Archives par mot-clé : narratologie / narratology

Parution : « Rouages de l’intrigue »

Raphaël Baroni, Les rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires, préface de Jean-Louis Dufays, Genève, Slatkine, 2017.

Image : L’Apache et la cocotte , (c) Duphot et Betbeder, Glénat, 2016

Aujourd’hui, l’enseignement de la littérature ne peut plus se limiter à interroger le texte en se demandant : de quoi parle ce livre ? Comment est-il écrit ? Quelle est sa place dans l’histoire ? À l’heure où la dimension affective de la lecture retrouve sa pertinence, il faut pouvoir traiter de nouveaux problèmes : comment l’auteur est-il parvenu à intriguer son lecteur ? Comment fonctionne le suspense dans ce chapitre ? Ou encore : pourquoi ces questions importent-elles ? Cet ouvrage offre de nouveaux outils pour répondre à ces questions, pour analyser la dynamique de l’intrigue et pour justifier son intérêt dans l’enseignement.  Continuer la lecture de Parution : « Rouages de l’intrigue »

Parution : « Feuilletons en BD »

Françoise Revaz, Alain Boillat et alii

Case, strip, action. Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016

 

feuilletonsbd

Précurseurs des séries télévisées, les histoires à suivre qui paraissaient en bandes dessinées dans des hebdomadaires pour la jeunesse tels que Le Journal de Tintin, Spirou ou Tarzan ont tenu en haleine les jeunes lecteurs de l’après-guerre et façonné leur imaginaire, mais n’ont à ce jour guère fait l’objet d’études détaillées. Richement illustré, cet ouvrage se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de la période 1946-1959 en l’envisageant sous l’angle de l’histoire de la bande dessinée, de l’étude du récit et de l’intermédialité. Les auteurs y soulignent notamment les liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique du feuilleton, rythme narratif, découpage de l’action) qu’analytique (adaptations de films en BD).

Alain Boillat est professeur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des liens entre bande dessinée et cinéma. Marine Borel réalise actuellement une thèse de doctorat en linguistique française à l’Université de Fribourg et à l’Université de Lorraine. Raphaël Oesterlé est licencié en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne. Il mène une thèse sur les périodiques de bandes dessinées francophones de l’après-guerre. Françoise Revaz est professeure de linguistique française à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg. Elle a fondé, avec R. Baroni, le Réseau Romand de Narratologie.

Appel : Du ludique au narratif

Appel à textes pour le numéro 9 de Sciences du jeu

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

Dossier thématique sous la coordination de Sébastien Genvo

Le paradigme narratif a été l’un des premiers modèles théoriques à être mobilisé lorsqu’il a été question de penser les spécificités médiatiques du jeu vidéo (Murray, 1997). Si cette approche initiale a permis de formaliser rapidement certaines particularités des modalités narratives du domaine, par exemple à travers la notion de narration spatialisée (Jenkins, 2002), elle a aussi fait l’objet de débats incitant l’exploration d’autres cadres, notamment à travers l’approche « ludologique » (Frasca, 2003). Mais davantage qu’une opposition ou incompatibilité entre différents modèles, ces confrontations ont finalement fait apparaître une complémentarité d’approches (Murray, 2005 ; Neitzel, 2005 ; Ryan, 2006), voire un enrichissement mutuel. On peut en effet considérer que les réflexions narratologiques sur le jeu ont amené à revisiter le rôle du récepteur dans la production du sens au sein d’une narration, en plaçant différemment le point focal sur la structure de jeu ou sur le joueur, qui serait parfois à investir comme auteur d’intrigues ou de récit de jeu (Marti, 2014). Cela encourage de fait à repenser les articulations qui peuvent exister entre histoire, narration et récit. Enfin, comme le remarquait Janet Murray, il est indéniable que les jeux vidéo servent de source d’inspiration pour concevoir plus largement ce qu’elle nommait alors les « cyberfictions ». Aujourd’hui, la façon dont on raconte par le jeu sert de modèle à d’autres formes médiatiques, comme les webdocumentaires. La frontière entre fiction numérique interactive et jeu se veut parfois ténue, comme le Continuer la lecture de Appel : Du ludique au narratif

Parution : « Télévision » n°7

« Repenser le récit avec les séries télévisées »

Revue Télévision, n°7, coordonné par Raphaël Baroni et  François Jost
television-7_jpg

Depuis une vingtaine d’années, de nouvelles séries sont apparues tirant parti d’un formidable levier : une temporalité indéfinie et ouverte. Les héros ne sont plus ces êtres monolithiques, insensibles au travail du temps, mais des individus qui vieillissent en même temps que nous. Jamais l’attachement au monde raconté que permet la durée n’a été autant lié à l’incertitude de son destin. Les intrigues se complexifient, jouant sur les emboîtements entre épisodes, saisons et série : flashbacks et flashforwards, enchâssements et jeux sur les points de vue constituent de nouveaux modes de narration. Les séries changent nos visions du monde, pas seulement par ce qu’elles en disent, mais d’abord par la façon de le raconter. Ainsi, à leur manière, elles nous obligent à repenser le récit.

Publié avec l’aide du LABEX Industries culturelles et Création artistique et du Centre d’Études des Images et des Sons Médiatiques (Sorbonne Nouvelle-Paris 3).

Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Journées d’études

« Les Quarante ans du Jeu de Rôle »

Universités de Paris 3-Paris 13

du 12 au 14 juin 2015

(vendredi au dimanche)

Organisées par Danièle André, Vincent Berry, Claire Cornillon, Isabelle Perier, Alban Quadrat

 

Titre et Appel à communications

« ÉTAT DE L’ART DU JEU DE RÔLE pour son quarantième anniversaire »

 

Les premières journées d’études consacrées au Jeu de Rôle[1] se tiendront du 12 au 14 juin 2015 à l’Université Paris 13 – Nord et à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ces journées d’études se proposent, à l’occasion de ses quarante ans,  de dresser un état des lieux du jeu de rôle. Continuer la lecture de Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Récit interactif, continuité ou rupture ?

« Bifurcations du récit interactif », Cahiers de Narratologie n°27, décembre 2014.

Les actes de la journée d’étude du RRN 2014, qui s’est tenue à Lausanne le 14 février de cette année, ont été publiés dans le numéro 27 des Cahiers de narratologie, portent sur les bifurcations du récit interactif, en s’interrogeant notamment sur les rapports entre narratologie et ludologie, et sur l’existence d’une continuité ou d’une rupture entre les modèles narratologiques « classiques » et ceux qui permettent de rendre compte de la dynamique des récits émergents ou participatifs.

Le dossier, consultable en ligne (http://narratologie.revues.org/6996), est composé des articles suivants: Continuer la lecture de Récit interactif, continuité ou rupture ?

Séminaire CNRS/EHESS : « Narrativité et intermédialité »

Le séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » (CRAL, CNRS/EHESS) portera cette année sur « Narrativité et intermédialité » :

L’expansion et la diversité des études en narratologie – de ses objets, de ses paradigmes, de ses méthodologies – a conduit la recherche à poser non la question « Qu’est-ce qu’un récit ? » mais les questions, entre autres, « Quand y’a-t-il récit ? », « Un récit peut-il être plus ou moins narratif ? », « Quelles formes les éléments narratifs peuvent-ils prendre dans le récit non verbal ? » On s’interroge aujourd’hui sur l’influence des différents media sur les processus narratifs, donc sur les possibilités et les contraintes du langage par rapport à l’image (fixe ou cinématographique), à la musique (dénuée de tout contenu sémantique mais évocatrice d’une tension narrative) ou encore aux media numériques (fictions interactives, récits hypertextuels, etc.). Continuer la lecture de Séminaire CNRS/EHESS : « Narrativité et intermédialité »

Actualité du RRN

Introduction to Metadata

Actualité du RRN

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication des actes de la journée d’étude RRN 2012: Comment repassionner l’enseignement de la littérature? Ces actes viennent d’être publiés dans la revue Etudes de Lettres sous le titre: Les passion en littérature: de la théorie à l’enseignement. Plusieurs textes inédits viennent compléter les conférences, dont un entretien exclusif avec Marielle Macé autour de la publication de son ouvrage Façons de lire, manières d’être (Gallimard 2011).

Nous vous signalons également la tenue d’une exposition à l’Université de Lausanne du 15 au 31 mai (vernissage le 22 mai) sur la bande dessinée franco-belge de science-fiction: Imaginaires du futur. Cette exposition s’inscrit dans le cadre des activités du Groupe d’étude sur la bande dessinée (GrEBD), récemment créé à l’UNIL (www.unil.ch/grebd).

Enfin, nous vous informons que le programme final du colloque Narrative Matters 2014 (Paris, 23-27 juin) vient d’être publié sur le site de la manifestation.

Vous retrouverez toutes ces informations et bien d’autres sur notre site www.narratologie.ch

Journée d'étude: Les Bifurcations du récit interactif: Continuité ou rupture?

récit interactif

Les Bifurcations du récit interactif:

Continuité ou rupture?

Journée d’étude à l’Université de Lausanne

Vendredi 14 février 2014

Bâtiment Anthropole, salle 2055

 

Dans une étude traitant de l’évolution de la théorie contemporaine du récit, Jan Christoph Meister signale un « changement d’orientation nous faisant passer d’une centration sur les phénomènes textuels à l’analyse des fonctions cognitives de récits oraux et non-littéraires, ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans le projet narratologique ». Dans le prolongement de  cette mutation, Meister signale l’émergence d’approches transgénériques et transmédiatiques qui « explorent la pertinence des concepts narratologiques pour l’étude de genres et de médias qui s’écartent des objets traditionnels » propres aux études littéraires (idem). Parmi ces nouvelles formes narratives, ce que l’on pourrait désigner comme les « récits interactifs », incluant notamment les jeux vidéo, les jeux de rôles et différents types de fictions interactives (histoire dont vous êtes le héros, fanfiction, etc.) nous contraignent à réévaluer une notion aussi centrale que l’intrigue, dont dépend la définition de la narrativité.

 

Programme

8:30 Introduction (C. Clivaz, M. Marti & R. Baroni)

  • 8:45 Marie-Laure Ryan, L’expérience de l’espace dans les jeux vidéo et les récits numériques
  • 9:30 Olivier Caïra, Jeux vidéo et jeux d’interaction en face-à-face : vers un modèle unifié d’écologie de l’intrigue

10:15-10:45 Pause

  • 10:45 Marc   Marti, Possibles et impossibles de l’intrigue : le jeu vidéo et l’instabilité de l’intrigue
  • 11:30 Raphaël Baroni, L’ombre de l’intrigue : de l’histoire vécue à la console en passant par le récit de fiction

12:15-14:00 Repas

  • 14:00 Olivier Glassey, Mondes ouverts, révoltes populaires et communautés de modifications : aux frontières du récit vidéoludique
  • 14:45 Selim Krichane, L’intrigue en trois dimensions. Les récits vidéoludiques à l’ère des polygones, de la « caméra virtuelle » et du CD-ROM

15:30-15:45  Pause

  • 15:45 Nicolas Szilas, Où va l’intrigue ? Réflexions autour de quelques récits fortement interactifs  
  • 16:30 Cyril Bornet et Daniel de Roulet, La Simulation humaine : Le roman fleuve comme terrain d’expérimentation narrative
  • 17:15 Michael Lew, Comment l’évolution d’un média influence l’évolution d’un autre média ?

18:00 Clôture

Organisation

Cette journée d’étude est organisée par Raphaël Baroni (EFLE/RRN), Claire Clivaz (LADHUL), Marc Marti (LIRCES) et Frédéric Kaplan (DHLAB).