Archives par mot-clé : récit

Colloque : Pouvoirs de la fiction

« La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs »

Université de Liège, 4-5 mai 2017

 


Ces vingt dernières années, la fiction et le récit se sont étendus à des contextes sociaux et à des domaines de l’existence toujours plus larges, modifiant en profondeur notre imaginaire et notre rapport aux histoires. Dans le même temps, les débats autour de la notion de « force » ou de « fonction cognitive » de la littérature ont conduit à une nouvelle appréciation des savoirs inhérents aux objets fictionnels.

Si cette intelligence de la fiction a pour vertu de rapprocher les « trois cultures » (Lepenies, 1990; Jablonka 2014) en favorisant l’échange et la circulation des savoirs entre les entreprises littéraire et scientifique (épistémocritique, sociologie « par » la fiction, théorie littéraire des mondes possibles, cognitive literary studies), elle n’est pas non plus sans effet sur les créateurs qui, à leur tour, pensent ce pouvoir de parler du monde. D’objet sur lequel exercer des savoirs ou des techniques plus forts que lui, le document littéraire est devenu un instrument de connaissance, un interlocuteur à part entière interrogé pour son mode de saisie et de compréhension de phénomènes longtemps considérés comme extérieurs à lui ou comme agissant à travers lui et à son insu. En quoi ce nouveau contexte de bienveillance et de réflexivité à l’égard de la connaissance par la fiction change-t-il les pratiques littéraires ? Que font les écrivains des pouvoirs qui leur sont désormais reconnus ? Comment rendre compte de l’effectivité propre du savoir de fiction dans les dispositifs narratifs contemporains ?

Organisées à l’Université de Liège dans le cadre du projet de recherche STORYFIC (PDR-FNRS), avec le soutien de l’UR Traverses et de la revue de sociologie de littérature COnTEXTES, ces journées d’étude visent à penser la manière dont les « pouvoirs de la fiction » font retour sur les pratiques des écrivains.

 

Programme

Jeudi 4 mai

Continuer la lecture de Colloque : Pouvoirs de la fiction

Récit interactif, continuité ou rupture ?

« Bifurcations du récit interactif », Cahiers de Narratologie n°27, décembre 2014.

Les actes de la journée d’étude du RRN 2014, qui s’est tenue à Lausanne le 14 février de cette année, ont été publiés dans le numéro 27 des Cahiers de narratologie, portent sur les bifurcations du récit interactif, en s’interrogeant notamment sur les rapports entre narratologie et ludologie, et sur l’existence d’une continuité ou d’une rupture entre les modèles narratologiques « classiques » et ceux qui permettent de rendre compte de la dynamique des récits émergents ou participatifs.

Le dossier, consultable en ligne (http://narratologie.revues.org/6996), est composé des articles suivants: Continuer la lecture de Récit interactif, continuité ou rupture ?

Appel à articles : Ecrans n°3, analyser les séries télévisées

ECRANS N°3 ANALYSER LES SERIES TELEVISEES

Les séries télévisées sont des produits culturels industriels narratifs, qui offrent à l’analyste deux difficultés majeures.

La première concerne leur temporalité. Produites durant plusieurs années sous des conditions variables et souvent par des individus différents, évoluant sous l’action de réceptions plus que jamais actives, elles n’apparaissent ni uniformes ni stables.

La seconde peut être formulée sous la forme d’un paradoxe : une série est un objet narratif, mais qui n’est pas du tout un récit. Une série en tant qu’objet textuel s’apparente plutôt à une machine à fabriquer des récits à l’intérieur d’un univers fictionnel (relativement) stable.

La temporalité sérielle nous oblige à rendre compte des inflexions à l’intérieur de cet objet long. Peut-on la comparer à celles d’autres « objets longs » comme l’œuvre d’un cinéaste ? À quoi oblige et que permet ce temps long ? Une série est-elle un objet à la dérive, inventé au fur et à mesure des épisodes ? Ou doit l’examiner à partir d’un potentiel narratif dont il serait possible de rendre compte ? Et comment rendre compte de l’intervention de la réception-interprétation par des publics, déjà mentionnée par Dominique Pasquier à propos de Hélène et les garçons ou par Henry Jenkins à propos de Star trek ?

Nous savons analyser des objets narratifs clos, comme les films ou les romans. Comment analyser des objets narratifs ouverts comme des séries télévisées ? La solution consiste trop souvent à revenir à des analyses de contenu qui négligent toute mise en scène (et toute mise en temps, voir le paragraphe précédent) aussi bien que l’expansion narrative, saison après saison, des séries télévisées. Les catégories classiques de genre ou d’auteur sont-elles d’une quelconque utilité ? L’analyse du film a mis au point des méthodes fructueuses : dans quelle mesure sont-elles exportables vers les séries télévisées ? Pour rendre compte de la narrativité spécifique des séries, faut-il rechercher de nouvelles méthodes ?

Écrans propose à la sagacité des chercheurs ces questions et sans doute quelques autres. Les propositions privilégiées manifesteront une démarche méthodologique explicite, soit de façon théorique, soit accompagnant l’analyse d’une série particulière.

Les propositions sont à envoyer à jpierre.esquenazi@wanadoo.fr avant le 30 juin (désolé de ce temps court). On connaîtra les propositions acceptées avant le 10 juillet.

Les articles sont à rendre pour la fin du mois d’octobre.

Call for papers : Narrative Minds and Virtual Worlds, 21-22 May 2013

Narrative Minds and Virtual Worlds

Tampere, Finland, May 21st and 22nd 2013

Call for Papers, abstract deadline January 31st, 2013

Keynote speakers:

  • Marie-Laure Ryan (author of Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory [1991], Narrative as Virtual Reality [2001] and Avatars of Story [2006]; editor of Cyberspace Textuality [1999] and Narrative across Media [2004])
  • Jarmila Mildorf (author of Storying Domestic Violence [2007]; editor of Magic, Science, Technology, and Literature [2006] and Imaginary Dialogues in English [2011])

The postclassical turn in narratology has led to 1) a new emphasis on minds, both fictional and interpretative, and 2) the theoretical discovery of storyworlds. These ideas come together in cognitive-theoretically informed narratology, which is well on its way to getting to grips with the processes of immersion and readerly orientation within the storyworld, and also with perceptual positioning on the levels of storyworld, narration and the actual reading process. This conference discusses, applies and tests narratological theories of world and mind construction in different media, ranging from literature to digital games, classroom interaction and corporate communication.

The conference calls for papers from any relevant field of study addressing interfaces of minds and worlds, narrative as well as virtual. Bringing together research on different narrative and quasi-narrative media will reveal both the medium-specific and the transmedial dynamics between inner and outer worlds in narrative sense-making. For instance, the narratological notions of fictional mind construction have lately been informed by theories of spatial and temporal situatedness and its effect on the reading process. The situation of game players immersed in a virtual world involves both interesting similarities with as well as differences to more prototypically narrative environments, particularly in its prioritisation of navigation and problem-solving over empathetic identification. Furthermore, the use of shared storyworlds as foundations for transmedial franchises suggests that worlds may, indeed, be translatable.

This conference is inspired by interdisciplinary and transmedial studies of narrative as pursued by, among others, our keynote speakers Jarmila Mildorf and Marie-Laure Ryan. We welcome papers discussing general and theoretical issues, as well as papers focusing on particular texts or cases in any medium. Furthermore, papers may address medium-specificity or disciplinary boundaries as interpretative or methodological challenges.

Possible topics include, but are not limited to:

  • medial and intermedial construction of minds and worlds in literature and the everyday
  • adapting storyworlds from one medium to another
  • socially distributed minds in everyday conversation, narration and life stories
  • the role of fiction and narration in digital games
  • misreading virtual minds in fiction
  • fictional worlds in picture books and graphic novels
  • virtual worlds and fictional minds as tools for teaching
  • game worlds between real action and imaginary spaces
  • narrative and ludic agency in game playing
  • narrative, material and visual dimensions of organisational sense-making
  • ?Theories of Mind? in different media
  • attributing minds and representing worlds in historical narratives
  • exceptional minds and bodies in fiction and the everyday
  • dream narratives as virtual worlds
  • narrative embodiment in illness narratives
  • the function of stories in marketing and brand development

Please send a 250-word abstract to Mari Hatavara (mari.hatavara[at]uta.fi) by January 31st 2013. Be sure to give the title, author(s), affiliation(s), and e-mail address in the same document.

The conference is organised by:

  • Mari Hatavara, professor of Finnish literature at the University of Tampere School of Language, Translation and Literary Studies
  • Matti Hyvärinen, professor of Sociology at the University of Tampere School of Social Sciences and Humanities
  • Frans Mäyrä, professor of Information Studies and Interactive Media at the University of Tampere School of Information Sciences