Archives par mot-clé : littérature pour la jeunesse

Appel : « Les six compagnons » de Paul-Jacques Bonzon

Appel à communication pour un colloque « Littérature de jeunesse et enseignement de la littérature » : 

Les compagnons de la Croix­‐Rousse : qu’est-­ce qu’une série culte ?

Université Lyon 1, Espe
14-15 juin 2016, réponses attendues avant le 1er juillet

crédit image : http://paul-jacques-bonzon.fr/bonzon_six_compagnons_lieux_aventures_bouteille_mer.htm

Entre le Club des Cinq et le Clan des sept, il y a les Six Compagnons. De 1961 à 1978, Paul-Jacques Bonzon a raconté, avec une grande  régularité, les aventures d’une bande d’enfants, qui ont rivalisé avec le succès  des séries  anglosaxonnes publiées chez le même éditeur (Hachette).

Enfants de milieux populaires, les compagnons sillonnent à Continuer la lecture de Appel : « Les six compagnons » de Paul-Jacques Bonzon

Parution: « Le Nouveau Pays des Merveilles »

Revue en ligne Strenae n°8, « Le Nouveau Pays des Merveilles. Héritage et renouveau du merveilleux dans la culture de jeunesse contemporaine »

http://strenae.revues.org/

dossier sous la direction d’Anne Besson et Matthieu Letourneux

Le territoire du merveilleux contemporain s’est formidablement étendu, plus de quinze ans après les débuts du « phénomène Harry Potter » et tandis que les médias pour la jeunesse ne cessent de l’arpenter en tous sens. De fait, les innombrables variations sur cet « imaginaire » surnaturel inspiré des contes et des mythes constituent sans doute la face la plus visible auprès du grand public de l’importante croissance du secteur éditorial des livres pour la jeunesse et de leurs déclinaisons durant cette même période.

Au passage bien sûr, ses frontières se sont considérablement modifiées : le « pays des merveilles » qu’explorent les huit articles de ce numéro a ceci d’inédit qu’il ne cesse de retravailler ses motifs (venus des contes et d’un passé « enchanté » de la culture de jeunesse), de coloniser de nouveaux publics (les adolescents et « jeunes adultes ») et de nouveaux supports (de l’intime au virtuel), trois dimensions dont l’interaction est permanente.

Photo : série Once Upon a Time in Wonderland, 2013-2014

Parution : « Max et les Maximonstres a 50 ans »

« Max et les maximonstres a 50 ans ». Réception et influence des oeuvres de Maurice Sendak en France et en Europe (2015)

 

Actes du colloque organisé les 12 et 13 décembre 2013 par la BnF / Centre national de la littérature pour la jeunesse et l’Université d’Artois, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE) et le soutien de l’Ecole normale supérieure (Paris).
Janvier 2015. Mise en page 1

Where the Wild Things Are / Max et les Maximonstres, paru aux États-Unis en 1963, fait désormais partie de la culture commune. Ce colloque international a invité des chercheurs et des intervenants de différents domaines et disciplines à apporter leur éclairage sur l’histoire de la réception de l’œuvre de Maurice Sendak en Europe, jusqu’à aujourd’hui.

Voir le sommaire :

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/13_documents/sommaire_coll_sendak.pdf

Appel: Jules Verne, la science. Jusqu’où explorer ?

verne

5èmes Rencontres Jules Verne 2014

Colloque international

 

Jules Verne, la science. Jusqu’où explorer ?

 

26-27 Novembre 2014  à  l’Ecole Centrale de Nantes

 

Organisées par l’Ecole Centrale de Nantes et l’Université de Nantes,

 

Les Rencontres Jules Verne

Les Rencontres Jules Verne, créées en 2005, et organisées tous les deux ans, par l’École Centrale de Nantes et l’Université de Nantes, sont l’occasion, de poursuivre une exploration des relations entre la science, la culture et la société.

Après « Jules Verne, les machines et la science » en 2005,  « Jules Verne, le partage du savoir » en 2008,  «  Jules Verne, science, technique et société : de quoi sommes-nous responsables ? » en 2010, et « Jules Verne, crise et utopies » en 2012 les Rencontres Jules Verne poursuivent le questionnement de la science, en s’arrêtant en 2014 sur le thème suivant :

 

« Jules Verne, la science : jusqu’où explorer ? »

Ouvertes à un large public, ces rencontres s’adressent aux professionnels (chercheurs, enseignants, acteurs de la culture scientifique, industriels…) comme aux citoyens.  Les Rencontres Jules Verne »  réuniront des chercheurs des disciplines scientifiques ou des sciences humaines, mais également des ingénieurs, architectes, journalistes, artistes … Ce sera l’occasion de croiser et de confronter des approches différentes : histoire des idées, histoire littéraire, analyses philosophiques et anthropologiques de l’imaginaire social. Sans oublier les « verniens », analysant le projet sociétal de l’auteur des Voyages Extraordinaires.

La problématique

Les sciences et les techniques concernent à présent tous les secteurs de la vie sociale, la production et la consommation des biens de tous ordres, l’information et la communication, l’éducation et la santé, la défense, les sports… Or, il semble bien que ce soit leur fantastique succès et le surcroît de pouvoir qu’elles procurent qui font problème aujourd’hui.

L’œuvre de Jules Verne, animée d’une inlassable curiosité pour les mondes connus et inconnus, se faisait déjà l’écho de ces ambiguïtés. Certes, à l’époque, peu de régions terrestres restaient encore à découvrir, mais les héros verniens se lançaient dans des « voyages seconds », des explorations scientifiques qu’elles soient géographiques ou naturalistes. De manière réaliste ou fantastique ils n’hésitaient pas à traverser tous les éléments : l’air et l’espace, les profondeurs de la mer ou de l’écorce terrestre et jusqu’au feu des volcans. Ils ne reculaient devant aucune réalisation technique, aussi prométhéenne soit-elle ; et chaque roman constituait une sorte de laboratoire où l’on expérimente les possibles. La logique de l’exploration était d’aller jusqu’au bout quoiqu’il en coûte, au mépris du risque pour soi et les autres. Surgit alors, de bien des récits, la question de savoir si tout le possible s’avère souhaitable, si la prudence ne commanderait pas de renoncer, si l’homme ne va pas trop loin.

Mais Prométhée a-t- il le sens des limites ? Faust ne guette-t-il pas la science en lui proposant un pacte diabolique ? Les chercheurs, les savants, jusqu’où iront-ils ?

Jules Verne soulève ainsi une question qu’il nous faut reprendre aujourd’hui, en ce début de XXIe siècle : jusqu’où explorer ?

La question en appelle au sens des possibles et à celui des limites.

 

Les communications se situeront dans  cinq axes :

1-      Que reste-t-il à explorer dans les différentes disciplines scientifiques ou techniques ? Quelles sont les prochaines aventures à entreprendre, les possibles qu’ouvre l’état des recherches ? Que pouvons-nous espérer connaître et maîtriser demain ? Peut-on, et dans quel domaine précis, faire le partage entre réalisme et imaginaire, entre science et science-fiction ?

2-      Tout le possible est-il souhaitable ? Au nom de quoi renoncer à l’exploration dans l’âge de l’expérimentation totale ? La question de la transgression se pose sans cesse, sans que l’on puisse d’ailleurs localiser précisément les limites à ne pas dépasser. Doit-on préférer l’ignorance au risque ? Quelle instance religieuse, politique, morale pourrait légitimement commander d’arrêter avant qu’il ne soit trop tard ?

3-      Aujourd’hui l’idée de progrès qui sous-tendait la modernité se voit questionnée et quelquefois même suspectée. La conscience des risques que fait courir le développement scientifique et technique donne lieu à l’édification d’un certain nombre de principes, de responsabilité, de précaution, de « soutenabilité ». Que penser de cette prudence et des formes plus ou moins rationnelles qu’elle peut prendre ?

4-      L’univers vernien multiplie les portraits d’ingénieurs. Les uns vont jusqu’au bout de la logique technicienne, sans trop égard pour ses conséquences fastes ou néfastes, comme le président Barbicane de la Terre à la lune et de Sans dessus-dessous. Ce sont les savants fous. D’autres refusent d’aller trop loin, comme Thomas Roch dans Face au drapeau, ou comme Marcel Bruckman, des Cinq cents millions de la Begum. Peut-on saisir dans le maximalisme vernien, prolixe en figures prométhéennes ou faustiennes, quelque chose comme une éthique des limites, un souci de la transgression ? Qu’en est-il dans l’ensemble de l’histoire ou de la littérature universelle ?

5-      Le progrès des sciences et des techniques biomédicales tend à transformer radicalement les dimensions de l’existence humaine. Les spécialistes (généticiens, chirurgiens, etc.) peuvent-ils imaginer le futur de leur pratique ? L’exploration des possibles ne doit-elle souffrir d’aucune limite?

Le colloque se propose d’interroger l’exploration dans ses dimensions scientifiques et techniques, mais également fictionnelles telles que la littérature, le cinéma la met en scène. Le sens des possibles et celui des limites seront travaillés de plusieurs points de vue : philosophique, historique, sociologique, psychologique ou politique.

 

L’organisation des Rencontres Jules Verne

 

Le Comité Scientifique  est composé de : Etienne Klein, président (CEA, Ecole Centrale-Paris) ; Bernard Baertschi (Université de Genève – Suisse); Pierre Billouet (Université de Nantes) ; Jean-Michel Besnier (Université Paris-Sorbonne, CREA, Ecole Polytechnique-Paris) ; Jean-Pierre Courtial (Université de Nantes) ; Jean Dhombres (EHESS, Centre Alexandre Koyré-Paris) ; Anne-Marie Drouin-Hans, (Université de Bourgogne, Sofphied) ; Guillaume Durand, (Université de Nantes) Ronaldo de Freitas Murao (Observatoire d’astronomie de Rio de Janeiro- Brésil) ; Michel Fabre (Université de Nantes, CREN) ; Tahar Gallali (Université de Tunis- Tunisie); Lauric Guillaud (Université d’Angers) ; Patrick Gyger ( Lieu Unique, Nantes) ; Florent Laroche (Ecole Centrale de Nantes) ; Denis Lemaître, (ENSIETA–Brest; Réseau Ingenium); Agnès Marcetteau-Paul (Musée Jules Verne, Médiathèque de Nantes) ; Philippe Mustière (Ecole Centrale de Nantes) ; Denis Simard, (Université Laval-Québec-Canada) ; Stéphane Tirard (Centre François Viète, Université de Nantes)  ; Jean-Jacques Wunenberger (Université de Lyon 3,  Centre Gaston Bachelard)

Le Comité d’organisation est composé de : Guillaume Durand (Université de Nantes) ; Michel Fabre (Université de Nantes) ; Florent Laroche (Ecole Centrale de Nantes) ; Philippe Mustière (Ecole Centrale de Nantes)

 

Les modalités:

Si vous souhaitez participer à ce colloque, veuillez adresser avant le 10 mai 2014 un résumé d’environ 300 mots comportant un titre et une bibliographie indicative (3-4 titres maxi), ainsi que vos nom, prénom,  fonctions, coordonnées et affiliation, à  l’adresse suivante :

Rencontres.JV@ec-nantes.fr

– Une réponse du comité de sélection vous parviendra le 30 mai 2014.

– Dépôt des textes définitifs : 15 Octobre 2014

 

Rencontres JULES VERNE – ECOLE CENTRALE de NANTES – 1, rue de la Noë BP 92101  44321 Nantes Cedex 3

URL : http://rencontresjulesverne.ec-nantes.fr

 

Parution: Revue des livres pour enfants, Littératures de l’imaginaire

Revue des Livres pour enfants

n° 274, décembre 2013 : Littératures de l’imaginaire

Ce dossier fait écho au dossier « Fiction pour la jeunesse, miroir de la société » publié il y a un an dans le n° 268 de la revue, qui s’attachait au courant de la littérature réaliste, et propose une exploration de l’autre grand pan de la production, celui des littératures de l’imaginaire, qui ont fait irruption sur le devant de la scène éditoriale, en France et à l’international, à l’aube du XXIe siècle, à la suite du succès planétaire d’Harry Potter.

Continuer la lecture de Parution: Revue des livres pour enfants, Littératures de l’imaginaire

Appel: La littérature pour la jeunesse : vecteur d'une identité culturelle populaire ?

boutet

Appel à contribution

La littérature pour la jeunesse :

vecteur d’une identité culturelle populaire ?

Colloque international et pluridisciplinaire

Université de Reims-Champagne Ardenne

Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) – EA 4299

Axe de recherche RSTI

les vendredi 21 et samedi 22 novembre 2014

L’objet de ce colloque, volontairement pluridisciplinaire,                                                                            est d’interroger la notion d’identité culturelle. Comment un peuple définit-il et                          élabore-t-il son identité? Il s’agit de déterminer les signes qui permettent l’identification à une culture populaire, qu’elle soit locale, nationale ou transnationale. La culture de caste et celle du genre sexuel relèvent pleinement de cette thématique.

 

    Nous avons choisi de centrer notre réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, dans ses différentes manifestations, en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. Les communications s’articuleront autour des deux volets de la dialectique « instruire/pertir », dans un rapport non exclusif permettant les combinaisons les plus fécondes.

 

Le premier axe didactique s’appuiera sur une sélection non exhaustive de supports : récits moraux, miroirs, manuels et récits documentaires, comptines et chansons à visée éducative. À titre d’exemples, nous pensons au Tour de la France par deux enfants de G. Bruno ou aux Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrées par Louis-Maurice Boutet de Monvel, dans le domaine francophone ; aux Lessons to Children d’Anna Laetitia Barbauld ou à la pédagogie de Maria Edgeworth dans le domaine anglophone ; à Das Glück der guten Erziehung du chanoine Schmid dans le domaine germanophone. Outre les œuvres classiques, les interventions pourront également porter sur la littérature pour la jeunesse d’aujourd’hui.

 

Le second axe récréatif s’intéressera aux récits d’aventures, aux robinsonnades et aux littératures de l’imaginaire. Quel est le rôle des romans de Jules Verne et de Joachim Heinrich Campe dans la construction d’une identité culturelle populaire ? Quelle part de subversion attribuer aux contes de George McDonald ? La littérature pour la jeunesse contemporaine, mondialisée et consommée en masse, offre-t-elle encore un terrain sur lequel bâtir une culture identitaire ?

 

La littérature patrimoniale, à la confluence des deux axes, occupera une place signifiante dans nos réflexions. Il s’agit bien de questionner les dispositifs idéologiques qui président à la construction et à l’affirmation du sentiment d’appartenance à une culture. Le corpus pourra être écrit, oral et/ou iconographique. Nous nous intéresserons autant à la norme qu’à sa subversion. On portera une attention particulière à la traduction intersémiotique et à la poly-exploitation de certaines œuvres pour la jeunesse : le passage de l’oralité à l’écriture, puis de l’écriture à l’image préserve-t-il ou aliène-t-il leur essence populaire (Volkstümlichkeit) ?

 

Nous refusons délibérément de restreindre notre problématique à une aire géographique et à des bornes temporelles prédéfinies afin de garantir la plus grande ouverture et amplitude possibles à nos travaux. Toutes les méthodes de recherche sont les bienvenues (linguistiques, littéraires, civilisationnelles, historiographiques).

 

 

…/…

…/…

Chaque intervention de 20 minutes sera suivie de 10 minutes de discussion.

Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’allemand, afin de permettre

aux chercheurs d’Europe de l’Est de prendre part à notre réflexion.

comité d’organisation 

Colette Gauthier (CERHIC)

Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP)

Merci d’envoyer vos propositions de communication

de 300 mots maximum avec une courte notice biographique

avant le 15 mars 2014

à Colette Gauthier

(colette.gauthier@univ-reims.fr)

ET

à Yannick Bellenger-Morvan

(yannick.bellenger@univ-reims.fr)

Journée de formation: Dystopies : Du Combat d’hiver à Hunger Games

JOURNÉE DE FORMATION :

Vendredi 21 mars 2014, de 9h30 à 17h30

Dystopies : Du Combat d’hiver à Hunger Games,

des sociétés imaginaires cauchemardesques qui séduisent les jeunes…

La dystopie, sous-genre qui se rattache généralement à la science-fiction, est très en vogue actuellement chez les adolescents et jeunes adultes, sous forme de romans ou d’adaptations cinématographiques, surtout depuis le succès mondial de The Hunger Games de Suzanne Collins.

La dystopie, ou contre-utopie, désigne une société imaginaire très criticable, souvent dictatoriale, à laquelle les personnages principaux tentent de résister ou d’échapper.

Cette littérature, qui existe depuis longtemps dans la fiction pour adultes (Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, 1984 de George Orwell…) comme pour enfants (Les Garennes de Watership Down de Richard Adams), doit en partie le regain d’intérêt qui la concerne à la vogue actuelle plus générale, depuis deux décennies environ, des littératures de l’imaginaire et à leur besoin permanent de renouvellement.

Dans un monde où les jeunes sont en quête de repères, ces récits, qui mettent très souvent en scène un jeune homme et une jeune fille ou un groupe de jeunes luttant pour survivre face à l’adversité et remettant en cause l’ordre établi, renouent avec le roman initiatique, tout en proposant une réflexion sur les différents systèmes politiques et sur l’opposition entre sociétés traditionnelles et sociétés fondées sur des technologies ultra-sophistiquées.

Programme

– « Introduction : La dystopie, quelques repères critiques et historiques »

Par Virginie Douglas, Maître de conférences à l’Université de Rouen

– « Un monde désenchanté ? Formes et enjeux de la dystopie dans le roman contemporain pour adolescents »

Par Laurent Bazin, Maître de conférences à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialiste des dystopies

– Entretien avec Jean-Claude Mourlevat, romancier, auteur des dystopies  Le Combat d’hiver et Terrienne

Animé par Eléonore Hamaide, Maître de conférences à  l’Université d’Artois

– Entretien avec Denis Guiot, éditeur et directeur de la collection « Soon » chez Syros jeunesse, auteur et critique littéraire, spécialiste de science-fiction
Animé par Laurent Bazin

– « Zoom sur 2 auteurs-phares britanniques : Malorie Blackman, auteur du cycle Entre chiens et loups (Noughts and Crosses) et Patrick Ness, auteur de la trilogie du Chaos en marche (Chaos Walking) »

Par Virginie Douglas

– Discussion et conclusion

Renseignements et inscriptions : http://www.institutperrault.org

L’IICP est une association soutenue par la Ville d’Eaubonne

Hôtel de Mézières – 14 av. de l’Europe  – BP 61 – 95604 Eaubonne Cedex 04

Tél. : 01 34 16 36 88  / 06 07 58 05 79 communication.iicp@club-internet.fr

Journée d'étude: Journée d’étude "L'amour est froid comme la mort…" : L'énigme du mal en littérature de jeunesse (24 janvier)

Université d’Artois
Journée d’étude
« L’amour est froid comme la mort… » :
L’énigme du mal en littérature de jeunesse

Maison de la Recherche – Salle des colloques -Arras
Vendredi 24 janvier 2014
Journée d’études organisée par Isabelle Rachel Casta
Textes et cultures (EA 4028) Equipe « Centre Robinson »
Renseignements : mjeanne.dessery@univ-artois.fr

8h45-9h15 : Accueil des participants
9h15-9h30 : Ouverture de la journée Isabelle-Rachel Casta et Claudine Nédelec
Présidence de Suzanne Bray
9h30- 9h55 : Chantal Lapeyre-Desmaison : « Enfances volées – À propos de Ian McEwan»
10h-10h25 : Bochra Charnay : « Le conte traditionnel : par-delà le Bien et le Mal »
Discussion et pause
Présidence Isabelle-Rachel Casta
11h00- 11h25 : Anne-Frédérique Caballero : « Le diable s’habille en blanc : la sorcière dans L’armoire
magique… (C.S. Lewis) »
11h30- 11h55: Hervé Castanet : « Un peu de ton sang (Theodor Sturgeon) : petite digression psychanalytique »
Discussion

Pause déjeuner

APRES-MIDI :
Présidence Chantal Lapeyre-Desmaison
14h15-14h40 : Suzanne Bray : « Disperser l’antique terreur : le Mal et comment le vaincre dans la Trilogie du Vent de Madeleine L’Engle »
14h45-15h10 : Sophie Dillinger : « De l’Importance de trouver la Clef… les contes de jeunesse de George McDonald»
Discussion et pause
Présidence Bochra Charnay
15h40-16h05 : Isabelle-Rachel Casta : « In tenebris collocavit me1… Stephen King! »
16h10-16h35: Clémentine Beauvais : « Ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets… ; la malveillance de l’enfant précoce, en littérature de jeunesse »
Discussion finale et clôture de la Journée.

Appel: La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques (15 février 2014)

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques

Circulation, adaptations, mutations

Colloque organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014.

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.