Archives par mot-clé : sous-culture / subculture

Appel : Contre-culture

Appel de propositions d’articles
La contre-culture et ses marges

Sous la direction de Simon Harel (Département de littératures et de langues du monde, Université de Montréal) et
Simon-Pier Labelle-Hogue (Département et langue et littérature françaises, Université McGill)

Photo: Archives Le Devoir (Québec)

La contre-culture, voire les contre-cultures, ont fait l’objet de plusieurs travaux qui exposent à la fois la richesse et l’ambiguïté de ce syntagme (Bennett, 2014). On remarque en effet une concentration des études portant sur les sixties, où la contre-culture devient un élément indissociable des mouvances culturelles et contestataires de l’époque (Roszak, 1969; Rochon, 1979; Heath et Potter, 2005; Dogget, 2007; Larose et Rondeau, 2016). À l’inverse, plusieurs chercheurs traitent de la contre-culture en mettant de l’avant son caractère pluriel.

De ces travaux procèdent deux attitudes, puisque traiter des contre-cultures sous-entend une série de déclinaisons dans l’espace et le temps. Ainsi, plusieurs auteurs adoptent l’usage du pluriel pour rendre compte des interprétations individuelles du processus comme de la multiplicité des pratiques sociales afférentes en raison de son aspect polymorphe (Bourseiller et Penot-Lacassagne, 2013; Lacroix, Landrin, Pailhes, Rolland-Diamond et Landrin, 2015). Déjà en 1978, Jules Duchastel montrait que la contre-culture jouait sur les contrastes pour ainsi permettre à chacun de se forger une identité. D’autres publications, qui ont porté sur les contextes québécois (Warren et Fortin, 2015) et américain (Saint-Jean-Paulin, 1997; Robert, 2012), soutiennent quant à elles avec justesse que les modes d’appropriation de la contre-culture et de plusieurs de ses caractéristiques culturelles (pseudonymes, prénoms, coiffures, vêtements, musique, etc.) découlent, à tout le moins en partie, de l’opposition aux régimes parental et sociétal. Les jeunes issus du Continuer la lecture de Appel : Contre-culture

Publication : Popular Music and Countercultures, n°1

The first issue of the French edition of « Popular Music and Countercultures » is now out and online.

Full table of contents: https://www.cairn.info/revue-volume-2012-1.htm

To purchase/subscribe from beyond France: http://volume.revues.org/1643

CONTENT

– Introduction

– Sheila Whiteley, « Contre-cultures et Musiques Populaires – présentation »

– Andy Bennett, « Réévaluer la “contre-culture” »

1. Théoriser les Contre-Cultures

  • Ryan Moore, « “Break on Through” : La Contre-culture et l’apogée de la modernité américaine »
  • Simon Warner, « “The Banality of degradation”: Andy Warhol, le Velvet Underground et l’esthétique trash »

II. Les Scènes Contre-Culturelles – Musique & Espace

  • Giovanni Vacca, « Musique et contre-cultures en Italie : la scène napolitaine »
  • Aline Macke, « Les Taqwacores : émergence d’une contre-subculture américano-musulmane ? »
  • Fabien Hein, « Le DIY comme dynamique contre-culturelle : l’exemple de la scène punk rock »
  • Gildas Lescop, « Les skinheads : du reggae au RAC. Le passage d’une contre-culture à une contre-contre-culture sous influence musicale »
  • Philippe Birgy, « “Si cette histoire vous amuse, on peut la recommencer” : Le yéyé et l’importation de l’Amérique »

Notes de Lecture – Contre-Cultures

  • Ian Inglis : Andy Bennett (ed.) (2004), Remembering Woodstock, Farnham & Burlington : Ashgate.
  • Michaël Rolland : Claude Chastagner (2012), Révoltes et Utopies. Militantisme et contre-culture dans l’Amérique des années soixante, Paris : Presses Universitaires de France.
  • Elsa Grassy : Barbara Lebrun (2009), Protest Music in France: Production, Identity and Audiences, Farnham : Ashgate.
  • Hazel Marsh : Ian Peddie (ed.) (2011), Popular Music & Human Rights I & II, Farnham & Burlington : Ashgate.
  • Richard Elliott : Keith Negus (2008), Bob Dylan, Sheffield : Equinox.
  • Patrick Burke : Russell Reising (ed.) (2006), Speak to Me: The Legacy of Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon, Aldershot & Burlington : Ashgate.
  • Peter Mills : Kevin Fellezs (2011), Birds of Fire: Jazz, Rock, Funk and the Creation of Fusion (Refiguring American Music), Durham : Duke University Press

Varia

  • Olivier Julien, « “Make-Believe Ballroom Times” : de l’influence du DJing sur les modes d’interprétation et de composition des musiques populaires anglo-américaines »

An English version of this issue will be published, with new papers, in 2013 by Ashgate.

Appel: Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles (date limite: 28 février)

CULTURHISTO 2013, la journée d’études des doctorants du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines se tiendra mercredi 29 Mai 2013 à l’auditorium de la BU de l’UVSQ sur le thème « Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles »

Si la notion de marge renvoie plus facilement à la géographie, sa richesse lui vaut d’être mobilisée par plusieurs disciplines des sciences sociales et d’être appliquée à des champs d’études très variés. Définir la marge implique dans un premier temps d’identifier deux types d’espaces : le centre et la périphérie. En effet, les enjeux et les problématiques qui y sont liés résident dans le rapport qu’elle entretient avec son centre de gravité, et ce dans de nombreuses disciplines. Selon les critères choisis pour définir la marge, nous pouvons alors analyser plusieurs types de rapports : ceux de la banlieue à sa ville-centre si nous la considérons dans sa dimension spatiale, la classe dominée face à la classe dominante au niveau sociologique, ou encore entre mainstream et subculture d’un point de vue culturel.

Tout en s’intéressant à sa définition, il nous importera également de réfléchir très spécifiquement à la marge en tant qu’espace productif de tout ordre, tant de normes, de construits sociaux, que de culture. Par la présente journée il s’agira de ainsi de mettre la marge en concurrence avec les centres de pouvoir et les groupes dominants qui possèdent ces fonctions productives et normatives. Souvent contestataires, les marges se présentent comme des lieux de bouillonnement et d’agitation : ses acteurs savent porter une revendication, questionner les frontières et les normes qui ont cours. De même, la connaissance de la marge peut permettre d’en savoir plus sur son centre d’attraction : dès lors, comment parvient-elle à investir l’espace social, le perturber et l’enrichir ?

Le sujet pourra alors s’envisager selon plusieurs approches et dépasser la seule définition géographique de territoire marginal pour investir des champs symboliques. En lui associant le terme de création, l’approche que nous avons de la marge nous amènera à nous interroger sur les formes de production qui s’y exercent.
Sur ce point, nous souhaiterons nous intéresser à d’anciennes subcultures devenues légitimes – a contrario celles restées illégitimes. Il nous faudra donc nous interroger sur les modalités de leur diffusion. En effet, faire l’histoire des cultures dominantes revient parfois à retourner vers la marge : selon des problématiques multiples, on pourra parler par exemple du rock, du sport ou des grands ensembles. La question de la légitimation nous amènera naturellement à nous intéresser aux publics : en effet, comment se repérer face à une offre culturelle grandissante ? Surtout, par quels canaux ces productions circuleraient-elles, et quels seraient ses éléments d’incubation ou de blocage ?

De plus, il paraitra aussi important de s’intéresser à la portée de la marge, que ce soit en terme de réception ou de création. La diffusion de la culture ne se faisant pas en sens unique, les marges doivent donc être vues à la fois comme des espaces créateurs et récepteurs. Le premier terme postule une culture dite alternative quand le second invoquerait plutôt celui de la culture de masse. Cependant ne peut-on pas dépasser ce schéma si l’on remet en question la marge comme espace sous domination du centre ?
Il faut en effet se garder de plaquer sur la marge les idées préconçues qui ont cours. La culture produite dans les marges ne saurait-elle se diffuser hors de celles-ci ? Dans toute l’offre culturelle contemporaine, quel statut occupe cette culture de la marge ? Ne peut-elle être autre chose qu’une « sous-culture » ?

Née d’observations faites aux cours de nos travaux respectifs, cette journée d’études a pour objectif de développer de telles problématiques, en favorisant la rencontre entre de jeunes chercheurs venus d’horizons et de disciplines différentes. Loin de se limiter aux seuls travaux d’historiens, notre journée d’études sera largement ouverte aux chercheurs en sciences politiques, en géographie, littérature, sociologie, médiologie, le tout dans une perspective n’excluant pas les comparaisons extra-nationales ou transmédiatiques. Nous tenterons ce faisant de balayer un horizon chronologique large afin d’offrir un aperçu de la marge le plus complet possible.
De manière non exhaustive, les domaines de recherche à privilégier seront les suivants : les territoires, la culture populaire, la création artistique contemporaine, la contestation et les normes, les pratiques de classes et de genres, ainsi que les médiations culturelles.

Comité d’organisation :

Nicolas Lahaye (CHCSC-UVSQ),
Thibault Le Hégarat (CHCSC-UVSQ),
Justine Delassus (CHCSC-UVSQ),
Frédéric Monvoisin (IRCAV-Paris 3).

La journée d’études se tiendra à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines le mercredi 29 mai 2013, à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, site de Guyancourt.

Les propositions de communication (500 mots environ), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur avant le 28 février 2013 à l’adresse suivante : culturhisto2013@uvsq.fr

Les propositions émanant de jeunes chercheuses et chercheurs sont naturellement les bienvenues.

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Appel à contributions

« La science-fiction française depuis 1970 »

(automne 2013)

ReSF est en passe d’ouvrir ses pages en open access. Le carnet qui l’accompagne lance en avant première l’appel à contribution pour le numéro 3, qui paraîtra à l’automne 2013. Les consignes sont listées dans le menu du carnet et seront répétées sur le site de la revue. A vos plumes…

***

Appel à contributions « La science-fiction française depuis 1970 » ReS Futurae, numéro 3 (automne 2013)
Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Échéances :
– envoi des propositions (5000 signes maximum) jusqu’au 20 décembre 2012, à: irene.langlet@unilim.fr
– réponse de ReSF le 20 février au plus tard.
– remise des articles le 31 mai 2013 au plus tard.

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

***

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques œuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les œuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertain, Cette chère humanité, Delirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (Blue, Rempart des naufrageurs, Poupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner City, F.A.U.S.T., La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraie, Les Guerriers du silence, Le Chant du cosmos, Aucune étoile aussi lointaine, Une porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalité, Structura maxima, Pollen, Plaguers, Rêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera de proposer des études sur des œuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, telles que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvage, Les Maîtres du temps, Gandahar), ou les œuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace Hotel, Tykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae: <http://resf.hypotheses.org>

Call for Papers: Participations special issue: The Fan Studies Network: New Connections, New Research

Call for Papers: Participations special issue: The Fan Studies Network: New Connections, New Research

Formed in March 2012, the Fan Studies Network (http://fanstudies.wordpress.com/) was created with the idea of cultivating a space in which scholars of fandom could easily forge connections with other academics in the field, and discuss the latest topics within fan studies. Having attracted close to 200 members, the network is already fostering a sense of community and engendering fruitful debate. We intend to capture this dynamic intersection of scholars working in the field, and present it in a special issue of Participations: Journal of Audience&  Reception Studies (http://www.participations.org/).

Although fandom has been, to a degree, widely studied, the influence of the Internet and social media on fandom is resulting in scholars questioning and ruminating on how these platforms are presenting new challenges and how their influence can be understood. In this issue we will present a snapshot of the current state of the field and the topical themes that are presently being debated within this.

Thusly, the issue will provide a platform for new scholarly collaborations between FSN members, demonstrating the possibilities for new modes of research.

We encourage new members to the network and welcome proposals for articles on, but not limited to, the following possible topics:

  • Fan use of social media platforms
  • Fan practices
  • Activism and fandom
  • Producer-audience interactions
  • “Underrepresented” fan cultures
  • New modes of fan fiction

New collaborations between network members, in addition to individual submissions, are particularly encouraged in order to reflect the FSN’s aims at strengthening the way in which knowledge is shared across the field.

We also invite shorter pieces for a forum section. These will be 2,000 words maximum, non-peer reviewed debates between scholars on particular issues. Aiming for a more conversational mode, we welcome proposals for themes that may include:

  • Acafandom
  • Fan studies methodologies
  • Offline fandoms
  • The “next generation” of fan studies
  • Defining “fandom”
  • The ethics of fan studies
  • Fandom and brands

Please submit article proposals or forum provocations of no more than 300 words, along with a 200 word biographical note to both Tom Phillips (T.Phillips@uea.ac.uk) and Lucy Bennett (Bennettlucyk@gmail.com) by 2 July 2012. Please also contact us with any queries or requests for further information. Completed articles will have a submission deadline of 10 December 2012 and you must be a member of the network to participate.

Please note that Participations operates an open-refereeing policy. For more information see the website (http://www.participations.org/submission_guidelines.htm).

Parution : Punkademics, Zack Furness (dir.)

Punkademics

Edited by Zack Furness

The basement show in the ivory tower…

In the thirty years since Dick Hebdige published Subculture: The Meaning of Style, the seemingly antithetical worlds of punk rock and academia have converged in some rather interesting, if not peculiar, ways. A once marginal subculture documented in homemade ‘zines and three chord songs has become fodder for dozens of scholarly articles, books, PhD dissertations, and conversations amongst well-mannered conference panelists. At the same time, the academic ranks have been increasingly infiltrated by professors and graduate students whose educations began not in the classroom, but in the lyric sheets of 7” records and the cramped confines of all-ages shows.

Continuer la lecture de Parution : Punkademics, Zack Furness (dir.)