Archives par mot-clé : représentations sociales

Parution: Les Mystères urbains au XIXe siècle : le roman de l'histoire sociale (revue Autour de Vallès no 43)

valles

Parution

Les Mystères urbains au XIXe siècle : le roman de l’histoire sociale

(revue Autour de Vallès no 43)

Sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin, le 43e numéro de la revue Autour de Vallès propose un dossier consacré aux Mystères urbains au XIXe siècle. Avec des articles de Corinne Saminadayar-Perrin, Alain Vaillant, Dominique Kalifa, Agathe Novak-Lechevalier, Yoan Vérilhac, Marie-Ève Thérenty, Matthieu Letourneux, Lise Dumasy et Héléna Demirdjian.

ISNN : 0763-779

TABLE DES MATIÈRES
LES MYSTÈRES URBAINS : LE ROMAN DE L’HISTOIRE SOCIALE
Corinne Saminadayar-Perrin
« Vallès lecteur des Mystères de Paris: récit, fiction et écriture du social »
I. CIRCULATIONS ET RÉÉCRITURES
Alain Vaillant
« Des mystères de la foi aux mystères de la ville : genèse d’un mythe moderne »
Dominique Kalifa
« L’imaginaire des bas-fonds et les “mystères urbains” »
Agathe Novak-Lechevalier
« Du mystère médiéval aux Mystères urbains : la théâtralité des Mystères de Londres de Paul Féval »
Corinne Saminadayar-Perrin
« Une réécriture critique desMystères de Paris: Les Mohicans de Paris»
Yoan Vérilhac
« “Vie à découvert et opérations en grand” :les mystères de province et les Mystères de Paris»
II. DU ROMAN SOCIAL À LA FICTION HISTORIQUE
Corinne Saminadayar-Perrin
« Espaces-temps des Mystères urbains : logiques panoramiques et histoire sociale »
Marie-Ève Therenty
« Les mystères urbains historiques : romance versus novel»
Yoan Vérilhac
« L’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire : Les Mystères de Lyon et Les Mystères des Carrières de Montmartre»
Matthieu Letourneux
« L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »
Lise Dumasy
« Le mystère urbain, entre roman gothique et histoire sociale : le nir moderne »
Héléna Demirdjian
« Dévoilement et politique dans Le Fou de Raffi »
NOUVELLES VALLÉSIENNES
Silvia Disegni
« Hommage à Pierre Pillu »
Marie-Hélène Biaute-Roques
« Une performance d’Éloi Vallès-Valat »
Cécile Robelin
« Dalou, sculpteur de la République ? »
Francis Jourdain
« L’Enterrement de Vallès », extrait de De mon temps. Propos tenus à un moins de vingt ans par un moins de cent ans, Paris, Maspero, 1963.
Camille Noé Marcoux
«Le Bon sens : erratum»

Pour commande (règlement par chèque bancaire ou postal à l’ordre des Amis de Julles Vallès, à adresser à la trésorière de l’association) :

Corinne Saminadayar-Perrin

1 rue du Grand-Saint-Jean

34000 Montpellier

France

corrine.saminadayar-perrin@univ-montp3.fr

Colloque international: Le Rire du pauvre (21-22 novembre 2013)

Le Rire du pauvre

10e Colloque international CORHUM

(Association pour le développement de la recherche sur le Comique, le Rire et l’Humour)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense (UPOND)

Coorganisé par l’EA 369 « Etudes romanes »

Approche pluridisciplinaire du comique populaire dans les cultures de langues romanes : des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles)

21-22 novembre 2013

Salle des conférences Bât. B / Université Paris Ouest Nanterre La Défense

23 novembre

Maison du Portugal – André de Gouveia / CIUP : 7 P, boulevard Jourdan, 75014 Paris

Nos écrans, nos journaux, nos rues et parfois même nos paliers regorgent des marques d’une pauvreté croissante que même les beaux quartiers ne parviennent pas à rendre invisible. En ces temps de crise globalisée, l’humour reste une réaction qui prend des formes diverses, éruptives et même nos boîtes à lettres de courrier électronique deviennent les dépositaires d’une autodérision où le rire côtoie la critique sociale et politique. C’est dans ce contexte que le colloque Le rire du pauvre entend poursuivre, en l’élargissant à d’autres approches, la réflexion engagée lors de la journée d’étude organisée en mai 2012 par le département d’études lusophones de l’Université Paris Ouest et consacrée aux personnages comiques populaires dans les cultures de langues romanes.

De la littérature aux espaces numériques, en passant par les arts graphiques, le cinéma, le spectacle vivant, la chanson, la bande dessinée ou la télévision, la figure polymorphe du comique populaire est récurrente et, comme le rire, semble être le propre de la création artistique sous toutes ses formes. Par figure comique populaire, nous entendons aussi bien des personnages de pauvres rieurs, de gueux qui s’échinent à rire pour ne pas sombrer (comme le paysan-jongleur médiéval réinventé par Dario Fo), des personnages issus de classes populaires qui provoquent le rire (comme Zé Povinho au Portugal ou encore les héritiers de l’emblématique Charlot), ainsi que des personnages qui font corps avec un acteur comique dont le public est populaire (comme Fernand Reynaud ou Coluche), ces trois caractéristiques pouvant bien entendu être entremêlées. Le rire du pauvre est donc à envisager du point de vue de la création artistique comme du point de vue de sa réception, en étudiant ce qui est tout autant une forme de rire qu’une dénonciation sociale et politique.

Organisateurs et partenaires

EA 369 Etudes Romanes  CRILUS / CRIX / CRIIA, ED 138 Lettres Langues Spectacles, EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations, UFR LCE, Chaire Lindley Cintra, CHCSC Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, association CORHUM, IELT-Universidade Nova de Lisboa, Pos-Cult-Universidade Federal da Bahia, Maison du Portugal – André de Gouveia, Institut Camões – Instituto da Cooperação e da Língua,  CIC Iberbanco

Comité d’organisation : Graça Dos Santos,  Laetitia Dumont-Lewi, José Manuel da Costa  Esteves, Lina Iglesias, Christophe Mileschi, Marie-Isabelle Vieira.

Comité scientifique : Christian Biet, Silvia Contarini, Christophe Couderc, Bernard Faivre, Nelly Feuerhahn, Ana Paula Guimarães, Lina Iglesias, Rafael Mandressi, Edilene Matos, Jean-Marc Moura, Christophe Mileschi, Idelette Muzart – Fonseca dos Santos, Graça Dos Santos, Judith Stora, Marie-José Tramuta, Emmanuel Wallon, Jean-Claude Yon.

Site : http://www.humoresques.fr Contact:riredupauvre@gmail.com

Programme

Jeudi 21 novembre 2013
9h15 Accueil à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences Bât. B
9h30 Ouverture du colloque avec
Philippe Gervais-Lambony Vice – Président de la recherche
Hélène Aji Directrice de l’UFR Langues
Christophe Couderc Directeur de l’EA 369 Études romanes
Silvia Contarini et Christophe Mileschi Directeurs du CRIX
Emmanuelle Sinardet Codirectrice du CRIIA
Idelette Muzart Directrice du CRILUS
Emmanuel Wallon EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations
Judith Stora et Nelly Feuerhahn CORHUM – Humoresques
Graça Dos Santos Comité d’organisation du colloque
10h00 Première Conférence inaugurale
Bernard Faivre . UPOND
Le rire égalisateur

Séance 1 . Les personnages
Président de séance . Christophe Mileschi . UPOND
10h30 Marie-José Tramuta . Université de Caen – Basse Normandie
et Laetitia Dumont-Lewi . UPOND
Du roi des diables au pauvre diable : Arlequin dans tous ses états
11h00 Christophe Couderc . UPOND
Rire de l’autre : Alcuzcuz, valet morisque dans Amar después
de la muerte de Calderón de la Barca
11h20 Pause
11h40 Céline Candiard . Université Lumière Lyon 2
“Toujours quelque mot goinfre est dans tous ses discours” : bouffons affamés
et connivence sociale sur la scène comique parisienne au XVIIe siècle
12h00 Eve Mascarau . UPOND
Personnages populaires et rire dans Knock
12h20 Sarah Amrani . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Portraits de Marcovaldo et Fantozzi en travailleurs rêveurs
12h40 Discussion
13h00 Repas


Séance 2 . De la rue au petit écran
Présidente de séance Lina Iglesias . UPOND
15h00 Anna Leone . École des Hautes Études en Sciences Sociales
Du rire de l’homme pauvre au rire du pauvre homme.
Sur la fonction du rire dans les spectacles de marionnettes à gaine napolitaines
15h20 Gwénaëlle Le Gras . Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
Bourvil ou les enjeux socioculturels du comique paysan de l’immédiat
après-guerre
15h40 Marie Duret-Pujol . Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
Les rires des Deschiens
16h00 Héla Msellati – Kraiem . Université de Carthage – Institut Supérieur
des Langues de Tunis . Rire du pauvre : les voies de Radio Bistro
16h40 Discussion


Vendredi 22 novembre 2013
9h30 Accueil à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences Bât. B
10h00 Deuxième Conférence inaugurale
Jean-Marc Moura . UPOND
Le personnage du pauvre comme source d’humour
Séance 3 . De la rue au Boulevard
Présidente de séance . Laetitia Dumont-Lewi . UPOND
10h30 Ksenia Fesenko . Université Vincennes-Saint-Denis – Paris 8
Ah ! Vous avez souri, ne dites pas non, vous avez souri !
Le « comique éternel » au théâtre des Funambules
10h50 Agnès Curel . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Faire rire la rue : l’exemple du bonimenteur dans les foires parisiennes
à la fin du XIXe siècle
11h10 Pause
11h30 Daniel Batista Lima Borges
UNICAMP – Universidade Estadual de Campinas, São Paulo, Brésil
Le rire du clown de la Folia de Reis
11h50 Nina Jambrina . Université Toulouse II – Le Mirail
Comique populaire sur la scène bogotanaise, de la place publique au
plateau de théâtre. Les deux visages du rire.
12h10 Discussion
13h00 Repas


Séance 4 . Dessins et gravures
Présidente de séance . Idelette Muzart-Fonseca dos Santos . UPOND
14h30 Everardo Ramos . Universidade Federal do Rio Grande do Norte/ Brésil
Rire du pauvre, rire des pauvres : l’humour et le comique dans la gravure
populaire brésilienne
14h50 Adriana Coelho Florent . Université Aix Marseille
Pour la légalisation du pauvre brésilien : Graúna et l’apprentissage de la
démocratie dans l’oeuvre du cartooniste Henfil (1944 – 1988)
15h10 Laurent Bihl . Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Rire de la cloche de bois : mendiants, indigents et clochards dans l’image
satirique de la Belle Epoque
15h30 Morgan Labar . Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Saltimbanques et clowns grotesques : quelques usages du comique populaire
dans l’art contemporain
15h50 Discussion

19h00 Accueil à la Maison du Portugal – André de Gouveia, Cité Universitaire
par Ana Paixão Directrice de la Maison
Spectacle
Les cris de la crise
Musique et crise financière avec
Helena Afonso soprano ,
António Wagner Diniz baryton ,
accompagnés par José Manuel Brandão piano


Samedi 23 novembre 2013
9h30 Accueil à la Maison du Portugal – André de Gouveia, Cité Universitaire

Séance 5 . Rires du pauvre
Président de séance Jean-Claude Yon .
Université Versailles – St Quentin en Yvelines
10h00 Bernard Andrès . Université du Québec Montréal
Le rire du « pauvre Sauvage » en Nouvelle-France: résister à l’évangélisation
10h20 Tommaso Meldolesi . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Le rire triste et gai des « pauvres gens » dans quelques pages de Benjamin
Gastineau
10h40 Carlos Augusto Ribeiro . Universidade Nova de Lisboa IELT
Des restes : l’art comme une blague ou l’art comme la blague de la blague ?
11h00 Pause
11h20 Béatrice Ménard . UPOND
Rire carnavalesque et satire sociale dans El desfile del amor de Sergio Pitol
11h40 Fernanda Vilar . UPOND
Le rire postcolonial : un rire de critique
12h00 Discussion
12h20 Conclusions
Nelly Feuerhahn . CORHUM – Humoresques
Graça Dos Santos,
José Manuel da Costa Esteves,
Silvia Contarini . UPOND
13h00 Repas

Journée d’étude: Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Les Mystères urbains : le roman de l’histoire sociale

Journée d’études du jeudi 3 octobre 2013

Université Montpellier 3 / RIRRA 21

Site Saint-Charles, salle 102

Contact : Corinne Saminadayar-Perrin, www.csaminadayar.fr

11 h. Corinne Saminadayar-Perrin (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), « Espaces-temps des Mystères urbains : l’enquêteur, le romancier et l’historien »

11 h 45.  Marie-Ève Therenty (Université Montpellier 3 / RIRRA 21), [titre à préciser]

12 h 30. Yoan Vérilhac (Université de Nîmes / RIRRA 21), « Le Mystère urbain en France au XIXe siècle : l’épreuve de la durée et l’écriture de l’histoire »

Déjeuner

14 h.  Matthieu Letourneux (Université de Paris-Ouest Nanterre), « L’histoire sociale phagocytée par le roman-feuilleton : Les Mystères du peuple d’Eugène Sue »

14 h 45.  Lise Dumasy (Université de Grenoble 3 / ECRIRE), « Du roman gothique au roman noir : la ville comme espace du mystère et de son exploration »

15 h 30.  Helle Waahlberg (RIRRA 21), [titre à préciser]

16 h 30.  Héléna Demirdjian (RIRRA 21), « L’insertion du discours politique dans Le Fou de Raffi »

Séminaire "Genre, médias et communication"

Séminaire « Genre, médias et communication »

Ce séminaire est co-organisé par les laboratoires :

  • CIM (Communication, Information, Médias), équipe MCPN (Médias, Cultures et Pratiques Numériques), université Paris 3
  • COSTECH (Connaissance et Organisation des Systèmes TECHniques), équipe EPIN (Etudes des pratiques interactives du numérique), université de technologie de Compiègne

Les séances se déroulernt le vendredi matin de 10h à 12h

à l’Institut de Management de l’Information (IMI), Salle De Vinci, 2e étage, 62 bd. Sébastopol, 75003 Paris (Métros Etienne Marcel et Réaumur-Sébastopol) ou à la Maison de la recherche, salle extérieure, Université Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris (Métro Place Monge)

Calendrier printemps 2013 :

  • vendredi 12 avril, 10h-12h, intervention de Marion Dalibert : « Un citoyen « universel » ? La coproduction sociodiscursive du genre, de la race et de la francité dans les médias d’information généraliste » à la Maison de la recherche, salle extérieure.
  • vendredi 7 juin, intervention de Sandy Montanola et Aurélie Olivési :« L’affaire Caster Semenya : redéfinition médiatique des identités hommes-femmes » à l’Institut de Management de l’Information, salle De Vinci.

Présentation des objectifs du séminaire « Genre, medias et communication » :

Le séminaire présente une série de travaux s’attachant à la question du genre dans la communication et les médias. Des dispositifs d’écriture numérique aux représentations médiatiques en passant par les discours institutionnels, le genre est l’un des rapports sociaux qui organise le monde social et les pratiques au même titre que la classe sociale ou la catégorisation ethnoraciale. Aussi ce séminaire se propose-t-il d’ouvrir un espace de discussion autour des dimensions identitaires et performatives du genre, des modèles de masculinité et de féminité promus et négociés dans les médias et de la sexuation des usages médiatiques. L’objectif est de décrypter les modalités de la représentation et de l’expression du genre, à travers l’analyse des modes de catégorisation, des performances et des traces (ou de l’absence de traces) corporelles dans différents dispositifs médiatiques (web, presse, télévision, cinéma). Deux dimensions connexes seront abordées lors des séances. Avec la médiatisation des controverses sur le mariage pour tous, la parentalité, la parité ou encore le port du voile à l’école se dessine une articulation du genre avec les variables de la sexualité, de la race, de la religion, etc., qu’il nous paraît nécessaire d’explorer. Par ailleurs, il nous semble pertinent d’appréhender les modalités de représentation et les formes d’expression du genre selon les différents médias, reposant sur des dispositifs de médiation qui n’accordent pas la même place à la corporalité. L’attention sera également portée aux outils et méthodes spécifiques à l’analyse du genre dans les médias (analyse linguistique, analyse de discours, analyse sémiotique, analyse sociologique des représentations). Seront privilégiées les approches qui convoquent les sciences de l’information et de la communication ainsi que les disciplines voisines (histoire, cultural studies, sociologie, science politique, psychologie).

Information : Nelly Quemener (nellyquemener@hotmail.com)

Parution: Luc Boltanski, Enigmes et complots

Luc Boltanski

Enigmes et complots

Une enquête à propos d’enquêtes

Paris, Gallimard, « NRF Essais », 2012

Présentation de l’éditeur
Au tournant des XIXe et XXe siècles, on observe tour à tour le développement du roman policier, dont le cœur est l’enquête, et du roman d’espionnage, qui a pour sujet le complot ; l’invention, par la psychiatrie, de la paranoïa, dont l’un des symptômes est la tendance à entreprendre des enquêtes prolongées jusqu’au délire ; la création par la sociologie de formes spécifiques de causalité – dites sociales –, pour déterminer les entités, individuelles ou collectives, auxquelles peuvent être attribués les événements qui ponctuent la vie des personnes, celle des groupes, ou encore le cours de l’histoire ; enfin, l’orientation nouvelle de la science politique qui, se saisissant de la problématique de la paranoïa, la déplace du plan psychique au plan social et prend pour objet l’explication des événemenst historiques par les «théories du complot».
Dans chacun de ces cas, la réalité sociale est mise en doute. C’est à l’État-nation, tel qu’il se développe à la fin du XIXe siècle, que l’on doit le projet d’organiser et d’unifier cette réalité pour une population et sur un territoire. Mais ce projet, proprement démiurgiques, se heurte à une pluralité d’obstacles parmi lesquels les développements du capitalisme, qui se joue des frontières nationales, occupe une place centrale.
Ainsi, la figure du complot focalise des soupçons qui concernent l’exercice du pouvoir : où se trouve réellement le pouvoir et qui le détient, en réalité? Les autorités étatiques, qui sont censées en assumer la charge, ou d’autres instances, agissant dans l’ombre – banquiers, anarchistes, sociétés secrètes, classe dominante, etc.? Ainsi s’échafaudent des ontologies politiques qui tablent sur une réalité doublement distribuée : à une réalité officielle, mais de surface et sans doute illusoire, s’oppose une réalité profonde, cachée, menaçante, officieuse, mais bien plus réelle. Roman policier et roman d’espionnage, paranoïa et sociologie – inventions à peu près concomittantes – sont solidaires d’une façon nouvelle de problématiser la réalité et de travailler les contradictions qui l’habitent. Les aventures du conflit entre ces deux réalités – réalité de surface contre réalité réelle – constituent le fil directeur de l’ouvrage.

Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi, Payot, Paris, 2012, 400p. ISBN : 2-228-90712-X

www.payot-rivages.net

Si les femmes de pouvoir ont toujours existé, les femmes chefs d’Etat, démocratiquement élues, restent l’exception. En France, le fait est inédit, même si plusieurs d’entre elles se sont portées candidates depuis la première élection du président de la République au suffrage universel en 1965. Elles sont neuf en attendant celles qui, dans leur sillage, relèveront à nouveau le grand défi de l’investiture suprême. Toutefois le geste, voire la geste, de ces pionnières reste avant tout symbolique : aucune en effet, jusqu’en 2007, ne pouvait espérer figurer au second tour. Il n’en est que plus fort dans la rupture qu’il instaure et la brèche ainsi ouverte.

C’ets le regard des médias sur ces femmes politiques qui constitue l’objet de la présente étude dont la Ve République est le cadre. Révélateurs de l’imaginaire dominant autant qu’ils contribuent à le construire, les médias sont un creuset des représentations collectives. Quels portraits brossent-ils de ces femmes hors du commun et en quels termes les évoquent-ils ? Que nous disent-ils de l’articulation du masculin et du féminin au regard de la légitimité politique et de son évolution au cours des dernières décennies ? Autant de questions auxquelles s’efforce de répondre cet essai vif et enlevé, non dénué d’ironie, qui voudrait voir enfin démentie la formule selon laquelle, en France, les femmes sont candidates et les présidents sont des hommes.

Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully est professeure à l’université de Toulouse-Le Mirail où elle enseigne la communication. Ses recherches portent sur les rapports entre politique, médias et genre (La Démocratie mise en scènes. Télévision et élections, 2001 ; Les Informations télévisées, 1995).

Appel à contributions : Le pouvoir des fictions audiovisuelles

Appel à contributions pour la revue Communication

« LE POUVOIR DES FICTIONS AUDIOVISUELLES »

Dossier thématique coordonné par

Céline Bryon-Portet

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches

Ce numéro de la revue Communication se propose d’étudier le pouvoir d’influence des fictions cinématographiques et télévisées, tant au plan individuel qu’au niveau sociétal.

Longtemps ravalées au rang de simples productions divertissantes, avec tout ce que cette catégorisation comporte de péjoratif depuis que la philosophie pascalienne a vu dans le divertissement une activité futile et dérisoire entre toutes, les fictions audiovisuelles sont pourtant bien plus que des histoires imaginaires frappées d’irréalité. Les chercheurs leur reconnaissent aujourd’hui la capacité de modifier les représentations mentales des spectateurs, voire même de changer leur comportement.

Au niveau individuel, les études pionnières de Henry Jenkins[1] sur les fans des séries télévisées, notamment, montrent que la notion de participation est primordiale lorsque l’on veut étudier le phénomène de la culture fan. Les travaux de Dominique Pasquier[2], en France, sur la série Hélène et les garçons, soulignent les processus d’identification des téléspectateurs à des personnages qu’ils considèrent comme des modèles à imiter, et la fonction d’apprentissage de la vie amoureuse que ces fictions télévisées remplissent auprès des jeunes publics, grâce à leur réalisme émotionnel. Ce processus d’identification, lorsqu’il se trouve exacerbé et décliné sur un « mode mimétique élevé »[3], peut amener certains fans de super-héros à se comporter comme leur idole fictive, comme c’est le cas aux Etats-Unis (notamment dans la ville de Cincinnati), où des vengeurs masqués qui se font appeler Batman, Superman ou Wonder Woman, concurrencent la police en tentant d’arrêter des criminels.

L’on peut donc aller jusqu’à se demander si certaines fictions audiovisuelles ne jouent pas un rôle assez similaire à celui que joue le mythe dans les sociétés traditionnelles, lequel représente un « exemple concret de la conduite à tenir »[4] et est « vivant, en ce sens qu’il fournit des modèles pour la conduite humaine et confère par là même signification et valeur à l’existence »[5].

Au niveau sociétal, les fictions audiovisuelles participent également de la construction sociale de la réalité, grâce à l’univers diégétique qu’elles élaborent. Les travaux menés par Sabine Chalvon-Demersay[6] et Guillaume Le Saulnier[7], par exemple, ont montré que les héros fictifs des séries policières possèdent une véritable influence sur l’image que l’opinion publique possède du métier de « flic ». Les nombreuses séries qui mettent en scène, depuis une dizaine d’années, le métier d’urgentiste ou de médecin (Urgences, Grey’s anatomy, Dr House…), sont également aptes à transformer les représentations existantes, voire à créer des vocations. D’autres études ont souligné la capacité d’une série comme Plus belle la vie à faire passer des messages idéologiques et politiques auprès des téléspectateurs, sur des thèmes tels que le don d’organes, l’homosexualité et la diversité socioculturelle[8], ou encore à valoriser l’image d’un territoire, en l’occurrence l’image de la ville de Marseille[9]. De la même manière, des films comme Le Bonheur est dans le pré et Bienvenue chez les ch’tis ont contribué à véhiculer une image positive du Gers et de la région Nord-Pas-de-Calais, en construisant puis diffusant une véritable identité socioculturelle autour de la convivialité et du bien-vivre, ainsi qu’en ont témoigné la presse locale ainsi que différentes enquêtes[10]. Enfin, des chercheurs se sont demandés si la présence d’un Président des Etats-Unis noir dans la série 24h00 chrono (le Président David Palmer), n’avait pas aidé les américains à se familiariser à cette idée, à faire tomber certains préjugés racistes et par conséquent à faciliter l’arrivée au pouvoir de Barack Obama, tandis que certains journalistes, à l’instar de Brian Stelter du New York Times, préfèrent considérer la série pionnière The West Wing (diffusée en 1999 et 2006 sur NBC), comme la fiction qui joua le rôle de déclencheur, à travers le Président hispanique Matthew Santos[11].

Cette (re-)construction de la réalité paraît en outre favorisée par la confusion croissante qui existe aujourd’hui entre la fiction et la réalité, à travers la création de genres hybrides, empruntant tout à la fois à la fiction et au documentaire, mélangeant « mode fictif » et « mode authentifiant »[12], au point d’aboutir à des productions « transgénériques »[13]. Le développement du storytelling participe également d’un brouillage des frontières et d’une transformation représentationnelle[14]. Cette influence des fictions est telle que d’aucuns dénoncent leur pouvoir potentiellement manipulatoire. Les uns pointent leur aptitude à modifier la réalité, tandis que les autres les accusent d’être des instruments de propagande qui naturalisent des rapports de domination existants[15]. Enfin, il convient aussi de prendre en compte les bouleversements qu’entraînent dans ce domaine les dernières innovations techniques, et plus précisément la convergence des écrans (par exemple, l’arrivée de iTV chez Apple), ou encore l’interconnectivité des écrans avec le réseautage (par exemple, le phénomène grandissant du visionnement sur demande et du « média social » qui permet aux téléspectateurs-internautes de réagir en direct aux diffusions d’émission-événement), susceptibles d’avoir un impact non seulement sur la production des fictions, mais aussi sur leurs effets.

Les contributions attendues pour ce dossier thématique s’interrogeront donc sur ce pouvoir d’influence des fictions audiovisuelles. Elles prendront la forme d’essais théoriques ou d’études de cas, et pourront explorer, par exemple, les questions et problématiques suivantes :

  • Y-a-t-il une spécificité des fictions audiovisuelles ? Les séries télévisées, notamment,  possèdent-elle un pouvoir d’influence supérieur aux autres fictions (littéraires, par exemple), par le climat d’intimité et la complicité[16] qu’elles forgent autour du téléspectateur, voire la confusion qui peut s’établir entre un personnage fictif et le comédien qui l’incarne, au point de conférer une existence quasi réelle au premier[17] ?
  • Ce pouvoir d’influence est-il en train de croître avec le développement de « docu-fictions », ou encore de séries télévisées qui se présentent comme de véritables critiques sociales[18], à l’instar de Hill Street Blues, Law & Oder, Nip Tuck, Les Sopranos et Desperate housewises, qui dénoncent implicitement les travers d’une société en crise ?
  • Quel est le rôle joué par « l’effet de réel » sur ce pouvoir des fictions ? Et sur quels principes narratifs et techniques repose cet effet de réel[19] ?
  • Comment se réalisent les processus d’identification des cinéphiles et des téléspectateurs à leurs personnages de fiction favoris ?
  • Comment s’effectue la modification des représentations mentales, chez les cinéphiles et les téléspectateurs ? Et comment s’opère le passage de la modification des représentations mentales à la modification comportementale ?
  • Quelles représentations socioculturelles les séries télévisées contemporaines sont-elles en train de modifier ?
  • Ne peut-on pas craindre que cette reconstruction de la réalité soit sujette à des manipulations volontaires ? Peut-on aller jusqu’à parler de propagande, pour certaines fictions audiovisuelles ?
  • Quel est le pouvoir de résistance du spectateur face à une instrumentalisation possible des ressorts idéologiques des fictions audiovisuelles ?
  • Quelles sont les limites de ce pouvoir d’influence des fictions ? Comment les fans s’approprient-ils à leur tour leurs productions télévisuelles préférées par le biais de contributions amateurs sur le Web, de la simple discussion entre fans sur des blogues et forums (pouvant influencer éventuellement les scénaristes) aux détournements, mash-up et autres « mèmes » réalisés à partir des œuvres, sans oublier des créations originales qui court-circuitent les réseaux de production et de diffusion traditionnels des industries culturelles ?
  • Certaines fictions télévisuelles peuvent-elles devenir des mythes, et endosser des fonctions similaires aux anciens récits mythiques ?
  • Comment le storytelling, qui procède à une mise en récit de plus en plus utilisée comme outil à des fins politiques et de marketing, peut-il s’apparenter à un processus de mythification et actualise-t-il la question des frontières/recouvrements entre récit et fiction?

Calendrier :

  • 20 mars 2012 : date limite d’envoi des propositions d’articles sous la forme d’un résumé de 3500 signes environ (espaces compris), à Céline Bryon-Portet. Courriel : celine.bryonportet@ensiacet.fr
  • 5 avril 2012 : notification aux auteurs de la décision du comité de coordination.
  • 15 septembre 2012 : date limite d’envoi des articles (entre 40 000 et 60 000 signes, espaces non compris) au comité de coordination qui les transmettra à la revue Communication pour évaluation. La direction de la revue accusera réception et avisera les auteurs de la constitution des comités de lecture.

Procédure et consignes :

Chaque proposition d’article sera évaluée à l’aveugle par un comité de lecture composé de lecteurs experts

Les auteurs devront se conformer aux normes éditoriales en vigueur au sein de la revue Communication. Le guide de consigne aux auteurs est téléchargeable à partir du lien suivant :

http://communication.revues.org/index2590.html

Notes

[1] Henry Jenkins, Textual poachers : Television fan and participatory culture, Routledge, 1992.

[2] Dominique Pasquier, « Identification au héros et communautés de téléspectateurs : la réception d’ »Hélène et les garçons » », Hermès, n° 22, 1998, p.101-109.

Dominique Pasquier, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

[3] A partir de la classification des fictions de Northop Frye, François Jost définit ce mode mimétique comme celui qui met en scène « des héros supérieurs en degré aux autres hommes », par opposition au mode mimétique bas qui propose des « personnages qui sont à la fois égaux à leur environnement et à l’être humain ».

François Jost, « Séries policières et stratégies de programmation », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.65.

[4] Roger Caillois, Le Mythe et l’homme, Paris, Gallimard, Folio essais, 1987, p.154.

[5] Mircea Eliade, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, Folio essais, 1993, p.12.

[6] Sabine Chalvon-Demersay, « Fiction policière et identité sociale virtuelle », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.305-326.

[7] Guillaume Le Saulnier, « Les Policiers réels devant leurs homologues fictifs : fiction impossible ? Pour une sociologie de la réception dans la sphère professionnelle », Réseaux, vol. 29, n° 165, 2011, p.109-135.

[8] Céline Bryon-Portet, « Les productions télévisées, genre oublié dans la construction de l’image d’un territoire ? L’exemple de co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille par la série Plus belle la vie », Études de communication, n° 37, 2011.

[9] Céline Bryon-Portet, « La dimension politique de la série Plus belle la vie : mixophilie, problématiques citoyennes et débats socioculturels dans une production télévisuelle de service public », Mots. Les Langages du politique, n°97 (parution en juillet 2012).

[10] Daniel Bley et Laurence Licht, Les perceptions de la qualité de vie dans un département rural français (Gers), in S. Fleuret (dir.), Espaces, Qualité de vie et Bien-être, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2006, p.257-263.

« L’Aubaine « bienvenue chez les ch’tis ». Mesure de l’impact du film sur les demandes d’information touristique en région Nord – Pas de Calais », Les études de l’Observatoire, Comité Régional de Tourisme Nord – Pas de Calais, mars-octobre 2008.

Laurent Decotte, « Les touristes comprennent notre fierté d’être ch’tis », La Voix du Nord, 30 mars 2011.

[11] Brian Stelter, « Following the Script: Obama, McCain and ‘The West Wing’ », 29 octobre 2008.

http://www.nytimes.com/2008/10/30/arts/television/30wing.html?scp=1&sq=west%20wing&st=cse

[12] Stéphanie Pontarolo, « Documentarisation des séries policières ? L’exemple de la télévision française », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.151-169.

[13] François Jost relève cette tendance des séries actuelles à créer des « no genre’s land, où une image pourrait appartenir aussi bien à un reportage qu’à une série ». François Jost, « Séries policières et stratégies de programmation », in Pierre Beylot et Geneviève Sellier (dir.), Les séries policières, Paris, L’Harmattan, 2004, p.71.

[14] Christian Salmon, Storytelling. La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007.

[15] Jean-Pierre Piemme, La Propagande inavouée. Approche critique du feuilleton télévisé, Paris, 10-18, 1975.

[16] Jean-Pierre Esquenazi, Mythologie des séries télé, Paris, La Cavalier bleu, 2009, p.86.

[17] Sabine Chalvon-Demersay, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, vol. 29, n°165, p.183-214.

[18] Jean-Pierre Esquenazi, Mythologie des séries télé, Paris, La Cavalier bleu, 2009, p.86-89.

[19] Muriel Mille, Rendre l’incroyable quotidien. Fabrication de la vraisemblance dans Plus Belle la vie, in Réseaux, vol. 29, n°165, 2011, p.53-81.