et qu’une oeuvre littéraire qui s’inspire des principes du jeu est considérée comme paralittéraire ? Une vie suffit-elle pour maîtriser un jeu comme le tennis, le bridge, ou World of Warcraft ? Quelle est la part du jeu dans des constructions artistiques comme les contraintes oulipiennes ou les réalisations de l’Oubapo, ou encore dans la posture du lecteur de polars en série ? Quels mécanismes sont à l’oeuvre dans les transferts transmédiatiques qui font passer de l’escape game virtuel à l’escape room bien réelle, et souvent inspirée d’un univers fictionnel bien précis ? Comment se construit un film adapté d’un manga, lui-même basé sur un principe vidéoludique, comme Edge of Tomorrow ? Comment le paradoxal jeu vidéo There is no game parvient-il à fournir une expérience de jeu malgré l’absence affichée de tout mécanisme de jeu ? Comment un jeu comme Spec Obs : The Line parvient-il à questionner les réflexes conditionnés du gamer endurci ? Que fait un youtuber qui filme un let’s play intégral d’un jeu ? Continuer la lecture de Appel : « Pardaillan, dossier Le jeu »

CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Cinéma et sérialité

 22ème colloque de la Sercia, 8-9-10 septembre 2016

Université Paris Diderot / Université Paris Ouest La Défense / Université du Havre / Guest Normandie / Fondation des Etats-Unis

Les propositions de communication sont à envoyer à sercia2016@gmail.com avant le 15 février 2016 (notice biographique de 150 mots maximum, abstract de 500 mots maximum).

La Société d’Etudes et de Recherche sur le Cinéma Anglophone réunit des chercheurs français et internationaux afin de promouvoir la recherche et l’enseignement dans le domaine du cinéma anglophone.

La nature du cinéma est étroitement liée à la notion de série. C’est par la succession d’une série d’images fixes qu’apparaît le mouvement dans les premières inventions comme le zoetrope, puis dans les appareils des frères Lumière ou de Thomas Edison. Alors que le récit cinématographique se complexifie, certains films choisissent de se décliner sous forme d’épisodes que les spectateurs sont encouragés à suivre, comme The Perils of Pauline (1914) ou The Exploits of Elaine (1914). Le plaisir de suivre une histoire sur Continuer la lecture de CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Journées d’études

« Les Quarante ans du Jeu de Rôle »

Universités de Paris 3-Paris 13

du 12 au 14 juin 2015

(vendredi au dimanche)

Organisées par Danièle André, Vincent Berry, Claire Cornillon, Isabelle Perier, Alban Quadrat

 

Titre et Appel à communications

« ÉTAT DE L’ART DU JEU DE RÔLE pour son quarantième anniversaire »

 

Les premières journées d’études consacrées au Jeu de Rôle[1] se tiendront du 12 au 14 juin 2015 à l’Université Paris 13 – Nord et à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ces journées d’études se proposent, à l’occasion de ses quarante ans,  de dresser un état des lieux du jeu de rôle. Continuer la lecture de Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Colloque « Lecture jeunesse » : « Du cross-média au transmédia »

« Lecture et culture des adolescents dans un monde qui change. Du cross-média au transmédia »

Colloque, mardi 18 novembre 2014, Petit auditorium de la Gaîté lyrique (Paris 75003)

 

Avec des termes comme cross-over ou cross-age, passés dans le vocabulaire des professionnels, ou, plus récemment, pure player, cross-média et transmédia, éditeurs et médiateurs peuvent se perdre dans les concepts et les acceptions. C’est bien l’objet de cette journée de définir les champs du transmédia univers qui s’expérimente à travers ses différents supports médiatiques

Continuer la lecture de Colloque « Lecture jeunesse » : « Du cross-média au transmédia »

Parution: Alain Boillat Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Print-Couv-1. Cinémondes

Parution

Alain Boillat

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Genève, Georg, février 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur

 

Dans cet ouvrage, l’auteur propose une conceptualisation théorique de la coprésence en un même film de mondes multiples en abordant différents paramètres (hétérogénéité de la facture de l’image, pratiques du montage alterné, typologie des enchâssements, expansion sérielle, etc.) sur la base d’un corpus de films de fiction récents qui appartiennent pour la plupart au genre de la science-fiction (Matrix, Dark City, Avalon, Resident Evil, Avatar,…). Issue de la filmologie, la notion de « diégèse » y est développée à la fois dans le potentiel d’autonomisation dont témoigne la conception mondaine qui semble dominer d’aujourd’hui à l’ère des jeux vidéo, dans ses liens avec le récit et dans une perspective intermédiale. La comparaison entre les films (Tron et son récent sequel, Totall Recall et son remake) et entre des œuvres filmiques et littéraires (en particulier les nouvelles de Philip K. Dick et Simlacron 3 de Galouye) constitue un outil d’analyse permettant de saisir la contemporanéité de cette problématique, envisagée sur le plan esthétique dans le contexte de l’imagerie numérique.

Cette parution marque le coup d’envoi de la collection « Emprise de vue » chez l’éditeur genevois Georg. Principalement dédiée au cinéma contemporain, elle se donne pour but d’envisager les imaginaires technologiques dont ce dernier témoigne, les traditions dans lesquelles il s’inscrit et les enjeux formels qu’il soulève.

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples, Genève, Georg, 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur.

Sommaire

Préface de Marc Atallah…………………………………………………………… 13
Préambule……………………………………………………………………………. 19
1 – Introduction aux « machines à mondes »…………………………………. 27
Entrée en matière à l’ère du « virtuel » :
Alice au pays des nouvelles technologies………………………………………………. 35
La science en fiction (et autres genres)………………………………………………….. 45
Moyen et objet de la représentation……………………………………………………….. 48
La technologie en abyme : l’acte de création dans Jurassic Park…………………..51
Espaces « insulaires » : aux limites de Pandora (Avatar)……………………………. 56
Voyages immobiles en situation de « projection »……………………………………. 64
Corpus et période……………………………………………………………………………….. 72
Notes du chapitre 1…………………………………………………………………………….. 77
2 – La « diégèse » filmique et ses possibles……………………………………. 87
Prémices filmologiques d’une conception mondaine du cinéma……………….89
« Mondes possibles » et transfictionnalité……………………………………………… 97
L’écart entre les mondes……………………………………………………………………..101
Typologie des univers multiples…………………………………………………………. 105
Mondes exotiques…………………………………………………………………………………………….106
Mondes factices………………………………………………………………………………………………..106
Mondes surnaturels…………………………………………………………………………………………. 110
Mondes mentaux et relation d’attribution………………………………………………………..112
Mondes alternatifs…………………………………………………………………………………………..120
Mondes virtuels……………………………………………………………………………………………….. 126
Commentaires conclusifs………………………………………………………………….. 130
Notes du chapitre 2…………………………………………………………………………….132
3 – Les mondes en film(s) : image et montage……………………………….139
Matière de l’image……………………………………………………………………………..143
La couleur est-elle diégétique ?…………………………………………………………….147
Les possibles en séries (Lost, Fringe)…………………………………………………….. 169
Un monde de circuits imprimés (sur pellicule)………………………………………..185
Un montage qui déraille : la figure de la boucle (Je t’aime je t’aime, 1968)…….188
Agencements : le principe de l’alternance……………………………………………. 203
D’un Total Recall l’autre : l’immersion comme indice……………………………… 226
Notes du chapitre 3…………………………………………………………………………….241
4– Cyberespace : le monde-simulacre de la « matrice »………………….. 253
John et Neo : les signes d’un temps……………………………………………………… 254
Le simulacre urbain du cinéma postmoderne : Dark City………………………… 263
Simulacron 3 : les mondes de la cyberculture………………………………………….275
Le système informatique vécu de l’intérieur : Tron et son « héritage »……….. 293
Notes du chapitre 4……………………………………………………………………………308
5 – Un (autre) monde sans 11 septembre………………………………………313
L’imaginaire audiovisuel post-11 septembre…………………………………………..314
L’autre World Trade Center de la série Fringe…………………………………………. 317
En deçà de l’effondrement urbain : une posture révisionniste…………………..318
Next (le monde d’après) : de la nouvelle au film……………………………………….323
Les possibles de l’impossible : un sentiment de « déjà vu »……………………… 328
Le fantasme d’une porte dérobée à l’inéluctabilité du code………………………334
Notes du chapitre 5…………………………………………………………………………… 346
Conclusion……………………………………………………………………………351
Notes de la conclusion………………………………………………………………………. 366
Index des films cités……………………………………………………………… 369
Bibliographie………………………………………………………………………..381

 

 

Séminaire: Narrations sérielles et Transmédialité

Narrations sérielles et Transmédialité

Séminaire. 2e Saison

Décembre 2013 – Juin 2014

Centre d’Etudes et de Recherches Comparatistes (CERC, EA 172), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

En collaboration avec l’Université d’Amsterdam

Séance 1 : vendredi 6 décembre 2013 (15h-18h), Université d’Amsterdam, salle E 014C Oost Indisch Huis

Nina Köll (Université d’Amsterdam): Life in A Day: Curating User-Generated Content into a Teleological Episodic Documentary Narrative

– Emma England (Université d’Amsterdam): The Bible is Dead

– Ro Lawrence (University of South Florida, Fulbright Scholar, National University of Arts, Bucharest): Locate, Combine, Iterate: Serial Strategies for Post-Internet Art

Séance 2 : vendredi 10 janvier 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier

Rencontre avec Samantha Bailly (Ecrivain) et Marion Amirganian (Editrice chez Delcourt)

Séance 3 : vendredi 7 et samedi 8 février 2014 : Journées d’études “Interactivité et Transmédialité”, Paris 3, Centre Censier, Salle Las Vergnas

Séance 4 : vendredi 21 février 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier. En collaboration avec le séminaire “Je est un autre : nous” organisé par Guido Furci et Zoé Carle.

– Michaël Bourgatte (Centre Edouard Branly – Institut Catholique de Paris) : Le suédage comme pratique de mise en circulation du cinéma.

– Florent Favard (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3) : Doctor Who sous l’ère Moffat : une continuité problématique.

Séance 5: vendredi 14 mars 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier

– Henri Garric (ENS Lyon) : Thomas Cadène, dessiner les autres gens

– Aurélie Villers (Université Picardie – Jules Verne) : Par le petit écran de Fringe

Séance 6 : vendredi 11 avril 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier. Séance co-organisée avec Daniel Compère

– Jacques Baudou : Sherlock Holmes: une mythologie proliférante

– Daniel Compère (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) : Jules Verne, un univers imaginaire en expansion

Séance 7 : vendredi 9 mai 2014 (15h-18h), Université d’Amsterdam, Vondelzaal UB.

– Markus Stauff (Université d’Amsterdam): ‘After the Game is Before the Game’. On transmedia storytelling in sports

– Kiene Brillenburg Wurth (Université d’Utrecht): Words Through Images: Overwriting in the Digital Age

Respondent: Joyce Goggin (Université d’Amsterdam)

Séance 8 : vendredi 6 juin 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier.

– Rencontre avec Raphaël Mobillion (co-fondateur de 292 Content et rédacteur de la série Civilized)

– Sylvaine Bataille (Université de Rouen) : Les séries entre référentialité et auto-référentialité

Responsables : Claire Cornillon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Anne Kustritz (Université d’Amsterdam)

Informations pratiques :

Site internet du projet : www.transmedia.hypotheses.org

Contact : narrationsserielles@gmail.com

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

Centre Censier

13 rue de Santeuil

75005 Paris

Université d’Amsterdam

Media studies

Turfdraagsterspad 9, 1012 XT Amsterdam

Appel: La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques (15 février 2014)

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques

Circulation, adaptations, mutations

Colloque organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014.

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

Parution: TV/Series n°3 Écho et reprise dans les séries télévisées (I) : Reprise et intermédialité

TV/Series n°3

Écho et reprise dans les séries télévisées (I) : Reprise et intermédialité

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 3 de la revue en ligne TV/Series, disponible à cette adresse :

http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-3-Issue-3-septembre-2013.html

Écho et reprise dans les séries télévisées (I) : Reprise et intermédialité

Ce numéro de TV/Series constitue le premier d’une série de trois volumes qui s’attacheront à explorer les diverses facettes de l’écho et de la reprise dans les séries télévisées. Répétition, récurrence, remaniement, remédiation sont au cœur des séries et constituent ce qui les distingue d’autres genres audiovisuels ou narratifs – leur sérialité même. Ce premier numéro aborde la question de l’« intermédialité » (au sens large de mise en relation d’au moins deux media différents dans un contexte créatif qui les fait interagir l’un sur l’autre), et plus précisément la question de la reprise « intermédia » ou « intermédiale », c’est-à-dire la façon dont les séries s’approprient des modes d’expression différents du medium télévisuel.

Numéro dirigé par Sylvaine Bataille et Florence Cabaret (septembre 2013)

SOMMAIRE

Préface (Sylvaine Bataille et Florence Cabaret)

Nathalie Vienne-Guerrin et Sarah Hatchuel. « Le Coup du Parapluie. Macbeth et Columbo à Scotland Yard »

Peter Marquis. « Cover, recover et uncover : les motifs de la reprise dans la série Treme »

Ariane Hudelet. « Treme : New Orleans Remix »

Virginie Marcucci « Glee et la reprise jubilatoire »

Monica Michlin. « Recurrence, Remediation and Metatextuality in Queer As Folk »

Hélène Monnet-Cantagrel. « CSI, de la série au jeu : « a more immersive experience »

Sarah Sepulchre. « Les constellations narratives. Que font les téléspectateurs des adaptations multimédiatiques des séries télévisées ? »

Notices biographiques des auteurs

Bien cordialement,

Sylvaine Bataille et Florence Cabaret (Université de Rouen)