Archives par mot-clé : littérature

Parution : Emerveillement littéraire

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des XIXe et XXe siècles, sous la dir. de Julie Anselmini et Marie-Hélène Boblet, Grenoble, ELLUG

Depuis l’étude magistrale de Mickael Edwards, De l’émerveillement, qui promouvait l’irréductible capacité de découverte, d’étonnement et d’enthousiasme qui fonde notre culture depuis la philosophie platonicienne, il importait de révéler la persistance de cette humeur et de ce moteur, souvent passés sous silence par la modernité. À côté du désenchantement, de la crise des valeurs et de la nostalgie du sacré qui irriguent largement la littérature d’après la Révolution, du romantisme à la fin du xixe siècle, à côté de la mélancolie et du soupçon qui ont caractérisé le xxe siècle, certaines œuvres expriment pourtant le sens profane du miracle, le don de la surprise ou la révélation de l’épiphanie, et l’émerveillement, processus affectif et cognitif complexe, nourrit dans la modernité aussi bien le récit que la poésie.

L’expérience de l’émerveillement, son expression et sa Continuer la lecture de Parution : Emerveillement littéraire

Appel : Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Le réel invisible

Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel à communications

Ouvrage collectif dirigé par

Victoire Feuillebois (Université de Tours) et Émilie Pezard (ENS-Lyon)

pour la série « Écriture du xixe siècle » dirigée par Christian Chelebourg (Minard / Classiques Garnier)

Argumentaire

Le xixe siècle est le siècle du magnétisme : l’intérêt scientifique soulevé par les travaux du médecin Anton Mesmer dans la décennie 1770 et l’engouement qui en résulte dans les lettres et le mouvement des idées marquent « la fin des Lumières », selon la formule de Robert Darnton. Continuer la lecture de Appel : Le magnétisme dans la littérature (1780-1914)

Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Colloque

Les genres du roman au xixe siècle

Université Paris 13, les 14-15 avril 2016

Le xixe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman[1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Continuer la lecture de Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Patrizia D’Andrea, « Le spiritisme dans la littérature »

Le spiritisme dans la littérature de 1865 à 1913 : perspectives européennes sur un imaginaire fin-de-siècle

Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de littérature
générale et comparée », juillet 2014

Le spiritisme, en tant que phénomène culturel protéiforme dont
la durée de vie dépasse et précède de peu les dates imparties par le
corpus littéraire choisi (1865-1913), relève d’une mythologie à
part entière qui oscille sans cesse entre la littérature, la philosophie et les sciences occultes. La littérature de la deuxième moitié du XIXe siècle est elle-même en quête d’identité Continuer la lecture de Patrizia D’Andrea, « Le spiritisme dans la littérature »

Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

megalopole

Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Date de la journée : 30 janvier 2015 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
Journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’Étude de la Littérature de langue Française des xxe et xxie siècles), organisée par Simon Bréan (Paris-Sorbonne) et Irène Langlet (Limoges), avec le soutien du CELLF (Paris-Sorbonne), de l’EHIC (Limoges) et de THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », Continuer la lecture de Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique – Programme

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

 Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier, dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Programme

 

Mercredi 7 octobre

 

 

13h30 Accueil des participants

14h00 Présentation du colloque par Marie-Ève Thérenty, Cédric Chauvin et Éric Villagordo

14h30 Conférence inaugurale d’Isabelle Krzywkowski (Université Stendhal – Grenoble 3), « L’ordinateur n’est pas une machine. À Jean-Pierre Balpe »

 

15h30 Discussion et pause

 

Séance 1. Imaginaire informatique et société

 

16h00 Jean-Paul Fourmentraux (Université Aix-Marseille), « Création numérique et médiactivisme »

16h30 David Peyron (Université Jean Moulin Lyon 3), « L’évolution de la figure du geek dans la fiction populaire »

 

17h00 Discussion

 

 

Jeudi 8 octobre

 

Séance 2. Spatialités cyberpunk

 

9h00 Henri Desbois (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Des cités hallucinées à la grille invisible, William Gibson et les métamorphoses du cyberespace »

9h30 Simon Bréan (Université Paris 4 – Sorbonne), « Hanter la machine : reconquêtes de la conscience humaine dans le cyberpunk à la française »

10h00 Isabelle Périer (Université du Maine), « Jouer dans un monde informatisé, ou l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk »

 

10h30 Discussion et pause

 

Séance 3. Imaginaire des langages informatiques

 

11h00 Philippe Birgy (Université Toulouse – Jean Jaurès), « Les artifices de la pensée dans Permutation City de Greg Egan »

11h30 Irène Langlet (Université de Limoges), « Code is poetry »

 

12h00 Discussion et pause-déjeuner

 

Séance 4. Images d’hybrides

 

13h30 Bounthavy Corbaux-Suvilay (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « L’âme des machines dans The Ghost in the Shell »

14h00 Maxence Duarte (Université de Rouen), « Les super-ordinateurs des comic books américains : de l’homme-machine à l’homme-virtuel »

 

14h30 Discussion et pause

 

 

Séance 5. Imaginaire informatique et représentations du réel contemporain

 

15h00 Florence Thérond (Université Paul-Valéry Montpellier 3), «  L’ordinateur intime »

15h30 Natacha Levet (Université de Limoges), « Polar français et imaginaire informatique »

16h00 Sébastien Candelon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « L’évolution de l’informatique dans l’univers terroriste des blockbusters américains »

 

16h30 Discussion et pause

 

17h00 Assemblée générale 2015 de la LPCM

 

19h30 Rencontre avec Claude Ecken et Laurent Genefort, animée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne) et Olivier Legendre (Librairie Sauramps, Montpellier), suivie d’un banquet (Brasserie Le Dôme, Montpellier).

 

 

 

Vendredi 9 octobre

 

Séance 6. L’éros informatique

 

9h30 Jean-Christophe Valtat (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La M-à-J des femmes : Il grande ritratto (1953), Galatea 2.2 (1995) »

10h Bruno Dupont (Université de Liège), « “KOMM – PROGRAMMIERE MICH / ICH LIEBE DICH !” Sensualité et érotique de l’ordinateur en littérature allemande »

10h30 Anthony Masure (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Pia Pandelakis (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux »

 

11h00 Discussion et pause

 

Séance 7. Informatique, magie et archaïsme

 

11h30 Anne Besson (Université d’Artois), « « Magie du numérique : l’ordinateur comme boîte à merveilles »

12h00 Arnaud Despax (Université Toulouse – Jean Jaurès), « « Les consoles de l’éternel, à l’ombre des ordinateurs : Les cordelettes de Browser de Tristan Garcia »

 

12h30 Pause-déjeuner

 

Séance 8. Représentations du jeu vidéo

 

14h00 Éric Villagordo (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Les Technopères : la carte informatique, un chemin initiatique »

14h30 Hélène Sellier (Université de Limoges), « Le personnage jeu vidéo dans la littérature contemporaine »

 

15h00 Discussion et pause

 

Séance 9. Réflexivités du jeu vidéo

 

15h30 Thierry Serdane (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « The Stanley Parable : questionner une pseudo-liberté »

16h00 Estelle Dalleu (Université de Strasbourg), « hacking > < jeu vidéo »

 

 

16h30 Discussion et clôture du colloque

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire,
depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

Dès l’entre-deux-guerres apparaissent les premiers projets puis réalisations de grands calculateurs électroniques : l’image de l’ordinateur dans la fiction a longtemps été celle d’une machine aussi rare et solitaire qu’inquiétante par l’ampleur mystérieuse de ses capacités totalisantes voire totalitaires – on peut penser à la « Machine » de A. E. Van Vogt dès 1945, dans les romans du Ā, ou à HAL 9000 chez Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick en 1968 ; l’ordinateur a alors un nom qui lui est propre, et une autonomie inquiétante. Il semble en revanche qu’à partir du début des années 1980 et l’invention du personal computer, le statut imaginaire de l’ordinateur ait évolué. Dès 1984, dans Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif (Beaux-Arts de Paris, 2007, p. 81-83), Fredric Jameson oppose ainsi, d’un côté, une « idolâtrie relativement mimétique des machines du monde futuriste », caractéristique d’un modernisme de l’énergie et de la vitesse, et de l’autre une « machine de reproduction plus que de production », « l’ordinateur, dont la coquille extérieure n’a de pouvoir ni emblématique ni visuel ». À ce premier aspect neutre et familier, celui du “dehors” de l’objet informatique, Jameson associe une seconde valeur opposée, celle de l’opacité du “dedans” : de fait, au début des années 80, l’informatique rejoint notre quotidien, et dans Tron (Steven Lisberger et Bonnie McBird, 1982) et la littérature cyberpunk, l’homme plonge dans l’ordinateur. Or pour Jameson, de telles œuvres visent à « capter les réseaux du processus reproductif » opéré par chaque ordinateur puis par les ordinateurs entre eux : il identifie alors « un sublime technologique ou postmoderne », où la complexité des entrailles de la machine nous renvoie à « nos représentations défectueuses d’un immense réseau communicationnel et informatique », celui du « capitalisme multinational actuel ». Depuis l’écriture de ce texte en 1984, il semble encore que, d’une surface lisse dissimulant des profondeurs insondables, la technologie numérique, sortant de l’ordinateur, se soit comme étendue de façon invisible à tout notre habitat : l’humanité occidentale, comme aspirée par la machine, évoluerait ainsi dans un monde devenu informatique ; corollairement, les sujets trouveraient dans la « toile » un espace où projeter leur intériorité et multiplier leurs expériences.

Trois faisceaux de questions peuvent être dégagés des trois temps évoqués précédemment – temps qui sont plutôt, sans doute, des facettes d’un même objet. L’ordinateur-personnage de jadis a-t-il bel et bien perdu de son autonomie pour se fondre dans le décor, ou reste-t-il singularisé, selon des fonctions narratives, des propriétés visuelles ou descriptives et des caractérisations axiologiques qu’il s’agira le cas échéant de définir ? On songe autant aux figures traditionnellement menaçantes de l’ordinateur central dans le bref récit graphique Le rêveur de Caza en 1981 ou de SHODAN dans System Shock 1 et 2 (Looking Glass Studios, 1994-1999), qu’à la « neuromatrice » davantage ambiguë des Racines du mal de Maurice G. Dantec en 1995 – voire aux logiciels amoureux du film Her de Spike Jonze, en 2014… Ensuite, les œuvres de fiction font-elles écho à la thèse, proposée par Jameson, d’un vertige face à la complexité informatique vue comme figure de « la totalité impossible du système-monde contemporain » ? Alors que la saga graphique Les technopères de Jodorowsky, Janjetov et Beltran (1998-2006) met en scène l’informatique des jeux vidéo comme possible arme d’ascension sociale par le biais d’une nouvelle religion des mondes virtuels, dans La théorie de l’information d’Aurélien Bellanger en 2012 l’exploitation intensive de Wikipedia (comme dans La carte et le territoire de Michel Houellebecq en 2010) sert la description des milieux économiques responsables du développement tentaculaire de l’informatique contemporaine. Comment, enfin, les figures d’un milieu informatique où chacun d’entre nous se trouverait aujourd’hui immergé (chez Greg Egan ou dans Matrix [Wachowski, 1999], volontairement ou non, les humains migrent dans la machine), et réinventerait son identité autant que ses relations à autrui (Véronique Taquin, dans Un roman du réseau en 2011, décrit la multiplication des biographies individuelles sur internet), se trouvent-elles disposées ?

De façon complémentaire et davantage théorique, il s’agira d’envisager la représentation de l’imaginaire informatique selon les fonctions qu’elle occupe spécifiquement, autant que de façon comparative, dans chaque genre ou média. Trois exemples : on pourra problématiser l’hypothèse de départ d’une relation d’altérité où le roman se penserait en creux – Pierre Bordage, en 2002-2003, oppose transmission orale des Griots célestes et vampirisme encyclopédique de l’ordinateur PRIMA ; on pourra au contraire étudier des stratégies d’autoréférentialité par métonymie où le jeu vidéo réfléchirait son propre gameplay – ainsi, exemplairement, des jeux fondés sur le hacking, d’Uplink en 2001 à Watch Dogs en 2014 ; le statut des images de l’ordinateur en bande-dessinée pourra encore être approché de façon tensionnelle depuis le carrefour où elle semble se situer – entre héritage des représentations d’objets techniques dans l’histoire de l’art du XXe siècle, et expression des imaginaires narratifs et culturels les plus populaires, science-fictifs en particulier. Ces pistes ne doivent pas être vues comme restrictives ; d’autres types d’interrogation pourront être envisagés, dans d’autres genres fictionnels, et d’autres médias. L’analyse d’objets transmédiatiques sera enfin la bienvenue : elle permettra la mise en regard de traitements distincts au sein d’un même dispositif.

Contacts: Cédric Chauvin (cedric.chauvin@univ-montp3.fr) et Éric Villagordo (eric.villagordo@univ-montp3.fr).

Appel: “Le roman graphique”: des influences de la BD sur le roman

fantomas-cortazar

“Le roman graphiqué”: des influences de la BD sur le roman

            D’une part, il existe des études sur la poésie influencée par la peinture (Reverdy) ou sur le roman influencé par le cinema (voir Morissette); d’autre part, il existe des articles sur les réalisateurs séduits par les « comics » (e.g. Resnais, Snyder dans les 300) et sur les peintres utilisant les comics comme inspiration (e.g. Warhol, Lichtenstein). Cependant, il n’y a presque rien sur le roman influencé par la BD ou les “comics”.

Ces romans informés par la BD le sont-ils par ses thèmes, ses techniques narratives, ses spécificités visuelles ? Cette autre novelisation est-elle une preuve supplémentaire de légitimation de la BD ?

Dans le monde anglo-saxon, il existe déjà quelques articles avant-coureurs sur cette problématique et sur les quelques auteurs anglophones, tous américains, qui ont exploré cette esthétique transmédiatique comme: Tom de Haven (Funny Papers, 1985), Jay Kantor (Krazy Kat, 1987), Frederic Tuten (Tintin in the New World, 1993), Austin Grossman (Soon I will be Invincible, 2007), et sans doute le plus connu, Michael Chabon (Kavalier & Clay, prix Pulitzer 2001). Comment ces romanciers représentent-ils les « comics », les BD et les mangas ? S’ils utilisent souvent des thèmes et personnages (auteurs ou protagonistes de « comics »), usent-ils aussi de techniques spécifiques inspirées par la BD et les comics? Et si oui, lesquelles ?  Y a-t-il d’autres auteurs anglo-saxons influencés par les comics ? Britanniques ? Australiens ? Africains ?

Et qu’en est-il des auteurs d’autres langues/cultures comme l’Italie (e.g. Umberto Eco—La Misteriosa Fiamma de la regina Loana), la France et le Japon pour ne parler que de trois pays qui ont une tradition de la BD, longue et dynamique ? D’autres cultures produisent-elles des romans marqués par les tebeo, beeldverhaal, banda desenhada, komiks ? Les romanciers qui sont aussi bédéistes séparent-ils hermétiquement leurs univers selon qu’ils composent un roman ou une BD ? Jean Teulé dans un ouvrage au titre évocateur Bord cadrage (2009) joue-t-il aussi avec une esthétique BD ? Et quid de Harry Morgan qui est romancier, bédéiste et en plus théoricien de la  BD ? Et Ludovic Debeurme (Ocean Park, 2014), Joann Sfar (L’éternel, 2012), Willy Mouele (Willy the Kid, 2011), et les travaux transmédiatiques d’un Benoit Peeters ? La BD est traditionnelement un domaine masculin. Y a-t-il des romancières américaines, françaises ou d’autres langues inspirées par certaines BD?

Existe-il en français des exemples de novelisation de livres pour la jeunesse comme c’est le cas en anglais des “Fantastic four” dans les années 1960 ou plus récemment Where the Wild Things are par Dave Eggers?

Nous invitons des propositions sur un ou des auteurs de fictions (romans, nouvelles), ou sur des problèmes plus directement théoriques (narratologie spécifique à la BD; adaptation transmédiatique), soit dans dans une langue/culture, soit sur plusieurs dans une perspective comparative, ainsi que des entretiens avec des romanciers qui s’intéressent à la BD.

Dates-limites:

Proposition (400-500 mots) pour le 30 septembre 2014; article complet (4000-5000 mots) pour le 30 janvier 2015; après double lecture en aveugle, les textes acceptés seront publiés dans Image & Narrative; langues: anglais ou français.

Contacter: Hugo Frey (h.frey@chi.ac.uk ) ET Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca).

Parution: Luciano Curreri Misure del ritorno. Scrittori, critici e altri revenants

curreri

Luciano Curreri

Misure del ritorno. Scrittori, critici e altri revenants

Milano, Greco&Greco, «I quaderni di Nuova Prosa», 2014, 200 p.

ISBN 978-88-7980-638-1

On y parle de la représentation romanesque – dans l’Italie au tournant du siècle (1980-2013) – des écrivains, philosophes, théologiens, critiques littéraires, traducteurs, agents éditoriaux et journalistes militants tels que Campanella, Salgari, d’Annunzio, Benjamin, G. Debenedetti, Bazlen, Bonhoeffer, Pasolini… On y parle de ce peuple italien dont personne n’est jamais content, à commencer, bien sûr, par les intellectuels, comme le suggérait déjà Gramsci. On y parle des « maîtres à penser » et on se souvient de Pinocchio: « Si on les laissait faire, ils se prendraient tous pour nos pères ou nos maîtres ». Mais on parle également d’une littérature italienne contemporaine connue et méconnue, à mi-chemin entre fiction et essai : Affinati, Arpaia, Barbero, Belpoliti, A. Debenedetti, Defilippi, Del Giudice, Eco, E. Ferrero, Guarnieri, Maffia, Magris, Mari, Masali, W. Pedullà, Stajano, Tabucchi, E. Trevi. On parle aussi de cette résistance à la mort que sont notre vie, notre écriture, notre témoignage. On parle enfin de ces particuliers revenants qui seront nos « papà » tout au cours de notre vie. C’est un livre avec des coquilles mais que son auteur considère nécessaire.

Luciano Curreri (Turin, 1966) est professeur ordinaire de Langue et littérature italienne à l’Université de Liège où il enseigne la civilisation, la littérature moderne et contemporaine, l’histoire de la critique et de la langue.

Imaginaires de la filiation. Héritage et mélancolie dans la littérature contemporaine des femmes, Evelyne Ledoux-Beaugrand

Evelyne Ledoux-Beaugrand, Imaginaires de la filiation. Héritage et mélancolie dans la littérature contemporaine des femmes, Montréal, Éditions XYZ, coll. « Théorie et Littérature », 2013, 320 p.

Cet essai présente une réflexion sur les legs du féminisme dans la littérature contemporaine des femmes. L’auteure y cerne le changement qui s’est opéré, à partir de 1990, dans la façon dont les auteures se sont mises à penser et à imaginer la filiation. Dans la production littéraire des deux décennies précédentes, les auteures avaient cherché à rompre avec la société patriarcale et s’étaient surtout intéressées à la sororité et aux relations selon un axe horizontal. Leurs héritières ont plutôt investi l’axe vertical de la généalogie et se sont penchées sur leurs relations avec leurs pères, leurs mères, leurs enfants et même avec leurs ancêtres éloignés. L’essai, qui analyse les points de rupture tout comme les lignes de continuité entre ces deux générations, s’appuie sur une réflexion sur la mélancolie en tant que posture créatrice. Son corpus est riche. Il se compose de récits et de romans français et québécois ainsi que d’écrits féministes issus de divers horizons, mais surtout du Québec, de la France et des États-Unis.

http://www.editionsxyz.com/catalogue/645.html

ISBN : 9782892618044

ISBN numérique : 9782892618051 / ePub: 9782892618068

TABLE DES MATIÈRES

Introduction : Génération héritière

  • Une politique mélancolique. Aux confluents des discours de la fin et des discours de l’héritage
  • La parole des filles : un mot sur le corpus et le parcours

Partie 1. De la sororité aux liens f(am)iliaux. Imaginaires de la filiation

Chapitre 1 : Le corps lesbien de la sororité

  • Retour vers la mère archaïque
  • Anatomie politique : en territoire du féminin
  • « Sa chair dit vrai »
  • « Quand nos lèvres se parlent » : Communi(qu)er

Chapitre 2 : La communauté disloquée. Une filiation mélancolique

  • Hériter, s’étranger. Vers une politique de la dislocation
  • Figures de l’altérité
  • « L’écriture comme un couteau »: ouvrir, creuser, exhiber
  • Esthétique de la blessure
  • Inappropriées et inappropriables. Les arts de faire avec
  • La tacticienne de Truismes
  • Affiliations mélancoliques
  • Spectres et justice

Partie 2. Des fantômes et des anges. La filiation en régime spectral

Chapitre 3 : La revenance du père.

  • Le livre sépulture
  • Porter le spectre paternel
  • L’énigme spectrale
  • Le père en reste, les restes du père
  • Asomie et spectralité
  • Symptomatologie de la hantise
  • Donner corps au fantôme du père. Métaphores de la grossesse et de l’avortement
  • D’un « remember me » à un « remembre-moi ». Une sépulture pour le père

Chapitre 4 : Histoires blessées. La voix des anonymes du passé

  • Nouvelles généalogies féministes
  • S’affilier aux (autres) minoritaires
  • Anges de l’histoire familiale : collecter les traces du passé
  • Textes patchwork
  • Dans l’ombre de l’Histoire
  • Libérer la voix des blessures : une contre-mémoire
  • (Re)connaître l’oubli : une justice in-finie

Partie 3. Filles et mères, filles (a)mères. La filiation en régime de deuil

Chapitre 5 : En huis clos maternel

  • Esquisser ou esquiver la mère? Portrait théorique du maternel
  • Le « huis clos maternel »
  • T(ro)uer la mère. Se faire une/la peau
  • Atteindre la mère
  • L’incestuel. Le deuil expulsé de la mère
  • La plainte à la mère : ouvrir la scène du juridique

Chapitre 6 : Écrire l’enfant sous le signe de la perte. Infanticide et loi maternelle

  • (Im)possible maternité
  • De l’appel à des voix de mères à l’énonciation de voix (a)mères
  • L’insaisissable descendance : écriture de la perte et logique mélancolique
  • Vers une loi maternelle : penser le pouvoir féminin/maternel
  • L’Autre maternel : l’infanticide sous le matricide
  • Ambivalence mélancolique: l’infanticide générateur de lien

Conclusion : Une mélancolie créatrice

  • Performativité et structure familiale : reprendre, retraverser, rejouer

Evelyne Ledoux-Beaugrand détient un doctorat en littératures de langue française de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux théories et aux discours du féminisme, à la psychanalyse et à l’inscription de l’Histoire et de la mémoire d’événements traumatiques dans la littérature. Elle vit présentement en Belgique où elle mène des recherches postdoctorales sur la mémoire de la Shoah dans les littératures française et francophone depuis 1980.

Publication : Archetypes in Literatures and Cultures, Geybullayeva Rahilya (ed.)

Archetypes in Literatures and Cultures. Peter Lang, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wie October 2012. 304 pp.

Geybullayeva, Rahilya (ed.)

in Collaboration with Izabella Horvath and Sevinj Bakhysh

Papers represented by scholars from Azerbaijan, Russia, Kazakhstan, Georgia, Turkey, Chechia, Bulgaria, United Arab Emirates, USA, UK, Sweden, Australia, The Netherlands, has been grouped around chapters National or Transnational, Source or Interpretation, Eastern Archetypes in the West: Rumi, Ashik-Kerib, Qurriat Al-Ayn, Archetype as a Symbol and an Image, Archetypes in Language and Translation, Archetypes in New Transformation or Fan-fiction, Mythology Archetypes and Totems, Archetypal images as a way of constructing identity.

The topics of this book range over various materials inspired by a field of questions related to archetypes. For example, the myth of Troy and the history of Romeo and Juliet as they appear in English and Italian form one branch of research. Another branch is made up of the plot of Leili and Mejnoun as it has been re-narrated in Azerbaijani, Persian, Indian or Uzbek, and now in contemporary Georgian and Russian. Yet again there is the plot of Dr. Faustus in English and German. These beg the question, « how do archetypical plots travel? »

Yet another area of research is how « nationality » figures into the construction and communication of epic plots? How is one to distinguish, for example, the song and verses of Mowlana and their adaptation in music by American authors? What about the similarity of melodies in the classical mugham of Bayaty-Shiraz and in « Toccata D Minor » by Johann Sebastian Bach? How do these things travel? How do these kinds of things of art travel when it comes to nations? How does a translation influence the migration of plots?

Finally, there is the matter of how these things travel and change in relation to different media, especially to modern media technology, to music, to cinema, to fan-fiction, to hyper-text.

These questions were posed for a conference devoted to the question of Archetypes. The forms of archetypes have changed and continue to change from one migrant plot to another. Taking into consideration the things mentioned above, the question arises: « Where are the borders between an original text, influence, and plagiarism? »

CONTENTS

Preface

Acknowledgements

Introduction

Chapter 1. National or Transnational, Source or Interpretation

  • Rahilya Geybullayeva (Azerbaijan) From Archetypal Situation to Archetypised Words or Words as a Unit of Semantic Reinterpretations
  • Kamal Abdullayev (Azerbaijan) Similarities in World Literature: Azerbaijani and Greek Epics (Toward Invariants)
  • Izabella Horvath (China-USA) Eurasian Folksong Texts as Carriers of Poetic Archetypes
  • Aslan Mamedly (Azerbaijan) Scientific Discourse of Post-Totalitarian Regimes: Fears and Hopes

Chapter 2. Eastern Archetypes in the West: Rumi, Ashik-Kerib, Qurriat Al-Ayn

  • Simon Sorgenfrei (Sweden) Renditions of Rumi in Europe and North America
  • Tatiana Megrelishvili (Georgia) Archetype of the Creator: the Semantics of Cultural Universals of the East (Mikhail Lermontov’s « Ashik- Kerib »)
  • Angelina Saule (Australia) Desiring the Oriental « Other » in the Persian Poems of Velimir Klebnikov

Chapter 3. Archetype as a Symbol and an Image

  • Gorkhmaz Guliyev (Azerbaijan) Hamlet and Iskandar: the Breakdown of the Persona Archetype as a Condition for Identity Formation
  • Gonul Bakay (Turkey) Faustus as Archetype
  • Mamed Godjaev (Azerbaijan) Archetype of the Russian Man in Dostoyevsky’s Works
  • Khuraman Mursalieva (Azerbaijan) Gods Don’t Talk, Poets Talk instead of Them (Archetype of Poet)
  • Sevinj Bakysh (United Kingdom) Archetype and Symbol of a Wise Old Man

Chapter 4. Archetypes in Language and Translation

  • Saddik Gohar (United Arab Emirates University) The Role of Translation in the Integration of Western /Christian Archetypes in Contemporary Arabic – Islamic Literature
  • Khalida Isa-zada (Azerbaijan) Symbols and Archetypes as Foundation of Phraseological Units in Languages

Chapter 5. Archetypes in New Transformation or Fan-fiction

  • Hatice Övgü Tüzün (Turkey) Dostoevsky’s Underground Man as a Literary Archetype in Postmodern Literature
  • Elnare Garagyezova (Azerbaijan) The Mill Archetype in Literature
  • Gunay Garayeva (Azerbaijan) Symbolization of Celestial Bodies as an Archetype in the Azerbaijani New Period Poetry

Chapter 6. Mythology Archetypes and Totems

  • Anuar Galiev (Kazakhstan) Archetypes of Turkic Culture
  • Irina Modebadze, Tamar Tsitsishvili (Georgia) Artistic Personification of Opposites: Analyses of « Medea » by Sandro Shanshiashvili
  • Yordan Lyutskanov (Bulgaria) The Holy Grail, Whore of Babylon (or Rome), Mother Earth, and the Purifying World Conflagration in the Works of Nikolay and Lev Gumilyovs

Chapter 7. Archetypical images as away of constructing identity

  • Igor Yankov, Larisa Piskunova (Russia) The Archetype of Construction Sacrifice in the Formation of a City’s Identity: from a « City-Factory » towards a « City of Consumer Goods Exhibition »
  • Elena Paskaleva (Netherlands) The Archetype of the Four in the Architecture of the Four-īwān Building Tradition

List of the Authors

Index