Archives par mot-clé : politique

Appel : JdR engagé ?

« Jeu de rôle : engagements et  résistances »

co-organisé par Danièle André (Université de La Rochelle), Vincent Berry (Université de Paris 13) et Alban Quadrat (INRIA).

Université de Paris XIII du 16 au 18 juin 2017

date limite de proposition : 31 mars 2017.

 

En 1974, un jeu de société intitulé Dungeons and Dragons voyait le jour aux éditions Tactical Studies Rules (TSR) sous la plume de Gary Gygax et Dave Arneson. Ce jeu, puisant ses sources dans les jeux de guerre (wargames), les jeux historiques avec figurines et les jeux de négociation, allait être le premier élément initiateur d’un nouveau genre de jeux participatifs, les « jeux de rôle » (tabletop role-playing games, ou pen-and-paper role-playing games, ou table-talk role-playing games en anglais). Cette nouvelle forme de jeux de société, permettant aux joueurs de créer collectivement une fiction orale à travers l’interprétation de personnages fictifs grâce à un système de contraintes définies par des règles, allait rapidement conquérir une jeunesse occidentale avide d’aventures imaginaires, puis entrer dans la culture populaire. 
 
Les communications pourront aborder les problématiques suivantes (liste non exhaustive) dans lesquelles les notions d’engagement et de résistances se déclinent sous diverses formes :
 
– A quoi sommes-nous engagés lors d’une partie de jeu de rôle ? Quelles sont les formes de résistances de la part des joueurs ? Quelles ont été les évolutions depuis 1974 ?
On pourra étudier comment et jusqu’à quel point les joueurs s’investissent dans les personnages (“playing a role”, “roleplay”, investissement émotionnel, etc.) et dans l’évolution de la fiction, mais aussi les relations entre les joueurs et l’engagement du meneur de jeu et des joueurs sur le long terme (parties longues, campagnes), etc. De plus, on pourra s’intéresser au contrat social définissant les attentes collégiales des joueurs autour d’une table de jeu de rôle, au respect des règles de jeu (l’esprit ou la règle), aux prérogatives du meneur de jeu et à l’agentivité des joueurs, etc.

Continuer la lecture de Appel : JdR engagé ?

Journée « La Chanson politique (1780-1830) »

La chanson politique entre deux siècles (1780-1830)

(journée d’étude du CREHS// Les cultures musicales en France // n° 3)

Université d’Artois, Maison de la Recherche, salle R1,

 

le vendredi 13 novembre 2015.

chanson politique

Avant la Révolution, la chanson est déjà une forme d’expression populaire, qui solennise les rites de passage, accompagne le travail aux champs, en atelier ou sur les chantiers, rythme les marches, anime les veillées, les banquets, les fêtes, les bals. La plupart du temps, elle traite d’amour, de vie quotidienne (chansons traditionnelles) ou d’actualité (complaintes, vaudevilles). Traditionnellement, toute manifestation collective s’accompagne de chansons de circonstance en dialecte local. La chanson est donc l’élément d’une culture commune, mais aussi un marqueur identitaire, de métier, de localité, d’âge. La chanson politique est un répertoire spécifique, minoritaire, et pas proprement populaire, au moins au sens de « connu de tous ». Continuer la lecture de Journée « La Chanson politique (1780-1830) »

Appel : « Vallès et les anarchistes »

« Vallès et les anarchistes »

Appel à contributions pour le numéro 46 de la revue Autour de Vallès (juin 2016, Sarah Al-Matary, dir., université Lumière Lyon 2, UMR LIRE)

insurge

Dans le prolongement de l’article pionnier publié par Roger Bellet au sein du collectif Littérature et anarchie dirigé par Alain Pessin et Patrice Terrone (« Jules Vallès critique de l’État », op. cit., Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998, p. 51sq.), ce numéro se propose de mettre en perspective le rapport de Vallès aux anarchismes et la réception de Vallès par les anarchistes ‒ toutes tendances confondues.

La trilogie romanesque vallésienne, où ne figurent ni le terme « anarchisme », ni ceux d’« anarchiste » ou de « libertaire », compte une seule occurrence d’« anarchie » : elle apparaît dans L’Insurgé (1886) quand, après l’assassinat du journaliste Victor Noir par un Bonaparte, le peuple de Paris va chercher sa dépouille pour en faire l’étendard de la révolte. Le cortège donne alors à voir « des morceaux d’armée qui se cherchent, des lambeaux de République qui se sont recollés dans le sang du mort », « la bête que Prudhomme appelle l’hydre de l’anarchie qui sort ses mille têtes, liées au tronc d’une même idée, avec des braises de colère luisant au fond des orbites ». Déjà en 1881, lorsqu’il préfaçait Le Nouveau parti à la demande de l’ancien communard Benoît Malon, Vallès le félicitait de créer un parti des travailleurs, mais l’avertissait qu’il comptait bien préserver son indépendance : « Ne t’attends donc pas à m’entendre parler collectivisme ou anarchie, à propos de ton livre. Je ne vais pas m’enfermer dans un bivac, quand j’ai devant moi tout le champ de bataille révolutionnaire », écrivait-il ainsi. Continuer la lecture de Appel : « Vallès et les anarchistes »

Parution: Vittorio Frigerio, La Littérature de l'anarchisme

Vittorio Frigerio

La littérature de l’anarchisme

Anarchistes de lettres et lettrés face à l’anarchisme

ELLUG, « Archives critiques », 2014

 

L’anarchisme a entretenu des rapports complexes et constants avec le monde des lettres depuis sa toute première apparition sur la scène politique. Au-delà de la période de la fin du siècle, marquée par les attentats à la bombe qui ont inscrit le fantasme de l’anarchiste dynamiteur dans l’imaginaire du grand public, et au-delà des rapports avec le symbolisme et les avant-gardes poétiques, auxquels on a souvent réduit l’influence de l’anarchisme dans la sphère littéraire, ce livre propose de redécouvrir les productions variées des auteurs qui ont mis leur plume au service du drapeau noir, de 1848 jusqu’à la fin des années 1930. À travers nombre de sources inédites et avec une attention particulière à la création et aux débats littéraires véhiculés par les nombreux journaux et périodiques de la presse militante, sont ainsi examinés les rapports des anarchistes avec les grands mouvements littéraires de l’époque (romantisme, réalisme, naturalisme, symbolisme) et la conception anarchiste de la culture et de l’éducation. On explore les œuvres des auteurs appartenant au monde de la culture officielle qui ont mis en scène des anarchistes dans leurs romans – dont Anatole France, Montherlant, Ernest Psichari, Villiers de l’Isle-Adam, Roland Dorgelès et d’autres encore – pour passer ensuite aux littérateurs proches de l’anarchisme ou actifs dans le mouvement. Reviennent alors les noms de plusieurs écrivains ayant joui en leur temps d’une certaine notoriété – Han Ryner, J. H. Rosny aîné, Jules Lermina, Jehan Rictus –, et ceux de quantité d’autres – Brutus Mercereau, Fernand Kolney, Henri Rainaldy, K. X. et de nombreux nouvellistes –demeurés presque totalement inconnus en dehors des cercles libertaires. Se dessine ainsi l’esquisse d’un milieu vivant à la culture riche et diversifiée, sur un arc temporel bien plus long que celui à l’intérieur duquel on a généralement tendance à la limiter.

Parution: L’Ecole de Francfort Jean-Marc Durand-Gasselin

L’Ecole de Francfort
Jean-Marc Durand-Gasselin

DATE DE PARUTION : 05/04/12 EDITEUR : Gallimard (Editions) COLLECTION : Tel ISBN : 978-2-07-043703-0 EAN : 9782070437030 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 568 p
Repérer les traits constitutifs de ce qui, de manière d’ailleurs assez tardive, s’est appelé  » École de Francfort « , présente une certaine difficulté. Sans  doute trouve-t-on quelque unité dans le mouvement théorique allemand auquel ont appartenu des figures importantes de la pensée du XXe et du début du XXIe siècles comme Horkheimer, Benjamin, Adorno, Marcuse, Habermas ou Honneth. Ils partagent, par exemple, quelques références communes comme Hegel, Marx et Weber ou encore Lukacs ; et quelques thèmes communs comme la critique de la modernité capitaliste sous l’angle de la réification.

Mais la variété de leurs productions théoriques majeures, de leurs polarités respectives et de leurs styles semble interdire de parler d’une École. Quoi de commun en effet entre les fulgurances énigmatiques de Benjamin évoquant la figure baudelairienne du flâneur et la rude élaboration théorique par Habermas d’une théorie de l’agir communicationnel ? Entre l’exigeante théorie de l’art d’avant-garde d’Adorno et celle du besoin de reconnaissance de Honneth, tournée vers la vulnérabilité ? Entre les aphorismes pessimistes du jeune et du vieux Horkheimer, et la philosophie explosive du désir de Marcuse ? Et où placer des figures importantes comme Neumann, Fromm ou Wellmer ? À cette variété s’ajoute la discontinuité des générations et des expériences historiques, et celle des références intellectuelles.

Ainsi, entre le pessimisme radical d’Adorno et de Horkheimer d’un côté, liés par l’expérience du nazisme, du stalinisme et de l’exil, et ancrés dans une culture philosophique et intellectuelle allemande, et Habermas et Honneth de l’autre, davantage réconciliés avec des institutions démocratiques consolidées par l’après guerre, et se référant notamment à la psychanalyse anglo-saxonne, au pragmatisme, aux théories américaines de la justice ou au structuralisme français, il n’y aurait pas plus de points communs qu’avec n’importe quel représentant d’une philosophie sociale ambitieuse et critique, à Francfort ou ailleurs.

Aussi c’est précisément parce que seuls quelques références communes et quelques thèmes identiques paraissent les unir que se multiplieront deux types de réception. Soit les lectures trop lointaines, qui se contentent de placer toutes ces figures dans une postérité marxiste, celle par exemple du  » marxisme occidental « , et pour qui l’appartenance à l’École de Francfort ne joue alors presque plus aucun rôle intellectuel distinctif, soit les lectures plus méticuleuses mais qui exagèrent les discontinuités, et alimentent alors les procès en trahison ou en légitimité, et donnent une impression de dispersion ou d’unité factice.
Jean-Marc Durand-Gasselin articule la diversité de ces penseurs à l’identité du projet d’origine : articuler données empiriques, enquêtes et approches plurielles des sciences humaines pour décrire au plus près la réalité sociale.

Sommaire:

LE PROJET ET LE DEFI DE LA CATASTROPHE
L’originalité du projet de Horkheimer
Genèse du marxisme esthétique : Benjamin inspirateur d’Adorno
La dynamique centrifuge des trajectoires individuelles

LE REAJUSTEMENT DEMOCRATIQUE
Expliciter les liens de la démocratie et de la Théorie critique : le problème de Habermas
Conjoncture et critique

REINTRODUIRE LA CONFLICTUALITE
La gauche habermassienne et le programme inaugural de Honneth
La reconnaissance comme enjeu des luttes sociales

Parution : Fuchs Christian & Vincent Mosco (eds.), Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today

Fuchs Christian & Vincent Mosco (eds.), Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today, tripleC – Open Access Journal for a Global Sustainable Information Society, 10 (2), 2012.: 127-632, URL : http://www.triple.c.at.

We are happy to announce publication of tripleC’s special issue « Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today » that contains 29 contributions on more than 500 pages.

http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/issue/current

The entire issue as one single file is available here: http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/article/view/427

Table of Contents

Marx is Back-The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Comm. Studies Today, ed C. Fuchs & Vincent Mosco

DOWNLOAD THE ENTIRE SPECIAL ISSUE HERE

Introduction: Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today, Christian Fuchs, Vincent Mosco

Cultural Work as a Site of Struggle: Freelancers and Exploitation, Nicole S. Cohen

Understanding Accumulation: The Relevance of Marx’s Theory of Primitive Accumulation in Media and Communication Studies, Mattias Ekman

How Less Alienation Creates More Exploitation? Audience Labour on Social Network Sites, Eran Fisher

Against Commodification: The University, Cognitive Capitalism and Emergent Technologies, Richard Hall, Bernd Stahl

“Means of Communication as Means of Production” Revisited, William Henning James Hebblewhite

The Communication of Capital: Digital Media and the Logic of Acceleration, Vincent R. Manzerolle, Atle Mikkola Kjøsen

Communication and Symbolic Capitalism. Rethinking Marxist Communication Theory in the Light of the Information Society, George Pleios

The Network’s Blindspot: Exclusion, Exploitation and Marx’s Process-Relational Ontology, Robert Prey

A Note on the Ongoing Processes of Commodification: From the Audience Commodity to the Social Factory, Jernej Prodnik

The Internet and “Frictionless Capitalism”, Jens Schröter

Digital Marx: Toward a Political Economy of Distributed Media, Andreas Wittel

Marxist Theory in Critical Transitions: The Democratization of the Media in Post-Neoliberal Argentina, Pablo Castagno

Missing Marx: The Place of Marx in Current Communication Research and the Place of Communication in Marx’s Work, İrfan Erdogan

Towards Marxian Internet Studies, Christian Fuchs

Did Somebody Say Neoliberalism? On the Uses and Limitations of a Critical Concept in Media and Communication Studies, Christian Garland, Stephen Harper

The Coolness of Capitalism Today, Jim McGuigan

“Feminism” as Ideology: Sarah Palin’s Anti-feminist Feminism and Ideology Critique, Michelle Rodino-Colocino

Dialectical Method and the Critical Political Economy of Culture, Brice Nixon

Systemic Propaganda as Ideology and Productive Exchange, Gerald Sussman

21st Century Socialism: Making a State for Revolution, Lee Artz

‘A Workers’ Inquiry 2.0’: An Ethnographic Method for the Study of Produsage in Social Media Contexts, Brian Brown, Anabel Quan-Haase

The Pastoral Power of Technology. Rethinking Alienation in Digital Culture, Katarina Giritli Nygren, Katarina L Gidlund

Social Media, Mediation and the Arab Revolutions, Miriyam Aouragh

Updating Marx’s Concept of Alternatives, Peter Ludes

Marx is Back, But Which One? On Knowledge Labour and Media Practice, Vincent Mosco

The Enclosure and Alienation of Academic Publishing: Lessons for the Professoriate, Wilhelm Peekhaus

The Problem of Privacy in Capitalism and the Alternative Social Networking Site Diaspora*, Sebastian Sevignani

Marx As Journalist: Revisiting The Free Speech Debate, Padmaja Shaw

Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi, Payot, Paris, 2012, 400p. ISBN : 2-228-90712-X

www.payot-rivages.net

Si les femmes de pouvoir ont toujours existé, les femmes chefs d’Etat, démocratiquement élues, restent l’exception. En France, le fait est inédit, même si plusieurs d’entre elles se sont portées candidates depuis la première élection du président de la République au suffrage universel en 1965. Elles sont neuf en attendant celles qui, dans leur sillage, relèveront à nouveau le grand défi de l’investiture suprême. Toutefois le geste, voire la geste, de ces pionnières reste avant tout symbolique : aucune en effet, jusqu’en 2007, ne pouvait espérer figurer au second tour. Il n’en est que plus fort dans la rupture qu’il instaure et la brèche ainsi ouverte.

C’ets le regard des médias sur ces femmes politiques qui constitue l’objet de la présente étude dont la Ve République est le cadre. Révélateurs de l’imaginaire dominant autant qu’ils contribuent à le construire, les médias sont un creuset des représentations collectives. Quels portraits brossent-ils de ces femmes hors du commun et en quels termes les évoquent-ils ? Que nous disent-ils de l’articulation du masculin et du féminin au regard de la légitimité politique et de son évolution au cours des dernières décennies ? Autant de questions auxquelles s’efforce de répondre cet essai vif et enlevé, non dénué d’ironie, qui voudrait voir enfin démentie la formule selon laquelle, en France, les femmes sont candidates et les présidents sont des hommes.

Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully est professeure à l’université de Toulouse-Le Mirail où elle enseigne la communication. Ses recherches portent sur les rapports entre politique, médias et genre (La Démocratie mise en scènes. Télévision et élections, 2001 ; Les Informations télévisées, 1995).

Parution: Nouvelles anarchistes. La création littéraire dans la presse militante (1890-1646) Textes réunis Vittorio Frigerio

Nouvelles anarchistes. La création littéraire dans la presse militante (1890-1646)
Textes réunis et présentés par Vittorio Frigerio

Grenoble, ELLUG, coll. « Archives critiques », 2012.

  • ISBN :   978-2-84310-216-5
  • Prix : 25 €

Présentation de l’éditeur

Les rapports entre la littérature et l’anarchisme ne se limitent pas aux convergences avec le symbolisme et aux « petites revues » de la fin de siècle. La presse militante et de propagande a toujours réservé une place importante à la création littéraire. Dans les journaux phares du mouvement et jusque dans les feuilles les plus éphémères, des écrivains improvisés ou d’authentiques professionnels de la plume ont donné pendant des décennies une forme littéraire aux préoccupations sociales du mouvement. Styles et genres divers sont ainsi appelés à hâter la venue prochaine du « grand soir » à travers une floraison continue de textes épicés de mélancolie, d’indignation, de rage parfois, mais aussi souvent imbus de sarcasme vengeur ou d’un humour rafraîchissant. Cet ouvrage offre un choix de nouvelles signées tout aussi bien par de parfaits inconnus, des militants dont le nom est le plus souvent cité en raison seulement de leur activisme politique, et des écrivains ayant fréquenté pendant quelque temps le mouvement ou dont certains textes ont été récupérés par celui-ci. Les nouvelles sont divisées en sept sections dictées par l’importance de la présence de certains thèmes dans la production analysée : L’imaginaire de la violence ; Paraboles et allégories ; Le rêve ; L’amour et les femmes ; La Parodie et l’humour ; Tranches de vie ; Contes de Noël. Le tout est précédé d’une étude historique et critique et suivi par des notices bio-bibliographiques sur les auteurs.

Sommaire
INTRODUCTION
L’IMAGINAIRE DE LA VIOLENCE

Méténier, Oscar, « Libre »
Chaumel, « Le Meurtre »
Méric, Victor, « Les bandits tragiques. Comment fut pris Garnier »
Sterne, Hermann, « Tant pis pour eux ! »
Mercereau, Brutus, « Le rat »
Savanier, André, « Un provocateur »
Armand, Émile, « Le paragraphe treize (Récit d’un cauchemar) »


PARABOLES ET ALLEGORIES

Richepin, Jean, « Triptyque »
Bertrand, Pierre, « Légendes du futur – Ils étaient trois »
Vandérem, Fernand, « Le 3 mai »
Multatuli, « Providence »
Upward, Allen, « Karos, Dieu »
Sans nom d’auteur, « Le philosophe facétieux » (traduit du sanskrit par R. D.)
Southall, Joseph, « Fable »
De Casseres, Benjamin, « Aristophane sur le Calvaire »
Devaldès, Manuel, « Au royaume des Borgnes »
Mirbel, Xavier, « Conte de Jadis. La fin d’Énaus »
Ryner, Han, « Le Père Diogène »
LE REVE
Chaumel, « Espoir »
Fabre, Henri, « L’Orage »
Mauricius, « Lorsqu’Ivariska s’éveilla… (Prophétie dans la manière de Wells) »
Méric, Victor, « La parole des Morts »
L’AMOUR ET LES FEMMES
Libertad, Albert, « La haine »
Sartoris, Augustin, « Contes amers. Soir d’ivresse »
Sans nom d’auteur, « Amour et mère »
Leblanc, Maurice, « Selon la nature »
Montégut, Maurice, « Morale pratique »
Mendès, Catulle, « Selon le désir »
Lucie de la rue Monge, « Toute la flamme »
Libertad, Albert, « Ultime bonté »
Devaldès, Manuel, « L’Amour platonique »
Madel, « Maternité »
LA PARODIE ET L’HUMOUR
Dhorr, Henri, « L’amateur de gigots. Comment on écrit l’Histoire !) »
Libertad, Albert, « Obsession »
Descaves, Lucien, « La vieille »
Paraf-Javal, « À feu & à sang, ou Le râtelier du pendu. Roman (idiot naturellement) »
Kolney, Fernand, « Carnet du guérillero »
K. X., « Propos du’n Qorec teur »
TRANCHES DE VIE
Barrucand, Victor, « Tableaux de misère »
Frapié, Léon, « L’Écolière »
Ner, Henri, « La tombe scellée »
Castagné, Ferdinand, « Au bureau de bienfaisance »
Montégut, Maurice, « Comment on arrive »
Almereyda, Miguel, « Fémur est républicain »
Devaldès, Manuel, « Le héros »
Martray, Charles, « Les contaminés »
Mercereau, Brutus, « Le puits »
Loiselet, Pierre, « Un Assassin ! »
CONTES DE NOËL
Pouget, Émile, « Le Noël des pauvres bougres »
Libertad, Albert, « Légende de Noël »
Snell, Victor, « Le Noël des enfants »
Clar, Fanny, « Contes de Noël. La Véridique Histoire de l’Enfance du Petit Jésus »
NOTICES BIOGRAPHIQUES SUR LES AUTEURS DES NOUVELLES
BIBLIOGRAPHIE

Vous pouvez commander cet ouvrage :
–    chez votre libraire auprès de  FMSH-diffusion, 18-20, rue Robert Schuman, 94220 Charenton-le-Pont
–    Directement en ligne sur le site : http://www.lcdpu.fr/
–    ou auprès des ELLUG