Archives par mot-clé : sérialité

Sérialité narrative

narratologieLe dernier numéro de la revue Cahiers de narratologie est paru, il porte sur la sérialité narrative. Enjeux esthétiques et économiques.

Les Cahiers de narratologie consacrent ce numéro à l’étude des rapports entre l’esthétique et l’économie, les articles ici réunis éclairent le sujet à partir d’angles de lecture différents, mais gravitent tous autour d’un même thème fédérateur : la notion de sérialité.

Séminaire LPCM Nanterre : séance du 11 décembre

 Ruth Mayer (Université de Hanovre) :

“In the Nick of Time? Detective Film Serials, Temporality, and Contingency Management, 1919-1926″

 Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, salle L 205

Vendredi 11 décembre,  15-18h

Séminaire « Fictions médiatiques », LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

Continuer la lecture de Séminaire LPCM Nanterre : séance du 11 décembre

Séminaire LPCM « Fictions médiatiques »

 

« Fictions médiatiques »

 

Séminaire LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

 

Université Paris Ouest-Nanterre La Défense,

vendredi 11 décembre 2015, vendredi 11 mars 2016, vendredi 13 mai 2016

15-18h, salle L 205

11 décembre : Ruth Mayer (Université de Hanovre) : « In the Nick of Time? Detective Film Serials, Temporality, and Contingency Management, 1919-1926 »

11 mars : Irène Langlet (Université de Limoges) : « Pour une poétique des fictions industrielles »

13 mai : Marie-Eve Thérenty (Université Paul-Valery, Montpellier) : « Chalumeaux, espadrilles de crêpe et escarpins. Dispositifs fictionnels, médiatiques et sériels dans Détective (1928-1940) »

 

[Image : la fresque du bar « Fu Manchu », Clapham, Londres]

Depuis le XIXe siècle, on a vu se multiplier les dispositifs médiatiques. Ceux-ci ont pris une place de plus en plus importante dans l’espace culturel et social, au point d’apparaître au début du XXIe siècle comme le principal mode d’appréhension de la réalité et le vecteur essentiel de consommation des œuvres de fiction. Dans le domaine de la culture populaire, le basculement d’une culture de transmission communautaire (folklore, légendes) à une culture médiatique portant déjà en elle la logique de la culture de masse, ou tout au moins celle des communautés médiatisées, a changé en profondeur la relation aux récits, au point que celle-ci apparaît comme l’une des sources de structuration majeures de l’imaginaire collectif et du discours social. C’est en ce sens que l’articulation entre le médiatique et le fictionnel s’impose tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’étudier les productions sérielles, d’autant que celles-ci tendent à reformuler dans leurs structures narratives ou leurs thèmes les contraintes que fait peser sur elles la reproductibilité technique associée aux médias de masse. C’est cette relation entre fiction et culture médiatique que le séminaire monté en association par la LPCM et le CSLF (équipe PHISTEM) se propose d’examiner en mettant l’accent sur différents niveaux :

 

D’abord, il apparaît que les contraintes du support de production s’imposent sur les formes des récits, non seulement à travers les modes d’expression qui leur sont associés mais aussi à travers les dynamiques de communication et la matérialité du support elle-même. Chaque nouveau média a altéré la façon de concevoir les fictions, affectant à la fois les structures narratives et les imaginaires des auteurs qui ont choisi d’en exploiter les possibilités.

La multiplication des médias a en outre entraîné la circulation transmédiatique des œuvres et des imaginaires et leur déclinaison dans des modes d’expression différents. Une telle circulation a favorisé la cohésion des imaginaires. Elle a permis le développement de nouvelles logiques transfictionnelles, a imposé des univers de fiction encyclopédiques excédant largement leur actualisation dans la somme des œuvres qui les explorent, et de véritables synergies transmédiatiques. Mais elle a entraîné en parallèle une fragmentation de ces œuvres-architextes, invitant aux appropriations et aux recompositions, et favorisant les logiques de participation communautaires.

Le rythme et la logique des médias ont par ailleurs structuré notre manière d’appréhender la réalité, imposant une relation de la littérature sérielle au monde oscillant en permanence entre des logiques réalistes de représentation (celles d’une relation médiatisée et périodique au monde) et une vraisemblance intertextuelle insistant sur le spectaculaire et l’émerveillement (celle qui accompagne la standardisation des imaginaires sérialisés et l’autonomisation des logiques référentielles).

Enfin les conditions de production des œuvres, marquées par une industrie culturelle et médiatique toujours plus puissante, ont imposé leurs logiques industrielles et commerciales aux œuvres, à leurs formes et à leurs imaginaires, mettant en évidence une articulation profonde entre le développement des fictions sérielles, de la culture médiatique et de la culture de consommation. Favorisant une logique de circulation de plus en plus grande de la fiction entre les formes narratives et les formes mimétiques et ludiques (celles en particulier des produits dérivés, jeux, jouets et biens de consommation courante), ces « fictions médiatiques » sont donc au cœur des phénomènes de « consommation culturelle » sur lesquels on peut aujourd’hui s’interroger en en rappelant les contextes successifs de développement.

 

Colloque « Imaginaire sériel », Grenoble, 28-29 mai

 

Le colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014), et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Il vise à élargir ce questionnement de façon à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire.

 

JEUDI 28 MAI

Séances du matin, salle Jacques Cartier, LANSAD

8h30-9h30 Accueil

9h30-10h Discours d’ouverture et mot d’introduction

10h-11h Keynote Speaker: Malcolm Andrews, Fiction on a Drip-Feed: Dickens and Serialisation

11h-12h15 Session 1 : Matérialité et médium, l’objet livre en série Continuer la lecture de Colloque « Imaginaire sériel », Grenoble, 28-29 mai

Transmedial Serialities/Sérialités transmédia

Transmedial Serialities /

Sérialités transmedia »

 

Journée d’étude – Mercredi 29 avril 2015 à 9h – Salle Lumière – ULg – Place du 20-Août 7 – 4000 Liège

Le groupe de doctorants Intersection – récemment reformé – a le plaisir de vous convier à sa première journée d’étude, intitulée « Transmedial Serialities / Sérialités transmedia ».

Celle-ci aura lieu le mercredi 29 avril et débutera à 9h à la salle Lumière (Place du XX Août, Bât. A1).

Nous aurons le plaisir d’y recevoir Matthieu Letourneux (Maitre de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) en tant que conférencier d’honneur, qui ouvrira la journée par son intervention « Faire l’histoire de la sérialité transmédiatique – quelques pistes ».

Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Journées d’études

« Les Quarante ans du Jeu de Rôle »

Universités de Paris 3-Paris 13

du 12 au 14 juin 2015

(vendredi au dimanche)

Organisées par Danièle André, Vincent Berry, Claire Cornillon, Isabelle Perier, Alban Quadrat

 

Titre et Appel à communications

« ÉTAT DE L’ART DU JEU DE RÔLE pour son quarantième anniversaire »

 

Les premières journées d’études consacrées au Jeu de Rôle[1] se tiendront du 12 au 14 juin 2015 à l’Université Paris 13 – Nord et à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ces journées d’études se proposent, à l’occasion de ses quarante ans,  de dresser un état des lieux du jeu de rôle. Continuer la lecture de Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Appel : « Fin de série »

Appel à propositions pour la revue Proteus

 

une page environ avant le 25 février 2015, en pièce-jointe anonyme, à l’adresse contact@revue-proteus.com, accompagnées d’une courte notice biographique dans le corps de l’e-mail.

 

Que produisent les séries dites « artistiques » ? C’est-à-dire, que laissent-elles derrières elles ? Ces questions doivent nous amener à adopter un point de vue qui se situerait à l’endroit où la fabrication sérielle a cessé de produire : sa fin, définitive et effective. Depuis cet endroit, qui peut tout à la fois être l’endroit d’un accomplissement, d’une apothéose, comme celui d’un accident ou d’un évanouissement, nous pouvons adopter deux points de vue : voir quelle œuvre a été produite, mais aussi voir ce qu’elle a laissé derrière elle, après elle. Continuer la lecture de Appel : « Fin de série »

Colloque: Sherlock Holmes: un nouveau limier pour le XXIe siècle

sherlock

SHERLOCK HOLMES

UN NOUVEAU LIMIER POUR LE XXIe SIÈCLE

DU LUNDI 25 AOÛT (19 H) AU LUNDI 1er SEPTEMBRE (14 H) 2014

(Colloque de 7 jours)

DIRECTION : Hélène MACHINAL, Gilles MENEGALDO, Jean-Pierre NAUGRETTE

ARGUMENT :

Sherlock Holmes comme archétype du détective moderne est devenu une référence obligée, et son succès populaire ne s’est pas démenti depuis 1887 jusqu’à nos jours où pièces de théâtre, films, séries télévisées, bandes dessinées, romans contribuent à transformer, comme autant de réécritures, le personnage de fiction en l’une des grandes figures mythiques de notre horizon contemporain.

Si Sherlock Holmes pose des questions essentielles à nos modes de pensée et de cognition, aussi bien dans le champ de la science, de la médecine, que de la philosophie, c’est sans doute parce que notre époque, plus victorienne qu’il n’y paraît, ne cesse de questionner les enjeux complexes d’une epistemè des années 1870-1900 dont Doyle, lui-même médecin, se faisait l’écho.

Enquêter sur la jeunesse et la genèse du personnage permet de mieux saisir les enjeux de sa présence décapante comme jeune détective dans notre monde contemporain où règnent ordinateurs et téléphones portables, où détection et communication se répondent, comme l’illustre la série BBC: Sherlock: un nouveau limier pour le XXIe siècle.

COMMUNICATIONS (suivies de débat) :

* Marc CERISUELO: La Vie privée de Sherlock Holmes (Billy Wilder)
* Alain CHAREYRE-MÉJAN: En quel sens Sherlock Holmes est notre ami?
* Christian CHELEBOURG: Dans la famille Holmes, la sœur: The Enola Holmes Mysteries de Nancy Springer
* Maria COSTANTINI: Sherlock Holmes’s precursors: eccentrics, amateur sleuths and Oriental mysteries in Wilkie Collins
* Olivier COTTE: La figure de Watson dans les adaptations audio-visuelles
* Gilles DECLERCQ: Equivoques du récit holmésien: éthique, logique et sophistique
* Richard DURY: Les fonctions du dialogue chez Doyle
* Antoine FAIVRE: Sherlock Holmes à l’écran muet (de 1900 à 1931)
* Camille FORT: La représentation de Londres dans les nouvelles et la série Sherlock (BBC)
* Elsa GRASSO: Le vrai, la trace et l’empreinte. Les modèles épistémologiques de Conan Doyle
* Julien GUIEU: Sherlock Holmes contre Don Juan, ou The Case of the Broken Flowers
* Lauric GUILLAUD: Démarquages, pastiches, avatars et réinventions de Sherlock Holmes: des enquêtes de Solar Pons (1928-1971, August Derleth) aux réécritures d’Anthony Horowitz (The House of Silk, 2011) et de Graham Moore (Sherlockiana, 2011)
* Arnaud HUFTIER: Epigone et déterritorialisation: Le Sherlock Holmes américain (Harry Dickson) de Jean Ray ou comment importer les sectes
* Nathalie JAËCK: Several shades of « Gray » in the Sherlock Holmes Stories
* Claire LARSONNEUR: « Brainy is the new sexy » ou la couture du sens chez Moffat
* Natacha LEVET: Jeremy Brett: un nouveau Sherlock? La série de Granada Television entre rupture et continuité
* Hélène MACHINAL: La série Sherlock (BBC), de Babbage à Wiener
* Alberto MANGUEL: Jorge Luis Borges, auteur de « Sherlock Holmes »
* Laura MARCUS: Enacting Holmes: Performance and Impersonation in Fiction and Film
* Xavier MAUMÉJEAN: Sherlock Holmes: les vies parallèles
* Gilles MENEGALDO: Sherlock Holmes et Jack the Ripper: l’entrecroisement de deux mythes
* Dominique MEYER-BOLZINGER: Sherlock Holmes et l’imaginaire de l’autopsie
* Jean-Paul MEYER: Diffraction de l’image narrative: Sherlock Holmes dans le vitrail
* Jean-Pierre NAUGRETTE: Sherlock Holmes et le grain du papier
* Maryse PETIT: Genre Holmes
* Frédéric REGARD: L’évidence même: lecture ophtalmologique de Arthur and George de Julian Barnes
* Caroline RENOUARD: Sherlock Holmes sur les planches, d’un siècle à un autre

 

 

 

Adresse : CCIC, Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Appel: Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

lost

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

Episode n°6 : Lost

4-5 juillet 2014, Paris 1 Panthéon-Sorbonne (salle à préciser)

Appel à contributions

Le cycle de colloques « Philosopher avec les séries télévisées » initié en 2009 avec Buffy, tueuse de vampires se propose d’analyser chaque année une série télévisée déterminée, sur un mode à la fois
monographique et interdisciplinaire. Pour 2014, nous proposons de nous pencher sur la série de J. J. Abrams, Damon Lindelof et Carlton Cuse intitulée Lost, laquelle fut originellement diffusée en six saisons sur la chaîne américaine ABC entre 2004 et 2010. À son point de départ, l’histoire d’un groupe de survivants au crash de leur avion sur une île perdue (lost) au milieu du Pacifique. Tandis que l’île se révèle au fur et à mesure de la série remplie de multiples dangers et mystères, le spectateur découvre progressivement l’histoire personnelle de chaque survivant, chaque épisode étant centré, par un habile jeu de flashbacks alterné avec le récit principal, sur l’un d’entre eux.

En continuité avec les précédents événements Philoséries, ce colloque doit s’entendre comme d’abord philosophique, tout en étant largement ouvert aux contributions des autres humanités : anthropologie, droit, histoire, littérature, sciences politiques, etc. Si les dimensions éthiques, psychologiques et métaphysiques de la série méritent d’être analysées avec toute l’attention requise, les communications pourront s’attacher à d’autres questions, du moment qu’elles permettent de contribuer à répondre à celle qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, à mieux exister en lui ? Le fait-elle nécessairement, ou sinon, à quelles conditions ?

Le colloque aura lieu les 4 et 5 juillet 2014 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (la salle sera communiquée ultérieurement). Les communications dureront chacune 30 mn et seront suivies de 15 mn de discussion. Merci de bien vouloir envoyer vos propositions (400 mots) et mini-biographies (100 mots) avant le 1er avril 2014 à allouche.sylvie@gmail.com. Une réponse vous sera donnée avant le mai 2014. Nous prions en outre les contributeurs de remettre leur texte définitif en vue de sa publication avant le 1e novembre 2014.

 

Participants confirmés : Sarah Hatchuel (Lost, fiction vitale, 2013), Delphine Lemonnier, Pacôme Thiellement (Les mêmes yeux que Lost, 2011).

Comité d’organisation : Sandra Laugier (U. Paris 1), Sylvie Allouche (UT de Troyes), Sarah Hatchuel (U. du Havre), Marco Dell’Omodarme (U. Paris 1/U. Lille 3)

Comité scientifique : Sandra Laugier (U. Paris 1), Sylvie Allouche (UT de Troyes), Sarah Hatchuel (U. du Havre), Delphine Lemonnier (U. Rennes 2)

Sites web : http://philoseriestv.wordpress.com & http://philofictions.org

Liste de discussion : http://fr.groups.yahoo.com/group/philoseries

Contact : allouche.sylvie@gmail.com

 

Séminaire: Narrations sérielles et Transmédialité

Narrations sérielles et Transmédialité

Séminaire. 2e Saison

Décembre 2013 – Juin 2014

Centre d’Etudes et de Recherches Comparatistes (CERC, EA 172), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

En collaboration avec l’Université d’Amsterdam

Séance 1 : vendredi 6 décembre 2013 (15h-18h), Université d’Amsterdam, salle E 014C Oost Indisch Huis

Nina Köll (Université d’Amsterdam): Life in A Day: Curating User-Generated Content into a Teleological Episodic Documentary Narrative

– Emma England (Université d’Amsterdam): The Bible is Dead

– Ro Lawrence (University of South Florida, Fulbright Scholar, National University of Arts, Bucharest): Locate, Combine, Iterate: Serial Strategies for Post-Internet Art

Séance 2 : vendredi 10 janvier 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier

Rencontre avec Samantha Bailly (Ecrivain) et Marion Amirganian (Editrice chez Delcourt)

Séance 3 : vendredi 7 et samedi 8 février 2014 : Journées d’études “Interactivité et Transmédialité”, Paris 3, Centre Censier, Salle Las Vergnas

Séance 4 : vendredi 21 février 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier. En collaboration avec le séminaire “Je est un autre : nous” organisé par Guido Furci et Zoé Carle.

– Michaël Bourgatte (Centre Edouard Branly – Institut Catholique de Paris) : Le suédage comme pratique de mise en circulation du cinéma.

– Florent Favard (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3) : Doctor Who sous l’ère Moffat : une continuité problématique.

Séance 5: vendredi 14 mars 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier

– Henri Garric (ENS Lyon) : Thomas Cadène, dessiner les autres gens

– Aurélie Villers (Université Picardie – Jules Verne) : Par le petit écran de Fringe

Séance 6 : vendredi 11 avril 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier. Séance co-organisée avec Daniel Compère

– Jacques Baudou : Sherlock Holmes: une mythologie proliférante

– Daniel Compère (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) : Jules Verne, un univers imaginaire en expansion

Séance 7 : vendredi 9 mai 2014 (15h-18h), Université d’Amsterdam, Vondelzaal UB.

– Markus Stauff (Université d’Amsterdam): ‘After the Game is Before the Game’. On transmedia storytelling in sports

– Kiene Brillenburg Wurth (Université d’Utrecht): Words Through Images: Overwriting in the Digital Age

Respondent: Joyce Goggin (Université d’Amsterdam)

Séance 8 : vendredi 6 juin 2014 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier.

– Rencontre avec Raphaël Mobillion (co-fondateur de 292 Content et rédacteur de la série Civilized)

– Sylvaine Bataille (Université de Rouen) : Les séries entre référentialité et auto-référentialité

Responsables : Claire Cornillon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Anne Kustritz (Université d’Amsterdam)

Informations pratiques :

Site internet du projet : www.transmedia.hypotheses.org

Contact : narrationsserielles@gmail.com

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

Centre Censier

13 rue de Santeuil

75005 Paris

Université d’Amsterdam

Media studies

Turfdraagsterspad 9, 1012 XT Amsterdam