Archives par mot-clé : presse

Appel : Femmes de presse

The Presence of Women Editors in the Press Industry 1850-1950

49th annual NeMLA convention (Pittsburgh, 12-15 avril 2018)

Pour le 30 septembre 2017

This panel examines the active participation of women in the public dialogue through the prism of their periodical publications. The rise of the periodical press has been recognized as a key factor in the formation of the public sphere in the nineteenth century (Habermas 1962). Studies of twentieth-century editorship, however, tend to take the institutionalization of editorship for granted. Male editors are often known by name, and they are studied in the light of their impact on the socio-political landscape of their time. Historically, however, editorship (and women’s editorship in particular) was often anonymous or pseudonymous and even explicitly staged as performance. Therefore, this panel encourages a thorough study of the common strategies and the cross-cultural networks that women editors developed in order to make their voices heard. More particularly, this panel outlines possible avenues for theoretical reflection on editorship by shedding light on periodical publications across linguistic, socio-cultural and historical boundaries. Continuer la lecture de Appel : Femmes de presse

Parution : « Faire sensation »

Roy Pinker

Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique

Agone, « Contrefeux », mai 2017

 

 

En mars 1932, le fils du célèbre aviateur Charles Lindbergh, âgé de 20 mois, est victime d’un enlèvement puis retrouvé mort. En 1935, Bruno Hauptmann, reconnu coupable du crime lors du tout premier procès filmé, est condamné à mort malgré ses dénégations et des preuves contestables, puis exécuté. Ce qui deviendra rapidement « l’affaire Baby Lindbergh » a passionné la presse et le cinéma d’actualité, et inspiré une foule d’artistes écrivains, d’Agatha Christie à Philip Roth en passant par Hergé et Dali.
Loin d’une énième tentative visant à faire la vérité sur l’affaire Lindbergh, ce livre en fait un moment emblématique où se mettent en place, dans les médias, des méthodes et des habitudes – diffusion d’informations non vérifiées, invention ou distorsion de l’information pour la faire correspondre à la temporalité du média, accentuation d’une réalité étrangère pour renforcer une cohésion communautaire, simplifications visant à donner du sens à ce qui n’en a pas, sensationnalisme en continu – dont on aurait pu croire qu’elles étaient spécifiques à notre époque.

Programme : « Détective », fabrique de crimes ?

Programme « Détective, fabrique de crimes ? »

Journées d’études organisées par Rirra 21 (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Unîmes.

29 septembre 2016 à Montpellier, salle des colloques 2, Saint-Charles

9h00 : Accueil

9h15 Ouverture des journées d’étude et introduction par Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty

L’esprit Détective. Présidence : Catherine Chauchard

10h00 Dominique Kalifa (Paris I, IUF) : « Henri La Barthe, l’inventeur de Détective »

10h45 Adeline Wrona (Celsa, Paris-Sorbonne) « Pour faire un bon journaliste : figures de l’auteur dans Détective ».

11h30 Will Straw (McGill University, Montréal) : « Quand le crime donne un visage au journal à sensation »

 

L’imaginaire criminel. Présidence : Corinne Saminadayar-Perrin

14h00 Laetitia Gonon (Université Grenoble 3) : « Détective et Police Magazine à l’heure américaine (1931) »

14h45 Mélodie Simard-Houde (Université Paris I) : « Les ailes du crime : aviateurs et techniques aéronautiques dans Détective »

15h30 Nicolas Bianchi (UPV, Université de Gand) « Les Mains du Tueur Weidmann. Détective dans la tempête médiatique d’un fait divers national ».

 

Pause

18h00 Inauguration de l’exposition et cocktail à la bibliothèque Raimon Llull

en présence de Patrick Gilli, président de l’université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Vendredi 30 septembre à l’Université de Nîmes (site Vauban)

Continuer la lecture de Programme : « Détective », fabrique de crimes ?

Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

presse

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Projet de colloque à l’Université Paris 13, premier trimestre 2015.

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

 

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et de la lecture publique, le XIXe siècle est le témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Continuer la lecture de Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Parution: Vittorio Frigerio, La Littérature de l'anarchisme

Vittorio Frigerio

La littérature de l’anarchisme

Anarchistes de lettres et lettrés face à l’anarchisme

ELLUG, « Archives critiques », 2014

 

L’anarchisme a entretenu des rapports complexes et constants avec le monde des lettres depuis sa toute première apparition sur la scène politique. Au-delà de la période de la fin du siècle, marquée par les attentats à la bombe qui ont inscrit le fantasme de l’anarchiste dynamiteur dans l’imaginaire du grand public, et au-delà des rapports avec le symbolisme et les avant-gardes poétiques, auxquels on a souvent réduit l’influence de l’anarchisme dans la sphère littéraire, ce livre propose de redécouvrir les productions variées des auteurs qui ont mis leur plume au service du drapeau noir, de 1848 jusqu’à la fin des années 1930. À travers nombre de sources inédites et avec une attention particulière à la création et aux débats littéraires véhiculés par les nombreux journaux et périodiques de la presse militante, sont ainsi examinés les rapports des anarchistes avec les grands mouvements littéraires de l’époque (romantisme, réalisme, naturalisme, symbolisme) et la conception anarchiste de la culture et de l’éducation. On explore les œuvres des auteurs appartenant au monde de la culture officielle qui ont mis en scène des anarchistes dans leurs romans – dont Anatole France, Montherlant, Ernest Psichari, Villiers de l’Isle-Adam, Roland Dorgelès et d’autres encore – pour passer ensuite aux littérateurs proches de l’anarchisme ou actifs dans le mouvement. Reviennent alors les noms de plusieurs écrivains ayant joui en leur temps d’une certaine notoriété – Han Ryner, J. H. Rosny aîné, Jules Lermina, Jehan Rictus –, et ceux de quantité d’autres – Brutus Mercereau, Fernand Kolney, Henri Rainaldy, K. X. et de nombreux nouvellistes –demeurés presque totalement inconnus en dehors des cercles libertaires. Se dessine ainsi l’esquisse d’un milieu vivant à la culture riche et diversifiée, sur un arc temporel bien plus long que celui à l’intérieur duquel on a généralement tendance à la limiter.

Parution: Marie-Eve Thérenty (éd.) Balzac journaliste

balzac journalisteBalzac journaliste. Articles & chroniques

Textes choisis et présentés par Marie-Eve Thérenty

Garnier-Flammarion, 2014, 399 p.

EAN: 9782080712776

09,80 EUR

 

Présentation de l’éditeur:

Anthologie d’articles rédigés par Balzac : caricatures, chroniques sur la vie quotidienne, articles engagés pour la défense d’artistes, critiques littéraires, etc.

Séminaire: Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870)

charivari

Séminaire 2014

« Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

(Alain Vaillant, université Paris Ouest, et Jean-Didier Wagneur, Bibliothèque nationale de France).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

 

Pour la troisième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR,  s’est fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la « grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au xixe siècle un lieu d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.
Cette année, deux séances sont organisées, avant le colloque international qui, au terme du programme ANR, se tiendra à l’université Paris Ouest au printemps 2015.

14 février – le rire de la petite presse.
Valérie Stiénon (université Paris 13 Nord), « Former une communauté discursive de la blague. Les conditions médiatiques du rire charivarique ».
Alain Vaillant (université Paris Ouest), « Poétique de l’ironie médiatique et anthropologie du rire ».

9 mai – Sociabilités, petite presse et poétique textuelle.
Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA 21), « La Plume, petite revue, lieu de sociabilité et œuvre totale ».
Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France), « La conspiration comique de la petite presse ».

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 14h à 17h, à l’université Paris Ouest (Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Antonutti Isabelle (Paris Ouest La Défense)

antonutti

Isabelle Antonutti est responsable de formation à Médiadix et enseignante au Pôle Métiers du livre de l’université Paris Ouest La Défense Nanterre. Docteur en histoire, elle est membre du laboratoire du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines).

Mes recherches portent sur les entreprises médiatiques populaires contemporaines et leurs productions. Les dimensions européennes et les relations franco-italiennes de ces productions m’intéressent. Je suis sensible aux parcours biographiques.

Publications :

Cino Del Duca : un editore tra la Francia e l’Italia, Milano, Franco Angeli, 2015

Cino Del Duca, de Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse aux Presses universitaires de Rennes, 2013

– « Fumetto et fascisme : la naissance de la bande dessinée italienne » in Comicalités, Etudes de culture graphique, 2013 [http://comicalites.revues.org/]

– « Cino Del Duca, à l’ombre de la presse en fleur », In Schnock, N°7, 2013.

Contributions à des ouvrages collectifs

«  Histoire de l’imprimerie au XIXème et XXème siècle » in Encyclopedia Universalis, 2015

« La Presse du cœur » in Encyclopedia Universalis, 2014

« Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »  In Des bibliothèques populaires à la lecture publique, coordonné par Agnès Sandras, Lyon, Presse de l’Enssib, 2014.

– « Les ressources numériques généralistes » In « Les collections électroniques, une nouvelle politique documentaire » coordonné par Pierre Carbone et François Cavalier, Paris, Edition du Cercle de la Librairie, 2009
– « La presse généraliste en ligne«  In Gérer les périodiques sous la direction de Géraldine Barron – Presses de l’Enssib, 2008 (La Boîte à outils)
– « Panorama des ressources en ligne » In Outils Web 2.0 en bibliothèque : Manuel pratique / sous la direction de Jacques Sauteron et de Franck Queyraud – Abf, 2008 (Médiathème)

Appel: Robida et l’anticipation

Robida et l’anticipation

Appel à communications pour une journée d’études

à Lyon le 19 juin 2014

Souvent réduite, suivant un principe téléologique, à une sorte de science-fiction archaïque, l’œuvre d’Albert Robida gagne au contraire à être appréhendée dans le contexte littéraire et culturel de son époque. Certes, lorsqu’il évoque Le Vingtième siècle, La Guerre au xxe siècle, La Vie électrique ou Un voyage de fiançailles au xxe siècle, c’est bien un imaginaire tourné vers la société du futur que Robida offre aux lecteurs des années 1880-1890. Mais son discours d’anticipation s’enracine dans les logiques de la presse satirique contemporaine, exagérant les travers de son époque en les caricaturant par l’extrapolation temporelle. Le style littéraire comme l’art graphique de Robida s’inscrivent ainsi dans une tradition qui engage des modes de lecture (ceux de la petite presse et de la satire) familiers au lectorat de la fin du xixe siècle, ce qui produit une appréhension des textes tout à fait différente de celle des lecteurs actuels.

Cette journée d’étude se propose de reconsidérer l’ensemble de la production d’anticipation de Robida, aussi bien les volumes de la Librairie Illustrée que les fictions pour la jeunesse, les ouvrages créés seuls ou en collaboration (comme La Guerre infernale avec Pierre Giffard), les publication en volumes ou les articles publiés dans la presse (en particulier dans La Caricature fondée par Robida en 1880), les récits illustrés et une incursion dans le genre théâtral avec une pièce d’ombres pour Le Chat noir.

Au sein de ce vaste archipel d’œuvres d’anticipation, un sous-ensemble doté d’une cohérence fictionnelle spécifique se dessine, avec des romans mettant en scène des personnages reparaissants dans les années 1950, autour de la famille Ponto (qu’on rencontre dans Le Vingtième siècle, La Vie électrique, Un voyage de fiançailles au xxe siècle et dont les ancêtres ont également été représentés dans Le Dix-neuvième siècle). Le Vingtième siècle occupe indéniablement une place centrale dans l’œuvre d’anticipation de Robida. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Cependant, au-delà de ces quelques traits spectaculaires, il a finalement été relativement peu été étudié pour lui-même, et mériterait une analyse détaillée, qui le ressaisirait dans son contexte culturel et médiatique de production. De façon plus générale, on souhaiterait mettre en valeur, dans l’ensemble de ces œuvres, à la fois la dimension graphique de l’anticipation selon Robida et son travail d’écrivain, qui a été jusqu’ici rarement abordé en tant que tel, dans sa dimension stylistique et poétique, et dans son dialogue avec la culture médiatique contemporaine. On sera notamment sensible à la place du registre comique chez Robida, et au lien original qu’il construit entre humour et écriture d’anticipation.  On pourra également mettre en évidence l’hybridité générique à l’œuvre dans les romans d’anticipation, et l’imbrication des multiples modèles mobilisés – littérature panoramique, roman de formation, dystopie, satire, roman d’aventures, etc. Un des enjeux de l’analyse de ces différents textes d’anticipation sera d’aborder l’œuvre de Robida non comme un cas isolé, mais de réévaluer sa place dans l’histoire littéraire en soulignant les échos avec les romans d’aventures scientifiques et la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant du xixe siècle, sur une multitude de supports.

Les propositions de communication pourront s’intégrer dans les axes suivants :

1. Une écriture de l’anticipation : les genres romanesques et l’humour de Robida

– On pourra s’intéresser aux multiples « genres de l’anticipation » abordés par Robida (et à la pertinence de ces catégories génériques). Les « guerres de demain » constituent-elles un sous-genre spécifique ? Quelle relation l’œuvre entretient-elle avec les traditions de la dystopie et de la contre-utopie ? On verra comment Robida investit le récit illustré pour la jeunesse, en y introduisant sa culture satirique et en permettant ainsi une lecture des textes à plusieurs niveaux.

– On s’attachera également aux relations d’Albert Robida avec le genre du roman d’aventures scientifiques, et plus particulièrement à son dialogue parodique avec l’œuvre de Jules Verne.

– Dans le cadre d’une réflexion sur la poétique du roman d’anticipation selon Robida, on pourra notamment analyser les structures narratives, le travail sur le personnage et le recours aux types, ainsi que la transformation de l’écriture descriptive en raison de la dynamique spécifique texte/image.

– Pour mettre en évidence les multiples ressources de l’humour mobilisé par Robida dans ses récits d’anticipation, on pourra étudier l’usage de la satire, des allusions contemporaines et des procédés d’exagération propres à la caricature, le recours à un comique de situation, ainsi que le travail de l’ironie et plus particulièrement les effets de décalage entre texte et image.

– On s’intéressera également à des récits limites, qui questionnent la nature de l’anticipation : les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne ou la série de « La Boîte aux lettres » (correspondance fictive publiée dans Le Petit Français illustré entre 1896 et 1901 par Robida, Christophe et Henriot) pourraient ainsi redéfinir les frontières de l’anticipation et de l’imagination scientifique.

2. Robida et la « civilisation du journal »

L’œuvre de Robida a été modelée par le double statut de son auteur : il a investi le champ du livre illustré, mais c’est aussi avant tout un homme de presse, dévoilant semaine après semaine une critique en images de la vie culturelle parisienne. Au moment où il publie ses premières œuvres d’anticipation, dans les années 1880, il collabore à de nombreux hebdomadaires, comme Le Journal amusant, La Vie parisienne ou Paris-caprice, et pendant plus de dix ans, il dirige son propre hebdomadaire, La Caricature.

– On pourra donc analyser l’inscription des productions d’anticipation dans la civilisation du journal, et leur relation à la culture de la petite presse et de la presse satirique. On verra l’influence du support sur l’écriture des romans, l’allusion aux événements de l’actualité médiatique témoignant d’une culture du clin d’œil et de la connivence avec le lecteur. Au-delà de ces références, on pourra dégager la proximité entre ces textes et le modèle esthétique que constitue la caricature d’actualité.

– Parallèlement à la presse satirique, un autre champ médiatique interagit avec la production d’anticipation de Robida : celui de la presse de vulgarisation. On examinera alors le dialogue et les éventuelles contradictions entre la fiction d’anticipation et support scientifique. La Vie électrique est ainsi parue dans La Science illustrée, revue de vulgarisation dirigée par Louis Figuier, qui y célébrait par ailleurs les merveilles de l’électricité.

– De façon plus générale, on pourra considérer les effets de la variété des supports de publication sur la nature des discours d’anticipation proposés et sur leur évolution. On retracera ainsi l’histoire de la genèse des œuvres (conditions éditoriales de production, transformations en fonction des supports et des publics). En examinant la diversité des supports, des destinataires, et des formats (romans, pièce de théâtre, articles de presse ou récits en volumes, œuvres pour adultes ou pour la jeunesse, œuvres écrites seul ou en collaboration), on pourra s’interroger sur les effets d’hétérogénéité autant que sur l’unité de l’œuvre.

– Symétriquement à cette imprégnation de la culture médiatique déterminant la production des œuvres d’anticipation, on explorera la réception de ces romans dans la presse d’époque, pour déterminer comment la civilisation du journal se ressaisit, en retour, de cette œuvre produite en son sein.

3. L’anticipation en images : une empreinte visuelle durable

– Le dynamisme propre de l’œuvre de Robida repose sur l’interaction originale construite entre texte et image, et l’élaboration d’un univers visuel d’une richesse remarquable, cohérent d’un roman à l’autre. On pourra examiner les mécanismes narratifs mobilisés pour l’illustration, les effets de convergence, d’expansion, de commentaire ou de contradiction entre la matière textuelle et sa transposition en image.

– Quelles influences esthétiques s’exercent sur la création graphique de Robida ? En dehors de la presse satirique, quel dialogue s’institue avec les autres artistes de presse de l’époque, ainsi qu’avec les illustrateurs de littérature de jeunesse ? On pourra également s’interroger sur l’influence de différents univers visuels, comme celui de la réclame et de l’image publicitaire, ou celui de l’illustration scientifique.

– Quelle place Robida occupe-t-il dans l’histoire de l’illustration ? Se situant après la génération des illustrateurs romantiques tels Gustave Doré, Daumier, Bertall ou Cham, il ouvre la voie à nouvelle génération d’illustrateurs comme Forain, Willette ou Caran d’Ache. Peut-on définir une spécificité de son œuvre d’anticipation, sur un plan graphique, par rapport au reste de sa production ?

– On pourra enfin analyser la postérité visuelle de Robida, dans le domaine de l’anticipation scientifique. Ses images de villes futuristes notamment, sillonnées de dirigeables, ont durablement marqué les représentations, servant de matrice imaginaire à nombre de fictions futuristes du vingtième siècle, et elles se sont vues réactivées récemment par le courant de science-fiction dénommé steampunk.

4. La société du futur

– C’est sous cet angle que l’œuvre de Robida a été le plus souvent abordée. Mais au-delà d’un répertoire des domaines de la société future affectés par l’anticipation – relations sociales (notamment le travail des femmes), transports, loisirs, moyens de communication, urbanisme – il importera de restituer la complexité du positionnement idéologique de son auteur. Le discours de Robida sur la modernité, s’il se déploie souvent dans un registre satirique, échappe néanmoins à l’univocité. A la lumière de ses fictions d’anticipation, on pourra dessiner l’itinéraire politique de Robida. On pourra également analyser les enjeux idéologiques de sa représentation des sciences et des techniques.

– On constate souvent dans les fictions d’anticipation de Robida une répartition du personnel romanesque en deux groupes, qui permet de rejouer sur un plan symbolique la guerre des sciences et des lettres. On pourra interpréter la répétition de cette structure duelle, qui se voit souvent redoublée d’une autre bipartition, sur un plan spatial. Il importera en effet d’analyser la fréquente scission entre différents espaces correspondant à des temporalités parallèles : d’une part le monde du futur, et d’autre part des espaces protégés, conçus comme des conservatoires des mœurs du passé, comme la réserve d’Armorique.

– Les romans d’anticipation sont par ailleurs le lieu d’une réflexion sur le devenir de l’art, où l’on peut deviner la transposition de cibles contemporaines et notamment l’écho des polémiques des années 1880 autour du naturalisme. Au-delà de sa dimension métatextuelle, on pourra développer cette réflexion esthétique, portant sur la littérature, mais aussi les arts du spectacle, la peinture et la musique.

Bibliographie sélective d’œuvres d’anticipation d’Albert Robida

1869La Guerre au xxe siècle – campagne de Jujubie. Album inédit

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1883 Le Vingtième Siècle, Paris, Dentu

1883 – « La Guerre au vingtième siècle », La Caricature, n° 200, 27 octobre 1883

1887La Guerre au Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux

1889La Nuit des Temps ou l’élixir de rajeunissement, Pièce d’ombres pour le cabaret du Chat Noir. Livret, Imprimerie Charles Blot

1891-1892 La Vie électrique, Paris, Librairie illustrée, publication dans La Science illustrée n° 209 du 28 novembre 1891 au n° 244 du 30 juillet 1892

1892Jadis chez Aujourd’hui, Paris, Armand Colin, publié en pré-originale par Le Petit Français iIlustré du n°63 du 10 mai 1890 au n° 68 14 juin 1890

1892 Un Voyage de fiançailles au vingtième siècle, Paris, Louis Conquet

1895 – « La Fin des Livres » in Contes pour les bibliophiles, textes d’Octave Uzanne, Paris, Albert Quantin

1902L’Horloge des Siècles, Paris, Juven publié en pré-originale dans La Vie illustrée du n° 160 du 8 novembre 1901 au n° 182 du 11 avril 1902

1908 La Guerre Infernale, texte de Pierre Giffard, Paris, Méricant

1917 – « Un Potache en 1950 » publié dans Mon Journal du n° 36 du 8 septembre 1917 au n° 51 du 22 décembre 1917

1919-1920 – « En 1965, roman prophétique » publié dans Les Annales du n° 1896 du 26 octobre 1919 au n° 1908 du 18 janvier 1920

1919L’Ingénieur Von Satanas, Paris, Renaissance du Livre

1925Un Chalet dans les Airs, Paris, Armand Colin

Les propositions de communication (environ 1000 mots) sont à envoyer, accompagnées d’une présentation bio-bibliographique, à Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan@ens-lyon.fr) et à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) avant le 31 octobre 2013.

Parution: G. Pinson, L'imaginaire médiatique; Histoire et fiction du journal au XIXe siècle

G. PINSON,

L’IMAGINAIRE MÉDIATIQUE

HISTOIRE ET FICTION DU JOURNAL AU XIXE SIÈCLE

Paris : Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes « , 2013.

EAN 9782812408670.

272 p.

Prix 21EUR

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage propose une histoire de l’imaginaire du journal, des années 1830 à 1914, en se fondant sur l’étude du premier grand récit de l’information en France à travers des sources variées : romans, essais, historiographies, recueils de souvenirs, notamment.

table des matières

introduction
L’imaginaire médiatique   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .    7
Journal et temps présent    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   14
Le journal dans le temps   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   16
Le journal hors temps   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   18
l’impossible panorama  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   23
une « littérature panoramique » ?    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   24
une distance critique   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   28
Physiologie du journaliste (années 1820-1840,
et quelques reprises ultérieures)   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   30
La période anecdotique (années 1850-1860)   . . . . . . . . . . . . . .   46
ascension et chute des « napoléon de la presse »   . . . . . . . . . .   54
La partie pour le tout : la scène discursive autour de 1900   . . . .   58
le journalisme est un roman  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   63
Le scénario primitif : devenir journaliste   . . . . . . . . . . . . . . . .   65
Le déraciné   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   70
rencontres et sociabilités   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   80
Le renoncement   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   89
Le scandale  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   93
scènes de la vie moderne   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   97
le journal et le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Les régimes et la presse   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
naissance de l’histoire de la presse
(e. Hatin, plus tard H. avenel)   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Fictions mémorielles   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Le journal, archive du futur   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  137
temps présent  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
La «publicistique » : presse, actualité et opinion publique   . . . 144
un jeune métier du temps présent   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  153
ordonner et classer le journal   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
La matière du journal   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
le journaliste est un héros  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
Le reporter fictif   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
L’aventurier (l’impulsion géniale de Jules verne)   . . . . . . . . . .  193
L’enquêteur   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Épilogue : tintin, reporter au Petit vingtième  . . . . . . . . . . . . .  216
conclusion
Pour une histoire des sensibilités médiatiques   . . . . . . . . . . . . . .  231
retour sur le concept d’imaginaire médiatique   . . . . . . . . . . . 233
Faire l’histoire des sensibilités médiatiques    . . . . . . . . . . . . . 236
bibliographie  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
index des noms  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
table des illustrations  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269