Archives par mot-clé : sociologie

Appel : Pairs adolescents

Appel à communication du deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) :

« Les pairs »

Proposition de résumé : 30 avril 2017

Remise des articles complets : 1er septembre 2017

Publication des articles : 30 janvier 2018

Qui sont les pairs ?

Les études sur l’adolescence font appel régulièrement la notion de «pairs ». Le deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) a pour objectif de clarifier ce que les chercheur-e-s entendent lorsqu’ils parlent des pairs. Qui sont-ils ? Quelle place ont-ils dans la vie des adolescent-e-s ? Quelles fonctions remplissent-ils ? Derrière l’apparence d’une homogénéité se cache-t-il une diversité des groupes de pairs ? Une diversité des rôles joués par chacun au sein du groupe ? Comment et pourquoi ces groupes de pairs sont-ils mobilisés par les auteur-e-s pour saisir les expériences juvéniles ?

Les pairs comme alternative à la famille

L’un des paradigmes fondamentaux des études sur l’adolescence contemporaine repose sur la mise en tension de la socialisation primaire et de la socialisation secondaire. Selon Pierre Bourdieu (1979), la socialisation primaire au sein de la famille entraîne des acquisitions stables, mais nous savons que la socialisation secondaire prend une place de plus en plus significative au cours de l’adolescence par le biais des diverses institutions de socialisation et plus précisément par l’intégration du jeune dans différents cadre de la vie sociale. Or, les mutations culturelles de ces dernières décennies ont transformé le processus de socialisation : les jeunes ne sont plus des agents passifs qui subissent une socialisation imposée de manière unilatérale par les aînés ou les institutions (Dubar, 2000). La socialisation contemporaine devient alors l’écho d’un processus d’individuation où chacun expérimente et définit son chemin avec un souci constant d’authenticité et d’unicité. Dans ce contexte, la socialisation devient – peut-être davantage qu’auparavant – un processus qui se poursuit sans cesse et pendant lequel le temps accordé à la famille tend à diminuer au profit des «relations choisies » (Poirier & Lavoie, 2006, p. 7). Continuer la lecture de Appel : Pairs adolescents

Colloque sur les mouvements punk/post-punk, 27-28 mars 2015

unnamed

Disorder : Histoire sociale des mouvements punk/post-punk

Programme du colloque 

Vendredi 27 mars

Université Paris Diderot – Amphithéâtre Buffon, bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion, Paris 750139h Accueil et allocution d’ouverture – Mathieu Duplay, directeur de l’UFR d’Études Anglophones, LARCA, Université Paris Diderot9h30-10h30 CONFERENCE PLENIERE – Nick Crossley, Professor of Sociology, University of Manchester, « A Network of Sound, Style and Subversion: the formation of the London Punk World, 1975-1976 »

 

Coffee Break – Pause café

10h45-12h45 – ATELIER 1 – Cultural transfers – Transferts culturels

Présidente de séance : Elodie Grossi (URMIS-CNRS) / Discutante : Florence Tamagne (Univ. Lille III)

Thomas Bacquet (U. Rouen), « L’impossible émergence du punk en Corée du Sud : une voie vers la démocratisation et la naissance d’une scène indépendante dans les années 1990. »

Djordje Sredanovic (U. Bologna), « Huligani dangereux: “new punk wave” imaginations between Eastern and Western Europe »

Simone Tosoni (U. Cattolica Milano), « Enacting Goth in Milan, Italy:local appropriations of a trans-national post-punk subculture in the ‘80s »

Pierre Raboud (U. Lausanne), « La scène punk suisse et l’injonction à l’engagement : mobilisations politiques et replis esthétiques (1976-1980) »

Lunch break – Pause déjeuner : 12h45-14h

14h-16h – ATELIER 2 –

Different French Punk generations – Les générations du punk français

Président de séance et discutant : Arnaud Baubérot (UPEC)

Pierig Hummeau (CURAPP – CNRS) , « De l’avant-garde « proto-punk » à l’espace punk « indépendant » français. »

Luc Robène (U. Bordeaux) et Solveig Serre (THALIM –CNRS), « To be or not to be punk. L’invention du punk dans la presse musicale spécialisée en France (1976-1978) »

Christophe Broqua (U. Paris Ouest Nanterre) et Vincent Douris, « La musique industrielle, héritière du mouvement punk ? Racines et pluralité de la scène française des années 1980 »

Thomas Loué (U. Strasbourg), « L’efficacité monographique dans l’histoire sociale du punk. L’exemple d’Oth (1978-1991) » »

Coffee Break – Pause café

16h30-18h – Table ronde – Alternative Punk and Post-Punk scenes outside the English-speaking context: the underground, marginality and repression – Scène alternative punk et post-punk en dehors du monde anglophone : entre marginalité, underground et répression.

Président de séance : Paul Schor (U. Paris Diderot). Avec Nathanel Amar, Pascale Le Berre, François Ooghe (Marsu), Mona Soyoc et Spatsz, Hervé Zénouda.

CONCERT AU PETIT BAIN À 19h30 (OUVERTURE DES PORTES 19H) AVEC LYDIA LUNCH’S RETROVIRUS ET KAS PRODUCT

Continuer la lecture de Colloque sur les mouvements punk/post-punk, 27-28 mars 2015

Stiénon Valérie (Université Paris XIII)

Valérie STIENON

Maître de conférences en littérature française à l’Université Paris XIII, où elle enseigne la théorie littéraire et la littérature populaire des XIXe et XXe siècles. Elle est co-directrice de la revue COnTEXTES et membre du programme ANR « Anticipation » (ENS-Lyon, 2014-2018).

Intérêts de recherche

– histoire et poétique du récit d’anticipation

– fiction dystopique (définitions, formes, circulation) Continuer la lecture de Stiénon Valérie (Université Paris XIII)

Appel: Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles (date limite: 28 février)

CULTURHISTO 2013, la journée d’études des doctorants du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines se tiendra mercredi 29 Mai 2013 à l’auditorium de la BU de l’UVSQ sur le thème « Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles »

Si la notion de marge renvoie plus facilement à la géographie, sa richesse lui vaut d’être mobilisée par plusieurs disciplines des sciences sociales et d’être appliquée à des champs d’études très variés. Définir la marge implique dans un premier temps d’identifier deux types d’espaces : le centre et la périphérie. En effet, les enjeux et les problématiques qui y sont liés résident dans le rapport qu’elle entretient avec son centre de gravité, et ce dans de nombreuses disciplines. Selon les critères choisis pour définir la marge, nous pouvons alors analyser plusieurs types de rapports : ceux de la banlieue à sa ville-centre si nous la considérons dans sa dimension spatiale, la classe dominée face à la classe dominante au niveau sociologique, ou encore entre mainstream et subculture d’un point de vue culturel.

Tout en s’intéressant à sa définition, il nous importera également de réfléchir très spécifiquement à la marge en tant qu’espace productif de tout ordre, tant de normes, de construits sociaux, que de culture. Par la présente journée il s’agira de ainsi de mettre la marge en concurrence avec les centres de pouvoir et les groupes dominants qui possèdent ces fonctions productives et normatives. Souvent contestataires, les marges se présentent comme des lieux de bouillonnement et d’agitation : ses acteurs savent porter une revendication, questionner les frontières et les normes qui ont cours. De même, la connaissance de la marge peut permettre d’en savoir plus sur son centre d’attraction : dès lors, comment parvient-elle à investir l’espace social, le perturber et l’enrichir ?

Le sujet pourra alors s’envisager selon plusieurs approches et dépasser la seule définition géographique de territoire marginal pour investir des champs symboliques. En lui associant le terme de création, l’approche que nous avons de la marge nous amènera à nous interroger sur les formes de production qui s’y exercent.
Sur ce point, nous souhaiterons nous intéresser à d’anciennes subcultures devenues légitimes – a contrario celles restées illégitimes. Il nous faudra donc nous interroger sur les modalités de leur diffusion. En effet, faire l’histoire des cultures dominantes revient parfois à retourner vers la marge : selon des problématiques multiples, on pourra parler par exemple du rock, du sport ou des grands ensembles. La question de la légitimation nous amènera naturellement à nous intéresser aux publics : en effet, comment se repérer face à une offre culturelle grandissante ? Surtout, par quels canaux ces productions circuleraient-elles, et quels seraient ses éléments d’incubation ou de blocage ?

De plus, il paraitra aussi important de s’intéresser à la portée de la marge, que ce soit en terme de réception ou de création. La diffusion de la culture ne se faisant pas en sens unique, les marges doivent donc être vues à la fois comme des espaces créateurs et récepteurs. Le premier terme postule une culture dite alternative quand le second invoquerait plutôt celui de la culture de masse. Cependant ne peut-on pas dépasser ce schéma si l’on remet en question la marge comme espace sous domination du centre ?
Il faut en effet se garder de plaquer sur la marge les idées préconçues qui ont cours. La culture produite dans les marges ne saurait-elle se diffuser hors de celles-ci ? Dans toute l’offre culturelle contemporaine, quel statut occupe cette culture de la marge ? Ne peut-elle être autre chose qu’une « sous-culture » ?

Née d’observations faites aux cours de nos travaux respectifs, cette journée d’études a pour objectif de développer de telles problématiques, en favorisant la rencontre entre de jeunes chercheurs venus d’horizons et de disciplines différentes. Loin de se limiter aux seuls travaux d’historiens, notre journée d’études sera largement ouverte aux chercheurs en sciences politiques, en géographie, littérature, sociologie, médiologie, le tout dans une perspective n’excluant pas les comparaisons extra-nationales ou transmédiatiques. Nous tenterons ce faisant de balayer un horizon chronologique large afin d’offrir un aperçu de la marge le plus complet possible.
De manière non exhaustive, les domaines de recherche à privilégier seront les suivants : les territoires, la culture populaire, la création artistique contemporaine, la contestation et les normes, les pratiques de classes et de genres, ainsi que les médiations culturelles.

Comité d’organisation :

Nicolas Lahaye (CHCSC-UVSQ),
Thibault Le Hégarat (CHCSC-UVSQ),
Justine Delassus (CHCSC-UVSQ),
Frédéric Monvoisin (IRCAV-Paris 3).

La journée d’études se tiendra à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines le mercredi 29 mai 2013, à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, site de Guyancourt.

Les propositions de communication (500 mots environ), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur avant le 28 février 2013 à l’adresse suivante : culturhisto2013@uvsq.fr

Les propositions émanant de jeunes chercheuses et chercheurs sont naturellement les bienvenues.

Parution: Vincent Berry L’expérience virtuelle : jouer,vivre, apprendre dans un jeu vidéo.

Parution

Vincent Berry

L’expérience virtuelle : jouer,vivre, apprendre dans un jeu vidéo.

Présentation

En s’affranchissant d’un certain nombre de paniques morales au profit d’une analyse empirique des pratiques cet ouvrage propose une ethnographie des mondes virtuels et des habitants qui les fréquentent. Qui sont les joueurs ? Quel âge ont-ils? Combien de temps jouent-ils? À quels types d’activité s’adonnent- ils? De quelles natures sont les relations tissées dans ces univers? Au-delà d’un simple mais nécessaire compte-rendu sociologique cet ouvrage a pour ambition d’analyser la notion d’expérience virtuelle entendue comme ce que ces mondes numériques « font et font faire » à leurs habitants, comment ils sont vécus, quelles significations ils produisent, quels savoirs et compétences ils mobilisent. Derrière l’analyse de ces univers virtuels la relation entre jeu et apprentissages informels est ainsi interrogée.

TABLE DES MATIÈRES

REMERCIEMENTS ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..9
PRÉFACE DE GILLES BROUGÈRE …………………………………………………………………………………………………………………… 11
PROLOGUE : ENTRETIENS AVEC DES JOUEURS ………………………………………………………………………………………………. 15
INTRODUCTION ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….. 19
Chapitre I
JEUX VIDÉO : LA FABRICATION D’UNE CULTURE ………………………………………………………………………………………… 33
L’invention d’un loisir : université, guerre froide et science-fiction ………………………………. 35
Sports et fantasy anglo-saxonnes : diversification de la culture vidéoludique ………….. 36
Jouet, culture enfantine et jeu vidéo ………………………………………………………………………………………….. 38
Sociologie des pratiques vidéoludiques …………………………………………………………………………………….. 40
« Pratiques savantes et pratiques vulgaires » : distinctions vidéoludiques ………………… 42
La légitimation du jeu vidéo ………………………………………………………………………………………………………….. 43
Mondes du jeu : la fabrication d’un public ……………………………………………………………………………… 45
De la culture enfantine aux pratiques adultes : la perspective des sciences du jeu … 47
Chapitre II
DÉMOGRAPHIE DES MONDES VIRTUELS ……………………………………………………………………………………………………….. 49
Des MUD à World of Warcraft ………………………………………………………………………………………………………… 49
World of Warcraft : présentation générale …………………………………………………………………………………. 50
Frontières du jeu : les frontières de la langue …………………………………………………………………………. 52
Jeunes adultes citadins ……………………………………………………………………………………………………………………. 56
Classes moyennes salariées ……………………………………………………………………………………………………………. 58
Étudiants, lycéens, collégiens ……………………………………………………………………………………………………….. 60
Sans activité rémunérée :
chômage, retraites, maternité, arrêts maladie, handicaps… …………………………………………….. 61
Mondes virtuels et situations familiales ……………………………………………………………………………………. 63
Goûts, pratiques et préférences culturelles : jeu, livres, films, musique et cinéma …. 64
La fantasy : culture dominante ……………………………………………………………………………………………………… 68
La population des joueurs de MMO : différences et répétitions ……………………………………… 69

Chapitre III
DES HISTOIRES PARTAGÉES D’APPRENTISSAGE : PLAYER VERSUS ENVIRONMENT ……………………………………. 71
Un monde de cueilleur/chasseur :
chasse, « pex », nature et traditions ludiques …………………………………………………………………………. 71
Des sociabilités contraintes par un dispositif …………………………………………………………………………. 72
Des mondes sans fins ? ……………………………………………………………………………………………………………………. 74
Équipement, loots et theorycrafting : à la recherche de la distinction …………………………… 77
Des explorateurs immobiles : une expérience du voyage ………………………………………………….. 80
Apprentissages par frayage : imitation, observation, imprégnation ………………………………. 84
Apprentissages guidés : conseil, tutorat, mentorat ………………………………………………………………. 87
Apprentissage par la guilde : un compagnonnage numérique …………………………………………. 89
Les guildes comme communautés de pratique :
des histoires d’apprentissage ………………………………………………………………………………………………………….. 91
Apprentissages hors ligne ………………………………………………………………………………………………………………. 93
Des pédagogies différenciées …………………………………………………………………………………………………………. 94
Chapitre IV
L’EXPÉRIENCE DE LA FICTION : QUÊTES, FANFICTIONS, MACHINIMAS ………………………………………………………. 95
Des « ludo-narrations » : les quêtes ……………………………………………………………………………………………. 99
Background et storyline : des joueurs/lecteurs ………………………………………………………………………… 97
Stratégie industrielle et saturation marketing ………………………………………………………………………… 99
Les produits dérivés comme exhausteurs de jeu : les fans ……………………………………………… 101
Des joueurs/auteurs de fiction ……………………………………………………………………………………………………. 102
Des contributions à une culture ludique : le recyclage tolkienien ………………………………. 107
Parodies et caricatures : une culture populaire …………………………………………………………………… 109
Apprentissages collatéraux ………………………………………………………………………………………………………….. 111
Chapitre V
SPORTS, JEUX DE BAGARRES ET EXPÉRIENCES AGONISTIQUES : LE PVP ………………………………………………… 113
Un monde en guerre ……………………………………………………………………………………………………………………… 114
Teamplay, gameplay et apprentissage « par corps » …………………………………………………………… 116
Les teams fixes : l’expérience sportive …………………………………………………………………………………….. 117
Chahuts, combats de masse et inégalités ludiques …………………………………………………………….. 119
Insulte, fanfaronnade et provocation : relâchement du contrôle social …………………….. 121
« L’affaire Ulcan » : rupture de cadre ……………………………………………………………………………………….. 123
Jeu et second degré ………………………………………………………………………………………………………………………… 125
Un chaos réglementé …………………………………………………………………………………………………………………….. 126
À la recherche du beau jeu, du beau geste, du beau combat …………………………………………. 129
Goûts, dégoûts et habitus (vidéo)ludiques …………………………………………………………………………… 130
À la recherche de l’expérience optimale : entre ennui et plaisir …………………………………… 133
Des expériences agonistiques ……………………………………………………………………………………………………… 135

Chapitre VI
FABRIQUER, ACHETER, VENDRE DES BIENS VIRTUELS : LE CRAFT ………………………………………………………….. 137
Artisans du numérique …………………………………………………………………………………………………………………. 138
L’art de jouer en faisant tout autre chose ……………………………………………………………………………….. 139
Apprentissages fortuits et savoirs minuscules ……………………………………………………………………… 141
Le jeu : une affaire d’agencement ……………………………………………………………………………………………… 143
Traders du numérique : l’expérience de la bourse ……………………………………………………………… 145
Escroqueries, vols et autres délits virtuels …………………………………………………………………………….. 147
Quand le symbolique devient économique …………………………………………………………………………… 149
Un jeu sérieux ? ……………………………………………………………………………………………………………………………….. 150
De la différence entre simuler et jouer : un jeu de la marchande (néo)libérale …….. 152
Chapitre VII
DES EXPÉRIENCES IDENTITAIRES : JEUX DE POUPÉES, DÉGUISEMENTS, CARNAVAL ET ROLEPLAY ……… 155
Un jeu de poupées virtuelles : réflexivité sur le genre ……………………………………………………… 155
Sexisme vidéoludique et stéréotypes de genre : le point de vue des joueuses ………… 158
Des esthétiques en jeu ………………………………………………………………………………………………………………….. 159
Jeux de faire semblant : le roleplay …………………………………………………………………………………………… 160
Mariages virtuels …………………………………………………………………………………………………………………………….. 162
Enterrements virtuels ……………………………………………………………………………………………………………………. 164
Du déguisement virtuel au cosplay IRL …………………………………………………………………………………… 168
Des mondes carnavalesques ………………………………………………………………………………………………………… 169
Habitus vidéoludiques ………………………………………………………………………………………………………………….. 171
Corps de substitution ou corps-jouets ……………………………………………………………………………………. 173
Les joueurs et leurs avatars : des rapports différenciés ……………………………………………………. 174
Les MMO comme expérience identitaire :
l’apprentissage des stéréotypes de genre ………………………………………………………………………………… 176
Chapitre VIII
DES EXPÉRIENCES SOCIALES : COMMUNAUTÉS ET SOCIABILITÉS VIRTUELLES ……………………………………… 179
Formation des guildes de joueurs …………………………………………………………………………………………….. 180
Intégrer une guilde de joueurs : organisation, fonctionnement et netiquette ………….. 181
Vie ludique et vie privée ………………………………………………………………………………………………………………. 184
Identité réelle, identité ludique et identité supposée : l’art de deviner l’autre ………… 188
Les rencontres IRL : l’intrusion de la vraie vie …………………………………………………………………….. 191
« Mais t’es une fille ? » : des expériences sociologiques ………………………………………………….. 195
Mixité sociale et ludophilie …………………………………………………………………………………………………………. 197
Agrégations homogènes, homophilie et affinités électives ……………………………………………… 199
Comment penser ces communautés virtuelles ? …………………………………………………………………. 201
Vie et mort des guildes : l’espérance de vie communautaire …………………………………………. 204
Expériences sociales et communautaires ………………………………………………………………………………. 206

Chapitre IX
LES MONDES VIRTUELS DANS L’ESPACE SOCIAL : EXPÉRIENCES ET APPRENTISSAGES SITUÉS ……………. 209
Harry (11 ans), chef de guilde : le jeu vidéo comme passion ……………………………………….. 209
Pierre (19 ans), sans activité : le jeu vidéo comme moratoire ………………………………………. 211
Yves (43 ans), « boulot de merde » : le MMO comme exutoire ……………………………………. 212
Lucie (27 ans) : « pro-sociale » et « mariée » ……………………………………………………………………… 209
Alexandre (35 ans) « joueur de jeu de rôle » ………………………………………………………………………. 215
Robin (26 ans) : des sociabilités à domicile …………………………………………………………………………. 216
Sonia (33 ans) : l’exception qui confirme la règle ……………………………………………………………… 217
Ayhan (47 ans), Milo (10 ans) et Martial (26 ans) : « accrocs » ………………………………….. 219
Un loisir invasif ou symbiotique ……………………………………………………………………………………………….. 221
École, travail, sommeil : domestiquer le jeu ………………………………………………………………………… 223
Les mondes virtuels au sein du couple :
libertés individuelles et logiques de vie à deux …………………………………………………………………… 225
Parents, enfants et jeux vidéo …………………………………………………………………………………………………….. 229
« Addiction », « dépendance », « aliénation », « jeu excessif »…
quand les joueurs en parlent ………………………………………………………………………………………………………. 231
Les adieux au jeu ……………………………………………………………………………………………………………………………. 235
Expériences et apprentissages …………………………………………………………………………………………………….. 237
Conclusion
L’EXPÉRIENCE VIRTUELLE …………………………………………………………………………………………………………………………… 243
BIBLIOGRAPHIE …………………………………………………………………………………………………………………………………………….. 253
JOUEURS CITÉS AU COURS DE L’OUVRAGE ………………………………………………………………………………………………….. 261
ENVOI …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 271

Publication : la sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec

La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec, Ellipses, Paris, 2012.

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ?
À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Information et sommaire : http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?products_id=8742

Call for papers – Urban Mobility 2012

CALL  FOR  PAPERS

Faculty of Humanities in cooperation with Faculty of Public Health of Airlangga University will hold its 3rd International Conference. The main theme of the 2012 conference is “Urban Mobility: Its Impacts on Socio-Cultural and Health Issues”. The conference seeks to bring analysis in the field of humanities and health sciences to explore and redefine social relationships, religious identities, gender identities, social norms, and health issues in urban societies characterized by rapid pace of  changes.

OBJECTIVES

The general objective of this international conference is to understand moving urban societies from multidisciplinary perspectives. Specifically, the objectives of the conference are:

  • to provide a forum for sharing and learning ideas, developments, and research findings on socio-cultural and health issues in the domain of urban studies.
  • to capture mobile societies more comprehensively. As this will be an interdisciplinary conference, the phenomena of these moving societies will be analyzed from different perspectives, such as from the perspectives of Cultural Studies, Literature, History, Sociology, Law, Psychology, Medicine, Public Health and others.
  • to redefine social relationships, religious identities, gender identities, and social norms of urban societies from multidisciplinary perspectives.
  • to build a collaborative partnership among universities, so that the issues which become the concerns of this conference can be discussed more elaborately.

MAIN AND SUB-THEMES

The main theme of the conference is “Urban Mobility: Its Impacts on Socio-cultural and Health Sciences”. The program committee welcomes original contributions on the following sub-themes:

  • shifting gender and sexual identities
  • urban mobility and language variations
  • language and social changes
  • urban communities and popular cultures
  • health and life styles in urban societies
  • diseases in moving societies
  • eco awareness in urban societies
  • local traditions in urbanized societies
  • literatures, languages, and identities in cyber societies
  • religious practices in urbanized societies
  • urban space and economy

DATE

7-8 December 2012

VENUE

Kantor Manajemen Universitas Airlangga (The Management Building of Universitas Airlangga)

Campus C, Jalan Mulyorejo

Surabaya – INDONESIA

KEYNOTE SPEAKERS

Associate Prof. Catherine Driscoll (The University of Sydney, Australia), Constance Kampf, PhD (Aarhus University, Denmark), Associate Prof. Goh Beng Lan (National University of Singapore), Deny Arnos Kwary, PhD (Universitas Airlangga, Indonesia), Manneke Budiman, PhD (University of Indonesia), Dr. Purnawan Basundoro (Universitas Airlangga, Indonesia), Dr. Rahmat Hargono (Universitas Airlangga), Prof. Wan Zawawi Ibrahim (Universiti Brunei Darussalam)

Deadline for abstract: 20 July 2012

Notification for selected abstracts: 3 August 2012

Deadline for full papers: 5 October 2012

Please send your abstract (no more than 350 words) and a short bio-note to: urbanfib2012@gmail.com

For further information, please visit our website: www.fib.unair.ac.id/urbanmobility2012

Journée d’étude : « La culture du fan. Vers une nouvelle sociologie des publics? »

Journée d’étude

27 avril 2012, à partir de 9h

LA CULTURE DU FAN.

VERS UNE NOUVELLE SOCIOLOGIE DES PUBLICS ?

Maison de la Recherche

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord et de l’équipe d’accueil Communication, Information, Médias (CIM) de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

9h00Accueil des participants et introduction de la journée

Maxime Cervulle (Docteur, Paris 1, UMR Institut Acte), Nelly Quemener (Docteure, King’s College, Londres, CIM) et Florian Voros (Doctorant, EHESS, IRIS)

9h15Publics et dispositifs

Mélanie Bourdaa (MCF, Bordeaux 3, MICA) : Une typologie des activités de fans : entre médiation et création

Valérie Jeanne-Perrier (MCF, CELSA Paris-Sorbonne, GRIPIC) : Les processus de sémiotisation et d’éditorialisation des activités des fans sur les réseaux sociaux et les plateformes de partage

Fabrice Lyczba (Docteur, Paris-Est Créteil, CICLAHO) : Partying Like it’s 1927 : les publics de cinéma muet comme gamers


10h45Pause-café

11h00 Construction de soi et processus de légitimation

Clara Lévy (MCF, Université de Lorraine, 2L2S) : Avoir un livre de chevet : être « fan » d’un texte littéraire

Juliette Dalbavie (MCF, Lille 3, GERIiCo) : Être médiateur d’un mauvais objet de culture : le cas des fans de Mylène Farmer

Anne-Sophie Béliard (Doctorante, Paris 3, CIM) : Quelle fanitude pour quelle « sériephilie » ? Enjeux de la qualification du fan dans le processus de reconnaissance des séries télévisées

12h30Pause-déjeuner

14h00Fandom, Cultural and Creative Industries

Devin Beauregard (Doctorant, University of Ottawa) : The Politicization of Fans and Fan Culture : Evidence from Fan Networks

Marsha Siefert (MCF, Central European University) : Piracy on the High C’s : Opera Fans, Recording Technology and the Artifacts of Live Performance

Luca Barra (Docteur, Università Cattolica, Milan) : Subbing, Talking Online, and Beyond. TV Fandom as a « distributor » and « translator » for US Contemporary Sitcoms

Bexy Cameron (MA, London South Bank University, Head of Creative Strategy, MySpace) : Manufacturing Fans & Teenage Brand Ambassadors

16h00Pause

16h30Fan Studies Reloaded

Matt Hills (MCF, Cardiff University) : The Uses of Acafandom ? Towards « Proper Distance » in Fan Studies

Éric Maigret (Prof., Paris 3, CIM) : The End of Fan Studies ?

18hConclusion de la journée

Philippe Le Guern (Prof., Université de Nantes, Centre Atlantique de Philosophie et CRAL-EHESS) : Retour sur la domination des passions dominées : archéologie d’une sociologie des fans

Comité d’organisation :

Maxime CERVULLE – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et UMR Institut Acte

Nelly QUEMENER – King’s College, Londres et CIM

Florian VOROS – EHESS Paris et IRIS