Archives par mot-clé : médias

Appel : « BD et journal »

Appel à communications  pour le colloque

« Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles) »

 

Organisé par l’Université de Reims, l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims) et Guillaume Pinson (Université Laval).

Le colloque aura lieu à l’Université de Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Les relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la Continuer la lecture de Appel : « BD et journal »

Séminaire LPCM/Nanterre : 13 mai, Marie-Eve Thérenty

Troisième séance du séminaire LPCM/Phistem (Nanterre) – 3ème et dernière pour l’année, en attendant l’année prochaine :

Vendredi 13 mai, 15h-18h, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense (salle L 418) :

Marie-Eve Thérenty, « Chalumeaux, espadrilles de crêpe et escarpins. Dispositifs fictionnels, médiatiques et sériels dans Détective (1928-1940) ».

Cette séance veut réfléchir aux potentialités heuristiques et à la polysémie de l’expression « fictions médiatiques ». Le séminaire portera sur Détective, le premier hebdomadaire de faits divers,  lancé par l’éditeur Gallimard en 1928. Après avoir présenté le journal, son histoire, l’imaginaire problématique sur lequel il se fonde et les contraintes qu’il doit respecter, nous mettrons en évidence deux régimes successifs (et peut-être contradictoires) de fictions médiatiques présentes dans le journal. Ce constat conduira à une tentative de réflexion plus générale sur l’écriture de presse dans les années trente.

Séminaire CNRS/EHESS : « Narrativité et intermédialité »

Le séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » (CRAL, CNRS/EHESS) portera cette année sur « Narrativité et intermédialité » :

L’expansion et la diversité des études en narratologie – de ses objets, de ses paradigmes, de ses méthodologies – a conduit la recherche à poser non la question « Qu’est-ce qu’un récit ? » mais les questions, entre autres, « Quand y’a-t-il récit ? », « Un récit peut-il être plus ou moins narratif ? », « Quelles formes les éléments narratifs peuvent-ils prendre dans le récit non verbal ? » On s’interroge aujourd’hui sur l’influence des différents media sur les processus narratifs, donc sur les possibilités et les contraintes du langage par rapport à l’image (fixe ou cinématographique), à la musique (dénuée de tout contenu sémantique mais évocatrice d’une tension narrative) ou encore aux media numériques (fictions interactives, récits hypertextuels, etc.). Continuer la lecture de Séminaire CNRS/EHESS : « Narrativité et intermédialité »

CFP: la Société Canadienne pour l’Etude de la BD

Call for Papers (version française ci-dessous)

Canadian Society for the Study of Comics (CSSC) 2015

The annual conference of the Canadian Society for the Study of Comics invites proposals for papers on any and all aspects of comics, graphic narrative, picture books, and textual- visual arts. Special panels are also planned on the gains of comics scholarship and criticism over the past 20 years.

Continuer la lecture de CFP: la Société Canadienne pour l’Etude de la BD

Revue « Genres en séries »

Appel permanent à proposition pour la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Revue scientifique en ligne hébergée par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine Genre en séries : cinéma, télévision, médias ambitionne d’être une revue universitaire en ligne  pratiquant les critères scientifiques (comité scientifique international, évaluation en double aveugle), pour explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Continuer la lecture de Revue « Genres en séries »

Call for paper – appel à communication : ESSACHESS, volume 7, n°2(14)/2014

Call for Papers for volume 7, n° 2(14)/ 2014

FRENCH BELOW

How does Gender matter? Analyzing media discourses, media organizations and media practices

Guest editors:

Margreth LŰNENBORG (Director of the International Centre of Journalism, Free University of Berlin, Germany)

Using the concept of gender as a crosscutting principle underlying all aspects of social life (work, family, religion, migration, research, etc.) we intend to highlight the gender dimension of social life, a major phenomenon ignored for a long time (some researchers such as Marcel Mauss identified the division by gender as a fundamental matrix even if most sciences: from sociology to medicine were gender blind). The “liquidity of the modern society” (Bauman) also marked the concept of gender, floating “between social sex”, “gender relations” or “gender difference” understood as a socio-anthropological difference constructed and disseminated through standards and customs both practiced by and distributed via media. Entered fully into the social sciences (sociology and history in the first place), the gender is built conceptually in a wide range of feminist theories (universalists, differentialists, Marxists, radicals, deconstructionists, culturalists, queer) as a “differential valence” (Françoise Héritier) which provides / prospects on « the genesis and transmission of inequality and gender and sexual hierarchies » (I. Thery, 2010); gender is a relevant but not single dimension of social and cultural inequality as discussed in the concept of intersectionality.

The approach in terms of gender represents a paradigm shift in the Kuhnian sense, since it involves the radical transformation of social representations and collective values and norms, transformation correlated with the democratization of societies and promotion of the equality principle.

“Gender is a socially imposed division of the sexes. It is the product of social relations of sexuality. Kinship systems are based on marriage. They transform males and females in men and women”. (Gayle Rubin, 1975/1998).

In accordance with feminist methodology breaking with the epistemic ideal of “objectivity” to use the grounded theory rooted in the field, observation and data collection in situ, we are interested in papers referring to the analysis of the gendered structures and gendering practices of media images, media discourse and media practices.

In the theoretical tradition of Luce Irigaray articulations and modalities of communication distinguish male and female discourse. If speaking is never neutral to resume Luce Irigaray, we think we believe that the issues related to the use of discourse and media genres in the “feminine” media are as important as the presence / absence of women in mainstream media, especially in the news. The findings are that men and women do not use language in a similar way therefore demonstrates that language is gendered. The feminist theorists assert that it would be possible to create new forms of female thought, transforming the structures of the traditional way of thinking, because “it is not enough to change certain things in the horizon that defines human culture, but to change the horizon itself” (Luce Irigaray, 1992: 36). Yet these changes of horizon include both the change in the message, change of media production and obviously change the public.

Following Judith Butler’s concept of performativity of sex and gender (1990, 1993), we need to go beyond the essentialist concepts of “femininity” and “masculinity”. Thus distinctions between “male” and “female” writing, talking or reading are seen as obsolete. How can we then analyse distinct concepts of writing, journalistic production, public forms of articulation? How do we conceptualize the relationship of gendered media practices, media images and social constructions of gender?

Angela McRobbie (2009) refers to the term “Postfeminism” when critically discussing how originally feminist approaches to new gender relations have been instrumentally incorporated into popular culture. Thus we need to ask how to analyse the relationship of popular culture and changing gender orders.

Both Francophone and Anglophone approaches and concepts discussed in the field of gender studies refer to distinct theoretical framework, but offer complex opportunities for bridging academic cultures. We thus are interested in theoretical and empirical work going beyond well-established concepts of explanation and interpretation.

Analyses can be addressed (without excluding other possible approaches and angles) to:

i) Gender / women’s issues as topics of the mainstream media (such as the unemployment of women, female migration, female poverty, health etc.) and the journalistic treatment of these issues: scientific, sensationalist or trivialized in the print and online media;

– the manner of articulating the iconic and verbal text in the case of the representation of different sexes in the same referential area (sportswomen fragmented and connoted in the mode of appearance: emotion, aestheticism and sportsmen in the mode of being: prize, victory; in the field of politics the gendered conceptualization of power and success, the representation of political bodies etc.)

– the impact of the message on the public;

ii) the thematic and organizational modes of discourse (narrative, argumentative, descriptive) in the « feminine »  media (correlated or not to post-feminism, to backlash of feminism or to ordinary anti-feminism);

– the hybridization of genres and types of discourse by intertextuality / intersemioticity/ plurimodality.

iii) the gendered practices of and by digital media: modes of incorporation of media practices into professional habits and routines as well as into ‘private’ lifeworlds; the use of digital media in protest cultures (e.g. FEMEN).

The selected study corpus may be represented by all forms of media content including press, audio-visual media as well as online communication (electronic journals, personal blogs, professional blogs, etc.). Analyzing practices and discursive strategies of media in their constitutive relationship to gender structures in society we propose interdisciplinary reflections bringing together sociologists, political scientists, anthropologists, linguists and semioticians, researchers from information sciences, media and communication, interested gender images, actions and aspirations.

The field of gender studies has been a work in progress for more than forty years not only in Western countries, but also in non-European space. Gender studies develop complex theoretical perspectives, innovative methodologies evolved into practices (e.g. action research), and practices are used within and outside of academia. Our volume participates in the global movement of de-westernization of research and denaturalization of ‘gender hierarchy’ building a new reflexivity with the ultimate goal of emancipation

The analysis in the context of “situated knowledge” located at the intersection of political, economic and social ‘redistribution’ (absent from the public debate) and the policies of the specific claims of national or cultural minorities ‘recognition’ could show how identity minorisation goes hand in hand with the socio-economic discrimination in inertia of gender roles produced by the institutions of socialization

As we are now in a century characterized by “fast and furious developments in media products, technologies and institutions” (K. Ross, 2009) it becomes essential to re-examine in a critical perspective the concepts of media representation, media discourse, media practice bridging media culture and academy. We especially aim at bringing together the Anglophone research as well as the Francophone research in the field.

Important Deadlines

February 15, 2014: submission of the proposal in the form of an abstract of 400-500 words. The proposal must include a list of recent references;

– March 30, 2014: acceptance of the proposal;

July 15, 2014: full paper submission;

– September 30, 2014: full paper acceptance.

Papers should be between 6,000-10,000 words in length. Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French, max. 200-250 words followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to: essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2014.

References

  • Bem, Sandra, 1993 The Lenses of Gender: Transforming the Debate on Sexual Inequalities,New Haven, Yale University Press.
  • Blandin, Claire & Méadel, Cécile (éditrices) 2009,  « La Cause des femmes » dossier thématique Le Temps des médias no 12, printemps-été.
  • Butler Judith, 1990, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity London Routledge (trad.fr. 2005, Trouble dans le genre: pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte).
  • Butler, Judith, 1993 Bodies that Matter: On the Discursive Limits of “Sex” , New York, Routledge Byerly Carolyn and Ross Karen, 2006 Women and Media. A Critical Introduction, Blackwell.
  • Chabaud-Rychter, Danielle, Descoutures, Virginie, Devreux, Anne-Marie,Varikas, Eleni, (sous la direction de), 2010, Sous les sciences sociales le genre. Relectures critique de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte.
  • Carter Cynthia, Branston Gill, Stuart Allen (eds), 1998 News, Gender and Power, London, Routledge
  • De Bruin Marian and Ross Karen (eds), 2004, Gender and Newsroom Cultures, Hampton Press, pp. 81-104.
  • Dorlin, Elsa (sous la direction de), 2010, Sexe, Race, Classe Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF.
  • Gauntlett, David, 2008, Media, Gender and Identity, New York, London, Routledge.
  • Gill Rosalind, 2006, Gender and the Media, Cambridge, Polity Press.
  • Gill Rosalind and Scharff Christina, 2013, New Femininities. Postfeminism, Neoliberalism and Subjectivity, Palgrave Macmillan.
  • Gubin, Eliane; Jacques Catherine; Rochefort Florence; Studer Brigitte; Thébaud Françoise ; Zancarini-Fournel Michelle, 2004,  Le siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier.
  • Harding, Sandra, (dir.), 2004, The Feminist Standpoint Theory Reader, New York, London, Routledge.
  • Héritier, Françoise, 1996, Masculin, féminin. I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.
  • Hirata, Helena; Laborie, Françoise; Le Doaré, Hélène; Senotier, Danièle, 2000, Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.
  • Lazar, Michelle (ed.), 2005, Feminist Critical Discourse Analysis:Gender, Power and Ideology in Discourse, Palgrave Macmillan.
  • Lünenborg, Margreth, Majer, Tanya (eds.), 2013 Gender Media Studies. Eine Einführung, Konstanz, UVK.
  • McRobbie, Angela, 2009 The Aftermath of Feminism: Gender, Culture and Social Change, London, Sage.
  • Neveu, Eric, 2001, „Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession”, Politix, 13, 51, 2000, pp. 179-212.
  • Ollivier, Michèle, Tremblay, Manon, 2000, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Montréal, Harmattan.
  • «  Review of the Implementation of the Beijing Platform for Action in the EU Member States :Women and the Media- Advancing Gender Equality in decision-making in media organizations», 2013, Report realized by EIGE (European Institute for Gender Equality), Luxembourg : Publications Office of the European Union
  • Robinson, Gertrude, 2005, Gender, Journalism and Equity: Canadian, U.S and European Perspectives, Hampton Press, Communication Series, Cresskill, New Jersey.
  • Ross, Karen, 2009, Gendered Media. Women, Men and Identity Politics, Rowman & Littlefield Publications
  • Ross Karen, 2011, « Women and News. A long and winding road », Media, Culture and Society vol.33, no 8, 99, pp. 1148-1165.
  • Rubin, Gayle, 1975 (1998), « L’économie politique du sexe. Transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Cahiers d’études féministes, Paris, CEDREF no 7, pp. 3-81.
  • Roventa-Frumusani, Daniela, 2009, Concepts fondamentaux pour les études de genre, Paris, Editions des Archives Contemporaines.
  • Scott, Joan 1988) «Genre: une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du Grif: le genre de l’histoire, no 37-38, printemps, pp. 125-153.
  • Saint-Jean, Armande, 2000,  « L’apport des femmes au renouvellement des pratiques professionnelles : le cas des journalistes » in Recherches féministes vol 13, no 2, pp.77-93.
  • Thébaud, Françoise, 2003 « Histoire des femmes, histoire du genre et sexe du chercheur » in Jacqueline Laufer, Catherine Mary, Margaret Maruani (dir.) Le travail du genre. Les sciences sociales à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte,/MAGE, pp.70-87.
  • Théry, Irène, 2007, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob.
  • Théry, Irène, 2010 « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? » in Revue française de pédagogie, 171, avril-mai-juin, pp. 103-117.
  • Van Zoonen, Liesbet, 2002, Feminist Media Studies, London, Sage Publications.

***

La dimension de genre dans les discours, organisations et pratiques médiatiques

Coordination du dossier :

Margreth LŰNENBORG (Directrice du Centre International du Journalisme, Université Libre, Berlin, Allemagne) et

Daniela ROVENTA-FRUMUSANI (Directrice du Département d’Anthropologie culturelle et Communication, Université de Bucarest, Roumanie)

En utilisant la notion de genre comme principe transversal sous-tendant toutes les composantes de la vie sociale : travail, famille, religion, migration, recherche, etc., nous nous proposons au travers de ce dossier de mettre en exergue la dimension sexuée de la vie sociale, aspect majeur longtemps ignoré (très peu de chercheurs parmi lesquels Marcel Mauss ont considéré la division par sexes comme matrice fondamentale alors que la plupart des sciences, de la sociologie à la médecine étaient gender blind). La « liquidité de la société moderne » (Bauman) a marqué aussi le concept de genre se situant entre « entre sexe social », « rapports sociaux de sexe » ou « différence de sexes » entendue comme différence socio-anthropologique construite et disséminée à travers les normes et les coutumes. Entré de plain-pied dans les sciences sociales (d’abord la sociologie et l’histoire), le genre s’édifie conceptuellement dans le vaste champ des théories féministes (universalistes, différentialistes, marxistes, radicales, déconstructionnistes, culturalistes, queer) comme « valence différentielle « (F. Héritier) qui fournit une / des perspective(s) sur « la genèse et la transmission des inégalités et hiérarchies sexuées et sexuelles» (I. Thery, 2010).

L’approche en termes de genre représente un changement paradigmatique dans le sens de T. Kuhn puisqu’elle implique la transformation radicale des représentations sociales, des valeurs et normes collectives, transformation connexe à la démocratisation des sociétés et à la promotion du principe d’égalité.

« Le genre est une division des sexes socialement imposée. Il est le produit des rapports sociaux de sexualité. Les systèmes de parenté reposent sur le mariage. Ils transforment donc des mâles et des femelles en « hommes » et en « femmes », chaque catégorie étant une moitié incomplète qui ne peut trouver sa plénitude que dans l’union avec l’autre. » (G. Rubin, 1998 : 48).

En accord avec la méthodologie féministe rompant avec la recherche « objective » pour utiliser la grounded theory enracinée dans le terrain – l’observation et le recueil de données in situ, ce dossier s’intéresse également à interroger toutes les expériences oubliées ou refoulées afin d’éclairer trois univers essentiels : l’économique, le politique et le scientifique dans leurs images et stéréotypes médiatiques.

Puisque « parler n’est jamais neutre » pour reprendre une citation de Luce Irigaray, on pourrait dire que les enjeux liés à l’usage de la langue et du discours dans les médias « au féminin » sont aussi importants que la présence / absence des femmes dans les mainstream / malestream media (surtout dans les news). Les théoriciennes féministes affirment qu’il serait possible de créer de nouvelles formes de pensée féminine en transformant les structures mêmes du système traditionnel de pensée, car « il ne suffit pas de changer telle ou telle chose dans l’horizon qui définit la culture humaine, mais bien de changer l’horizon lui-même » (L. Irigaray, 1992 : 36). Or, ce changement d’horizon comprend aussi bien le changement du message, le changement de la production médiatique et bien évidemment le changement du public .

En reprenant le concept de performativité du genre (J. Butler 1990, 1993) on réaffirme la nécessité d’aller au-delà des concepts essentialistes de « féminité » et de « masculinité ». Comment peut-on analyser les concepts d’écriture journalistique, d’articulation production / interprétation des messages journalistiques à travers le prisme du genre ? Quelle est la relation entre les images médiatiques, les pratiques journalistiques et la construction  sociale du genre ?

Angela McRobbie (2009) aborde de manière critique la modalité dans laquelle les approches originales du féminisme et surtout les « rapports sociaux de sexe » ont été incorporés et instrumentalisés dans la popular culture au seuil du troisième millénaire. Il nous semble légitime d’examiner les rapports qu’entretiennent la culture media et l’ordre du genre.

Les recherches anglophone et francophone conceptualisent de manière différente le champ des gender studies. Dans ce contexte, ce numéro de la revue Essachess – Journal for Communication Studies tente de rassembler ces cadres théoriques distincts afin d’offrir un tableau de l’actualité de la recherche sur le genre.

Les propositions pourront s’intéresser aux :

i) thématiques « féminines » de la presse généraliste (chômage des femmes, migration au féminin, pauvreté au féminin, santé, etc.) et leur approche (scientifique, sensationnaliste, banalisant, etc.) dans la presse papier et / ou en ligne ;

– la manière d’articuler  iconiquement et visuellement le texte dans le cas de la représentation des sexes différents dans la même zone référentielle (sportives « fragmentarisées » et connotées dans la logique du paraître – émotion, esthétisation –  et sportifs dans la logique de l’être – prix, victoire);

– l’impact du message sur les publics ;

ii) thématiques et modes d’organisation du discours (narrativité, argumentativité, description) dans les médias « au féminin » (médias corrélés ou non au post féminisme, au backlash du féminisme ou à l‘antiféminisme ordinaire) ;

– l’hybridation des genres et des modes de discours par intertextualité / intersémioticité / plurimodalité ;

iii) les pratiques genrées de la presse en ligne : la transformation des pratiques médiatiques par l’incorporation des nouvelles routines dans la vie professionnelle ainsi que dans la vie privée ; l’utilisation des moyens digitaux dans les cultures de la protestation (e.g. FEMEN).

Les corpus choisis pourraient être constitués des textes  de presse écrite et audio-visuelle ainsi que des cybertextes (journaux  électroniques, blogs professionnels, etc.).

En se focalisant sur l’analyse des pratiques et des stratégies discursives des medias conjugués d’une façon ou d’une autre à la problématique des femmes, ce dossier vise également à réunir des recherches interdisciplinaires menées par les chercheurs en sciences de l’information et de la communication avec les sociologues, les anthropologues, les sémioticiens, les linguistes, etc. qui s’intéressent aux femmes journalistes et aux images  et problématiques de genre.

Le domaine des gender studies est un work in progress depuis plus de quarante ans dans les pays de l’Europe Occidentale et de l’Est mais aussi dans l’espace non européen. Les études de genre développent des perspectives théoriques complexes, des méthodologies novatrices transformées en pratiques (recherche-action par exemple) utilisées et utilisables à l’intérieur et à l’extérieur de l’Académie. Dans ce cadre, ce volume participera au mouvement global de désoccidentalisation de la recherche et de dénaturalisation de la « valence différentielle des sexes » (F. Héritier), construisant une nouvelle réflexivité dans le but ultime de l’émancipation d’une moitié de l’humanité.

L’analyse dans le cadre de la « connaissance située », à l’intersection des politiques de « redistribution » économique et sociale (absentes du débat public) et des politiques de la « reconnaissance » propres aux revendications des « minorités » pourrait mettre en évidence la manière dont la minorisation identitaire va de pair avec la discrimination socio-économique dans une inertie des rôles de genre produits par les instances de socialisation.

Au seuil du troisième millénaire caractérisé par des développements rapides et turbulents des produits, technologies et institutions médiatiques (K. Ross, 2009), il devient essentiel de réexaminer dans une perspective critique les concepts de représentation et de discours media, de pratique journalistique dans une connectivité reliant culture media et académie, recherche francophone et recherche anglophone.

Dates importantes :

– 15 février 2014 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 2500-3500 signes espaces compris (comportant 5 mots clés et bibliographie sélective récente) ;

– 30 mars 2014 : notification des résultats ;

15 juillet 2014 : soumission intégrale de l’article;

– 30 septembre 2014 : acceptation définitive de l’article.

Les articles devront comprendre entre 20 000 et 25 000 signes espaces compris. Ils peuvent être soumis en français ou en anglais et doivent être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à : essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. La revue sera publiée le 23 décembre 2014.

Références

  • Bem, Sandra, 1993 The Lenses of Gender: Transforming the Debate on Sexual Inequalities,New Haven, Yale University Press.
  • Blandin, Claire & Méadel, Cécile (éditrices) 2009,  « La Cause des femmes » dossier thématique Le Temps des médias no 12, printemps-été.
  • Butler Judith, 1990, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity London Routledge (trad.fr. 2005, Trouble dans le genre: pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte).
  • Butler, Judith, 1993 Bodies that Matter: On the Discursive Limits of “Sex” , New York, Routledge Byerly Carolyn and Ross Karen, 2006 Women and Media. A Critical Introduction, Blackwell.
  • Chabaud-Rychter, Danielle, Descoutures, Virginie, Devreux, Anne-Marie,Varikas, Eleni, (sous la direction de), 2010, Sous les sciences sociales le genre. Relectures critique de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte.
  • Carter Cynthia, Branston Gill, Stuart Allen (eds), 1998 News, Gender and Power, London, Routledge
  • De Bruin Marian and Ross Karen (eds), 2004, Gender and Newsroom Cultures, Hampton Press, pp. 81-104.
  • Dorlin, Elsa (sous la direction de), 2010, Sexe, Race, Classe Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF.
  • Gauntlett, David, 2008, Media, Gender and Identity, New York, London, Routledge.
  • Gill Rosalind, 2006, Gender and the Media, Cambridge, Polity Press.
  • Gill Rosalind and Scharff Christina, 2013, New Femininities. Postfeminism, Neoliberalism and Subjectivity, Palgrave Macmillan.
  • Gubin, Eliane; Jacques Catherine; Rochefort Florence; Studer Brigitte; Thébaud Françoise ; Zancarini-Fournel Michelle, 2004,  Le siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier.
  • Harding, Sandra, (dir.), 2004, The Feminist Standpoint Theory Reader, New York, London, Routledge.
  • Héritier, Françoise, 1996, Masculin, féminin. I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.
  • Hirata, Helena; Laborie, Françoise; Le Doaré, Hélène; Senotier, Danièle, 2000, Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.
  • Lazar, Michelle (ed.), 2005, Feminist Critical Discourse Analysis:Gender, Power and Ideology in Discourse, Palgrave Macmillan.
  • Lünenborg, Margreth, Majer, Tanya (eds.), 2013 Gender Media Studies. Eine Einführung, Konstanz, UVK.
  • McRobbie, Angela, 2009 The Aftermath of Feminism: Gender, Culture and Social Change, London, Sage.
  • Neveu, Eric, 2001, „Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession”, Politix, 13, 51, 2000, pp. 179-212.
  • Ollivier, Michèle, Tremblay, Manon, 2000, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Montréal, Harmattan.
  • «  Review of the Implementation of the Beijing Platform for Action in the EU Member States :Women and the Media- Advancing Gender Equality in decision-making in media organizations», 2013, Report realized by EIGE (European Institute for Gender Equality), Luxembourg : Publications Office of the European Union
  • Robinson, Gertrude, 2005, Gender, Journalism and Equity: Canadian, U.S and European Perspectives, Hampton Press, Communication Series, Cresskill, New Jersey.
  • Ross, Karen, 2009, Gendered Media. Women, Men and Identity Politics, Rowman & Littlefield Publications
  • Ross Karen, 2011, « Women and News. A long and winding road », Media, Culture and Society vol.33, no 8, 99, pp. 1148-1165.
  • Rubin, Gayle, 1975 (1998), « L’économie politique du sexe. Transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Cahiers d’études féministes, Paris, CEDREF no 7, pp. 3-81.
  • Roventa-Frumusani, Daniela, 2009, Concepts fondamentaux pour les études de genre, Paris, Editions des Archives Contemporaines.
  • Scott, Joan 1988) «Genre: une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du Grif: le genre de l’histoire, no 37-38, printemps, pp. 125-153.
  • Saint-Jean, Armande, 2000,  « L’apport des femmes au renouvellement des pratiques professionnelles : le cas des journalistes » in Recherches féministes vol 13, no 2, pp.77-93.
  • Thébaud, Françoise, 2003 « Histoire des femmes, histoire du genre et sexe du chercheur » in Jacqueline Laufer, Catherine Mary, Margaret Maruani (dir.) Le travail du genre. Les sciences sociales à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte,/MAGE, pp.70-87.
  • Théry, Irène, 2007, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob.
  • Théry, Irène, 2010 « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? » in Revue française de pédagogie, 171, avril-mai-juin, pp. 103-117.
  • Van Zoonen, Liesbet, 2002, Feminist Media Studies, London, Sage Publications.

Séminaire: Paratexte ou "énonciation éditoriale" : comment le livre parle au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2013-2014 :

« Paratexte ou « énonciation éditoriale » : comment le livre parle au lecteur »

Ce groupe de travail, constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent. Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud). Cette année, se tiendra la neuvième saison de son séminaire de master 2, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel : « Paratexte ou « énonciation éditoriale » : comment le livre parle au lecteur ».

Responsable : Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à Paris Ouest Nanterre La Défense sylvie.ducas@u-paris10.fr ; sylvie.ducas@wanadoo.fr 06 84 23 49 19

Statut : Séminaire d’enseignement et de recherche

Horaire : Jeudi de 9 à 13h par quinzaine

Lieu : Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud Salle 20, rez-de-chaussée du bâtiment, au fond du hall à gauche

Programme :

Jeudi 26 septembre 2013

Sylvie Ducas, introduction générale

Sylvie Ducas, La couronne et le bandeau. Paratexte des livres primés

Emmanuël Souchier, L’énonciation éditoriale : simplicité d’une théorie du complexe

Jeudi 3 octobre 2013

Bertrand Ferrier, Ce que dit « l’indicible » : stratégies éditoriales de marchandisation de la Shoah dans l’édition pour la jeunesse

Jean-Christophe Boudet, Le paratexte dans la bande dessinée contemporaine

Nicolas Lahaye, Les fanzines, publications à but non lucratif : modalités de fabrication et de diffusion

Jeudi 24 octobre 2013

Justine Delassus, De l’énonciation éditoriale au discours muséal. Symboliques du livre dans les maisons d’écrivains, les musées et les expositions littéraires

Pascale Argod, Fonction de l’image et créativité éditoriale dans le carnet de voyage

Nadia Fartas, L’essai et l’écrivain exposés : nouvelles formes du catalogue

Jeudi  7 novembre 2013

Léda Mansour, Le paratexte comme idéologie

Anaïs Guilet, Écrire et lire des œuvres transmédiatiques : Level 26 d’Anthony Zuiker et P.A. de Renaud Camus

Nicolas Malais, Livre numérique et patrimoine

Jeudi 21 novembre 2013 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 5 décembre 2013 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 2 janvier 2014 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 16 janvier 2014 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants

Jeudi 30 janvier 2014

Anne Réach-Ngô, La mise en scène dans les péritextes des ouvrages de compilation à la Renaissance

Grégory Wallerick, La place des images dans une collection de voyages du XVIe siècle : le cas des Grands Voyages des De Bry

Nathalie Collé-Bak, Illustration et énonciation éditoriale, ou faire du livre un espace de négociations

Jeudi 6 février 2014

Marie-Françoise Cachin et Claire Parfait, Le paratexte d’une rive à l’autre (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis)

Oriane Deseilligny, Sur les traces de François Bon : le Tiers livre, dispositif d’écritures et d’énonciations multiples

Jeudi 20 février 2014

Pierre Banos, Ceci est (bien) un livre : limites et possibilités de la mise en livre du texte de théâtre

Annick Batard, Avant-programmes, épreuves, communiqués… : des écrits promotionnels à destination des commerciaux, communicants et journalistes

Marc Jahjah, Réseaux socio-numériques de lecteurs et manipulations textuelles

Jeudi 6 mars 2014

Serge Linarès, André du Bouchet et ses éditeurs

Evanghelia Stead, Matérialité, imaginaire et poétique du livre

Linda Gil, Condorcet éditeur de Voltaire : le paratexte éditorial, un dialogue interprétatif et militant

Séminaire "Genre, médias et communication"

Séminaire « Genre, médias et communication »

Ce séminaire est co-organisé par les laboratoires :

  • CIM (Communication, Information, Médias), équipe MCPN (Médias, Cultures et Pratiques Numériques), université Paris 3
  • COSTECH (Connaissance et Organisation des Systèmes TECHniques), équipe EPIN (Etudes des pratiques interactives du numérique), université de technologie de Compiègne

Les séances se déroulernt le vendredi matin de 10h à 12h

à l’Institut de Management de l’Information (IMI), Salle De Vinci, 2e étage, 62 bd. Sébastopol, 75003 Paris (Métros Etienne Marcel et Réaumur-Sébastopol) ou à la Maison de la recherche, salle extérieure, Université Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris (Métro Place Monge)

Calendrier printemps 2013 :

  • vendredi 12 avril, 10h-12h, intervention de Marion Dalibert : « Un citoyen « universel » ? La coproduction sociodiscursive du genre, de la race et de la francité dans les médias d’information généraliste » à la Maison de la recherche, salle extérieure.
  • vendredi 7 juin, intervention de Sandy Montanola et Aurélie Olivési :« L’affaire Caster Semenya : redéfinition médiatique des identités hommes-femmes » à l’Institut de Management de l’Information, salle De Vinci.

Présentation des objectifs du séminaire « Genre, medias et communication » :

Le séminaire présente une série de travaux s’attachant à la question du genre dans la communication et les médias. Des dispositifs d’écriture numérique aux représentations médiatiques en passant par les discours institutionnels, le genre est l’un des rapports sociaux qui organise le monde social et les pratiques au même titre que la classe sociale ou la catégorisation ethnoraciale. Aussi ce séminaire se propose-t-il d’ouvrir un espace de discussion autour des dimensions identitaires et performatives du genre, des modèles de masculinité et de féminité promus et négociés dans les médias et de la sexuation des usages médiatiques. L’objectif est de décrypter les modalités de la représentation et de l’expression du genre, à travers l’analyse des modes de catégorisation, des performances et des traces (ou de l’absence de traces) corporelles dans différents dispositifs médiatiques (web, presse, télévision, cinéma). Deux dimensions connexes seront abordées lors des séances. Avec la médiatisation des controverses sur le mariage pour tous, la parentalité, la parité ou encore le port du voile à l’école se dessine une articulation du genre avec les variables de la sexualité, de la race, de la religion, etc., qu’il nous paraît nécessaire d’explorer. Par ailleurs, il nous semble pertinent d’appréhender les modalités de représentation et les formes d’expression du genre selon les différents médias, reposant sur des dispositifs de médiation qui n’accordent pas la même place à la corporalité. L’attention sera également portée aux outils et méthodes spécifiques à l’analyse du genre dans les médias (analyse linguistique, analyse de discours, analyse sémiotique, analyse sociologique des représentations). Seront privilégiées les approches qui convoquent les sciences de l’information et de la communication ainsi que les disciplines voisines (histoire, cultural studies, sociologie, science politique, psychologie).

Information : Nelly Quemener (nellyquemener@hotmail.com)

Publication : "Controversial Images. Media Representations on the Edge", Feona Attwood, Vincent Cambell, I. Q. Hunter, Sharon Lockyer

PRESENTATION

The media are inextricable from controversy yet ‘controversy’ is an under-theorized term in studies of the media, even though controversies over specific images, from ‘video nasties’ to snapshots from Abu Ghraib, have structured our understanding of the media’s power, seductiveness and dangers. This collection offers a series of case studies of recent media controversies and draws on new perspectives in cultural studies to consider a wide variety of types of image, including newspaper cartoons, advertising and fashion photography, music videos, photojournalism, news media, art works, hardcore porn film, anime, horror and exploitation movies, video games, and YouTube reaction videos. In the current climate when images appear to be increasingly controversial, it is important that media controversies are not made the excuse for greater censorship and the demonization of ‘dangerous’ images and the audiences that consume them. The case studies in this book suggest how we might achieve a more subtle understanding of controversial images and negotiate the difficult terrain of the new media landscape.

CONTENT

Introduction: Controversy and the Crisis of the Image; Feona Attwood, Vincent Campbell, I.Q.Hunter & Sharon Lockyer

– PART I: CONTROVERSY AND REPRESENTATION

  • Media-Bodies and Photoshop; Meredith Jones
  • Representation and Resemblance in The Case of the Danish Cartoons; Catherine Ann Collins & David Douglass
  • Imitation and Controversy: Performing (Trans)Sexuality in Post-communist Bulgaria; Plamena Kourtova
  • X-Ray Visions: Photography, Propaganda and Guantánamo Bay; Bruce Bennett

– PART II: CONSTRUCTING CONTROVERSIES

  • ‘The Terrorists with Highlights’: Kurdish Female Suicide Bombers in Mainstream Turkish Media; Ertug Altinay
  • Constructing Effects: Disturbing Images and the News Construction of ‘media influence’ in the Virginia Tech Shootings; Jeremy Collins
  • Border Patrol: Trevor Brown, Aesthetics and the Protection of Fictitious Children; Adam Stapleton
  • ‘The Following Content Is Not Acceptable’; Julian Petley

– PART III: ETHICS AND AESTHETICS IN CONTROVERSIAL MEDIA

  • Cutting Edge: Violence and Body Horror in Anime; Caroline Ruddell
  • ‘It’s Gonna Hurt a Little Bit. But That’s Okay – It Makes My Cock Feel Good’: Max Hardcore and the Myth of Pleasure; Stephen Maddison
  • The Lexicon of Offense: The Meanings of Torture, Porn, and ‘Torture Porn’; Steve Jones
  • The Beast Within: Materiality, Ethics and Animal Porn; Susanna Paasonen

– PART IV: ENGAGING WITH CONTROVERSIAL IMAGES

  • Embracing Rape: Understanding the Attractions of Exploitation Movies; Martin Barker
  • His Soul Shatters at About 0:23: Spankwire, Self-Scaring and Hyberbolic Shock; Julia Kennedy & Clarissa Smith
  • Playing with Controversial Images in Videogames: The Terrorist Mission Controversy in ‘Call of Duty: Modern Warfare 2’; Vincent Campbell
  • ‘A Bad Taste Business’: TV Journalists Reflect on the Limits of News Images; Paul Brighton

More information : http://www.palgrave.com/products/title.aspx?pid=482478

Publication : "Culture and the Media", Paul Bowman

Culture and the Media looks at the relationship between what we term ‘media’ and ‘culture’, asking the question: where does one end and the other begin? Written in a lively and accessible style, this book introduces and contextualises the range of different approaches to the study of both of these fields.

Using a lively range of examples and case studies – including moral panics in the British media around punk rock in the 1970s, critiques of consumerism in the films Fight Club and American Psycho, and the YouTube-captured ‘violence’ of protests against student fees – Culture and the Media shows how theoretical and disciplinary debates over the meaning of the media and culture relate to our everyday cultural experiences.

CONTENT

– Introduction

– Chapter 1: Culture is (not) the Media

  • ‘Culture and the Media?’ What and the What?
  • Familiar Impossible Terms
  • Discourse
  • The Extremities of Culture
  • (Un)Popular Culture
  • Barbarian, Philistine and Popular Culture
  • Culture versus the Media
  • Culture as Media
  • The Disagreement of Culture

– Chapter 2: Media is (not) the Culture

  • Media (and) Messages
  • Interconnectedness, V.1
  • Interconnectedness V.2
  • Interconnectedness V2.1 (Supplement)
  • Shop Around
  • Media and Cultural Agency
  • Interconnectedness V3: Disconnectedness

– Chapter 3: Media Representation and its Cultural Consequences

  • Editing Culture: From trivia to tradition
  • Mediatized Ideas, Mediatized Bodies
  • Mediatized Politics
  • Violent Demonstration: A Mediatized Logic
  • Demonstrations of Violence
  • Playing War Games

– Chapter 4: Filming Culture

  • Post-Cinematic Effects
  • Classic Cinematic Effects
  • Media Culture and Coercive Mimeticism

– Conclusion: The Tangled Web

AUTHOR

Paul Bowman is Senior Lecturer in Cultural Studies at Cardiff University, UK. His previous books include Deconstructing Popular Culture, Interrogating Cultural StudiesPost-Marxism versus Cultural Studies and The Truth of Žižek.

More information : http://us.macmillan.com/cultureandthemedia/PaulBowman