Archives par mot-clé : réception / reception studies

Séminaire : l’essai médiatique

« L’essai médiatique », séminaire de l’EA 1087 EHIC

Université de Limoges

 

Le séminaire « L’essai médiatique » de l’EA 1087 EHIC, université de Limoges, courra sur 2 ans, à raison de 4 séances par année universitaire, et se conclura par un colloque international.

Organisatrices : Irène Langlet et Chloé Ouaked, avec l’aide de Maxime Hureau.

cropped-l_l-de-mars-allegorie-verite

Argument (résumé)

De la forme de discours de savoir inventée par Montaigne, libre et subjective, nous souhaitons interroger les espèces qui se sont mêlées à, et ont migré vers d’autres supports que le livre et d’autres systèmes de signes que le texte littéraire: l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué.

Dans un deuxième sens, plus relatif à la réception de l’essai, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les médias. Résolument contre la position des ceux qui expulsent du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), nous examinerons sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et tenterons de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé.

Lire l’argument complet.

Calendrier

Mercredi 14 décembre 2016, 16h-19h L’essai photographique Andrew Stafford, University of Leeds (Royaume-Uni) Continuer la lecture de Séminaire : l’essai médiatique

Journée : « Intimité des publics »

Journée d’études « Dans l’intimité des publics: appropriations et usages personnels des images audiovisuelles »

IRCAV-JE-DansinitimitepublicsBAT.indd

Sous la responsabilité de Delphine Chedaleux, Myriam Juan et Thomas Pillard

Jeudi 6 octobre 2016, 9h-18h

Maison de la Recherche (Salle Athéna)

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

 

Depuis les années 1990 et 2000, des travaux importants, issus d’horizons disciplinaires divers, ont contribué à revisiter l’histoire du cinéma et de la télévision en mettant l’accent sur l’expertise des spectateurs/trices et sur la participation active des publics cinématographiques et audiovisuels. Ces différentes approches ont joué un rôle central dans le développement actuel des études de réception, permettant à la recherche française de commencer à combler le retard sensible pris sur les travaux universitaires anglo-américains dans l’analyse des cultures fan, des jugements amateurs et des expériences spectatorielles ordinaires. À l’heure où les pratiques sociales liées aux écrans sont reconfigurées au sein de la « culture de la convergence », attestant d’une intimité toujours plus forte entre les publics et les images animées, il demeure pourtant peu fréquent d’interroger les usages personnels et les appropriations individuelles de ces images, en plaçant les spectateurs/trices au centre du questionnement analytique. Cette journée d’études vise précisément à adopter une telle démarche Continuer la lecture de Journée : « Intimité des publics »

Appel : « Ecrits de la réception »

« Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques »

Appel à contribution pour le numéro 7 de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Coordination du numéro :

Sébastien François, docteur en sociologie, postdoctorant au Labex ICCA, rattaché aux laboratoires EXPERICE (Université Paris 13) et CERLIS (Université Paris Descartes)

Thomas Pillard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chercheur associé à l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Lettres à la célébrité, courriers des lecteurs, analyses critiques, récits dérivés et fanfictions, etc. : l’écrit n’a eu de cesse d’être un vecteur privilégié pour prolonger des expériences de réception médiatiques. Par-delà les contenus qui leur donnent naissance, les différences de contexte historique ou les dispositifs de communication mobilisés, ces textes en disent souvent long sur leurs auteur×e×s, comme sur la composition et le degré de structuration des publics auxquels ils appartiennent (Abercrombie & Longhurst 1998 ; Cefaï & Pasquier 2004). Plus encore, ils sont un des lieux où se jouent et se révèlent les enjeux de genre (gender) qui façonnent ces différents publics (Buckingham 1993 ; Maigret 1995 ; Sellier 2009), fournissant aux chercheur×e×s des ressources précieuses pour traiter des problèmes théoriques, méthodologiques et épistémologiques liés à l’étude du « genre de la réception » (Biscarrat 2015).

Ce numéro de Genre en Séries entend rassembler des travaux qui prennent pour objet ces multiples pratiques textuelles et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre pour sa capacité à éclairer tant les contenus médiatiques consommés que les discours suscités. Les écritures « ordinaires », « domestiques » ou « non-scolaires » étant déjà hautement genrées (Blanc 1993 ; Lahire 1997 ; Lyons 2013), il semble essentiel de mieux connaître le profil des rédacteurs/trices de ces textes adossés à la réception d’objets culturels eux-mêmes porteurs de représentations et de normes genrées. L’étude des conditions d’écriture et, le cas échéant, de publication Continuer la lecture de Appel : « Ecrits de la réception »

Appel : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe XXIe siècles)

 EPHE/Université de Rouen, 1-2 avril 2016

Comité d’organisation

Mélanie Bost-Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE, CNRS-IRHT) et Sandra Provini (CÉRÉdI/Rouen)

Crédits image : Assassin’s Creed 2, Ubisoft, 2009

Les études de réception, qui constituent aujourd’hui en France un champ de la recherche en plein essor, ont abordé largement la présence du Moyen Âge[1] et, plus récemment, de l’Antiquité gréco-latine[2] aux XXe et XXIe siècles, en prenant de plus en plus fréquemment en compte les littératures de l’imaginaire et la culture populaire contemporaine. Le colloque organisé en 2012 sur L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique[3] a notamment permis de mettre en évidence la complexité des jeux de réécriture, de citation, de détournement, et la fécondité des motifs et mythes antiques dans la construction d’univers secondaires, mais a aussi fait apparaître la Renaissance comme un jalon incontournable de la réception de l’Antiquité aux XXe et XXIe siècles.

Pourtant, cette période, envisagée ici sur la longue durée, du Quattrocento à la fin du XVIe siècle, n’a pas encore reçu en France toute l’attention qu’elle semble mériter et que lui accordent déjà depuis plusieurs années les recherches anglophones sur le devenir de la Renaissance anglaise[4]. Continuer la lecture de Appel : « Renaissance imaginaire »

Parution : « Les Trente Glorieuses du téléspectateur »

Les Trente Glorieuses du téléspectateur : Une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980

Géraldine Poels, Ina Editions, Collection « Médias essais », ISBN 978-2-86938-227-5, Avril 2015, 420 p.

trenteglorieuses

Raconter la télévision non plus du point de vue de ceux qui la font, mais du point de vue de ceux qui la regardent : ce changement de perspective représente à la fois un défi méthodologique et une approche iconoclaste qui met à mal certains mythes, à commencer par celui du téléspectateur fasciné, un peu naïf et souvent passif.

Cet ouvrage propose donc une autre histoire de la télévision, celle de la réception et des publics, à partir d’une hypothèse : les manières de regarder la télévision, le sens qu’on donne à ces pratiques, sont historiquement déterminées. Continuer la lecture de Parution : « Les Trente Glorieuses du téléspectateur »

Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

presse

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Projet de colloque à l’Université Paris 13, premier trimestre 2015.

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

 

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et de la lecture publique, le XIXe siècle est le témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Continuer la lecture de Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Parution : Questions de communication, n° 18, « Les non-usagers des TIC »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne gratuite de la livraison n° 18 de la revue Question de communication, Dossier Les non-usagers des TIC , Kellner C., Massou L., Morelli P., (dir.)

Les non-usagers des TIC
Sous la direction de Catherine Kellner, Luc Massou et Pierre Morelli

Echanges

Notes de recherche

Notes de lecture

Numéro complet : http://questionsdecommunication.revues.org/281

Publication : la sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec

La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec, Ellipses, Paris, 2012.

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ?
À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Information et sommaire : http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?products_id=8742

Parution – L'expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication

Stéphane Olivesi, L’expérience esthétiqueUne archéologie des arts et de la communication, 456 p., ISBN 978-2-7453-2311-8.

Lire un polar, regarder un film d’auteur, interpréter une partition, représenter des paysages naturels ou mentaux relèvent de routines dont on ne s’étonne plus guère. Pourtant, cette familiarité avec les œuvres d’art laisse intacte l’énigme répétée que constitue l’expérience esthétique, c’est-à-dire la rencontre entre des producteurs et des consommateurs, des auteurs et des spectateurs, des créateurs et des publics, autour de ces objets singuliers. Des logiques très diverses portent les uns à s’exprimer, àproduire, à créer et les autres à contempler, à lire, à écouter… quand d’autres encore commentent, classent, éditent, produisent, répertorient.

Les analyses proposées sondent l’historicité de ces rapports aux œuvres. Elles déconstruisent les catégories impliquées dans les manières de faire de l’art, de le pratiquer, de l’apprécier et de le juger. Elles explorent les formes de subjectivité qui se cristallisent dans cette expérience. Elles tentent aussi d’expliciter ce qui rend possible une telle communauté d’expérience, parfois résumée à des «langages de l’art». Comprendre comment «ça» communique suppose en effet que soit esquivé le piège de l’abstraction et du formalisme auquel se heurtent les approches inspirées par la linguistique et la phénoménologie,mais il faut aussi que soit déjoué l’écueil du repli positiviste sur la seule explicitation de logiques sociales coupées du vécu propre à cette expérience.

The aesthetic experience, notably the meeting between producers and consumers, authors and spectators, creators and the public in regard to works of art, can be enigmatic. To understand its functioning the following domains need to be examined: linguistic formalism or even phenomenological abstraction. This study also looks at the cultural determination that is at the heart of our relation to art.

Auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages critiques consacrés à la communication, Stéphane Olivesi est Professeur à l’Université Lumière Lyon 2.

Conférence de Henry Jenkins, Transmédia 2.0 à la bibliothèque du Centre Georges Pompidou


Conférence de Henry Jenkins, Transmédia 2.0 à la bibliothèque du Centre Georges Pompidou

le 25 mai 2012
19h

Pionnier des études sur les fans, théoricien célébré de la culture de la convergence, Henry Jenkins a repensé l’écosystème médiatique à l’aune du tournant participatif, marqué par l’essor des productions transmédiatiques. Passée la phase utopiste, ces dernières s’inscrivent dans un paysage de plus en plus diversifié, traversé par une même culture en réseau. Henry Jenkins en dévoilera les multiples logiques, du mainstream aux productions indépendantes, en passant par les serious games. En coproduction avec la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et avec le partenariat de Orange Transmedia Lab.
Le vendredi 25 mai, 19h, Grande salle, niveau -1
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Renseignement : Romain Lacroix, 01 44 78 42 25, romain.lacroix@centrepompidou.fr
Pour recevoir les annonces de nos soirées : Claire Couffy, paroleaucentre@centrepompidou.fr

Plus d’information sur le site du Centre George Pompidou.

La conférence sera diffusée en direct sur  epresence.univ-paris3.fr