Archives par mot-clé : science-fiction

Parution : Star Wars

Nicolas Allard, Star Wars, un récit devenu légende

Armand Colin, 2017

Star Wars n’est pas simplement un succès planétaire aux centaines de millions de spectateurs. Ses films et son univers sont au cinéma ce que la Comédie humaine et l’Iliadesont à la littérature  : un récit complexe et passionnant où se mêlent actions, passions et intrigues, riche d’ellipses, hyperboles, distorsions temporelles et autres ressorts narratifs.
Cet ouvrage nous propose de découvrir ou de redécouvrir Star Wars et chacun de ses épisodes sous un angle inédit et original. De  La  Menace fantôme à Rogue One, il s’attache à  identifier et à  analyser les principaux procédés littéraires qui structurent le récit, font sa cohérence et sa force, forgent la psychologie de ses personnages et la nature de leurs liens.
Savamment documentée, rédigée par un passionné, cette enquête vous révèle toute la richesse de cette œuvre foisonnante, intemporelle et universelle.

Appel : Prothèses et cyborgs

Appel à contributions pour le

Colloque Stella Incognita 2018
« Science-fiction, prothétisation, cyborgisation »

Lyon – 4 et 5 avril 2018. Réponses attendues avant le 15 janvier 2018.
Comité scientifique : Jérôme Goffette, Evelyne Lasserre, Axel Guïoux, Paul-Fabien Groud

Appel à communication

Lunettes, lentilles de contact fantaisie, pace-makers, prothèses dentaires, dispositifs auditifs, implants mammaires, oreilles de chat Neurowear, bras mécatroniques, etc. : notre monde contemporain nous plonge de plus en plus dans un univers de prothèses, à tel point que, l’âge venant, peu d’entre nous y échapperont. Pourtant, cette hybridation passe presque inaperçue alors même qu’elle change nos vies et notre quotidien.

De ce fait, en lien avec le cycle de séminaires « Corps et prothèses » (http://www.corpsprotheses.org/), il semble particulièrement bienvenu de se pencher sur l’abondante source de cogitations prothétiques qu’apporte la science-fiction sous toutes ses formes. Elle nous donne à vivre une multitude d’expériences par procuration qui mêlent anticipation, rêverie, interrogations personnelles et questions sociales et politiques, dont nous ne pouvons donner ci-après que quelques aperçus.

Pour information, à la suite de ce colloque Stella Incognita, une journée « Du proche au lointain : les horizons prothétiques contemporains » est programmée le 7 avril dans le cadre des séminaires « Corps et prothèses », au Musée des Confluences de Lyon. Cette journée est ouverte à tous et gratuite.

A l’évidence, parmi les motifs récurrents de la science-fiction, chacun rencontre celui du cyborg. Toutefois, cette évidence cache un ensemble à la fois plus vaste et moins visible, celui de la prothétisation – qui mérite tout autant une investigation. Alors que l’idée de cyborg est celle d’un collage problématique entre deux parties, mécanique et organique, posées sur un plan identique, l’idée de prothèse ne suit pas un tel schéma d’affrontement, car le noyau humain y reste premier et principal. La prothèse, au moins initialement, est adjointe à ce noyau comme un complément. La Continuer la lecture de Appel : Prothèses et cyborgs

Parution : SF asiatique

Parution : Res Futurae n°9, 2017

LA SCIENCE-FICTION EN ASIE DE L’EST

Sous la direction de Gwennaël Gaffric

 

Le prix Hugo à Liu Cixin, pour Les Trois Corps, a contribué à mettre la science-fiction chinoise, et par extension, est-asiatique, sous les feux des projecteurs. Ce numéro examine, avec une perspective transculturelle, l’évolution (du XIXème au XXIème s.) de la SF en Asie de l’Est, aussi bien en tant que genre littéraire et cinématographique qu’en tant que média de réflexion spéculative sur le futur de leur lieu d’émergence comme sur le reste du monde.

http://resf.revues.org/ 

Image : « Living Wonder » de skaya3000

Colloque : Anticipation francophone

L’émergence du roman d’anticipation scientifique dans l’espace médiatique francophone 1860-1940

Université du Québec à Montréal – Local D-R200 et Salon Orange

3-5 mai 2017

Le roman d’anticipation scientifique se développe, dans le domaine francophone, au tournant du XXe siècle. Situé au croisement de la littérature et des sciences, à la lisière du roman d’aventure et du fantastique, il ne s’impose pas immédiatement comme un genre à part entière, mais se pense peu à peu à travers une série de dénominations génériques, du « merveilleux scientifique » au « roman des temps futurs » ou à la « science-fiction ». Cette cristallisation accompagne l’essor de la vulgarisation scientifique, adoptant souvent de semblables  logiques de diffusion et de popularisation.
À l’exception de quelques auteurs (Verne, Robida, Rosny aîné, Renard…), le vaste corpus qui compose cette littérature est peu connu. Le roman d’anticipation échappe au canon littéraire, à la fois parce qu’il relève de la littérature populaire et parce que ses productions ne sont pas unifiées sous une même bannière. L’un des objectifs de ce colloque est de remédier à cette méconnaissance en identifiant les parentés, les réseaux, les supports éditoriaux permettant de circonscrire cet ensemble générique. Pour ce faire, il propose d’aborder des romans et des nouvelles de littérature française, québécoise, belge et suisse, entre 1860 et 1940, soit du début des « Voyages extraordinaires » de Jules Verne jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
Dans ce cadre général, nous souhaiterions plus spécifiquement Continuer la lecture de Colloque : Anticipation francophone

Appel : Espaces clos dans l’imaginaire

« Voyages intérieurs et espaces clos dans les domaines de l’imaginaire (littérature, cinéma, transmédias), XIX-XXIème siècle »

Appel à communications

4-5-6 octobre 2017

Salle Ausone, Librairie Mollat, Bordeaux ; Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac) ;Maison de la Recherche, Université Bordeaux-Montaigne (Pessac)

Image : Affiche du Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2016

Tantôt morphique, tantôt métaphorique, le recours à la notion d’espace en littérature est pratique courante. Ce fait s’explique, entre autres, par la prédisposition du langage spatial à pouvoir s’ériger en un métalangage capable de parler de toute autre chose que de l’espace. Si la théorie littéraire a été longtemps dévouée à la dimension temporelle du récit, Mikhaïl Bakhtine et Youri Lotman ont démontré que les structures spatiales du monde fictionnel sont fondamentales à la production du sens. Ce colloque s’intéresse aux différentes dimensions des univers clos, des espaces fermés dans les productions artistiques de l’imaginaire, tant dans les œuvres littéraires que cinématographiques ou transmédiatiques (séries, jeux vidéo, jeux de rôles, bande dessinée). Une des spécificités de la Continuer la lecture de Appel : Espaces clos dans l’imaginaire

Appel : Science Fantasy

Fantasy Art and Studies n°3 : Science Fantasy

Fantasy Art and Studies est une revue bilingue (Editrice / Editor : Viviane Bergue) dont l’équipe est principalement composée de jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs).le but est d’explorer les multiples facettes de la Fantasy à travers des numéros thématiques mettant en regard la création dans ce domaine (nouvelles, illustrations) et le discours critique universitaire.

Illustration (c) J.P. Targete

(English version below)

Des chevaliers qui combattent un seigneur ténébreux pour rétablir la justice en utilisant une mystérieuse force mystique, et volent au secours de demoiselles en détresse… Voici un scénario qui sonne bien familier aux amateurs de Fantasy, et pourtant tout ceci se passe dans une galaxie très très lointaine, où les épées sont des sabres lasers et où les armes de guerre peuvent détruire des planètes entières. À bien des égards, Star Wars semble se situer sur cette frontière floue qui sépare la Science-fiction de la Fantasy, et sur Continuer la lecture de Appel : Science Fantasy

RESF 12 (CFP) Science-fiction et jeu vidéo

Appel à contributions pour le n°12 de la revue ReS Futurae (2ème semestre 2018)

Dossier dirigé par Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, université de Liège.

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016  à Julie Delbouille (jdelbouille@ulg.ac.be), Björn-Olav Dozo (bodozo@ulg.ac.be) et à Lison Jousten (Lison.Jousten@ulg.ac.be).

La date de remise des articles est fixée au 30 septembre 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Lorsque Spacewar!, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. À l’heure où l’informatique est encore fort peu micro, la thématique spatiale que ce précurseur exploite présente en effet un avantage certain : celui de déployer à l’écran un « espace dont la principale caractéristique est le vide […] un lieu qui exige moins de puissance de calcul » (Triclot, 2011). Cette thématique traverse d’ailleurs toujours une grande partie de la production vidéoludique, comme en témoignent Dead Space (EA, 2008) ou Mass Effect (Microsoft Game Studio, 2007). De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford qui interrogent la place occupée par la science-fiction au sein des industries du divertissement, en prenant en compte le contexte socio-politique (Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., 2003).

Par ailleurs, les médias entretiennent aujourd’hui des rapports de plus en plus nombreux, en perpétuelle évolution – et expansion –, entraînant la circulation d’un imaginaire, de formes, de figures et de récits. Cette perméabilité autorise les glissements de contenu fictionnel entre jeu vidéo d’une part, et cinéma, littérature, bande dessinée,… d’autre part. La thématique sur laquelle se centre ce numéro se prête ainsi particulièrement bien à une approche intermédiale. En effet, le jeu vidéo est devenu un motif récurrent pour d’autres objets culturels – comme dans No pasarán, le jeu de Christian Lehman (L’école des Loisirs, 1996) en littérature (sur les rapports entre jeu vidéo et livre, voir Barnabé et Dozo, 2015), Tron réalisé par Steven Lisberger au cinéma (voir Blanchet, 2010), ou encore à travers la figure du jeune « geek » dans Kid Paddle, en bande dessinée. A contrario, le jeu vidéo s’exporte également sous une forme littéraire (avec, par exemple, la novellisation de la série Halo) ou filmique (comme en témoigne l’adaptation de l’univers de Silent Hill) ; enfin, il peut lui-même reposer sur l’adaptation d’œuvres préexistantes (comme le jeu The Walking Dead [Telltales Games, 2012] dérivé des comics de Kirkman et Moore). Continuer la lecture de RESF 12 (CFP) Science-fiction et jeu vidéo

Parution : « Utopie et anticipation »

Revue Textyles n°48, « Utopie et anticipation »

 

Textyles utopie et anticipation

Version électronique : http://textyles.revues.org/2652

Volume : http://www.samsa.be/livre.php?id=30

Présentation

Prolifique dans les littératures de l’imaginaire, la Belgique présente pourtant une inconnue à propos du récit d’anticipation. De la fin du monde de Rosny aîné à celle de Luc Dellisse, des aventures spatiales de Bob Morane à la découverte des Cités obscures, du roman scientifique de Henri-Jacques Proumen aux technosciences de Gilbert Hottois, l’anticipation excède les caractéristiques de la science-fiction, croise plus d’une fois l’utopie et redéfinit les rapports entre réel et fiction en une pluralité de mondes possibles. Elle pose des questions cruciales lorsqu’on prend la peine de considérer ses réalisations dans la littérature belge francophone : quels sont les auteurs, les éditeurs et les supports concernés ? existe-t-il des thèmes spécifiques ? quels imaginaires ces fictions privilégient-elles ? comment les genres investis interfèrent-ils avec le merveilleux scientifique, le surréalisme ou le réalisme magique ? En associant des études de cas à une réflexion d’ensemble, les contributions rassemblées Continuer la lecture de Parution : « Utopie et anticipation »

Appel : Viralités, parasitages et piratages en science-fiction

 « Viralités, parasitages et piratages en science-fiction »

Le 5ème colloque Stella Incognita sera consacré en 2016 aux notions de viralité, de parasitage et de piratage au sein du genre de la science-fiction, et ce dans dans une grande variété de médias. Il s’agira d’envisager ces notions dans la pluralité de leurs définitions, afin d’explorer la façon dont la science-fiction se les réapproprie, parfois même les initie, pour mieux interroger le monde qui lui est contemporain.

Continuer la lecture de Appel : Viralités, parasitages et piratages en science-fiction