Archives par mot-clé : roman historique

Journée d’études: Mousquetaires; Les héroïsmes passés relus par le XIXe siècle

Autour de l’exposition Mousquetaires !

JOURNÉE D’ÉTUDE
« Mousquetaires »
Auditorium Austerlitz du musée de l’Armée

7 juin 2014

http://www.musee-armee.fr/programmation/conferences-et-colloques/detail/journee-detudes-mousquetaires.html

Parution: Les Mystères urbains au XIXe siècle : le roman de l'histoire sociale (revue Autour de Vallès no 43)

valles

Parution

Les Mystères urbains au XIXe siècle : le roman de l’histoire sociale

(revue Autour de Vallès no 43)

Sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin, le 43e numéro de la revue Autour de Vallès propose un dossier consacré aux Mystères urbains au XIXe siècle. Avec des articles de Corinne Saminadayar-Perrin, Alain Vaillant, Dominique Kalifa, Agathe Novak-Lechevalier, Yoan Vérilhac, Marie-Ève Thérenty, Matthieu Letourneux, Lise Dumasy et Héléna Demirdjian.

ISNN : 0763-779

TABLE DES MATIÈRES
LES MYSTÈRES URBAINS : LE ROMAN DE L’HISTOIRE SOCIALE
Corinne Saminadayar-Perrin
« Vallès lecteur des Mystères de Paris: récit, fiction et écriture du social »
I. CIRCULATIONS ET RÉÉCRITURES
Alain Vaillant
« Des mystères de la foi aux mystères de la ville : genèse d’un mythe moderne »
Dominique Kalifa
« L’imaginaire des bas-fonds et les “mystères urbains” »
Agathe Novak-Lechevalier
« Du mystère médiéval aux Mystères urbains : la théâtralité des Mystères de Londres de Paul Féval »
Corinne Saminadayar-Perrin
« Une réécriture critique desMystères de Paris: Les Mohicans de Paris»
Yoan Vérilhac
« “Vie à découvert et opérations en grand” :les mystères de province et les Mystères de Paris»
II. DU ROMAN SOCIAL À LA FICTION HISTORIQUE
Corinne Saminadayar-Perrin
« Espaces-temps des Mystères urbains : logiques panoramiques et histoire sociale »
Marie-Ève Therenty
« Les mystères urbains historiques : romance versus novel»
Yoan Vérilhac
« L’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire : Les Mystères de Lyon et Les Mystères des Carrières de Montmartre»
Matthieu Letourneux
« L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »
Lise Dumasy
« Le mystère urbain, entre roman gothique et histoire sociale : le nir moderne »
Héléna Demirdjian
« Dévoilement et politique dans Le Fou de Raffi »
NOUVELLES VALLÉSIENNES
Silvia Disegni
« Hommage à Pierre Pillu »
Marie-Hélène Biaute-Roques
« Une performance d’Éloi Vallès-Valat »
Cécile Robelin
« Dalou, sculpteur de la République ? »
Francis Jourdain
« L’Enterrement de Vallès », extrait de De mon temps. Propos tenus à un moins de vingt ans par un moins de cent ans, Paris, Maspero, 1963.
Camille Noé Marcoux
«Le Bon sens : erratum»

Pour commande (règlement par chèque bancaire ou postal à l’ordre des Amis de Julles Vallès, à adresser à la trésorière de l’association) :

Corinne Saminadayar-Perrin

1 rue du Grand-Saint-Jean

34000 Montpellier

France

corrine.saminadayar-perrin@univ-montp3.fr

Appel: Les héroïsmes passés relus par la fiction; La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Les héroïsmes passés relus par la fiction

La figure du Mousquetaire (XIXe-XXe)

Musée des Invalides – 7 juin 2014

Le développement du roman historique moderne au XIXe siècle a engagé la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la  culture médiatique et urbaine. En convoquant dans leurs romans certains lieux, événements, personnages empruntés au passé, les écrivains les redéfinissent suivant l’économie de la fiction au point d’en faire rapidement des stéréotypes romanesques repris d’une œuvre à l’autre. Ils leur associent un ensemble de traits attendus qui construisent les représentations de l’Histoire. Ainsi, un certain nombre de figures historiques se retrouvent-elles prises dans un va-et-vient entre reconstitution historique, stéréotypes littéraires et discours d’actualité.

L’un des exemples les plus frappants au XIXe siècle de ce processus de reconfiguration par la littérature est sans doute la figure du mousquetaire. Rendu fameux par Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce personnage se décline durant tout le XIXe siècle et continue au XXe siècle d’alimenter un imaginaire romanesque renouvelé. On compte de nombreuses suites apportées au roman de Dumas au théâtre et dans le feuilleton, une multitude de déclinaisons dans les récits de cape et d’épée, et tout un ensemble de relectures plus tardives (du D’Artagnan amoureux du Français Roger Nimier au Club Dumas de l’Espagnol Arturo Perez Reverte). A force de variations stéréotypées, le personnage devient un marqueur générique, associé au récit de cape et d’épée et, plus largement, à une certaine conception du romanesque. Il détermine un pacte de lecture particulier avec lequel les auteurs jouent plus ou moins librement. Le mousquetaire et ses variantes, gasconnes ou autres, apparaissent ainsi comme des figures littéraires se structurant sur la matière même de l’Histoire ; et à travers eux se dit quelque chose de la construction d’une identité collective, autour de « l’esprit français », du panache, etc. Mais au fil du temps, ces imaginaires se transforment à leur tour en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles : évolution de l’idée de Nation, débats sur l’armée, la conscription ou le rôle international de la France, tensions politiques redéfinissent ainsi le personnage et les significations qui lui sont associées.

L’objet de ce colloque sera d’explorer les différentes thématiques qui s’articulent autour de la figure du mousquetaire et de ses variantes : thématiques génériques, autour de la définition du roman historique et du roman de cape et d’épée, et de leurs convergences ; thématiques politiques et idéologiques, avec la question de la transformation des armées et l’émergence des nationalismes ; thématiques historiographiques, autour des discours charriés par les fictions sur ce corps d’armée et de son représentant paradigmatique, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan ; thématiques esthétiques, dans la mesure où l’éthos du mousquetaire vaut pour une certaine définition du romanesque, mais où son imaginaire s’est transformé au cours du XIXe siècle et plus encore au cours du XXe siècle.

Le colloque est ouvert aux propositions issues de disciplines différentes (histoire de l’art, littérature, Histoire, études théâtrales et cinématographiques) ou aux approches interdisciplinaires.

On s’intéressera tout particulièrement aux questions suivantes :

  • Quelle est la signification du personnage dans la société du XIXe siècle ? Quelle position occupe-t-il dans la définition des représentations nationales et d’une mythologie collective ? Quels sont les enjeux politiques et idéologiques qui traversent ses différentes définitions ? On pourra par exemple se demander comment il dialogue avec l’imaginaire de l’armée française, quel lien il entretient avec les débats sur la conscription ou les tensions politiques du temps. On questionnera également certains des lieux communs associés à la figure du mousquetaire : le duel, le panache, l’esprit français, en tentant de montrer leur valeur culturelle et littéraire, et leur relation avec les imaginaires du XIXe siècle.
  • On cherchera à montrer le rôle de Dumas dans l’invention du personnage (et les études consacrées à la trilogie des Mousquetaires seront bienvenues). On étudiera les glissements successifs qui ont transformé ce personnage dumasien pour en faire un type collectif avec ses caractéristiques, un marqueur générique. On tentera de mettre en évidence la constitution d’un type romanesque, associé à des intrigues, un ton, une encyclopédie narrative et thématique. Dans cette perspective, on étudiera la fonction du mousquetaire dans les imaginaires sériels de l’époque, ceux en particulier de genres comme le roman de cape et d’épée ou le roman historique (et les études sur ces deux genres seront les bienvenues), en tentant également de mettre en évidence les transformations de ces imaginaires au fil du temps – y compris dans leurs versions étrangères (anglaises, espagnoles, américaines).
  • On s’intéressera aux différents avatars du mousquetaire : il s’agira d’abord de se pencher sur quelques uns des prolongements du cycle de Dumas (comme les reprises du cycle des mousquetaires par Paul Mahalin ou Paul Féval), mais aussi sur les variantes plus libres – le cadet de Gascogne, le « petit parisien », etc. On pourra ainsi aborder quelques-uns des personnages clés de cet imaginaire du panache associé au récit de cape et d’épée, comme Cyrano de Bergerac, Lagardère, ou Pardaillan.
  • On abordera plus largement la circulation du personnage dans l’ensemble des espaces culturels : du côté du théâtre et des spectacles bien sûr, mais aussi du côté de l’illustration, de la caricature ou des récits en images, dans la culture populaire et la culture matérielle. Plus généralement, la question de la réception de cet imaginaire – par exemple dans des adaptations pour la jeunesse – pourra être abordée. Enfin, des ouvertures pourront être faites du côté des réécritures plus contemporaines ou des versions médiatiques (cinéma, télévision, bande dessinée) qui ont fleuri aux XXe et XXIe siècles.

La journée d’étude est organisée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD) – http://www.dumaspere.com/

Les propositions de communication sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Isabelle Safa (safa.isabelle@gmail.com) avant le 8 janvier 2014.