Archives par mot-clé : Littérature populaire / popular literature

Parution : « En finir avec le populaire ? »

Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ? 

sous la direction d’Anne Besson

Lucie Editions, « Poétiques comparatistes », 2016

poetiques-comparatistes

Il s’agit avec ce numéro de mettre en lumière les évolutions rapides des recherches, largement interdisciplinaires, consacrées à la littérature et plus largement à la culture dites « populaires ». Si la transformation du statut – légitimité, valeur – des fictions médiatiques et des récits de genre semble un fait largement acquis dans la sphère socio-culturelle, cet intérêt plus grand entraîne-t-il des travaux renouvelés et donc, peut-on espérer, l’adaptation ou la mise en place des outils critiques adéquats à leur évaluation ? Ce dossier adoptera une perspective résolument méta-critique : chacun des chercheurs sollicités est invité, dans son domaine de spécialité, à faire le point sur ses pratiques et ses méthodes.

Le sommaire contient les contributions de grands spécialistes français et étrangers parmi les plus reconnus du domaine, et donne aussi la parole pour une part significative aux jeunes chercheurs dans un champ dont le dynamisme actuel constitue justement un trait frappant. Continuer la lecture de Parution : « En finir avec le populaire ? »

Parution : Pardaillan n°1

Parution : Le Pardaillan, N°1, « Fictions Populaires »

couverture-pardaillan-1

Le Pardaillan est la revue du Centre International Michel Zévaco, qui a ainsi souhaité ouvrir un espace de réflexion et de publication aux chercheurs qui se consacrent aux littératures populaires et à la culture médiatique dans son ensemble. De niveau universitaire, elle encourage le plus possible les approches originales, interdisciplinaires et transmédiatiques.

La revue paraît deux fois par an, en mars et en septembre.

Le N°1 du Pardaillan aborde la double et épineuse question de la fiction et de la problématique appellation populaire, à travers un ensemble de contributions qui traversent le champ médiatique de la littérature à la comédie musicale, en passant par le droit, la philosophie, ou la chanson populaire.

Sommaire Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°1

Séminaire « Mauvais genre ? »

Séminaire Mauvais Goût, Mauvais Genre ?

ENS Ulm, Salle des Actes Lundi, 16h30-18h30

– Les romans populaires ont-ils une valeur littéraire ? – Le jeu vidéo mérite-t-il le statut d’art ? – YouTube peut-il avoir une valeur culturelle légitime ? – Le cinéma est-il un art ou un média populaire ? – Le manga est-il de mauvais goût ?

Ou plutôt… toutes ces questions ont-elles bien lieu d’être, ou bien ne vaudrait-il pas mieux apprendre à réfléchir autrement…?

Réfléchir autrement, c’est ce que propose ce séminaire, à travers une trentaine d’interventions portant à la fois sur la littérature populaire, la science-fiction, la BD, le jeu vidéo, la comédie musicale, et bien d’autres médias. Chaque semaine, un intervenant différent proposera son regard, et nous avons eu à coeur d’inviter aussi bien des chercheurs reconnus que des jeunes chercheurs innovants.

D’Arsène Lupin à Dragon Ball, nous essayerons de poser un autre regard sur la culture médiatique et populaire, qui d’habitude a si peu de place dans les institutions savantes.

Car le mauvais goût, ça s’apprend.

Programme Continuer la lecture de Séminaire « Mauvais genre ? »

Séminaire LPCM/Nanterre : le 11 mars, Irène Langlet

Irène Langlet (Université de Limoges)

« Pour une poétique des fictions industrielles »

Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, salle L 205

Vendredi 11 mars, 15-18h

Séminaire « Fictions médiatiques », LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

On s’intéressera au texte des fictions industrielles, et pour commencer à leur texte littéraire, qui me semble resté coincé dans l’angle mort des perspectives de la recherche et de l’enseignement sur les littératures populaires et les cultures médiatiques. L’interdisciplinarité requise, et désormais acquise, dans l’enquête sur les dynamiques multimédiatiques des fictions de grande consommation, a rendu marginales les lectures de leur matériau verbal, de leur style, de leur littérature, finalement – et rien ne semble plus éloigné de ce champ de recherche qu’une approche poéticienne. Des contresens paradoxalement féconds (comme ce malheureux « plaisir du texte » barthésien injustement attribué aux lectures de l’élite) ; la nécessité de rendre justice à des fonctionnements hétérogènes, et leur progressive prise d’autonomie épistémologique (que l’on pense à la querelle des ludologues, ou à la défunte image de la « caméra-stylo ») ; le poids, aussi, de certaines pratiques académiques faisant figure de remparts du ghetto (de la « belle page » à l’explication de texte) : on portera le regard sur quelques lignes qui dessinent cet angle aveugle textuel. On tentera ensuite de les comprendre : entre « l’Absolu littéraire » des Romantiques d’Iéna (Lacoue-Labarthe & Nancy), qui règle probablement encore le régime d’une « Littérature » conçue comme l’un des Beaux-Arts, et « l’objet trouvé » des esthétiques néo-analytiques américaines de Goodman et Binkley, qui ouvrait déjà il y a 40 ans la possibilité d’un régime attentionnel de la littérarité, en passant par les « poétiques du support » que laisse attendre l’histoire de la « civilisation du journal » (Thérenty) ou les contradictions anciennes ou récentes d’une politique des fictions populaires (Gramsci, Trotski, Citton), on prendra le risque de circuler à travers, non seulement « deux siècles de paralittérature » (Thoveron) mais aussi deux cents ans de dialogue de sourds entre l’art et l’industrie, la poétique des textes et les littératures de genre, la littérature et les cultures médiatiques, pour proposer quelques raisons de souhaiter son dépassement positif.

Irène Langlet est professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges, où elle dirige le master Lettres et arts. Elle est spécialiste de science-fiction, des cultures médiatiques et des littératures non-fictionnelles. Elle a publié de nombreux articles sur l’essai ainsi que La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Paris, 2006) et dirige la revue internationale en ligne ReS Futurae

 

Parution : Jeu vidéo et livre

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l’ouvrage

 

Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Jeu vidéo et livre, éditions Bebooks.

Si les rapports entre jeu vidéo et cinéma suscitent depuis longtemps l’intérêt des milieux académiques, les relations, échanges et points de passage entre le livre et le jeu vidéo constituent pour leur part un domaine de recherche toujours en friche. Continuer la lecture de Parution : Jeu vidéo et livre

Parution : « Le Rire du pauvre »

Humoresques n°40 (automne 2014) :

 « Le Rire du pauvre, Approche pluridisciplinaire des figures comiques populaires : des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles) »

Textes issus du Colloque international organisé par l’Association Corhum et L’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (21-23 novembre 2013) , réunis par Graça Dos Santos, Laetitia Dummond-Lewi et Lina Iglesias

 

Sommaire:

Laetitia Dumont-Lewi « Nos larmes font du mal au roi » Introduction

 

Nelly Feuerhahn Tignous. Le rire d’un indigné

Continuer la lecture de Parution : « Le Rire du pauvre »

Création du Centre Michel Zévaco

 
Logo CIMZ

Fondé au début de l’année 2015, le Centre International Michel Zévaco est le fruit de la collaboration entre la recherche et la famille Zévaco.

Il se veut à la fois centre d’études sur Michel Zévaco, ses archives et ses romans, mais aussi lieu de diffusion de l’oeuvre de cet auteur aujourd’hui trop méconnu. Il s’adresse donc autant aux chercheurs qu’à tous ceux et toutes celles qui gardent le souvenir ému d’avoir chevauché aux côtés de Pardaillan ou de Capestang. Lieu de ressource bio-bibliographique, le CIMZ est également un lieu de travail autour du fonds d’archives encore inédit conservé par la famille de Michel Zévaco.

>>>> http://michelzevaco.com/ <<<<

Continuer la lecture de Création du Centre Michel Zévaco

Appel : Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Le réel invisible

Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel à communications

Ouvrage collectif dirigé par

Victoire Feuillebois (Université de Tours) et Émilie Pezard (ENS-Lyon)

pour la série « Écriture du xixe siècle » dirigée par Christian Chelebourg (Minard / Classiques Garnier)

Argumentaire

Le xixe siècle est le siècle du magnétisme : l’intérêt scientifique soulevé par les travaux du médecin Anton Mesmer dans la décennie 1770 et l’engouement qui en résulte dans les lettres et le mouvement des idées marquent « la fin des Lumières », selon la formule de Robert Darnton. Continuer la lecture de Appel : Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Colloque

Les genres du roman au xixe siècle

Université Paris 13, les 14-15 avril 2016

Le xixe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman[1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Continuer la lecture de Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Appel : la peur (Romanica Silesiana)

LA PEUR

« L’émotion la plus ancienne et la plus forte chez l’homme est la peur, et la peur la plus ancienne et la plus forte est la peur de l’inconnu »[1] constate H. P. Lovecraft, un des maîtres américains de la littérature horrifique. Pour Guy de Maupassant, classique français du genre, « la vraie peur, c’est quelque chose comme une réminiscence des terreurs fantastiques d’autrefois »[2]. Soulignant la parenté du mystique et du fantastique, Rudolf Otto définit les deux comme l’expression du « mysterium tremendum et fascinans ». Il voit également le rapport entre le frisson du croyant (et du lecteur) devant des sphères et des puissances inconnues et une manifestation du divin, une participation au grand mystère de l’existence. Pourtant, Louis Vax et Roger Caillois perçoivent la peur dans la perspective plus laïque et  déprécient sa valeur spirituelle. Vax dit que « l’art fantastique doit introduire des terreurs imaginaires au sein du monde réel »[3]. Caillois, quant à lui, souligne l’aspect ludique du fantastique et estime que le genre s’appuie sur le jeu avec la peur. Vu l’importance de ce facteur dans le fantastique et ses genres voisins, la onzième livraison de la revue Romanica Silesiana se propose donc la réflexion sur la peur dans la littérature et le cinéma. Continuer la lecture de Appel : la peur (Romanica Silesiana)