Archives par mot-clé : nostalgie / nostalgia

Appel : Madeleines vidéoludiques

Appel à témoignages : « Souvenirs Heureux et Madeleines Vidéoludiques » – pour Les Chroniques Vidéoludiques

http://www.chroniquesvideoludiques.com/

Lorsque Nathan Drake (Uncharted 4) dépose le dossier d’une épave assis à son bureau dans son grenier, les joueurs peuvent ressentir une certaine nostalgie exprimé par ce personnage. Cette nostalgie fait référence aux souvenirs qu’il a de ses aventures passées. En se levant, les joueuses et joueurs peuvent alors contrôler Nathan et explorer son grenier. On peut interagir avec des objets qui se trouvent être des secrets des précédents opus de la série. Le message est ici très clair. Le game design aligne les souvenirs de Nathan avec ceux du joueur. On retrouve dans cette séquence ce qu’a pu ressentir Proust en croquant dans ses si célèbres madeleines​ : un objet, de la vie, déclenche avec émotion un souvenir d’un moment vécu. Ce qui nous intéresse avec cette séquence d’Uncharted, c’est la façon dont les développeurs se sont saisi de ce moment pour illustrer le souvenir d’expériences vidéoludiques passées. Le premier objet que l’on peut ramasser dans ce grenier est une pièce en or, la même pièce que le joueur trouve dans la première aventure de Nathan Drake. Mieux, il s’agit du premier secret à découvrir du jeu.

Le lien que suscite le jeu est alors extrêmement fort. En alignant les souvenirs de Drake à ceux des joueurs, au bon moment, le game design suscite immédiatement une relation très fort entre le joueur, son avatar et les aventures communes, vécues ensemble. Mais ce n’est pas tout, lorsque le joueur saisi les différents objets, il ressent alors lui-aussi cette nostalgie d’un moment heureux passé. C’est avec ce type d’exemples que l’on peut rapprocher ou plutôt intégrer le game design dans la grande famille de l’emotion design (pour reprendre la pensée de Miguel Sicart). Ce sont ces émotions à propos des souvenirs qui nous intéresseront dans ce premier appel à contribution pour la Revue LCV. Continuer la lecture de Appel : Madeleines vidéoludiques

Parution : L’âge d’or des médias

Revue « Le Temps des médias », n°27, « L’âge d’or »

temps-medias

Dans un cadre médiatique, l’« âge d’or » est d’abord une formule d’une grande simplicité, aisément mobilisable pour catégoriser un phénomène ou une période. Elle est ainsi perçue comme un levier efficace pour conférer un sentiment de gratification, pour valoriser irréfutablement une période antérieure. En somme, parler d’âge d’or permet de faire référence à un passé révolu dont le souvenir rayonne encore sur le présent, tout en insufflant instantanément une coloration méliorative. Les médias apparaissent comme un terrain privilégié de ce travail en raison de leur rôle dans les représentations collectives. Ce dossier du Temps des médias questionne les dynamiques sous-jacentes à l’oeuvre pour les faire éclore : tour à tour stratégie éditoriale et médiatique, support de rhétoriques professionnelles, ou encore condensation sublimée de la mémoire délayée par le filtrage du présent, l’âge d’or n’est pas un objet propice au lissage uniformisant du processus de catégorisation.

Dossier coordonné par Emmanuelle Fantin et Thibault Le Hégarat.
n° 27, Automne-Hiver 2016-2017.

consulter le sommaire et lire les articles : http://www.histoiredesmedias.com/-27-L-Age-d-or-.html

 

Call for papers : CFP Flashbacks – Nostalgic Media and mediated forms of nostalgia

Call for papers – International conference

Flashbacks – Nostalgic Media and mediated forms of nostalgia

13-14 September 2012

Institute of Communication, Media and Journalism studies

University of Geneva – Faculty of Economic and Social Sciences – Department of Sociology

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Confirmed speakers: Prof. Daniel Dayan, Prof. Ute Holl, Prof. Andrew Hoskins

Media are time machines. They remember and forget. Media screen and record parts of memory and history as well as they maintain collective memories and contribute to historical narratives by (re)shaping events, happenings or other incidents. Media also tend to remind their own past by re-using archive-images in the present, for example. In this sense, media seem to be nostalgic of the past as well as of their own one. Nostalgiaas a concept, feeling or expression is not new. The notion has been introduced by a doctor in Switzerland (17th century) to describe the phenomenon of homesickness. Related to nostalgia is also the idea of melancholia or yearning. These days, there seems to be a BOOM of nostalgiaThe Artist (revival of the silent film) or television series like Mad Men – exploring aesthetics and social life of the sixties – are examples of what we could name nostalgic media (makers). Digital photography on cell phones gets a polaroid-touch; the retro design becomes digitized. Advertising for watches or cars is linked to nostalgic forms of family tradition. Fans of the fifties organise parties and fashion events to feel like being part of the past in the present. Being nostalgic and remembering pieces of the past also includes forgetting. What kind of memories are discriminated? Can media really be nostalgic? Which specific forms of nostalgia appear in contemporary society and why? Can people be nostalgic if they did not experience the past they pretend being nostalgic of? What kind of politics of nostalgia exist? What is the impact of nostalgia on the media market and its influence on economy? Finally, given the arbitrary (?) use of the past in all its imaginable variations and cultural systems, is it still possible to use the wordnostalgia or should there be a neologism describing the transformation of the past in(to) the digital era? Could it even be possible to be simply nostalgic of nostalgia; finally describing the eternal research for (lost) identity?

This international conference aims to explore nostalgia as a (mass) media phenomena and also seeks forcontributions that treat any other mediated forms of nostalgia.

Topics may include, but will not be limited to, the following:

nostalgia and (mass)media

  • publics, web- and fan-communities
  • audiovisual narratives, screening, recording
  • seriality, flashbacks and temporality
  • news, journalism, (printed) press
  • broadcast revivals, archive discoveries
  • political past, political systems, (n)ostalgia, institutions
  • special nostalgic broadcast (home country, culinary traditions etc.)
  • photography, comics, video games and new technologies

mediated forms of nostalgia

  • architecture, (product)-design and fashion
  • psychological aspects and history of nostalgia
  • migration, home-comers, homesickness
  • geographical maps, tourist attractions and villages
  • folklore, traditions, regional nostalgia
  • museums, exhibitions and contemporary art
  • flea markets, vintage stores and fairs, parties, concerts

economy, marketing and nostalgia

  • Vintage-retro branding
  • retro-design (cars, watches, furniture)
  • advertising, marketing and luxury products
  • music and arts business

theories and methodologies

  • nostalgic media studies and critical approaches
  • the come-back of philosophers and thinkers “of the past” in
  • science, arts and other research domains

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Participants will have to cover their own travel and accommodation expenses. Travel information as well as a list of affordable hotels and other accommodations will be posted on the conference-website in June.

Participation fees will be announced but will not exceed 100 CHF (and less for students).

For any other inquiries feel free to contact Katharina Niemeyer (Katharina.Niemeyer@unige.ch /katharinaniemeyer@gmail.com).